Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

II. La nécrologie

Naissance du genre nécrologique dans la presse britannique1

Nigel Starck

Texte intégral

  • 1  Article traduit de l’anglais par Denis Reynaud.

1Depuis le milieu des années 1980, les journaux britanniques ont sensiblement accru l’espace réservé aux notices nécrologiques. Ce faisant, ils ont réinventé (après un demi-siècle qui avait vu le genre tomber dans une relative désaffection) une des formes les plus anciennes de la presse populaire de ce pays. L’art de la nécrologie, dans son incarnation première, a été exercé par les compilateurs de newsbooks de l’Angleterre du xviie siècle, puis par les journaux autorisés sous le règne de Charles II après la restauration de la monarchie (1660). Il s’est développé au xviiie siècle, notamment au sein d’un des premiers quotidiens, le Daily Journal, et dans le Gentleman’s Magazine. L’aube du xviiisiècle a également vu un changement de style : le ton moralisateur et hagiographique dont avait d’abord été teintée la nécrologie journalistique fut abandonné à mesure que la presse parlait d’une voix plus assurée. Ce processus aboutit à faire de la nécrologie un instrument légitime d’archivage de l’information. Le genre nécrologique proposa enfin l’appréciation objective d’une existence et devint moins élitiste dans le choix de ses sujets, affichant un désir d’ouvrir ses colonnes aux vies vicieuses comme aux vies vertueuses.

Répondre à la définition

2Le genre de la nécrologie en bonne et due forme – à savoir l’annonce d’une mort combinée à l’évaluation d’une vie – s’est fermement établi comme pratique constante dans la presse britannique du xviiie siècle. Dès 1722, inspiré par l’esprit des Lumières, le Daily Journal publiait avec autorité des notices nécrologiques riches en détails biographiques. Un exemple de choix est fourni par le compte rendu en 600 mots, dans ce journal, de la mort et de la vie du duc de Marlborough.

  • 2  « Londres, le 18 juin [1722]. John Churchill, duc de Marlborough est mort samedi sur les quatre he (...)

London, June 18
[1722]On Saturday morning about four died John Churchill, Duke of
Marlborough, at the Lodge near Windsor, aged 72. He was born at Ash in the County of Devon. He came first to Court by Favour of the Duke of York, and inclining to a Martial Life he went to Tangier, and in 1673 to France with the Duke of Monmouth. [...] In 1704 he routed the French and Bavarian Forces at Schellenbergh, and afterwards defeated them at Hockstet, was made Prince of the Empire, and on his return had the Manor of Woodstock settled on him and his heirs. [...] We hear that his Grace has [...] ordered that his Corpse should be deposited in the Chapel at Blenheim House, and that the Body of his Son, the Marquis of Blandford, who lies interr’d at King’s College, Cambridge, should be taken up and interr’d with him2.

3Avant d’en arriver à ce relatif raffinement dans l’expression, cependant, la nécrologie britannique avait connu une histoire mouvementée, marquée tour à tour par une brève éclosion de l’art, des épisodes de complaisance hagiographique, une tentation constante de moralisation, et un flirt avec le sensationnalisme. Il fallut précisément un siècle d’expérimentations avant qu’une mise en œuvre sûre, à l’instar de celle démontrée par le Daily Journal, pût être considérée comme une pratique courante.

  • 3  « Le récit véridique de cette admirable bataille navale entre deux navires de la compagnie des Ind (...)

4La première notice nécrologique imprimée en Grande-Bretagne fut celle du capitaine Andrew Shilling, mort dans une bataille contre la flotte portugaise. Elle fut publiée dans un newsbook (un recueil de nouvelles : genre antérieur à l’émergence du journal proprement dit comme forme littéraire) daté du 2 juillet 1622 par deux imprimeurs londoniens, Nathaniel Newbery et William Sheffard. Leur recueil n’avait peut-être pas le titre le plus succinct, mais se souciait du moins d’annoncer au lecteur ce qu’il allait trouver à l’intérieur : The True Relation of That Worthy Sea Fight Which two of the East India Shipps Had with 4 Portingals, of Great Force, and Burthen, in the Persian Gulph3, il constitue le premier exemple attesté de nécrologie (sur la base de l’enquête que nous avons menée dans les fonds de périodiques conservés par la British Library, à St-Pancras). Après avoir relaté quelques épisodes de la carrière de Shilling, le nécrologue écrit qu’« il avait été suivi de près et tant apprécié par le judicieux regard de la Compagnie des Indes orientales » qu’il fut promu amiral de la flotte. En route vers le Golfe persique, il avait guidé celle-ci à travers « des mers tumultueuses, des flots écumants et des orages effrayants ». Grâce à sa vaillance et à ses ordres, sa Compagnie avait triomphé et ses vaisseaux avaient ramené leur cargaison en Angleterre.

