Desktop versionMobile version

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

II. La nécrologie

Les nécrologies de Marivaux : sources d’informations, prétextes à polémique, fabriques de clichés ?

Catherine Ailloud-Nicolas

Full text

  • 1  Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. François (...)
  • 2  En particulier la date de la première occurrence du mot « marivaudage » ou l’attribution indue de (...)
  • 3  Charlotte Simonin a consacré sa thèse à cette correspondance : Au verso des “Lettres d’une Péruvie (...)
  • 4  Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, op. cit., p. 16.

1Marivaux fait partie des auteurs qui ont laissé si peu de traces que l’élaboration d’une biographie complète et fiable est impossible. Dans Lectures de Marivaux, Françoise Rubellin dresse le bilan de ce que nous savons sur cet auteur1, remettant en cause, au passage, quelques éléments considérés comme acquis2 et montrant comment les correspondances, dont celle de Mme de Graffigny, récemment étudiée et publiée3, apportent des informations et des renseignements jusque-là inconnus des chercheurs. Elle conclut que « l’on peut donc espérer découvrir encore beaucoup de témoignages, notamment à partir des journaux d’hommes de lettres [...] ou encore des correspondances des contemporains4 ».

  • 5  Nous nous référerons ici aux textes publiés sur le site du Gazetier universel (http://gazetier-uni (...)
  • 6  La Gazette de France du 25 février 1763 s’est contentée d’un faire-part de décès laconique : « Pie (...)
  • 7L’Observateur des spectacles ou Anecdotes théâtrales (noté désormais L’Observateur), nº 12, p. 177 (...)
  • 8  Le Mercure de France (noté Mercure), juin 1763, p. 14. À parution mensuelle, il est à cette époque (...)
  • 9Observateur, p. 177.
  • 10Le Nécrologe des hommes célèbres a obtenu son privilège en 1765 mais a commencé plus tôt. En effet (...)
  • 11  Ils ont été publiés dans les Œuvres de M. Palissot, Liège, C. Plomteux, 1777, vol. 5, p. 221-321. (...)

2Les nécrologies peuvent-elles avoir cette fonction ? Dans la mesure où elles sont supposées établir des bilans biographiques et bibliographiques, éclairent-elles la vie et l’œuvre de notre auteur d’une façon nouvelle et inattendue ? Afin de répondre à ces questions, je me propose d’examiner un corpus de trois nécrologies, parues dans la presse5 après la mort de Marivaux, et qui ne se contentent pas de la forme du faire-part6. Il s’agit tout d’abord de deux articles presque immédiatement postérieurs à l’événement, issus de L’Observateur des spectacles du 22 mars 17637 et du Mercure de juin 17638. Marivaux est mort en février 1763 et notons que l’un et l’autre des journaux auraient pu réagir plus vite. L’article de L’Observateur des spectacles commence d’ailleurs par s’excuser de façon étrange : « C’est par oubli que nous n’avons point annoncé la mort de M. de Marivaux, à Paris le 12 février dernier9. » Le dernier article du corpus, un peu plus tardif, est issu du Nécrologe des hommes célèbres de France, par une société des gens de Lettres, publié à Maëstricht en 176410. C’est un des onze textes rédigés par Palissot pour cette revue11.

  • 12  Ces réactions « à chaud » des rédacteurs gagnent assez légitimement à être confrontées à d’autres (...)

3Notre corpus est constitué par des articles que l’on pourrait tous qualifier de réactionnels. C’est donc volontairement que je n’y intègre pas d’autres articles postérieurs, pourtant très intéressants, comme celui publié dans La Galerie française daté de 1771 et repris en août 1773 dans Le Journal encyclopédique, sous une forme abrégée et même censurée. Ils sont néanmoins de nature hétérogène12. Ceux de L’Observateur et du Nécrologe sont assez longs. Le Mercure, quant à lui, présente un simple quatrain envoyé par son auteure et placé dans une rubrique intitulée « pièces fugitives en vers et en prose » :

  • 13Mercure, p. 14.

Que de drames riants sa plume fit éclore
Au rang des Beaux-esprits sans doute il sera mis
Son âme fut plus belle encor
eIl eut des mœurs et des amis13.

  • 14  Dans Henri Duranton (éd.), Le Pauvre Diable : destins de l’homme de lettres au xviiie siècle, Sain (...)

4Le poème est signé de la muse Limonadière. Il s’agit sans doute de Mme Bourette que présente Nicole Masson dans son article « Madame Bourette, la Muse Limonadière14 ». Plusieurs éléments apparaissent à ce stade malgré la petitesse du texte. La structure du poème place au premier plan l’œuvre théâtrale comique de Marivaux, avant de s’intéresser à l’homme ; dans un deuxième temps, le terme « beaux-esprits » précède un éloge sur le caractère du défunt. En revanche, le texte est peu exploitable pour celui qui est à la recherche d’informations nouvelles. Le nom du mort n’apparaissant pas en dehors du titre, le poème étant assez vague et l’éloge lui-même n’étant pas très spécifique, il pourrait s’appliquer à de nombreux écrivains. La nécrologie, sous cette forme versifiée, se fait simplement épitaphe conventionnelle. Elle ne donne aucun détail précis sur Marivaux. Qu’en est-il des deux autres textes ?

5Ils sont organisés de façon identique, à savoir d’abord la nécrologie, stricto sensu, et ensuite un catalogue commenté des œuvres. Assez logiquement, du fait de leurs centres d’intérêt respectifs, L’Observateur se concentre exclusivement sur le théâtre alors que le Nécrologe englobe toute l’œuvre de Marivaux, dramatique bien sûr, mais aussi romanesque.

  • 15  On peut s’étonner que le nom soit complet dans la mesure où, selon Françoise Rubellin, « Chamblain (...)
  • 16Nécrologe, p. 1.
  • 17Nécrologe, p. 11. Cette formule semble d’usage dans des textes contemporains ou ultérieurs avec pa (...)

6Parmi les informations fournies sur l’homme, on peut distinguer ce qui relève du simple factuel, et ce qui appartient à la sphère de l’anecdotique, avec des actions ou des discours prêtés à Marivaux. Parmi les données objectives, les dates et les éléments d’état civil sont un invariant. Comme il est attendu, le texte du Nécrologe commence par des informations liées à la naissance et s’achève par une phrase qui réfère à la mort. Se construit donc un récit de vie, au passé simple, qui transforme l’être vivant en personnage : « Pierre Carlet de Chamblain15 de Marivaux naquit à Paris en 1688, d’un père qui avait été le Directeur de la Monnaie à Riom en Auvergne, et qui était d’une famille ancienne dans le parlement de Normandie16. » Plusieurs incertitudes apparaissent dans cette portion initiale, que l’on retrouvera dans l’article de La Galerie française de 1771 et dans celui du Journal encyclopédique de 1777. La date de naissance est évasive, ramenée à l’année. Et l’on sait en effet que si la date du baptême de Marivaux est connue ( 8 février 1688 ), celle de sa naissance est en général recomposée, à partir des usages du temps de baptiser les enfants peu de temps après leur naissance. En ce qui concerne le décès, là encore Le Nécrologe est peu disert. L’article se termine par une courte phrase : « Il est mort à Paris dans sa soixante-quinzième année17. » L’Observateur des spectacles ne choisit pas ce cadre biographique type, ce récit chronologique. Au contraire, il commence sa première phrase par l’annonce de la mort de Marivaux, en étant très précis sur la date exacte. Le récit se constitue donc à partir de l’actualité du lecteur. Il est rétrospectif.

