Desktop versionMobile version

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

I. La lettre au rédacteur

Le courrier des lecteurs dans les « spectateurs » d’expression française

Alexis Lévrier

Full text

  • 1  Cette convention est abandonnée par le successeur de Donneau de Visé, Charles Dufresny, mais elle (...)
  • 2  Les numéros de La Muse historique, publiés entre 1650 et 1665, étaient rédigés sous la forme de le (...)
  • 3  Comme le souligne Jürgen Habermas, « dès le xive siècle, l’ancien échange épistolaire a été transf (...)

1Au xviiie siècle, les périodiques rédigés sur le modèle du Spectator de Joseph Addison et de Richard Steele sont loin d’être les seuls journaux qui entretiennent un lien particulier avec la communication épistolaire. Depuis le siècle précédent, beaucoup de feuilles périodiques se présentent en effet comme des lettres adressées à un correspondant réel ou fictif. C’est bien entendu le cas du Mercure galant : dès sa création en 1672, le grand périodique mondain officiel est rédigé sous la forme de lettres adressées à une dame de province, et cette convention sera maintenue jusqu’à la mort, en 1710, du fondateur du journal, Jean Donneau de Visé1. Mais le Mercure n’avait lui-même fait que reprendre un mode de présentation du discours adopté notamment dans La Muse historique de Jean Loret une vingtaine d’années plus tôt2. Ce lien est même plus ancien encore, puisque la naissance de la presse périodique a été précédée par la mise en place, au cours des siècles précédents, de systèmes privés de correspondance permettant l’acheminement de l’information3. Et si la presse a peu à peu pris le pas sur ces correspondances comme moyen de diffuser des nouvelles, les journalistes ont continué, au cours de l’Ancien Régime, à se procurer leurs informations grâce à de solides réseaux d’informateurs.

  • 4  Les deux premiers périodiques de Desfontaines – Le Nouvelliste du Parnasse (1731-1732) et les Obse (...)
  • 5  Les Lettres de Madame la Comtesse (1745-1746), comme Les Lettres sur quelques écrits de ce temps ( (...)
  • 6  Ces Lettres ont paru avec succès entre décembre 1735 et septembre 1737. Jean-Baptiste de Boyer d’A (...)
  • 7  Trente numéros ont paru sous ce titre à Amsterdam en 1738.
  • 8  Dans le cas des correspondances cosmopolites, ce « je » fictif possède en outre des caractéristiqu (...)

2Certains périodiques littéraires contemporains des « spectateurs » semblent même plus proches que ces derniers de l’écriture épistolaire. Ils ne comportent pas seulement en effet des missives attribuées à des lecteurs, mais se présentent eux-mêmes sous la forme de lettres. C’est le cas par exemple des journaux de critique littéraire de Desfontaines4 et de Fréron5, ou des correspondances cosmopolites inspirées des Lettres persanes, à l’image des Lettres juives du marquis d’Argens6 ou des Lettres d’un sauvage dépaysé de Jean Joubert de la Rue7. Ces journaux épistolaires présentent des liens évidents avec le phénomène spectatorial. Ils partagent en particulier avec les « spectateurs » le recours au support de la feuille volante et la mise en avant de la première personne8.

3En comparaison de ces périodiques épistolaires, les « spectateurs » peuvent paraître en retrait dans l’utilisation de la lettre. Il n’en est rien cependant, et ce à plusieurs titres. Les périodiques dérivés du Spectator reprennent de nombreux procédés propres à l’écriture épistolaire, tels que l’affirmation de la première personne du rédacteur, et surtout la permanence d’un dialogue avec le public. Le lecteur est en effet apostrophé en permanence, et l’auteur fictif donne l’impression de vouloir bavarder avec son public de manière libre et spontanée. Les imitateurs français d’Addison et Steele transposent ainsi dans le journalisme l’écriture vive et en apparence improvisée de la lettre familière. Toutefois, si la lettre est partout présente dans les « spectateurs », c’est aussi, évidemment, parce que ces journaux ont dès l’origine publié un nombre considérable de lettres de lecteurs au sein de leurs feuilles. Les cinq cent cinquante-cinq numéros du Spectator publiés à un rythme quotidien entre le 1er mars 1711 et le 6 décembre 1712 comportent ainsi plus de cinq cents lettres adressées à l’auteur fictif par des lecteurs, réels ou fictifs. Beaucoup de numéros, notamment ceux que Steele a rédigés, étaient même entièrement constitués de lettres de lecteurs, mises bout à bout.

