Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Imre Kertész, Gao Xingjian : deux romans-témoignages

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mallarmé estimait que l’utilisation du langage à des fins référentielles était incompatible avec une préoccupation esthétique. L’écrivain qui s’abaissait à transmettre une information factuelle à son lecteur tombait dans « l’universel reportage1 », autrement dit dans la catégorie non littéraire que la Poétique d’Aristote nommait chronique ou histoire. Mais, si l’on y regarde de plus près, l’expression mallarméenne recelait un contresens prémonitoire. Pour Aristote, en effet, la poésie relève de l’art parce qu’elle traite du général, de l’universel, au contraire de l’histoire qui se borne à énumérer des cas particuliers dont on ne peut tirer aucune leçon. Avec Mallarmé, l’adjectif universel prend le sens péjoratif de « commun, trivial, vulgaire ». D’où l’ambiguïté d’une expression qui, au risque de renverser l’antique système de valorisation littéraire, attribuait au « reportage » le caractère « universel » qui était l’apanage de la poésie.

Sans doute le poète entendait-il dénoncer un...

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search