Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

I. La lettre au rédacteur

Le courrier féminin dans La Quotidienne de l’an III

Ghazi Eljorf

Texte intégral

  • 1  Denis Reynaud, « “Associer le public dans son entreprise” : les premières lettres de lecteurs dans (...)

1Même si le Mercure galant de Donneau de Visé publiait déjà des contributions occasionnelles de ses lecteurs, le phénomène du courrier des lecteurs, à strictement parler, ne semble s’être vraiment développé en France qu’avec le Mercure de France de Marmontel (1755-1760), puis dans d’autres périodiques comme le Journal de Paris, à partir de 1777. Les lettres sont alors le lieu d’un débat intellectuel dans lequel le rédacteur joue le rôle sinon d’arbitre, du moins d’intermédiaire. C’est sur la base de cette relation collaborative entre lecteurs et rédacteurs que le courrier des lecteurs connaît son essor dans la seconde moitié du xviiie siècle. Liée au mouvement encyclopédique, cette forme de journalisme participatif exprime une contestation de l’autorité exclusive du pouvoir et des experts1. La participation des lecteurs peut faire l’objet d’une rubrique qui lui est consacrée, ou figurer d’une manière aléatoire et disséminée dans les pages du journal. L’absence fréquente de signature et de titre explicites rend parfois difficile l’identification de certains articles en tant que courrier. Mais l’anonymat n’empêche pas de repérer des lettres écrites par des femmes, témoignage de la volonté du journal de refléter la variété de son lectorat, et de s’ouvrir à des sujets de réflexion nouveaux. Autoriser un lecteur ou une lectrice à s’exprimer – et parfois à exprimer des opinions différentes, voire opposées à celles ordinairement professées par le rédacteur –, vise aussi à produire le sentiment que le journal participe à un jeu démocratique, et à affirmer une forme de liberté de la presse.

2Dans la presse d’Ancien Régime, les interventions des lecteurs, quoique plus nombreuses, sont évidemment plus contraintes et plus formatées qu’aujourd’hui. Mais dans la presse de la Révolution et de la post-Révolution jusqu’au Consulat, l’irrégularité est le caractère dominant, ce qui est dû au jeu de censure que les différentes factions politiques s’infligent à tour de rôle. L’étude des lettres parues dans un journal d’une période particulièrement incertaine, la Convention thermidorienne, semble à cet égard particulièrement intéressante.

  • 2  La description détaillée de La Quotidienne fait l’objet de notre thèse, disponible en ligne : http (...)

3La Quotidienne ou Le Tableau de Paris est un journal réactionnaire à éclipses, dont la première livraison date du 22 septembre 1792, c’est-à-dire du premier jour de la première République et de la Convention nationale. Brandissant le slogan de la liberté sous toutes ses formes, elle défend surtout la cause des royalistes sans le dire explicitement, et s’oppose aux principes de la Révolution, jugés par elle étrangers aux valeurs de la France et contraires à sa religion millénaire2.

  • 3  Nous excluons de ce compte les lettres plus ou moins officielles qui alimentent la partie « gazett (...)

4Statistiquement parlant, pendant les huit mois où il parut, entre le 10 février et le 5 octobre 1795, date de sa seconde interruption, ce journal publia quatre-vingt-quatorze lettres3. L’anonymat est de règle dans la plupart d’entre elles, et les signatures au bas de quelques autres sont des pseudonymes. Nous nous intéresserons à un aspect qui nous a frappé par ses enjeux idéologiques et par sa relative rareté, tant dans la presse d’Ancien Régime que dans les feuilles de la Révolution : le courrier des lectrices, ou plus exactement le courrier féminin.

5Par courrier féminin, en effet, nous n’entendons pas seulement les lettres envoyées au journal par des femmes – assez rares –, mais également celles qui traitent des femmes en général ou d’un personnage de femme en particulier. Le courrier féminin de La Quotidienne se divise donc en trois catégories :

  • lettres au rédacteur dont une femme est l’auteur (4) ;
  • lettres au rédacteur dont la femme est le sujet (4) ;
  • textes de femmes envoyés au rédacteur et publiés par lui (2).
  • 4  Sur cette distinction, voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seu (...)
  • 5  Jean-Pierre Gallais, le seul des rédacteurs de La Quotidienne à signer certains articles pendant l (...)

6Ces dix lettres, qui représentent plus de 10 % du total, indiquent une présence non négligeable de l’élément féminin dans La Quotidienne de l’an III. Mais il faut prendre ce chiffre avec prudence. La censure répressive et la censure structurale4 touchaient tout le monde, mais particulièrement les femmes, dont la participation au débat politique – et La Quotidienne était en premier lieu un journal politique – était fortement contestée, à droite comme à gauche. On peut donc faire l’hypothèse que l’anonymat d’un nombre considérable de lettres avait pour fonction de contourner cette double censure, les femmes adoptant un masque qui, seul et paradoxalement, permettait à leur voix d’être entendue. Mais on peut tout aussi bien faire l’hypothèse contraire : n’est-il pas envisageable que des lettres, que le journal dit émaner de femmes, aient été rédigées par des hommes – par le rédacteur du journal lui-même5 par exemple – afin de varier artificiellement la nature des voix au sein du journal ? Dans l’impossibilité de valider l’une ou l’autre de ces hypothèses, nous examinerons la présence féminine explicite dans le courrier des lecteurs, sans prêter d’importance à l’authenticité des lettres.