  • 9  Jean Sgard et al., « Le journaliste masqué. Personnages et formes personnelles », dans Pierre Réta (...)
  • 10Ibid., p. 287. Lorsque cet énonciateur fictif, suivant le modèle anglais de « Mr Spectator », se d (...)

4Nous tenterons cependant de montrer que les « spectateurs » en langue française s’émancipent en partie de leur modèle dans leur utilisation de la lettre. Notre travail n’aura bien sûr pas de prétention à l’exhaustivité, car les imitations francophones du Spectator représentent un ensemble trop considérable pour être envisagé ici dans sa globalité. Selon Michel Gilot, Jean Sgard et les auteurs de l’étude dite du « Collectif de Grenoble », cent douze « spectateurs » en langue française ont paru au cours du siècle9. Ces chercheurs proposent, il est vrai, une définition très extensive de ce phénomène journalistique, puisqu’ils réunissent sous l’appellation « spectateurs » tous les journaux dont le titre fait référence à un énonciateur fictif10. Nous analyserons pour notre part une quinzaine de périodiques qui traduisent de manière très nette l’influence du Spectator, et qui, le plus souvent, la revendiquent. Nous envisagerons surtout le premier tiers du siècle, période durant laquelle les « spectateurs » ont connu leur succès le plus spectaculaire. Onze périodiques s’inspirant directement du Spectator ont été publiés entre 1711 et 1734 : Le Misanthrope de Justus Van Effen (1711-1712), Le Censeur (1714), La Bagatelle de Van Effen (1718-1719), Le Spectateur français de Marivaux (1721-1724), Le Spectateur suisse de Des Fourneaux (1723), Le Spectateur inconnu de François Granet (1723-1724), Le Nouveau Spectateur français de Van Effen (1724-1725), L’Indigent philosophe de Marivaux (1727), Le Spectateur littéraire (1728), La Spectatrice (1728-1729) et Le Cabinet du philosophe de Marivaux (1734). Toutefois, pour la plupart d’entre eux, les « spectateurs » publiés au cours de ces deux décennies restèrent éphémères. Nous étudierons donc aussi des journaux publiés au cours des décennies suivantes, et qui sont parvenus à s’inscrire dans la durée : nous nous arrêterons notamment sur La Spectatrice danoise de Laurent Angliviel de La Beaumelle (1748-1750) et Le Nouveau Spectateur de Jean-François de Bastide (1758-1760). Nous emprunterons aussi quelques exemples aux « spectateurs » publiés par Jacques-Vincent Delacroix à partir de 1770.

5Nous verrons que le recours à la lettre demeure fréquent dans ces journaux, même s’il est moins systématique que dans le périodique fondateur. Nous soulignerons en outre qu’en dépit de leur grande hétérogénéité, ces lettres peuvent être subdivisées en cinq catégories principales. Une tendance se fait jour en particulier dans la plupart des « spectateurs » d’expression française : le basculement du courrier des lecteurs vers la fiction et vers l’abstraction.

