Version classiqueVersion mobile

Poétiques du je

 | 
Philippe Gasparini

Chateaubriand : naissance d’un genre

Texte intégral

  • 1  Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936, p. (...)

1Albert Thibaudet écrivait vers 1935 : « René, qui créait en France le court roman autobiographique, à prénom, était tourné, comme le genre du roman lui-même, vers l’avenir1. » L’avenir de ce texte tenait-il à sa brièveté ou à son titre prénominal ? Certes, il a lancé une mode littéraire. Mais son plus grand mérite est d’avoir révélé et actualisé certaines potentialités d’une catégorie générique, le roman autobiographique, qui allait être appelée, comme le roman proprement dit, à un développement prodigieux. Chateaubriand avait-il l’intention d’innover ?

  • 2  François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe [1849], Jean-Claude Berchet (éd.), Paris, L (...)

Un épisode du Génie du christianisme, qui fit moins de bruit alors qu’Atala, a déterminé un des caractères de la littérature moderne. Mais, au surplus, si René n’existait pas, je ne l’écrirais plus ; s’il m’était possible de le détruire, je le détruirais. Une famille de René poètes et de René prosateurs a pullulé : on n’a plus entendu que des phrases lamentables et décousues ; il n’a plus été question que de vents et d’orages2.

On a souvent cité ce passage des Mémoires d’outre-tombe sans remarquer qu’il se commentait lui-même. Quoi de plus « décousu », en effet, que la juxtaposition de ces quelques phrases ? Au point que la seconde, si curieusement introduite par « Mais, au surplus, si », semble interpolée, en « surplus ». Qu’on la retire et le récit de la fortune de René retrouve toute sa cohérence : cet « épisode [...] a déterminé un des caractères de la littérature moderne [...]. Une famille de René [...] a pullulé », etc.

2À ce paragraphe d’histoire littéraire succède une analyse thématique :

  • 3Ibid.

Dans René, j’avais exposé une infirmité de mon siècle ; mais c’était une autre folie aux romanciers d’avoir voulu rendre universelles des afflictions en dehors de tout. Les sentiments généraux qui composent le fond de l’humanité, la tendresse paternelle et maternelle, la piété filiale, l’amitié, l’amour, sont inépuisables ; mais les manières particulières de sentir, les individualités d’esprit et de caractère, ne peuvent s’étendre et se multiplier dans de grands et nombreux tableaux. Les petits coins non découverts du cœur de l’homme sont un champ étroit ; il ne reste rien à recueillir après la main qui l’a moissonné la première. Une maladie de l’âme n’est pas un état permanent et naturel : on ne peut la reproduire, en faire une littérature, en tirer parti comme d’une passion générale incessamment modifiée au gré des artistes qui la manient et en changent la forme3.

  • 4  François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, op. cit., XII, chap. 4, p. 725.

De façon paradoxale, le « chef de la nouvelle école4 » romantique s’appuie sur la poétique classique pour rejeter un de ses premiers succès en dehors de la littérature. D’abord il prétend que René n’était qu’un « exposé » sur une « maladie de l’âme » par lui diagnostiquée, une étude anthropologique en quelque sorte. Et ensuite il souligne que, par son caractère « particulier » et « individuel », ce portrait ne pouvait en aucun cas définir un type littéraire ; il n’était doté d’aucune des qualités requises, à savoir la généralité, l’universalité, le naturel, la permanence. Les soi-disant « artistes » qui ont copié ce personnage unique pour « en faire une littérature » ont donc enfreint les règles élémentaires de l’esthétique aristotélicienne.

3Il n’en reste pas moins que René « a déterminé un des caractères de la littérature moderne ». On doit en déduire qu’il existe désormais une manière d’écrire fondée sur l’individuel et le particulier, échappant aux canons de la poétique traditionnelle. Dans cette hypothèse, lui, Chateaubriand, peut s’enorgueillir d’avoir inauguré, à l’aube du siècle, une littérature radicalement nouvelle. Voilà ce que, d’outre-tombe, il importait de signifier à ses successeurs.