7Dans le cas où une femme est non l’auteur supposée, mais le sujet d’une lettre, son identité est donnée. Il y a alors deux cas de figure : la lettre positive, donnant l’image idéale (angélique) de la femme selon La Quotidienne, la femme infortunée avec qui on compatit ; ou la lettre négative, représentant l’image infernale de la femme que La Quotidienne refuse et exclut. En d’autres termes, le courrier féminin nous présente alternativement les amies de La Quotidienne et ses ennemies. Ces sympathies sont évidemment dictées par les lignes politiques respectives du journal et des personnages en question. Voyons maintenant, par l’analyse des textes, quel type de féminisme s’exprime dans cette feuille royaliste modérée.

Lettres de femmes

« La république ne peut être riche qu’en protégeant les propriétés. »

  • 6  Nous n’avons pas cette première lettre, publiée dans une livraison du Tableau de Paris (nº 112 du (...)
  • 7  Benoist-Lamothe sera qualifié comme tel dans la troisième réponse à ses articles, insérée dans La (...)

8La première lettre porte la signature d’une « mère de trois orphelins », qui ne satisfait pas entièrement la curiosité du lecteur. La mère y répond à une lettre que Benoist-Lamothe avait insérée dans un numéro précédent à propos des biens des émigrés et des droits de leurs enfants6. La mère attaque la manière dont Benoist-Lamothe avait abordé le sujet et l’accuse d’inhumanité face aux souffrances des plus démunis. Le malheur des enfants ne saurait émouvoir des « hommes de lettres7 ». Ne vaut-il pourtant pas mieux que la nation pardonne aux enfants de quelques coupables, plutôt que d’être injuste envers les enfants d’une foule d’innocents ? En spoliant ces enfants défavorisés, la nation ne va-t-elle pas rebuter de futurs acheteurs ? L’argumentation de la mère est suspecte : le choix de son vocabulaire (« impôt » « légal », « acquéreur », « hypothèques », « usufruitiers ») signale une maîtrise du sujet qui n’est pas celle d’une citoyenne ordinaire. La clarté et la fluidité de l’analyse ne suggèrent guère quelqu’un en détresse. La mère réfute ainsi l’interprétation de Rousseau par Benoist-Lamothe :

  • 8La Quotidienne (désormais LQ), nº 7, 6 ventôse an III / 25 février 1795, p. 3-4.

Tu cites encore ce passage de Rousseau : (Lorsque les pauvres consentirent à ce qu’il y eût des riches, ceux-ci consentirent à leur tour à venir au secours des pauvres). En le prenant à la lettre, tu prêches la révolte, tu nécessites la loi agraire [...]. C’est ainsi qu’en appliquant à ta manière le premier principe, que dans un gouvernement républicain la fortune publique se compose de toutes les fortunes particulières, il n’existe point de propriétaires en France mais seulement des usufruitiers, la nation n’est plus selon toi qu’un vautour affamé, ou plutôt un gouffre où tout doit s’engloutir8.

9Pour que la nation ait vraiment le droit de faire appel aux citoyens en temps de crise, elle doit montrer l’exemple et protéger leurs propriétés. Il faut refuser ce jeu de fausse humanité qui prive les orphelins de leurs biens pour avoir ensuite le luxe de leur venir en aide.

10Voici donc une mère de famille qui arrive à point nommé pour contester la politique aveuglément égalitaire et utopique de la Révolution. La rédactrice est peut-être un personnage né de l’imagination de Gallais ; mais pourquoi refuser a priori qu’une femme ait pu écrire une telle lettre, dans un contexte historique où tout le monde a acquis la compétence de discuter de politique ? N’est-il pas vraisemblable que cette mère ait voulu, par décence et pudeur, cacher son identité pour pouvoir s’exprimer plus librement ?  

« Ce n’est pas ma faute, monsieur, c’est celle de Cicéron si je suis encore indiscrète. »

  • 9LQ, nº 155, 6 thermidor an III / 24 juillet 1795, p. 3.

11Le 24 juillet paraît une autre lettre, ni signée ni titrée, qui ne contient qu’un seul indice que l’auteur est une femme : « je suis encore indiscrète9. » Elle entend dénoncer les accaparements dont sont victimes les pauvres et, pour ce faire, elle résume la pensée de Cicéron qui, dans ses Offices, distingue les moyens honnêtes de gagner de l’argent, des moyens abjects. Elle oppose cette philosophie à la philosophie des Lumières, responsable de la désastreuse situation économique contemporaine. Cette lectrice anonyme de Cicéron et de La Quotidienne n’est pas moins savante que la mère commentatrice de Rousseau. Elle s’adresse aux rédacteurs pour leur demander d’insérer sa lettre, sans que ces derniers se prononcent sur son identité. Toute l’attention est focalisée sur Cicéron, dont la classification des métiers et des moyens de s’enrichir est censée discréditer les philosophes modernes et leurs disciples. Cicéron refuse tout gain qui procède d’un contrat de servitude (artisans trompeurs, spéculateurs sans scrupules) ; il ne refuse pas le commerce lorsqu’il est équitable ; il admet l’importance des métiers qui exigent une grande intelligence, comme la médecine et l’architecture, lorsqu’ils sont exercés par ceux que leur rang y destine. Mais le métier le plus honorable, qui convient à tout homme libre, est bien l’agriculture.

12Sur un ton ironique – habituel dans La Quotidienne –, l’auteur de la lettre oppose la pensée de Cicéron au génie moderne :

Combien Cicéron était loin de penser que pour être admissible aux emplois de la république, il fallût avoir fait un apprentissage chez un cordonnier, et combien il connaissait peu ce génie commercial, qui fait de presque tous les citoyens autant d’accapareurs de denrées de première nécessité, et de tous ces accapareurs autant de négociants gagnant pour le moins sept cents pour cent en trois mois, sans autres frais que celui de garder leur marchandise ! Ah ! Le bon homme... qu’il était éloigné des lumières du xviiie siècle !