5Cette True Relation, rapportée par la flotte et publiée le 2 juillet 1622, fut lente à atteindre les lecteurs – puisque le combat fatal du capitaine Shilling avait eu lieu l’année précédente. Elle réussit, néanmoins, à satisfaire aux principes définitoires de la nécrologie, dans la mesure où elle propose – fût-ce brièvement – une évaluation du courage et des compétences nautiques de Shilling. Les colonnes du recueil représentaient donc un progrès par rapport à la simple chronique d’une mort au combat. Cette différence est importante car sa réalisation dote la nécrologie de son caractère distinctif. L’Encyclopédie Routledge de la théorie narrative définit le genre ainsi :

  • 4 David Herman, Manfred Jahn & Marie-Laure Ryan (dir.), Routledge Encyclopedia of Narrative Theory, (...)

La nécrologie propose l’évaluation d’une vie sous la forme d’une brève biographie, publiée dans un journal ou un magazine. Il convient de souligner l’importance de cette dimension d’évaluation, car c’est l’élément qui distingue une nécrologie d’un récit de presse ordinaire sur la mort d’un individu. Tandis que l’intention de ce dernier est de fournir un récit de la vie d’une personne décédée, souvent accompagné d’informations sur les circonstances de la mort, la nécrologie offre une appréciation du caractère du sujet, de ce qu’il a accompli et de son effet sur la société4.

6Les recueils de nouvelles du xviie siècle présentent, de façon non systématique mais répétée, de tels exemples de composition biographique et d’évaluation de caractère à l’occasion de la fin d’une vie. Quatre mois après avoir rendu compte de la mort du capitaine Shilling dans sa Relation véritable, William Sheffard – en collaboration cette fois avec Nathaniel Butter et Nicholas Bourne – fit encore progresser la pratique émergente de la nécrologie.

  • 5Courrier relatant diverses particularités relatives aux nouvelles d’Italie, Espagne, Turquie, Pers (...)
  • 6Daily Journal, 7 novembre 1622, p. 3.

7Cette brochure périodique (la sixième de sa série) est datée du 7 novembre 1622 et comporte elle aussi un titre profus : A Coranto Relating Divers Particulars Concerning the Newes out of Italy, Spaine, Turkey, Persia, Bohemia, Sweden, Poland, Austria, the Pallatinates, the Grisons [a Swiss region], and divers places of the Higher and Lower Germanie5. Rapportant la mort du diplomate espagnol Don Baltasar de Zúñiga, elle répond à la définition de la nécrologie en éclairant son caractère et en racontant les traités qu’il avait obtenus avec les puissances européennes pour le grand bénéfice de son pays (« to the great benefit of his Country6 »).

  • 7  « Continuation de nos nouvelles hebdomadaires ».

8Dans une veine similaire, les lecteurs d’une brochure de 1625 au titre plus laconique, The Continuation of our Weekly Newes7, furent avertis de la mort de Maurice de Naussau, prince d’Orange. Le nécrologue leur apprenait que cet homme d’État « de fameuse mémoire » (« of famous memory ») était mort

  • 8  « Le 23e jour du mois d’avril, pendant la soirée, entre sept et huit heures, après une longue mala (...)

the 23 day of this instant month [April], in the evening between seaven and eight of the clocke, after hee had long been sicke, having left behind him the fame of a wise and valliant Prince, that had commanded in a popular state with great care and descretion for many yeares together8.

9Ces exemples primitifs étaient d’une construction laborieuse et d’un style hagiographique, mais pris globalement, ils démontrent que la nécrologie s’était imposée en tant que genre journalistique.

Le premier nécrologue patenté

10Le genre fut adopté par les journaux, qui succédèrent aux recueils de nouvelles.

  • 9  Dennis Griffiths (dir.), The Encyclopedia of the British Press, New York, St Martin’s Press, 1992, (...)