4Cependant, en situant son innovation au seul niveau thématique, il sous-estime la portée de René qui sera essentiellement d’ordre générique : c’est en mélangeant deux genres qu’il récusait, le roman et la confession, que le jeune Chateaubriand a effectué un saut dans la modernité. Si la « famille » des René n’a cessé de pulluler depuis deux siècles, elle ne le doit pas tant au « vague des passions » qu’aux possibilités ouvertes par la stratégie de communication qui informait ce récit. Aussi le besoin s’est-il fait sentir assez vite de nommer et de définir la catégorie narrative que René avait modélisée. Les noms qu’on lui a donnés ont pu varier, mais, en fin de compte, l’étiquette la plus explicite pour désigner cette famille générique reste l’expression employée par Thibaudet, à savoir « roman autobiographique ». J’aimerais, en tout cas, montrer qu’elle s’applique avec pertinence à ce texte clé.

  • 5  François-René de Chateaubriand, préface à Atala, citée par Chateaubriand lui-même dans sa préface (...)
  • 6  Termes qu’il emploie dans la Défense du Génie du christianisme, ainsi que dans la préface à la pre (...)
  • 7  « Dans René, j’avais exposé une infirmité de mon siècle ; mais c’était une autre folie aux romanci (...)

5D’abord, est-ce un roman ? On sait que Chateaubriand conçut initialement son récit comme un « chapitre » ou un « épisode » des Natchez, qui devait être une « épopée de l’homme de la nature5 ». Il attendra finalement 1826 pour publier Les Natchez, sans Atala ni René. Entre-temps, l’« épisode » de René avait été remanié dans une optique apologétique pour être inséré dans le Génie du christianisme en 1802, puis publié à part, avec Atala, en 1805. Si Chateaubriand parle de « l’histoire de René6 », il a toujours évité le terme de roman, indigne de sa conception de la littérature ; ce sont ses imitateurs qui méritent d’être appelés « romanciers7 » !

  • 8  « Ce roman doit surtout plaire aux lecteurs qui conservent quelques souvenirs de l’âge d’inquiétud (...)
  • 9  Dorrit Cohn, Le Propre de la fiction [1999], Claude Hary-Schaeffer (trad.), Paris, Éditions du Seu (...)
  • 10  Gérard Genette, Fiction et diction, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1991, p. 11-40.

6Néanmoins, le Mercure de France du 5 mai 1802 considérait déjà René comme un roman8. Que l’on retienne la définition de Littré de 1860, « une histoire feinte », ou celle du Robert dans sa dernière édition, une « œuvre d’imagination en prose », rien ne s’oppose à qualifier René de roman, ou, eu égard à sa longueur, de nouvelle. De même il se situe sans aucun doute dans le champ de la fiction, c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Dorrit Cohn, du « récit littéraire non référentiel9 ». En effet Chateaubriand n’avance aucune preuve de l’historicité des personnages, de la réalité des lieux, de l’énonciation des paroles. Le texte est feint, imaginaire, fictif, car il échappe à toute procédure de vérification. Et, comme l’a montré Gérard Genette dans Fiction et diction, ce registre fictionnel suffit, dans notre culture, à lui assurer un statut « constitutivement littéraire10 ».

  • 11  Georges Blin, Stendhal et les problèmes du roman, Paris, José Corti, 1954, p. 318-319, n. 1.
  • 12  Gérard Genette, Fiction et diction, op. cit., p. 41-63.

7Mais René n’est pas seulement fictionnel et littéraire par défaut de référentialité. Il s’inscrit également, de par sa forme narrative sophistiquée, dans une tradition romanesque. On y retrouve en effet le clivage que Georges Blin observait dans le roman stendhalien, à la fois « récit d’une fiction » et « fiction d’un récit11 ». En d’autres termes, plus conformes à la définition de la fiction littéraire que proposait Gérard Genette, le texte résulte d’un double acte de langage, une assertion feinte et un signalement, plus ou moins explicite, de son caractère fictif12. Ce dédoublement sémiotique est ici obtenu par l’enchâssement de deux modes d’énonciation : le récit d’une fiction, pris en charge par un narrateur omniscient, et la fiction d’un récit attribué au personnage de ‘René’.

