Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

I. La lettre au rédacteur

Diffusion du courrier des lecteurs dans la presse régionale française : l’exemple des « affiches »1

Elizabeth Andrews Bond
Traduction de Samuel Baudry

Texte intégral

  • 1  Article traduit de l’anglais par Samuel Baudry.
  • 2  Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France avec une introduction histor (...)
  • 3  Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, disponible en l (...)

1La presse du xviiie siècle est un objet déjà bien étudié. Depuis l’œuvre fondatrice d’Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, jusqu’aux travaux collectifs de Claude Bellanger et al., Histoire générale de la presse, la plupart des études portant sur la presse d’Ancien Régime ont été conçues comme des collections de biographies distinctes qui présentent le contenu, l’histoire de la publication et les contributeurs des journaux les uns après les autres2. Plus récemment, Jean Sgard et son équipe ont publié des dictionnaires très complets de la presse et des journalistes d’Ancien Régime ; Gilles Feyel a, quant à lui, publié un ouvrage équivalent pour la période révolutionnaire (en province)3. L’exhaustivité et la précision de ces travaux ont permis de répertorier, de localiser et de résumer les contenus de tous les journaux publiés au xviiie siècle. De tels ouvrages sont d’une importance capitale pour l’historien qui s’intéresse à tel ou tel journal publié sous l’Ancien Régime.

  • 4  Jean Sgard, « La multiplication des périodiques », dans Roger Chartier & Henri-Jean Martin (dir.), (...)
  • 5  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002 ; G (...)
  • 6  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, Londres & New York, Routledge, 1994  (...)
  • 7  Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres & New York, Routledge, 1988.
  • 8  Pierre Rétat, La Révolution du journal : 1788-1794, Paris, Éditions du CNRS, 1989 ; Claude Labross (...)
  • 9  Will Slauter, « The Paragraph as Information Technology », Annales HSS, vol. 67, nº 2, 2012.

2Cependant, ce n’est que récemment que sont apparues des études plus synthétiques sur la presse. Ce genre d’approche est très important car on sait que la presse d’Ancien Régime a joué un rôle aussi significatif que le marché du livre dans les transformations culturelles de la France des Lumières4. En France, Marc Martin, Gilles Feyel et Jean Sgard ont adopté cette approche plus synthétique dans leur étude de la presse provinciale5. Aux États-Unis, des historiens comme Jack Censer et Jeremy Popkin se sont engagés dans cette voie6. Hugh Gough a adopté des méthodes similaires dans sa vaste synthèse de la presse révolutionnaire en France7. Par ailleurs, l’influence de Claude Labrosse et Pierre Rétat sur l’historiographie de la presse, à travers leur étude des structures, des thèmes et de la rhétorique des journaux d’Ancien Régime, est déterminante8. Parmi les travaux récents d’historiens sur la presse, les recherches de Will Slauter sur le transfert d’information entre gazettes par l’intermédiaire du « paragraphe mobile » affinent notre compréhension de la presse d’Ancien Régime et suggèrent de nouveaux questionnements sur les modes de circulation de l’information en France à l’époque des Lumières9.

3Malgré cette riche historiographie, une des composantes les plus importantes des journaux a reçu trop peu d’attention : les lettres au rédacteur. Ces lettres étaient un élément clef des journaux, car elles permettaient aux lecteurs de dialoguer entre eux et avec les rédacteurs. En effet, ces lettres permettent de mesurer assez précisément quelles idées circulaient entre les lecteurs. Ainsi, à partir des lettres envoyées aux rédacteurs, cet article tente de comprendre et d’exposer les pensées d’hommes et de femmes du xviiie siècle appartenant à toutes sortes de professions et de classes sociales. Pour ce faire, ces journaux que l’on appelle « affiches » (des journaux provinciaux publiés dans les années 1770 et 1780) nous offrent une ressource de choix, car les lettres au rédacteur représentent une part importante de leur contenu. En donnant leurs avis sur toutes sortes de sujets, les auteurs de cette vaste correspondance publiée nous révèlent leurs motivations concrètes et leur propre perception des Lumières.

Les « affiches »

  • 10  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 24.
  • 11  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », Revue historiqu (...)
  • 12  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 28.
  • 13Ibid., p. 29.
  • 14  Colin Jones, « The Great Chain of Buying: Medical Advertisement, the Bourgeois Public Sphere, and (...)

4Pour comprendre le rôle que jouent ces lettres dans les « affiches », il nous faut d’abord examiner ce type de publication. Elles comportaient quatre pages et leur fréquence était hebdomadaire ou bihebdomadaire (parfois trihebdomadaire). Elles étaient distribuées par la poste et coûtaient 6 livres dans la ville où elles étaient imprimées et de 7 à 10 livres dans le reste du royaume10. Le contenu, disposé sur deux colonnes, était presque toujours présenté selon le même modèle : « annonces diverses (biens à vendre ou à louer, offres ou demandes de services), publicités commerciales, conservation des hypothèques, cours des marchés11 ». La publicité ne pouvait porter sur des biens manufacturés, « car les corporations s’y opposent, la considérant comme une concurrence déloyale. Les livres dont la mention peut profiter à tous les libraires sont à peu près la seule exception12 ».Ces journaux proposaient également des services, tels que des cours pour les enfants, des annonces de personnel domestique et des avis de passage d’artisans ou de médecins itinérants – en particulier oculistes et dentistes13. Toutes ces annonces étaient payantes et le tarif allait de 6 sols pour un ouvrier à la recherche d’un travail, à 1 livre pour la vente ou la location d’un bâtiment ; les abonnés étaient parfois autorisés à placer leurs annonces gratuitement. Ces journaux étaient donc destinés à des consommateurs plutôt qu’à un groupe social précis. Comme l’explique Colin Jones, les « affiches » « présupposaient l’existence d’un sujet économique unique, et se fondaient sur une hiérarchie qui dépendait des richesses et du bon goût, plutôt que sur celle qui dépendait de la naissance ou des privilèges ». En effet, « s’abonner à des “affiches” voulait dire acheter un droit d’entrée dans la société de consommation et non un statut dans une corporation14 ».

  • 15  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 201.
  • 16  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 27.
  • 17  « Prospectus », Affiches du Mans, 1771, p. 1.
  • 18  « Prospectus », Affiches de Dijon, 1776, p. 2.

5Afin de guider leurs lecteurs, les rédacteurs avaient pour habitude d’imprimer, au début de chaque nouvelle publication, un prospectus expliquant les buts qu’ils se fixaient en publiant leurs « affiches », le type de contenu à attendre. Ces prospectus permettaient à la fois de faire la publicité du journal et de solliciter les contributions des lecteurs. Eugène Hatin est sans doute le premier des historiens de la presse à avoir étudié les prospectus. Ses descriptions des journaux du xviiie siècle s’appuient d’ailleurs presque uniquement sur ces sources plutôt que sur les journaux eux-mêmes. Jack Censer conclut de leur étude que les prospectus se caractérisent par la nécessité de prendre en compte le public auquel le journal se destine. Les Affiches de Normandie, par exemple, insistent sur leur volonté d’instruire leurs lecteurs dans toutes sortes de domaines, et demandent à ceux-ci d’envoyer des lettres afin d’alimenter le contenu du journal15. À Poitiers, le rédacteur des Affiches formule le même désir de proposer tous les genres d’écrits que le public souhaiterait lire16. Mais il ne s’agit pas seulement de définir le contenu à venir ; présenter ainsi le journal est également une manière de caractériser son lectorat et de mettre en avant son utilité et son efficacité en tant que moyen de communication : « Ces annonces comprendront généralement tout ce qui peut être susceptible d’utilité publique, et chacun de tous les États en général, soit de la Ville, soit du dehors, pourront y faire insérer tout ce qu’ils jugeront à propos17. » Certains journaux utilisent quant à eux leur prospectus pour définir les contributions qu’ils imprimeront et celles qu’ils refuseront. Le rédacteur des Affiches de Bourgogne, par exemple, précise : « Nous recevrons & nous insérerons dans nos Feuilles, toutes les lettres qu’on voudra bien nous adresser sur ces matières ou sur d’autres, pourvu qu’elles ne soient point anonymes, & qu’elles ne puissent blesser ni la Religion, ni les Mœurs, ni l’État, ni aucun Particulier : c’est promettre assez, que nous nous abstiendrons nous-mêmes de toutes personnalités18. » Dans la crainte de perdre leur privilège et de ne plus pouvoir imprimer d’« affiches » dans leur ville, quelques rédacteurs annoncent clairement qu’ils n’hésiteront pas à censurer ce qu’on leur envoie. En général, les prospectus déterminent plutôt au préalable les objectifs des rédacteurs et définissent expressément le type de lettres que les lecteurs peuvent envoyer au rédacteur s’ils veulent être publiés.

