Version classiqueVersion mobile

La Conquête du mystère musical

 | 
Pierre Dubois

Préface

Texte intégral

1On assiste aujourd’hui à une fascinante recatégorisation des savoirs et de nouveaux champs disciplinaires émergent à l’intersection de domaines jusqu’alors considérés comme distincts. De même que l’étude des représentations et, notamment, l’analyse iconographique ont enfin droit de cité dans la recherche et dans les cursus universitaires, il nous semble pleinement légitime d’inclure de plein droit l’étude des questions musicales dans toute approche d’histoire culturelle anglaise du xviiie siècle. La musique était en effet omniprésente dans la vie des membres des classes supérieures et moyennes de la société britannique, non seulement à Londres mais aussi dans la plupart des villes de province, et les allusions et références à la musique sont fréquentes et signifiantes dans les écrits et représentations de l’époque car, comme le rappelle Gérard Loubinoux :

  • 1 G. Loubinoux, « Mesure et expression en musique, ou Rousseau et la transgression interdite », dans(...)

[…] pour le lettré du xviiie, qu’on l’appelle philosophe ou autre, il est normal et naturel de faire entrer la musique dans ses sujets de réflexion, parce qu’elle fait partie du bagage obligé de l’homme (ou de la femme) de qualité. On peut discourir de la société sans être sociologue, de l’État sans être politologue, ainsi de suite, et bien sûr de la musique sans être musicologue… Tout dix-huitiémiste devrait, comme une bonne part des auteurs dont il est appelé à traiter, mettre la réflexion sur la musique au rang des sujets communs.1

  • 2 R. Porter, Enlightenment : Britain and the Creation of the Modern World, Londres, Penguin Books, 2 (...)
  • 3 M. Berg et E. Eger, Luxury in the Eighteenth Century : Debates, Desires and delectable Goods, Basi (...)

2Il est symptomatique que l’ouvrage, pourtant ô combien érudit et éclairant, de Roy Porter, Enlightenment2, qui aborde pratiquement tous les domaines de la pensée et des idées dans l’Angleterre et l’Écosse des Lumières, ne fasse à peu près aucune référence à la musique (deux mentions de Haendel en tout et pour tout). Et comment expliquer que tel autre livre sur la Grande-Bretagne au xviiie siècle ou tels autres ouvrages récents sur la notion de luxe à cette même époque fassent, si l’on ose dire, l’impasse sur la question musicale3 ? Faut-il comprendre que la musique ne serait qu’une pratique dénuée de fondements esthétiques théoriques ? Tandis que les âpres joutes auxquelles se livrent en France les philosophes et les encyclopédistes – Diderot, d’Alembert, Rameau, Rousseau – témoignent indubitablement de l’importance de la musique comme laboratoire théorique, peut-on raisonnablement penser que la Grande-Bretagne ignore alors complètement les enjeux posés par la musique, alors même que, dans la société, celle-ci est extrêmement prisée et que Londres peut être considérée comme sa capitale européenne au xviiie siècle ? Si tel était le cas, cet étrange paradoxe lui-même ne mériterait-il pas alors une tentative d’explication ? Et le fait même que la musique revêtît tant d’importance dans la vie sociale des membres de la société « polie » – comme en témoignent les nombreux concerts publics et privés et l’intérêt suscité aussi bien par l’opéra italien que par l’oratorio – n’est-il pas l’indice d’une reconnaissance de cet art comme étant particulièrement apte à traduire ou exprimer une préoccupation essentielle des contemporains ?

3Ce qui suit n’est donc pas à proprement parler un travail de musicologie réservé aux spécialistes. Les incursions que nous osons faire du côté de la philosophie, de la littérature, de la peinture ou de l’art des jardins montrent au contraire que nous essayons d’intégrer l’étude des théories d’esthétique musicale qui nous intéressent dans le cadre plus vaste des idées et de l’ensemble des conceptions esthétiques en Grande-Bretagne au xviiie siècle.