Une présence irrégulière mais considérée comme essentielle

6Un premier constat s’impose à la lecture du corpus étudié : les « spectateurs » en langue française n’accordent pas tous la même importance aux lettres de lecteurs, et certains n’en publient pas du tout. Le courrier des lecteurs occupe en effet une place très inégale d’un périodique à l’autre, sans qu’il soit possible de distinguer une progression logique au cours du siècle. Les « spectateurs » d’expression française publiés au cours des années 1710 et 1720 font déjà une utilisation très différente de ce type de texte. La première imitation du Spectator sur le continent, Le Misanthrope de Justus Van Effen, compte seulement quatre lettres de lecteurs, alors que quatre-vingt-cinq numéros ont paru sous ce titre. Le Censeur, second « spectateur » rédigé en langue française, comporte en revanche une proportion beaucoup plus considérable de lettres attribuées à des lecteurs : vingt-neuf lettres sont publiées dans les quarante-trois numéros de ce journal, qui paraît à La Haye dans le courant de l’année 1714. Dans le huitième numéro, au moment de produire la première d’entre elles, le rédacteur fictif du journal affirme qu’il se contente de se conformer aux exigences de son public :

  • 11Le Censeur ou Caractères des mœurs de La Haye, La Haye / Amsterdam, Henri Scheurleer / Jean Wolter (...)

Les plaintes que je viens de recevoir de quelques-uns de mes correspondants sur ce que je n’ai pas encore daigné (c’est le terme dont ils se servent) faire attention à ce qu’ils ont pris la peine de m’écrire, sont trop justes pour n’y pas avoir égard. Je vais donc joindre ici quelques-unes de leurs lettres, telles qu’elles me tomberont sous la main, et sans donner la préférence à personne11.

  • 12  On trouve ainsi une quinzaine de lettres de lecteurs dans les quatre-vingt-dix-huit numéros de La (...)
  • 13  Seuls huit numéros du journal comportent en effet des lettres de lecteurs. Il s’agit des 2e, 9e, 1 (...)
  • 14  Dans la 2e feuille, le Spectateur retranscrit en effet une lettre envoyée à l’un de ses amis. Dans (...)
  • 15  Précisons cependant que deux lettres sont retranscrites dans Le Cabinet du philosophe : elles sont (...)

7Comme les lecteurs anglais du Spectator, le public francophone serait donc avide de trouver au sein des « spectateurs » français la retranscription du courrier envoyé à l’auteur. Pourtant, les imitations du Spectator publiées au cours des années et des décennies suivantes ne suivent pas toutes cet exemple, et hésitent entre les deux tendances qui se sont esquissées dans Le Misanthrope et dans Le Censeur. Dans les deux autres « spectateurs » en langue française qu’il lance par la suite, La Bagatelle et Le Nouveau Spectateur français, Van Effen reproduit il est vrai davantage de lettres qu’il ne l’avait fait dans Le Misanthrope12. Mais les trois périodiques de type Spectator publiés successivement par Marivaux traduisent une évolution inverse. Les vingt-cinq feuilles de son premier journal, Le Spectateur français, comportent en effet onze lettres de lecteurs. Encore faut-il préciser qu’elles sont regroupées dans un nombre limité de numéros13, et que trois d’entre elles ne sont pas directement adressées au rédacteur fictif du journal14. Surtout, cette volonté de donner la parole au public est totalement abandonnée dans L’Indigent philosophe et dans Le Cabinet du philosophe15. Quant aux autres « spectateurs » publiés au cours des années 1720, ils comportent également un nombre relativement restreint de lettres de lecteurs : on en trouve quatre dans les dix numéros du Spectateur inconnu, mais aucune dans les deux feuilles du Spectateur suisse, aucune dans les quinze feuilles de La Spectatrice, aucune non plus dans les quatre feuilles du Spectateur littéraire. C’est très peu en comparaison des centaines de lettres publiées dans le Spectator dont tous ces journaux prétendent s’inspirer avec exactitude.

  • 16  Ces soixante « Amusements » ont paru entre septembre 1748 et avril 1749. La Beaumelle a relancé so (...)