  • 19  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 3 (...)
  • 20  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 12.

6Notre étude des « affiches » débute en 1770 et couvre les vingt années qui suivent, période durant laquelle la popularité de ces journaux progresse à travers toute la France. Nous commençons en 1770, car c’est durant la décennie suivante qu’elles se développent le plus visiblement. Avant 1770, des privilèges avaient été accordés aux trois principaux périodiques parisiens – la Gazette de France, le Journal des savants et le Mercure de France – qui leur garantissaient un monopole sur leurs contenus, ce qui, en pratique, décourageait radicalement la publication de journaux en province. Les éphémères journaux provinciaux qui se permettaient de traiter de sujets théoriquement réservés aux journaux parisiens ne survivaient que quelques numéros avant de disparaître19. Si bien que, même si on voit arriver les premières « affiches » provinciales dès les années 1750, très peu de villes étaient assez importantes pour justifier la publication de tels journaux. Ainsi, en 1765, seules huit « affiches » étaient publiées ; en 1770, ce nombre a doublé20.

  • 21  Comme le fait remarquer Feyel, suite à cet édit, les Affiches publiées à Sens et Auxerre se conten (...)
  • 22Ibid.

7Cette croissance peut être expliquée par des facteurs économiques, démocratiques et, surtout, administratifs. En 1771, les « affiches » se virent confier une nouvelle fonction : un édit de juin 1771 ordonna que, dans chaque bailliage, toute vente à crédit fût contrôlée par un « conservateur des hypothèques » et les « affiches » devinrent le lieu où ces transactions étaient publiées21. Cette obligation légale a ainsi fourni à ces journaux une raison d’être, même si, progressivement, ils diversifièrent leur contenu pour s’adapter aux besoins et aux intérêts de la généralité où ils étaient imprimés22. Conséquence de cet édit : en 1788, quarante « affiches » sont publiées en France.

  • 23  « Le nombre moyen des Affiches est de 1,37 par généralité. Dans trois régions, ce nombre moyen est (...)
  • 24  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 24.
  • 25  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 3 (...)
  • 26Ibid., p. 363.

8Dans les années 1770 et 1780, ces journaux sont imprimés dans toutes les régions de France, même si le Nord, l’Ouest et le Sud-Est du pays sont légèrement surreprésentés par rapport à l’Est, au Centre et au Sud-Ouest. Les « affiches » sont au départ publiées dans les grandes villes à la périphérie du royaume (Rouen, Nantes, Bordeaux, Marseille, Lyon, Strasbourg, Colmar et Metz), et dans la vallée de la Loire (Orléans et Tours)23. Les historiens de la presse ont toujours été frappés par la divergence entre cette distribution de la presse régionale et la nette concentration des adultes alphabétisés au nord d’une ligne qui allait de Saint-Malo à Genève24. Alors qu’on s’attendrait à trouver plus de publications au nord de cette ligne, on constate que la répartition des « affiches » en France est relativement homogène. L’étude assez poussée que Gilles Feyel a menée sur les « affiches » au xviiie siècle a démontré le lien direct entre celles-ci et la taille des centres urbains25. On trouve des « affiches » dans les deux tiers des cinquante villes les plus peuplées, contre 5 % des villes de 5 000 à 8 000 habitants. Ce modèle général connaît des exceptions : quelques grandes villes ne se dotent d’« affiches » qu’à la fin des années 1780, certaines n’en eurent jamais26. On ne peut donc expliquer le développement des « affiches » dans les dernières décennies de l’Ancien Régime par la seule démographie urbaine.

  • 27Ibid., p. 366.
  • 28  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 25.

9Puisque ni la concentration de la population ni le taux d’alphabétisation n’explique la localisation des « affiches », les historiens se sont tournés vers les institutions. Les villes où l’on publie des « affiches » sont, pour 64 % d’entre elles, des capitales de généralité ou le siège d’une cour souveraine, et dans plus de 70 % d’entre elles, on trouve une chambre de commerce ou un consulat marchand27. Pour Marc Martin, là non plus, la corrélation n’est pas évidente et la présence d’une institution administrative ne se traduit pas nécessairement par la création d’« affiches » ; pour la simple raison que « le monde de la robe s’intéresse plus à la Gazette qu’à ces publications28 ». Les statistiques de Feyel confirment ce constat. Ce dernier conclut que, finalement, les villes où l’on trouve des « affiches » sont également celles où

  • 29  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 3 (...)

la noblesse et une bourgeoisie de rentiers, souvent fort aisées, donnent partout le ton à la vie de la cité. Partout aussi [où] maîtres et compagnons, petits commerçants et artisans travaillent à satisfaire les besoins des élites locales29.

  • 30  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 17-18 ; Marc Martin, La Presse régionale (...)

10Les historiens des « affiches » concluent tous que, plus que la démographie ou les instituions administratives, c’est la présence d’une économie dynamique et d’une bourgeoisie puissante qui permet aux « affiches » de s’implanter30.

  • 31  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 18 ; Jack R. Censer, The French Press in (...)
  • 32  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 12.
  • 33  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 18.
  • 34  Jack Censer estime à quelques centaines le nombre d’abonnés à chaque Affiche (Jack R. Censer, The (...)

11Ces « affiches » méritent qu’on s’y intéresse, car c’est par elles que les lecteurs provinciaux ont découvert la presse d’information. Nous possédons peu de données pour évaluer le nombre de copies qui circulaient et les chiffres avancés peuvent varier radicalement. En l’absence de listes complètes des abonnés, les historiens ne peuvent que proposer des estimations probables qui, pour chaque titre, vont de 200 à 750 exemplaires31. D’autre part, nous savons que chaque copie était lue par plusieurs lecteurs, en particulier dans des lieux publics comme les cabinets de lecture ou les cafés. Nous savons également que les familles, les amis et les collègues partageaient leurs copies. De plus, Jack Censer émet l’hypothèse que, comme leur nom même semble le suggérer, les « affiches » étaient sans doute affichées publiquement afin que chacun puisse les consulter librement32. Si l’on considère tous ces facteurs, le nombre total de lecteurs des « affiches » provinciales se situe sans doute entre 50 000 et 200 00033. Si l’on compare ces chiffres au nombre total de lecteurs de journaux en France, entre 240 000 et 360 000, on comprend que les lecteurs d’« affiches » représentent une part essentielle de ce lectorat34.

12Les lettres de lecteurs publiées dans les « affiches » permettent à l’historien de comprendre comment ces lecteurs accueillaient et interprétaient les informations auxquelles ils avaient accès (éventuellement de manière payante). Nous pouvons, grâce à elles, entendre les opinions de nombreux lecteurs sur toutes sortes de questions. Il nous faut cependant d’emblée mettre en garde : l’étude de ces journaux ne contribue pas à une meilleure compréhension de la politisation de la France de l’Ancien Régime. D’abord parce que les « affiches » n’étaient pas lues pour les nouvelles qu’elles contenaient : leur rythme de publication hebdomadaire avait pour conséquence que les informations qui s’y trouvaient étaient souvent périmées lorsqu’elles étaient lues ; pour se tenir au courant des événements contemporains, mieux valait continuer à faire confiance aux comptes rendus verbaux. En outre, les « affiches » n’étaient pas autorisées à publier d’informations de nature politique (les gazettes avaient conservé ce monopole). Pour ces raisons, les « affiches » proposaient des informations qui restaient utiles pour quelques semaines ou quelques mois, c’est-à-dire :

  • 35  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 32.

des articles d’intérêt général, en particulier sur l’agriculture, les grandes maladies du temps, les expériences les plus curieuses, comme la vaccination contre la petite vérole ou les envols des premières montgolfières, sujets alors fort prisés. L’esprit des Lumières, qui se retrouve parfois dans des comptes rendus de livres, n’est pas toujours ouvertement affirmé : dans certaines feuilles, comme les Affiches de l’Orléanais, on peut le saisir entre les lignes ; dans d’autres, ce n’est qu’une concession superficielle aux idées à la mode35.

