Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

I. La lettre au rédacteur

La rhétorique des lettres au rédacteur dans la presse britannique de la seconde moitié du siècle : l’exemple de la Monthly Review et de la Critical Review

Baudouin Millet

Texte intégral

  • 1  Robert Donald Spector, « The Monthly and its Rivals », Bulletin of the New York Public Library, nº (...)
  • 2  Voir par exemple William B. Warner, Licensing Entertainment: The Elevation of Novel Reading in Bri (...)
  • 3The Twentieth Epistle of Horace to His Book, Modernized by the Author of Female Conduct... Intende (...)
  • 4Ibid., p. iv.
  • 5Ibid., p. xv.

1Dans l’histoire de la presse britannique du xviiie siècle, la Monthly Review et la Critical Review sont fréquemment associées. Nées à quelques années d’intervalle (la Monthly paraît pour la première fois en 1749 et la Critical en 1756), elles connaissent chacune de longues décennies de prospérité qui vont bien au-delà du règne de leurs fondateurs et premiers éditeurs respectifs, à savoir Richard Griffiths, qui conduit le destin de la Monthly jusqu’en 1803, et Tobias Smollett, qui dirige la Critical jusqu’en 1763. L’une et l’autre revue franchiront la fin du siècle pour ne s’éteindre qu’au cours d’un xixe siècle déjà bien avancé : la Monthly meurt en 1845, la Critical en 1817. Chez les critiques du xxe siècle, la préférence est plutôt allée vers la Monthly, première-née des deux, avec des articles tels que celui paru en 1960 de Robert Donald Spector, « The Monthly and its Rivals », et surtout un ouvrage de bibliographie important, publié en 1934 et dû à Benjamin Christie Nangle1. Les deux revues mensuelles sont par ailleurs associées dans l’esprit des historiens actuels de la littérature – notamment chez William B. Warner, ou encore Joseph Bartolomeo – dans la mesure où elles figurent parmi les premières à proposer des comptes rendus des romans qui paraissent dans les années 1750, même s’il est vrai qu’elles doivent partager cette gloire avec d’autres périodiques britanniques, dont le Gentleman’s magazine (1731-1922), ou encore le Covent-Garden Journal (1752) de Henry Fielding, qui, dès le début des années 1750, proposaient des comptes rendus de romans nouvellement parus2. On a ici affaire à deux revues semblables dès l’origine, comme en témoignent par ailleurs les écrits des contemporains, dans l’esprit desquels elles sont très souvent associées, en bien comme en mal. C’est notamment autour de l’année 1760 que se cristallisent les premières associations entre les deux revues. Ainsi, en 1759, paraît une réponse à deux articles de la Critical et de la Monthly qui s’étaient montrées réservées sur la parution « modernisée » (« modernized ») d’une épître d’Horace sous la plume de Thomas Marriott3. Dans un opuscule de trente-cinq pages, l’auteur malmené s’en prend avec une égale violence aux deux revues, reprochant à la première d’être animée de « desseins malveillants » (« malignant purposes4 »), et à la seconde d’avoir laissé libre cours aux humeurs d’un « écrivain calomnieux » (« scurrilous5 »).

  • 6Ibid., p. xx.
  • 7  [Veridicus], A Review of the Works of the Rev. Mr W. Hawkins, Late Professor of Poetry in the Univ (...)
  • 8  [James Elphinston], An Apology for the « Monthly Review »; With an Appendix in Behalf of the « Cri (...)

2Les deux revues sont ainsi assimilées l’une à l’autre, et se voient comparées à des « Bavius et Maevius modernes » (« our modern Bavius and Maevius6 »), les deux critiques qui, sous Auguste, dépréciaient les talents de poètes supérieurs, notamment Horace et Ovide. L’année suivante, en 1760, un certain « Veridicus » s’en prend lui aussi simultanément aux deux revues, les accusant d’avoir réservé un accueil plein de mépris à la parution des œuvres diverses du révérend W. Hawkins, ancien professeur de l’université d’Oxford. Il les apostrophe en les assimilant à deux « cliques » distinctes mais complices, ces messieurs étant appelés « Gentlemen all of both juntos7 ». Même les défenseurs des deux revues tendent à les associer dans leurs écrits, comme James Elphinston, l’auteur de An Apology for the « Monthly Review »; With an Appendix in Behalf of the « Critical », qui fait l’éloge des deux périodiques, comparés à deux « tribunaux » prestigieux, et assimilés à deux « sœurs » âgées respectivement de 14 et 7 ans8.

  • 9  Voir notamment l’opuscule Observations on Some Remarks in the « Monthly Review », Londres, C. Corb (...)
  • 10  En juin 1763, Smollett quitte Londres pour un voyage de deux ans en France et en Italie. À son ret (...)

3Ce qui distingue traditionnellement ces deux revues aux yeux des contemporains et des critiques modernes, c’est surtout leur couleur politique. La Monthly Review est résolument proche du parti Whig et des Églises dissidentes (low Church), tandis que la Critical Review est davantage conservatrice, proche des Tories, de l’Église anglicane et de la dynastie Stuart9. On se penchera sur l’évolution éditoriale de ces deux revues en se demandant si les rapprochements, effectués dès les origines, et sanctionnés par les critiques modernes, entre deux entreprises éditoriales concomitantes, sont infirmés ou confirmés dès lors que l’on se livre à une enquête sur les lettres aux responsables de la revue (qui se font appeler, les uns et les autres, « gentlemen », ou parfois « authors », plus rarement « publishers »). L’enquête menée s’est concentrée entre deux bornes chronologiques qui paraissent offrir une certaine cohérence, à savoir la naissance de la Monthly Review en 1749 et le départ de Smollett de la Critical Review en 176310, alors que cette dernière a conquis à son tour une réelle influence et va attirer des contributeurs de talent comme Samuel Johnson ou Oliver Goldsmith. La date de 1763 correspond également à la parution déjà mentionnée d’un petit traité faisant l’éloge des deux revues, An Apology for the « Monthly Review »; With an Appendix In Behalf of the « Critical ». Au-delà des ambitions communes à chacune de ces deux revues et de leurs couleurs politiques opposées, y a-t-il un style propre aux lettres envoyées par les lecteurs, qui les différencierait l’une de l’autre, ou du moins révélerait une disparité de ton ? Les querelles dont font état les lettres aux rédacteurs donnent-elles lieu à un déploiement de rhétoriques distinctes ?

  • 11  Cet ouvrage, cité sous cette forme dans le numéro de la Monthly Review de mars 1750, ne figure pas (...)