  • 10LQ, nº 137, 17 messidor an III / 5 juillet 1795, p. 2.
  • 11  Le statut d’abonné(e), relativement tardif dans l’histoire de la presse, est tout à fait contempor (...)

13La question n’est pas nouvelle dans La Quotidienne, ayant déjà été abordée dans une lettre du 5 juillet, envoyée au journal par une lectrice qui préférait ne pas révéler son identité : « [...] Nota. Ces réflexions nous ont été fournies par une de nos abonnées qui joint aux grâces de son sexe et à l’instruction du nôtre, l’obstination de vouloir rester inconnue10. » L’abonnée11 refusait l’article 16 (titre II) de la nouvelle Constitution (fructidor an III) selon lequel « les jeunes gens ne peuvent être inscrits sur le registre civique, s’ils ne prouvent qu’ils savent lire et écrire, et exercer une profession mécanique ». La ressemblance de pensée et de style entre ces deux lettres de juillet nous conduit à croire qu’elles ont le même auteur, sans écarter l’hypothèse qu’elles sont l’une et l’autre factices. La lettre du 5 juillet se conforme parfaitement au recours constant des rédacteurs du journal à des exemples de l’Antiquité, où l’on puise une sagesse et une clarté d’esprit absentes de la philosophie des Lumières et plus encore de son héritière, la Révolution.

« J’ai 30 ans passés, et pour mon malheur je suis fille encore. »

  • 12  Falaise, dans le pays d’Auge, se situe à quelques kilomètres de la patrie de Charlotte Corday.

14Une semaine plus tard, La Quotidienne propose une lettre doublement « féminine », puisque rédigée par une femme et traitant d’un problème personnel qui la concerne en tant que femme (en même temps qu’un problème général qui la touche en tant que citoyenne). L’auteur ne donne pas son nom et se contente de préciser sa région d’origine (Falaise12). Même si l’on admet qu’il s’agit d’une lettre authentique, dont le sujet – souffrance personnelle d’une femme – mérite la compassion, elle arrache un sourire à son lecteur. Le caractère sérieux de la lettre contraste en effet avec une narration très populaire. Le malheur de la destinatrice est d’être parvenue à un âge avancé sans mariage ; elle a été deux fois victime de la barbarie : celle de Robespierre a conduit son premier amant à l’échafaud, avant que le second ne soit mutilé par les chouans : ces cruels ennemis de la république. Cette femme, elle aussi abonnée du journal, souffre déjà assez pour ne pas avoir à endurer en outre un décret l’obligeant à payer « le quart de [ses] impositions » parce qu’elle n’est pas mariée. Cruel décret qui considère injustement que les filles célibataires sont socialement inutiles !

  • 13LQ, nº 166, 16 thermidor an III / 3 août 1795, p. 3.

Mais moi qui désire depuis très longtemps payer cette dette à la patrie, moi qui ne refuse point à ce qu’un honnête homme me fasse valoir au profit de la république, moi qui aimerais beaucoup mieux être femme employée que fille inutile, pourquoi m’infliger une peine pour le fait d’autrui, pourquoi me punit-on de ce qui fait déjà mon malheur13 ?

  • 14  « Les Citoyens malheureux [...] attendent de la justice bienfaisante du Gouvernement, et de la com (...)

15L’abonnée désire d’abord informer le public de son malheur. « Tous les infortunés savent trop bien que la plus douce consolation d’une grande douleur est d’avoir la liberté de se plaindre et de paraître affligé », affirme un héros de Prévost (Cleveland, livre 1) et c’est une des fonctions du journal que de fournir ce genre de consolation14. Mais elle espère également recevoir l’avis du rédacteur quant à une proposition qui lui a été faite : selon un homme de loi (non nommé), elle peut être exemptée de l’amende à condition de se marier avec le premier homme qui se présentera. Une question aussi « délicate » ne peut être décidée à la hâte, c’est pourquoi la femme espère trouver de bons conseils auprès du rédacteur de La Quotidienne, en les « lumières » duquel elle a pleinement confiance. Le rédacteur joue là le rôle de conseiller, traditionnel dans les périodiques de type « spectateur ».

16La portée de la lettre est d’abord sociale, puisqu’elle discute du problème du regard de la société sur la femme non mariée, et aussi du regard de celle-ci sur elle-même au cœur de la société. Mais le statut des femmes non mariées est inévitablement lié à un contexte politique. Sous la Révolution, la frontière entre le privé et le public tend à s’effacer ; les femmes en subissent particulièrement les conséquences. Dans cette lettre, une femme s’exprime librement, dans les limites permises par la censure, pour partager sa peine avec un public où figurent sûrement d’autres femmes dans une situation semblable, qui comprendront et sentiront ce qu’elle éprouve. Le rédacteur de La Quotidienne donne une nouvelle preuve de l’étendue de son lectorat (l’abonnée est une provinciale) et de la liberté d’expression dont tous les citoyens de la République devraient pouvoir jouir, indépendamment de leur sexe et de leur appartenance politique : le journal entend proposer ainsi un modèle politique qui, à une échelle réduite, présente une alternative au régime liberticide de la Convention. L’abonnée, en exposant le problème des droits des femmes, proteste contre une inégalité sociale et politique injustifiable. Si la femme est victime de la Révolution, La Quotidienne essayera de jouer le rôle du sauveur. La Déclaration des droits de l’homme de 1789 ne cite pas explicitement les droits des femmes : c’est à La Quotidienne de leur permettre d’exprimer leur voix. Tandis que le féminisme se manifestait ailleurs sous des formes plus élitistes (jeunesse dorée, merveilleuses, etc.), elle choisit de donner la parole aux plus défavorisées de son époque, sur un ton qui hésite entre le pathétique et le comique.