  • 36  Jack R. Censer & Jeremy D. Popkin (dir.), Press and Politics in Pre-Revolutionary France, op. cit. (...)
  • 37Ibid., p. 85.

13Comme le suggère ici Martin, et d’autres historiens s’y sont eux aussi essayés, on peut, en dépit de la censure, chercher à « lire entre les lignes » et essayer de reconstituer le point de vue politique de ces journaux. Pour y parvenir, Censer a tenté de répertorier et de cataloguer tous les sous-entendus politiques. Il conclut de ses recherches que la tonalité de ces journaux est clairement conservatrice, en particulier lorsqu’ils abordent la question des pauvres, celle des femmes ou de l’érudition. Il repère cependant un certain nombre de critiques à l’égard de la noblesse, des droits seigneuriaux et de la cour royale36. Selon lui, les lecteurs éduqués comprenaient sans doute que les « affiches » étaient plutôt hostiles aux us et mœurs de l’Ancien Régime, et notamment ceux de la cour. De plus, en se fondant sur l’étude des publicités publiées sur une période de trente années, il constate que ces publications avaient très nettement tendance à défendre et encourager le commerce, et, donc, à critiquer implicitement le système économique immobiliste de l’Ancien Régime37. Toutes ces recherches tendent à prouver que si l’on cherche à localiser les prémices d’une doctrine libérale dans les journaux, c’est dans ces comptes rendus de transactions commerciales qu’on la trouvera.

14Il faut toutefois admettre que, toute remarque critique à l’encontre de l’Église ou de l’État étant autocensurée, la politisation des « affiches » reste très marginale et peu éclairante. Les lettres publiées à l’attention du « rédacteur » ou de l’« auteur » du journal, dont regorgent ces « affiches », en revanche, nous instruisent sur les opinions des hommes et des femmes cultivés à propos des arts, des lois, des sciences, de la technologie, de l’agriculture, de la protection sociale ou du commerce. Dans la plupart des cas, comme nous le verrons, ces lettres font référence à un article publié précédemment et critiquent, confirment ou questionnent celui-ci.

Le rôle du lecteur : dialogue ou jugement

  • 38  Jack Censer propose une typologie de ces lecteurs, qui va du consommateur naïf jusqu’au contribute (...)
  • 39  Jean-Baptiste-Théodore Baumès, cité dans Jeanne Chevalier Lavaure, Les Journaux à Nîmes à la fin d (...)
  • 40  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 19.

15Les lettres au rédacteur publiées dans les « affiches » instaurent un dialogue entre les lecteurs et les rédacteurs de ces journaux. Ces lecteurs, lorsqu’ils écrivent aux journaux, adoptent des rôles variés, parfois spectateurs passifs, parfois acteurs engagés38. L’identification de ces lecteurs est une tâche complexe, car, comme il a été dit plus haut, nous possédons peu de listes d’abonnés et, quoi qu’il en soit, ces listes ne nous renseignent pas sur les lecteurs secondaires de ces publications. De rares indices ont survécu : Jean-Baptiste-Théodore Baumès, un médecin, avait pour habitude de retrouver un groupe d’amis pour lire et commenter les Affiches de sa ville, Nîmes. Ce groupe était constitué de jeunes magistrats, de médecins et de marchands39. Baumès, dans ses mémoires, écrit que les lecteurs de ces « affiches » étaient en général des commerçants, et qu’ils appartenaient aux classes moyennes. Il n’en demeure pas moins que les « affiches » étaient également lues par des classes supérieures et inférieures. L’analyse que Jones a conduite sur les annonces publicitaires a révélé que leur cible principale était les artisans, les boutiquiers et les domestiques – ces derniers avaient donc accès aux journaux. Quant aux articles portant sur l’héraldique, la généalogie et la mode, ils suggèrent que la noblesse était également consommatrice de ces « affiches »40.

16Notre analyse des lettres écrites aux rédacteurs confirme ces tendances : lectorat appartenant, pour une grande partie, aux professions libérales et intérêt très marqué pour les questions commerciales et économiques. Cette analyse repose sur l’étude de plus de 3 500 lettres publiées dans le premier quotidien parisien, Le Journal de Paris et dans les « affiches » provinciales d’Orléans, Toulouse, Metz, Grenoble, Rouen, Troyes, Caen, Dijon, Compiègne, Angers, et Poitiers. Environ la moitié des lettres publiées sont signées, et près de 60 % de ces signatures indiquent la profession du signataire : c’est-à-dire, au total, environ 1 300 de ces 3 500 lettres. Ces références à une profession nous permettent de dessiner une prosopographie du lectorat des périodiques durant les deux dernières décennies de l’Ancien Régime.

  • 41Les Affiches du Dauphiné, 23 novembre 1787, p. 131.
  • 42Le Journal de Paris, 9 mars 1788, p. 305.
  • 43  Julia V. Douthwaite, The Frankenstein of 1790 and Other Lost Chapters from Revolutionary France, C (...)

17La majorité de ces contributeurs (70 %) se décrivent comme agents de l’État (intendants, maires, lieutenants généraux du bailliage royal, garde des Sceaux de la chancellerie des hypothèques, ou encore receveurs), comme ecclésiastiques, comme correspondants de l’académie régionale, comme magistrats, ou encore comme nobles. Ceci n’est aucunement surprenant : les centres d’intérêt de ces groupes sociaux sont précisément ceux dont traitent les « affiches ». Cependant, ils ne sont pas les seuls à adresser des lettres à ces journaux. On y trouve des contributions, certes moins nombreuses, envoyées par des hommes ou des femmes appartenant aux classes sociales inférieures : employés agricoles, artisans, domestiques, maîtres de pension, ou même manœuvres. Dans la plupart des cas, ces lettres étaient liées à la profession exercée par leur auteur. Parmi les signatures des dix-sept lettres envoyées par des artisans, on trouve des horlogers, des serruriers, un tanneur et un boucher. Certaines sont écrites par des collectifs professionnels, tels « Les Gardes & Adjoints en Charge du Corps des Marchands-Fabricants d’Étoffe & de Gazes, Tissutiers, Rubaniers Boutonniers, Passementiers, & Brodeurs41 » ou la « Caisse philanthropique en faveur des Ouvriers de la Fabrique de Lyons42 ». On trouve treize lettres écrites par différentes personnes travaillant dans le secteur des services. Les spécialistes du Journal de Paris ont noté que les lecteurs de ce journal étaient souvent issus des classes ouvrières, en particulier des domestiques43. Ces lettres nous renseignent sur les centres d’intérêt sociaux et économiques des classes populaires urbaines. Mais les lecteurs ruraux envoyaient également leurs contributions : receveurs de la terre, laboureurs, fermiers, cultivateurs et un vigneron  on trouve vingt lettres dont le signataire est lié au monde agricole. Certes, les classes populaires, urbaines ou rurales, ne représentent qu’une minorité des voix qui s’expriment dans les pages des « affiches » au xviiie siècle, mais elles contribuent à la diversité sociale et économique de ce forum que constituent les lettres au rédacteur.

  • 44  Voir par exemple Dena Goodman, Becoming a Woman in the Age of Letters, Ithaca, Cornell University (...)
  • 45Les Affiches du Dauphiné, 1er juin 1787, p. 18 ; Le Journal de Paris, 7 juillet 1777, p. 3-4.
  • 46  Sarah Goudar, « Aux Auteurs du Journal », Le Journal de Paris, 10 mars 1782, p. 274.
  • 47Les Affiches de Toulouse, 25 avril 1787, p. 67 ; Le Journal du Poitou, 13 mars 1783, p. 41 ; Le Jo (...)
  • 48Le Journal de Paris, 10 août 1777, p. 397 ; Le Journal de Paris, 8 avril 1781, p. 281 ; Le Journal (...)

