Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Chronique de l’autofiction1

Texte intégral

  • 1  Texte issu de mon intervention au 18e Congrès des romanistes scandinaves qui s’est tenu à Göteborg (...)

1En 2008 eut lieu à Cerisy un colloque consacré à l’autofiction. Dans son intervention, Vincent Colonna a qualifié ce terme de « mot-récit ». Cette expression m’a séduit car elle peut s’entendre à plusieurs niveaux. D’une part, le mot autofiction désigne une catégorie particulière de récits généralement racontés à la première personne. D’autre part, il produit des récits. L’association d’auto- et de fiction évoque d’emblée un espace narratif où il semble que le moi pourrait s’exprimer en toute liberté. C’est pourquoi certains écrivains trouvent dans ce mot, et les réflexions qu’il suscite, une source d’inspiration. Enfin, c’est un mot dont le sens a une histoire et l’histoire un sens.

2Nous avons en effet la chance d’assister, en direct, à la naissance et aux premiers pas d’un nouveau concept générique. Chaque fois que nous employons le terme autofiction, que nous l’appliquons à des textes littéraires, nous participons, dans une certaine mesure, à son élaboration culturelle, nous nous inscrivons dans ce récit de sa diffusion. Pour le critique, cette possibilité de s’approprier un nouvel outil descriptif et d’écrire un chapitre de son histoire a quelque chose de stimulant. Mais c’est aussi une responsabilité qui lui impose de connaître assez précisément cette histoire pour justifier sa propre définition, sa propre théorie.

3C’est dans cette optique que j’ai entrepris de reconstituer la genèse de ce mot-récit dans le livre qui est paru en 2008 sous le titre Autofiction : une aventure du langage. À la réflexion, il me semble qu’il y a deux récits dans ce livre : l’histoire du mot, la chronique des rapports entre le signifiant et le signifié, en France, de 1976 au début des années 2000 ; et des éléments pour une future histoire du référent, c’est-à-dire du phénomène littéraire et culturel que le mot autofiction permet de désigner, de mettre en évidence.

4L’histoire du mot s’est développée à travers un dialogue constant entre la théorie et l’écriture littéraires. Elle montre que la critique peut avoir un effet stimulant sur la production de la littérature contemporaine, qu’elle peut contribuer à sa créativité. Ainsi, c’est en lisant un essai de poétique, Le Pacte autobiographique, que Serge Doubrovsky prit conscience de la spécificité de sa démarche littéraire. On se souvient que Philippe Lejeune y classait les genres narratifs en fonction de deux critères : le contrat de lecture, romanesque ou autobiographique, et le rapport du nom du personnage avec celui de l’auteur. Mais son tableau à double entrée faisait apparaître une case vide qui lui posait question :

  • 2  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique [1975], Paris, Éditions du Seuil, « Points essais », 1 (...)

Le héros d’un roman déclaré tel peut-il avoir le même nom que l’auteur ? Rien n’empêcherait la chose d’exister, et c’est peut-être une contradiction interne dont on pourrait tirer des effets intéressants. Mais, dans la pratique, aucun exemple ne se présente à l’esprit d’une telle recherche2.

Or c’était précisément cette « recherche », cette « contradiction interne » qui travaillait l’écriture de Serge Doubrovsky :

  • 3  Lettre de Serge Doubrovsky à Philippe Lejeune du 17 octobre 1977, citée par Philippe Lejeune dans (...)

Je me souviens [...] avoir coché le passage [...]. J’étais alors en pleine rédaction et cela m’avait concerné, atteint au plus vif. Même à présent, je ne suis pas sûr du statut théorique de mon entreprise, mais j’ai voulu très profondément remplir cette « case » que votre analyse laissait vide, et c’est un véritable désir qui a soudain lié votre texte critique et ce que j’étais en train d’écrire, sinon à l’aveuglette, du moins dans une demi-obscurité3.

5Dès 1975, la théorie littéraire permit à Doubrovsky d’entrevoir que son écriture romanesque appartenait à un nouveau genre qu’il allait nommer l’autofiction. Ce terme apparut deux ans plus tard sur la couverture de son « roman », Fils :

Autobiographie ? Non. C’est un privilège réservé aux importants de ce monde et dans un beau style. Fiction d’événements et de faits strictement réels ; si l’on veut autofiction, d’avoir confié le langage d’une aventure à l’aventure du langage, hors sagesse et hors syntaxe du roman, traditionnel ou nouveau. Rencontres, fils des mots, allitérations, assonances, dissonances, écriture d’avant ou d’après littérature, concrète, comme on dit musique.

  • 4  Serge Doubrovsky, « L’initiative aux maux : écrire sa psychanalyse », Cahiers confrontation, nº 1, (...)

Ce livre extraordinaire étant passé inaperçu, personne ne s’interrogea sur son statut générique. Mais Serge Doubrovsky n’était pas seulement romancier. Il était aussi un critique reconnu, spécialiste de Corneille, Racine, Proust et Sartre. S’érigeant en commentateur de son propre « fils », il publia successivement deux études qui en donnaient les clés4. Ces autocritiques présentaient Fils comme un double témoignage de cure psychanalytique. Sur le plan du contenu, le livre retrace effectivement, à la première personne, une séance d’analyse. Mais, de surcroît, l’écriture, qu’il nomme « consonantique », procède par association libre, en brisant la syntaxe de manière à laisser les mots s’enchaîner par homophonie, calembours, assonances et allitérations. D’où cette nouvelle définition :

  • 5  Serge Doubrovsky, « Autobiographie / vérité / psychanalyse », art. cité, p. 77.

