Versione classicaVersione mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

II. La nécrologie

Naissance du genre nécrologique dans la presse française

Anne-Marie Mercier-Faivre

Testo integrale

  • 1  Arina Makarova, « La fonction sociale de la rubrique nécrologique. L’annonce de décès à travers la (...)

1La mort des « grands » est en soi une nouvelle : les fortunes, les titres et fonctions – parfois les royaumes – changent de mains, la faveur tourne. Ce n’est pas le cas pour les gens de moindre importance sociale, mais au cours de l’histoire de la presse, la place qui leur est accordée à l’occasion de leur décès augmente et indique un changement dans ce qu’on juge comme faisant « nouvelle ». Cependant, alors que l’annonce de la mort de personnes ne participant pas aux cercles du pouvoir et de la fortune entre progressivement dans les pages du journal, ce n’est aussi que tardivement que la nécrologie apparaît comme une véritable rubrique journalistique. En résumé, on peut reprendre les propos d’Arina Makarova, en en inversant les termes : si « l’histoire de l’annonce mortuaire est étroitement liée à l’histoire générale de la presse et de la publicité1 », l’évolution de la presse peut se lire dans l’histoire de ce type d’annonces.

  • 2Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1832-1835, 6e éd., vol. 2, p. 259.
  • 3Ibid.
  • 4Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Veuve B. Brunet, 1762, 4e éd., p. 263.
  • 5  « Livre mortuaire dans lequel on écrit les noms des morts », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonn (...)
  • 6  Jean-François Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Mossy, 1787-1788, p (...)
  • 7Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, 5e édition, p. 152.

2Le mot « nécrologie », comme l’adjectif qui lui est associé (« Qui appartient à la nécrologie. Article, notice nécrologique2 »), n’entre au dictionnaire de l’Académie que dans sa sixième édition (1832-1835) : « se dit de certains petits écrits consacrés à la mémoire des personnes considérables mortes depuis peu de temps. Une nécrologie, la nécrologie est toujours un peu suspecte d’exagération3 ». Il dérive du mot « nécrologe », qui possède une entrée dans la quatrième édition de ce dictionnaire (1762) : « On appelle ainsi Le livre, le registre où l’on marque la date de la mort des Évêques, Abbés & autres personnes illustres, particulièrement des bienfaiteurs des Églises4. » Dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert5, c’est un livre qui présente une suite de noms, dans le dictionnaire de Féraud, on y « marque la date de la mort des personnes illustres6 ». Ce n’est que dans le Dictionnaire de l’Académie de 1798 que le mot « nécrologe » désigne non plus une liste, mais un récit de vie : « On donne aussi ce nom à une notice de morts. Le Nécrologe des Hommes illustres7. » Il est significatif que l’exemple cite (approximativement) le titre d’un périodique, de même qu’au siècle suivant, l’adjectif « nécrologique » est associé à la presse par les termes « article, notice nécrologique ».

  • 8Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, art. « Nécrologe », p. 892.
  • 9  Sur ce sujet, voir le chapitre d’Henri Duranton dans ce volume.

3L’évolution du mot montre un passage du livre à l’article, du religieux au profane, mais surtout un passage de la liste au récit. On passe également du collectif à l’individuel, d’une présentation élogieuse (qui peut jouer un rôle dans une polémique) à une possibilité de neutralité ou même de critique négative. Pierre Larousse8 présente le nécrologe comme un livre recensant les décès des personnes importantes d’une paroisse, puis un livre dédié à la biographie de certaines personnes, parfois pour faire l’histoire d’un groupe et servir sa cause – par exemple, le Nécrologe de Port Royal (1723) de Dom Rivet de la Grange est écrit d’un point de vue janséniste, comme le Nécrologe des appelants et opposants à la bulle Unigenitus9 de Labelle (1755).

4C’est l’histoire de cette naissance, celle d’une rubrique, mais aussi celle d’un nouveau rapport au genre biographique que je souhaite développer ici, en m’intéressant aux conditions d’apparition de cette rubrique, à son histoire, à ses justifications et à la question du genre « nécrologique » tel qu’il apparaît dans la presse d’Ancien Régime en France, et notamment dans le Journal de Paris. Cette enquête propose un regard sur une part du journal jusqu’ici peu étudiée.

5De qui parle-t-on dans cette rubrique ? Comment, pourquoi et dans quel but ? Les réponses à ces questions éclairent le journalisme de cette période, le rôle qu’il se donne et le public qu’il se crée. Elles peuvent aussi éclairer le genre biographique, dans la version concentrée que permet le journal.

Naissance d’une (ou de deux) rubrique(s)

  • 10  Voir par exemple, pour le Mercure galant, le chapitre sur les « nécrologies et éloges funèbres » : (...)
  • 11  Dans le Journal historique et littéraire (1773-1794), continuation de La Clef.
  • 12  On a vu plus haut que selon l’édition de 1832-1835 du Dictionnaire de l’Académie, il s’agissait de (...)

6Si les nouvelles concernant les morts sont présentes dès le début du journalisme, elles sont longtemps réservées à la sphère de la Cour, à moins de prendre la forme d’un fait divers lorsque le décès est curieux10. On en trouve ainsi assez régulièrement dans la sixième et dernière partie des livraisons du Mercure, intitulée « Partie civile et politique du périodique », ou dans La Clef du Cabinet des Princes (1704-1773), qui propose dès son origine, en fin de livraison, une rubrique « Naissance mariages et morts des princes et personnes illustres ». Ces nouvelles peuvent être transmises à travers deux types de textes, annonces brèves ou courtes biographies. De façon significative, cette rubrique change de nom à partir de décembre 1757, pour s’intituler simplement « Naissances et Morts », titre qui demeure tout au long du siècle11, quand les annonces de ce type ne sont pas données hors rubrique, comme des nouvelles ordinaires. Dans les dictionnaires, l’idée que la nécrologie ne peut concerner que des gens importants perdure jusqu’au milieu du xixe siècle12. Ainsi, dans celui de Pierre Larousse (1874), la mutation s’est faite : la nécrologie est définie de façon large comme un « écrit consacré à la mémoire d’une ou plusieurs personnes mortes depuis peu de temps ». Dans la presse, la mutation a lieu un siècle plus tôt.

  • 13  Charles Palissot de Montenoy, auteur de Les Philosophes, comédie en 3 actes, s.l.n.d. [1760].
  • 14  Son titre reste incertain d’après Robert Favre, notice « Journal des deuils », dans Jean Sgard (di (...)
  • 15  Robert Favre, notice « Journal des deuils », dans DJx ; et Robert Favre, La Mort au siècle des Lum (...)

7Ainsi, on peut situer vers la fin des années 1750 l’idée d’une rubrique qui se détache progressivement de la forme du carnet mondain comme des nouvelles politiques. La Clef du Cabinet des Princes, imprimé tantôt à Luxembourg, tantôt à Verdun, est un précurseur, alors qu’en France, l’existence d’une rubrique spécifique, distincte du format des annonces, s’affirme à travers deux types particuliers de périodiques : les feuilles d’annonces et les journaux littéraires. Deux titres fondés par Palissot13, vite réunis en un seul, ont ouvert cette voie : l’un était le Journal des deuils de Cour, ou Annonces des deuils de la Cour (1761-1764 ?)14 ; son privilège avait été obtenu par Palissot pour Mme Fauconnier. Comme son successeur, l’Ordre chronologique des deuils de la Cour, qui contient un précis de la vie et des ouvrages des Auteurs qui sont morts dans le cours de l’année 1765 ; suivi d’une observation sur les deuils (1765), il donnait une liste des morts avec des détails sur le deuil, sa durée et les marques vestimentaires associées : il était important dans les classes privilégiées de savoir ce qui se passait à la Cour afin de se régler sur elle. D’où la poursuite par le Journal de Paris de la publication séparée des annonces de deuil jusqu’à la Révolution15.