18De nombreuses femmes, venues d’horizons sociaux variés, échangent également leurs opinions dans les pages des journaux locaux ; les ressources immenses de l’art épistolaire leur permettent de prendre part aux débats et discussions de la sphère publique44. On dénombre au moins soixante-deux lettres dont l’auteur se présente comme une femme, soit par sa signature, soit par le contenu de sa lettre. Dans la plupart des cas, la véritable identité de l’auteur reste mystérieuse, les rares exceptions étant des femmes appartenant à l’élite, comme, par exemple, la comtesse de Bussy ou l’abbesse de Beaurepaire45. Certaines de ces contributrices sont également des auteures publiées et identifiables (Sarah Goudar, par exemple, une Anglaise qui résidait au Palais-Royal dans les années 1780), mais la plupart d’entre elles demandaient aux rédacteurs de taire leur identité46. Très souvent, elles préfèrent se décrire comme épouse ou mère, ce qui garantit la valeur de leur parole auprès des autres lecteurs et témoigne de leur vertu et de leur modestie toutes bourgeoises. Pour les mêmes raisons, les femmes signalent généralement leur statut social en indiquant la profession de leur mari : « épouse de M. Duval, Maitre en Chirurgie de Paris » ou bien « la Femme d’un Chasseur »47. Certaines signataires exercent cependant une profession : une couturière, une aubergiste et une libraire se désignent ainsi48. Ces femmes qui écrivirent aux « affiches » témoignent de la fonction de « forum » du journal : celui-ci était un lieu d’échange où il était possible pour elles de se cultiver et d’échanger leurs opinions.

  • 49  Sur l’identité fictionnelle des auteurs des lettres, voir le chapitre de Samuel Baudry sur la nais (...)

19Les manuscrits de ces lettres ont disparu – il ne nous est donc pas possible de savoir avec certitude si leurs signataires ont réellement existé ou s’il s’agit de personnages fictionnels, de personae. Néanmoins, la grande variété de lettres (différentes à la fois par leur contenu et par leur style) laisse supposer une grande variété de contributeurs. Quoi qu’il en soit, l’identification formelle des auteurs de ces lettres, ou son impossibilité, ne changent en rien le rôle que jouent ces signatures : elles proclament quel est le lectorat visé par les rédacteurs et elles façonnent l’image que les lecteurs ont d’eux-mêmes49.

  • 50  Paul Benhamou, « Essai d’inventaire des instruments de lecture publique des gazettes », dans Henri (...)
  • 51  Kathryn Shevelow, Women and Print Culture: The Construction of Femininity in the Early Periodical, (...)
  • 52  Roxana Fialcofschi, Le « Journal de Paris » et les arts visuels, 1777-1788, op. cit., p. 365.

20Ce public divers qui écrit aux journaux, en dialoguant avec eux, joue un rôle actif dans leur évolution. Les lettres répondent à des articles, critiquent des lettres déjà publiées, ou posent des questions aux rédacteurs et aux autres lecteurs. Dans une certaine mesure, les journaux étaient construits autour de cet échange. Dans son étude des périodiques de l’époque, Paul Benhamou souligne l’importance de leur structure, de leur mise en page pour leur réception auprès des lecteurs. Les journaux, en alternant contributions de lecteurs et articles, prennent en compte la présence du public, se donnent la forme d’un dialogue entre eux et les lecteurs, ainsi qu’entre les lecteurs eux-mêmes50. Ces contributions, qui traitent tout autant de problèmes privés que de questions publiques, remettent en question la distinction entre correspondance privée et débat public. Cet effet est intentionnel de la part des rédacteurs, qui, en faisant un tel usage des correspondances privées et du style familier qu’elles impliquent, voulaient créer chez leurs lecteurs un sentiment « d’“intimité” publique », une impression d’être engagé dans un dialogue avec le journal51. En faisant de ces publications un espace ouvert et réactif, en proposant des commentaires aux lettres envoyées par des lecteurs, les rédacteurs des « affiches » montrent que les lecteurs déterminent, en partie tout du moins, le contenu du journal. De plus, comme les journaux sollicitent directement et explicitement tous les lecteurs volontaires, les contributions qu’ils reçoivent proviennent de toutes les couches de la société. Pour Roxana Fialcofschi, cette pluralité, cette variété d’interactions et de voix est constitutive de certains journaux : « Le courrier des lecteurs n’est pas qu’un simple moyen journalistique de présentation de l’information, il est l’âme même de la feuille52 ». Aux informations objectives du journal se superpose

  • 53Ibid.

la voix du courrier des lecteurs, de cette « correspondance familière entre les citoyens d’une même ville », multiple et contradictoire, traversée par les émotions de toutes sortes et source d’une information subjective, biaisée par les états d’âme des lecteurs53.

Cette juxtaposition de voix est une cacophonie contradictoire, luxuriante et imprévisible, que les lecteurs peuvent explorer et synthétiser par eux-mêmes.

  • 54  Pour une étude des dialogues entre lecteurs, voir le chapitre de Samuel Baudry.
  • 55Affiches de Troyes, 22 janvier 1783, p. 14-15.

21Cette idée de dialogue est d’ailleurs explicitement reprise par les épistoliers54. Dans une lettre au rédacteur publiée à Troyes, et qui encourage la plantation d’arbres afin de reboiser la Champagne, l’auteur de la lettre s’inscrit clairement dans un processus dialogique : « je vais proposer ceux [les moyens] qui se sont présentés à mes réflexions ; je désire que d’autres plus éclairés redressent mes idées & en produisent de mieux vues, afin que tous concourent au bien général55. » L’auteur demande que d’autres proposent leurs idées et évaluent les siennes. Il sous-entend ainsi que c’est par le dialogue que l’on peut améliorer les idées, et que c’est par le consensus que l’on fait progresser la société.

  • 56  Clare Brant, « The Tribunal of the Public: Eighteenth-Century Letters and the Politics of Vindicat (...)

22Les lecteurs des « affiches » considéraient donc qu’ils entretenaient un dialogue avec le journal, mais ils n’hésitaient pas non plus à se faire les critiques de son contenu. Dans son étude des lettres aux rédacteurs en Angleterre au xviiie siècle, Clare Brant montre que leurs auteurs s’adressent volontiers aux autres lecteurs pour leur faire part de leur frustration à la suite d’une décision de justice, ou dans leurs relations avec diverses institutions. Lorsque les dépositaires de l’autorité ne s’intéressent pas à eux, les lecteurs se tournent vers les journaux et font appel au jugement du « tribunal public56 ». En France, ces appels au jugement du public sont également courants : protestations contre des rumeurs infamantes, des attaques calomnieuses ou des attributions (de pamphlets, par exemple) erronées. Ces appels au public ne sont pas toujours focalisés sur les intérêts ou les soucis personnels des lecteurs, ils portent aussi sur des questions d’utilité plus générale, des expériences scientifiques, des techniques agricoles, des projets sociaux. Les contributions sont alors souvent introduites par un portrait du journal comme dépositaire du progrès social, comme lieu où sont débattues des idées novatrices ; on y rappelle également que c’est aux lecteurs qu’il appartient de juger de la vérité ou de l’utilité de ces idées.

23Cette notion de dialogue avec et entre les lecteurs ainsi que cet appel au jugement des lecteurs se retrouvent jusque dans la rhétorique des lettres. Convaincus que les « affiches » étaient le meilleur véhicule pour transmettre des informations utiles, les lecteurs leur écrivaient constamment. M. Gilles de la Tourette, « Maître en Chirurgie » et « Accoucheur Démonstrateur », inscrit sa lettre précisément dans ce cadre :

  • 57Affiches d’Aix, 26 décembre 1779, p. 411.

Persuadé, M., que dans vos Feuilles vous n’avez en vue que l’utilité publique, ainsi que celui qui a l’honneur de vous écrire, je m’empresse de vous faire part d’une cure dont la connaissance pourra être utile à ceux qui se trouvent attaqués de la même maladie57.