  • 18Ibid.

7Outre la naissance et la mort, la donnée objective récurrente est l’appartenance à l’Académie française. Le titre de L’Observateur présente cet élément comme inhérent à l’identité de l’auteur, il est « M. de Marivaux de l’Académie française ». Pour Le Nécrologe, l’information est donnée à la fin de l’article, sorte de point culminant avant la phrase de clôture sur la mort : « le 14 février 1743, il fut élu d’une voix unanime à l’Académie française, longtemps avant l’auteur de la Henriade18 ». La fiche du site de l’Académie française consacrée à Marivaux rappelle que l’élection n’a pas été si facile :

Il parvint à se faire élire le 24 décembre 1742 en remplacement de l’abbé Houtteville, par l’influence de Mme de Tencin, mais surtout parce qu’il avait Voltaire pour concurrent et que l’Académie en voulait encore moins. Marivaux fut reçu le 4 février 1743 par Languet de Gergy dont le discours contenait des critiques qui blessèrent Marivaux au point qu’il voulait en demander publiquement satisfaction à l’Académie.

8Voltaire a été élu en 1746. L’énoncé du Nécrologe peut sembler à première vue objectif mais la référence à Voltaire sous cette forme invite à y chercher un implicite.

9Les éléments objectifs sont donc peu nombreux et ce n’est pas dans ces textes que l’on découvrira des indices sur des événements inconnus de la vie de Marivaux. Il n’y a d’ailleurs pas de référence à la vie privée de l’auteur.

10Faut-il alors compter sur des anecdotes qui pourraient nous laisser entrevoir des aspects de sa personnalité ou de son caractère ? Il y en a peu dans les deux articles si on les compare, par exemple, à La Galerie française, bien postérieure, qui en propose plusieurs et donne aussi des indications relevant de la vie privée : mariage, fille... Néanmoins, L’Observateur des spectacles en rapporte une, très vivante, qu’il place curieusement dans le catalogue des œuvres et non dans la partie de présentation sur l’auteur. C’est à propos de La Fausse Suivante :

On raconte une anecdote singulière au sujet de cette pièce. Les hommes y sont peints sous un caractère assez méchant, ce qui donna occasion à une Dame amie de l’auteur, de plaisanter sur les hommes en général en sa présence ( il était avec elle dans une même loge ) de façon néanmoins qu’elle paraissait l’égayer en particulier. M. de Marivaux pour s’en venger, sortit sous un prétexte frivole, fit sur-le-champ le dernier couplet du divertissement le donna à l’acteur et lui dit de le chanter en jetant un coup d’œil à telle loge qu’il lui désigna. Voici ce couplet :

  • 19 Observateur, p. 182.

Mesdames, vous allez conclure
Que tous les hommes sont maudits :
Mais doucement et point d’injure,
Quand nous ferons votre peinture,
Elle est, je vous en avertis,
Cent fois plus drôle, je vous jure19.

  • 20  Lettre citée dans Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, op. cit., p. 14.
  • 21  Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc., Correspondance littéraire, philosophique et critique, Mauri (...)

11Et le journal ajoute « Il est bon pour un impromptu. Autrement je vous en avertis et je vous jure forment un pléonasme désagréable. L’auteur l’a pourtant laissé et fait imprimer ( c’est de fait le dernier couplet du divertissement publié ) tel qu’il fut chanté ». Certes, l’anecdote est donnée sans précision de source et elle est, de ce fait, objet de soupçon. En même temps, elle cadre avec certains propos rapportés par des témoins directs sur des réactions un peu vives du dramaturge. Ainsi Mme de Graffigny écrit à Devaux, le 31 octobre 1748 : « Marivaux rabâcha longtemps sur ta façon dure et indécente de dire ton avis avec fureur20. » Cela est conforme à son attitude vis-à-vis de la spectatrice dans l’anecdote de L’Observateur. Peut-être pouvons-nous y voir l’expression du « caractère ombrageux et d’un commerce difficile » décrit par la Correspondance littéraire, philosophique et critique de Grimm qui est peu indulgent avec l’homme : « il entendait finesse à tout ; les mots les plus innocents le blessaient, et il supposait volontiers qu’on cherchait à le mortifier : ce qui l’a rendu malheureux, et son caractère épineux et insupportable21 ».

  • 22Observateur, p. 180.

12Il pourrait être tentant de prendre pour argent comptant les anecdotes rapportées par les journaux, d’autant plus qu’ils les assortissent de serments d’authenticité comme le fait L’Observateur : « ce que nous allons dire est puisé dans des sources plus sûres. Ces anecdotes sont assez près de notre temps pour s’épargner par un peu plus de soin, des méprises22. »

  • 23Ibid., p. 178.
  • 24Nécrologe, p. 3 et 8.

13En dehors de cette histoire de spectatrice, qui est intéressante si on la considère comme exacte, les nécrologies ont tendance à effectuer des reconstitutions pour décrire ce qu’aurait fait, dit, répondu Marivaux. Cette tendance se lit dans les deux textes. Elle est discrète dans L’Observateur, où l’on peut en lire un exemple : « M. de Marivaux persuadé que la Comédie doit être une peinture naïve des mœurs, ne croyait pas devoir faire parler ses personnages en vers, puisque les hommes qu’il représentait ne conversaient qu’en prose23. » En revanche, elle est presque systématique dans Le Nécrologe au point de devenir un procès d’intention permanent, opéré par un « on » qui ne dit pas son nom. Ainsi se constitue une biographie à charge. Par exemple : « Monsieur de Marivaux, à ce qu’on peut juger n’avait point fait de bonnes études ; on peut même soupçonner qu’il n’en avait fait aucune. » De même : « Il avait un faible pour les précieuses ; il pardonnait difficilement à Molière de les avoir ridiculisées. C’est du moins ce que l’on peut conclure de son antipathie pour les ouvrages de ce grand homme ; antipathie qu’il avouait avec une sorte d’ingénuité24. »

  • 25  Il omet en revanche Le Prince travesti.
  • 26  On peut noter au passage l’erreur sur le titre et sur le nombre d’actes. Le Père prudent et équita (...)
  • 27 .Nécrologe, p. 15. Il a aussi écrit des tragédies en vers, Annibal et Mahomet second.
  • 28  Elle a pourtant été lue et reçue le 5 mai 1757. En novembre 1761, Marivaux a signé une quittance à (...)