  • 16  Les premiers éloges ont paru à partir de 1764.
  • 17  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologue des hommes célèbres », dans DJx.
  • 18Mémoires secrets, 1777, vol. 2, relation du 25 février 1764, p. 2.

8L’Ordre chronologique des deuils complétait les Affiches, qui se contentaient de donner des indications très succinctes. L’autre, le Nécrologe des hommes célèbres de France16 (1767-1782), développait, à travers des articles proches du genre biographique, la vie du défunt et les raisons de sa célébrité ; ce deuxième périodique a été un supplément au premier avant de l’absorber et de prendre la première place avec une périodicité annuelle à partir de 176717. Les Mémoires secrets notent au moment de la fusion de ces journaux que le Journal des deuils, « journal purement mercenaire », prend « une tournure littéraire » en s’adjoignant le Nécrologe, mais ajoutent : « On sent combien cette superfétation est ridicule, mais par ce moyen, cette Gazette, qui n’était qu’à 3 livres monte à 6 francs18. »

  • 19  Connu surtout comme rédacteur du Journal des dames.

9Cette idée lucrative explique que d’autres entrepreneurs aient à plusieurs reprises tenté de contourner les privilèges qui protégeaient ces feuilles : en 1774, paraît l’éphémère Gazetin du Patriote ou Annonce des naissances, des mariages et des morts (mars-juin 1774), rédigé par de Rozoi19. Son projet est de lier « l’utile et l’agréable », c’est-à-dire de combiner liste chronologique et récit de vie :

  • 20Gazetin du Patriote, prospectus, février 1774, p. 2.

pour ne pas rendre ce Gazetin une nomenclature rebutante pour ces lecteurs dont l’œil accoutumé à ne se fixer que des objets avoués par les grâces, veut toujours des coloris et des fleurs, nous donnerons des notices soignées sur les citoyens qui seront morts20.

  • 21  Notice « Gazetin du Patriote », DJx.
  • 22Annonces, Affiches et Avis divers (ou Petites Affiches, ou Affiches de Paris, 1751-1811), longtemp (...)

10D’après François Moureau21, l’idée venait de la baronne de Tott, qui finançait cette entreprise. Courmont, propriétaire du privilège des Petites Affiches, fit interdire le prospectus du Gazetin et était en capacité de faire interdire le périodique, mais il s’en abstint, sans doute après avoir passé un accord financier avec la baronne de Tott, jusqu’à la mort de celle-ci, survenue en mai de la même année. Le Gazetin disparut à cause de sa concurrence avec les Petites Affiches22. En effet, celles-ci publiaient régulièrement en fin de livraison (après les spectacles et avant les cours des changes) une rubrique « Enterrements » donnant les noms, âges et qualités des défunts, le lieu du décès et la date et le lieu de la cérémonie funéraire.

  • 23  Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime, 1 (...)

11Trois ans plus tard, les Affiches doivent faire face à une autre concurrence, avec la création du Journal de Paris (1777), premier quotidien publié en France. Ces deux périodiques étaient rivaux sur deux rubriques, celle des spectacles et celle des enterrements23, cette dernière n’apparaissant que quelques mois après les débuts du Journal de Paris.

  • 24Journal de Paris (sera noté JdP), nº 6, 6 janvier 1777, p. 4.
  • 25Ibid.

12Ce quotidien souhaitait, au moment de sa création, donner « dans la feuille du lundi de chaque semaine le total des mariages, des naissances et des morts de la semaine précédente24 ». Ceci aurait dû se faire grâce au concours des curés de Paris, mais « l’opposition d’un petit nombre d’entre eux prive le public des avantages qui devaient résulter de ce tableau25 ». Ce projet ne sera réalisé que pour les décès  : ce n’est qu’à partir du 7 mars 1777, discrètement et sans annonce particulière de cette nouveauté, qu’une rubrique « Enterrements d’hier » (qui deviendra « Enterrements et convois d’hier », puis « Enterrements » [5 avril 1777]) paraît régulièrement en toute fin de livraison. On y mentionne le prénom et le nom, le lieu du décès, souvent l’âge et la profession, avec une moyenne de quatre à cinq noms par livraison en 1777, huit à dix au début de 1789.

13Comme le Gazetin, le Journal de Paris se heurta à l’obstacle du privilège des Petites Affiches, devenues quotidiennes en 1779, sous le nom de Journal général de France, et dirigées à cette époque par l’abbé Aubert ; le Journal de Paris s’imposa définitivement en achetant le privilège du concurrent des Affiches, comme l’explique Gilles Feyel :

  • 26Ibid. p. 876-878. Voir également Roxana Fialcofschi, Le « Journal de Paris » et les arts visuels, (...)

Le 5 février [1782], la demoiselle Fauconnier et sa fille, la dame de Grammont de la Mothe, épouse de Vaux, vendirent aux propriétaires du Journal de Paris leur privilège des « Annonces détaillées des deuils de la Cour, de leur durée, de l’étiquette d’usage dans la manière de les porter » et du Nécrologe des hommes célèbres de France, moyennant le versement d’une rente annuelle de 4 000 livres. Véhémente opposition de l’Abbé Aubert ! Tout en perdant la clientèle du Nécrologe qui avait utilisé jusque-là les services du Bureau de correspondance pour se diffuser, la compagnie Benezech estimait que l’annonce des deuils devait revenir aux Affiches26.

  • 27  Dans la première liste, on trouve un évêque, un avocat et un conseiller du roi (Le Journal de Pari (...)

14En 1782, lorsque le Journal de Paris s’empare des privilèges des deux journaux spécialisés dans les nécrologies, il peut intituler sa liste de fin de livraison « Morts », et non plus « Enterrements et convois », titre qui présentait son contenu comme une annonce d’événement public, au même titre que les spectacles, et contournait ainsi les interdictions. Il peut également installer dans le corps du journal une rubrique à part entière, intitulée « Nécrologie », alors que jusqu’ici les articles de ce type étaient dispersés sous d’autres entrées (Médecine, Arts, Variété, etc.). Le Journal de Paris réunit ainsi dans une même publication, mais en les maintenant distinctes, les deux formes de journalisme liées aux décès : la biographie, et l’annonce sous forme de liste. Je m’attacherai surtout au premier genre, tout en indiquant au préalable que, pour le second, les catégories sociales deviennent plus variées en 1789, tandis que le nombre de personnes dont on ne connaît que le nom augmente : l’ouverture du journal aux personnes du commun s’effectuant en parallèle dans les deux types de texte27.

Tableau 1. Professions des personnes évoquées dans le Journal de Paris par une notice nécrologique

Tableau 1. Professions des personnes évoquées dans le Journal de Paris par une notice nécrologique

Qui ?

  • 28Le Nécrologe des hommes célèbres de France (désormais Nécrologe), avant-propos, 1767, t. II, p. ii (...)

15Le Nécrologe des hommes célèbres de France (1767-1782), qui publie en moyenne un volume par an, indique son programme par son titre ; il le précise dans un avant-propos intitulé « Avis de l’éditeur » dès le premier tome. Il s’agit de retracer la vie des « hommes illustres dans les sciences et dans les arts » : « Poètes, orateurs, historiens, etc., peintres, sculpteurs, musiciens, architectes etc., acteurs et actrices célèbres, toutes les personnes enfin qui auront mérité pendant leur vie l’attention de leur siècle recevront ici un tribut d’éloges et de regrets28. »

  • 29  Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 30Journal encyclopédique, t. VI, partie III (15-30 septembre 1790), p. 425.