Lettres sur les femmes

« Je me félicite de pouvoir soutenir la même cause que vous et je signe. »

  • 15LQ, nº 126, 6 messidor an III, p. 2.
  • 16Mémoire adressé à la Nation, pour Marie-Thérèse-Charlotte de Bourbon, fille de Louis XVI, ci-devan (...)
  • 17  La détention de la fille de Louis XVI sera rappelée dans le numéro 137 du 17 messidor an III / 5 j (...)

17La première, parue dans la livraison du 24 juin 179515, s’intéresse à une jeune fille tenue comme l’une des plus malheureuses de son temps : la fille de Louis XVI, Marie-Thérèse de France. L’auteur, « Renaud fils », considère comme une obligation morale d’exprimer sa solidarité avec l’auteur du Mémoire adressé à la Nation, pour Marie-Thérèse-Charlotte de Bourbon, fille de Louis XVI16. L’auteur du Mémoire en question a pris la décision de défendre la cause de l’innocence, mais l’auteur de la lettre lui reproche de ne pas révéler son identité ; or un cœur sincère devrait avoir le courage de militer ouvertement en faveur d’une créature aussi innocente et aussi faible que cette jeune fille17. Marie-Thérèse de France est le premier personnage féminin – peut-être le seul comme l’on verra – à être défendu par le biais d’une lettre envoyée à La Quotidienne. Le journal manifeste par la même occasion sa compassion pour une personne dont l’emprisonnement suscite la sympathie de toute la France. Après la mort de son frère, Louis XVII, Marie-Thérèse occupe tous les esprits :

  • 18  Hélène Becquet, « La fille de Louis XVI et l’opinion en 1795 : sensibilité et politique », art. ci (...)

Articles de presse, mémoires, chansons et poèmes se multiplient, réclamant sa libération et chantant ses malheurs. Ces publications sont d’abord des manifestations de la sensibilité de l’opinion publique, de la sensibilité (voire de la sensiblerie) d’une époque qui rejette la Terreur et se réfugie dans le rêve. Madame Royale est donc un personnage romantique, seulement à demi réel18.

  • 19  « Le nom de la personne qu’on a placée auprès d’elle [Marie-Thérèse de Bourbon], n’est point Chant (...)
  • 20LQ, nº 186, 6 fructidor an III, p. 2.

18La livraison du 23 août revient sur ce thème à l’occasion d’une lettre attribuée à « Mme Chanterel19, qui est avec Marie-Thérèse à la tour du Temple20 ». Le journal choisit toutefois de ne pas reproduire cette « lettre touchante » déjà publiée ailleurs, mais seulement les quatre vers anonymes qui la précèdent, « qui peignent assez bien la situation de la jeune captive ».

Au fond de sa prison, qu’une illustre victime,
Apprenne au moins par vous, pour charmer ses douleurs,
Jouet faible et sacré des destins et du crime,
Quels droits à notre amour ont ses affreux malheurs.

« Monsieur, votre qualité d’étrangère... »

  • 21LQ, nº 142, 21 messidor an III, p. 2-3.

19Aussi conservatrice soit-elle, La Quotidienne ne refuse pas les lettres bizarres, dès lors qu’il s’agit de discréditer indirectement les femmes que le journal abhorre. Attribuées à un auteur extérieur, ces lettres permettent au journal de se libérer d’une part de la responsabilité de leur contenu. C’est le cas dans la livraison du 10 juillet21. Il s’agit d’une lettre non pas directement envoyée au rédacteur mais prétendument retrouvée « dans un des bureaux du Comité de Salut public ». Elle se distingue par une forme si particulière que La Quotidienne, dans une note qui suit le texte de la lettre, feint de supposer qu’il s’agit d’une « mauvaise plaisanterie ». Elle n’est pas rédigée par une femme, mais adressée à une femme, et pas n’importe laquelle : Mme de Staël. Le signataire est un certain « Gravina » qui s’adresse à Mme de Staël par le titre de « Monsieur » ! Le caractère bizarrement plaisant repose sur ce décalage ironique entre le mot « monsieur », qui se répète, et les qualificatifs féminins : « étrangère..., votre sexe qu’on aime... » L’auteur demande poliment, mais non sans un accent menaçant, à Mme de Staël de ne plus intervenir dans les affaires politiques d’un certain parti politique, qu’elle affaiblit par son « influence prodigieuse ». Ceci est conforme à la position du journal, qui parle fréquemment de Mme de Staël et qui, tout en s’abstenant d’une critique directe de l’auteur des Réflexions sur le procès de la Reine (1793), ne s’interdit pas de ridiculiser l’engagement politique de l’écrivain et sa réputation de femme forte à Paris.

On vous prévient, monsieur, que si vous continuez d’affaiblir par votre influence prodigieuse, un parti qui a besoin de toutes ses forces, sans égards pour votre sexe qu’on aime, et vos talents qu’on estime, on vous dénoncera au comité de salut public, comme prêchant le royalisme et cherchant à avilir la Convention.

« Aujourd’hui l’opinion publique se partage entre trois femmes... » 

20De même qu’elle a son petit Panthéon, assez différent de celui-ci édifié au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, La Quotidienne a constitué une galerie d’adversaires, régulièrement soumis à ses sarcasmes. Dans une lettre parue dans la livraison du 1er septembre 1795, un certain Bonneau vise trois femmes. Il établit le lien entre la mythologie grecque et la situation à Paris à ce moment-là. De même que l’Antiquité raisonnait sur « les trois Furies, les trois Grâces et les trois Parques », de même Paris juge aujourd’hui les trois femmes les plus influentes à Paris. Qui est la reine de l’opinion publique ?