4Le présent ouvrage, dont l’origine remonte à un travail inédit présenté pour satisfaire aux exigences d’une habilitation à diriger des recherches soutenue à l’université de Sorbonne-Paris IV en 2004, propose une tentative de synthèse d’un certain nombre de réflexions sur les théories musicales en Grande-Bretagne au xviiie siècle menées au fil des dernières années. Si les artistes sont rares qui savent, d’œuvre en œuvre, se renouveler complètement, et s’il est en conséquence toujours assez aisé de reconnaître la manière, le style, les thèmes, les obsessions et les formes choisies par tel ou tel compositeur, peintre ou écrivain, plus rares encore sont les chercheurs en sciences humaines qui parviennent à sortir avec élégance et pertinence des sillons qu’ils creusent inlassablement. On pourrait presque dire que le chercheur ne choisit pas vraiment l’objet ni les thèmes de sa recherche mais que ceux-ci s’imposent à lui – un peu comme c’est le chien qui fait le maître, et non l’inverse. L’objet de ce travail est donc, modestement, de tenter de rassembler en une seule démonstration qu’on espère cohérente le fruit de divers travaux antérieurs.

5Ce sont ces travaux – thèse de doctorat, articles, communications – qui ont petit à petit fait émerger ou dicté des lignes de force et permis de dégager ce que nous oserons appeler un paradigme, c’est-à-dire le rapport entre les divers termes qui déterminent, dans l’Angleterre du xviiie siècle, la façon dont on perçoit, conceptualise et « problématise » la musique. Plus exactement, au fil de nos observations, nous avons cru déceler une évolution, un changement lent mais certain, d’une certaine façon de penser la musique au début du xviiie siècle à une autre conception dans la deuxième moitié du siècle et à l’aube du romantisme : c’est ce glissement, ce changement de paradigme, qui, au-delà des permanences, nous intéresse ici.

6Cet ouvrage est donc naturellement tributaire de diverses publications antérieures et n’aurait pas adopté la forme qui est la sienne aujourd’hui si nous n’avions pu citer, plus ou moins exhaustivement, ces autres travaux. Que les éditeurs des livres et revues qui avaient accueilli nos contributions passées trouvent ici l’expression de notre gratitude pour nous avoir autorisé à citer, utiliser ou adapter les textes qu’ils avaient publiés. Les références précises aux articles concernés figurent dans la bibliographie en fin d’ouvrage.

7Ce travail n’aurait pas été possible sans les encouragements de Françoise Deconinck-Brossard (Paris X - Nanterre), Suzy Halimi (Sorbonne Nouvelle - Paris 3), Marie-Madeleine Martinet et Jacques Carré (Sorbonne - Paris IV), Francis Guinle (Lumière - Lyon 2) et Michel Noiray (IRPMF-CNRS). Que tous trouvent ici l’expression de mes remerciements les plus vifs. Que Denis Bonnecase et Patrick Chézaud, de l’université Stendhal - Grenoble 3, qui ont accueilli ce travail dans la présente collection reçoivent enfin l’expression de ma sincère gratitude. J’adresse enfin tous mes remerciements à Paul Veyriras, Didier Nourry et Cécile Baillargeat pour leur relecture attentive et leurs conseils avisés.

8Toutes les traductions en français des citations anglaises sont celles de l’auteur. Le texte original des citations traduites ou des passages mentionnés les plus importants se trouvent à la fin de l’ouvrage, p. 271-330. Par commodité pour le lecteur, nous signalerons la présence de ces citations en annexe à l’aide d’un un système d'appels de note alphabétique (a, b, c…) dont la numérotation recommence à chaque page.

Notes

1 G. Loubinoux, « Mesure et expression en musique, ou Rousseau et la transgression interdite », dans Normes et transgression au xviiie siècle, P. Dubois (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, « Sillages critiques », 2002, p. 197.

2 R. Porter, Enlightenment : Britain and the Creation of the Modern World, Londres, Penguin Books, 2000.

3 M. Berg et E. Eger, Luxury in the Eighteenth Century : Debates, Desires and delectable Goods, Basingstoke, Palgrave Macmillan Ltd, 2003 ; M. Berg, Luxury and Pleasure in Eighteenth-Century Britain, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; J. Black, Eighteenth-Century Britain, Basingstoke, Palgrave Macmillan Ltd, 2001.

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search