Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Présentation des auteurs

Volltext

1Guy Achard-Bayle est professeur de linguistique textuelle à l’Université de Lorraine depuis 2004. De 1975 à 1988, il a été détaché auprès des ministères de la Coopération et des Affaires étrangères, en poste au Maroc, au Cameroun, en Autriche et au Portugal. Il a ensuite enseigné à Paris VI, Paris X-Nanterre et Toulouse II-Le Mirail. Agrégé de lettres modernes en 1992, il a soutenu sa thèse de doctorat à Nancy 2 en 1996 et son habilitation à diriger des recherches (HDR) à la Sorbonne nouvelle-Paris 3 en 2002. Ses autres domaines de recherche sont la linguistique cognitive, la sémantique référentielle, la logique naturelle (et la logique de la fiction). Il est l’auteur de trois ouvrages et d’une centaine de publications.

2Jean-Michel Adam, dédicataire de ce volume, est depuis 2012 professeur honoraire de linguistique française et chercheur rattaché au Centre de recherche en langues et littératures comparées, à l’Université de Lausanne. Il a fait ses études à l’Université de Haute-Normandie où il a soutenu, en 1971, une maîtrise de linguistique française sous la direction de Denis Slakta, puis en 1978 un doctorat de 3e cycle (Grammaire de texte et analyse de discours) devant un jury composé de Jean-Baptiste Marcellesi, Henri Mitterand et Louis Guespin. Il est devenu docteur d’État en 1982, à l’Université de Franche-Comté, pour une thèse intitulée Recherches en didactique et sémiotique des discours, dirigée par Jean Peytard (jury : Jean-Blaise Grize, Thomas Aron, Louis Porcher, Jean-Baptiste Marcellesi). Après avoir occupé la fonction de directeur d’études au Centre régional de formation des professeurs de collège de l’académie de Rouen (1974-1984) et de chargé de cours en linguistique générale à l’Université de Rouen (1978-1984), il a été nommé en 1984 professeur ordinaire à la faculté des Lettres de l’Université de Lausanne, où il a occupé la chaire de linguistique française. Il a été professeur invité dans plusieurs universités suisses : Fribourg (1986 et 2012), Genève (1989), Zurich (1994) et Lugano (2013), mais aussi à la Sorbonne (Paris-IV, automne 2007-2008) et à l’École des hautes études en sciences sociales (janvier 2013). Il a été titulaire d’une chaire Francqui aux Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles (printemps 2012). Professeur invité au département de Français de l’Université d’Århus au Danemark, en septembre 2013, il avait préalablement occupé cette fonction en Espagne (Universités Pompeu Fabra de Barcelone en 2005 et de Santiago de Compostela en 2003), au Portugal (Universités de Coimbra et de Porto en 1987) et à l’Université de Québec à Montréal (2001). Il a par ailleurs enseigné aux États-Unis, à l’École française d’été de Middlebury Collège dans le Vermont (1988-1991, 1993, 1995 et 1997). On trouvera sa bibliographie complète plus haut dans le volume.

3Claire Badiou-Monferran est professeure à l’Université de Lorraine et rattachée à l’équipe LIS (Littératures, imaginaire et sociétés) ainsi qu’au laboratoire de l’ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française). Ses travaux de linguistique diachronique et de stylistique portent principalement – mais sans exclusive – sur le français classique. Auteur d’un ouvrage sur Les Conjonctions de coordination chez La Bruyère (Honoré Champion, 2000), elle a récemment dirigé avec Joëlle Ducos un numéro de L’Information grammaticale, « L’émergence : un concept opératoire pour les sciences du langage ? » (no 134, 2012), ainsi qu’un ouvrage collectif, La Littérarité des « belles-lettres ». Un défi pour les sciences du texte ? (Classiques Garnier, 2013).

4Marc Bonhomme, agrégé de grammaire et docteur d’État, est professeur ordinaire de linguistique française à l’Université de Berne. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dans les domaines de la rhétorique (Pragmatique des figures du discours, Honoré Champion, 2005 ; Le Discours métonymique, Peter Lang, 2006) et de la linguistique des médias (L’Argumentation publicitaire, avec Jean-Michel Adam, Armand Colin, 2012). Il a également édité avec Jean-Michel Adam Analyses du discours publicitaire (Presses universitaires du Sud, 2000). Marc Bonhomme a par ailleurs publié de nombreux articles en analyse du discours et en histoire de la langue française.