16Ainsi, à l’annonce des morts de la Cour succède l’idée de présenter la vie des hommes « célèbres », et non plus seulement « illustres » (mouvement que Jean-Claude Bonnet a décrit dans Naissance du Panthéon, essai sur le culte des grands hommes29). Le journal remplirait la même fonction que le Panthéon, construisant une unité nationale et célébrant les arts et les sciences comme des vertus citoyennes. En 1790, le Journal encyclopédique se félicite des éloges de l’abbé de L’Épée et de Franklin, et présente les éloges publics antérieurs comme des « archives de mensonge, de bassesse, de servitude [: ils] ne prostituaient leur encens mercenaire qu’à la seule espèce d’hommes auxquels un abus qui n’a pour lui que son antiquité décrépite et folle avait donné le vain titre de Grands parce qu’ils étaient les premiers esclaves des Cours30 ».

17Mais le journal se distingue du Panthéon en ce qu’il s’ouvre à l’étranger : le Nécrologe indiquait dans son avant-propos, en 1767, qu’il se réservait cette possibilité. En 1772, il publie l’éloge d’un astronome anglais, Milord Morton :

  • 31Nécrologe, 1772, t. VII, p. 151-152.

Quoique ce recueil porte le titre de Nécrologe des hommes célèbres de France et que ce titre semble donner à tous les hommes célèbres qui ne sont pas nés dans ce royaume, une exclusion positive, on ne doit pourtant pas être surpris de nous voir empressés à rendre, dans cet article, au rare mérite d’un étranger, la justice qui lui est due. Nous n’avons pas le malheur ou la faiblesse de penser, comme de certaines gens, que le génie et la gloire n’habitent qu’un coin de l’univers, et ne puisse respirer, pour ainsi dire, leur air natal, chez tous les peuples policés. Les lettres ont du moins cet avantage, qu’elles trompent, en quelque sorte, le fanatisme des conventions nationales ; et que ceux qui les cultivent, séparés par le climat qu’ils habitent sont rapprochés par les goûts, qu’ils partagent31.

18Ainsi, le journal s’affirme comme l’organe d’une « république intellectuelle » qui dépasse les frontières :

  • 32Ibid., p. 152. Ce passage disparaît à partir de 1768, sans doute pour laisser place à un développe (...)

Cette république de savants, dispersés sur la face de la terre, semble former, au sein de tous les peuples, un peuple à part, une famille privilégiée, dont les individus, chers au reste des hommes, trouvent partout des compatriotes et des amis. [...] Ainsi la patrie de l’homme célèbre est partout où il y a des hommes instruits32.

  • 33  J’ai évoqué ces questions de communautés dans un texte paru en espagnol : « Necrológia y communida (...)

19Le Journal de Paris suit cet exemple et publie des notices ou éloges sur des médecins étrangers : Schuppack, Sanchès, Torberg Bergman, Serrao, Pringle, des savants, botanistes, mathématiciens ou astronomes comme Needham, Daniel Bernoulli, Haller, Cassini, Targioni-Tozzetti, Euler, des princes comme le prince de Brunswick, la princesse Anne-Amélie, Joseph II, peu d’hommes de lettres étrangers (Adam Smith), mais des musiciens et acteurs travaillant en France (Gluck), plus rarement en dehors (Garrick). L’éloge de l’étranger n’est envisageable que lorsqu’il entre dans une communauté à laquelle le lecteur du journal accepte de participer : savants humains, littérateurs et artistes aimables, sages administrateurs, hommes de bien33.

  • 34  Les notices qui concernent les acteurs et actrices ne sont pas présentées en rubrique « Nécrologie (...)

20Le Journal de Paris propose peu d’articles nécrologiques sur des hommes extrêmement célèbres ; rien sur Rousseau et Voltaire, par exemple ; pas davantage sur les princes du royaume : il laisse cela à d’autres journaux. En revanche, on trouve beaucoup de professions intermédiaires : parmi les 26 notices nécrologiques de l’année 1784, on trouve 9 médecins, 6 hommes de lettres et savants, un mathématicien, un astronome, un juriste et deux ecclésiastiques. Une étude des années 1777-1790 (voir tableau 1, supra) montre que, sur 152 notices, on trouve majoritairement des hommes de lettres (36), arts (33), sciences (28) et des médecins (30), un moins grand nombre d’ecclésiastiques (19) et hommes de loi (14), le reste étant représenté par des militaires (7), administrateurs (11), acteurs et actrices34 (7) et aristocrates (8).

  • 35JdP, nº 48, 17 février 1787, p. 209.
  • 36JdP, nº 364, 29 décembre 1788, p. 1556.
  • 37JdP, nº 303, 30 octobre 1790, supplément, p. ii-iii.

21Le tableau 1 (supra) montre qu’il n’est pas possible de distinguer une évolution sur cette période qui montrerait une variation nette dans la présence d’une catégorie par rapport aux autres. Par ailleurs, ce classement en catégories est loin d’être absolument fiable : certains, comme les abbés, pouvant figurer dans l’une ou dans l’autre, le choix a une part d’arbitraire. Enfin, quelques-uns des personnages évoqués sont inclassables, ainsi le « curieux » incarné par l’abbé Tournier, devenu expert en musique, gnomonique, perspective, peinture, sculpture, gravure, horlogerie, mécanique, optique, astronomie35... Les femmes sont quasi absentes (6 sur 152), sauf lorsqu’elles sont femmes de sciences (Mme Le Paute36), actrices, ou des modèles de bienfaisance (Mlle Bourjot, devenue Mme Quatremère37) – comme elles le sont généralement du champ de la célébrité bourgeoise.

22Avec le développement de cette rubrique dans un journal quotidien, la catégorie des « hommes célèbres » s’élargit. Le Journal de Paris reprend l’un des aspects du projet développé dans le prospectus du bien nommé Gazetin du Patriote :

  • 38Gazetin du Patriote, prospectus, 1774, p. 2.

Un officier, un négociant, un littérateur, un légiste, un artisan, tout citoyen enfin peut avoir donné sujet à un article d’instruction ou de curiosité. Ces tableaux chronologiques et anecdotiques pourront être consultés par toutes les classes de citoyens dans tous les temps et pour tous les objets relatifs à la société38.

  • 39JdP, nº 272, 28 septembre 1784, p. 1148.
  • 40  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, (...)
  • 41  Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon, op. cit., p. 149.

23Le Journal de Paris s’ouvre à des inconnus : il suffit que l’un de leurs parents, confrères ou amis écrive au journal avec assez de persuasion pour que celui-ci publie la lettre. Certains ne sont connus qu’en lointaine province (le médecin Girod est décrit comme un « Citoyen modeste qu’une Province entière désigne comme son bienfaiteur39 »), d’autres ont vécu dans une certaine obscurité, choisie nous dit-on. Si, d’après Jean-Claude Bonnet, après 1758, l’éloge est devenu « le plus remarquable instrument d’une redistribution générale des critères de distinction40 », sa forme journalistique, la nécrologie, opère, comme il le relève également en évoquant les moqueries de Rivarol dans le Petit Almanach de nos grands hommes (1788)41, une redistribution si large qu’elle brouille les codes et les hiérarchies : comme à l’ère d’Andy Warhol, chacun peut avoir droit à un moment de célébrité. Cette ouverture irrite un lecteur attaché aux anciennes manières de la presse, signant du pseudonyme de l’anti-louangeur :

  • 42JdP, nº 39, 8 février 1784, p. 174-175.