8Le narrateur du récit cadre (ou récit premier) ne revendique pas un statut référentiel pour son énoncé. Il ne fournit d’ailleurs aucune précision sur la façon dont il a pu avoir connaissance de cette histoire, dont il n’est pas témoin et dont tous les protagonistes, assure-t-il en conclusion, sont morts à l’heure où il la raconte. Son omniscience est mise en évidence par sa capacité à rapporter les pensées intimes des personnages. Le double récit présente donc tous les caractères conventionnels de la fable, sans cependant excéder les limites du vraisemblable.

  • 13  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique [1975], Paris, Éditions du Seuil, « Points essais », 1 (...)

9Si rien ne s’oppose à qualifier René de roman, il nous reste, pour justifier le bien-fondé de l’appellation générique « roman autobiographique », à évaluer la validité du second terme. Je m’appuierai sur la définition tripartite qu’en a donné Philippe Lejeune dans Le Pacte autobiographique. Premier critère : « Pour qu’il y ait autobiographie (et plus généralement littérature intime), il faut qu’il y ait identité de l’auteur, du narrateur et du personnage13. » Cette identité est établie par la similitude de leur état civil qui marque l’engagement de l’auteur, dont le nom est porté sur la couverture du livre, à tenir un discours « sérieux » et sincère sur lui-même.

  • 14  Voir l’introduction de Fernand Letessier à l’édition Garnier (Paris, 1962, p. XXXIX, n. 1).

10Ici l’idée même de pacte référentiel est exclue puisque le texte se présente comme une fiction. Aucune assertion « sérieuse » ne demande au lecteur de superposer l’auteur, le narrateur et le personnage. Pourtant nous allons soupçonner une collusion entre l’auteur et René, « héros » du roman et narrateur du récit second, car le nom du héros-narrateur reproduit et affiche le second prénom de l’auteur, François-René de Chateaubriand. Dès l’intitulé, par le signe de cette seconde ou tierce identité, la nature partiellement autobiographique du contenu est ainsi suggérée. Mais pas à tout lecteur. Cette identité nominale fut d’abord cryptée puisque l’auteur signait ses œuvres « François-Auguste de Chateaubriand » et n’avoua son véritable prénom que dans le premier chapitre des Mémoires, lesquels ne devaient paraître qu’après sa mort14. René était donc un nom de code à triple fonction : il marquait, aux yeux de Chateaubriand et de ses intimes, une similitude entre son personnage et lui-même ; il devait cacher cette étroite parenté à ses contemporains ; et il devait la révéler à la postérité.

  • 15  Wolfgang Iser, L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique [1976], Évelyne Sznycer (trad.), (...)

11Mais les premiers lecteurs de René avaient accès à bien d’autres indices d’identité entre le héros et l’auteur. Ces signes textuels et péritextuels sollicitaient d’emblée leur sagacité et leur compétence. Ils mettaient en place ce que Wolfgang Iser nommait la « stratégie du texte », en ébauchant « les conditions de [s]a perception15 ». À partir du moment où ils suggéraient une identité, même partielle, de l’auteur et du personnage, ils faisaient fonction d’embrayeurs génériques. Autrement dit, ils orientaient le processus de lecture vers une interprétation autobiographique qui se superposait à l’interprétation fictionnelle sur le mode de l’ambiguïté.

12En effet le succès extraordinaire d’Atala en 1801 avait rendu son auteur célèbre. Et tout indique qu’il a profité de cette notoriété pour cultiver son personnage romantique. Cette stratégie est illustrée par les gravures de Jean-Jacques Le Barbier, qui, dès 1803, donnent ostensiblement au héros du livre les traits de l’auteur.

13L’auteur et le personnage présentent d’autres points communs. Leur origine aristocratique et provinciale. Leur génération : René, admirateur d’Ossian, s’inscrit dans le grand courant romantique que va incarner l’Enchanteur. Leur âge : le personnage est encore un « jeune homme » au moment de son récit, l’auteur a 34 ans en 1802.

14Mais l’indice le plus important concerne la position du héros par rapport à l’activité qui l’a engendré, c’est-à-dire l’écriture. Que dit René ?

  • 16  François-René de Chateaubriand, René [1802], dans Œuvres romanesques et voyages, Maurice Regard (é (...)