8Les principaux « spectateurs » en langue française lancés au cours des décennies suivantes ont cependant en commun de tous publier des lettres attribuées à des lecteurs. Jacques-Vincent Delacroix, nous y reviendrons, livre de manière récurrente des lettres qui lui sont prétendument adressées dans son Spectateur français, pour servir de suite à celui de M. de Marivaux, lancé en 1770. Le courrier des lecteurs conserve en outre une place de choix dans la dizaine de périodiques auxquels il donne successivement le titre de Spectateur français jusqu’en 1830. Auparavant, Laurent Angliviel de La Beaumelle avait lui aussi fait paraître de nombreuses lettres dans La Spectatrice danoise, périodique publié à Copenhague entre septembre 1748 et avril 1750. Nous avons recensé vingt-deux lettres adressées à la rédactrice fictive dans les soixante premières livraisons du journal, période durant laquelle La Beaumelle respecte avec le plus de fidélité la forme héritée du Spectator16 : elles interviennent de manière assez régulière puisqu’elles sont présentes dans les « Amusements » 5, 6, 9, 16, 18, 19, 20, 24, 28, 31, 32, 35, 36 (où figurent deux lettres), 42, 43, 49, 51, 53, 55, 59 et 60. À ce courrier directement adressé à la journaliste viennent s’ajouter quelques lettres qui ne lui sont pas destinées, et qu’elle choisit de publier malgré tout. Par ailleurs, La Spectatrice danoise résume ou cite parfois des lettres qu’elle ne reproduit pas dans leur intégralité. C’est le cas notamment dans les « Amusements » 5 et 9, et surtout, nous le verrons, dans le numéro 44.

  • 17  Au Nouveau Spectateur ont succédé Le Monde comme il est (soixante numéros entre mars 1760 et août  (...)
  • 18  Ces six volumes ont paru en 1758 (pour les deux premiers) et 1759 (pour les quatre suivants). Chaq (...)
  • 19Le Nouveau Spectateur prétend avoir trouvé cette correspondance dans un portefeuille qu’il a décou (...)
  • 20Le Nouveau Spectateur, vol. 6, 1759, p. 157.
  • 21Ibid., p. 161-354
  • 22  Ce procédé peut être rapproché d’une tentative esquissée par Prévost dans Le Pour et Contre : dans (...)

9On trouve de nombreuses lettres attribuées à des lecteurs dans les trois « spectateurs » que Bastide publie entre 1758 et 176117. Toutefois, elles sont insérées de manière éparse, au milieu d’un amas de pièces hétéroclites, qu’il s’agisse de billets, de chansons, de poèmes, de dialogues, de scènes de comédie, ou de récits de toute nature. Certes, Bastide publie des lettres dans chacun de ses journaux, mais leur répartition est inégale d’une livraison à l’autre. Nous avons inventorié les lettres parues dans les six premiers volumes du Nouveau Spectateur18, et ce relevé témoigne d’une présence discontinue du courrier des lecteurs. Le volume 1 comporte en effet treize lettres adressées au Nouveau Spectateur. On en dénombre ensuite neuf dans le volume 2, seize dans le volume 3, quatorze dans le volume 4, onze dans le volume 5 et cinq dans le volume 6. La longueur de ces lettres est en outre très variable : il s’agit parfois de billets de quelques lignes, mais Le Spectateur publie aussi des lettres de plusieurs dizaines de pages. En outre, les missives produites dans le journal ne se limitent pas au courrier directement adressé à l’auteur supposé. D’autres lettres, parfois très volumineuses, sont en effet présentées comme l’œuvre d’hommes ou de femmes qui les ont écrites sans penser à une éventuelle publication. Dans le volume 4, le Nouveau Spectateur livre ainsi une quinzaine de lettres que deux amants se sont écrites plusieurs années auparavant19. Il va plus loin dans le volume 6, puisqu’il publie la très longue correspondance échangée par deux amies, Madame de la B*** et la Marquise de T*** : ce « paquet de lettres20 » représente un ensemble de presque deux cents pages21 et inclut des pièces diverses telles que le « Portrait d’un honnête homme » ou des « Pensées et maximes ». La voix du Nouveau Spectateur s’efface donc durablement derrière celle de ces deux correspondantes, au point que le périodique, pendant plusieurs mois et plus de la moitié du sixième volume, adopte toutes les caractéristiques d’un journal épistolaire22.