11Sir Roger L’Estrange, prisonnier de guerre évadé et fléau des imprimeurs séditieux, peut prétendre au titre de premier rédacteur de nécrologies de la presse de langue anglaise. Ceux à qui ses colonnes accordaient une reconnaissance posthume étaient sélectionnés en raison de leur sympathie pour la cause monarchiste, à laquelle L’Estrange voua toute sa vie une indéfectible fidélité. Il s’était engagé en tant que Cavalier dans la guerre civile, avait levé un régiment dans le Norfolk pour défendre Charles Ier, avait été capturé par les Roundheads, et condamné à mort par une cour martiale. Il s’évada et gagna le continent, pour revenir lors de la restauration de la monarchie et faire sa cour à Charles II9.

  • 10  C. John Sommerville, The News Revolution in England, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 370

12L’Estrange persuada le roi que, pour prévenir d’autres soulèvements, la censure de la presse était nécessaire. Charles répondit en le nommant Surveillant de la presse, un rôle apparemment double qui faisait de lui à la fois un journaliste officiel et un censeur national. Sa première mesure fut de supprimer tous les journaux hostiles à la couronne et il reçut en retour une patente royale lui garantissant le privilège exclusif de la rédaction, l’impression et la publication de tous récits, annonces, mercures, affiches, journaux et autres ouvrages d’information publique10.

  • 11  « Acheté le premier recueil rédigé par L’Estrange, qui commence cette semaine ; et m’a donné l’imp (...)

13En août 1663, fort de ce privilège de rédaction, impression et publication des écrits périodiques, il publia l’Intelligencer, compilation hebdomadaire de nouvelles, principalement des résumés de dépêches officielles, qui paraissait chaque lundi, ainsi qu’un supplément du mardi intitulé les Newes. Le journal intime de Samuel Pepys est réservé : « bought the first newesbooks of L’Estrange’s writing, he beginning this week; and makes, methinks, but a simple beginning11 ». Néanmoins, l’Intelligencer et les Newes méritent une place dans toute étude de la nécrologie, dont ils ont contribué à développer l’art. L’article suivant, en première page d’une livraison de 1664 des Newes, illustre les particularités du journalisme de L’Estrange, avec son mélange d’éloge funèbre, de nécrologie et de sentiment royaliste :

  • 12  « Édimbourg, le 31 mai. / Cette semaine n’a guère à offrir que la triste nouvelle de la mort du gr (...)

Edinburgh, May 31.
This week affords but little but the sad news of the death of that great Minister of State, William, Earle of
Glencairn, Lord High Chancellour of Scotland, a Person most Eminent, and well known in all his Majestyes Dominions, both for the Gallantry of his Spirit in the Noble Attempts against the Usurpers, as also for his sufferings during those times of Usurpation, and the many signal Services he hath performed in that high Station, wherein his Majesty most deservedly placed him since his happy Restauration. He dyed the 30th of the Instant of a Feavour in the 49th year of his Age, Beloved of his Prince, and Bewayled of all Ranks of his Majestyes Subjects here, and hath not only left us the Commemoration and Imitation of those his most specious [obsolete meaning: ‘pleasing’] Virtues of Piety, Loyalty, Valour and Justice, but also a little before his death layd his Commands upon his Friends’ Children and Successors to follow the same Rules12.

14L’Estrange lui-même connut tant la faveur que le déplaisir officiel. Le censeur-journaliste fut fait chevalier par Jacques II en 1685, mais perdit son poste trois ans plus tard quand le roi partit en exil. L’homme qui pouvait prétendre être le premier nécrologue identifiable comme tel fit deux séjours en prison sous le nouveau régime avant de mourir en 1704.

Un nécrologue excentrique, « strident et sauvage »

  • 13  J. Paul Hunter, Before Novels, New York, W.W. Norton, 1990, p. 102.
  • 14Post-Angel, vol. 1, nº 1, janvier 1701, p. 1.

15Le début du xviiie siècle vit l’apparition d’une publication mensuelle excentrique animée d’une passion revendiquée pour les récits de mort. On a même avancé qu’excentrique n’est pas un mot assez fort pour qualifier l’éditeur, John Dunton, dont le sensationalisme effréné « devint de plus en plus strident et sauvage après le tournant du siècle13 ». En janvier 1701, il lança le Post-Angel, promettant aux lecteurs du premier numéro qu’une grande partie de chaque livraison serait consacrée à la vie et la mort des plus éminents personnages morts pendant le mois (« The Lives and Deaths of the most Eminent Persons that Died in that Month14 »).