Jeune, je cultivais les muses [...]. Je recherchai surtout dans mes voyages les artistes et ces hommes divins qui chantent les dieux sur la lyre [...], ils possèdent le seul talent incontestable dont le ciel ait fait présent à la terre16.

  • 17Ibid., p. 123.

15Un personnage de roman qui s’intéresse à l’art en général et à la littérature en particulier, évoque immanquablement l’auteur. A fortiori s’il pratique l’écriture. Cependant René abandonne bientôt la poésie, « naïve et sublime ». Il se détourne des « chantres » qui « expliquent les lois de l’univers, et ne peuvent comprendre les affaires les plus innocentes de la vie17 ». Ce rejet du lyrisme traduit dans une certaine mesure le mépris de Chateaubriand pour les « artistes », son ambivalence rousseauiste à l’égard de la littérature. Dans le même mouvement, René répudie le « monde » parce qu’il impose un langage inauthentique :

  • 18Ibid., p. 127.

Ce n’était ni un langage élevé, ni un sentiment profond qu’on demandait de moi. Je n’étais occupé qu’à rapetisser ma vie, pour la mettre au niveau de la société. Traité partout d’esprit romanesque, honteux du rôle que je jouais, [...] je pris le parti de me retirer dans un faubourg pour y vivre totalement ignoré18.

  • 19  François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme [1802], Paris, Garnier-Flammarion, t. 1, 19 (...)
  • 20  François-René de Chateaubriand, René, op. cit., p. 122.

16Comment cet « esprit romanesque » va-t-il, dès lors, exprimer « un sentiment profond » dans « un langage élevé » si ce n’est par l’écriture référentielle, sérieuse, et le retour sur soi ? On ne trouve pas dans René de métadiscours explicite sur la stratégie générique du texte. Mais, dans le Génie du christianisme, dont René devait faire partie, une théorie du roman autobiographique est esquissée, avec un jeu de mots aussi involontaire que prémonitoire : « Les grands écrivains ont mis leur histoire dans leurs ouvrages. On ne peint bien que son propre cœur en l’attribuant à un autre ; la meilleure partie du génie se compose de souvenirs19. » L’expression revient dans la bouche de René : « Souvent [...] j’ai cru voir le Génie des souvenirs, assis tout pensif à mes côtés20. » La postérité conviendra en effet, dès Sainte-Beuve, que René est la meilleure partie non seulement du Génie du christianisme mais, sans doute, du génie de Chateaubriand.

  • 21  Dominique Rincé & Dominique Barbéris, Chateaubriand, Paris, Nathan, 1994, p. 45-46.
  • 22  Pierre Moreau, introduction à François-René de Chateaubriand, Atala [1801] et René [1802], Paris, (...)

17Le lecteur dispose, avec les Mémoires d’outre-tombe, d’un document épitextuel de première main pour corroborer, s’il en était besoin, la dimension autobiographique de René. Dominique Barbéris et Dominique Rincé ont, par exemple, dressé un tableau révélateur des concordances qu’on peut relever entre les portraits du héros et de son « modèle », et ont conclu sans hésiter à « un exercice d’autofiction21 ». Pierre Moreau assurait pour sa part que « la meilleure façon de lire René, c’est d’avoir les Mémoires auprès de soi, d’aller de ceux-ci à celui-là, de celui-là à ceux-ci, en un entrecroisement perpétuel de thèmes [...]. Les Mémoires et René composent un À la recherche des horizons perdus. » Et il ajoutait : « René est fait des dérélictions d’un homme qui a réellement existé22. »

  • 23  Thérèse Delarouzée, introduction à François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe (extrait (...)

18Symétriquement, Thérèse Delarouzée estimait que les Mémoires étaient « un effort pour survivre en faisant revivre un René sans fiction : le “moi” superbe du poète. En retour s’éclairera le sens du roman de 180223 ». Une connaissance plus approfondie de la vie de Chateaubriand, accessible dans ses Mémoires ainsi que dans l’apparat critique des meilleures éditions, confirme son identification profonde et durable avec son héros. Il écrivit à Mme Récamier, le 6 novembre 1834 :

  • 24  François-René de Chateaubriand, Lettres à madame Récamier, Maurice Levaillant (éd.), Paris, Flamma (...)