4La réponse à cette question ne saurait se passer de considérations méthodologiques préalables sur l’établissement du corpus d’étude. En effet, le lecteur en quête de courrier adressé aux directeurs de ces revues respectives ne peut manquer d’être dérouté par les obstacles qu’il rencontre, tant le mot « lettre » peut renvoyer à des réalités diverses. Il y a, par exemple, dans les colonnes des revues, de nombreuses recensions de « lettres ouvertes » échangées dans divers domaines du savoir (théologie, médecine, etc.), sous la forme d’ouvrages mettant aux prises d’éminents savants, qui échangent généralement sur le mode de la querelle en des termes plus ou moins courtois. Dans les années 1750, le genre est florissant, et l’on en compte trois mentionnées dans le numéro de la Monthly d’octobre 1749, et pas moins de neuf entre novembre 1749 et février 1750. Le numéro de mars 1750, de son côté, totalise à lui seul quatre comptes rendus de lettres ouvertes écrites contre le docteur Middleton, en soutien à l’évêque de Londres, auteur de Discourses on Prophesy against Dr Middleton11. Ces lettres ouvertes dont il est fait le compte rendu n’appartiennent pas au courrier des lecteurs ; elles s’adressent au public beaucoup plus vaste des lecteurs du pays susceptibles de se les procurer chez les libraires.

5Par ailleurs, la nature même de l’entreprise de la Monthly puis de la Critical limitait dès l’origine l’essor d’un courrier des lecteurs. Les difficultés rencontrées dans la délimitation du corpus sont dues au fait que les lettres aux responsables des revues sont logées dans des espaces bien particuliers, et sont assez distinctes à la fois de celles qu’on peut trouver dans les périodiques d’Addison et Steele parus au début du siècle et de celles, nombreuses, que l’on trouve dans les « magazines » de la même époque. En effet, pour des raisons de politique éditoriale, les deux revues n’ont initialement accordé qu’une place réduite au courrier de leurs lecteurs, comme on peut s’en rendre compte si l’on se penche sur un échantillon comprenant les deux premières années de parution de la Monthly Review, de mai 1749 à avril 1751, puis les trois premières années de parution de la Critical Review, de janvier 1756 à décembre 1758, période pendant laquelle on a pu mener une étude comparée des deux revues. Au total, ce sont 84 numéros de revue qui ont été dépouillés, auxquels il faut ajouter le courrier constitué par les opuscules parus en dehors des revues tout au long de la période 1749-1763 (voir plus bas). Et il faut bien dire que le courrier des lecteurs y est traité avec une parcimonie certaine.

  • 12  Robert Kerr (éd.), Memoirs of the Life, Writings and Correspondence of William Smellie, 2 vol., Éd (...)
  • 13  Notamment un traité de logique de « Mr De la Rive » (Monthly Review, mars 1757), trois ouvrages di (...)

6Une enquête menée sur les douze premiers numéros de la Monthly révèle que celle-ci n’avait pas prévu au départ d’accorder une quelconque place à d’éventuelles lettres au rédacteur. De mai 1749 à avril 1750 paraissent les douze premiers numéros de la revue, rassemblés en deux épais volumes. S’il est tout à fait naturel que le premier numéro ne contienne pas de courrier des lecteurs, on remarquera qu’aucun des numéros suivants n’en comporte non plus, ou du moins qu’ils n’ont pas eu l’honneur d’être publiés, ni même mentionnés (l’analyse des échantillons des années 1756-1758 permettra de noter une légère évolution de la pratique de Griffiths). On peut comprendre ce parti pris éditorial comme la conséquence d’une politique éclectique de recension d’ouvrages savants et parfois ardus, dans un format qui aurait rendu malaisée toute participation du lecteur, si honnête homme fût-il. La Monthly se veut avant tout une revue de haute tenue, choix éditorial qui rend malaisée la publication de lettres plus spontanées ou légères, sans parler des lettres fictionnelles et facétieuses, telles que celles qui avaient animé les colonnes du Spectator d’Addison et Steele. C’est en tout cas ce qu’explique Benjamin Nangle dans son introduction : selon lui, bien que des contributions volontaires fussent souvent soumises à la revue, Griffiths ne les acceptait que rarement (« [...] the acceptance of communications is by no means a usual thing with the Monthly Reviewers12 »). Il conviendrait toutefois de nuancer ce propos dans la mesure où, à partir de mars 1757, une nouvelle section intitulée « Foreign Books » accueille un nombre non négligeable de recensions dues à des correspondants extérieurs13.

  • 14  « Les auteurs de la Critical Review se sentent redevables envers le monsieur qui les a gratifiés d (...)
  • 15Ibid.

7Le cas de la Critical Review est assez proche, avec quelques différences cependant. On a bien affaire à une revue tout aussi savante, dont l’éclectisme intimidant ne favorise pas les épanchements entre les gentlemen de la revue et le public des lecteurs : de fait, les numéros de janvier et de février 1756 ne contiennent aucune trace de courrier de lecteurs. Pourtant, dès le numéro de mars, son rédacteur en chef, Smollett, se montre soucieux d’accorder une certaine place à quelques lecteurs, en réservant aux dernières pages de la revue une rubrique qu’il appelle les « Articles of Correspondence ». Ainsi, on peut lire, « [t]he authors of the Critical Review think themselves obliged to the gentleman who favoured them with his remarks, in a letter subscribed R. L. and will pay proper regard to his admonitions14 ». Il s’agit d’une lettre qui attire l’attention des rédacteurs sur une traduction partielle de La Pucelle d’Orléans de Jean Chapelain. De manière tout à fait affable, le rédacteur de la rubrique (sans doute Smollett lui-même, qui se chargeait généralement de cette section) avait reconnu que celle-ci n’était pas « sans mérite », mais lui avait demandé de terminer son travail pour qu’il puisse émettre un jugement définitif sur l’œuvre. Symptomatiquement, la requête du traducteur, anonyme (il s’agit d’un certain Mr R—), n’est pas citée verbatim, mais plutôt mentionnée par l’éditeur, de même que les autres lettres envoyées au cours du mois, dont l’absence n’est excusée que par « le seul manque de place » (« nothing but want of room15 »). Cette raison imparable explique que l’on ne trouve guère de courriers de lecteurs dans les premières années de chacune des revues. Malgré tout, un infléchissement se fait sentir en septembre 1756 : Smollett fait paraître une annonce qui rompt avec la pratique instituée initialement, en sollicitant des contributions sous la forme de comptes rendus d’ouvrages de la part des lecteurs :

  • 16  « Les auteurs de la Critical Review ayant été informés par lettre ou par d’autres moyens, de ce qu (...)