5Jean-Paul Bronckart a été, de 1976 à 2012, professeur de didactique des langues à l’Université de Genève. L’essentiel de ses recherches et de ses enseignements portent sur la modélisation de l’architecture textuelle, sur la conception et l’expertise de programmes et de méthodes d’enseignement des langues, ainsi que sur l’analyse du rôle de la maîtrise langagière dans le développement des personnes. Il est l’auteur notamment de Théories du langage (Mardaga, 1977), Activité langagière, textes et discours (Delachaux et Niestlé, 1997) et Bakhtine démasqué (avec Cristian Bota, Droz, 2011).

6Claude Calame est directeur d’études émérite à l’École des hautes études en sciences sociales. Il a assumé des enseignements de langue et littérature grecques à l’Université de Lausanne, ainsi qu’à l’Université d’Urbino et à Yale University. Des textes grecs envisagés dans leur dimension pragmatique, il propose une approche combinant anthropologie historique et analyse des discours. Le regard décentré qu’implique une telle démarche critique invite aux engagements politiques d’un praticien des sciences humaines sollicité par le présent, notamment sur la question de la fabrication culturelle et sociale de l’humain. Parmi ses publications récentes, on trouve : Poétique des mythes en Grèce antique (Hachette, 2000), Masques d’autorité (Les Belles Lettres, 2005), Pratiques poétiques de la mémoire (La Découverte, 2006), L’Eros dans la Grèce antique (Belin, 2009), Prométhée généticien (Les Belles Lettres, 2011) et Mythe et histoire dans l’Antiquité grecque (Les Belles Lettres, 2011, 2e édition).

7Patrick Charaudeau est professeur émérite à l’Université Paris 13. Fondateur du Centre d’analyse du discours, il est chercheur au laboratoire Communication et politique du CNRS. Il est membre du Collège iconique de l’INA et membre d’honneur de l’Association latino-américaine des études du discours. Son travail se déploie dans trois domaines : l’analyse du discours, les genres discursifs, la question de l’identité culturelle. Parmi ses dernières publications, on notera : Les Médias et l’Information. L’impossible transparence du discours (Bruxelles, De Boeck / INA, 2011, 2e édition), Petit traité de politique à l’usage du citoyen (Vuibert, 2008), Entre populisme et peopolisme. Comment Sarkozy a gagné (Vuibert, 2008), La Médiatisation de la science. Clonage, OGM, manipulations génétiques (Bruxelles, De Boeck / INA, 2008).

8Bernard Combettes est professeur émérite de linguistique française à l’Université de Lorraine. Il est l’auteur de travaux sur la diachronie du français (ancien et moyen français), en particulier dans le domaine syntaxique et dans celui de la grammaticalisation. Il est également spécialiste de linguistique textuelle, avec des études portant sur la structure informationnelle et l’organisation du discours.

9Maria Antónia Coutinho est docteure en linguistique (spécialisée en théorie du texte). Depuis 2008, elle est professeure titulaire à l’Université nouvelle de Lisbonne et, depuis 2010, y préside le comité du Centre de linguistique. Elle s’intéresse en particulier à la problématique des genres de texte et aux enjeux didactiques et développementaux qui peuvent leur être associés. Elle a publié plusieurs articles, au Portugal et à l’étranger, et dirigé des thèses dans le domaine de la théorie du texte.

10Irène Fenoglio est directrice de recherche au CNRS. Spécialiste des manuscrits de linguistes et d’auteurs contemporains, elle dirige l’équipe Génétique du texte et théories linguistiques de l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS-ENS). Elle a notamment dirigé L’Écriture et le Souci de la langue. Écrivains, linguistes, témoignages et traces manuscrites (Academia-Bruylant, 2007), les numéros « Génétique de la production écrite et linguistique » de Modèles linguistiques avec Jean-Michel Adam (vol. 30, no 59, 2009), et « Le geste linguistique » de Genesis (no 35, 2012). Elle a également édité Sur le désir de se jeter à l’eau de Pascal Quignard (Presses Sorbonne nouvelle, 2011) et les Dernières leçons. Collège de France, 1968 et 1969 d’Émile Benveniste, avec Jean-Claude Coquet (EHESS / Gallimard / Seuil, 2012).