J’étais si en train et si triste, que j’aurais pu faire une seconde partie à René, un vieux René. Il m’a fallu me battre avec la Muse pour écarter cette mauvaise pensée ; encore ne m’en suis-je tiré qu’avec cinq ou six pages de folie, comme on se fait saigner quand le sang porte au cœur et à la tête24.

  • 25  Bernard Degout, « De René au vieux René », dans Jean-Paul Clément (dir.), Les Deux Visages de Chat (...)

19D’après Maurice Levaillant, Chateaubriand caressa ce projet d’un « vieux René », sporadiquement, à partir de 1823. Il faut donc relativiser le désaveu allégué dans les Mémoires. Sa condamnation n’était pas littéraire mais morale : monsieur le Ministre repoussait désormais comme une « mauvaise pensée » la tentation de se projeter dans un héros romanesque. Il considérait l’effusion romantique comme une maladie honteuse dont il n’était pas complètement guéri. Car François-René restait profondément attaché à son double auquel le liait une relation complexe et ambivalente25.

  • 26  Gérard Genette, Discours du récit, dans Figures III, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1972, (...)

20Après avoir examiné les principaux indices d’identité entre l’auteur et le protagoniste, voyons maintenant ce qu’il en est du narrateur. Si l’on considère la structure générale de l’œuvre, le narrateur de René est extradiégétique et hétérodiégétique, c’est-à-dire, dans la terminologie introduite par Gérard Genette, ni mentionné, ni représenté dans le récit premier. Mais il s’efface bientôt pour laisser la parole à René qui, lui, « est le héros de son récit26 ».

21Chateaubriand présentait l’histoire de René comme une parabole dont le sens était donné par le récit cadre et par l’ensemble plus vaste du Génie du christianisme. Dans cette optique axiologique, le porte-parole de l’auteur n’était pas René mais le père Souël. Les premiers critiques ont obéi à cette prescription de lecture :

  • 27Le Mercure, 15 floréal, an X (5 mai 1802).

D’ailleurs la moralité est tout à fait neuve, et malheureusement d’une application très étendue. Elle s’adresse à ces nombreuses victimes de l’exemple du jeune Werther, de Rousseau, qui ont cherché le bonheur loin des voies communes de la société27.

Mais, depuis Sainte-Beuve, la plupart des lecteurs, d’une part dissocient définitivement René du Génie du christianisme, d’autre part considèrent l’appareillage narratif et idéologique qui encadre le témoignage de René comme un simple pré-texte, un habillage, voire un faux-semblant. L’essentiel réside à leurs yeux dans le récit autodiégétique d’un nouveau genre qui occupe 85 % du texte.

  • 28  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 14.
  • 29  François-René de Chateaubriand, « Prologue », dans Atala [1801], dans Œuvres romanesques et voyage (...)

22Le second trait définitoire de l’autobiographie, d’après Philippe Lejeune, tient à sa structure de « récit rétrospectif28 ». On peut distinguer trois strates temporelles dans ce texte. La plus récente est le moment indéterminé où il est écrit, après la mort de tous les protagonistes. La seconde strate occupe quelques heures d’un jour précis, « le 21 de ce mois que les Sauvages appellent La lune des fleurs ». Ce jour se situe « quelques années » après l’arrivée de René chez les Natchez. Le narrateur d’Atala datait son récit de manière plus conventionnelle : « En 1725, un Français nommé René, poussé par des passions et des malheurs, arriva à la Louisiane. Il remonta le Meschacebé jusqu’aux Natchez et demanda à être reçu guerrier de cette nation29. » Cette datation disparaît du second « épisode », ce qui a pour effet de le rapprocher du moment de sa transcription. D’ailleurs, si René a lu Ossian dans sa jeunesse, il ne peut guère être né avant 1740, la première édition de Fingal datant de 1761.

  • 30  Gérard Genette, Discours du récit, op. cit., p. 122-123.

