Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Gombrowicz : limites de l’autofabulation1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les nombreux termes qui ont été proposés depuis trente ans pour désigner les textes situés à la frontière du roman et de l’autobiographie, un seul est entré dans l’usage de la critique et du public : autofiction. S’agissant d’un mot composé, sa définition devrait résulter de l’addition sémantique de ses composants. Le premier, « auto- », est tiré du grec autos qui signifie « le même », « lui-même », « de lui-même ». L’autoportrait est un « portrait de l’auteur par lui-même » et l’autobiographie une « biographie de l’auteur par lui-même ». Le composé autofiction devrait donc désigner une fiction de l’auteur par lui-même. Mais qu’est-ce qu’une fiction ?

Premier sens, selon le dictionnaire Robert : « mensonge ». Deuxième sens :

Construction de l’imagination (opposé à réalité) ; création de l’imagination, en littérature. Livre de fiction. Conte, nouvelle, roman : science-fiction (en valeur d’adj. sur le modèle de science-fiction). Politique-fiction, urbanisme-fiction.

Troisième sens ...

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search