  • 22  L’ironie tient à ce que la métaphore peut être lue comme positive ou comme négative. La déesse Cyb (...)
  • 23LQ, nº 185, 15 fructidor an III / 1er septembre 1795, p. 1. (Au lieu de lui attribuer le numéro 19 (...)

Donnera-t-on le prix à Vénus Tallien, à Minerve Staël, ou à Junon Lodoïska : on le donnerait à Junon si on ne craignait d’éveiller la jalousie de Jupiter qui est toujours en Sentinelle. Ceux qui aiment à contempler les mamelles de Cibelle22 le donnent à Minerve. Sans préjuger la question, j’invoque ici la décision des gens de goût, et je mets le sujet au concours : celui qui traitera le mieux cette question importante remportera le prix qui consiste dans la collection des tragédies de Chénier, et le recueil des idylles et pastorales de Dubois de Crancé23.

  • 24  Par exemple, dans ces deux brèves successives du 23 août : « On parle beaucoup de la sortie de Leg (...)
  • 25  Emprisonnée à Bordeaux, la belle Thérésia Cabarrus avait séduit le farouche inquisiteur Tallien, q (...)

21La proposition est évidemment ironique : Marie-Joseph Chénier et Dubois-Crancé figurent au premier rang des auteurs méprisés par La Quotidienne. Mme de Staël et Lodoïska (épouse de Louvet) avaient déjà été l’objet de l’intérêt ironique du journal24. Mme Tallien25, quant à elle, paraît pour la première fois dans un journal où son mari a été souvent maltraité. Sans nous attarder sur l’identité de ce Bonneau, cherchons à savoir les motifs de la publication d’une telle lettre. Pourquoi ces femmes qui, à des titres et des degrés divers, ont toutes éprouvé les malheurs de la Terreur, sont-elles ridiculisées ? Du fait de leurs liens avec la faction girondine ? Ou conformément à un parti pris misogyne qui refuse aux femmes toute implication dans un domaine réservé aux hommes ? Une tendance monastique est à l’œuvre dans cette exclusion des femmes, qui nous rappelle que Gallais, rédacteur de La Quotidienne, est un ancien bénédictin. La cause des femmes, dans la perspective de ce journal, est synonyme de compassion pour des êtres en détresse ; secours qu’il ne sied pas aux femmes de réclamer, mais à l’État et à l’Église de procurer. Le journal peut, le cas échéant, rappeler ces institutions défaillantes à leur devoir, en attirant leur attention sur des victimes méritantes. Toute autre revendication féminine est illégitime. Au-delà des différences politiques, les trois femmes citées ci-dessus incarnent chacune à sa façon l’image négative de la femme selon La Quotidienne. Mmes de Staël, Louvet et Tallien ne se plient pas à la hiérarchie patriarcale que représentent l’époux, l’évêque ou le roi ; elles assument une fonction complémentaire, voire égale à celle des hommes : un tel féminisme ne risque guère d’obtenir l’approbation du journal.

Contributrices

« ... et le monde aisément
Nous pardonne un défaut, mais non pas un talent. »

  • 26  Sur les types de lettres et la terminologie utilisée, voir le chapitre de Samuel Baudry sur la nai (...)
  • 27LQ, nº 54, 24 germinal an III / 13 avril 1795, p. 4.
  • 28 Anne-Marie de Beaufort d’Hautpoul (1763-1837), « femme de lettres, et qui possède aussi le talent (...)

22Nous nommerons « contributions » les pièces publiées qui n’ont pas de destinataire précis26. La première contribution féminine paraît le 13 avril27. Elle retient notre attention tant par le fond (long poème mêlant sentiments et actualité politique) que par l’identité de l’auteur, « la citoyenne B. ». Dans l’exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale, l’initiale est complétée par une mention manuscrite : ...eaufort28. Le poème ainsi signé est dépourvu de l’adresse habituelle : « Au(x) rédacteur(s) ». S’agit-il d’une contribution spécifique de cette femme pour le journal, ou d’un écrit recueilli par lui ? N’ayant pas repéré d’autre publication du poème, nous penchons pour la première hypothèse.

23Dans « Les ombres à Boissy d’Anglas », les âmes des victimes nobles de la Terreur évoquent d’abord la triste condition de leurs enfants :

Sur la terre ignorés, orphelins malheureux
Jamais bras maternels ne s’ouvriront pour eux ;
La haine, de son poids fatiguant leur enfance,
Va remplacer l’amour et la reconnaissance.

24Puis elles demandent à tous les Français, également victimes de la Terreur, de faire preuve de solidarité avec ceux qui, jadis plus fortunés, sont aujourd’hui plus malheureux :

Parlez, il en est temps, et qu’un juste partage
À nos fils dépouillés rende un saint héritage.

  • 29  François Antoine de Boissy d’Anglas était alors président de l’Assemblée nationale (avril 1795). D (...)

25Enfin, dans les seize derniers vers, les ombres font l’éloge de Boissy d’Anglas29, l’homme providentiel :

Nos mânes apaisées, nos veuves, nos enfants,
Élèveront vers toi leurs vœux reconnaissants.

  • 30  Pendant son séjour en prison, elle avait composé une romance intitulée « À mon fils, à qui l’on av (...)
  • 31  Nº 49, 20 fructidor an III / 6 septembre 1795, p. 424-426.

26Cette ode n’est pas tout à fait désintéressée, la citoyenne Beaufort étant elle-même une aristocrate mère de famille30. Mais c’est aussi une femme de lettres qui, quelques mois plus tard, publie dans la Décade philosophique31 une remarquable « Épître d’une femme à une femme », où elle s’exprime au nom de toutes ses consœurs auteurs :

On nous pardonne peu de rompre le silence ;
Nos écrits rarement obtiennent l’indulgence ;
Même de nos succès les hommes sont jaloux,
Et nous avons alors les deux sexes contre nous.
Du cœur ou de l’esprit le moindre ridicule,
Avec empressement se saisit et circule ;
On nous vend cher la gloire ; et le monde aisément
Nous pardonne un défaut, mais non pas un talent.