11Kjersti Fløttum est professeure de linguistique française à l’Institut des langues et littératures étrangères de l’Université de Bergen (Norvège). De 2005 à 2009, elle a été vice-rectrice des relations internationales de cette université. Son travail concerne principalement la linguistique textuelle, les genres discursifs, l’analyse du discours, la sémantique et la pragmatique. Plus particulièrement, ses recherches ont porté sur la reformulation, la polyphonie linguistique, le pronom on et la narration, avec comme principale base empirique des textes scientifiques et politiques. Elle a dirigé des projets de recherche internationaux : « Identité culturelle dans la prose académique » (KIAP) et « Understanding Linguistic Complexity in Political Discourse » (EURLING). Depuis 2013, elle dirige un grand projet interdisciplinaire sur les « Représentations linguistiques du discours portant sur le changement climatique et leurs interprétations individuelles et collectives » (LINGCLIM).

12Maria das Graças Soares Rodrigues est professeure associée au département de Lettres de l’Université fédérale du Rio Grande do Norte (Brésil). Elle participe notamment au master et à la formation doctorale en études du langage. Elle développe des recherches en analyse textuelle des discours ; elle est responsable du Groupe de recherche en analyse textuelle des discours et membre du Groupe de travail en linguistique du texte et analyse conversationnelle de l’Association nationale de formation doctorale en lettres et linguistique. Traductrice du français vers le portugais, elle siège par ailleurs au conseil éditorial de la maison d’édition Cortez.

13João Gomes da Silva Neto, professeur associé au département de Lettres de l’Université fédérale du Rio Grande do Norte au Brésil, participe notamment au master et à la formation doctorale en études du langage. Chercheur en linguistique du texte et en analyse textuelle des discours, il dirige le Groupe de recherche en analyse textuelle des discours juridique, politique et éducatif (CNPq), et participe au Groupe de travail en linguistique du texte et en analyse conversationnelle de l’Association nationale de formation doctorale en lettres et linguistique.

14Anna Jaubert est professeur émérite de l’Université de Nice Sophia Antipolis. Ses recherches s’inscrivent dans les perspectives que l’analyse du discours a ouvertes pour l’étude des textes littéraires. Elle a développé une approche spécifique : la stylistique pragmatique, initiée par son Étude stylistique de la correspondance entre J.-J. Rousseau et Henriette***. La subjectivité dans le discours (Slatkine / Champion, 1987), et par La Lecture pragmatique (Hachette, 1990). Ses travaux, portant principalement sur des corpus littéraires, illustrent une continuité des faits de langue aux faits de style. Elle travaille actuellement à une théorie de la stylisation du discours.

15Clara Ubaldina Lorda Mur est professeure de français et de linguistique du discours à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone. Elle a passé une année au Centre de recherches interdisciplinaires en analyse des discours de l’Université de Lausanne. L’un des résultats de ce séjour est le livre Lingüística de los textos narrativos (Ariel, 1999), écrit en collaboration avec Jean-Michel Adam. Ses domaines de recherche sont les discours politiques et médiatiques, mais aussi littéraires. Elle a dirigé des équipes et publié de nombreux articles et plusieurs livres sur ces domaines. Elle a récemment coordonné deux ouvrages collectifs autour de la polyphonie et de l’intertextualité : Polifonía e intertextualidad en el diálogo (Arco Libros, 2012) et Spaces of Polyphony (John Benjamins, 2012).