  • 15Post-Angel, vol. 1, nº 3, mars 1701, p. 154-157.

16Ce programme ne fut pas rigoureusement réalisé, car le contenu du Post-Angel fut affecté par l’inexactitude des informations et une obsession pour les choses sexuelles. La troisième livraison contenait une attaque extraordinaire contre les comportements pervers dans les églises et les communautés religieuses. Elle s’étendait sur plus de quatre pages, inspirée par la mort d’un membre du clergé du nom de Jermain (ou Jermaine), désigné comme feu le clerc de St Dunstan (« the late Clerk of St Dunstan’s15 »). M. Jermain, disait Dunton, s’était tranché la gorge avec un rasoir après avoir été accusé de sodomie. La rubrique nécrologique du Post-Angel de mars 1701 soutient que par le passé, Jermain n’aurait pas eu de motif pour ce geste désespéré. À l’appui de cette affirmation, le rédacteur se livre à une longue condamnation des autorités religieuses qui ont couvert les pratiques contre nature, remontant jusqu’en 1103, époque où moines et frères étaient tous, en règle générale, des bougres (« the Monks and Friers were always, in general, Buggerers »). L’ire du périodique était également dirigée contre un pape du xve siècle qui avait accordé une dispense formelle au cardinal St Lucia afin qu’il puisse se rafraîchir par la sodomie pendant les trois mois de chaleur, de juin, juillet et août. Roger L’Estrange est convoqué lui aussi, quoique de façon plus positive, pour avoir ordonné des poursuites contre une femme convaincue de copulation avec un chien et un homme qui avait tenté de sodomiser une jument.

17Étant donné ce penchant pour les sermons truffés de digressions et d’exagérations, le Post-Angel eut quelque mal à s’affirmer comme un lieu légitime de production de nécrologies. Ce défaut fut à nouveau mis en évidence en juin 1701, lors de la publication de ce qui semblait être la nécrologie longue et complète d’un autre clerc, le docteur Anthony Horneck, ancien chanoine de l’abbaye de Westminster. Le journal consacre plus de six pages à un compte rendu détaillé de sa vocation, de son éducation, de l’accomplissement de ses devoirs, et de son élévation à une position distinguée. Vers la fin, il affirme :

  • 16  « Après quelques heures de râles, il expira le 31 janvier, à huit heures du soir, étant alors dans (...)

After some few Hours Groans, he expired January 31, at Eight a Clock that Evening, being then about the 56th Year of his Age. His Body was interred on February 4 in the Abbey Church of Westminster, with great Solemnity and a vast Number of Attendants16.

  • 17Westminster Abbey: official guide, 2003, p. 99.
  • 18Post-Angel, vol. 1, nº 18, juin 1702, p. 1.

18L’information biographique est assez importante pour que, au premier abord, ce récit fasse de John Dunton un des premiers, voire le premier, à avoir cultivé et fait pleinement éclore l’art de la nécrologie britannique. Dans ce dernier cas, ce ne sont ni le goût du sexe ni celui des digressions qui disqualifient son entreprise. La mort de Horneck n’était pas survenue, comme on pourrait le croire, à 8 heures du soir le 31 janvier 1701, mais le même jour et à la même heure en 169617. Le Post-Angel omet de signaler à ses lecteurs qu’il relate des événements vieux de cinq ans. Dunton abandonna cette peu conventionnelle entreprise de publication en 1702, date à laquelle il en céda le contrôle à un groupe qu’il décrivit comme une société de gentlemen, de membres du clergé et autres (« a society of Ingenious Gentlemen, Clergymen and others18 »), qui ne resta en place que le temps de produire une ultime livraison, ce qui fut néanmoins suffisant pour donner enfin lieu à une authentique nécrologie. Celle-ci retraçait la vie de la comtesse d’Orford, sur un ton qui reflétait le sentiment anti-catholique en vigueur depuis le bref règne de Jacques II :

  • 19  « Elle est née dans une famille honorable, qui avait donné un ample témoignage de sa religion et d (...)