14La dimension biographique se révèle donc un peu décevante ou franchement suspecte. Les indications données par le catalogue des œuvres sont apparemment plus fiables, car plus factuelles : outre le rappel des dates et du nombre d’actes des pièces, elles précisent parfois leurs conditions de production et de réception. Quelques nuances sont repérables entre les deux articles dans la constitution du corpus. Ainsi, L’Observateur ne considère que les pièces jouées à la Comédie-Française ou à la Comédie-Italienne. Le Nécrologe ajoute à cet ensemble deux pièces : Le Père prudent et équitable et L’Amante frivole25. La première est donnée pour mention grâce à une formulation contournée : « Nous ne ferons point à M. de Marivaux, le tort que lui ont fait les libraires, en mettant au nombre de ses pièces de théâtre, Le Père prudent, en cinq actes26, comédie de sa première jeunesse qui n’annonçait aucun de ses talents, et la seule qu’il ait écrite en vers27. » La seconde est une référence à une pièce dont on connaît le nom, mais que l’on n’a pas retrouvée, L’Amante frivole, restée manuscrite car les comédiens français ne l’ont pas jugée digne d’être répétée28.

  • 29Observateur, p. 180.
  • 30  D’après Deloffre, la pièce a été représentée trois fois en 1720 puis cinq fois entre 1741 et 1750. (...)

15En ce qui concerne les pièces représentées, les deux journaux ne s’accordent pas toujours sur le nombre de représentations. Ainsi, pour Annibal, jouée en 1720, Le Nécrologe affirme que la pièce a été reprise une fois alors que L’Observateur écrit qu’elle « n’a pas été remise au théâtre29 ». Et c’est Le Nécrologe qui a raison, si l’on en croit Frédéric Deloffre, puisque la pièce a été rejouée cinq fois après sa création30.

  • 31  Cela est confirmé par la notice de la pièce par Frédéric Deloffre : « Représentée le 12 mars 1732, (...)
  • 32Observateur, p. 183. Marivaux lui-même dans l’Avertissement semble perplexe par rapport à la récep (...)
  • 33Observateur, p. 184.

16L’Observateur donne des détails, inexistants dans l’autre journal, sur la réception des œuvres. Ainsi, il signale que Le Triomphe de l’amour n’a pas eu de succès à la première représentation31 : « il s’en fallut de peu qu’elle n’eût une chute entière ; elle fut goûtée ensuite et de la ville et de la cour où elle fut jouée quatre jours après avoir paru à Paris32 ». Un échec encore plus cuisant est décrit pour les Serments indiscrets « car à la première elle ne fut point achevée, ce qui dut être d’autant plus sensible à M. de Marivaux, qu’il y avait une affluence de monde prodigieuse33 ». Cette information peut venir des témoignages de l’époque, de la presse contemporaine sur la représentation, mais aussi de l’édition de la pièce. Car là, contrairement à ses habitudes, Marivaux fait précéder cette dernière d’une préface dans laquelle on trouve les mêmes indications sur l’affluence et l’interruption, mais aussi l’ajout d’une tentative d’explication au manque de succès :

  • 34  Le marquis d’Argenson évoque cette hypothèse : « Ses succès sont devenus accablants pour la cabale (...)

Au reste, la représentation de cette pièce-ci n’a pas été achevée : elle demande de l’attention : il y avait beaucoup de monde et bien des gens ont prétendu qu’il y avait une cabale34 pour la faire tomber. Mais je n’en crois rien.

  • 35  Il reprend l’argument du Mercure de juin 1732 : « la première représentation fut des plus tumultue (...)

17Après avoir constaté qu’il en était de même pour nombre de ses pièces, il conclut pour expliquer le peu de spectateurs : « mais aussi a-t-elle été presque toujours représentée dans des jours peu favorables aux spectacles. » Or, c’est ce dernier argument que L’Observateur retient, non pour justifier l’affluence médiocre, mais pour justifier l’échec lui-même35.

  • 36Observateur, p. 180.

18Pour une autre pièce, L’Amour et la vérité, L’Observateur apporte une information très évasive sur la réception de la pièce : « Elle avait rapport à une anecdote du temps, et la satire ne fut point si gasée qu’on ne reconnût leurs originaux qui firent conseiller à l’auteur de la supprimer36. » Cet épisode n’est pas précisé par Deloffre et reste pour moi mystérieux.

19Les anecdotes ne sont pas présentées comme ayant été vécues par le rédacteur qui se contente de les rapporter en insistant néanmoins sur leur caractère fiable. Les journaux ne considèrent donc pas la nécrologie comme nécessairement un espace de témoignage direct, de première main, mais plutôt comme l’écho de faits vécus par d’autres et attestés par leurs soins. Ils sont une caisse de résonance.

20En revanche, le rédacteur s’engage personnellement dans la nécrologie quand il prend la posture de juge de Marivaux, à savoir à la fois de l’homme, de l’auteur et de l’œuvre. Les jugements sur les pièces sont parfois convergents entre les deux journaux, si différents soient-ils. Annibal est qualifiée par L’Observateur de pièce « froide ». Intitulée La Mort d’Annibal, elle est « faible » pour Palissot. Les deux auteurs soulignent qu’elle n’a pas eu de succès. Lorsqu’il s’agit, au contraire, de faire un palmarès des œuvres théâtrales remarquables, L’Observateur s’appuie sur le succès remporté auprès du public. Il nomme les pièces bien accueillies à la Comédie-Française : Le Legs, Le Préjugé vaincu, Les Serments indiscrets et La Seconde Surprise de l’amour. Il englobe dans un même compliment toutes les pièces de la Comédie-Italienne. Palissot adopte un autre point de vue, celui du lecteur, et il conseille lui aussi dans le répertoire de la Comédie-Française Le Legs, Le Préjugé vaincu, et la Surprise de l’amour ( en réalité La Seconde Surprise de l’amour ). Pour les Italiens, il retient « L’Autre Surprise » ( en réalité La Surprise de l’amour ), « La Double inconstance » et « L’Épreuve ». Mais finalement, dans les deux cas, les pièces choisies sont celles qui ont, objectivement, rencontré le plus de succès dans les deux théâtres.

  • 37  De même qu’il y a dès le xviie siècle la tentation de lire dans les textes de Marivaux des anecdot (...)
  • 38Observateur, p. 2. La paresse de Marivaux est un cliché pour justifier qu’il n’a pas terminé ses r (...)

21Si L’Observateur est plutôt attaché à évoquer l’œuvre, Le Nécrologe porte un certain nombre de jugements sur l’homme et en dresse un portrait négatif. Pour cela, nous retrouvons le même principe de reconstitution signalé plus haut. À partir des textes aussi, il est possible de définir l’homme37, ce qui entraîne une confusion permanente entre l’auteur et ses productions. Le premier paragraphe de la nécrologie est assez caractéristique du glissement de l’œuvre au caractère : « Ses ouvrages le firent connaître de bonne heure. Ils respirent presque tous l’enjouement et la finesse et supposent assez généralement une imagination vive et un caractère d’esprit singulier. » De même, s’il n’a pas terminé ses romans, c’est « par une inconstance qui lui était particulière38 ». Le mot qui revient le plus souvent pour caractériser l’homme est le mot « esprit ». Or, si le mot est élogieux dans L’Observateur, il est présenté par le Nécrologe comme un moyen de suppléer au talent.