L’autofiction, c’est la fiction que j’ai décidé, en tant qu’écrivain, de me donner de moi-même et par moi-même, en y incorporant, au sens plein du terme, l’expérience de l’analyse, non point seulement dans la thématique, mais dans la production du texte5.

6Pourquoi auto- ? Le brouillon de Fils montre que le terme est d’abord venu à l’esprit du personnage Serge Doubrovsky dans son automobile :

j’y suis c’est réel si j’écris dans ma voiture

mon autobiographie

  • 6  Serge Doubrovsky, Le Monstre, Paris, Grasset, 2014, p. 1078-1079.

sera mon AUTO-FICTION6.

Redécouvert en 2004 par Isabelle Grell, ce jeu de mots avait disparu du texte comme de la mémoire de l’auteur. Plus sérieusement, le composant auto- se justifie par l’identité de l’auteur, du narrateur et du héros, Serge Doubrovsky.

7Dès lors, si ce texte remplit les conditions de l’énonciation autobiographique, pourquoi fiction ? Parce que, répond Doubrovsky, tout récit qui dépasse le stade de la simple énumération factuelle reconstruit un simulacre de la réalité à grand renfort d’imaginaire. Une autobiographie est donc une autofiction qui s’ignore, tandis qu’une autofiction déclarée est un texte autobiographique qui assume et développe son caractère mimétique, artificiel, artistique. Ayant tiré les leçons de la psychanalyse, elle ne prétend pas reconstituer un moi que l’inconscient rend inaccessible et illusoire, mais faire surgir quelques fragments de réminiscences problématiques. Alors que l’autobiographe se contente bien souvent de procédés conventionnels (« un beau style ») de manière à inspirer confiance, l’auteur d’autofiction recherchera des formes langagières et des structures narratives susceptibles de traduire sa singularité.

8Élaborée en 1979-1980, cette première théorie de l’autofiction devait rapidement évoluer. Ayant mis un terme à sa cure, Doubrovsky cessa bientôt de se référer aux modèles psychanalytiques de l’association libre et de l’interprétation symbolique pour assigner à son concept une acception essentiellement littéraire. Il lui apparut que ce terme, forgé pour caractériser et promouvoir Fils, pouvait s’appliquer à d’autres textes dont le prestige rejaillirait sur son œuvre romanesque.

9Le promoteur de cette extension sémantique fut l’universitaire Jacques Lecarme. Dans un ouvrage de 1982 consacré à « la littérature en France depuis 1968 », il créa une rubrique « Indécidables et autofictions » et, deux ans plus tard, introduisit le néologisme doubrovskien dans un article de l’Encyclopedia Universalis intitulé « Fiction romanesque et autobiographie ». Sa définition de l’autofiction ne comportait que deux critères : l’homonymat auteur-narrateur-héros et le sous-titre « roman ». Parmi les textes qu’il intronisait, bien qu’ils ne remplissent pas tous ces deux conditions, on peut citer : la trilogie allemande de Céline (D’un château l’autre, 1957 ; Nord, 1960 ; Rigodon, 1969), Roland Barthes par Roland Barthes (1975), Pseudo de Romain Gary (1976), Femmes de Philippe Sollers (1983), Livret de famille (1977) et De si braves garçons de Patrick Modiano (1982). De nombreux auteurs pratiquaient donc l’autofiction de la même manière que la prose Monsieur Jourdain.

  • 7  Serge Doubrovsky, « Un fils russe : l’autofiction d’Alain Bosquet », Sud, nº 53-54, 1984, p. 75-92 (...)
  • 8  Serge Doubrovsky, « Textes en main », Ritm, nº 6, « Autofictions et Cie », Serge Doubrovsky, Jacqu (...)
  • 9  Voir Ritm, nº 6, « Autofictions et Cie », Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme & Philippe Lejeune (di (...)

10À partir de 1984, Serge Doubrovsky, lui aussi, commença à attribuer des labels d’« autofiction ». D’abord à Une mère russe de son ami Alain Bosquet7 (1978). Puis à L’Amant de Marguerite Duras (1984), au Miroir qui revient d’Alain Robbe-Grillet (1985) et au Portrait du joueur de Philippe Sollers8 (1984). En 1992, il coorganisa, avec Jacques Lecarme et Philippe Lejeune, un colloque intitulé « Autofictions et Cie » qui marquait l’entrée du vocable dans le lexique universitaire français. Les différents intervenants confrontèrent à l’hypothèse de l’autofictionnalité des textes de Diderot (Le Neveu de Rameau), Pierre Loti, Colette (La Naissance du jour, 1928), Hermann Hesse (Le Jeu des perles de verre, 1943), Patrick Modiano (Remise de peine), Philip Roth et Raymond Federman9. Ce corpus un peu hétéroclite traduisait un déploiement du concept d’autofiction dans le temps (xviiie, xixe, xxe siècles) et dans l’espace (Allemagne, États-Unis). Doubrovsky, pour sa part, lut et commenta les passages métadiscursifs de ses romans de manière à baliser et à contrôler l’histoire du concept d’autofiction tout en montrant qu’il avait été engendré par sa pratique littéraire.