J’en veux aux éloges que je vois dans presque tous les papiers publics se multiplier jusqu’au ridicule. [...] Ne vous serait-il pas possible, Messieurs, de dire à ces petits faiseurs d’oraisons funèbres, que de petites vertus privées, un petit mérite domestique, sont dignes d’estime, sans doute, mais ne peuvent attacher un Public que rien jusqu’à ce jour n’a mis dans la confidence ? [...] se constituer en frais d’impression, pour louer des noms qui n’ont été publics que dans les baptistaires et mortuaires de leurs paroisses ; convenez-en, Messieurs, on ne saurait pousser l’indulgence plus loin. Pour moi, je n’aurais jamais celle de la souffrir en vous. Je ne veux pas que vous ennuyiez vos Lecteurs : assez d’autres ont la bonhommie de se charger de cette besogne. Si jamais vous les imitez, je vous promets une diatribe de ma façon bien nourrie d’épigrammes & de sarcasmes, et vous aurez encore l’impartialité de l’imprimer42.

  • 43  Voir l’article de Christophe Cave, « Bienfaisance et discours de presse », dans Anne-Marie Mercier (...)
  • 44  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1836.
  • 45  Sur l’interpénétration du public et du privé, voir l’ouvrage que le groupe de recherche sur le xvi (...)

24L’espace de la notoriété était restreint à certaines catégories (la naissance, la faveur, la fortune, les académies...) que l’on contemplait de loin. À la fin du xviiie siècle, d’autres catégories entrent sur la scène du journal, l’intérêt pour la bienfaisance43 et le goût du pathos aidant. La « vertu sociale et pacifique de l’utilité44 » supplante les gloires guerrières qu’avaient éclipsées les réputations intellectuelles. Dans le même mouvement, l’espace du privé s’élargit à une sphère publique grâce à la presse45. Les deux espaces s’interpénètrent, tandis que la commémoration s’appuie de plus en plus sur l’émotion.

Fonctions de la nécrologie : de l’information à l’émotion partagée

25L’évolution de la classe des personnes susceptibles d’être évoquées en rubrique nécrologique est liée à un changement dans la fonction de ce type de texte. Déjà, dans son projet, le Journal de Paris se donnait un rôle nouveau pour un périodique et envisageait de devenir un outil de connaissance et de progrès, aussi bien pour les administrateurs, financiers ou démographes que pour le commun.

  • 46JdP, nº 6, 6 janvier 1777, p. 4.

Nous avions cru qu’il procurerait au Gouvernement, sur la vie commune des hommes, un calcul dont il a senti la privation lors de l’établissement des Tonnes, des Rentes viagères, et des divers projets de finance, fondés sur les époques de la vie humaine ; nous pensions que ce relevé servirait à rassurer le peuple, qui toujours disposé à grossir les maux, suppose la mortalité beaucoup plus considérable qu’elle ne l’est effectivement, lorsqu’il règne des maladies épidémiques ; enfin nous nous flattions de fournir à l’Académie des sciences la possibilité d’établir un calcul sur la probabilité de la vie de l’homme en France46.

  • 47Gazetin du Patriote, prospectus, 1774, p. 3.
  • 48JdP, nº 42, 11 février 1777, p. 3.

26Le Gazetin du Patriote annonçait une ambition similaire et évoquait l’apport de ces listes à une histoire de la médecine et des populations, mentionnant aussi les obligations que leur auraient « les nécrologistes, orateurs, généalogistes, historiens, annalistes [...] » ; ces derniers se justifient ainsi : « [n]ous préparerons les matériaux ; d’autres bâtiront l’édifice47 ». Le Journal de Paris réalise une partie de ce projet en publiant des tableaux statistiques : on trouve le « Tableau des naissances, mariages, morts de l’année 1776 comparés à l’année 177548 » ; on y lit une préoccupation démographique, fréquente à cette époque où les physiocrates, après Montesquieu, s’inquiètent de la dépopulation : « les morts excèdent, en 1776, les naissances de 1097 [en fait, 537] ». Les listes qu’il propose en fin de livraison sous la rubrique « Morts » sont une mine de renseignements pour l’histoire de la population parisienne. Par détournement, elles sont aussi parfois une occasion de plaisanterie :

  • 49  Il s’agit sans doute de l’actrice du même nom. Ce texte fut écrit par Sylvain Maréchal, dans Relat (...)

Le Journal de Paris a fait mention, il y a quelque temps, de l’enterrement d’une demoiselle Vérité, fille majeure, rue des Martyrs : un plaisant en jouant sur le mot a donné une Relation véritable et remarquable de la vie et mort de cette vieille fille, dont tout le monde parle et que peu de gens ont vue49.

  • 50Nécrologe, 1767, t. I, « avant-propos », p. iii-iv et p. iii-iv.

27Pour ce qui est de la rubrique plus littéraire, la « Nécrologie », sa fonction est au début convenue : il s’agit de proposer des exemples capables « d’exciter l’émulation de ceux qui voudront à leur exemple se distinguer dans la même carrière », ou bien, comme l’écrit un lecteur, de payer « un tribut d’éloges et de regrets50 » à des personnes bien considérées.

  • 51  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1834.

Partout s’impose un nouveau récit édifiant, adressé à une communauté qui, au-delà de la république des lettres est celle des citoyens, fondée sur une éthique sociale de l’utilité, et qui remplace par une mémoire capitalisatrice l’ancienne lamentation sur la ruine fatale de toute entreprise humaine. Ainsi se précise l’idée de la postérité dont Diderot explique à Falconet qu’elle seule est sainte et sacrée car elle apprécie le vrai mérite et voit tout51.

  • 52JdP, nº 344, 10 décembre 1782, p. 1399.

28Les nécrologies, Panthéon de papier, cherchent en partie à remplir les mêmes fonctions que ce monument. Elles créent le sentiment d’une cohésion nationale, vertueuse, ou intellectuelle ; le journal forge des communautés et celles-ci varient avec le temps et avec le lectorat. Les lecteurs renvoient cette image au périodique, évoquant ses pages comme le recueil des « fastes de la nation52 ».

  • 53JdP, nº 72, 13 mars 1782, p. 287.

29D’autres, comme les élèves du flûtiste Taillard, constatant que le journal consacre une partie de ses feuilles « aux éloges de ceux qui ont mérité l’estime de leurs concitoyens53 », écrivent à leur tour, pour rendre un hommage public à leur maître. Le Journal de Paris joue ici le même rôle que dans le cadre des actions de bienfaisance : il offre un espace où les lecteurs peuvent communiquer leurs connaissances et leurs émotions, et surtout agir socialement.

  • 54Nécrologe, 1767, t. I, « avant-propos », p. iv.

30Dans l’avant-propos du Nécrologe, on annonçait qu’« [i]l sera moins fait état d’anecdotes de la vie privée que de l’histoire et de la nature du génie et des talents54 ». Après les années 1780, ce programme est largement dépassé par le Journal de Paris qui ne se prive pas de donner des anecdotes et des détails. Le pathétique se déploie pour célébrer les vertus, la reconnaissance ou tout simplement l’amitié. Une lettre évoquant Gruet, jeune homme sur lequel on apprend peu de choses – l’auteur parlant davantage de lui-même et de sa douleur que de l’ami –, en est un bon exemple :

  • 55JdP, nº 348, 14 décembre 1777, p. 3-4.

Personne n’est plus accablé de cette perte que moi. Il m’honorait d’une confiance particulière. [...] M. Gruet, outre ses talents que l’âge et l’étude auraient perfectionnés possédait les qualités du cœur, si précieuses pour l’amitié. [...] Voilà, Messieurs, les motifs de mes regrets. [...] Permettez, Messieurs, que dans votre journal, je donne à sa cendre ce témoignage public de ma douleur55.

  • 56  Arina Makarova, « La fonction sociale de la rubrique nécrologique », art. cité, p. 115-116.
  • 57  Ceci est lié à l’émergence dans la presse d’un goût pour le spectaculaire et le tragique : voir da (...)
  • 58JdP, nº 105, 15 avril 1790, p. 421 ; je souligne.