  • 58Affiches d’Aix, 4 juillet 1779, p. 211.
  • 59Affiches d’Angers, 18 octobre 1776, p. 167-168.

24Gilles de la Tourette sait que le meilleur moyen pour diffuser l’information utile qu’il détient est de la transmettre dans une lettre au journal local. M. Bezard, également « Maître en Chirurgie », déploie la même rhétorique pour demander aux rédacteurs de publier sa lettre qui porte sur une maladie courante. Bezard veut aller à l’essentiel ; il évite toute terminologie spécialisée, il cherche la brièveté : « Je me dispense de cette explication qui exigerait plus de détail que n’en permet une lettre destinée pour une Feuille, dont aux yeux du plus grand nombre le mérite principal doit être la variété, & pour laquelle je vois que vous ne manquez pas d’objets58. » Même sentiment d’urgence chez un troisième chirurgien, M. Coupelle, qui écrit sur l’allaitement ; son souhait est d’être utile et il refuse donc de s’embarrasser de périphrases, au risque de choquer les autres lecteurs : « je n’ai ni l’adresse de présenter au public celles [les observations] que j’ai ramassées, ni le loisir d’en ôter les épines. Mon but est d’être utile59 ». Cette urgence et cette volonté d’être efficace caractérisent bien les missives soumises au tribunal public : convaincus que leurs observations seront importantes pour la société, les lecteurs sont impatients de les présenter à leurs confrères. Ces trois exemples – trois chirurgiens provinciaux qui donnent des conseils médicaux – résument bien le rôle de disséminateur d’informations importantes que jouent les « affiches » auprès d’un public large et varié.

25Les médecins ne sont toutefois pas les seuls à vouloir transmettre ce genre d’informations. Les lettres au rédacteur qui prétendent être utiles portent sur toutes sortes de sujets. Un contributeur anonyme écrit dans les Affiches d’Amiens :

  • 60Affiches de Picardie, 26 février 1774, p. 39.

J’ai lu, Monsieur, dans les Affiches de Tours, des observations sur les cheminées : elles m’ont paru mériter quelqu’attention ; & je pense qu’il ne sera pas inutile à vos lecteurs d’en trouver l’extrait dans vos Feuilles. J’y ai joint quelques réflexions sur le même sujet. Il ne me convient pas de décider si elles méritent de voir le jour. Vous en jugerez vous-même60.

  • 61Affiches de Troyes, 28 mai 1783, p. 89.

26Même lorsqu’ils abordent les sujets les plus banals, les contributeurs justifient leurs contributions par un appel aux autres lecteurs. Ce que révèle ce contributeur anonyme, c’est qu’en dernière analyse, la valeur d’une lettre au rédacteur est déterminée par le public. En écrivant ces phrases, ce lecteur reprend une rhétorique standard : l’information utile est adressée aux autres lecteurs qui déterminent par eux-mêmes ses mérites sans se référer à une autorité extérieure. M. Simon, plongé dans une controverse autour des effets de l’eau médicinale, nous donne un exemple particulièrement parlant de cette volonté de faire du public un tribunal et de s’en remettre à son jugement. Il conclut sa lettre par ces mots : « Au reste, sub judice lis est. J’en attends l’événement avec la sécurité que donne l’amour de la vérité & le zèle du bien public61. » Les preuves ont été portées au juge : le public. L’auteur de cette lettre a confiance en l’honnêteté des lecteurs ; leur goût de la vérité et leur zèle ne peuvent que les conduire à adopter son point de vue. Puisque les autres lecteurs ont maintenant accès aux informations nécessaires, ils peuvent évaluer les allégations et résoudre les polémiques. Le public est donc à la fois spectateur et arbitre des controverses et des débats. Les auteurs de lettres font sans cesse appel aux autres lecteurs pour redresser des torts. M. Béguillet, par exemple, écrit aux Affiches de Bourgogne afin que celles-ci, en imprimant sa lettre, fassent savoir qu’une publication publiée en son nom l’a été sans son autorisation. M. Béguillet explique dans cette lettre qu’il s’est résolu à écrire au journal après avoir essayé, en vain, de faire réagir les autorités responsables : 

  • 62Affiches de Bourgogne, 30 avril 1776, p. 71.

J’attends de votre impartiale équité, que vous donnerez dans vos Feuilles, cette lettre telle qu’elle est, sans y rien changer. Vous me devez cette satisfaction ; vous vous la devez à vous même, pour l’erreur où vous vous êtes laissé entraîner vis-à-vis du Public62.

  • 63Supplément des Affiches de Picardie, 12 juin 1773, p. i.

27Ce forum sert également à mettre fin aux disputes entre lecteurs. En réponse à une lettre de M. Anselin publiée dans un numéro précédent, M. de Fourcroy écrit au directeur des Affiches de Picardie afin d’en discréditer l’auteur et ses amis : « si la cause, Monsieur, que M. Anselin a plaidée contre moi au tribunal du Public, était bonne, il faut convenir qu’il n’a pas été heureux, dans le choix de ses moyens, pour les faire valoir63 ».Ce débat dure déjà depuis plusieurs numéros et chaque camp a ses partisans. Le sujet de la controverse – les effets sur la santé des bains d’eau glacée – importe moins que la rhétorique ici déployée : c’est au public, aux autres lecteurs, qu’il revient de juger des torts et des mérites. Lorsqu’ils portent leurs querelles devant le tribunal du public, les auteurs de lettres acceptent qu’en fin de compte, ce soient les autres lecteurs qui jugent leurs arguments.

  • 64Affiches de Troyes, 18 juin 1783, p. 101-102.

28Le public n’est cependant pas toujours perçu et décrit comme un arbitre équitable. Regnault, jeune magistrat de la ville de Chaource, critique ce public qui rend, selon lui, des jugements capricieux et arbitraires : « Le Public, spectateur de ces querelles qui sont quelquefois aussi ridicules que déplacées, prononce souvent sans examen & condamne presque toujours l’innocent, avant même de l’avoir entendu dans sa défense64. » De telles attaques contre l’opinion publique sont néanmoins rares. La plupart des contributeurs semblent partager la conviction que les informations qu’ils partagent seront utiles aux autres lecteurs et que le forum qu’ils constituent est parfaitement capable de juger la valeur et la vérité des lettres échangées.

L’influence des rédacteurs

  • 65  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 3 (...)

29Les rédacteurs jouent un rôle actif dans la mise en place et le développement de ce forum. Ce rédacteur est parfois, lorsque le budget est serré, simplement l’imprimeur du journal65. Dans tous les cas, l’équipe de rédaction est réduite ; souvent, elle n’est constituée que d’une seule personne. Dans ce contexte, l’omniprésence des lettres au rédacteur pourrait également s’expliquer par la nécessité de remplir des pages par tous les moyens. Dans son étude des « affiches », Gilles Feyel suggère que ces journaux devaient leur survie commerciale à leur capacité à s’adresser aux professions libérales, à qui elles offraient un moyen d’expression unique. D’ailleurs, la plupart des rédacteurs appartenaient à ces professions et ils connaissaient donc bien le milieu social ainsi que les préoccupations de leur lectorat. C’est pourquoi les sujets abordés par les lettres publiées reflètent à la fois les centres d’intérêt des lecteurs et ceux que les rédacteurs mettaient en avant, dans les domaines artistique, littéraire et scientifique.

30À Poitiers et ailleurs, les rédacteurs des « affiches », dont les professions sont diverses, s’adressent à tous ceux qui partagent leur volonté d’améliorer la vie des habitants de la région et les encouragent à écrire au journal :

  • 66  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 3 (...)

À Poitiers, le rédacteur Jouyneau-Desloges sollicite avec insistance et publie les réflexions des « bons citoyens », « vrais patriotes » : des curés, des médecins, des petits robins campagnards, des châtelains soucieux d’améliorations culturales, voire de philanthropie. À Troyes, une Affiche est fondée par un chirurgien amateur de belles-lettres qui ne refuse pas la polémique, tout au contraire. À Montargis, le rédacteur demande la collaboration des curés, des magistrats, des médecins, chirurgiens et naturalistes, enfin des gens de lettres. Dans les Affiches de Chartres, les avocats, sollicités, donnent des consultations et n’hésitent pas à polémiquer avec les notaires sur des points de droit. On pourrait multiplier les exemples66.