  • 10  Philippe Lejeune, « Autobiographie, roman et nom propre » [1984], dans Moi aussi, op. cit., p. 37- (...)

11Or, entre-temps, une autre conception de l’autofiction était apparue, qui déniait toute pertinence à la catégorie définie par Doubrovsky et Lecarme. Philippe Lejeune fut en effet d’avis que Fils et les textes qualifiés d’autofictions par Jacques Lecarme relevaient en fait du roman autobiographique traditionnel, même s’ils empruntaient leurs techniques narratives au Nouveau Roman et se rapprochaient « de l’autobiographie au point de rendre plus indécise que jamais la frontière entre les deux domaines ». Il proposa que le terme autofiction serve plutôt à désigner des récits d’apparence autobiographique mais manifestement fictionnels, comme, par exemple, Le Gâteau des morts (1982) dans lequel Dominique Rolin imagine sa propre agonie. Cette définition présentait l’avantage de conserver au mot autofiction le sens d’hypothèse, de fable, de roman, et l’inconvénient de trahir complètement la pensée de son créateur10.

  • 11  Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Éditions du Seuil, 1982, p. 358.
  • 12  Vincent Colonna, L’Autofiction : essai sur la fictionnalisation de soi en littérature, thèse de do (...)

12Le poéticien Gérard Genette partagea cette interprétation. Dès 1982, il utilisa le mot autofiction pour caractériser la démarche de Proust prêtant à Marcel des aventures qui, dans la réalité, ne lui étaient pas arrivées11. Ce détournement du concept doubrovskien fut poursuivi et approfondi par Vincent Colonna dans une thèse assez brillante dirigée par Gérard Genette. Cet Essai sur la fictionnalisation de soi définissait l’autofiction comme une projection de l’auteur dans des situations imaginaires. Il faisait apparaître un dispositif qui n’avait pas été étudié jusque-là, bien que des auteurs aussi importants que Lucien, Apulée, Dante, Cyrano de Bergerac, Jean Paul ou Gombrowicz l’ait illustré, notamment sous la forme du voyage imaginaire12.

  • 13  Vincent Colonna, Autofiction et autres mythomanies littéraires, Auch, Tristram, 2004, p. 111 et 91
  • 14  Gérard Genette, Bardadrac, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 136-137.

13En 2004, Colonna fait paraître un essai qui élargit la perspective de sa thèse en distinguant deux types de projection de soi : « l’autofiction fantastique », « indifférente à la vraisemblance », et « l’autofiction biographique », qui poursuit la tradition du roman autobiographique. S’il convient que l’autofiction biographique a donné quelques chefs-d’œuvre sous les plumes de Constant, Dickens, Gide, Hamsun, Strindberg, Cendrars, Céline ou Genet, il considère que la plupart des textes contemporains sont « ratés, bâtards, complaisants, empoissés par le narcissisme ». Dans une optique aristotélicienne, seule l’autofiction fantastique, ou autofabulation, mérite considération en raison de son caractère résolument fictionnel. Le problème, c’est que « l’affabulation contemporaine semble avoir déserté cette posture13 ». Autrement dit, l’autofabulation que célèbre Vincent Colonna ne constitue pas un genre à proprement parler mais une « posture » qui ne constitue souvent qu’une figure de narration occasionnelle. En 2006, Gérard Genette conviendra dans ses mémoires que ce corpus est « quantitativement infime, comparé à celui de l’autofiction au sens désormais courant14 ».

14Avant de nous interroger sur ce « sens désormais courant », il faut compléter notre chronique de l’autofiction en examinant rapidement les apports des écrivains qui, à un moment ou à un autre, ont traité de ce concept. Je veux parler, d’abord, de Jerzy Kosinski, Paul Nizon, Alain Robbe-Grillet et Raymond Federman, puis de Marie Darrieussecq, Philippe Forest, Philippe Vilain et Chloé Delaume.

15Kosinski (1933-1991), qui était un ami de Doubrovsky, employa le mot autofiction en 1986 pour préciser le statut générique de L’Oiseau bariolé (The Painted Bird, 1965). Cette errance d’un enfant juif dans la Pologne occupée par les nazis fut d’abord saluée comme un témoignage personnel avant que la critique ne révèle sa fictionnalité. Kosinski finit par admettre qu’il ne s’agissait pas de « non-fiction » mais d’« autofiction », terme auquel il donnait par conséquent le même sens que Vincent Colonna.

  • 15  Paul Nizon, La République Nizon, rencontre avec Philippe Derivière, Paris, Les Flohic, 2000, p. 12 (...)

16Dans les années 1980, l’écrivain suisse de langue allemande Paul Nizon (né en 1929) se définit comme un Autobiographie Fiktionär, expression qu’il traduisait par « écrivain autofictionnaire ». Il assura par la suite qu’il ignorait tout du néologisme de Serge Doubrovsky : « C’était une autodéfinition de mon travail, une pure invention personnelle et une prétention aussi15. » Il entendait ainsi distinguer sa démarche de l’écriture mémorielle dans la mesure où il ne raconte pas sa vie, il ne décrit pas sa personnalité, mais il cherche quelque chose de lui qu’il ignore :

  • 16Ibid., p. 128.

