Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Catherine Ailloud-Nicolas est maître de conférences à l’Université Lyon 1 (ESPE). Auteur d’une thèse sur le dénouement dans les pièces en un acte de Marivaux, elle poursuit sa recherche sur cet auteur (Marivaux, ou les préjugés vaincus ? (dir.), Presses universitaires de France, 2009) et plus généralement sur le théâtre du xviiie siècle dans le cadre du laboratoire IHRIM (Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités). Dramaturge auprès de metteurs en scène de théâtre et d’opéra, elle rend compte de sa pratique à des fins théoriques (« Béatrice et Bénédict, un défi pour la mise en scène ? », dans Les Comédies de Shakespeare à l’opéra, Gaëlle Loisel & Alban Ramaut (dir.), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2017) ou didactiques.

2Elizabeth Andrews Bond est assistant professor of History à l’Université d’État de l’Ohio. Elle est diplômée en histoire (Université d’État de l’Arizona, Université de Californie à Irvine – doctorat sous la direction de Timothy Tackett) et en science politique (Université d’État de l’Arizona). Elle est l’auteur de nombreux articles sur le courrier des lecteurs dans la presse française du xviiie siècle, sur les humanités numériques dans l’historiographie des Lumières et sur l’évolution des mentalités en France durant les années 1790.

3Samuel Baudry est maître de conférences en littérature britannique à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire IHRIM. Ses recherches portent sur les liens entre presse et littérature en Grande-Bretagne au cours du « long xviiie siècle ». Il a publié une édition traduite et annotée de l’Ossian de Macpherson (Classiques Garnier, 2013) et a codirigé avec Klaus-Dietler Ertler (Université de Graz) un recueil d’articles sur les journaux européens inspirés par le Spectator d’Addison (à paraître en 2018).

4Henri Duranton, ancien maître de conférences à l’Université Jean Monnet, est spécialiste de l’historiographie de l’histoire de France et de la poésie satirique versifiée (1715-1789). Il est l’auteur de nombreuses éditions de textes (Correspondance littéraire de Karlsruhe, Honoré Champion, 2015-2016 ; Journal de l’avocat Barbier, Garnier, à paraître...). Il travaille actuellement à l’édition de l’Essai sur les mœurs de Voltaire et à celle de la Destruction des jésuites en France de D’Alembert (dans le cadre de la publication des Œuvres complètes de ces deux auteurs, respectivement chez Voltaire Foundation et CNRS éditions), et à l’enrichissement du site Satires18 (collecte exhaustive de la littérature satirique versifiée encore existante pour la période 1715-1789).

5Ghazi Eljorf a soutenu en mai 2017 à l’Université Lumière Lyon 2 une thèse portant sur La Quotidienne ou Le Tableau de Paris, dans laquelle il explore les enjeux du discours de la presse royaliste pendant la Révolution. Il participe au groupe de travail Presse 18e (IHRIM), au sein duquel il a notamment collaboré à la numérisation de la Gazette d’Amsterdam.

6Olivier Ferret est professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire IHRIM. Ses recherches portent sur la littérature polémique du xviiie siècle, sur la diffusion du discours philosophique des Lumières et sur les humanités numériques. Il participe aux éditions critiques des Œuvres complètes de Voltaire (Voltaire Foundation) et de Rousseau (Classiques Garnier). Il est notamment l’auteur de La Fureur de nuire : échanges pamphlétaires entre philosophes et antiphilosophes, 1750-1770 (Voltaire Foundation, 2007) et de Voltaire dans l’« Encyclopédie » (Société Diderot, 2016). 

7Elisabel Larriba est professeur à Aix-Marseille Université, membre honoraire de l’Insitut universitaire de France. Spécialiste de la presse espagnole du xviie au début du xixe siècle, elle a notamment publié Le Public de la presse en Espagne à la fin du xviiie siècle, 1781-1808 (Honoré Champion, 1998 ; trad. espagnole : Prensas Universitarias de Zaragoza, 2013). Elle a réédité divers périodiques comme El Argonauta Español (Universidad de Cádiz, 2003) ou El Imparcial de Pedro Estala (Madrid, CSIC-Doce Calles, 2010). Elle a fondé et codirige la revue électronique El Argonauta español (http://journals.openedition.org/​argonauta/​) consacrée à l’histoire de la presse espagnole des origines à nos jours. Au sein du laboratoire TELEMMe (Aix-Marseille-Université / CNRS), elle dirige un groupe de recherche sur « S’informer et informer en temps de crise en Europe méridionale, de la Révolution française à nos jours ».