31Le Journal de Paris devient un lieu de publication de lettres ouvertes dans lequel l’expression de l’émotion est aussi licite que l’information. Ces deux fonctions, de « commémoration » et de « communication privée » sont précisément, selon Arina Makarova, propres à la « publication de la mort » que l’on trouve dans les quotidiens56. Célébration et publication se mêlent encore sur un autre point, celui de la narration de cérémonies funèbres. Dans le journal, en fin de la période étudiée, elles sont données à voir comme les entrées royales ou cérémonies publiques l’étaient depuis l’origine. Des récits touchants et proprement spectaculaires sont alors proposés57. La période révolutionnaire développe ce nouveau genre d’ekphrasis. Ainsi, à propos des funérailles de l’évêque de Senez, relatées dans sa nécrologie, on lit qu’« un concours nombreux de citoyens est venu se faire honneur en assistant à ses obsèques. Si tout le monde ne pleurait pas [...] tout le monde donnait le spectacle de cette douleur muette et profonde qu’imprime le sentiment d’une grande perte58. » La mort devient l’occasion d’un spectacle auquel tout le monde peut participer, soit par sa présence, soit par la lecture du journal. À l’occasion de la mort d’Héliand, député du Maine aux États généraux, le récit de sa vie, fort bref et convenu, est suivi de celui, beaucoup plus long, évoquant la cérémonie religieuse, le cortège et enfin l’inhumation qui donne lieu à un véritable tableau visant au pathétique, accumulant les clichés. Mais son auteur, Antoine-François Delandine, député du Forez, poursuit aussi un but politique qui apparaît à la fin de son texte.

  • 59JdP, nº 132, 12 mai 1789, p. 599-600.

Là s’est offert le spectacle le plus imposant et en même temps le plus lugubre. Le Peintre qui l’eût vu le retracerait sans doute en ce moment sur la toile comme il s’est gravé dans mon souvenir. [...] Un coteau assez élevé domine sur cet espace consacré à la mort, et il est couvert d’arbres qui, défeuillés en ce moment, agrandissaient encore l’image de la destruction. La lune était levée et prolongeait les ombres. Il était 8 heures et demie du soir. D’obscurs nuages s’avançaient de l’horizon et arrivaient comme les ministres de la nuit, de la nuit symbole du trépas [...]. Là, huit cents personnes, vêtues de noir, s’étaient répandues par groupes où régnait un recueillement religieux ; là, un silence profond imprimait dans l’âme un sentiment de respect mêlé de terreur. On entendait le faible bruit de la terre jetée par le fossoyeur et tombant lentement sur le cercueil. Des torches, de sinistres flambeaux éclairaient ce travail lugubre. [...] Les trois Ordres étaient confondus, et chacun alors s’est dit à part : Que sommes nous, faibles humains, pour nous disputer sur cette terre passagère ? Faisons-le bien et opérons de concert. Pourquoi serions-nous divisés dans le court intervalle de la vie, puisqu’il faut qu’un jour nous soyons tous ici rassemblés59 ?

32Les lecteurs ayant été mis en condition, portés à l’émotion, sont invités à partager les sentiments prêtés aux députés. La cérémonie diffusée par le journal leur permet de communier avec leurs représentants. Ils ont ainsi une impression de proximité, d’humanité partagée.

La naissance d’un genre ? 

  • 60Nécrologe, 1781, t. XVI, « Avis ».
  • 61  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1843.

33On pourrait penser que la naissance de la rubrique est à l’origine de la naissance d’un genre (comme celui de l’« extrait », de la critique d’art, etc.). La réalité est plus complexe. À l’origine, on trouve le genre des éloges, et le Nécrologe présente des textes intitulés ainsi. Mais ce titre est supprimé en 1781, « fastidieux pour beaucoup de lecteurs60 » et sans doute en contradiction avec le contenu, qui présente, comme les éloges de D’Alembert, un « curieux mélange de sel et d’encens61 ».

  • 62  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologe », dans DJx.

La Correspondance littérairede Grimm, qui qualifie le périodique de « rapsodie » écrite par des « barbouilleurs », rapporte qu’« on a dit de ce recueil qu’il renfermait plutôt la satire des vivants que l’éloge des morts ». Mais on sait combien la Correspondanceest hostile à Palissot... La Harpe, lui, reproche aux rédacteurs d’écrire en panégyristes et non en « historiens » et condamne vivement le ton retenu de l’adulation et de l’exagération62.

  • 63Ibid.

34On relève que le périodique a été créé par « un homme célèbre accusé par ses ennemis de n’avoir du penchant que pour la satire63 », c’est-à-dire Palissot. Celui-ci avait lui-même auparavant critiqué le genre de l’éloge dans ses Petites Lettres sur de grands philosophes (1757).

  • 64  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1833.

35Mais le terme d’éloge désigne surtout un genre inspiré de l’éloge funèbre, avec un projet qui se situe à l’opposé de ce qu’on appelle « vie particulière ». La grande mode de ce genre dans sa version laïque, selon JeanClaude Bonnet, naît en 1758, au moment où l’Académie française propose pour ses concours de « louer de grands hommes64 », donc peu avant l’apparition des journaux nécrologiques.

  • 65  Condorcet publie en 1777 les Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences morts depui (...)
  • 66  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1833.

36Le Journal de Paris reprend l’idée des éloges du premier Nécrologe en reproduisant des extraits des éloges prononcés par Condorcet et Vicq d’Azyr, essentiellement entre 1784 et 178765 ; on trouve reproduits ceux de Bernoulli, Bordenave, Bézout, du comte de Tressan, de Macquer, Morand, Euler, Wargentin, Cassini, du comte de Milly, de Guettard, Paulmy. Ne sont pas reproduits les éloges de Hunter, D’Alembert, Margraff, du marquis de Courtivron, du duc de Praslin, de Bergman, Gua de Malves de Bouvart, Grandjean de Fouchy, Lassonne, du cardinal de Luynes, de Franklin, et surtout de Buffon, éloge teinté de paradoxal, mêlant des condamnations aux louanges : est-ce ce texte qui crée une distance, presque une méfiance, du journal par rapport à Condorcet ? Toujours est-il que la mort de Buffon (1788) ouvre une période d’où les éloges sont absents. Il y aurait toute une histoire à écrire sur les liens entre éloge et presse : pourquoi certains sont-ils reproduits et d’autres non ? Quelle est l’influence de la presse dans la distinction de plus en plus forte entre un éloge hérité de l’oraison funèbre, pompeux et convenu, genre à dominante fortement orale, et un éloge civil, simple et vrai, passant uniquement par l’écrit ? Jean-Claude Bonnet a montré que ce que l’Ami du Peuple, lors de la mort de Mirabeau, reprochait à ce genre reprend ce que la Correspondance littéraire reprochait à Thomas, en 1766, dans son éloge du Dauphin66.

37Les éloges retrouvent une place dans le Journal de Paris à la Révolution, avec la transcription d’éloges publics (comme celui de Franklin par l’abbé Fauchet) marqués par un style extrêmement oratoire. Ce style est contesté par les Révolutions de Paris :

  • 67Révolutions de Paris, nº 55, 1790, p. 133-135.

Ce discours peut avoir plu par la magie du débit ; mais la lecture en est à peine soutenable. On y aperçoit partout une ambition démesurée de plaire par des formes singulières ; peu de justesse dans les idées [...] un ménagement pusillanime pour tous les amours-propres, et partout la vérité sacrifiée au désir de produire de l’effet. Il faut aussi une révolution dans notre art oratoire. La raison ornée de quelques fleurs, et non pas surchargée de clinquant, une logique rapide dégagée de l’attirail des rhéteurs, voilà ce qui plaira toujours plus, à mesure que notre liberté se perfectionnera, et ce dont on ne trouverait point un modèle dans l’éloge civique de Franklin67.

  • 68  Citée par la Correspondance littéraire secrète, 1786, nº 32, datée du 29 juillet.