She was born of an honourable Family, which has given sufficient Testimony both of Religion and Loyalty, by supporting the reformation and suppressing the Tyranny of Rome. [...] Her Funeral was preach’d by the Reverend Mr Barker at Cheyneis, Jan. 29170½19.-

Lumières et discernement

19Avec la disparition de bizarreries telles que le Post-Angel, et l’avènement progressif des Lumières, les premières décennies du xviiie siècle accueillirent un genre de journalisme plus raisonnable et plus objectif. Les publications où celui-ci se développa se répandirent dans les nouveaux lieux de sociabilité qu’étaient les cafés ; ce qui, en retour, suscita une évolution nette dans la composition des nécrologies. L’accent était désormais mis sur le rapport de faits attestés plutôt que sur les dogmes du moment et sur une dose malsaine de moralisation. Au centre de ce mouvement, outre l’influence exercée par le Daily Journal, se trouvait le Gentleman’s Magazine. Ce mensuel fut fondé en janvier 1731 par Edward Cave et, dès le premier numéro, on put sentir un attachement à l’art nécrologique qui ne fit que s’affirmer à mesure que la publication atteignait sa maturité. Les pages 32, 33 et 34 du premier numéro sont consacrées à une liste de décès. Parmi les vies arrivées à leur terme ce mois-là se trouvaient celles de :

  • 20  Exemple précoce de coquille journalistique : le véritable titre de la pièce est L’Épouse fidèle de (...)

Mr William Taverner, Proctor, at his House in Doctor’s Commons. He was the son of Mr Jer. Taverner, Face-painter, remarkably honest in his Business, and Author of the following 5 Plays, viz. The Faithful Bride of Canada20 ; The Maid and the Mistress; The Female Advocates, or, The Fanatick Stock-Jobbers; The Artful Husband; The Artful Wife.

Mr Will. Whorwood, Alphabet-keeper to the Foreign Post-office. Robert Bristow, aged 105, at Stamford. He had lost his Hearing, but had his Sight and other senses to the last.

  • 21  « M. William Taverner, dans ses chambres d’avocat de Doctor’s Commons. Fils de M. Jer. Taverner, p (...)

Mrs Young, Wife of Tho. Young of Oxfordshire, Esq.; in Childbed, being first delivered of two Children. She was the daughter of Sir John D’Oyly, of Chislehampton, Bart21.

  • 22  Le feu de Saint-Antoine peut être une maladie liée à la consommation d’ergot de seigle, mais dans (...)

20Voilà qu’en tout juste quatre notices, le Gentleman’s Magazine restitue l’essence de l’Angleterre du début de l’époque géorgienne : titres de pièces disparues du répertoire depuis fort longtemps, occupations professionnelles désuètes (même si celle de portraitiste semble connaître un regain de faveur), respect pour le grand âge (peut-être exagéré) et dangers de l’accouchement. Les incertitudes liées à l’espérance de vie de l’époque sont également traduites dans le compte rendu annuel que le magazine fit, pendant près de deux siècles, du registre des décès de Londres. La livraison de décembre 1759, par exemple, fournit un aperçu de la face sombre de l’âge des Lumières. Sur les 19 514 morts de la liste londonienne, 6 905 concernent des enfants de 2 à 5 ans. La terminologie médicale suffit à donner une idée des dangers, les causes de mort ayant noms : dysenterie, coliques, écrouelles, syphilis, pneumonies, feu de Saint-Antoine (« Bloody flux, twisting of the guts, evil, French pox, rising of the lights, and St Anthony’s fire22 »). Si révélatrices soient-elles du point de vue de l’histoire sociale, ces données ne relèvent pas, stylistiquement, de la pratique nécrologique. C’est par la relation de la vie, plus que de la mort, que le Gentleman’s Magazine s’est durablement distingué ; et cette réussite découle des initiatives du magazine sous la direction éditoriale de John Nichols.

« Un modèle pour la nécrologie moderne »

21L’association fructueuse de l’auteur et imprimeur John Nichols et du Gentleman’s Magazine, et son effet durable sur l’art de la nécrologie, débuta avec sa nomination à la codirection en 1778. Deux ans plus tard, dans la livraison d’août 1780, le magazine introduisit une rubrique intitulée « Nécrologie des personnes de marque » ; en avril de l’année suivante, titre et contenu s’allongèrent pour devenir « Nécrologie des personnes de marque avec des anecdotes biographiques ». Ces nécrologies sont aussi agréables à lire aujourd’hui qu’elles le furent pendant la longue et influente existence du magazine (1731-1907). Ce qui les distingue de façon significative de celles parues auparavant dans la presse est qu’elles comprenaient, quand Nichols le jugeait approprié, des jugements négatifs sur la personnalité du sujet. Les nécrologies n’étaient plus exclusivement le conservatoire de vies qui, dans l’opinion du rédacteur, avait joué un rôle social bénéfique dans la société ; place était aussi faite à ceux qui en avait sapé les fondements. Ce qui dotait le genre d’une définition plus complète, plus riche.