31Nous avons pu déterminer la profession de tous les rédacteurs des journaux que j’ai étudiés. Voici comment elles se répartissent :

Tableau 1. Professions des rédacteurs

Profession Nombre de rédacteurs
Abbé 1
Chirurgien 1
Gens de lettres 2
Horloger 1
Imprimeur 7
Journaliste 1
Homme de loi 2
Professeur 2
Veuve 2
Total 20
  • 67  Jack R. Censer & Jeremy D. Popkin (dir.), Press and Politics in Pre-Revolutionary France, op. cit. (...)

32Le niveau d’éducation et le statut social des rédacteurs sont variés : certains sont même professeurs ou hommes de loi et ont donc reçu une éducation approfondie ; d’autres sont artisans (imprimeur ou horloger) ; à Troyes, le rédacteur était chirurgien ; deux de ces journaux, à Grenoble et Arras, étaient dirigés par des femmes. L’éditeur du Journal de Normandie est un ami de Diderot et d’Alembert et fréquente le salon de Madame Geoffrin ; Suard, un des rédacteurs du Journal de Paris, membre de l’Académie, est le beau-frère de Charles-Joseph Panckoucke. Les sept imprimeurs, également libraires, n’hésitent pas à vanter dans leurs journaux les mérites des livres qu’ils publient (ceux de Voltaire ou de Rousseau, par exemple)67. La variété des contenus des « affiches » traduit donc la variété des intérêts et des niveaux d’éducation de leurs rédacteurs. Le choix des sujets abordés, quoi qu’il en soit, était limité par les risques légaux et financiers que le rédacteur était prêt à courir : le risque de perdre son privilège poussait à éviter tout contenu qui fît controverse. Les rédacteurs dont la profession était imprimeur étaient tout particulièrement sensibles à ce risque, puisque la vente des « affiches » représentait une part importante de leurs revenus.

  • 68  William J. Murray, « Un philosophe en Révolution : Dominique-Joseph Garat et le Journal de Paris » (...)
  • 69  René Gérard, Un journal de province sous la Révolution : le « Journal de Marseille » de Ferréol Be (...)
  • 70  Christian Albertan, « Jean Milcent », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, 1600- (...)

33L’autocensure est donc un élément non négligeable de ces publications, et qui varie selon les titres. La Révolution va transformer ces modalités. Pendant les trois premières années de la Révolution, les rédacteurs du Journal de Paris suivent une ligne modérée, qui devient ensuite plus radicale68. Le rédacteur du Journal de Provence, Ferréol Beaugeard, accueille lui aussi la Révolution avec enthousiasme, même si avec les années, il se montre plus conservateur que le Journal de Paris69. En revanche, certains rédacteurs provinciaux éviteront soigneusement toute allusion à la politique pour se concentrer sur des sujets littéraires, artistiques, ou scientifiques. On trouve l’exemple d’une telle attitude dans le Journal de Normandie, édité par Jean Milcent, secrétaire de l’Opéra de Paris, et dont le journal se spécialise dans les arts plutôt que dans la politique70.

Les « affiches » et le commerce

  • 71  Pierre Rétat compare lui aussi la page d’un journal des années 1780 à une agora : Pierre Rétat, «  (...)

34Les choix éditoriaux des rédacteurs signalent un attrait pour tout ce qui touche au commerce. Non seulement les « affiches » publient des lettres dans lesquelles des lecteurs présentent de nouveaux produits, mais la structure même de ces journaux est inspirée des échanges commerciaux tels qu’on les observe sur une place de marché. Nicolas-Louis François de Neufchâteau, écrivain renommé et futur révolutionnaire, dans une description particulièrement éloquente du Journal de Paris, le présente comme une agora, un espace où le lecteur peut librement déambuler71 :

  • 72Le Journal de Paris, 23 février 1778, p. 213-216.

J’aime à me représenter votre Journal comme l’image fidèle de nos conversations rapides, où l’on effleure tout, sans disserter sur rien ; où les saillies frivoles croisent les discussions profondes ; où les nouvelles du quartier sont coupées par des réflexions philosophiques ; où des transitions imperceptibles lient les matières les plus disparates ; où les détails d’une coiffure à la mode succèdent à ceux de l’apparition d’une comète ; où l’on parcourt en un quart-heure le cercle des connaissances & des sottises humaines ; où l’imagination fait, en un clin d’œil, le tour du monde, & [...] le tour de l’homme ; où l’on juge tour à tour la grand dispute des Colonies Anglaises avec leur Métropole & la querelle de la Musique Italienne avec la Musique Françoise ; enfin où l’on passe & repasse en un moment, « des livres aux Bijoux, des Compas aux Pompons, &c. »72.

35Cette description suggère la vaste gamme de sujets abordés, du plus important au plus banal, du plus lointain au plus local. On découvre entre ces quatre pages assez brèves les dernières avancées des sciences, on y apprend le cours des conquêtes et des guerres, on y suit l’évolution des arts et du commerce. François de Neufchâteau conclut en rappelant que toutes sortes de marchandises y sont également proposées.

  • 73Affiches de Bourgogne, 21 décembre 1784, p. 30.
  • 74Affiches du Dauphiné, 8 octobre 1784, p. 102.
  • 75Affiches de Toulouse, 8 septembre 1784, p. 146-147 ; Affiches du Dauphiné, 18 juin 1784, p. 33-34.

36Cet auteur n’est pas le seul à considérer les « affiches » comme une place de marché. Des lecteurs écrivent pour proposer leurs ouvrages à la vente. De nombreuses lettres de lecteurs vantent les mérites de publications récentes. Par exemple, un contributeur anonyme des Affiches de Bourgogne écrit pour informer le public que, pour l’achat de la Collection des Œuvres de Bossuet, un ouvrage supplémentaire sera offert73. Parfois, l’auteur de la lettre présente ses propres publications, comme le fait Pierre-Antoine Augustin avec son Poëme Didactique74. On trouve également de nombreuses lettres qui signalent la parution de comptes rendus des débats entre le roi et les parlements, sujet qui intéresse de plus en plus de lecteurs au cours des années qui précèdent la Révolution75.

  • 76Affiches des Trois-Évêchés et Lorraine, 19 juin 1783, p. 194-195.
  • 77Affiches du Dauphiné, 23 janvier 1784, p. 159.
  • 78Affiches de Troyes, 19 mars 1783, p. 50.
  • 79Ibid.
  • 80Ibid.
  • 81Affiches du Dauphiné, 5 mars 1784, p. 185.

37De nombreuses inventions récentes sont également présentées dans ces journaux. Ainsi, dans ses lettres qui traitent de questions agricoles, un contributeur inclut systématiquement une description élogieuse du modèle de charrue qu’il a mis au point76. De la même manière, M. Sage, lorsqu’il écrit aux Affiches du Dauphiné, en profite pour vanter sa technique de fabrication de bouteilles77. Ces publicités sont parfois plus subtiles, comme dans cette lettre envoyée par « le Spectateur » pour présenter l’invention d’un horloger local, M. Levier. Ce dernier, afin d’être « utile aux Manufactures78 » se propose de refondre et de simplifier « les machines qui servent aux Cardiers pour couper, plier deux fois, & en sens différents, le fil qui sert à faire les dents des Cardes, en opérant dans un clin d’œil79 ». L’auteur de la lettre assure qu’il a lui-même pu tester la précision et l’utilité de l’invention. Une telle publicité ne porte pas seulement sur les produits : elle est également une manière de défendre le dynamisme commercial et artisanal des centres urbains provinciaux. C’est précisément ce qu’affirme « le Spectateur » : « Serons-nous toujours assez injustes de croire que la Province ne puisse absolument produire & renfermer des hommes vraiment Artistes. Sachons les apprécier & les encourager, ils ne nous manqueront jamais80. » Ces arguments sont au cœur des centres d’intérêt des lecteurs ; leurs lettres portent en effet souvent sur ce qui les touche directement dans leur vie de tous les jours, et les « inventions » présentées ont généralement une portée domestique – elles leur disent comment économiser sur des produits courants, comment soigner tel petit ennui de santé, comment améliorer son confort quotidien... C’est l’utilité immédiate et pratique qui est recherchée dans les « affiches », et les inventions fantaisistes ou inhabituelles – tel ce papier entièrement fait de verre81 – sont rares et peu commentées.