The authors of the Critical Review having been informed, by letters or otherwise, that some gentlemen of taste and learning are disposed to communicate their observations occasionally, on new performances [...] ; all those who may be inclined to correspond with the society in this manner, are desired to signify, by letter to the publisher, the particular books they intend to consider16.

8Quel degré de sincérité accorder à cette annonce ? Cette très louable sollicitation de contributions de la part des lecteurs de la revue ne sera en tout cas, pour les raisons évoquées plus haut, guère suivie de publications de lettres à au rédacteur, et la pratique de la Critical Review sous Smollett ne variera sensiblement pas de la politique initiale : les recensions publiées par Smollett sont de fait encore moins nombreuses que celles qui paraissent dans les colonnes de la Monthly au cours des trois années considérées.

  • 17  Pour une typologie de ces différentes formes de courrier, voir le chapitre de Samuel Baudry, « Nai (...)

9Quant aux lettres à la Monthly qui paraissent dans la rubrique « Foreign Books », il s’agit moins de véritables courriers des lecteurs tels qu’on se les représente habituellement que de recensions en bonne et due forme, certes précédées et suivies des formules de politesse d’usage, mais qui suivent à la lettre les principes éditoriaux fixés par Griffiths – au point qu’elles constituent un courrier des lecteurs quelque peu déroutant, dans la mesure où il ne se démarque en rien du format adopté par les rédacteurs eux-mêmes17. On notera que la Critical suivra le même principe en faisant paraître, en 1756, une contribution émanant d’un lecteur supposé, qui en vient à accomplir (gracieusement, qui plus est) la besogne assignée aux rédacteurs habituels, en proposant un compte rendu du premier volume de l’Analyse de Bayle. En décembre de la même année (soit, de façon presque concomitante, trois mois après l’annonce parue dans la Critical), il récidive en signant un article de seize pages sur la suite de l’ouvrage de Du Marsy sur l’œuvre de Bayle :

  • 18  « Vous ayant donné, dans une lettre antérieure, un compte rendu du premier volume de l’Analyse de (...)

Having in a former letter, given you an account of the first volume of the Analyse de Bayle, and of the plan of his work, I now crave your acceptance of a sketch of the three other volumes, flattering myself that it will be agreeable to the generality of your Readers18.

10La posture adoptée ici consiste, en fin de compte, à imiter purement et simplement le style et la méthode des rédacteurs de la revue.

  • 19  « Que nous livrons au lecteur, assortie d’une transcription de la réponse faite par l’archevêque » (...)
  • 20The Monthly Review (dorénavant MR), septembre 1758, p. 320.
  • 21MR, décembre 1758, p. 605 et 605-606.
  • 22  Contrairement à ce que l’on trouve dans les magazines (voir le chapitre de Samuel Baudry).

11Pourtant, un autre type de lettres au rédacteur, plus polémique, paraît dans ces deux mensuels. Dès septembre 1749, la Monthly Review devient le lieu d’une controverse entre le théologien William Whiston et le primat de l’Église d’Angleterre d’alors. La Monthly publie une lettre de William Whiston à l’actuel archevêque de Cantorbéry, datée du 23 janvier 1748, « which we shall give the reader, with a transcript of the archbishop’s answer to it19 ». Le texte est bien une lettre ; cependant, son adresse, « My Lord », ne concerne pas directement les responsables de la Monthly, mais bien plutôt le prélat lui-même. La revue se fait ainsi lieu de débat, voire de controverse, dans un domaine éminemment sérieux, la théologie. Mais, plutôt que d’une lettre au rédacteur, il s’agit ici d’une lettre publique, qui est produite par la revue, dans un souci d’alimenter au sein de ses colonnes un débat public. De tels exemples sont rares. On peut cependant signaler un autre cas, illustré dans la Monthly de 1758, d’une lettre aux responsables de la revue qui est en réalité adressée à un tiers, l’auteur d’un ouvrage auquel on souhaite écrire, sollicitant pour ce faire les colonnes de la revue. Ainsi, à la fin du numéro de septembre 1758, un auteur anonyme (« B ») écrit aux « Authors of the Monthly Review » pour adresser quelques critiques (« animadversions ») au peintre William Hogarth20. La lettre est datée du 20 septembre 1758, à Londres. Dans le numéro de la revue de décembre, une querelle s’engage, puisque paraît une réponse de la part d’un autre anonyme signant « **** », datée du 18 octobre 1758, à Worcester, et adressée également aux « Authors of the Monthly Review ». Il s’agit tout simplement d’une réponse à la lettre du 28 septembre, qui rectifie une faute d’orthographe et des contresens présumés sur le mot « caricatura » qu’aurait selon lui faits son interlocuteur21. Mais ce genre d’échange entre deux lecteurs au sein des colonnes d’une même revue est rare ; il représente une catégorie négligeable dans l’échantillon observé, aussi bien dans la Monthly que dans la Critical22.

  • 23  « Plusieurs lettres nous sont parvenues auxquelles nous ne manquerons pas de répondre » (CR, avril (...)

12De fait, le cas le plus fréquent de lettres au rédacteur ne consiste pas en citations verbatim de lettres entières destinées à un tiers, mais en mentions de lettres ou en citations partielles de ces dernières, encadrées de commentaires éditoriaux qui en orientent fermement la lecture. Ainsi, dans son numéro d’avril 1756, la Critical Review annonce qu’elle réservera une attention toute particulière aux lettres qu’elle reçoit : « There are several letters come to hand which will be duly answered23 », ce que la revue fera par ailleurs avec un certain retard, puisqu’il faudra attendre le numéro de juin pour trouver une réponse à ces lettres. On y trouve notamment l’écho d’une querelle littéraire opposant le critique Thomas Warton, auteur d’Observations on Spencer, à un anonyme, auteur de The Observer Observ’d. La Critical Review reçoit une lettre dudit auteur contre Warton, mais loin de produire sa lettre dans son intégralité, elle se contente d’en faire état et de la citer de manière pour le moins sélective :

  • 24  « Nous avons également reçu une lettre de la main de cet auteur, sans mention de son nom, dans laq (...)

We have likewise received a private letter from this author without any name subscribed ; wherein, after a good deal of praise and dispraise, approbation and abuse of us, he declares it to be his opinion, and the opinion of all those with whom he has conversed, that « the three and six-penny book (meaning Mr Warton’s Observations on Spenser24

  • 25  « Nous nous déclarons redevables envers notre correspondant du 15 de ce mois de nous avoir aimable (...)
  • 26CR, septembre 1756, vol. 2, p. 192.
  • 27CR, novembre 1756, vol. 2, p. 384.