23Du point de vue de la durée, cette strate du récit premier offre un exemple d’« isochronie », c’est-à-dire d’équivalence virtuelle entre le temps de l’histoire et le temps du récit30 : il n’y a pas de disproportion entre le temps qu’il faut pour lire René et le temps que pourrait durer la rencontre relatée. Cela s’explique bien entendu par le caractère essentiellement théâtral de la scène : elle rapporte des paroles dont le lecteur prend connaissance à mesure qu’elles s’énoncent. Cette simultanéité fait coïncider l’acte de lecture avec l’acte de langage attribué à René.

24Cet acte de langage s’inscrit dans une troisième strate temporelle qui remonte à la naissance de René puis évoque chronologiquement sa vie passée jusqu’au moment de la narration. Il s’agit donc d’un retour en arrière, d’une rétrospection. Bien qu’il soit mis entre guillemets, ce récit n’affiche aucune marque d’oralité : la complexité des périodes, l’alternance de scènes et de sommaires, l’insertion de commentaires gnomiques, la citation de paroles et d’une lettre, toute la rhétorique oratoire de l’Enchanteur signale le caractère écrit et mûrement réfléchi de cette histoire.

25Aux deux récits correspondent deux espaces distincts : au lieu du « rendez-vous », « d’une inconcevable grandeur », et donc frappé de quelque irréalité exotique, s’opposent les endroits richement connotés où a vécu René : le château « au milieu des forêts », l’Italie, la Grèce, l’Écosse, « une chaumière ». Le temps et l’espace du récit rétrospectif ont plus d’acuité référentielle que ceux du récit prétexte.

  • 31  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 14.
  • 32  François-René de Chateaubriand, René, op. cit., p. 118.

26La définition que Lejeune a donnée de l’autobiographie comporte enfin un volet sémantique : l’autobiographe, se retournant sur son passé, « met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité31 ». On ne saurait mieux gloser le projet de René qui est de « raconter, non les aventures de sa vie, puisqu’il n’en avait point éprouvé, mais les sentiments secrets de son âme32 ». Pour attester la sincérité de ce projet, Chateaubriand calque la scénographie de son roman sur le dispositif du rite de la confession : à l’écart du village, Chactas et le père Souël écoutent en silence le récit d’une vie malheureuse. Puis le prêtre menace le pénitent du « châtiment » divin et l’exhorte à s’amender. La double caution du « père adoptif », Chactas, et du « père » en religion, Souël, sacralise et authentifie le contrat de sincérité auquel a souscrit leur « fils ».

  • 33Ibid., p. 142.
  • 34  Jean Balcou, « René contre Dieu ? », dans Christine Montalbetti (dir.), Chateaubriand : la fabriqu (...)

27Cependant René n’est pas un pénitent comme les autres : ce ne sont pas des péchés qu’il confesse mais « les sentiments secrets de son âme ». Ayant résisté aux tentations d’inceste et de suicide, il est en paix avec sa conscience. Comment lui faire grief de son incurable mélancolie puisque son « cœur est naturellement pétri d’ennui et de misère33 » ? En invoquant une disposition « naturelle », il s’épargne une révolte inutile contre Dieu ou ses parents34.

28Comme Rousseau, René assigne trois fonctions à sa confession : la plainte, le plaidoyer et l’explication. Mais il relie plus étroitement que Jean-Jacques les expériences de l’enfant et de l’adolescent aux problèmes de l’adulte. Il pressent que son « malheureux caractère » est aussi une conséquence des carences affectives dont il a souffert : orphelin de mère, intimidé par son père, chassé du paradis de l’enfance par son frère, il a reporté son besoin d’amour sur sa sœur. Cette fixation infantile a perturbé gravement son développement affectif et l’a conduit à la limite de l’aliénation.

29Par la quête des origines de son mal-être, il se pose en sujet moderne qui, sinon assume, du moins affronte son passé, et donc en narrateur de sa propre histoire. Tout le contraire d’un pécheur demandant pardon. C’est pourquoi la diatribe du père Souël n’a pas prise sur lui.

30Il est probable que René n’est pas seulement victime de son histoire familiale, mais aussi de l’histoire tout court. Comment ne pas sentir dans son discours le désarroi des jeunes aristocrates au lendemain de la Révolution ? « Isolé dans [s]a patrie », incapable de se « mettre au niveau de la société » qui se transforme, il va devoir, comme Chateaubriand, émigrer.