  • 39Observateur, p. 177-178.

22L’auteur est examiné attentivement. L’Observateur, citant Horace, annonce qu’il élèvera ultérieurement un trophée à la mémoire de M. de Marivaux. Pour l’heure, il fait à l’écrivain un curieux compliment, si ambigu qu’il pourrait tout aussi bien apparaître comme une critique : « Cet auteur est un de ceux dont la réputation a été égale au mérite, sans rester au-dessous, ni s’élever au-dessus. Il sut se faire au goût de son siècle et dès lors son siècle se trouva dans la juste position et le point de vue le plus propre à bien apprécier ses talents39. » On trouve un jugement plus marqué dans le Nécrologe : c’est parce que le siècle est affadi que Marivaux y a une place de choix.

  • 40Observateur, p. 179.
  • 41  Le mot est utilisé plusieurs fois dans l’article. Les termes « jargon » et « métaphysique » sont h (...)
  • 42Nécrologe, p. 6.
  • 43Nécrologe, p. 7.
  • 44Le Nouvelliste du Parnasse, 1731, t. II, 25e lettre, p. 210-212, cité par Henri Lagrave, Marivaux (...)

23Le dramaturge est évalué différemment dans les deux textes. L’Observateur des spectacles loue la prose utilisée par Marivaux dans les comédies : « la diction de M. de Marivaux est suffisamment cadencée, comme elle doit l’être sur la scène, elle a cette teinte de bon ton qui caractérise le beau monde, de l’esprit et du persiflage lorsqu’il y vient à propos40 ». Palissot, quant à lui, critique impitoyablement l’auteur, et en particulier sa langue. Les termes s’enchaînent, tous négatifs : « images incohérentes, grâce minaudière, style alambiqué, jargon41, affectation de style, goût pour l’affectation, tâtillonnage, mièvreries42 ». On trouve là tout le vocabulaire habituellement rattaché au marivaudage, pris dans son acception péjorative. Pour justifier cette argumentation à charge, des citations viennent en renfort : tirées de l’œuvre de Marivaux et en particulier, une phrase de Marianne présentée comme ridicule alors qu’elle ne l’est pas tant que cela : « Qu’est-ce que le sentiment ? C’est l’utile enjolivé de l’honnête ; malheureusement dans ce siècle, on n’enjolive plus43. » D’ailleurs, ne pourrait-on considérer qu’il s’agit là du style de Marianne et non celui de Marivaux ? Il y aurait une confusion entre l’auteur et le personnage que l’on peut retrouver dans d’autres textes. Inversement, Desfontaines, dans Le Nouvelliste du Parnasse, critique Marianne en utilisant les mots employés fréquemment pour attaquer Marivaux : « Marianne a bien de l’esprit, mais elle a du babil et du jargon ; elle conte bien, mais elle moralise trop44. »

  • 45  En dehors de ces références anonymes, seule une citation de Voltaire, d’ailleurs très incomplète, (...)
  • 46Nécrologe, p. 6. Palissot reprend ici les mots d’un de ses propres écrits : la comédie Les Tuteurs(...)
  • 47  En fait, encore du Palissot : « un jargon, j’ose le dire, puéril, ne supposant ni étude ni connais (...)
  • 48Nécrologe, p. 11. Le mot est employé comme nom ou comme adjectif. Employé comme adjectif, il a d’a (...)
  • 49 Alain Rey note que le mot « a rejoint charabia et baragouin au double sens péjoratif de “langue in (...)
  • 50  Comme le rappelle Jean Weisgerber dans Les Masques fragiles : esthétique et forme de la littératur (...)
  • 51Mercure, avril 1723, p. 771.
  • 52 Par exemple en décembre 1727, à propos de La Surprise de l’amour : « c’est une métaphysique du cœu (...)
  • 53  Marivaux, Théâtre complet, op. cit., p. 1061, note 2.

24D’autres citations, externes à l’œuvre de Marivaux cette fois, émaillent le propos du Nécrologe, qui sont toujours anonymes45 et qui emploient les expressions qui passeront à la postérité pour parler des textes marivaudiens. Palissot avance masqué, mais il est malgré tout reconnaissable dans une citation dont il ne précise pas la source, « une métaphysique où le jargon domine46 » et dans un discours sur la comédie d’un auteur prétendument inconnu47 : « un jargon, j’ose le dire puéril [...] une froide métaphysique48 ». Le mot « jargon » est ainsi récurrent dans les discours de l’époque sur l’écrivain49. Quant à « métaphysique », l’expression est employée par le Mercure à propos de Marivaux dès avril 172350 : « ce qu’on appelle métaphysique du cœur y règne trop51 ». Et le journal le reprend deux fois en 172752. Deloffre précise que Voltaire applique le terme « métaphysique » à Marivaux dans une lettre de 1733 ( à Moncrif ) et à ses comédies dans le Temple du goût53. Dans la lettre à Berger, Cirey, vers le 2 février, le philosophe se défend d’avoir attribué ce terme à Marivaux. Cela le conduit à préciser le sens de ce mot :

  • 54 Ibid., p. 2051.

Je n’entends par ce terme que ces comédies où l’on introduit des personnages qui ne sont point dans la nature, des personnages allégoriques propres tout au plus pour le poème épique, mais très déplacés sur la scène, où tout doit être peint d’après la nature54.

  • 55Ibid., p. 1053, note 2.

25En réalité, dans une lettre à Fourmont à propos des Serments indiscrets du 18 avril 1732, il utilisait ce terme presque dans le sens de jargon : « Vous croyez bien qu’il y aura beaucoup de métaphysique et peu de naturel, et que les cafés applaudiront, pendant que les honnêtes gens n’entendront rien55 ».

26On voit que le mot est devenu la propriété de tous, par exemple, celle de Prévost dans Le Pour et contre :

  • 56Le Pour et contre, ouvrage périodique d’un goût nouveau, vol. 3, 1734, p. 113.

Théologie, astrologie, physique, médecine, jurisprudence ; ces utiles connaissances sont bonnes pour les petits esprits. La belle Métaphysique du cœur est réservée pour eux seuls ; Voilà ce qu’ils étudient ; ils passent leur vie à combiner du jargon qui puisse heureusement exprimer leurs idées fines et délicates56.

27Le terme est cependant appliqué préférentiellement à Marivaux. On le trouve très fréquemment chez Desfontaines bien sûr. D’Alembert l’utilise de façon générale, en 1751 dans le discours préliminaire de l’Encyclopédie : « Mais c’est peut-être à la même source que nous devons je ne sais quelle métaphysique du cœur qui s’est emparée de nos théâtres... », avant de l’appliquer à Marivaux dans L’Éloge en 1785.