13La lettre aux rédacteurs de la revue n’est citée ici que très parcimonieusement, et solidement encadrée par tout un discours éditorial qui multiplie les commentaires ironiques (notamment à la fin du texte cité). Cette pratique de citation partielle des lettres reçues se généralise dans les numéros suivants. Parfois, le rédacteur fait mention d’une lettre reçue sans même en rapporter directement les propos, telle cette réponse faite à un correspondant pointilleux : « We are obliged to our correspondent of the 15th instant for his friendly information of a mistake in our Review for March, which shall be taken notice of in our Errata25. » Ce lecteur officieux (ou un de ses émules anonymes) sera également remercié pour le signalement d’inexactitudes (« inaccuracies26 ») dans le numéro de septembre 1756, puis dans le numéro de novembre pour ses remarques sur des erreurs typographiques (« typographical errors27 »). Le parti pris de ne pas citer la lettre s’explique aisément ici, pour des questions de place : chaque volume relié de la Critical (il y en a deux par an) s’étend sur environ 500 pages, et l’éditeur a beau jeu de s’excuser, dans le numéro d’octobre 1756, de ce que sa volumineuse correspondance ne peut être insérée dans les pages de la revue. Ce principe éditorial vaut également pour la Monthly. Les politiques éditoriales initiales des deux revues n’accordent donc qu’une place très mesurée et très encadrée aux initiatives de leurs lecteurs.

14Si l’on veut se mettre en quête de lettres aux responsables de la revue qui ne soient ni de simples recensions d’ouvrage ne donnant lieu à aucun débat ultérieur, ni des tribunes permettant à des auteurs de s’adresser des lettres ouvertes par revue interposée, ni enfin des citations partielles encadrées de commentaires éditoriaux qui tournent ces dernières en dérision, c’est surtout en dehors des colonnes des revues qu’on les trouvera, dans un lieu où elles auront le loisir de se déployer sur plusieurs pages, plusieurs dizaines de pages, voire parfois plus d’une centaine de pages, dans les opuscules ou « pamphlets » adressés aux rédacteurs et publiés séparément. Cette catégorie de courrier des lecteurs constitue bien un ensemble cohérent, soustrait aux manipulations éditoriales que pourraient exercer les rédacteurs et qui, sur une période de quatorze années, a donné lieu à quatorze publications distinctes, permettant de repérer des invariants et des récurrences.

  • 28A Sincere Christian Answer... Together, with a Preface; wherein, occasionally, the Censures of the (...)
  • 29A Charge of Publishing a Palpable Falsity, Exhibited Against, and Fully Proved upon, the Authors o (...)
  • 30Audi alteram partem: Or, a further Vindication of Mr Tho. Ruddiman’s Edition of the Great Buchanan (...)
  • 31Observations on Some Remarks in the « Monthly Review », for March, 1757, Londres, 1757.
  • 32A Review of the Works of the Rev. Wr. W. Hawkins... and of the Remarks Made on the Same in the « C (...)
  • 33An Appendix to the « Critical Review » of March Last, Londres, 1758.
  • 34The Images of the Ancients... With Some Reflections on Virtue, Londres, 1758.
  • 35A Scrutiny; or the Criticks Criticis’d: Being an Examination into the Censorial Merits of the Auth (...)
  • 36Melius Inquirendum into the Character of The Royal Martyr King Charles I... That the Reflections c (...)
  • 37An Examination of Mr Ferguson’s Remarks (Inserted in the « Critical Review » for May 1763), Londre (...)
  • 38A Letter to the « Critical Review », Londres, 1757 ; A Letter from the Author of a Late Discourse (...)
  • 39The Images of the Ancients... To which is added a very friendly Epistle to the Author of the « Cri (...)

15Pour la période allant de 1749 à 1763, au terme d’une enquête bibliographique menée grâce à la base ECCO, on comptabilise sept lettres-opuscules adressées nommément à la Monthly Review ou à ses rédacteurs, dont deux également adressées aux rédacteurs de la Critical. Quant à cette dernière, elle reçoit de son côté sept autres lettres-opuscules adressées à elle seule. Ces quatorze lettres constituent un corpus homogène, en dépit de la diversité des titres, toujours très longs, qu’elles arborent, et qui annoncent tour à tour une « réponse » (« Answer28 »), une « accusation » (« Charge29 »), une « justification » (« Vindication30 »), des « observations31 », un « compte rendu » (« Review32 »), un « appendice » (« Appendix33 »), des « réflexions » (« Reflections34 »), un « examen » (« Scrutiny35 », « Inquirendum36 », ainsi qu’« Examination37 »), et enfin, assez rarement somme toute, une ou des « Lettre(s) » (« Letter38 » ou « Epistle39 »).

  • 40A Letter to the Author of the « Critical Review », op. cit., p. 29.
  • 41  Voir la note 32, supra.

16Les critères retenus pour regrouper ces textes sont de deux types : d’une part, la mention du nom d’au moins une des deux revues dans leur titre ; d’autre part, leur appartenance formelle à la catégorie de la lettre : ils s’ouvrent presque tous par des formules de politesse adressées aux gentlemen de la revue concernée, et se terminent sur les expressions d’usage, du type « I am, Sir,/Yours, &c40 ». En revanche, ils ne sont pas systématiquement signés du nom de l’auteur de la lettre, même si le cas demeure assez fréquent, notamment chez les hommes d’Église, dont le nom apparaît parfois dès le titre de l’opuscule. On notera également le recours à un pseudonyme, tel le « Veridicus » qui signe A Review of the Works of the Rev. Mr Hawkins41, adressée simultanément aux deux revues.

17Ces lettres sont généralement des réponses à des articles publiés par l’une ou l’autre revue, et qui suscitent un débat. Les controverses peuvent porter sur des questions de théologie, de politique, de médecine, ou encore de littérature. Les auteurs prennent parfois part à de véritables querelles appelées à se prolonger au cours des années qui suivent dans d’autres publications, comme la querelle qui oppose le révérend John Kennedy à Mr Ferguson, sur le système de chronologie astronomique élaboré par ce dernier : la querelle débute en mai 1763, quand la Critical Review publie un article de Ferguson sur l’ouvrage de Kennedy, qui trouvera une réponse dans An Examination of Mr Ferguson’s Remarks (1763), motivant une autre réponse avec la Letter to the Rev. Mr John Kennedy (1763), suivie d’une nouvelle réponse de Kennedy en 1775, An Explanation and Proof of the Complete System of Astronomical Chronology, puis d’une riposte, la même année, de la part du même Ferguson, sous la forme de Two Letters to the Rev. Mr John Kennedy. Dans ce cas précis, le débat est suscité par un compte rendu de la Critical Review, mais il tend à s’émanciper de son support initial pour se déployer dans des opuscules qui perdent le statut de lettres à l’éditeur pour devenir de petits traités autonomes. Il n’empêche que ce débat naît bel et bien du courrier des lecteurs, et que les deux opuscules parus en 1763 mentionnent la Critical Review dans leur titre même.