Il s’agit, en écrivant, de descendre vers ce moi inconnu afin de le constituer d’une manière ou d’une autre, comme personnage. Le « je » n’est donc pas le point de départ, comme dans l’autobiographie, mais le point d’arrivée16.

  • 17Ibid., p. 63.

Cette quête l’a conduit à pratiquer ce qu’il appelait l’action prose (par analogie avec l’action painting), une forme d’« écriture à l’aveugle », qui « lance son être inconnu sur le papier17 ». Il rejoignait ainsi, sans le savoir, et sans se référer à la psychanalyse, l’« écriture consonantique » prônée par Doubrovsky. Cependant, ses livres relèvent davantage de la réminiscence rêveuse ou de la déambulation poétique que du récit autofictionnel.

17De 1984 à 1994, Alain Robbe-Grillet (1922-2008) est revenu sur le devant de la scène littéraire avec une trilogie autobiographique intitulée Romanesques. Deux récits de statuts hétérogènes s’y entrecroisent : d’une part, des mémoires d’écrivain, relativement classiques, et, d’autre part, un roman échevelé retraçant les aventures du comte Henri de Corinthe. Ce procédé avait déjà été employé par Georges Perec dans W ou le Souvenir d’enfance qui date de 1975. La veine autobiographique pouvait apparaître comme une trahison de la poétique du Nouveau Roman défendue par Robbe-Grillet pendant trois décennies. Aussi fut-elle accompagnée de justifications théoriques.

  • 18  Alain Robbe-Grillet, Les Derniers Jours de Corinthe, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 177.
  • 19  Alain Robbe-Grillet, dans Alfred Hornung & Ernstpeter Ruhe (dir.), Autobiographie et avant-garde, (...)

18Le mot autofiction n’apparaît que deux fois dans ces discours d’escorte : au détour d’un commentaire interne aux Derniers Jours de Corinthe, « mon troisième volume d’errements autofictionnels18 », et dans une conférence où « autofiction » devint synonyme de « nouvelle autobiographie19 ». C’est en effet par cette expression que Robbe-Grillet définit son entreprise et entend concurrencer le terme doubrovskien. Non seulement il semble refaire le « coup » du « Nouveau Roman », mais il enrôle les mêmes auteurs – Claude Simon pour Les Géorgiques, Marguerite Duras pour L’Amant et Nathalie Sarraute pour Enfance – qui auraient en commun d’être vaccinés contre l’illusion référentielle. La différence est la suivante : au contraire du Nouveau Roman, la « nouvelle autobiographie » ne prétend pas renouveler un genre mais plutôt le liquider en dénonçant sa fictionnalité intrinsèque. En tout état de cause, le terme ne parviendra pas à s’imposer sur un terrain sémantique déjà occupé par le mot autofiction.

  • 20  Amaryll Chanady, « Une métacritique de la métalittérature », Études françaises, vol. 23, nº 3, 198 (...)

19Pour définir sa pratique de l’écriture du moi, Raymond Federman (1928-2009) développa, pour sa part, la notion de surfiction qui avait été lancée par l’écrivain Mas’ud Zavarzadeh en 197620. Né à Paris en 1928, il fut le seul membre de sa famille qui échappa à la Shoah parce que, le 16 juillet 1942, sa mère l’enferma dans un placard au moment où la police française arrivait dans leur appartement. En 1947, il émigra aux États-Unis où il exerça divers métiers avant de devenir un universitaire distingué, spécialiste de Beckett.

  • 21  Raymond Federman, Surfiction [1993], Nicole Mallet (trad.), Marseille, Le Mot et le Reste, 2006, p (...)
  • 22Ibid., p. 132-137.

20Dans ses romans, écrits en anglais ou en français, il raconte avec verve des bribes de son existence en insistant constamment sur le caractère fictionnel du récit. Ses essais d’autocritique, parfois rédigés à la troisième personne, sont marqués par la poétique de la Nouvelle Critique, du New Criticism et de la Metafiction : Federman « assigne à la “surfiction” la mission d’étaler “au grand jour l’aspect fictionnel de la réalité” et de révéler “l’irrationalité ludique de l’homme” » ; « tout ce qui s’écrit est fictif21 ». Il raconte lui-même comment ce goût du paradoxe fictionnaliste s’est retourné contre lui lorsque, dans un colloque, un critique l’accusa publiquement d’avoir inventé son histoire familiale de toutes pièces22. Federman, qui eut l’occasion de rencontrer Doubrovsky, employait parfois le mot autofiction pour qualifier son travail. Mais, après avoir abandonné le terme de surfiction, il préféra s’inscrire dans ce qu’il nommait l’« autobiographie d’avant-garde » dont relevait d’après lui la « nouvelle autobiographie » de Robbe-Grillet.

21Ces cinq auteurs, Doubrovsky, Kosinski, Nizon, Robbe-Grillet et Federman, appartiennent à la même génération qui commença à publier dans les années 1950-1960 et, par toutes sortes de détours, en vint à problématiser le récit de soi. Dans leur sillage, une nouvelle génération d’écrivains, et plus particulièrement d’écrivaines, s’est saisie du concept d’autofiction au tournant du xxie siècle.

  • 23  Marie Darrieussecq, « L’autofiction, un genre pas sérieux », Poétique, nº 107, 1996, p. 372-373.
  • 24Le Monde des livres, 24 janvier 1997, p. 6-7.