  • 57  Avec une petite erreur d’ailleurs. Palissot évoque les « deux filles de Gorgibus » alors que l’une (...)

28Avec ces nombreuses citations, la prose de Marivaux devient objet de moquerie, et l’auteur lui-même est assimilé à une précieuse de la pièce de Molière57. Le mot « précieux » est appliqué très fréquemment à lui-même ou à son style. On le trouve dès 1722 sous la plume de Desfontaines, dans les Lettres de M. l’abbé*** à M. l’abbé Houtteville ( « Il pense comme les autres, et il veut parler autrement : c’est un précieux », p. 78 ), puis dans le Dictionnaire néologique du même auteur ( 1727 ). Il est explicitement appliqué à Marivaux par d’Argens en 1736 dans les Lettres juives :

  • 58 Lettre XIII, vol. 1, p. 101. Comme le rappelle Deloffre, « l’expression nouveaux précieux est cour (...)

Un jeune homme † ( † Monsieur Marivaux ), dont le premier métier fut de porter les armes, écrit des comédies et des histoires galantes d’une manière noble et touchante ; mais son style est guindé. Il a conservé dans ses écrits un certain air précieux, qui tient peu du naturel. On dirait volontiers quelquefois, en lisant ses ouvrages, que l’auteur invente, et que le petit-maître écrit58.

29Termes clichés, idées clichées. Et parmi ces dernières, celle, répandue, que l’écrivain fait toujours la même pièce, écrit toujours une surprise de l’amour. Pourtant, Marivaux s’en était défendu dans la préface des Serments indiscrets.

  • 59  Marivaux, Théâtre complet, op. cit., p. 1065.

On a pourtant dit que cette comédie-ci ressemblait à La Surprise de l’amour, et j’en conviendrais franchement, si je le sentais ; mais j’y vois une si grande différence que je n’en imagine pas de plus marquée en fait de sentiment59.

  • 60Nécrologe, p. 12.

30Les deux journaux reprennent à leur compte la critique comme si la défense tentée par le dramaturge n’avait pas été efficace. L’accumulation des termes négatifs montre le jugement à charge du Nécrologe : « On remarque d’ailleurs dans les pièces de Marivaux une monotonie qui suffirait seule pour justifier ce que nous avons dit ailleurs du cercle étroit de ses idées. Presque toutes ces pièces sont des surprises de l’amour60. » S’affirme une fois encore l’idée qu’un élément esthétique a une cause dans le caractère ou la compétence de l’auteur.

  • 61Observateur, p. 184.
  • 62Ibid.

31Une année auparavant, L’Observateur partait du même constat pour parvenir à une conclusion tout autre : « Est-ce un défaut dans une pièce que d’avoir du rapport avec une autre qui est bonne ? Non, mais on n’aime pas que les auteurs se copient eux-mêmes. On veut du nouveau et point de réchauffé61. » Dans un premier temps, il est possible d’imaginer que le rédacteur s’inclut dans le « on ». Mais en réalité, plusieurs indices viennent annuler cette hypothèse. Plus haut dans l’article, le rédacteur critique une époque avide de nouveautés. Et en évoquant les Serments indiscrets, il s’attarde sur la réception du public de plus en plus favorable, avant d’examiner la réalité de la question de la ressemblance sur le plan dramaturgique. Alors que les reproches des critiques portaient sur des similitudes de « nœud et de dialogue », il déplace les analogies sur le plan des caractères, moins répréhensible, et il ajoute : « cette ressemblance n’était que celle de la Nature avec sa peinture62 ». L’argumentation est donc détruite par une contre-argumentation rigoureuse.

  • 63Nécrologe, p. 4.

32L’implication des locuteurs dans les jugements critiques sur l’auteur et l’œuvre va de pair avec une forte modalisation. En réalité, chaque article a une visée argumentative dont l’écrivain se trouve l’enjeu. Il s’agit pour L’Observateur de montrer que Marivaux est un auteur important et donc de justifier que le journal s’y intéresse. Pour le Nécrologe, le projet est inverse. L’article est la démonstration d’une thèse, fortement argumentée et qui s’affirme après un premier paragraphe assez neutre : « C’est peut-être le lieu ici d’examiner pourquoi un auteur si ingénieux, a souvent péché contre le goût et quelquefois contre la langue. J’en trouve plusieurs causes qu’il est à propos de faire observer au lecteur63. » Tout ce qui suit est l’illustration de cette affirmation préalable.

33Chaque démonstration, chaque jugement révèle celui qui le fait. Ainsi, la nécrologie est une façon de donner non seulement des informations sur le défunt, mais aussi sur celui qui le juge. S’établit alors un portrait en creux de chaque scripteur qui énonce sur la littérature et sur le monde un certain nombre d’idées fortes. Lorsque L’Observateur des spectacles fait un long développement pour montrer qu’il est plus facile d’écrire de la poésie que de la prose, Marivaux sert d’illustration à ce raisonnement. Marivaux se trouve doublement complimenté, parce qu’il fait de la bonne prose, mais aussi parce qu’il fait de la prose plutôt que des vers.

  • 64Observateur, p. 182.
  • 65Observateur, p. 183.

34Mais parfois, le discours prend une valeur plus générale encore. Les pièces servent ainsi d’appui à des sortes d’aphorismes. À propos de l’échec de L’Île de la raison, le rédacteur écrit : « Les petits hommes quoique ridicules n’aiment pas qu’on les joue64. » Cette explication est tout autre que celle donnée par Marivaux dans la préface de la pièce. Celui-ci mettait plutôt l’échec sur le compte de la difficulté à représenter scéniquement des personnages qui grandissent et rapetissent. Pour La Réunion des amours, l’explication donnée est d’ordre esthétique : « ce genre n’est pas goûté. Les Dieux de la Fable n’étaient bien que sur les théâtres d’Athènes et de Rome65. »

  • 66Observateur, p. 184.

35L’énonciateur de L’Observateur, dans tous les cas, se revendique comme rédacteur. D’ailleurs, il se réfère, dans l’article, à la ligne éditoriale du journal. Son idéal est la rigueur de l’information. Ses adversaires désignés sont ceux qui ne sont pas assez respectueux de la vérité : les imprimeurs qui ne donnent pas tous les ouvrages ou font des erreurs sur les titres et le Calendrier historique et chronologique des théâtres qui est fautif. Par exemple, ce dernier attribue trois actes aux Serments indiscrets, ce qui lui vaut une note rageuse : « c’est encore une erreur ; nous ne les relèverons pas toutes. Nous ne finirions pas66. » Il s’agit là d’une querelle de spécialistes sur un champ donné.

  • 67  Dans cette communauté de gens de goût, dont il exclut Marivaux, on trouve Voltaire ou Crébillon fi (...)

36Palissot s’affirme avant tout comme un homme de goût parlant à d’autres hommes de goût67. Sans doute est-ce par ce qu’il ne parvient pas à oublier son identité d’homme de lettres et en particulier de dramaturge lorsqu’il écrit sur un de ses collègues. Cela entraîne des réflexions parfois curieuses. Ainsi celle-ci :

  • 68Nécrologe, p. 11.