  • 42  Pour une étude du mode de la « controverse » dans le courrier des lecteurs, voir le chapitre de Sa (...)
  • 43 Thomas McDonnell, A Sincere Christian Answer, 1755, p. x-xi.
  • 44  « Et ces derniers sont si évidents aux yeux de tous, que leurs lecteurs, sans l’aide de personne, (...)
  • 45  John Brine, A Charge of publishing a palpable falsity, 1755, p. 27.

18Les opuscules considérés sont adressés directement aux rédacteurs de la Monthly ou de la Critical, et provoquent parfois des débats dont le contenu varié a déjà été évoqué, mais sur lesquels on pourrait se pencher désormais du point de vue de la rhétorique utilisée42. Les controverses les plus symptomatiques de l’époque sont sans doute celles qui naissent de discussions théologiques, sujet donnant lieu à des échanges des plus animés. Il est ainsi révélateur que la recension de bon nombre d’ouvrages de théologie dans les colonnes de la Monthly paraisse dans une rubrique du « Monthly Catalogue » intitulée « Religious and Controversial » (nous soulignons). Les débats religieux engendrent de véritables guerres, qui mobilisent des propos pour le moins énergiques. Ainsi, dans la lettre A Sincere Christian Answer (1755) du révérend Thomas McDonnell adressée aux « authors of the Monthly Review », l’auteur de la lettre s’en prend à un article de la revue de janvier sur un point de doctrine dans lequel la Monthly, dans un esprit très réformateur, avait fait appel au « sens commun » (« the common sense of all Christian people ») en tant que principe permettant de régler des controverses religieuses. Après un début assez poli, l’auteur de la lettre accuse l’auteur de la Monthly, avec une virulence certaine, d’être un « falsificateur », un « déformateur » et un « négateur » de la plus évidente et de la plus importante des doctrines de l’Évangile (« [a] Falsifier, Defacer, and Annihilator of the plainest, and most important Doctrine of the Gospel43 »). Un peu plus loin, il lui reproche de proposer les « détournements », les « corruptions » et les « déformations » des Écritures les plus « éhontés » : « And all these so obvious and apparent, that their Readers, without Assistance, may easily discern them44. » Cette virulence dans les propos est tout aussi forte dans l’opuscule de John Brine paru la même année. Le sujet du débat est le compte rendu fait par la Monthly d’un opuscule de Brine sur la justice divine et sur le châtiment éternel infligé aux pécheurs (compte rendu paru en décembre 1754), opuscule professant des opinions que les rédacteurs avaient qualifiées de « bizarres » (« peculiar »). Le mot leur vaut de s’attirer les foudres du prédicateur, où la violence des propos s’allie à celle des menaces : la lettre s’achève sur la promesse que, s’ils ne se rétractent pas, l’homme d’Église prendra la liberté de les dénoncer plus qu’il ne l’a fait jusqu’à présent (« I shall take the liberty to expose you farther, than I have yet done45 »).

19Parfois, les attaques contre la Monthly paraissent plus pondérées, et leur style moins comminatoire, comme dans la Letter from the Author of a late Discourse. Pourtant la controverse est tout aussi présente et la lettre s’ouvre sur une phrase pleine de mépris :

  • 46  « Messieurs,/ Je n’ouvre que rarement votre revue, car à chaque fois que je l’ai fait, je me suis (...)

Gentlemen,/I seldom look into your Review, because whenever I have done it, I have perceived that, contrary to your engagement at first setting out, and contrary to common justice between man and man, [...] you have given the most disingenious and partial account I ever saw of several of the pieces you have considered46.

  • 47  Cité dans An Appendix to the « Critical Review » of March Last, op. cit., p. 2.
  • 48Ibid.
  • 49  « Faites dorénavant preuve de sagesse, vous qui êtes juges de profession ! » (ibid., p. 15) Voir P (...)

20Dans le domaine de la théologie, la controverse née dans les colonnes de la Monthly suscite ainsi des lettres virulentes. Il n’en va pas de même dans la Critical Review. En 1758, celle-ci ouvre ses colonnes à une attaque contre un homme d’Église du nom d’Ashton, qui suscite une réponse de la part du pasteur attaqué intitulée An Appendix to the « Critical Review ». Contrairement aux querelles suscitées par la Monthly, la Critical n’héberge ici que des objections d’ordre stylistique : l’auteur du sermon en question est simplement accusé d’écrire de manière artificielle, avec des antithèses et des mots d’esprit affectés, qui « n’ont pas leur place » dans un sermon (« an Affectation of Antithesis and Wit, which has no Business in a Sermon47 »). Le prédicateur incriminé annonce qu’il prend la plume pour enlever un peu la boue que ce malheureux sermon a reçue au passage (« to take off a little of the Dirt, which this poor Sermon has picked up by the way48 »). Le ton semble plutôt celui de la bienveillance latitudinaire : il est vrai que la querelle qui éclabousse le prédicateur n’est pas vraiment de nature doctrinaire, puisqu’il s’agit d’une discussion sur le style, une question de pastorale en somme, et que les enjeux peuvent de fait paraître moindres que ceux de la théologie morale. Il n’empêche que l’auteur aurait eu des raisons de se sentir blessé et de s’en prendre à la Critical avec plus de virulence. Au lieu de cela, il lui adresse des conseils avec un soupçon d’humour condescendant, sous forme de recommandation amicale : « Be wise now, ye that are Judges by Profession49! ». On est assez loin des imprécations d’un McDonnel ou d’un Brine.

