Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

II. La nécrologie

Les nécrologies de Marivaux : sources d’informations, prétextes à polémique, fabriques de clichés ?

Catherine Ailloud-Nicolas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Marivaux fait partie des auteurs qui ont laissé si peu de traces que l’élaboration d’une biographie complète et fiable est impossible. Dans Lectures de Marivaux, Françoise Rubellin dresse le bilan de ce que nous savons sur cet auteur1, remettant en cause, au passage, quelques éléments considérés comme acquis2 et montrant comment les correspondances, dont celle de Mme de Graffigny, récemment étudiée et publiée3, apportent des informations et des renseignements jusque-là inconnus des chercheurs. Elle conclut que « l’on peut donc espérer découvrir encore beaucoup de témoignages, notamment à partir des journaux d’hommes de lettres [...] ou encore des correspondances des contemporains4 ».

Les nécrologies peuvent-elles avoir cette fonction ? Dans la mesure où elles sont supposées établir des bilans biographiques et bibliographiques, éclairent-elles la vie et l’œuvre de notre auteur d’une façon nouvelle et inattendue ? Afin de répondre à ces questions, je me propose d’examiner un corpus de ...

Auteur

Catherine Ailloud-Nicolas est maître de conférences à l’Université Lyon 1 (ESPE). Auteur d’une thèse sur le dénouement dans les pièces en un acte de Marivaux, elle poursuit sa recherche sur cet auteur (Marivaux, ou les préjugés vaincus ? (dir.), Presses universitaires de France, 2009) et plus généralement sur le théâtre du xviiie siècle dans le cadre du laboratoire IHRIM (Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités). Dramaturge auprès de metteurs en scène de théâtre et d’opéra, elle rend compte de sa pratique à des fins théoriques (« Béatrice et Bénédict, un défi pour la mise en scène ? », dans Les Comédies de Shakespeare à l’opéra, Gaëlle Loisel & Alban Ramaut (dir.), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2017) ou didactiques.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search