38Dans la catégorie des lettres publicitaires, on trouve un troisième groupe de lettres, qui proposent des biens de consommation. Je me contenterai ici d’un exemple assez significatif, extrait d’une lettre envoyée par M. Goussu, qui loue la qualité exceptionnelle d’un tissu :

  • 82Affiches d’Orléanais, 14 novembre 1783, p. 215.

La confiance que le public témoigne à MM. Tourillon & Compagnie, m’exempte aujourd’hui d’assurer mes Concitoyens, par des expressions aussi fastueuses que suspectes, de l’utilité des étoffes dont j’ai déjà parlé dans le Journal [...] Elles sont impénétrables à l’humidité, à l’air, & à l’eau. On en peut faire des chaussons, des guêtres, des bottes molles, des ballons aérostatiques, &c82.

  • 83  Voir, par exemple, Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siè (...)

39Une telle lettre, qui n’est, au fond, qu’une publicité déguisée en correspondance, est symptomatique d’une tendance, par ailleurs bien étudiée : le développement de la société de consommation à la fin du xviiie siècle83.

*

  • 84  On trouvera une telle démonstration dans les ouvrages précédemment cités de Jean Sgard & Anne-Mari (...)

40La prolifération des « affiches » provinciales pendant les deux dernières décennies de l’Ancien Régime témoigne de l’essor à la fois économique et critique d’un lectorat avide d’échanges autour de questions artistiques, scientifiques et sociales. Les historiens de la presse ont formellement démontré que ces journaux jouent un rôle déterminant dans l’évolution de la société, de la politique et du commerce des provinces françaises84. Les lettres au rédacteur, qui constituent une part importante de ces journaux, méritent d’être étudiées en détail. Ces lettres nous renseignent sur les idées en circulation durant les dernières années de l’Ancien Régime et nous révèlent l’engagement critique du public.

41Les lettres sont écrites par des lecteurs issus de catégories sociales très variées. Même si les contributeurs appartiennent en majorité aux classes supérieures, les journaux n’hésitent cependant pas à imprimer des lettres envoyées par des artisans, des paysans ou des domestiques. De nombreuses femmes font également part de leurs opinions. Les « affiches » représentent, pour leurs lecteurs, une solution accessible, bon marché, pour faire imprimer leurs idées – deux tiers des auteurs de ces lettres n’ont jamais publié quoi que ce soit par ailleurs.

42Ces lettres abordent la plupart des questions importantes pour les hommes et les femmes de l’époque : les arts, les sciences, la médecine, l’agriculture, l’éducation et les progrès sociaux. Plus importantes que l’exposition de telle ou telle opinion personnelle, ces lettres publiques impliquent un état d’esprit particulier : la possibilité de critiquer les autres lecteurs et d’être critiqué en retour, l’acceptation que ce forum d’échange intellectuel prononce un jugement valide.

  • 85  Roger Chartier, The Cultural Origins of the French Revolution, Durham, Duke University Press, 1991 (...)

43Comme Roger Chartier nous le rappelle, les lecteurs ne sont pas des morceaux de cire, de simples réceptacles, qui recevraient passivement l’empreinte des idées qu’ils lisent85. La lecture, au contraire, est un processus dynamique, interactif, que les rédacteurs des « affiches » surent stimuler et mettre à profit. Les lettres au rédacteur sont des objets d’étude importants, parce que s’y révèlent les approches, les méthodes utilisées par les lecteurs lorsqu’ils sont confrontés à des opinions ou à des hypothèses, novatrices ou banales. Cette correspondance publique nous donne de nombreux éléments pour comprendre les processus complexes de réception et d’assimilation des idées. Pour l’historien de la presse, ces lettres sont une source d’information d’une grande richesse qui permet d’étudier l’évolution de la communauté des lecteurs et des journalistes, ainsi que leur rôle dans la construction d’un forum critique et commercial en France dans les dernières décennies du xviiie siècle.

Notes

1  Article traduit de l’anglais par Samuel Baudry.

2  Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France avec une introduction historique sur les origines du journal et la bibliographie générale des journaux depuis leur origine, Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1859 ; Claude Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, Paris, Presses universitaires de France, 1969.

3  Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 1600-1789, Paris, Universitas, 1991, disponible en ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/ (janvier 2018) ; Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, disponible en ligne : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/ (février 2018) ; Gilles Feyel (dir.), Dictionnaire de la presse française pendant la Révolution, 1789-1799. La presse départementale, 6 vol., Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2005-2018.

4  Jean Sgard, « La multiplication des périodiques », dans Roger Chartier & Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, 2. Le Livre triomphant 1660-1830, Paris, Promodis, 1984, p. 205.

5  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, Paris, Fayard, 2002 ; Gilles Feyel, L’Annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime, 1630-1788, Oxford, Voltaire Foundation, 2000 ; La Distribution et la diffusion de la presse, du xviiie siècle au IIIe millénaire, Paris, Panthéon-Assas, 2002 ; Jean Sgard & Anne-Marie Chouillet (dir.), La Presse provinciale au xviiie siècle, Grenoble, ELLUG, 1983.

6  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, Londres & New York, Routledge, 1994 ; Jack R. Censer & Jeremy D. Popkin (dir.), Press and Politics in Pre-Revolutionary France, Berkeley, Universtiy of California Press, 1987 ; Jeremy D. Popkin, News and Politics in the Age of Revolution: Jean Luzac’s Gazette de Leyde, Ithaca, Cornell University Press, 1989 ; Keith M. Baker & Steven L. Kaplan (dir.), Revolutionary News: The Press in France, 1789-1799, Durham, Duke University Press, 1990.

7  Hugh Gough, The Newspaper Press in the French Revolution, Londres & New York, Routledge, 1988.

8  Pierre Rétat, La Révolution du journal : 1788-1794, Paris, Éditions du CNRS, 1989 ; Claude Labrosse & Pierre Rétat, Naissance du journal révolutionnaire, 1789, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1989 ; Claude Labrosse, Pierre Rétat & Henri Duranton, L’Instrument périodique : la fonction de la presse au xviiie siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1985.

9  Will Slauter, « The Paragraph as Information Technology », Annales HSS, vol. 67, nº 2, 2012.

10  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 24.

11  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », Revue historique, vol. 272, nº 2, 1984, p. 353-374, ici p. 356.

12  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 28.

13Ibid., p. 29.

14  Colin Jones, « The Great Chain of Buying: Medical Advertisement, the Bourgeois Public Sphere, and the Origins of the French Revolution », The American Historical Review, vol. 101, nº 1, 1996, p. 19.

15  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 201.

16  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 27.

17  « Prospectus », Affiches du Mans, 1771, p. 1.

18  « Prospectus », Affiches de Dijon, 1776, p. 2.

19  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 353.

20  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 12.

21  Comme le fait remarquer Feyel, suite à cet édit, les Affiches publiées à Sens et Auxerre se contentèrent de publier des tableaux des contrats enregistrés au greffe du bailliage, à l’exclusion de tout autre contenu. Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 357.

22Ibid.

23  « Le nombre moyen des Affiches est de 1,37 par généralité. Dans trois régions, ce nombre moyen est nettement dépassé : 1,83 (Nord, Paris, Orléans), 1,5 (Ouest et Sud-Est). Ailleurs, il est de 1,33 (Est) et de 1 (Centre et Sud-Ouest). Le Nord-Ouest du royaume (généralités de l’Ouest, d’Orléans, de Paris et du Nord) est favorisé : 20 Affiches, soit 46,5 % des feuilles pour 12 généralités (37,5 %). Au total, les trois régions du Nord (18 généralités, 56,2 %) sont mieux pourvues (28 Affiches, 63,6 %) que celles du Sud (14 généralités, 43,7 % pour 16 Affiches, 36,3 %). La carte montre que la presse locale s’est d’abord implantée dans les grandes métropoles urbaines situées pour la plupart à la périphérie du royaume : Rouen, Nantes, Bordeaux, Marseille, Lyon, Strasbourg, Colmar et Metz. Situées à l’intérieur du pays, sur la Loire, Orléans et Tours font exception. » (ibid.)