  • 23Le Spectateur inconnu, nº 2, 1724, p. 32.

10Le courrier des lecteurs occupe donc une place importante dans les « spectateurs » d’expression française, mais moins exclusive que dans le Spectator. Les rédacteurs francophones se veulent au service de leur public et publient presque tous des documents attribués à leurs lecteurs. Mais ces documents ne sont pas toujours des lettres : on attribue aussi au public des mémoires, des poèmes, des journaux intimes, des énigmes, des caractères, des nouvelles galantes et des pièces de toutes sortes. Dans son second numéro, Le Spectateur inconnu présente les Spectateurs comme « les secrétaires du public23 ». Cette expression est révélatrice, car elle montre que le rôle des Spectateurs va bien au-delà de la production de lettres : dans chacun de ces journaux, les lecteurs attendent plus généralement de l’auteur fictif qu’il se fasse l’écho de toutes leurs demandes et qu’il publie leurs tentatives littéraires.

  • 24Le Spectateur ou le Socrate moderne, où l’on voit un portrait naïf des mœurs de ce siècle, vol. 1, (...)
  • 25Le Censeur, nº 1, 1714, p. 8.
  • 26 La Spectatrice danoise, ou l’Aspasie moderne, vol. 1, première partie, 1749, p. 8 et 9.
  • 27Le Nouveau Spectateur, discours 5, 1759, p. 80.

11Pourtant, les lettres ne sont jamais présentées dans les « spectateurs » comme un type de texte parmi d’autres. Même lorsqu’ils accordent très peu de place au courrier des lecteurs, les rédacteurs fictifs de ces journaux considèrent en effet l’échange épistolaire avec leur public comme essentiel. À l’image de « Mr Spectator », qui, dès le premier numéro, avait mis en place un bureau d’adresses pour inciter le public à lui écrire24, la plupart des « spectateurs » d’expression française mentionnent ainsi d’emblée la possibilité de leur envoyer des lettres. S’ils fixent les conditions de l’échange épistolaire avec moins de rigueur que leur modèle, ils indiquent en général une adresse, qui est presque toujours celle de leur libraire. La première livraison du Censeur se termine par exemple par un « Avertissement du Libraire », qui incite le public à envoyer des lettres à son adresse25. De même, La Spectatrice danoise s’engage à suivre « les avis de tous ceux qui en adresseront de sensés à Mr G. Fursman qui demeure dans la rue Aabenraae à Copenhague », et elle affirme à propos des lettres qu’elle recevra : « Je les y insérerai exactement, pourvu qu’elles soient courtes, judicieuses, et originales26. » Dans beaucoup de « spectateurs », cette demande est rappelée par la suite, ce qui n’empêche pas l’auteur fictif de regretter parfois la piètre qualité des lettres qui lui sont envoyées. Ainsi, Le Nouveau Spectateur de Bastide sollicite une nouvelle fois la participation de ses lecteurs au début de son tome 4 mais, dans le même temps, il prétend qu’il « reçoi[t] toutes les semaines des volumes de lettres27 » et que très peu d’entre elles méritent d’être publiées. Les lettres des lecteurs jouent un rôle si essentiel dans ces journaux que beaucoup d’imitateurs d’Addison considèrent leur présence comme un trait commun à l’ensemble des « spectateurs ». C’est le cas de l’auteur de la première Spectatrice, publiée à Paris en 1728-1729. La rédactrice fictive voit en effet dans la production de lettres une sorte de rite ou de passage obligé, au même titre par exemple que l’insertion de récits de rêves :

  • 28  Alexis Lévrier (éd.), « La Spectatrice », Reims, Épure, 2013, troisième semaine, p. 56.