31Plusieurs de ces thèmes deviendront récurrents dans les romans autobiographiques ultérieurs : l’éveil de la sensibilité artistique, les souvenirs douloureux de la vie familiale, le dévoilement de secrets d’ordre intime, l’ambivalence envers les proches, la culpabilité et le ressentiment qui en découlent, l’exil. Naturellement, ces topoï ne sont pas spécifiques au roman personnel : on peut les rencontrer dans tous les genres narratifs. Néanmoins ils mettent en place une rhétorique de la sincérité qui pèse de tout son poids sur la réception du texte.

  • 35  Umberto Eco, Lector in fabula [1979], Myriem Bouzaher (trad.), Paris, Grasset, 1985, p. 82 et 154.

32Du reste, aucun des indices de roman ou d’autobiographie que l’on peut relever dans René ne fixe définitivement son classement générique. L’identification d’un roman autobiographique résulte de l’interaction d’une stratégie textuelle retorse et d’un processus de lecture. Les opérations de décodage sémiotique conduisent à sélectionner certains aspects du texte et à les mettre en perspective tandis que d’autres sont jugés non pertinents d’un point de vue générique et passent, provisoirement, au second plan. Umberto Eco nomme ce « phénomène qui se réalise entre deux stratégies discursives » la « coopération textuelle ». « Pour avancer son hypothèse, écrit-il dans Lector in fabula, le lecteur doit recourir à des scénarios communs ou intertextuels » puisés dans son « encyclopédie35 ». L’hypothèse « roman autobiographique » permet au lecteur de concilier des indications contradictoires et de jouir pleinement de l’ambiguïté du texte.

33Pour sélective et subjective qu’elle paraisse, une telle démarche ne fait pas obstacle à la jouissance esthétique de l’œuvre dans toutes ses dimensions ; au contraire il faut la considérer comme la mise en place d’une hypothèse heuristique, l’amorce et la condition d’un dialogue fécond avec le texte. Reconnaître l’ambivalence de René n’empêche pas d’en goûter la valeur poétique originale, ni d’y analyser ensuite le traitement des topoï romantiques, ni même de classer le texte, sous un autre angle, dans un autre genre (monologue, poème en prose, apologue, etc.). C’est une manière d’aborder le texte en y repérant une suite cohérente d’indices susceptible d’être mise en parallèle avec des séries comparables dans d’autres textes.

34En résumé, plusieurs catégories d’indices concomitants suggèrent au lecteur d’attribuer au roman une intention autobiographique :

  1. Des signes explicites, localisés dans le texte, dans le paratexte et dans d’autres textes :
  • indices onomastiques, sociaux, professionnels, suggérant l’identité de l’auteur, du narrateur et du héros ;
  • commentaires intertextuels et métadiscursifs internes confirmant et valorisant cette identité ;
  • informations et recoupements externes allant dans le même sens.
  1. Des opérateurs implicites et diffus dans la structure narrative :
  • une procédure énonciative à dominante autodiégétique, d’apparence autobiographique ;
  • un traitement du temps à dominante rétrospective qui permet au narrateur de retracer l’évolution de sa personnalité.
  1. Des thèmes que l’on rencontre habituellement dans les écritures du moi, traités de façon à convaincre le lecteur de la sincérité du discours.

35Si Chateaubriand n’a pas inventé cette stratégie littéraire, il en a illustré, en quelques pages, les possibilités essentielles. Son modèle du genre ouvrait la voie non seulement aux émules qu’il a reniés, mais aux romanciers du siècle suivant. Il faudra en effet attendre la génération de Joyce et Rilke, puis celle de Henry Roth, Serge Doubrovsky et Kenzaburo Ôé, pour que l’enfance, la puberté, la sexualité, la dépression retrouvent cette importance décisive qui annonçait Freud. Deux cents ans après ce « coming out » fictionnalisé, son audace, sa candeur, son impudeur restent sidérantes.