38L’opposition entre l’écoute et la lecture est au fondement de l’évolution du genre. Elle est sans doute à l’origine de l’extension de ses possibilités. Le caractère public du discours implique l’obligation d’un assentiment de l’auditoire, comme le souligne Laclos dans sa Lettre sur l’Éloge du maréchal de Vauban : « Le tribut d’un éloge [...], acquitté au nom du public, doit être généralement consenti, et sans doute chacun a le droit de discuter le mérite de celui qu’on offre à l’admiration de tous68. » On peut aussi observer les frontières que les rédacteurs ou les lecteurs tracent entre les genres. Robert Granderoute et Jean Sgard relèvent qu’en 1769,

  • 69  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologe », art. cité. La citation est extraite d’Obser (...)

le Nécrologedénonce l’« injustice » du Journal des damesqui, dans un article consacré au périodique, semble « fâché » que celui-ci ne rapporte pas « les anecdotes communes de la vie domestique des gens de lettres ». La rédaction a beau jeu de rappeler son propos d’ouverture selon lequel elle cherche seulement à saisir et à caractériser les talents et les travaux des gens de lettres : « Ce ne sont pas des vies particulières, mais des éloges que nous écrivons69. »

  • 70JdP, nº 125, 5 mai 1789, p. 567.

39Or la nécrologie tient de l’éloge et de la biographie : le genre se crée à la jonction de ces deux genres, en étant plus proche du premier dans son origine et en se rapprochant ensuite du second. Au fil du siècle, la nécrologie se rapproche de la Vie particulière. En mai 1789, le Journal de Paris évoque l’oraison funèbre prononcée à l’occasion de la mort du président d’Ormesson : les larmes que le public y a versées « en font l’éloge beaucoup mieux que nous ne le pourrions faire [sic]. Nous n’en donnons ici qu’une analyse historique à laquelle nous avons mêlé les particularités que nous avons pu découvrir70. » Analyse historique et « particularités » sont la marque de la nécrologie réussie, qui utilise le genre de l’anecdote. Par exemple, sur le sculpteur Le Moyne :

  • 71JdP, nº 155, 4 juin 1778, p. 618-619.

Par malheur pour sa famille, l’amour de son art et de sa gloire l’a toujours plus occupé que le soin de sa fortune. [...] Son âme s’était agrandie (si l’on peut parler ainsi) de la petitesse de son corps. [...] Ne s’étant jamais écarté de la pratique des vertus chrétiennes, il a toujours été bon père d’une nombreuse famille, bon mari de trois jolies femmes, et bon ami de ses confrères71.

40Le journal inaugure ainsi un genre, celui de la « notice nécrologique », qui en mêle plusieurs autres. La notice nécrologique de Diderot publiée dans ce quotidien en offre un exemple.

Nécrologie de Diderot

Denis Diderot naquit à Langres en 1713. Il fit ses premières études au collège des jésuites, qui, devinant ce qu’il pourrait devenir un jour, cherchèrent à l’attirer dans leur Ordre et le déterminèrent à partir pour le noviciat à l’insu de ses parents. Heureusement son père en fut averti la veille même du jour fixé pour le départ [...]. Il eût voulu que son fils embrassât son état, qui était celui de ses pères. Mais ce jeune homme qui devait un jour étudier les arts en physicien et en philosophe, et qu’on vit à quarante ans après de longues études et malgré une célébrité méritée, chercher encore à s’instruire dans les ateliers, ne put alors s’occuper plus de trois jours des détails d’une manufacture de coutelier ; il fallut donc l’envoyer finir ses études à Paris. [...] Ses premiers ouvrages eurent la métaphysique pour objet. [...] Quelques essais sur la physique et les mathématiques, en donnant une idée avantageuse de ses connaissances, annoncèrent une sagacité fort au-dessus des connaissances mêmes. [Considérations sur l’Encyclopédie]. Les talents et les opinions de M. Diderot lui avaient fait beaucoup d’ennemis, mais il n’en avait que parmi ceux qui ne le connaissaient pas ; faisant souvent le bien, et toujours animé du désir d’en faire davantage, simple et facile dans son intérieur, aimable modeste dans la société. [...]

Il semble avoir plus songé à ses plaisirs qu’à sa gloire. On voit que s’il eût voulu, il eût mieux fait ; mais il n’aurait pas été aussi heureux en écrivant. [...] Né avec un génie ardent et facile, il avait tout embrassé : les sciences, les arts, les lettres et la philosophie. [...] Le corps municipal de la ville de Langres a fait placer dans sa bibliothèque publique au-dessus de l’Encyclopédie, un buste de bronze de M. Diderot, exécuté par M. Houdon [...] Ses amis et sa patrie l’ont perdu le 31 juillet 1784a.

a.   JdP, nº 237, 24 août 1784, p. 1009-1013.

41Beaucoup plus sobre et brève que l’éloge, non signée, la notice se déroule selon un ordre variable, le plus souvent en suivant l’ordre chronologique : débutant par les origines, la formation, les succès, et s’achevant fréquemment sur les vertus privées, les circonstances de la mort et le moment du décès (continuation de l’ars moriendi, occasion pour célébrer – mais pas toujours – le stoïcisme du défunt), puis le legs : souvenirs affectueux de sa famille et de ses amis, papiers trouvés dans son portefeuille et éditions futures. Il arrive que quelques piques s’y trouvent.

42Le Journal de Paris offre une grande variété de types de textes : éloges, lettres, notices… Comme on le voit dans le tableau 2, la lettre domine, la notice signée fait son apparition vers 1790, tandis que l’éloge connaît des variations importantes.

Tableau 2. Nécrologies dans le Journal de Paris : nature des textes

  Lettre Éloge Notice Autre  Total
1781 17 (5 de Renou) 0 6   23
1782 7 1 3   11
1783 2 1 5   8
1784 9 5 7   21
1785 8 8 8   24
1786 5 1 2   8
1787 6 5 1 1 lettre / annonce (Adam Smith) 13
1788 14 2 6   22
1789 7 2 4 2 oraisons funèbres
1 récit d’enterrement 
16
1790 6 1 0 ? 2 annonces
1 notice signée = lettre ?
10
Total 81 26 42 7 156
  • 72  La nécrologie envoyée est donc une forme de « contribution » ; voir le chapitre de Samuel Baudry s (...)

43La principale originalité de la presse du xviiie siècle réside ici dans l’interaction qu’elle propose à ses lecteurs à travers le genre de la lettre. À sa fondation, le Nécrologe sollicitait la participation des lecteurs72 :

  • 73Nécrologe, 1767, t. I, p. 116-117.

Nous avons sollicité déjà plusieurs fois les personnes qui doivent s’intéresser à la mémoire des hommes célèbres, dont nous regrettons la perte, de vouloir bien concourir avec nous, au but louable que nous nous sommes proposés, en nous procurant, ou des renseignements exacts, ou du moins de simples anecdotes. Nous osons dire que ce serait un devoir pour les familles, et pour les amis de ces illustres morts. [...] Si les personnes qui pouvaient prendre intérêt à la réputation de quelques-uns de ceux dont nous avons parlé dans les précédents articles, s’étaient montrées plus jalouses d’honorer leur mémoire, nous n’aurions pas le regret d’avoir été réduits à la simple notice que nous venons d’en donner73.

  • 74  Par exemple en 1785, sur Barthe (nº 207, 26 juillet 1785, p. 855), Pechmeja (nº 223, 11 août 1785, (...)
  • 75JdP, nº 342, 8 décembre 1787, p. 1473.
  • 76JdP, nº 231, 18 août 1788, p. 997-999 ; nº 234, 21 août 1788, p. 1009-1011 ; nº 237, 24 août 1788, (...)