22Marie Darrieussecq (née en 1969), par exemple, soutint en 1997 une thèse intitulée Moments critiques dans l’autobiographie contemporaine : l’ironie tragique et l’autofiction chez Serge Doubrovsky, Hervé Guibert, Michel Leiris et Georges Perec. L’année précédente, elle se permit de publier un article défendant la légitimité éthique et littéraire de l’autofiction face aux attaques que lui avait portées Gérard Genette dans Fiction et diction23. Ensuite elle délaissa la théorie de l’autofiction pour la pratique du roman. Seul Le Bébé (2002) relève peut-être de ce genre. Cette même année 1997, le supplément littéraire du Monde consacra un dossier à l’autofiction, coordonné par Jacques Lecarme et incluant un article de Marie Darrieussecq24.

23La trajectoire de Philippe Forest (né en 1962) dans les territoires de l’autofiction est plus complexe. En tant qu’universitaire, il s’est d’abord intéressé au surréalisme et aux auteurs phares de la modernité (Joyce, Kafka, Borges, Robbe-Grillet), ensuite à Philippe Sollers et à l’Histoire de Tel Quel (1995), puis à l’œuvre de Kenzaburô Ôé. Celle-ci l’a mis sur la piste du shishôsetsu, un genre typiquement japonais apparenté au roman autobiographique qui jouit, depuis Sôseki, d’une véritable considération littéraire. Observant que Ôé introduit dans ses livres, apparemment référentiels, des situations et des personnages imaginaires, Forest les qualifie en 1998 d’auto-fictions, dans une acception proche de celle de Colonna. Il emploie le même terme pour désigner ses deux premiers « romans », L’Enfant éternel et Toute la nuit dont il atteste pourtant la stricte vérité factuelle.

24Dans une série d’essais parus entre 1999 et 2005, Forest assigne à l’autobiographie contemporaine une conscience aigüe de sa propre impossibilité. C’est par la mise en roman, la fragmentation, l’hétérogénéité, l’inachèvement, le métadiscours, la diversité des registres et des voix que les auteurs se doivent de problématiser sans cesse leur traduction langagière du réel. La généalogie qu’il revendique peut sembler paradoxale. Dans le sillage de Cendrars et de Céline, c’est en effet l’avant-garde formaliste des années 1960 (Sollers, Barthes, Perec, Mauriac puis Robbe-Grillet) qui aurait développé la tendance la plus clairvoyante et novatrice des écritures du moi. À ce courant « moderne », Forest oppose la dérive « naturaliste » de l’autofiction postmoderne.

  • 25  Philippe Vilain, Défense de Narcisse, Paris, Grasset, 2005, p. 123.

25Philippe Vilain (né en 1969) est un romancier discret dont les premiers livres trahissent l’influence d’Annie Ernaux. Il a publié deux essais consacrés à l’autofiction, en 2005 et 2009. Dans le premier, Défense de Narcisse, il demande que les écritures du moi, au même titre que les genres fictionnels, bénéficient d’une approche esthétique indemne de considérations éthiques. Pour plaider la littérarité de l’écriture autobiographique, Philippe Vilain allègue son recours constant à l’imagination qui permet de construire une histoire en comblant les lacunes de la mémoire. C’est ainsi que, dans L’Étreinte, qui relate sa liaison avec A.E., il a modifié les circonstances de leur rencontre et anticipé leur rupture25. Dans un cas, il voulait banaliser des faits qu’il jugeait trop romanesques ; dans l’autre, son récit lui a montré le caractère inéluctable de la séparation. L’écriture autofictionnelle n’est donc pas seulement rétrospective mais également prospective. Elle élabore, elle construit l’identité narrative de l’auteur :

  • 26  Philippe Vilain, « Écrire le roman vécu », dans Laurent Zimmermann (dir.), L’Aujourd’hui du roman, (...)

D’un côté, ma vie n’a jamais cessé de produire un sentiment de fiction, de l’autre, mes textes s’acharnent à produire une illusion de réalité : ainsi la réalité, plus crédible, plus vraisemblable, intègre la fiction de la vie26.

  • 27  Philippe Vilain, L’Autofiction en théorie, Paris, La Transparence, 2009, p. 50.
  • 28Ibid., p. 74.

Dans L’Autofiction en théorie, Philippe Vilain s’éloigne encore de la théorie doubrovskienne. D’une part, il récuse le critère de l’innovation stylistique et critique les adeptes de la « verbalisation immédiate façon Christine Angot27 ». D’autre part, il rejoint la position de Vincent Colonna quant au caractère « fictionnalisant », et possiblement fabulateur, de l’autofiction, héritière du roman autobiographique, dont il propose une définition qui a le mérite de la concision : « Fiction homonymique ou anominale qu’un individu fait de sa vie ou d’une partie de celle-ci28. »

  • 29  Choé Delaume, La Règle du je, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 20.

26En 2010, Chloé Delaume (née en 1973) a publié aux Presses universitaires de France, qui lui en avaient passé commande, un essai intitulé La Règle du je, scénarisé comme un roman et scandé, à son habitude, selon la rythmique de l’alexandrin. Revendiquant l’appartenance de ses écrits à l’autofiction, elle en examine les différentes définitions, interroge à ce sujet « le Maître du Haut Château » (votre serviteur), et répond aux critiques portées contre ce « genre expérimental. Dans tous les sens du terme29 » :

  • 30Ibid., p. 69.