22Au nombre de ces « personnes de marque » discréditées figure Peter Defaile, décrit dans les pages nécrologiques du Gentleman’s Magazine de 1783 comme « le plus infâme des fléaux de la vie privée ». Second fils d’une bonne famille de l’ouest de l’Angleterre, il était devenu avocat et avait contrefait un testament qui déshéritait son frère aîné. Après avoir dissipé ce butin de plus de 40 000 livres, Defaile devint un prototype, d’une efficacité aussi remarquable que sinistre, du roué du xviiie siècle.

  • 23  « Dès que se manifestaient les prémices de la pauvreté, il s’insinuait dans les grâces d’une belle (...)

He insinuated himself, as soon as he found poverty approaching, into the good graces of a beautiful young lady of great fortune, whom he married, and spent all her money; and in succession, in the space of eleven or twelve years, married five more wives, all fortunes [sic], all which money he also spent, and these ladies died so very opportunely to make way for their successors, that when Defaile’s character was better known nobody made any doubt of his having poisoned them23.

23La notice récapitule alors la vie de ce joueur, incendiaire, escroc à l’assurance, qui avait délesté « une vieille dame d’une grosse somme d’argent » et tué un adversaire en duel. Finalement rattrapé par « la goutte et les calculs », il mourut dans une prison pour insolvables dans les Flandres. Le Gentleman’s Magazine note que, réduit à la misère et enfin tourmenté par sa conscience, Defaile avait cherché dans la foi catholique l’absolution de sa « méchanceté ».

  • 24Gentleman’s Magazine, vol. 61, mars 1791, p. 282-284.

24John Nichols devint rédacteur à part entière en 1791, poursuivant une politique de sélection des nécrologies inspirée par la qualité du récit autant que par le statut du sujet. Il consacra près de trois pages typographiquement serrées à la nécrologie de Charles Wesley, qui s’était rendu célèbre dans les milieux religieux de Grande-Bretagne en composant plus de 6 000 hymnes. Mais dans le même temps, Nichols fit une place dans le magazine de mars 1791 aux notices de James Heaton, un des braconniers les plus redoutables du royaume (« one of the most formidable poachers in the kingdom ») et de Winifred Griffith, la fille d’un baronnet morte dans un dénuement consécutif à un mariage imprudent (« an imprudent marriage ») et à la noirceur d’un avocat (« the villainy of an attorney »)24. Cette variété de récits de vie est précisément à l’unisson de l’approche des rédacteurs éclairés des nécrologies d’aujourd’hui.

  • 25Gentleman’s Magazine, vol. 96, part. 2, décembre 1826, p. 562-569.

25Ce modèle de raffinement, d’esprit et de mûre réflexion se poursuivit pendant le xixe siècle. Dans sa dernière livraison de 1826, à titre d’exemple, le Gentleman’s Magazine offrit à ses lecteurs un assortiment d’une richesse extraordinaire. Ses colonnes nécrologiques comprenaient des biographies immédiates et néanmoins élégantes de l’astronome Joseph Piazzi, découvreur de la planète Cérès ; de Charles Connors, éminent acteur de Covent Garden, inoubliable dans le rôle de Sir Lucius O’Trigger dans The Rivals de Sheridan ; de Thomas Bately, le fameux postier aveugle qui sans l’aide de son prochain ni de son chien (« without the guidance of either a fellow-creature or a dog ») délivrait paquets et lettres dans le Suffolk ; de Kiskauko, le chef Chippewa, retrouvé mort dans une prison canadienne, probablement des suites de l’administration d’un poison fourni par une de ses épouses ; et d’Andrew Stewart, un Écossais décrit comme l’homme le plus lourd du comté de Galloway, qui passait pour peser plus de 200 kilos25.

  • 26Ibid., p. 501.
  • 27  James Fergusson, « Death and the Press » , dans Stephen Glover (dir.), The Penguin Book of Journal (...)