44Les lecteurs écrivent au Journal de Paris pour s’étonner qu’il n’ait rien publié sur la mort d’une personne qu’ils jugent importante74, ou pour réclamer que le journal remplisse sa promesse : ainsi, la mort de Gluck est annoncée rapidement et brièvement, en cinq lignes : « nous nous empressons de nous procurer les renseignements nécessaires pour être en état de rendre à la mémoire de ce grand artiste l’hommage que méritent ses sublimes et immortels ouvrages75 » ; mais la notice annoncée n’arrive pas, ce qui provoque une lettre de lecteur huit mois plus tard, développée sur trois livraisons, texte d’une longueur exceptionnelle76.

45On écrit aussi pour compléter une notice déjà parue, comme celle de Diderot : un lecteur s’adresse au journal pour ajouter un détail, très important selon lui, sur l’achat de sa bibliothèque par Catherine II :

  • 77JdP, nº 283, 9 octobre 1784, p. 1194-1195.

Plus M. Diderot eût été sensible, Messieurs, à l’équité de vos critiques, à la justice de vos éloges, plus il eût regretté sans doute que, dans le précis de sa vie, vous ayez omis la circonstance la plus intéressante et pour sa reconnaissance et pour la gloire même des Lettres77.

46On écrit également pour corriger ce qui a été dit dans un autre périodique. Voici ce qu’écrit par exemple Melle Guichard de Menières, qui se dit avoir été une amie de Vaucanson durant quarante ans :

  • 78JdP, nº 344, 10 décembre 1782, p. 1399.

J’ai lu avec surprise, Messieurs, dans un ouvrage périodique du 23 novembre, l’étrange et laconique éloge de feu M. Vaucanson. [...] Quand on n’est pas plus instruit sur le compte d’un homme si célèbre, il n’y a qu’à se borner à la date de sa mort et se taire sur le reste78.

  • 79  Notices rédigées par Antoine Renou.
  • 80JdP, nº 336, 2 décembre 1777.

47On écrit encore pour payer son propre tribut, afficher son émotion, louer un collègue. Le genre de la lettre étant très souple, il n’y a pas de règle : on peut trouver des lettres qui imitent des éloges, d’autres qui sont sur le ton de la lettre familière. Certaines sont de purs panégyriques, d’autres sont plus critiques, surtout dans le domaine des arts79 : ainsi le peintre Briard a, semble-t-il, abusé de sa facilité80, tout comme le graveur Eisen ; quant à l’abbé La Serre, avait-il un talent réel ?

  • 81JdP, nº 398, 1782, p. 398-399.

J’avoue aussi, car il faut être juste, que ce projet lui-même si grand, si intéressant est peut-être plus indiqué qu’approfondi dans le Poème de l’abbé La Serre ; que l’on y rencontre souvent des endroits vagues, des détails froids, des divisons qui s’embranchent les unes dans les autres, etc. Ces aveux, qui me coûtent, je les dois à la vérité... Mais combien de morceaux estimables ne rachètent pas ces défauts81 !

  • 82JdP, nº 256, 12 septembre 1784, p. 1084.
  • 83JdP, nº 237, 24 août 1784, p. 1009.
  • 84  Voir supra l’encadré reproduisant la nécrologie de Diderot.

48Ces Vies relèvent finalement d’un genre incertain, hésitent entre l’éloge et la notice historique, s’inspirent à la fois des biographies et de l’anecdote. Elles cultivent le superlatif afin de justifier non seulement la personne, mais l’écriture de sa vie dans un journal : Legrand est « l’Européen le plus instruit dans les langues orientales82 », Diderot est « Un des hommes les plus extraordinaires que ce siècle ait produit83 », etc.84. Les nécrologies dressent un tableau des vertus publiques et privées spécifiques à chaque profession : les médecins se tuent à la tâche, comme les érudits qui meurent à leur table de travail ; les ecclésiastiques sont doux, les artistes gais et aimables... beaucoup de clichés qui dressent le portrait de différents éthos et d’un imaginaire social varié.

*

  • 85JdP, nº 327, 22 novembre 1784, p. 1371.

49Ces vies de citoyens issus d’un rang ordinaire sont des histoires simples, présentées comme exceptionnelles et dignes d’attention : ainsi celle de Jacques Reinhold Spielmann : « L’histoire simple, mais rare, d’un citoyen qui vécut heureux et tranquille, quoiqu’il fût illustre par son savoir, et recommandable par sa vertu85. » Elles proposent un modèle éloigné du type héroïque, et construisent un Panthéon qui mériterait d’être exploré de façon exhaustive. On peut aussi voir la persistance dans la presse de l’ars moriendi et son évolution vers un plus grand réalisme, on peut y lire des postures spécifiques à chaque profession, ou des manières d’exprimer une opinion esthétique, morale ou politique à travers ce genre, parfois moins neutre qu’il n’y paraît. Le texte de presse est une mine de fragments, dont certains ont été utilisés par les grands dictionnaires biographiques du siècle suivant, tandis que d’autres permettraient de construire un autre dictionnaire du temps, plus nuancé et plus vivant.

Note

1  Arina Makarova, « La fonction sociale de la rubrique nécrologique. L’annonce de décès à travers la presse des xviiie-xixe siècles », Hypothèses 2006, 2007, p. 113-122, ici § 3, en ligne : www.cairn.info/revue-hypotheses-2007-1-page-113.htm (janvier 2018).

2Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Firmin-Didot, 1832-1835, 6e éd., vol. 2, p. 259.

3Ibid.

4Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Veuve B. Brunet, 1762, 4e éd., p. 263.

5  « Livre mortuaire dans lequel on écrit les noms des morts », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Neuchâtel [Paris], chez Faulche et Cie [Le Breton ?], 1765, vol. 11, p. 69.

6  Jean-François Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, Marseille, Mossy, 1787-1788, p. B722a.

7Dictionnaire de l’Académie française, Paris, J. J. Smits, 1798, 5e édition, p. 152.

8Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, art. « Nécrologe », p. 892.

9  Sur ce sujet, voir le chapitre d’Henri Duranton dans ce volume.

10  Voir par exemple, pour le Mercure galant, le chapitre sur les « nécrologies et éloges funèbres » : Monique Vincent, Le « Mercure galant » : présentation de la première revue féminine d’information et de culture, 1672-1710, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 232-252.

11  Dans le Journal historique et littéraire (1773-1794), continuation de La Clef.

12  On a vu plus haut que selon l’édition de 1832-1835 du Dictionnaire de l’Académie, il s’agissait de « personnes considérables ».

13  Charles Palissot de Montenoy, auteur de Les Philosophes, comédie en 3 actes, s.l.n.d. [1760].

14  Son titre reste incertain d’après Robert Favre, notice « Journal des deuils », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, disponible en ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/ (janvier 2018) (sera noté DJx).

15  Robert Favre, notice « Journal des deuils », dans DJx ; et Robert Favre, La Mort au siècle des Lumières, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 41-42.

16  Les premiers éloges ont paru à partir de 1764.

17  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologue des hommes célèbres », dans DJx.

18Mémoires secrets, 1777, vol. 2, relation du 25 février 1764, p. 2.

19  Connu surtout comme rédacteur du Journal des dames.

20Gazetin du Patriote, prospectus, février 1774, p. 2.

21  Notice « Gazetin du Patriote », DJx.

22Annonces, Affiches et Avis divers (ou Petites Affiches, ou Affiches de Paris, 1751-1811), longtemps liées à la Gazette, elles en étaient la partie « annonces ». C’est à tort que l’Histoire générale de la presse française suppose que Courmont était à l’origine de ce projet (Claude Bellanger et al. (dir.), Paris, Presses universitaires de France, 1969, vol. 1, p. 313-314).

23  Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime, 1630-1788, Oxford, Voltaire Foundation, 2000, p. 877.