Notes

1  Albert Thibaudet, Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours, Paris, Stock, 1936, p. 32-33.

2  François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe [1849], Jean-Claude Berchet (éd.), Paris, Librairie générale française, « Le Livre de poche », 2001, XIII, chap. 10, p. 69.

3Ibid.

4  François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, op. cit., XII, chap. 4, p. 725.

5  François-René de Chateaubriand, préface à Atala, citée par Chateaubriand lui-même dans sa préface aux Natchez : « Voici comme je parlais des Natchez dans la préface de la première édition d’Atala : “J’étais encore très jeune lorsque je conçus l’idée de faire l’épopée de l’homme de la nature, ou de peindre les mœurs des sauvages, en les liant à quelque événement connu.” »

6  Termes qu’il emploie dans la Défense du Génie du christianisme, ainsi que dans la préface à la première édition séparée d’Atala et René (1805).

7  « Dans René, j’avais exposé une infirmité de mon siècle ; mais c’était une autre folie aux romanciers d’avoir voulu rendre universelles des afflictions en dehors de tout » (Mémoires d’outre tombe, op. cit., XIII, chap. 10, p. 69).

8  « Ce roman doit surtout plaire aux lecteurs qui conservent quelques souvenirs de l’âge d’inquiétude et des passions naissantes qu’on a voulu peindre » (Mercure de France, 5 mai 1802 [15 floréal, an X]).

9  Dorrit Cohn, Le Propre de la fiction [1999], Claude Hary-Schaeffer (trad.), Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 2001, p. 27 et 31.

10  Gérard Genette, Fiction et diction, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1991, p. 11-40.

11  Georges Blin, Stendhal et les problèmes du roman, Paris, José Corti, 1954, p. 318-319, n. 1.

12  Gérard Genette, Fiction et diction, op. cit., p. 41-63.

13  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique [1975], Paris, Éditions du Seuil, « Points essais », 1996, p. 15.

14  Voir l’introduction de Fernand Letessier à l’édition Garnier (Paris, 1962, p. XXXIX, n. 1).

15  Wolfgang Iser, L’Acte de lecture : théorie de l’effet esthétique [1976], Évelyne Sznycer (trad.), Bruxelles, Mardaga, 1985, p. 174.

16  François-René de Chateaubriand, René [1802], dans Œuvres romanesques et voyages, Maurice Regard (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, vol. 1, p. 119.

17Ibid., p. 123.

18Ibid., p. 127.

19  François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme [1802], Paris, Garnier-Flammarion, t. 1, 1993, p. 231-232.

20  François-René de Chateaubriand, René, op. cit., p. 122.

21  Dominique Rincé & Dominique Barbéris, Chateaubriand, Paris, Nathan, 1994, p. 45-46.

22  Pierre Moreau, introduction à François-René de Chateaubriand, Atala [1801] et René [1802], Paris, Gallimard, « Folio », 1971, p. 28 et 35.

23  Thérèse Delarouzée, introduction à François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe (extraits) [1849], Paris, Larousse, 1938, p. 11.

24  François-René de Chateaubriand, Lettres à madame Récamier, Maurice Levaillant (éd.), Paris, Flammarion, 1951, p. 397.

25  Bernard Degout, « De René au vieux René », dans Jean-Paul Clément (dir.), Les Deux Visages de Chateaubriand, Châtenay-Malabry, Maison de Chateaubriand, 1998, p. 23-37.

26  Gérard Genette, Discours du récit, dans Figures III, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 1972, p. 253.

27Le Mercure, 15 floréal, an X (5 mai 1802).

28  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 14.

29  François-René de Chateaubriand, « Prologue », dans Atala [1801], dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., vol. 1, p. 36.

30  Gérard Genette, Discours du récit, op. cit., p. 122-123.

31  Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, op. cit., p. 14.

32  François-René de Chateaubriand, René, op. cit., p. 118.

33Ibid., p. 142.

34  Jean Balcou, « René contre Dieu ? », dans Christine Montalbetti (dir.), Chateaubriand : la fabrique du texte, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 1999, p. 163-169.

35  Umberto Eco, Lector in fabula [1979], Myriem Bouzaher (trad.), Paris, Grasset, 1985, p. 82 et 154.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search