Une observation qui n’échappera pas aux gens de goût, et qui confirmera l’idée qu’on vient de donner de cet auteur, c’est qu’il chercha toute sa vie le genre auquel il devait s’appliquer : preuve sensible qu’il n’avait point reçu de la nature cette impulsion vive qui fixe l’homme de génie à un genre déterminé68.

37La pluralité des modes d’expression de Marivaux est ici jugée comme un défaut.

  • 69Nécrologe, p. 7.

38Le plus étonnant, dans cet article, c’est qu’il est un règlement de compte contre un ennemi désigné, c’est qu’il se déchaîne, avec violence, contre les Modernes accusés de tous les maux : « les partisans d’une opinion très opposée à la saine littérature », « la nouvelle secte », « ses partisans avaient introduit la coutume de jeter du ridicule sur l’érudition », « cette secte de beaux-esprits69 ». Par le prisme de cette charge, une nouvelle lecture s’impose du personnage Marivaux. Loin d’être coupable de ce qu’il est, il est en réalité une victime de la société de Monsieur de la Mothe. Manquant d’éducation, il a été abusé. L’article se décentre et attaque frontalement un autre écrivain et, derrière lui, tout un clan réduit à l’image de précieux ridicules, compensant leur inculture par du bel esprit.

  • 70  Collaborateur de Palissot et d’après le Dictionnaire des journalistes, coauteur avec lui de la néc (...)

39La visée argumentative se déplace. Dire du mal de Marivaux, c’est attaquer l’ensemble des Modernes. Et le résultat est que Palissot se trouve, in fine, en opposition avec la ligne éditoriale pourtant définie par Poinsinet de Sivry70, à savoir « fournir d’excellents matériaux pour notre histoire littéraire ». Mais surtout, sa posture critique correspond bien peu à l’aspiration du journal d’inviter des « gens de lettres, de réputation connue, [qui] se sont chargés de rédiger ces mémoires » avec la certitude que « leurs jugements du moins ne seront suspects ni de partialité ni de haine ».

  • 71  Selon l’adage latin De mortuis nihil nisi bonum. La nécrologie est, en effet, pour notre époque, u (...)

40L’examen de ces trois nécrologies permet de rendre compte de l’intérêt de ce type de textes pour la critique. Les nécrologies ne sont pas un espace objectif. Elles sont par essence empreintes de subjectivité. Elles apparaissent comme des textes argumentatifs, qui engagent le scripteur, au risque de transformer l’éloge en blâme, au risque aussi de fortement mettre en question la déontologie du rédacteur chargé de ces rubriques, du moins telle que nous la concevons aujourd’hui : des morts on ne fait que l’éloge71.

41Seul le poème du Mercure respecte ce pacte de bienséance sociale. Les deux nécrologies de Marivaux sont plutôt conformes à l’opinion exprimée plus tard par la Galerie française :

  • 72  Jacques Restout & Collet de Messine, Galerie française, ou Portraits des hommes et des femmes célè (...)

La vie d’un homme célèbre ne doit pas être simplement son éloge : ses erreurs sont souvent ce qu’elle présente de plus utile, et l’historien fidèle ne doit pas moins en retracer le tableau que celui de ses talents et de ses vertus. Tel est le point de vue sous lequel nous nous proposons de faire connaître Marivaux72.

42À la marge, ces textes peuvent apporter des informations sur les écrivains. Il convient alors de retrouver la source des informations et la façon dont, une fois données, elles circulent et sont relayées, avant de les recouper quand cela est possible. Mais plus que cela, les nécrologies donnent une idée assez précise de l’image d’un auteur à un moment précis. Cette représentation, plus ou moins juste, contribue à la fabrique ou du moins au relais de clichés qui, concernant un auteur comme Marivaux, seront durables. La presse produit ou propage des mots qui, tout à coup, paraissent idéalement adaptés pour nommer une réalité que beaucoup ressentent intuitivement. Et ces mots sont alors véhiculés jusqu’à ce qu’ils passent dans le domaine public et deviennent durablement un cliché de langue ou de pensée.

Notes

1  Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. Françoise Rubellin rappelle « ce qu’on ne sait toujours pas » et « ce qu’on sait depuis peu ». Voir ces deux rubriques, p. 10-12.

2  En particulier la date de la première occurrence du mot « marivaudage » ou l’attribution indue de l’invention de l’expression « tomber amoureux » à Marivaux (Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, op. cit., p. 12 et p. 18). Voir l’article du même auteur : « Sur l’apparition du mot marivaudage et l’expression tomber amoureux », dans Catherine Gallouët (dir.), Marivaudages : théories et pratiques d’un discours, Oxford, Voltaire Foundation, 2014, p. 3-11.

3  Charlotte Simonin a consacré sa thèse à cette correspondance : Au verso des “Lettres d’une Péruvienne” : Françoise de Graffigny (1695-1758), spectatrice, lectrice et auteur de théâtre, Nantes, Université de Nantes, 2008. La correspondance de Mme de Graffigny, actuellement en cours de publication par la Voltaire Foundation, est selon Françoise Rubellin une « mine d’or ». Elle en cite des extraits dans Lectures de Marivaux, op. cit., p. 13-16.

4  Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, op. cit., p. 16.

5  Nous nous référerons ici aux textes publiés sur le site du Gazetier universel (http://gazetier-universel.gazettes18e.fr/).

6  La Gazette de France du 25 février 1763 s’est contentée d’un faire-part de décès laconique : « Pierre Carlet de Marivaux, de l’Académie française, célèbre par des pièces de théâtre et des romans où l’on trouve beaucoup de finesse et d’esprit, est mort le 12 de ce mois âgé de soixante-quinze ans. »

7L’Observateur des spectacles ou Anecdotes théâtrales (noté désormais L’Observateur), nº 12, p. 177-184. Il s’agit de la deuxième mouture de ce périodique, dont le rédacteur est Lambert. Ce journal paraît tous les mardis. Voir la notice dans Jean Sgard, Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, disponible en ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/1073-lobservateur-des-spectacles (janvier 2018).

8  Le Mercure de France (noté Mercure), juin 1763, p. 14. À parution mensuelle, il est à cette époque dirigé par La Place. Voir Jean Sgard, Dictionnaire des journaux, op. cit., en ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0924-mercure-de-france-1 (février 2018).

9Observateur, p. 177.

10Le Nécrologe des hommes célèbres a obtenu son privilège en 1765 mais a commencé plus tôt. En effet, selon Le Dictionnaire des journaux (op. cit.) : « les premiers Éloges ont paru en 1764 (morts de 1763). Il existe une édition des Éloges de 1766 (voir Ordre chronologique des deuils de la Cour) qui, dans une table récapitulative, mentionne les Éloges qui se trouvent dans les numéros du Nécrologe de 1763 et 1764, parus respectivement en 1764 et 1765. Le tome I de l’édition 1767-1782 regroupe les notices des numéros du Nécrologe publiés en 1764, 1765 et 1766. » L’article sur Marivaux se trouve p. 1-15.