24Journal de Paris (sera noté JdP), nº 6, 6 janvier 1777, p. 4.

25Ibid.

26Ibid. p. 876-878. Voir également Roxana Fialcofschi, Le « Journal de Paris » et les arts visuels, 1777-1788, 2 vol., thèse de doctorat de lettres et arts, dirigée par Michael O’Dea, Lyon, Université Lumière-Lyon 2, 2009, vol. 1, p. 44.

27  Dans la première liste, on trouve un évêque, un avocat et un conseiller du roi (Le Journal de Paris, 7 mars 1777). Voir le tableau 1 ci-après.

28Le Nécrologe des hommes célèbres de France (désormais Nécrologe), avant-propos, 1767, t. II, p. iii-iv. Ce texte est repris à l’identique dans les volumes suivants, jusqu’en 1768, date à partir de laquelle il paraît dans une version légèrement modifiée et augmentée.

29  Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

30Journal encyclopédique, t. VI, partie III (15-30 septembre 1790), p. 425.

31Nécrologe, 1772, t. VII, p. 151-152.

32Ibid., p. 152. Ce passage disparaît à partir de 1768, sans doute pour laisser place à un développement plus long de l’appel de l’éditeur aux familles et aux Académies pour obtenir des informations biographiques.

33  J’ai évoqué ces questions de communautés dans un texte paru en espagnol : « Necrológia y communidades: estudio sobre la prensa del siglo 18 », dans Catherine Poupeney Hart (dir.), Ilustrar la nación: la prensa temprana en el mundo Atlántico, Montréal, Le Manuscrit, 2014, p. 57-84.

34  Les notices qui concernent les acteurs et actrices ne sont pas présentées en rubrique « Nécrologie » mais en rubrique « Spectacle ».

35JdP, nº 48, 17 février 1787, p. 209.

36JdP, nº 364, 29 décembre 1788, p. 1556.

37JdP, nº 303, 30 octobre 1790, supplément, p. ii-iii.

38Gazetin du Patriote, prospectus, 1774, p. 2.

39JdP, nº 272, 28 septembre 1784, p. 1148.

40  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997, vol. 2, p. 1831-1854, ici p. 1836.

41  Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon, op. cit., p. 149.

42JdP, nº 39, 8 février 1784, p. 174-175.

43  Voir l’article de Christophe Cave, « Bienfaisance et discours de presse », dans Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), L’Invention de la catastrophe au xviiie siècle, Genève, Droz, 2008, p. 157-182.

44  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1836.

45  Sur l’interpénétration du public et du privé, voir l’ouvrage que le groupe de recherche sur le xviiie siècle de Lyon a consacré aux « Vies privées », dans Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, p. 22-34.

46JdP, nº 6, 6 janvier 1777, p. 4.

47Gazetin du Patriote, prospectus, 1774, p. 3.

48JdP, nº 42, 11 février 1777, p. 3.

49  Il s’agit sans doute de l’actrice du même nom. Ce texte fut écrit par Sylvain Maréchal, dans Relation véritable et remarquable de la vie et mort de damoiselle Vérité, fille majeure, décédée à Paris, rue des Martyrs, faubourg Montmartre, Mémoires secrets (sera noté désormais MS), Londres, J. Adamson, 1786, vol. 29, relation du 18 novembre 1785, p. 79.

50Nécrologe, 1767, t. I, « avant-propos », p. iii-iv et p. iii-iv.

51  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1834.

52JdP, nº 344, 10 décembre 1782, p. 1399.

53JdP, nº 72, 13 mars 1782, p. 287.

54Nécrologe, 1767, t. I, « avant-propos », p. iv.

55JdP, nº 348, 14 décembre 1777, p. 3-4.

56  Arina Makarova, « La fonction sociale de la rubrique nécrologique », art. cité, p. 115-116.

57  Ceci est lié à l’émergence dans la presse d’un goût pour le spectaculaire et le tragique : voir dans Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), L’Invention de la catastrophe au xviiie siècle, op. cit., l’article de Christophe Cave cité plus haut (« Bienfaisance et discours de presse »), celui d’Anne-Marie Mercier-Faivre et Chantal Thomas, « Écrire la catastrophe », p. 21-30, ainsi que celui d’Anne-Marie Mercier-Faivre, « Le pouvoir d’intéresser », p. 247 et suiv.

58JdP, nº 105, 15 avril 1790, p. 421 ; je souligne.

59JdP, nº 132, 12 mai 1789, p. 599-600.

60Nécrologe, 1781, t. XVI, « Avis ».

61  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1843.

62  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologe », dans DJx.

63Ibid.

64  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1833.

65  Condorcet publie en 1777 les Éloges des académiciens de l’Académie royale des sciences morts depuis l’an 1666 jusqu’en 1699, et poursuit dans ce genre jusqu’en 1791 (éloge de Fourcroy). Voir le site de l’Inventaire Condorcet : www.inventaire-condorcet.com/iDocuments/Documents/Condorcet_Chronologie_2012-12.pdf (janvier 2018).

66  Jean-Claude Bonnet, « Les morts illustres », art. cité, p. 1833.

67Révolutions de Paris, nº 55, 1790, p. 133-135.

68  Citée par la Correspondance littéraire secrète, 1786, nº 32, datée du 29 juillet.

69  Robert Granderoute & Jean Sgard, notice « Nécrologe », art. cité. La citation est extraite d’Observation sur « Le Nécrologe », Nécrologe, année 1768, 1775, p. 203.

70JdP, nº 125, 5 mai 1789, p. 567.

71JdP, nº 155, 4 juin 1778, p. 618-619.

72  La nécrologie envoyée est donc une forme de « contribution » ; voir le chapitre de Samuel Baudry sur la naissance du genre du courrier des lecteurs dans la presse britannique.

73Nécrologe, 1767, t. I, p. 116-117.

74  Par exemple en 1785, sur Barthe (nº 207, 26 juillet 1785, p. 855), Pechmeja (nº 223, 11 août 1785, p. 920), Dubreuil (nº 230, 18 août 1785, p. 952), Floquet (nº 207, 24 septembre 1785, p. 1100). Sur Prost de Royer, académicien lyonnais : « Votre silence sur un homme justement recommandable me fait croire qu’on a négligé de vous en instruire » (JdP, nº 312, 11 juillet 1784, p. 1309). 

75JdP, nº 342, 8 décembre 1787, p. 1473.

76JdP, nº 231, 18 août 1788, p. 997-999 ; nº 234, 21 août 1788, p. 1009-1011 ; nº 237, 24 août 1788, p. 1021-1023.

77JdP, nº 283, 9 octobre 1784, p. 1194-1195.

78JdP, nº 344, 10 décembre 1782, p. 1399.

79  Notices rédigées par Antoine Renou.

80JdP, nº 336, 2 décembre 1777.

81JdP, nº 398, 1782, p. 398-399.

82JdP, nº 256, 12 septembre 1784, p. 1084.

83JdP, nº 237, 24 août 1784, p. 1009.

84  Voir supra l’encadré reproduisant la nécrologie de Diderot.

85JdP, nº 327, 22 novembre 1784, p. 1371.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1. Professions des personnes évoquées dans le Journal de Paris par une notice nécrologique
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/31758/img-1.jpg
File image/jpeg, 568k

Autore

Anne-Marie Mercier-Faivre est professeur à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 ( ESPE). Sa thèse porte sur le Monde Primitif d’Antoine Court de Gébelin ( Honoré Champion, 1999). Elle travaille sur l’histoire des idées au xviiie siècle ( presse, tolérance, biographie ) et sur la littérature de jeunesse. Elle a publié de nombreux articles sur le discours de presse et dirigé un ouvrage qui traite en grande partie de ce sujet : L’Invention de la catastrophe au xviiie siècle ( en codirection avec Chantal Thomas, Droz, 2008 ).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search