21Les controverses politiques occupent également une part importante dans les colonnes de la Monthly. En 1757, un opuscule de vingt-deux pages, présenté comme une réponse à un article de la Monthly paru en mars de la même année (Observations on Some Remarks in the « Monthly Review ») conseille en termes mesurés de renforcer les pouvoirs du Parlement, sans véritablement prendre à partie le rédacteur de la revue. L’année suivante, un opuscule paraît en réponse à un autre article de la Monthly – publié en février – pour condamner le régicide de Charles I, utilisant une rhétorique assez violente, où il est question de la « malice » des défenseurs du régicide (Melius Inquirendum). Du côté de la Critical Review, on ne rencontre pas de controverse politique dans l’échantillon observé, et c’est surtout du côté des sciences et de la république des lettres que naissent les querelles, avec en 1757, une controverse sur la coagulation du sang (A Letter to the Critical Review), en 1758, une « très amicale » épître adressée au rédacteur de la Critical Review prenant la défense d’un poème dont l’auteur se désole que le public ait prêté aussi peu d’attention à son « extraordinaire mérite » (The Images of the Ancients) et, en 1759, un opuscule (A Scrutiny; or the Criticks Criticis’d) probablement dû à un certain William Kenrick, sur un poème « philosophique et moral », qui avait reçu une recension qualifiée ironiquement d’« extraordinaire ». Enfin, en 1760, paraît une réponse à la Critical sur la publication d’un traité de l’art de la sage-femme (An Answer to the Author of the « Critical Review », for March, 1760).

  • 50  Georges Buchanan, Audi alteram partem, op. cit.
  • 51Ibid., p. 1.
  • 52Ibid.
  • 53Ibid.

22Si l’on se penche sur les rhétoriques respectives des deux revues dans ces domaines plus profanes que sont les sciences et les belles-lettres, on peut remarquer, à propos de la Monthly, que si les enjeux sont apparemment moindres à côté de ceux des querelles théologiques, l’invective peut tout aussi bien être des plus virulentes. Ainsi, en 1756, le philologue Thomas Ruddiman s’en prend très violemment à la revue à l’occasion d’une controverse née de son édition des œuvres de l’humaniste écossais Georges Buchanan50. La rhétorique employée est presque aussi violente que celle des controverses religieuses, bien que le domaine auquel touche Ruddiman soit celui des belles-lettres, Buchanan étant surtout un auteur de poèmes, de pièces de théâtre et un historien. Au début de sa diatribe, l’auteur de l’opuscule se plaint d’avoir vu paraître en 1753 le libelle le plus « virulent » et le plus « atroce » qui soit (« a most virulent and atrocious Libel against me51 ») de la part d’un certain Monsieur Man d’Aberdeen. L’opuscule de Man, au ton menaçant, entendait restaurer le « véritable » sens, les « grâces » et les « beautés » (« the true Readings, the Graces and Beauties of a vast Number of Passages of Buchanan’s Writings52 ») de nombreux passages tirés des écrits de Buchanan, qui avaient été selon lui « corrompus », « défigurés », « grossièrement pervertis » et « mal compris » (« so foully corrupted; so miserably defaced, so grossly perverted and misunderstood, &c.53 »), selon des propos que Ruddiman cite en préambule dans sa réponse.

23Du côté de la Critical, derrière des enjeux de même nature, les termes choisis sont généralement plus courtois : c’est avec des formules pondérées que Kenrick, l’auteur supposé du A Scrutiny; or the Criticks Criticis’d, demande aux éditeurs de se rétracter après leur compte rendu défavorable de son poème :

  • 54  « Je ne doute pas que vous ne soyez conscients d’avoir émis un jugement hâtif, et comme j’ai trop (...)

I doubt not of your being convinc’d, of your having given judgement too lightly ; and as I have too much respect for your character to wish you enemies, either to myself or the author, I wish you will think proper to retract those very harsh expressions, you have so inconsiderately let fall54.

24De même, l’auteur du traité déjà cité sur l’art de la sage-femme paru en 1760 émet des objections aux éditeurs de la Critical en termes encore assez polis, même s’il laisse entendre qu’il a été blessé par l’ironie de la revue. Il faut dire que celle-ci avait émis un commentaire moqueur sur les pratiques de l’auteur, qui avait parlé de la titillation des voies génitales que la sage-femme doit accomplir pour faciliter les accouchements, geste que les rédacteurs de la revue suggéraient de faire accomplir par l’époux. Blessé par ces railleries, l’auteur n’en met pas moins les formes pour se plaindre, écrivant que si la manière dont il a été traité lui a causé quelque chagrin, ce n’était pas en songeant à lui-même qu’il l’éprouva, mais bien plutôt aux femmes victimes de cette ironie :

  • 55  « Le critique de bonne foi semble avoir abandonné ses prérogatives de recenseur pour s’arroger cel (...)

[...] if the manner in which I found myself there treated, gave me any pain, that pain was not for myself [...]; my candid reader seems to have over-stepped his province of a Reviewer into that of a controversist; which certainly cannot be fair, unless he gives warning to his reader that he is laying aside the character of the judge for that of a party55.

Là encore, on est loin de la violence verbale qui caractérise beaucoup des lettres aux rédacteurs de la Monthly Review.

25L’examen des lettres aux rédacteurs de la Monthly Review et de la Critical Review parues dans des opuscules séparés – tribunes qui semblent constituer une spécificité toute britannique – entre 1749 et 1763 révèle ainsi que, par-delà la diversité des domaines abordés, de la théologie à la critique littéraire, les lecteurs semblent affectionner des styles et des tons propres à chaque revue. Il est à noter que ces opuscules de quelques dizaines de pages ne présentent aucun degré de fictionalisation, tel que ceux qu’on peut trouver dans le Spectator d’Addison et Steele, si l’on excepte la signature d’un certain « Veridicus ». Par ailleurs, qu’ils soient signés ou non, ils prennent tous part à des querelles littéraires, en proposant des réponses plus ou moins indignées à des articles hostiles. Il s’agit en somme de ripostes, plus ou moins coléreuses, s’autorisant des propos que les revues elles-mêmes, si elles les avaient reçus en l’état, n’auraient certainement pas publiés dans leur intégralité, car, derrière l’argument du « seul manque de place » (selon l’euphémisme de Smollett cité plus haut), les rédacteurs n’avaient aucun intérêt à reproduire verbatim les accusations et les menaces dont on les gratifiait. À cet égard, on serait bien en peine de retrouver dans les colonnes des périodiques français de l’époque un tel déploiement d’invectives. Dans les quatorze textes étudiés, les lecteurs de la Monthly privilégient la menace verbale, tandis que ceux de la Critical se montrent souvent plus pondérés, allant parfois jusqu’à pratiquer un humour condescendant dans les réponses aux attaques menées contre eux. D’un côté prime l’esprit de controverse, de l’autre l’exigence de politesse. Comment comprendre ces disparités de ton entre les deux revues ? On peut invoquer les champs de prédilection de chacune, la « controverse » théologique et politique pour la Monthly, tandis que la Critical se spécialise plutôt dans les belles-lettres, domaine dans lequel les enjeux pourront paraître moins brûlants. Cependant, l’examen de controverses littéraires dans la Monthly et de débats théologiques dans la Critical révèle que, par-delà les champs de prédilection de chacune des revues, les lecteurs conservent sensiblement le même ton en fonction de la revue à laquelle ils s’adressent.