27La Quotidienne, quant à elle, s’intéresse à la littérature féminine, à condition que celle-ci s’occupe de dénoncer la Terreur et de s’apitoyer sur le sort des propriétaires et des émigrés.

« Par une demoiselle de 15 ans et deux tiers »

28La contribution suivante est la seule de notre corpus qui ait cette forme transitive, si l’on peut dire. Elle n’est pas écrite par une femme ni ne parle de femme : elle est envoyée au journal par un tiers qui y insère quelques couplets censés avoir été écrits par une « demoiselle », qui évoquent le sort imminent des derniers montagnards. Double anonymat, donc, puisqu’on ignore le nom de la demoiselle, mais aussi l’identité de celui qui a transmis son vaudeville. Les liens entre ces deux personnes – à supposer qu’il s’agisse de deux personnes différentes – ne sont pas explicités :

  • 32LQ, nº 197, 13 septembre 1795, p. 2-3.

Aux rédacteurs.
On m’assure, messieurs, que plusieurs poètes s’occupent en ce moment à célébrer en vers le départ des restes de la montagne. Ils enverront sans doute leurs poèmes à votre charmant journal. Une jeune demoiselle de beaucoup d’esprit, et pleine de respect pour la représentation, a composé les couplets suivants que vous pouvez, en attendant, insérer dans votre feuille32.

29Comme pour le prix proposé le 1er septembre par Bonneau (voir ci-dessus), il s’agit de parodier les concours littéraires académiques, tel celui des Jeux floraux, en proposant un sujet d’actualité politique, en l’occurrence la fin imminente du mandat des conventionnels élus en septembre 1792 :

La Montagne en déroute.
Air : Eh ! Mais, oui-da !
Lorsque dans sa province
Chacun retournera,
À chaque petit prince,
Compte on demandera.
Eh mais ! Oui-dà !
Comment peut-on trouver du mal à ça ?
Oh ! Mais oui-dà :
On ne peut pas trouver du mal à ça.

30Les huit couplets du vaudeville passent ensuite en revue quelques-unes des figures de la montagne thermidorienne, têtes de Turc familières de La Quotidienne : Tallien, Fréron, Louvet. Le ton est sévère et les vers n’annoncent aucune tolérance pour les terroristes : voici venu le temps des représailles ; chacun aura à endurer le malheur qu’il a fait subir aux autres.

De cette troupe honnête
Personne ne rira ;
Plusieurs perdront la tête,
Et la France dira :
Eh mais ! oui-dà !
Comment peut-on trouver du mal à ça !
Oh ! mais oui-dà :
On ne peut pas trouver du mal à ça ?

  • 33  « deux tiers » est mis en italique dans la lettre, pour souligner la plaisante allusion au tout ré (...)
  • 34  Sur cette distinction, voir Denis Reynaud, « Le courrier des lecteurs dans le Journal helvétique » (...)

31Ces vers vengeurs ont été écrits « par une demoiselle de 15 ans et deux tiers33 », comme pour souligner la participation des jeunes – les jeunes filles surtout – aux joutes politiques de leur temps. L’anonymat ne nous semble pas un motif suffisant pour poser l’hypothèse d’une vraie fausse lettre (dont l’auteur assume une identité supposée, et qui peut tromper le rédacteur) ou d’une fausse vraie lettre (que le rédacteur du journal s’adresse à lui-même)34. En effet, l’anonymat étant la règle dans La Quotidienne, il n’y a pas de raison de le juger plus suspect lorsqu’il concerne une lettre écrite par une femme. Au contraire, comme nous l’avons vu, il se justifie alors bien plus.

*

32L’analyse de ces dix lettres permet d’établir une typologie sommaire, mais que ne contredirait sans doute pas l’élargissement du corpus aux années 1796 et 1797. Pour La Quotidienne, les femmes se rangent entre deux pôles : à une extrémité, la jeune fille souffrante et muette, idéalement incarnée par la prisonnière du Temple, Marie-Thérèse de France (« Madame Royale ») ; à l’autre bout, des femmes fortes et brillantes.

33Marie-Thérèse ne parle pas, mais le journal lui offre un double en la personne d’une jeune poétesse de quinze ans « et deux tiers » (la fille de Louis XVI en a seize en cette année 1795) et divers porte-paroles qui expriment la double douleur d’avoir perdu ses parents et ses biens. Face à elle, des créatures sorties du néant et corrompues jouissent de fortunes mal acquises et de plaisirs peu exemplaires. À ces géantes bruyantes, on ne donne pas la parole. Entre ces deux extrêmes, existe néanmoins, au sein du journal, un espace où les femmes peuvent exprimer publiquement leur voix ; un espace – même limité – où se rendre visibles par leurs mots. Même dans ce périodique réactionnaire, et sans doute plus que dans les feuilles patriotes contemporaines, se dessine par intermittence l’image d’une femme cultivée, lectrice de journaux et impliquée dans un engagement national qu’elle exprime sans se soustraire aux devoirs exigés par la nature, ni à la pudeur attribuée à son sexe.

34On comprend mieux dans ces circonstances les raisons d’une absence : celle de Marie-Antoinette. Les conditions ne sont pas encore réunies pour faire de feue la reine, au détriment de sa fille Marie-Thérèse, la vraie martyre de la Révolution. La réaction thermidorienne voulait une figure plus pure.