26Les nécrologies de décembre 1826 incluaient celle de John Nichols lui-même, mort à la fin du mois de novembre, à l’âge de 81 ans. Si l’utilité est la mesure du mérite, écrivait son nécrologue du Gentleman’s Magazine, aucun homme de notre temps n’a eu une influence plus favorable sur la république des lettres : « if usefulness be a test of merit, no man in our days has conferred more important favours on the republic of letters26 ». Ce point de vue a trouvé un écho chez James Fergusson, fondateur en 1986 de la rubrique nécrologique de l’Independent, dont on s’accorde à reconnaître l’influence déterminante sur la renaissance du genre à la fin du xxe siècle. Dans le Penguin Book of Journalism, ce dernier écrit que Nichols a établi le modèle de référence pour la nécrologie moderne27. La contribution de John Nichols démontre en outre les solides progrès de la nécrologie britannique pendant l’âge des Lumières, dont il renforça la réputation de miroir des mœurs dominantes et affirma la place dans les archives de l’histoire.

Notes

1  Article traduit de l’anglais par Denis Reynaud.

2  « Londres, le 18 juin [1722]. John Churchill, duc de Marlborough est mort samedi sur les quatre heures du matin, dans la 73e année de son âge dans sa maison de campagne près de Windsor. Il était né à Ash dans le comté du Devon. Il vint d’abord à la cour grâce à la faveur du duc d’York, puis, ayant une inclination pour le métier des armes, il se rendit à Tanger et, en 1673, en France, à la suite du duc de Monmouth. En 1704, il mit en déroute les forces françaises et bavaroises à Schellenberg, les battit ensuite à Hochstedt, fut fait prince de l’Empire, et à son retour, le manoir de Woodstock lui fut conféré à titre héréditaire... Nous apprenons que sa Majesté a ordonné que son corps fût déposé dans la chapelle du château de Blenheim, et que celui de son fils, marquis de Blandford, enterré à King’s College, Cambridge, fût exhumé pour être enterré avec lui. » (Daily Journal, 18 juin 1722, p. 1)

3  « Le récit véridique de cette admirable bataille navale entre deux navires de la compagnie des Indes orientales et quatre du Portugal, de grande violence et conséquence, dans le Golfe persique, incluant aussi une relation de la vie et de la mort du capitaine Shilling. »

4 David Herman, Manfred Jahn & Marie-Laure Ryan (dir.), Routledge Encyclopedia of Narrative Theory, Londres, Routledge, 2005, p. 407.

5Courrier relatant diverses particularités relatives aux nouvelles d’Italie, Espagne, Turquie, Perse, Bohème, Suède, Pologne, Autriche, Palatinats, Grisons, et diverses places de la haute et basse Allemagne.

6Daily Journal, 7 novembre 1622, p. 3.

7  « Continuation de nos nouvelles hebdomadaires ».

8  « Le 23e jour du mois d’avril, pendant la soirée, entre sept et huit heures, après une longue maladie, laissant la réputation d’un prince vaillant et sage, qui avait dirigé un État populaire avec grand soin et considération pendant de nombreuses années. » (The Continuation of Our Weekly Newes, 21 avril 1625, p. 1)

9  Dennis Griffiths (dir.), The Encyclopedia of the British Press, New York, St Martin’s Press, 1992, p. 369.

10  C. John Sommerville, The News Revolution in England, Oxford, Oxford University Press, 1996, p. 370.

11  « Acheté le premier recueil rédigé par L’Estrange, qui commence cette semaine ; et m’a donné l’impression d’un bien petit commencement » (The Diary of Samuel Pepys [4 septembre 1663], New York, Croscup, 1893, vol. 6, p. 252).

12  « Édimbourg, le 31 mai. / Cette semaine n’a guère à offrir que la triste nouvelle de la mort du grand ministre d’État, William, comte de Glencairn, Grand Chancelier d’Écosse, Personnage très Éminent et bien connu dans tous les Dominions de Sa Majesté, tant pour l’énergique Bravoure de ses nobles Entreprises contre les Usurpateurs, que par les souffrances endurées pendant le temps de cette Usurpation, et par les Services signalés qu’il a rendus dans la haute Position à laquelle il avait pleinement mérité d’être élevé par Sa Majesté après son heureuse Restauration. Il est mort le 30 du présent d’une fièvre dans la 49e année de son Âge, aimé de son Prince, et pleuré ici par tous les Sujets de Sa Majesté de tout Rang ; non content de nous laisser l’Exemple à célébrer et à imiter de ses précieuses Vertus de Piété, Loyauté, Vaillance et Justice, il a aussi, peu avant sa mort, engagé les Enfants et Successeurs de ses Amis à suivre les mêmes Règles. » (Newes, nº 46, 9 juin 1664, p. 1-2)

13  J. Paul Hunter, Before Novels, New York, W.W. Norton, 1990, p. 102.

14Post-Angel, vol. 1, nº 1, janvier 1701, p. 1.