La prostitution, le meurtre, la psychose, le deuil, le suicide. La mort, l’aliénation. C’est de ça que je parle, c’est de là que j’écris. Ils ne veulent pas y être, ils disent : une tragédie ou un dérèglement, chez toi dire c’est comme faire, parce qu’on peut faire le mal juste en le décrivant. Ils ne veulent pas en être30.

  • 31  Régine Battiston & Philippe Weigel (dir.), Autour de Serge Doubrovsky, Paris, Orizons, 2010.
  • 32  Michel Erman (dir.), Autofiction(s), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 2009.
  • 33  Arnaud Schmitt, Je réel / je fictif, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010, p. 179.
  • 34  Il s’agit d’« Autofictions, etc. », qui accueille le présent ouvrage. Dans cette collection, dirig (...)

On n’avait pas vu autant d’auteurs s’interroger sur leur pratique littéraire depuis le surréalisme et le Nouveau Roman. Parallèlement, quelques chercheurs se sont, à la suite de Jacques Lecarme et Vincent Colonna, intéressés au nouveau concept. Deux d’entre eux, Isabelle Grell et Arnaud Genon, ont créé le site Autofictions.com qui offre une vue d’ensemble de ce domaine en constante évolution. Au sein de l’Université, si conservatrice par vocation et aristotélicienne par tradition, l’autofiction est assez rapidement devenue un objet digne d’études. En 2008, un premier colloque consacré à l’œuvre de Serge Doubrovsky a été organisé à Mulhouse31. En 2009, la revue de stylistique Champs du signe a publié un recueil d’essais32. En 2010, les Presses universitaires du Mirail ont publié Je réel / je fictif d’Arnaud Schmitt, qui définit l’autonarration par « un engagement de l’auteur à retranscrire son vécu33 » en s’efforçant de distinguer la réalité de la fiction, tandis que les Presses universitaires de Lyon créaient une collection consacrée à l’autofiction34.

  • 35  Au Québec, signalons : Régine Robin, Le Golem de l’écriture : de l’autofiction au cybersoi, Montré (...)
  • 36  Ana Casas (dir.), La autoficción : reflexiones teóricas, Madrid, Arco / Libros, 2012 ; Jovita Norh (...)
  • 37  Voir l’entretien d’Arnaud Genon avec M’hamed Dahi du 27 août 2009 publié sur le site Autofictions. (...)
  • 38  Alfred Hornung & Ernstpeter Ruhe (dir.), Autobiographie et avant-garde, op. cit. ; Susanne Gehrman (...)
  • 39  Jerzy Lis, Obrzeża autobiografii : o współczesnym pisarstwie autofikcyjnym we Francji, Poznań, Wyd (...)

27Deux colloques, qui se sont tenus à Cerisy en 2008 et 2012, ont permis aux auteurs et aux critiques de se rencontrer pour débattre de la question de l’autofiction. Moins théorique, le second portait sur la diffusion du concept dans les cultures du monde. En effet, ce terme s’est implanté dans le vocabulaire critique de divers pays. Régine Robin l’a introduit au Québec, où il a fait fortune, et Manuel Alberca en Espagne35. Des textes de théoriciens français ont été traduits en espagnol et en portugais36. Au Maghreb et dans les pays arabophones le terme apparaît aussi pour décrire l’émergence d’une littérature du moi37. Il commence également à être employé en Allemagne38 et en Pologne39. En Inde, une revue universitaire en ligne lui est consacrée.

28Parallèlement, le mot autofiction est sorti du champ spécifiquement littéraire pour s’appliquer au cinéma, au théâtre, à la bande dessinée et aux arts plastiques. Si cette dissémination montre que le concept d’autofiction répond à une attente, elle rend sa définition de plus en plus problématique. Dans le domaine littéraire, le terme couvre actuellement trois (ou quatre) configurations d’écriture du moi, de la plus fictionnelle à la plus référentielle :

  • 40  Quelques exemples : La Divine Comédie (Dante), Voyage dans les États de la lune et du soleil (Cyra (...)

– l’autofabulation qui fonctionne comme une projection de l’auteur dans des situations manifestement imaginaires, invraisemblables. La communication du texte est régie par un contrat de fictionnalité40 ;

  • 41  Des auteurs employant cette stratégie : Colette, Jean Genet, Céline, Claude Simon, Louis Calaferte (...)

– l’autofiction autorise l’auteur à sélectionner, scénariser, intensifier, dialoguer et accommoder les « faits et événements strictement réels ». En d’autres termes, la matière est autobiographique et la manière romanesque41 ;

  • 42  Précurseurs : Montaigne, Michel Leiris, Georges Perec, Claude Mauriac. Dans cette veine : Annie Er (...)

– l’autobiographie postmoderne, ou autonarration, parfois assimilée à l’autofiction dans la mesure où elle pratique la fragmentation, le décentrement, l’intertextualité, le collage, l’énumération, la description et le mélange des genres. Il suffit alors qu’elle renonce au récit chronologique pour glisser vers une forme d’essai mâtinée d’autoportrait, que je nommerais volontiers auto-essai42.