16Lita Lundquist est professeure à la Copenhagen Business School. Son domaine de recherche est la linguistique textuelle, notamment appliquée à la didactique des langues étrangères. Elle est l’auteur de plusieurs livres (La Cohérence textuelle, Nyt Nordisk Forlag, 1980 ; L’Analyse textuelle, Nyt Nordisk Forlag, 1990, 2e édition ; Comment lire un texte académique en français, Ophrys, 2013), et de deux logiciels de lecture (TeXtRay et NaviLire). En linguistique textuelle contrastive, elle a publié de nombreux articles qui comparent des textes en langue française et en langue danoise ; ses travaux se concentrent en particulier sur la cohérence textuelle établie par les anaphores (infidèles, associatives, résomptives et évolutives). Elle a récemment proposé des études comparatives sur l’emploi de l’humour chez les Danois et chez les Français en contexte professionnel.

17Dominique Maingueneau est professeur de linguistique dans l’unité de formation et de recherche de langue française de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Ses recherches relèvent surtout de l’analyse du discours. Il a publié de nombreux ouvrages dans cette discipline depuis son Initiation aux méthodes de l’analyse du discours (Hachette, 1976) ; il a également codirigé le Dictionnaire d’analyse du discours avec Patrick Charaudeau (Éditions du Seuil, 2002). Son dernier ouvrage paru est Les Phrases sans texte (Armand Colin, 2012).

18Georges Molinié est professeur émérite de stylistique française à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il a dirigé pendant dix ans la revue pluridisciplinaire xviie siècle ; il s’intéresse à toutes les manifestations du sens, verbales ou non verbales, depuis les romans grecs du iie siècle, puis des domaines espagnol et français de l’ère baroque, jusqu’à la poésie et l’esthétique d’après la Shoah, toujours en relation entre l’anthropologie et la sémiotique. Il a écrit de nombreux livres et articles, dont Hermès mutilé (Honoré Champion, 2005) en herméneutique et philosophie du langage, et De la beauté (Hermann, 2012) en esthétique générale.

19Michèle Monte est professeure en sciences du langage à l’Université de Toulon. Ses travaux portent sur la sémantique des connecteurs (toutefois, si, cependant), l’énonciation et l’analyse textuelle des discours. Elle a publié Mesures et passages. Une approche énonciative de la poésie de Philippe Jaccottet (Honoré Champion, 2002) et, avec André Bellatorre, Le Printemps du temps. Poétiques croisées de Francis Ponge et Philippe Jaccottet (Publications de l’Université de Provence, 2008). Elle a édité des actes de colloques sur Louis Aragon, André Salmon, Jean Malrieu, et écrit de nombreux articles sur la production / interprétation de la poésie contemporaine fondés sur l’analyse de poèmes des xxe et xxie siècles (notamment des recueils de Pierre Reverdy, Saint-John Perse, Lorand Gaspar, Jacques Roubaud, Jean Tortel, Antoine Émaz, James Sacré). Elle travaille également sur les discours politiques et médiatiques au sein de la revue Mots. Les langages du politique et dans d’autres projets collectifs.

20Henning Nølke est professeur de linguistique française et générale à l’Université d’Århus, au Danemark. Ses recherches portent principalement sur le marquage proprement linguistique du sens. Il a développé une approche modulaire et, dans ce cadre, il s’est notamment occupé de prosodie, de syntaxe, de sémantique, de pragmatique et de linguistique textuelle. Il travaille notamment sur la focalisation et sur la polyphonie, mais aussi sur des faits empiriques comme les adverbiaux, les connecteurs, la négation et l’ordre des mots. En français, il est l’auteur de Le Regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives (2 vol., Kimé, 1993 et 2001) ; Linguistique modulaire : de la forme au sens (Peeters, 1994). Il a également codirigé Approches modulaires en linguistique : de la phrase au discours avec Jean-Michel Adam (Delachaux et Niestlé, 1999), Macro-syntaxe et macro-sémantique avec Hanne Leth Andersen (Peter Lang, 2002), ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique avec Kjersti Fløttum et Coco Norén (Kimé, 2004), Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques avec Jacques Bres, Patrick Pierre Haillet, Sylvie Mellet et Laurence Rosier (De Boeck-Duculot, 2005).