26Ces différences dans les rhétoriques déployées nous renseignent finalement sur l’éthos des lectorats respectifs, reflétant deux attitudes fondamentalement différentes, quels que soient les domaines du savoir abordé. Il est possible que ces partis-pris stylistiques soient le reflet de clivages plus fondamentaux, qu’ils soient politiques, religieux ou éthiques. Il semble en tout cas que ce soit dans le domaine de la critique littéraire que ces deux revues trouvent un terrain commun, que ce soit en tant que « juges » éclairés, ou en tant que « Bavius et Maevius modernes ».

Notes

1  Robert Donald Spector, « The Monthly and its Rivals », Bulletin of the New York Public Library, nº 64, 1960, p. 159-161 ; Benjamin Christie Nangle, The Monthly Review. First Series 1749-1789, Oxford, Clarendon Press, 1934.

2  Voir par exemple William B. Warner, Licensing Entertainment: The Elevation of Novel Reading in Britain, 1684-1750, Berkeley, University of California Press, 1998 ; Joseph Bartolomeo, A New Species of Criticism: Eighteenth-Century Discourse on the Novel, Newark, University of Delaware Press, 1994 ; voir également Alvin Sullivan, British Literary Magazines, 1. The Augustan Age and the Age of Johnson, 1698-1788, Westport, Greenwood Press, 1983.

3The Twentieth Epistle of Horace to His Book, Modernized by the Author of Female Conduct... Intended as an Answer to the Remarks on his Book, made by the Writer of the « Critical Review », and by the Writer of the « Monthly Review », Londres, 1759.

4Ibid., p. iv.

5Ibid., p. xv.

6Ibid., p. xx.

7  [Veridicus], A Review of the Works of the Rev. Mr W. Hawkins, Late Professor of Poetry in the University of Oxford. And of the Remarks Made on the Same in the Critical Review for August, and in the Monthly Review for September, 1759. In a Letter to the Authors of Both Reviews, Londres, 1760, p. 67.

8  [James Elphinston], An Apology for the « Monthly Review »; With an Appendix in Behalf of the « Critical »: in which the Rise, Progress and Perfection; the Learning, Ingenuity and Equity; of both those Literary Tribunals, Are Investigated and Exhibited, in Specimens on Every Subject and of Every Kind, Londres, W. Nicoll, 1763, p. 109.

9  Voir notamment l’opuscule Observations on Some Remarks in the « Monthly Review », Londres, C. Corbett, 1757, qui préconise un renforcement du pouvoir du Parlement. À l’inverse, la Monthly suscite la publication indignée d’un opuscule défendant la mémoire de Charles Ier : John Lindsay, A Melius Inquirendum Into the Character of the Royal Martyr King Charles I, Londres, W. Owen, 1758.

10  En juin 1763, Smollett quitte Londres pour un voyage de deux ans en France et en Italie. À son retour en Angleterre, il se consacrera à d’autres chantiers, comme son dernier roman, paru en 1771, The Expedition of Humphrey Clinker.

11  Cet ouvrage, cité sous cette forme dans le numéro de la Monthly Review de mars 1750, ne figure pas dans la base de données Eighteenth Century Collections Online (ECCO, voir la bibliographie en fin d’ouvrage : « Ressources en ligne »), mais la controverse avait donné lieu à la publication par Abraham Oakes, à Londres en 1750, de A Short Essay on the Creation, Fall, and Redemption of Man: With Some View to Dr Middleton’s Late Book Against the Right Reverend Lord Bishop of London.

12  Robert Kerr (éd.), Memoirs of the Life, Writings and Correspondence of William Smellie, 2 vol., Édimbourg, J. Anderson, 1811, vol. 1, 317-318 ; cité dans Benjamin Christie Nangle, The Monthly Review. First Series 1749-1789, op. cit., p. x.

13  Notamment un traité de logique de « Mr De la Rive » (Monthly Review, mars 1757), trois ouvrages distincts en avril 1757, un autre en mai 1757, ainsi qu’une recension de l’Histoire du Paraguay du jésuite Pierre-François-Xavier de Charlevoix, en juin 1757. À partir d’octobre 1757 cependant, le nombre de lettres envoyées « de l’étranger » aux rédacteurs décroît.

14  « Les auteurs de la Critical Review se sentent redevables envers le monsieur qui les a gratifiés de ses remarques, dans une lettre signée R.L., et ils porteront l’attention requise à ses admonitions. » (The Critical Review, mars 1756, vol. 1, p. 192)

15Ibid.

16  « Les auteurs de la Critical Review ayant été informés par lettre ou par d’autres moyens, de ce que certains hommes de goût sont disposés à communiquer à l’occasion leurs observations sur une œuvre nouvelle [...], tous ceux qui seraient enclins à correspondre avec la société de cette manière sont priés de faire connaître, par une lettre au rédacteur, les livres qui ont retenu leur attention. » (ibid.)

17  Pour une typologie de ces différentes formes de courrier, voir le chapitre de Samuel Baudry, « Naissance du genre du courrier des lecteurs dans la presse britannique ».

18  « Vous ayant donné, dans une lettre antérieure, un compte rendu du premier volume de l’Analyse de Bayle et du plan de l’ouvrage, je vous prie à présent de prendre connaissance d’une étude des trois autres volumes, en me flattant de ce qu’elle ne déplaira pas à l’ensemble de vos lecteurs. » (The Critical Review [dorénavant CR], décembre 1756, vol. 2, p. 546) Bien que la lettre soit partiellement anonyme car signée d’un simple « B », il y a lieu de penser qu’elle a bien été produite par un lecteur du périodique, mais ce cas de figure est rare, du moins dans les échantillons examinés.

19  « Que nous livrons au lecteur, assortie d’une transcription de la réponse faite par l’archevêque » (The Monthly Review, septembre 1749, p. 349).

20The Monthly Review (dorénavant MR), septembre 1758, p. 320.

21MR, décembre 1758, p. 605 et 605-606.

22  Contrairement à ce que l’on trouve dans les magazines (voir le chapitre de Samuel Baudry).

23  « Plusieurs lettres nous sont parvenues auxquelles nous ne manquerons pas de répondre » (CR, avril 1756, vol. 1, p. 288).