Mais patience, je prendrai ailleurs des sujets qui seront du goût de mes lecteurs ; car à l’exemple des autres Spectateurs, je prétends bien en tirer des poètes célèbres, des lettres qui me seront écrites, de mes rêveries et de mes songes, et m’en faire encore de ma seule autorité28.

12Mais si le courrier des lecteurs joue un rôle déterminant dans les « spectateurs », ces lettres frappent par leur hétérogénéité. Au sein d’un même journal, et déjà dans le Spectator, les lettres de lecteurs semblent explorer toute la gamme des possibles : l’âge des correspondants va de la prime jeunesse à l’extrême vieillesse. Ces lecteurs se distinguent aussi les uns des autres par ce qu’ils disent ou laissent entendre de leur appartenance sexuelle, de leur apparence physique, de leur origine sociale ou de la profession qu’ils exercent. De la même manière, les lettres produites dans ces journaux diffèrent à la fois par leur longueur, par leur tonalité et par les motivations de l’épistolier. D’une livraison à l’autre, et parfois au sein d’un même numéro, les rédacteurs francophones mêlent des lettres enjouées écrites avec humour et légèreté à des lettres pathétiques rédigées par des correspondants ayant perdu tout espoir. La lecture de ce courrier des lecteurs peut donc donner l’image d’un foisonnement disparate et désorganisé. Pourtant, il convient de ne pas se contenter d’une telle impression.

Essai de typologie

  • 29  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 119-123.

13L’étude de notre corpus nous a conduit à distinguer cinq catégories de lettres, qu’il faudrait confronter aux autres « spectateurs » parus en langue française pour en vérifier la pertinence. Le premier ensemble se situe à la limite du courrier des lecteurs, puisqu’il est composé de lettres qui à l’origine n’étaient pas destinées à être publiées. Il s’agit de lettres qui ne sont pas adressées au Spectateur et qu’il publie malgré tout, avec l’autorisation des deux épistoliers, de l’un d’entre eux seulement, ou en se passant tout à fait de leur accord. On trouve par exemple ce type de lettres dans la deuxième feuille du Spectateur français de Marivaux, lorsque le journaliste fictif produit une missive reçue par l’un de ses amis : elle est écrite à cet homme par une jeune femme qui lui confesse son amour tout en exprimant le choix inflexible de demeurer vertueuse29. La correspondance entre deux amants, publiée par Bastide dans le quatrième tome de son Nouveau Spectateur, appartient également à cette catégorie. Ici, comme dans la deuxième feuille du Spectateur français, seul l’un des deux épistoliers est prévenu de cette publication : ni la jeune femme sensible imaginée par Marivaux ni l’homme désespéré auquel Bastide délègue la parole n’ont été informés que leurs confidences privées deviendraient publiques. En lisant ce type de lettres, le lecteur du journal se retrouve donc dans une situation de communication particulière, celle d’une lecture par effraction : il est, comme le Spectateur lui-même, dans la position d’un voyeur.

  • 30Ibid., 10e feuille, p. 165-166, et 11e feuille, 171-172.
  • 31Le Nouveau Spectateur, vol. 3, 1759, p. 53.
  • 32Le Nouveau Spectateur, vol. 1, 1758, p. 186.
  • 33Ibid., p. 186-187.