21Luis Passeggi est professeur titulaire de linguistique à l’Université fédérale du Rio Grande do Norte au Brésil. Son enseignement et sa recherche se développent dans le cadre du Programa de Pós-Graduação em Estudos da Linguagem (axe « Études linguistiques du texte »). Ses domaines de recherche couvrent la linguistique textuelle et la sémantique cognitive. Ses projets actuels portent sur la sémantique et le fonctionnement textuel des expressions (semi-)figées du portugais brésilien contemporain (collocations, locutions, expressions idiomatiques, phrases sans texte, dans différents univers de discours), les représentations discursives construites dans des textes politiques, juridiques, journalistiques, autobiographiques, les méthodologies linguistiques d’analyse de textes et leur utilité pour différents domaines des sciences humaines.

22Sabine Pétillon est chargée de recherche au CNRS (MoDyCo, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et spécialiste de la ponctuation et du texte (littéraire ou non). Elle a notamment écrit sur la parenthèse et le tiret double (Les Détours de la langue. Étude sur la parenthèse et le tiret double, Peeters, 2002). Elle travaille actuellement en psychologie cognitive sur le coût cognitif du point qu’elle appelle « intempestif », ainsi que sur les dysfonctionnements de l’usage de la ponctuation dans les mémoires d’étudiants.

23André Petitjean est professeur émérite en sciences du langage, membre du Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine. Spécialiste de linguistique textuelle et de didactique du français, il s’intéresse tout particulièrement au théâtre. Ses derniers ouvrages parus sont Études linguistiques des didascalies (Lambert-Lucas, 2012) et, avec Jean-Paul Dufiet, Approches linguistiques des textes dramatiques (Classiques Garnier, 2013).

24Gilles Philippe est professeur de linguistique française à l’Université de Lausanne. Ses travaux portent sur les imaginaires langagiers et les pratiques stylistiques aux xixe et xxe siècles. Il est notamment l’auteur de Le Français, dernière des langues. Histoire d’un procès littéraire (Presses universitaires de France, 2010) et Le Rêve du style parfait (Presses universitaires de France, 2013). Avec Julien Piat, il a dirigé La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon (Fayard, 2009). Il est par ailleurs un collaborateur régulier de la « Bibliothèque de la Pléiade » (Gallimard) pour laquelle il a édité divers textes de Georges Bataille, Albert Camus, Marguerite Duras et Jean-Paul Sartre.

25Alain Rabatel est professeur de sciences du langage à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Spécialiste de l’énonciation, il a publié cinq ouvrages consacrés au point de vue et aux liens entre effacement énonciatif et argumentation indirecte (Une histoire du point de vue, Celted / Klincksieck, 1997 ; La Construction textuelle du point de vue, Delachaux et Niestlé, 1998 ; Argumenter en racontant, De Boeck-Duculot, 2004 ; Homo Narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, 2 vol., Lambert-Lucas, 2008). Il a également publié de nombreux articles sur les discours médiatiques, autour des questions de responsabilité et de prise en charge énonciative, dégageant ainsi diverses postures de co-, sur- et sous-énonciation, à la charnière des problématiques cognitives, énonciatives et interactionnelles.

26Françoise Revaz est professeure de linguistique française à l’Université de Fribourg en Suisse. Spécialiste de narratologie, elle est l’auteure de plusieurs ouvrages de linguistique textuelle consacrés au récit, au récit minimal et aux modes de représentation de l’action dans divers genres de texte. Elle a publié L’Analyse des récits avec Jean-Michel Adam (Éditions du Seuil, 1996), Les Textes d’action (Klincksieck, 1997), et Introduction à la narratologie. Action et narration (De Boeck-Duculot, 2009). Elle a dirigé plusieurs publications collectives sur ces thèmes, dont le numéro « La temporalité du récit : fictions, médias et histoire » de la revue A contrario (no 13, 2010), avec Stéphanie Pahud et Raphaël Baroni, et Le Récit minimal (avec Sanbrinelle Bedrane et Michel Viegnes (Presses Sorbonne nouvelle, 2012). Ses travaux portent prioritairement sur les théories de l’action, les degrés de narrativité et les modes de production narratifs de type feuilleton dans la presse écrite, la littérature et la bande dessinée.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540