11  Ils ont été publiés dans les Œuvres de M. Palissot, Liège, C. Plomteux, 1777, vol. 5, p. 221-321. Consultable sur https://books.google.fr/books?id=g2U8AAAAcAAJ (février 2018). Notons que la version de 1777 est assez différente. Palissot reprend des éléments du Journal et Mémoires de Collé paru entre-temps (février 1763).

12  Ces réactions « à chaud » des rédacteurs gagnent assez légitimement à être confrontées à d’autres types de textes de la même époque, par exemple La Correspondance de Grimm sur le même sujet, et avec une réactivité assez comparable (février 1763), ainsi que Journal et Mémoires de Collé (H. Bonhomme (dir.), vol. 2, février 1763). J’ajoute Les Mémoires secrets de Bachaumont : « 12 février. Monsieur de Marivaux, de l’Académie française, est mort aujourd’hui. Les deux théâtres se sont enrichis de ses productions, et plusieurs de ses romans ingénieux sont entre les mains de tout le monde. Il avait l’esprit fin et maniéré, beaucoup de délicatesse ; il était parvenu à sa soixante-dix-septième année et ne faisait plus rien » (Mémoires secrets, Londres, J. Adamson, 1780, vol. 1, p. 176), cité par Gustave Larroumet dans Marivaux sa vie et ses œuvres (Genève, Slatkine reprints, 1970, p. 153). Enfin, Henri Lagrave, dans Marivaux et sa fortune littéraire (Bordeaux, Ducros, 1970), reprend une lettre de Thériot à Voltaire dont il souligne la perfidie : « Carlet de Marivaux vient de mourir âgé de 75 ans d’une hydropisie de poitrine. Il avait travesti Homère sans se douter que La Motte l’avait fait avant lui. Il laisse des comédies, des romans et d’autres ouvrages où certaines gens soutiennent qu’il y a du génie. » (Voltaire’s Correspondence, lettre du 25 février 1763, vol. 2, nº 10.231, p. 58)

13Mercure, p. 14.

14  Dans Henri Duranton (éd.), Le Pauvre Diable : destins de l’homme de lettres au xviiie siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 147-157. Sur ce personnage haut en couleur, voir le chapitre (lettre XXVII) qui lui est consacré dans le tome V de L’Histoire littéraire des femmes françaises par Joseph de La Porte et Jean-François de La Croix, chez Lacombe Libraire, 1769.

15  On peut s’étonner que le nom soit complet dans la mesure où, selon Françoise Rubellin, « Chamblain » était très peu utilisé du vivant de Marivaux (Lectures de Marivaux, op. cit., p. 11).

16Nécrologe, p. 1.

17Nécrologe, p. 11. Cette formule semble d’usage dans des textes contemporains ou ultérieurs avec parfois des erreurs. Dans la Correspondance de Grimm, Marivaux est annoncé comme mort dans sa soixante-treizième année.

18Ibid.

19 Observateur, p. 182.

20  Lettre citée dans Françoise Rubellin, Lectures de Marivaux, op. cit., p. 14.

21  Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc., Correspondance littéraire, philosophique et critique, Maurice Tourneux (éd.), Paris, Garnier frères, 1878, vol. 5, p. 236-237 (15 février 1763).

22Observateur, p. 180.

23Ibid., p. 178.

24Nécrologe, p. 3 et 8.

25  Il omet en revanche Le Prince travesti.

26  On peut noter au passage l’erreur sur le titre et sur le nombre d’actes. Le Père prudent et équitable est en réalité une pièce en un acte.

27 .Nécrologe, p. 15. Il a aussi écrit des tragédies en vers, Annibal et Mahomet second.

28  Elle a pourtant été lue et reçue le 5 mai 1757. En novembre 1761, Marivaux a signé une quittance à Duchêne pour un projet d’édition concernant trois pièces : Félicie, L’Amante frivole et Les Acteurs de bonne foi. Voir Gustave Larroumet dans Marivaux sa vie et ses œuvres, op. cit., p. 591.

29Observateur, p. 180.

30  D’après Deloffre, la pièce a été représentée trois fois en 1720 puis cinq fois entre 1741 et 1750. Voir le tableau dans Marivaux, Théâtre complet [1968], Frédéric Deloffre (éd.), Paris, Livre de Poche, 2000, p. 2156-2157.

31  Cela est confirmé par la notice de la pièce par Frédéric Deloffre : « Représentée le 12 mars 1732, elle commença par ne pas plaire. Aux représentations suivantes, l’accueil fut favorable et même glorieux à la cour... » (Ibid., p. 975)

32Observateur, p. 183. Marivaux lui-même dans l’Avertissement semble perplexe par rapport à la réception de la pièce qu’il qualifie de « bizarre ». Il énonce donc une série de questions : « Pourquoi donc n’a-t-elle pas été mieux reçue d’abord ? Pourquoi l’a-t-elle été si bien après ? » (Théâtre complet, op. cit., p. 986)

33Observateur, p. 184.

34  Le marquis d’Argenson évoque cette hypothèse : « Ses succès sont devenus accablants pour la cabale » (cité par Frédéric Deloffre, dans Marivaux, Théâtre complet, op. cit., p. 1060).

35  Il reprend l’argument du Mercure de juin 1732 : « la première représentation fut des plus tumultueuses, peut-être aurait-elle été écoutée plus tranquillement, si elle avait été jouée tout autre jour qu’un dimanche ; le parterre des jours de fête est ordinairement plus impatient et plus turbulent que les autres » (cité par Frédéric Deloffre, ibid., p. 1053-1054).

36Observateur, p. 180.

37  De même qu’il y a dès le xviie siècle la tentation de lire dans les textes de Marivaux des anecdotes réellement vécues par l’auteur.

38Observateur, p. 2. La paresse de Marivaux est un cliché pour justifier qu’il n’a pas terminé ses romans, comme si d’autres explications étaient inenvisageables au xviiie siècle. Il en est tout autrement pour nos critiques contemporains qui trouvent là, au contraire, le symptôme de problématiques esthétiques ou poétiques. Voir ma thèse, Le Dénouement dans les pièces en un acte de Marivaux : structure dramaturgique, 2003, p. 9 et 10, en ligne : http://demeter.univ-lyon2.fr/sdx/theses/lyon2/2003/ailloud (février 2018).

39Observateur, p. 177-178.

40Observateur, p. 179.

41  Le mot est utilisé plusieurs fois dans l’article. Les termes « jargon » et « métaphysique » sont habituels pour évoquer le style de Marivaux. En témoigne par exemple la Préface du Quart d’heure d’une jolie femme de Chevrier, cité par le Mercure de France de 1753 et repris par Henri Lagrave, dans Marivaux et sa fortune littéraire, op. cit., p. 164.

42Nécrologe, p. 6.

43Nécrologe, p. 7.