35La Quotidienne avait connu une première interruption le 18 octobre 1793, deux jours après l’exécution de la reine, mais nous n’avons pas eu accès aux deux dernières livraisons, où l’événement a dû être largement commenté. La seconde mort de Marie-Antoinette – son absence totale des colonnes du journal après que celui-ci eut recommencé à paraître, en octobre 1794 – est probablement due moins à la censure qu’au fait que La Quotidienne était embarrassée par son image. Ayant opté pour une dénonciation enrobée de « l’Espagnole » (Mme Tallien), autre femme magnifique et politique, elle préfère ne pas prendre de position claire vis-à-vis de « l’Autrichienne », dont la réhabilitation posthume peut attendre. Elle préfère suivre l’opinion publique de son temps, oublier la mère et militer pour la libération de la fille.

36Les changements survenus dans le régime de la presse pendant la Révolution ont inévitablement modifié le statut du lecteur. Au terme d’une évolution entamée au milieu du xviiie siècle, celui-ci est désormais plus présent et politiquement plus lié au rédacteur du journal auquel il adresse ses lettres. Nous avons conçu notre étude comme l’amorce d’une étude plus large sur le statut épistolaire des lectrices. Celles de La Quotidienne sont instruites, nobles mais infortunées ; le journal se charge de leur donner la parole, modestement, moins par quelque souci féministe que dans le cadre du combat général pour la liberté d’expression que ce périodique mène sans relâche tout au long de la deuxième phase de sa parution, pendant la Convention thermidorienne.

Notes

1  Denis Reynaud, « “Associer le public dans son entreprise” : les premières lettres de lecteurs dans la presse française », Études Epistémè, nº 26, 2014, en ligne : https://journals.openedition.org/episteme/300 (janvier 2018).

2  La description détaillée de La Quotidienne fait l’objet de notre thèse, disponible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01587791 (février 2018).

3  Nous excluons de ce compte les lettres plus ou moins officielles qui alimentent la partie « gazette » du journal, c’est-à-dire les nouvelles politiques et militaires.

4  Sur cette distinction, voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 344. La censure répressive, institutionnelle, est visible : elle fait scandale alors que sa fonction historique est précisément d’éviter le scandale. Elle tend donc à être remplacée par une censure structurale plus discrète, qui régit à la fois l’accès à l’expression et la forme de l’expression : pour être recevable, audible, un discours doit répondre à une attente normative, respecter des codes sociaux.

5  Jean-Pierre Gallais, le seul des rédacteurs de La Quotidienne à signer certains articles pendant l’an III.

6  Nous n’avons pas cette première lettre, publiée dans une livraison du Tableau de Paris (nº 112 du 19 pluviôse an III / 7 février 1795), qui ne fait pas partie de la collection numérisée de la Bibliothèque nationale de France, principal support de notre recherche. Le journal change de titre le 19 février et s’intitule La Quotidienne ou Le Tableau de Paris ; la numérotation des livraisons recommence à partir de ce moment-là.

7  Benoist-Lamothe sera qualifié comme tel dans la troisième réponse à ses articles, insérée dans La Quotidienne du 1er mars.

8La Quotidienne (désormais LQ), nº 7, 6 ventôse an III / 25 février 1795, p. 3-4.

9LQ, nº 155, 6 thermidor an III / 24 juillet 1795, p. 3.

10LQ, nº 137, 17 messidor an III / 5 juillet 1795, p. 2.

11  Le statut d’abonné(e), relativement tardif dans l’histoire de la presse, est tout à fait contemporain du développement du courrier des lecteurs : on n’en trouve pas d’exemple avant 1750. Plus encore que celui de lecteur, il fonde l’appartenance du correspondant à une communauté et lui donne des droits implicites, dont celui d’être publié. Le prix de l’abonnement annuel en l’an III suivit l’inflation : 55 livres en mars, 95 en mai, 140 en juillet et 260 en octobre.

12  Falaise, dans le pays d’Auge, se situe à quelques kilomètres de la patrie de Charlotte Corday.

13LQ, nº 166, 16 thermidor an III / 3 août 1795, p. 3.

14  « Les Citoyens malheureux [...] attendent de la justice bienfaisante du Gouvernement, et de la compassion de leurs semblables, des secours dans leurs infortunes, ou du moins la douce consolation d’être plaints », écrit par exemple François Marin, le rédacteur de la Gazette de France, défendant l’utilité sociale de sa feuille (30 août 1773).

15LQ, nº 126, 6 messidor an III, p. 2.

16Mémoire adressé à la Nation, pour Marie-Thérèse-Charlotte de Bourbon, fille de Louis XVI, ci-devant roi des Français, détenue à la tour du Temple ; suivi d’une Opinion adressée à la Convention nationale pour la fille de Louis XVI, pour Louise-Marie-Adélaïde Bourbon-d’Orléans, et Louise-Thérèse-Bathilde Bourbon-d’Orléans ; Accompagné de notes curieuses et intéressantes sur la prison de Marie-Antoine[tte] d’Autriche, et sur les autres prisonniers du Temple, Paris, Marchands de Nouveautés, 1795. Selon Hélène Becquet, l’auteur est Claude-François Beaulieu, qui « a connu les mêmes vicissitudes que Michaud avec lequel il travaillait à La Quotidienne » (« La fille de Louis XVI et l’opinion en 1795 : sensibilité et politique », Annales historiques de la Révolution française, vol. 341, nº 3, juillet-septembre 2005, p. 81).