24  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 24.

25  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 362.

26Ibid., p. 363.

27Ibid., p. 366.

28  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 25.

29  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 367.

30  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 17-18 ; Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 24.

31  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 18 ; Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 14 ; Jean Sgard & Anne-Marie Chouillet (dir.), La Presse provinciale au xviiie siècle, op. cit., p. 64.

32  Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 12.

33  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 18.

34  Jack Censer estime à quelques centaines le nombre d’abonnés à chaque Affiche (Jack R. Censer, The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 12). On trouve cette fourchette de 240 000-360 000 lecteurs chez Feyel (« La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 96).

35  Marc Martin, La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens, op. cit., p. 32.

36  Jack R. Censer & Jeremy D. Popkin (dir.), Press and Politics in Pre-Revolutionary France, op. cit., p. 77.

37Ibid., p. 85.

38  Jack Censer propose une typologie de ces lecteurs, qui va du consommateur naïf jusqu’au contributeur convaincu (The French Press in the Age of Enlightenment, op. cit., p. 203).

39  Jean-Baptiste-Théodore Baumès, cité dans Jeanne Chevalier Lavaure, Les Journaux à Nîmes à la fin de l’Ancien Régime, Nîmes, Presses universelles, 1980, p. 14.

40  Colin Jones, « The Great Chain of Buying », art. cité, p. 19.

41Les Affiches du Dauphiné, 23 novembre 1787, p. 131.

42Le Journal de Paris, 9 mars 1788, p. 305.

43  Julia V. Douthwaite, The Frankenstein of 1790 and Other Lost Chapters from Revolutionary France, Chicago, University of Chicago Press, 2012 ; Roxana Fialcofschi, Le « Journal de Paris » et les arts visuels, 1777-1788, thèse de doctorat de lettres et arts, dirigée par Michael O’Dea, Lyon, Université Lumière-Lyon 2, 2009, chapitres : « La lettre aux Auteurs du Journal », « Visages de lecteurs », « Le courrier des lecteurs ou l’intensité de l’échange ».

44  Voir par exemple Dena Goodman, Becoming a Woman in the Age of Letters, Ithaca, Cornell University Press, 2009.

45Les Affiches du Dauphiné, 1er juin 1787, p. 18 ; Le Journal de Paris, 7 juillet 1777, p. 3-4.

46  Sarah Goudar, « Aux Auteurs du Journal », Le Journal de Paris, 10 mars 1782, p. 274.

47Les Affiches de Toulouse, 25 avril 1787, p. 67 ; Le Journal du Poitou, 13 mars 1783, p. 41 ; Le Journal du Poitou, 3 avril 1783, p. 54.

48Le Journal de Paris, 10 août 1777, p. 397 ; Le Journal de Paris, 8 avril 1781, p. 281 ; Le Journal de Paris, 9 mars 1785, p. 281.

49  Sur l’identité fictionnelle des auteurs des lettres, voir le chapitre de Samuel Baudry sur la naissance du genre du courrier des lecteurs dans la presse britannique.

50  Paul Benhamou, « Essai d’inventaire des instruments de lecture publique des gazettes », dans Henri Duranton et al. (dir.), Les Gazettes européennes de langue française (xviie-xviiie siècles) : table ronde internationale, Saint-Étienne, 21-23 mai 1992, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1992, p. 44.

51  Kathryn Shevelow, Women and Print Culture: The Construction of Femininity in the Early Periodical, Londres / New York, Routledge, 1989, p. 46.

52  Roxana Fialcofschi, Le « Journal de Paris » et les arts visuels, 1777-1788, op. cit., p. 365.

53Ibid.

54  Pour une étude des dialogues entre lecteurs, voir le chapitre de Samuel Baudry.

55Affiches de Troyes, 22 janvier 1783, p. 14-15.

56  Clare Brant, « The Tribunal of the Public: Eighteenth-Century Letters and the Politics of Vindication », dans Caroline Bland & Máire Cross (dir.), Gender and Politics in the Age of Letter Writing, 1750-2000, Aldershot, Ashgate, 2004, p. 15-41, ici p. 24.

57Affiches d’Aix, 26 décembre 1779, p. 411.

58Affiches d’Aix, 4 juillet 1779, p. 211.

59Affiches d’Angers, 18 octobre 1776, p. 167-168.

60Affiches de Picardie, 26 février 1774, p. 39.

61Affiches de Troyes, 28 mai 1783, p. 89.

62Affiches de Bourgogne, 30 avril 1776, p. 71.

63Supplément des Affiches de Picardie, 12 juin 1773, p. i.

64Affiches de Troyes, 18 juin 1783, p. 101-102.

65  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 356.

66  Gilles Feyel, « La presse provinciale au xviiie siècle : géographie d’un réseau », art. cité, p. 368.

67  Jack R. Censer & Jeremy D. Popkin (dir.), Press and Politics in Pre-Revolutionary France, op. cit., p. 55.

68  William J. Murray, « Un philosophe en Révolution : Dominique-Joseph Garat et le Journal de Paris », dans Annie Crépin, Michel Biard & Bernard Gainot (dir.), La Plume et le sabre : volume d’hommages offerts à Jean-Paul Bertaud, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 97.

69  René Gérard, Un journal de province sous la Révolution : le « Journal de Marseille » de Ferréol Beaugeard (1781-1797), Paris, Société des études robespierristes, 1964, p. 105-158.

70  Christian Albertan, « Jean Milcent », dans Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, op. cit., en ligne : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/576-jean-milcent (février 2018) ; André Dubuc, « Le Journal de Normandie avant et durant les États généraux », Actes du 89e congrès des sociétés savantes de Lyon, vol. 1, nº 1, 1964.

71  Pierre Rétat compare lui aussi la page d’un journal des années 1780 à une agora : Pierre Rétat, « The Revolutionary Word in the Newspaper », dans Jeremy D. Popkin (dir.), Media and Revolution: Comparative Perspectives, Lexington, University Press of Kentucky, 1995, p. 90-97, ici p. 93.

72Le Journal de Paris, 23 février 1778, p. 213-216.

73Affiches de Bourgogne, 21 décembre 1784, p. 30.

74Affiches du Dauphiné, 8 octobre 1784, p. 102.

75Affiches de Toulouse, 8 septembre 1784, p. 146-147 ; Affiches du Dauphiné, 18 juin 1784, p. 33-34.

76Affiches des Trois-Évêchés et Lorraine, 19 juin 1783, p. 194-195.

77Affiches du Dauphiné, 23 janvier 1784, p. 159.

78Affiches de Troyes, 19 mars 1783, p. 50.

79Ibid.

80Ibid.

81Affiches du Dauphiné, 5 mars 1784, p. 185.

82Affiches d’Orléanais, 14 novembre 1783, p. 215.

83  Voir, par exemple, Daniel Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981.

84  On trouvera une telle démonstration dans les ouvrages précédemment cités de Jean Sgard & Anne-Marie Chouillet (La Presse provinciale au xviiie siècle), de Marc Martin (La Presse régionale : des « Affiches » aux grands quotidiens) et l’article de Colin Jones (« The Great Chain of Buying »).

85  Roger Chartier, The Cultural Origins of the French Revolution, Durham, Duke University Press, 1991, p. 19.

Auteur

Elizabeth Andrews Bond est assistant professor of History à l’Université d’État de l’Ohio. Elle est diplômée en histoire ( Université d’État de l’Arizona, Université de Californie à Irvine – doctorat sous la direction de Timothy Tackett ) et en science politique ( Université d’État de l’Arizona ). Elle est l’auteur de nombreux articles sur le courrier des lecteurs dans la presse française du xviiie siècle, sur les humanités numériques dans l’historiographie des Lumières et sur l’évolution des mentalités en France durant les années 1790.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search