44Le Nouvelliste du Parnasse, 1731, t. II, 25e lettre, p. 210-212, cité par Henri Lagrave, Marivaux et sa fortune littéraire, op. cit., p. 27.

45  En dehors de ces références anonymes, seule une citation de Voltaire, d’ailleurs très incomplète, est attribuée à son auteur sans pourtant être référencée à La Pucelle (1756, chant VI, 336) dont elle provient : « Vers de Danchet, prose de Marivaux » (voir Gustave Larroumet, Marivaux sa vie et ses œuvres, op. cit., p. 87).

46Nécrologe, p. 6. Palissot reprend ici les mots d’un de ses propres écrits : la comédie Les Tuteurs. Il utilise aussi ces vers dans la description qu’il fait de Mme de Graffigny : « Elle publia depuis Les Lettres Péruviennes [sic], roman dans lequel on trouve quelquefois du sentiment et de la passion mais plus ordinairement : Une métaphysique où le jargon domine,/ souvent imperceptible à force d’être fine » (Œuvres, Paris, imprimerie Moutard, 1788, vol. 3, p. 212).

47  En fait, encore du Palissot : « un jargon, j’ose le dire, puéril, ne supposant ni étude ni connaissance du monde, une froide métaphysique entée sur des événements sans vraisemblance », dans le Discours préliminaire adressé à Mme la Comtesse de la Marck pour l’édition des Tuteurs, de 1754. Il y fait l’éloge de Molière et y déplore la décadence du théâtre de son temps.

48Nécrologe, p. 11. Le mot est employé comme nom ou comme adjectif. Employé comme adjectif, il a d’abord signifié « abstrait » (Dictionnaire de l’Académie, 1694). Puis, il prend une connotation péjorative comme en témoigne Le Dictionnaire de Furetière en 1727 : « ce qui est trop abstrait, trop subtil ». Cela est confirmé par le Dictionnaire de l’Académie de 1835 : « Il se prend quelque fois en mauvaise part, pour désigner l’abus d’abstraction. » Alain Rey précise que le nom prend le sens « d’un abus de considérations abstraites qui obscurcit la pensée » à partir de 1689 (Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Robert, 2006). En ce qui concerne l’adjectif, l’auteur est plus vague puisqu’il souligne que la péjoration existe « surtout depuis le dix-huitième siècle ».

49 Alain Rey note que le mot « a rejoint charabia et baragouin au double sens péjoratif de “langue incorrecte” (1611) et de “langage incompréhensible” (fin xvie s.) ».

50  Comme le rappelle Jean Weisgerber dans Les Masques fragiles : esthétique et forme de la littérature rococo, Lausanne, L’Âge d’homme, 1991, p. 103.

51Mercure, avril 1723, p. 771.

52 Par exemple en décembre 1727, à propos de La Surprise de l’amour : « c’est une métaphysique du cœur très délicate » (p. 2158). Il semble que le mot ait eu beaucoup de succès en 1727. Une occurrence est appliquée à Marivaux : « un auteur dont le langage figuré et sublime est le tourment du vulgaire borné, profond dans la Métaphysique du cœur » (Jean-Jacques Bel, Relation de ce qui s’est passé au sujet de la Réception de l’illustre Mathanasius à l’Académie française, Paris, février 1727, cité dans Bibliothèque française, vol. 9, 1727, p. 106). L’autre est attribuée à l’auteur des Effets du dépit, comédie en un acte présentée au Théâtre italien : « mais c’est cette simplicité même qui fait le plus d’honneur à l’auteur ; elle lui sert à faire voir quelles ressources il a du côté de l’esprit et du sentiment ; et qu’il entend parfaitement la Métaphysique du cœur » (Pierre-François Godard de Beauchamps, Mercure, mai 1727, p. 987). Notons que cela semble être plutôt un compliment.

53  Marivaux, Théâtre complet, op. cit., p. 1061, note 2.

54 Ibid., p. 2051.

55Ibid., p. 1053, note 2.

56Le Pour et contre, ouvrage périodique d’un goût nouveau, vol. 3, 1734, p. 113.

57  Avec une petite erreur d’ailleurs. Palissot évoque les « deux filles de Gorgibus » alors que l’une des précieuses est en réalité sa nièce. Cette référence est sans doute une allusion au fait que Marivaux a été « caricaturé sous les traits de Mlle Raffinot, “précieuse ridicule”, dans la petite pièce de Lesage et d’Orneval donnée à la Foire Saint-Laurent le 20 septembre 1726, Les Amours déguisés » (Henri Lagrave, Marivaux et sa fortune littéraire, op. cit., p. 19).

58 Lettre XIII, vol. 1, p. 101. Comme le rappelle Deloffre, « l’expression nouveaux précieux est courante à l’époque pour désigner les écrivains du groupe de La Motte » (Une préciosité nouvelle : Marivaux et le marivaudage, Paris, Les Belles lettres, 1955, p. 15, note 2).

59  Marivaux, Théâtre complet, op. cit., p. 1065.

60Nécrologe, p. 12.

61Observateur, p. 184.

62Ibid.

63Nécrologe, p. 4.

64Observateur, p. 182.

65Observateur, p. 183.

66Observateur, p. 184.

67  Dans cette communauté de gens de goût, dont il exclut Marivaux, on trouve Voltaire ou Crébillon fils. Le goût partagé s’exprime dans le respect des grands auteurs : Virgile, Homère mais aussi Scarron, Molière, Quinault, La Fontaine.

68Nécrologe, p. 11.

69Nécrologe, p. 7.

70  Collaborateur de Palissot et d’après le Dictionnaire des journalistes, coauteur avec lui de la nécrologie de Marivaux. Voir en ligne : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/647-louis-poinsinet-de-sivry (février 2018).

71  Selon l’adage latin De mortuis nihil nisi bonum. La nécrologie est, en effet, pour notre époque, une trêve nécessaire où cessent provisoirement les attaques contre lesquelles l’auteur vivant pouvait se défendre ; une fois passé ce temps de deuil raisonnable, peuvent revenir les critiques définitives autorisées par le temps et la postérité.

72  Jacques Restout & Collet de Messine, Galerie française, ou Portraits des hommes et des femmes célèbres qui ont paru en France, Paris, Hérissant le fils, 1772, nº VIII, p. 1-14.

Author

Catherine Ailloud-Nicolas est maître de conférences à l’Université Lyon 1 (ESPE). Auteur d’une thèse sur le dénouement dans les pièces en un acte de Marivaux, elle poursuit sa recherche sur cet auteur (Marivaux, ou les préjugés vaincus ? (dir.), Presses universitaires de France, 2009) et plus généralement sur le théâtre du xviiie siècle dans le cadre du laboratoire IHRIM (Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités). Dramaturge auprès de metteurs en scène de théâtre et d’opéra, elle rend compte de sa pratique à des fins théoriques (« Béatrice et Bénédict, un défi pour la mise en scène ? », dans Les Comédies de Shakespeare à l’opéra, Gaëlle Loisel & Alban Ramaut (dir.), Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2017) ou didactiques.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search