17  La détention de la fille de Louis XVI sera rappelée dans le numéro 137 du 17 messidor an III / 5 juillet 1795 : « Le comité de sûreté générale cherche à adoucir autant que cela est possible, le sort de cette infortunée, tout ce que madame de Chantereine juge nécessaire pour produire cet effet, est accordé et envoyé sur-le-champ sur son simple billet. On espère même que Marie Thérèse de Bourbon sortira bientôt de cette tour où chaque pas lui coûterait une larme et lui rappellerait un malheur, et que celle dont naguère le père avait à sa disposition toute la France, pourra bien enfin quelque jour occuper un appartement sain et commode et obtenir la jouissance d’un petit jardin. » (p. 2)

18  Hélène Becquet, « La fille de Louis XVI et l’opinion en 1795 : sensibilité et politique », art. cité, p. 81.

19  « Le nom de la personne qu’on a placée auprès d’elle [Marie-Thérèse de Bourbon], n’est point Chanterel, c’est la femme de M. Bocquet de Chanterenne, employé à l’administration de police, et fils d’un ancien avocat. Elle fut demandée par la section du gouvernement appelée comité de Salut Public. Une lettre qu’elle écrivit à ce sujet, décida entièrement le choix qu’on avait fait de sa personne. Cette dame possède plusieurs talents agréables et utiles, entre autres, le dessin et la musique. La plupart de ces derniers détails et renseignements ont été donnés verbalement par le mari et la sœur de madame de Chanterel, à la personne de qui nous les tenons » (abbé Alphonse Cordier, Martyrs et bourreaux de 1793, vol. 3, Paris, Vivès, 1856, p. 348-349). On a vu que La Quotidienne, dans le numéro 137 du 5 juillet, avait proposé une troisième orthographe.

20LQ, nº 186, 6 fructidor an III, p. 2.

21LQ, nº 142, 21 messidor an III, p. 2-3.

22  L’ironie tient à ce que la métaphore peut être lue comme positive ou comme négative. La déesse Cybèle représente la nature sauvage. Dotée de six mamelles, elle est l’incarnation de la charité et de la générosité ; mais c’est également une figure féminine monstrueuse qui donne lieu à des réflexions sexuelles sordides. Voir Philippe Borgeaud, La Mère des dieux : de Cybèle à la Vierge Marie, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

23LQ, nº 185, 15 fructidor an III / 1er septembre 1795, p. 1. (Au lieu de lui attribuer le numéro 190, le journal renumérote 180 la livraison du 27 août, voilà pourquoi le 1er septembre est numéroté 185.)

24  Par exemple, dans ces deux brèves successives du 23 août : « On parle beaucoup de la sortie de Legendre contre Mde. Staël : on croit qu’il a été porté à cette extravagante dénonciation par une charmante actrice à qui Mde. Staël a enlevé son amant. Amour, tu perdis Troyes. On a rencontré hier Mde. Lodoïska dans une voiture très brillante : elle est retournée aujourd’hui dans sa boutique. » (LQ, nº 186, 6 fructidor an III / 23 août 1795, p. 2)

25  Emprisonnée à Bordeaux, la belle Thérésia Cabarrus avait séduit le farouche inquisiteur Tallien, qui l’avait épousée le 26 décembre 1794. Son salon parisien réunissait des hommes influents de tous bords. Il fut le foyer de la mode des Merveilleuses et des Incroyables (voir E. Lairtullier, Les Femmes célèbres de 1789 à 1795, et leur influence dans la Révolution, pour servir de suite et de complément à toutes les histoires de la Révolution française, Paris, 1840, vol. 2, p. 273).

26  Sur les types de lettres et la terminologie utilisée, voir le chapitre de Samuel Baudry sur la naissance du genre du courrier des lecteurs dans la presse britannique.

27LQ, nº 54, 24 germinal an III / 13 avril 1795, p. 4.

28 Anne-Marie de Beaufort d’Hautpoul (1763-1837), « femme de lettres, et qui possède aussi le talent de la peinture » (Pierre-Jean-Baptiste Nougaret, Histoire des prisons de Paris et des départements, Paris, P.J.B. Nougaret, 1797, vol. 2, p. 324), renonça provisoirement au titre de comtesse pour adopter celui de citoyenne. Maîtresse du député Julien (de Toulouse), elle avait été incarcérée en mars 1794 dans la prison de Port-Libre (ibid., p. 279).

29  François Antoine de Boissy d’Anglas était alors président de l’Assemblée nationale (avril 1795). D’abord conventionnel modéré, il était en train de se rapprocher des royalistes et devint un des chefs de la droite jusqu’au coup d’État du 18 fructidor an V.

30  Pendant son séjour en prison, elle avait composé une romance intitulée « À mon fils, à qui l’on avait refusé l’entrée de Port-Libre » ; voir Pierre-Jean-Baptiste Nougaret, Histoire des prisons de Paris et des départements, op. cit., p. 280.

31  Nº 49, 20 fructidor an III / 6 septembre 1795, p. 424-426.

32LQ, nº 197, 13 septembre 1795, p. 2-3.

33  « deux tiers » est mis en italique dans la lettre, pour souligner la plaisante allusion au tout récent « décret des deux tiers », voté in extremis par la Convention, le 22 août 1795, afin de conjurer la menace royaliste : les deux tiers des sièges aux futurs conseils du Directoire seront réservés à des membres de l’assemblée en place.

34  Sur cette distinction, voir Denis Reynaud, « Le courrier des lecteurs dans le Journal helvétique », dans Séverine Huguenin & Timothée Léchot (éd.), Lectures du « Journal helvétique », 1732-1782, Genève, Slatkine, 2016, p. 147-158.

Auteur

Ghazi Eljorf a soutenu en mai 2017 à l’Université Lumière Lyon 2 une thèse portant sur La Quotidienne ou Le Tableau de Paris, dans laquelle il explore les enjeux du discours de la presse royaliste pendant la Révolution. Il participe au groupe de travail Presse 18e ( IHRIM ), au sein duquel il a notamment collaboré à la numérisation de la Gazette d’Amsterdam.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search