29Lorsque ces trois (ou quatre) secteurs seront assez clairement délimités dans l’espace des écritures du moi, nous pourrons envisager de construire un nouveau récit à partir de ce mot-récit, un récit historique : nous rechercherons quels sont les précurseurs de ces genres, quelles sont les causes de leur émergence et de leur développement. Des œuvres maîtresses, fondatrices, emblématiques, seront reconnues et constitueront un nouveau canon.

30Ce travail est déjà engagé. Vincent Colonna a mis en évidence la récurrence de l’autofabulation depuis l’Antiquité (Lucien, Apulée) jusqu’à nos jours (Dante, Cyrano, Jean Paul, Gombrowicz). Jacques Lecarme a découvert des procédures autofictionnelles chez Pierre Loti, Colette, Céline, Cendrars, Genet. Philippe Lejeune a montré que Rousseau, Stendhal, Vallès, Perec, Leiris ont tenté de dépasser les apories de l’autobiographie par l’innovation formelle. Mais cette créativité autobiographique n’avait pas été prise en compte par l’histoire et la théorie de la littérature jusqu’à l’apparition du mot autofiction qui a permis d’ouvrir un nouveau champ de recherche. En effet, cette désignation s’est imposée au moment où se déployait une nouvelle vague d’écritures du moi qui concurrençait le roman en termes de quantité, de qualité, de légitimité et d’inventivité. Rendre compte de ce phénomène inédit constitue un enjeu majeur pour la critique d’aujourd’hui.

Notes

1  Texte issu de mon intervention au 18e Congrès des romanistes scandinaves qui s’est tenu à Göteborg (Suède) en août 2011.

2  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique [1975], Paris, Éditions du Seuil, « Points essais », 1996, p. 31.

3  Lettre de Serge Doubrovsky à Philippe Lejeune du 17 octobre 1977, citée par Philippe Lejeune dans Moi aussi, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1986, p. 63 ; et dans Ritm, nº 6, « Autofictions et Cie », Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme & Philippe Lejeune (dir.), 1993, p. 6. Dans Le Magazine littéraire de mars 2005, Doubrovky se réfère de nouveau à cette phrase du Pacte autobiographique, maladroite mais féconde.

4  Serge Doubrovsky, « L’initiative aux maux : écrire sa psychanalyse », Cahiers confrontation, nº 1, 1979, repris dans Parcours critique, Paris, Galilée, 1980, p. 165-201 ; et « Autobiographie / vérité / psychanalyse », communication au colloque de Cerisy consacré à « la psychanalyse des textes littéraires » en 1980 sous le titre « Fils : à retordre », reprise dans Autobiographiques, de Corneille à Sartre, Paris, Presses universitaires de France, « Perspectives critiques », 1988, p. 61-79.

5  Serge Doubrovsky, « Autobiographie / vérité / psychanalyse », art. cité, p. 77.

6  Serge Doubrovsky, Le Monstre, Paris, Grasset, 2014, p. 1078-1079.

7  Serge Doubrovsky, « Un fils russe : l’autofiction d’Alain Bosquet », Sud, nº 53-54, 1984, p. 75-92.

8  Serge Doubrovsky, « Textes en main », Ritm, nº 6, « Autofictions et Cie », Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme & Philippe Lejeune (dir.), 1993, p. 207-217.

9  Voir Ritm, nº 6, « Autofictions et Cie », Serge Doubrovsky, Jacques Lecarme & Philippe Lejeune (dir.), 1993.

10  Philippe Lejeune, « Autobiographie, roman et nom propre » [1984], dans Moi aussi, op. cit., p. 37-72.

11  Gérard Genette, Palimpsestes, Paris, Éditions du Seuil, 1982, p. 358.

12  Vincent Colonna, L’Autofiction : essai sur la fictionnalisation de soi en littérature, thèse de doctorat, sous la direction de Gérard Genette, Paris, EHESS, 1989, , disponible in extenso sur le site Internet de HAL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00006609/document (janvier 2015).

13  Vincent Colonna, Autofiction et autres mythomanies littéraires, Auch, Tristram, 2004, p. 111 et 91.

14  Gérard Genette, Bardadrac, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 136-137.

15  Paul Nizon, La République Nizon, rencontre avec Philippe Derivière, Paris, Les Flohic, 2000, p. 127.

16Ibid., p. 128.

17Ibid., p. 63.

18  Alain Robbe-Grillet, Les Derniers Jours de Corinthe, Paris, Éditions de Minuit, 1994, p. 177.

19  Alain Robbe-Grillet, dans Alfred Hornung & Ernstpeter Ruhe (dir.), Autobiographie et avant-garde, Tübinguen, Gunter Narr Verlag, 1992, p. 120.

20  Amaryll Chanady, « Une métacritique de la métalittérature », Études françaises, vol. 23, nº 3, 1987, disponible en ligne sur le site Érudit.org : www.erudit.org/revue/etudfr/1987/v23/n3/035732ar.html (janvier 2016).

21  Raymond Federman, Surfiction [1993], Nicole Mallet (trad.), Marseille, Le Mot et le Reste, 2006, p. 10 et 90.

22Ibid., p. 132-137.

23  Marie Darrieussecq, « L’autofiction, un genre pas sérieux », Poétique, nº 107, 1996, p. 372-373.

24Le Monde des livres, 24 janvier 1997, p. 6-7.