15Post-Angel, vol. 1, nº 3, mars 1701, p. 154-157.

16  « Après quelques heures de râles, il expira le 31 janvier, à huit heures du soir, étant alors dans la 56e année de son âge. Son corps fut inhumé le 4 février en l’église abbaye de Westminster, avec grande solennité et devant une nombreuse assemblée. » (Post-Angel, vol. 1, nº 6, juin 1701, p. 434)

17Westminster Abbey: official guide, 2003, p. 99.

18Post-Angel, vol. 1, nº 18, juin 1702, p. 1.

19  « Elle est née dans une famille honorable, qui avait donné un ample témoignage de sa religion et de sa loyauté en soutenant la réforme et en réprimant la tyrannie de Rome. Ses funérailles à Chenynis [demeure ancestrale de la famille Russell] furent accompagnées d’un prêche par le révérend Barker, le 29 janvier 170½. » (Post-Angel, vol. 4, nº 2, septembre 1702, p. 145-146) Les funérailles de la comtesse d’Orford se déroulèrent le 29 janvier 1702. Conformément aux conventions éditoriales britanniques de l’époque, le Post-Angel combinait les calendriers grégorien et julien, d’où l’indication « 170½ ». L’année civile se terminait le 24 mars. Le système demeura en vigueur jusqu’en 1752.

20  Exemple précoce de coquille journalistique : le véritable titre de la pièce est L’Épouse fidèle de la Grenade (Granada).

21  « M. William Taverner, dans ses chambres d’avocat de Doctor’s Commons. Fils de M. Jer. Taverner, portraitiste ; il était remarquablement honnête dans ses affaires, et auteur des cinq pièces suivantes : L’Épouse fidèle du Canada ; Servante et Maîtresse ; Les Avocates, ou Les Commis fanatiques ; Le Mari artificieux ; L’Épouse artificieuse. M. Will. Whorwood, gardien de la poste restante étrangère. Robert Bristow, âgé de 105 ans. Il avait perdu l’ouïe mais gardé la vue et les autres sens jusqu’au dernier moment. Mme Young, épouse du sieur Tho. Young du comté d’Oxford ; en couches, après avoir mis au monde deux enfants. Elle était la fille de Sir John D’Oyly, de Chislehampton, écuyer. » (Gentleman’s Magazine, vol. 1., janvier 1731, p. 33)

22  Le feu de Saint-Antoine peut être une maladie liée à la consommation d’ergot de seigle, mais dans le contexte, il s’agit plus probablement d’érysipèle.

23  « Dès que se manifestaient les prémices de la pauvreté, il s’insinuait dans les grâces d’une belle jeune femme très riche, qu’il épousait avant de dépenser tout son argent ; c’est ainsi que successivement, en l’espace de onze ou douze ans, il épousa cinq autres fortunes, qu’il dilapida, et ces dames moururent toutes si opportunément pour faire place à celles qui leur succédèrent, que, quand le caractère de Defaile fut mieux connu, personne ne douta qu’il ne les eût empoisonnées. » (Gentleman’s Magazine, vol. 53, janvier 1783, p. 93)

24Gentleman’s Magazine, vol. 61, mars 1791, p. 282-284.

25Gentleman’s Magazine, vol. 96, part. 2, décembre 1826, p. 562-569.

26Ibid., p. 501.

27  James Fergusson, « Death and the Press » , dans Stephen Glover (dir.), The Penguin Book of Journalism, Londres, Penguin, 2000, p. 149.

Auteur

Nigel Starck est honorary senior research fellow de l’Université d’Australie-méridionale. C’est un spécialiste mondial du genre de la nécrologie, auteur d’un ouvrage de référence sur la question : Life After Death: the Art of the Obituary ( Melbourne University Publishing, 2006).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search