8Alexis Lévrier est maître de conférences en littérature française du xviiie siècle à l’Université de Reims. Il est membre permanent du Crimel (Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires) et chercheur associé au Gripic (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication ; Celsa Sorbonne Université). Ses recherches portent sur l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la presse. Il est notamment l’auteur des Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs » (PUPS, 2007) et d’une édition critique de La Spectatrice (Épure, 2013). Il a participé à l’édition de la Correspondance littéraire de Karlsruhe, dirigée par Henri Duranton (Honoré Champion, 2015-2016), et a codirigé trois volumes consacrés à l’histoire de la presse (avec Françoise Gevrey : Érudition et polémique dans les périodiques anciens, Épure, 2007 ; avec Klaus-Dieter Ertler et Michaela Fischer : Regards sur les « spectateurs », Peter Lang, 2012 ; avec Adeline Wrona : Matière et esprit du journal, du « Mercure galant » à Twitter, PUPS, 2013). Son dernier ouvrage est un essai consacré à l’histoire des relations entre pouvoirs politique et journalistique (Le Contact et la distance, Les Petits matins, 2016).

9Robert Mankin (1952-2017) était professeur à l’Université Paris-Diderot. Diplômé d’histoire, de littérature et de philosophie (Wesleyan University, Université de Yale et Université Johns Hopkins), il était spécialiste de l’histoire intellectuelle du xviiie siècle (Locke, Hume, Smith et Gibbon). Il est notamment l’auteur de The Correspondence of James Boswell with Edmund Burke (McGraw-Hill, 1987), The Ruin and the Sketch in the Eighteenth Century (Wissenschaftlicher Verlag Trier, 2008), et de l’édition critique d’Edward Gibbon, Essai sur l’étude de la littérature (Voltaire Foundation, 2010).

10Anne-Marie Mercier-Faivre est professeur à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 (ESPE). Sa thèse porte sur le Monde Primitif d’Antoine Court de Gébelin (Honoré Champion, 1999). Elle travaille sur l’histoire des idées au xviiie siècle (presse, tolérance, biographie) et sur la littérature de jeunesse. Elle a publié de nombreux articles sur le discours de presse et dirigé un ouvrage qui traite en grande partie de ce sujet : L’Invention de la catastrophe au xviiie siècle (en codirection avec Chantal Thomas, Droz, 2008).

11Myrtille Méricam-Bourdet est maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Ses recherches portent notamment sur l’œuvre historique de Voltaire (Voltaire et l’écriture de l’histoire : un enjeu politique, Voltaire Foundation, 2012) et elle participe à la publication des Œuvres complètes de Voltaire (Voltaire Foundation). Elle s’est à plusieurs reprises intéressée aux rapports qu’il entretenait avec Rousseau : « Les inflexions du discours historique voltairien sur l’origine dans les années 1760 : le rôle de Rousseau » (Revue Voltaire, nº 11, 2011, p. 275-285), « Correspondance et biographie : pour une relecture de la querelle entre Voltaire et Rousseau » (Épistolaire, revue de l’AIRE, nº 33, 2007, p. 251-265).

12Baudouin Millet est maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Spécialiste de l’histoire et des théories du roman britannique des xviie et xviiie siècles, il a publié une étude sur ce sujet, « Ceci n’est pas un roman » : l’évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 à 1754 (Peeters, 2007) et a édité un recueil de préfaces romanesques publiées pendant cette période, In Praise of Fiction. Prefaces to Romances and Novels, 1650-1760 (Peeters, 2017). Il a également traduit Les Excès de l’amour (1719-1720), premier roman d’Eliza Haywood (Classiques Garnier, à paraître).

13Denis Reynaud est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’Université Lumière Lyon 2. Il a enseigné une dizaine d’années en Angleterre, aux États-Unis et au Japon. Son activité de recherche a été principalement liée aux activités du laboratoire LIRE, sur la presse périodique avant et pendant la Révolution. Il est responsable du site www.gazettes18e.fr et a codirigé, avec Chantal Thomas, La Suite à l’ordinaire prochain, la représentation du monde dans les gazettes (Presses universitaires de Lyon, 1999) et Le Régent : entre fable et histoire (CNRS éditions, 2003). Récemment, il a publié, avec Delphine Gleizes, Machines à voir : pour une histoire du regard instrumenté, xviie-xixe siècles (Presses universitaires de Lyon, 2017).

14Nigel Starck est honorary senior research fellow de l’Université d’Australie-méridionale. C’est un spécialiste mondial du genre de la nécrologie, auteur d’un ouvrage de référence sur la question : Life After Death: the Art of the Obituary (Melbourne University Publishing, 2006).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search