24  « Nous avons également reçu une lettre de la main de cet auteur, sans mention de son nom, dans laquelle, après nous avoir adressé maints éloges et critiques, approbations et insultes, il déclare être d’avis, tout en partageant cette opinion avec tous ceux avec lesquels il a conversé, que “ce livre vendu à trois shillings et six pence (entendant par là les Observations on Spenser de Mr Warton) constitue la production mercenaire la plus vile et la plus grossière qui fut jamais commise, et que celui à un shilling (entendant par là son propre livre) n’y fait aucune objection qui ne soit pleinement justifiée”. À quoi nous ne pouvons répondre rien d’autre que nous n’en voulons ni à ce monsieur ni à ses amis pour l’opinion qu’ils ont des deux ouvrages. » (CR, juin 1756, vol. 1, p. 484)

25  « Nous nous déclarons redevables envers notre correspondant du 15 de ce mois de nous avoir aimablement signalé une coquille dans notre numéro de mars, que nous rectifierons dans notre Errata. » (CR, juin 1756, vol. 1, p. 484)

26CR, septembre 1756, vol. 2, p. 192.

27CR, novembre 1756, vol. 2, p. 384.

28A Sincere Christian Answer... Together, with a Preface; wherein, occasionally, the Censures of the Authors of the « Monthly Review »... are examined, Londres, 1755 ; The Twentieth Epistle of Horace... Intended as an Answer to the Remarks on his Book, made by the Writer of the « Critical Review », and by the Writer of the « Monthly Review », op. cit., ainsi que An Answer to the Author of the « Critical Review », for March, 1760, Londres, 1760.

29A Charge of Publishing a Palpable Falsity, Exhibited Against, and Fully Proved upon, the Authors of the « Monthly Review », Londres, 1755.

30Audi alteram partem: Or, a further Vindication of Mr Tho. Ruddiman’s Edition of the Great Buchanan’s Works from the Many Gross and Vile Reproaches Unjustly thown upon it... Especially from the Partial and Disingenious Representation Given of the Controversy by the Authors of the London « Monthly Review », Édimbourg, 1756.

31Observations on Some Remarks in the « Monthly Review », for March, 1757, Londres, 1757.

32A Review of the Works of the Rev. Wr. W. Hawkins... and of the Remarks Made on the Same in the « Critical Review » for August, and in the « Monthly Review » for September, 1759, Londres, 1760.

33An Appendix to the « Critical Review » of March Last, Londres, 1758.

34The Images of the Ancients... With Some Reflections on Virtue, Londres, 1758.

35A Scrutiny; or the Criticks Criticis’d: Being an Examination into the Censorial Merits of the Authors of the « Critical Review », Londres, 1759.

36Melius Inquirendum into the Character of The Royal Martyr King Charles I... That the Reflections cast upon his Sacred Person and truly Glorious Memory in a Paper inserted into a Pamphlet, entitled, The Monthly Review for February last, are notoriously false, scandalous, and a malicious Libel, Londres, 1758.

37An Examination of Mr Ferguson’s Remarks (Inserted in the « Critical Review » for May 1763), Londres, s.d.

38A Letter to the « Critical Review », Londres, 1757 ; A Letter from the Author of a Late Discourse on the xviiith Chapter of Genesis, to the Monthly Reviewers, Londres, 1758 ; ainsi que A Letter to the Rev. Mr John Kennedy, In Answer to his Examination of Mr Ferguson’s Remarks (Inserted in the « Critical Review » for May, 1763), Londres, 1763.

39The Images of the Ancients... To which is added a very friendly Epistle to the Author of the « Critical Review », Londres, s.d.

40A Letter to the Author of the « Critical Review », op. cit., p. 29.

41  Voir la note 32, supra.

42  Pour une étude du mode de la « controverse » dans le courrier des lecteurs, voir le chapitre de Samuel Baudry.

43 Thomas McDonnell, A Sincere Christian Answer, 1755, p. x-xi.

44  « Et ces derniers sont si évidents aux yeux de tous, que leurs lecteurs, sans l’aide de personne, peuvent facilement les découvrir par eux-mêmes. » (ibid., p. xv)

45  John Brine, A Charge of publishing a palpable falsity, 1755, p. 27.

46  « Messieurs,/ Je n’ouvre que rarement votre revue, car à chaque fois que je l’ai fait, je me suis rendu compte que, contrairement à l’engagement que vous avez pris à vos débuts, et au mépris de l’équité due à chaque homme, [...] vous avez écrit les comptes rendus les plus fourbes [disingenious] et les plus partiaux [partial] que j’ai jamais vus. » (Letter from the Author of a late Discourse, 1758, p. 1)

47  Cité dans An Appendix to the « Critical Review » of March Last, op. cit., p. 2.

48Ibid.

49  « Faites dorénavant preuve de sagesse, vous qui êtes juges de profession ! » (ibid., p. 15) Voir Psaumes 2, 10 : « Be wise now, therefore, O ye Kings » (Authorised King James Version of the Bible, ou Bible du roi Jacques).

50  Georges Buchanan, Audi alteram partem, op. cit.

51Ibid., p. 1.

52Ibid.

53Ibid.

54  « Je ne doute pas que vous ne soyez conscients d’avoir émis un jugement hâtif, et comme j’ai trop de respect pour votre réputation pour souhaiter vous avoir pour ennemis, j’espère que vous jugerez bon de retirer ces expressions très dures qui vous ont si inconsidérément échappé. » (William Kenrick, A Scrutiny; or the Criticks Criticis’d, op. cit., p. iv)

55  « Le critique de bonne foi semble avoir abandonné ses prérogatives de recenseur pour s’arroger celles de controversiste, ce qui, certainement, ne peut être considéré comme juste, à moins qu’il n’ait prévenu ses lecteurs de ce qu’il abandonnait son rôle de juge pour celui de partie. » (An Answer to the Author of the « Critical Review », for March, 1760, op. cit., p. 1-3.)

Auteur

Baudouin Millet est maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Spécialiste de l’histoire et des théories du roman britannique des xviie et xviiie siècles, il a publié une étude sur ce sujet, « Ceci n’est pas un roman » : l’évolution du statut de la fiction en Angleterre de 1652 à 1754 ( Peeters, 2007 ) et a édité un recueil de préfaces romanesques publiées pendant cette période, In Praise of Fiction. Prefaces to Romances and Novels, 1650-1760 ( Peeters, 2017 ). Il a également traduit Les Excès de l’amour ( 1719-1720 ), premier roman d’Eliza Haywood (Classiques Garnier, à paraître ).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search