25  Philippe Vilain, Défense de Narcisse, Paris, Grasset, 2005, p. 123.

26  Philippe Vilain, « Écrire le roman vécu », dans Laurent Zimmermann (dir.), L’Aujourd’hui du roman, Nantes, Cécile Defaut, 2005, p. 140.

27  Philippe Vilain, L’Autofiction en théorie, Paris, La Transparence, 2009, p. 50.

28Ibid., p. 74.

29  Choé Delaume, La Règle du je, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 20.

30Ibid., p. 69.

31  Régine Battiston & Philippe Weigel (dir.), Autour de Serge Doubrovsky, Paris, Orizons, 2010.

32  Michel Erman (dir.), Autofiction(s), Toulouse, Éditions universitaires du Sud, 2009.

33  Arnaud Schmitt, Je réel / je fictif, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2010, p. 179.

34  Il s’agit d’« Autofictions, etc. », qui accueille le présent ouvrage. Dans cette collection, dirigée par Roger-Yves Roche, ont notamment été publiés : Claude Burgelin, Isabelle Grell & Roger-Yves Roche (dir.), Autofiction(s). Colloque de Cerisy, 2010 ; Mélikah Abdelmoumen, L’École des lectrices : Serge Doubrovsky et la dialectique de l’écrivain, 2011.

35  Au Québec, signalons : Régine Robin, Le Golem de l’écriture : de l’autofiction au cybersoi, Montréal, XYZ éditeur, 1997 ; Simon Harel, Alexandre Jacques & Stéphanie St-Amant (dir.), Le Cabinet d’autofictions, Montréal, UQÀM, « Cahiers du Célat », 2000 ; Madeleine Ouellette-Michalska, Autofiction et dévoilement de soi, Montréal, XYZ éditeur, « Documents », 2007. En Espagne : Manuel Alberca, El pacto ambiguo : de la novela autobiográfica a la autoficción, Madrid, Biblioteca Nueva, 2007 (prólogo de Justo Navarro) ; Alicia Molero de la Iglesia, La autoficción en España : Jorge Semprún, Carlos Barral, Luis Goytisolo, Enriqueta Antolín y Antonio Muñoz Molina, Berne, Peter Lang, « Perspectivas hispánicas », 2000.

36  Ana Casas (dir.), La autoficción : reflexiones teóricas, Madrid, Arco / Libros, 2012 ; Jovita Norhona (dir.), Ensaios sobre a autoficção, Belo Horizonte, UFMG, 2014.

37  Voir l’entretien d’Arnaud Genon avec M’hamed Dahi du 27 août 2009 publié sur le site Autofictions.com ; et du même M’hamed Dahi, « Réflexions sur le statut de l’autofiction dans la littérature arabe », dans Arnaud Genon & Isabelle Grell (dir.), Lisières de l’autofiction, Lyon, Presses universitaires de Lyon, « Autofiction, etc. », 2016, p. 55-71. Voir également la thèse, à paraître, de Darouèche Hilali Bacar, L’Autofiction en question : une relecture du roman arabe à travers les œuvres de Mohamed Choukri, Sonallah Ibrahim et Rachid El-Daïf.

38  Alfred Hornung & Ernstpeter Ruhe (dir.), Autobiographie et avant-garde, op. cit. ; Susanne Gehrmann & Claudia Gronemann (dir.), Les Enjeux de l’autobiographie dans les littératures de langue française, Paris, L’Harmattan, 2006.

39  Jerzy Lis, Obrzeża autobiografii : o współczesnym pisarstwie autofikcyjnym we Francji, Poznań, Wydawnictwo Naukowe UAM, 2006.

40  Quelques exemples : La Divine Comédie (Dante), Voyage dans les États de la lune et du soleil (Cyrano de Bergerac), Biographie conjecturale (Jean Paul), Ferdydurke (Witold Gombrowicz), Le Gâteau des morts (Dominique Rolin), Blanche ou l’oubli, le mentir-vrai, la mise à mort (Louis Aragon), Opération Shylock, Le Complot contre l’Amérique (Philippe Roth), la série de Jean-Benoît Puech sur l’écrivain Jordane, Lunar Park (Bret Easton Ellis), Nous, les moins-que-rien, fils aînés de personne (Jacques Roubaud), La Carte et le Territoire (Michel Houellebecq).

41  Des auteurs employant cette stratégie : Colette, Jean Genet, Céline, Claude Simon, Louis Calaferte, Marguerite Duras, Hervé Guibert, Paul Nizon, Camille Laurens, François Weyergans, Richard Morgièvre. Et à l’étranger : Henry Miller, Jack Kerouac, John Fante, Pedro Juan Guttierez.

42  Précurseurs : Montaigne, Michel Leiris, Georges Perec, Claude Mauriac. Dans cette veine : Annie Ernaux, Charles Juliet, J.-B. Pontalis, Pascal Quignard, Confessions d’une radine de Catherine Cusset, Le Cri du sablier de Chloé Delaume, les premiers livres de Philippe Forest, Pedigree de Modiano, Ostinato de L.-R. des Forêts, La Parole errante d’Armand Gatti, Un roman russe d’Emmanuel Carrère. À l’étranger : Henry Roth, Jamaica Kincaid, Karl Ove Knausgaard, les textes autobiographiques de J.M. Coetzee, Thomas Bernhard, Peter Handke, Christa Wolf ou encore W.G. Sebald.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search