14D’autres lettres ne sont pas directement adressées au Spectateur, mais sont écrites spécifiquement dans le but d’être publiées dans son journal. Ce deuxième type de lettres se situe donc à mi-chemin de l’espace privé et de l’espace public. Le Spectateur accepte alors de remplir une fonction d’intermédiaire, puisqu’il est prié par un lecteur de publier un texte qui permettra d’agir sur un tiers. Dans les dixième et onzième feuilles du Spectateur français, Marivaux publie par exemple deux lettres d’une jeune fille abandonnée : la première est adressée à son amant, pour le supplier de revenir et de prendre soin de son enfant, et la seconde est rédigée à l’attention de son père, pour implorer son pardon30. Le Nouveau Spectateur de Bastide joue lui aussi à plusieurs reprises un tel rôle d’intercesseur. Il publie par exemple, dans le tome III, une lettre écrite par un homme à son épouse pour l’encourager à ne plus négliger son apparence physique et pour lui suggérer de prendre un amant. Il justifie son choix de recourir à la médiation du périodique en expliquant qu’il lui est plus facile de lui donner de tels conseils en se servant d’une « main étrangère31 ». Dans leur volonté d’être des relais compréhensifs et bienveillants entre leurs lecteurs, les Spectateurs acceptent parfois de servir d’intermédiaires de manière plus concrète encore. Là encore, Bastide fait preuve d’une très grande ingéniosité dans son Nouveau Spectateur. Ainsi, dans le premier tome de ce journal, le journaliste accepte un dépôt d’argent destiné à permettre le mariage d’une jeune fille pauvre. Un inconnu lui écrit en effet pour évoquer le sort de cette jeune femme, amoureuse « d’un amant qu’elle adore, et qui est digne d’elle32 ». Mais cet homme a des « parents avares, qui croient fermement qu’on doit placer son fils, comme on place un fonds, pour en tirer tout l’intérêt qu’il peut produire33 ». Ces parents exigent donc une dot de dix mille écus que le père de la jeune fille ne peut apporter, mais que l’épistolier se propose de lui remettre par l’entremise du Spectateur :

  • 34Ibid., p. 187.

Je prends la liberté, Monsieur, de vous envoyer les dix mille écus : je puis les donner, et ils ne me coûtent rien. L’honnête homme dont je parle lit vos feuilles : il saura par cette voie mes sentiments pour lui, et peut-être qu’en faveur du voile dont je couvre la plus satisfaisante action que j’aie fait de ma vie, il voudra bien me faire l’honneur d’accepter ce léger service34.

  • 35Œuvres diverses de Mr Juste Van Effen, Amsterdam, H. Uytwerf, 1742, vol. 5, p. 139.
  • 36Ibid., p. 140 et 141.

15Il existe un troisième type de lettres, plus représenté dans les « spectateurs » et plus emblématique du projet moral revendiqué par ces journaux. Il traduit là encore la volonté du journaliste fictif de venir en aide à ses lecteurs, mais de manière plus spécifique, en jouant le rôle d’un tuteur ou d’un guide. Dans le Spectator, les lettres de ce type étaient de très loin les plus nombreuses : le public anglais a en effet accepté très tôt de reconnaître à « Mr Spectator », dont personne n’ignorait pourtant le caractère fictif, une capacité à réformer les comportements et à mettre ses lecteurs sur le chemin de la vertu. Chaque imitateur français du Spectator revendique également cette aptitude, et ses lecteurs acceptent presque toujours de lui témoigner leur confiance. Un correspondant du Nouveau Spectateur français de Van Effen évoque sa « charge de Spectateur général » et ajoute : « Vous avez choisi une profession qui a pour but la réforme du ridicule, la correction des défauts, et la destruction des vices35. » Plus loin, ce correspondant définit les Spectateurs comme des « médecins de l’esprit » et comme des « docteurs spirituels36 ». La métaphore médicale présentant le Spectateur comme un médecin des mœurs était déjà filée à plusieurs reprises dans le périodique anglais, et on la retrouve dans d’autres lettres produites par les héritiers francophones du Spectator. Un jeune correspondant du Nouveau Spectateur lui écrit par exemple :

  • 37Le Nouveau Spectateur, vol. 6, 1759, p. 396.

Je lis très régulièrement vos feuilles périodiques. Rien de plus utile pour les jeunes gens qui commencent la carrière du monde, et qui veulent apprendre à connaître les hommes. Mais si vous êtes Spectateur du genre humain, vous n’en êtes pas moins l’ami ; et en nous montrant les maladies qui nous affligent, vous vous faites en même temps un devoir d’y appliquer les remèdes. C’est dans cette vue que j’ose vous demander une grâce37.

  • 38Le Spectateur ou le Socrate moderne, vol. 4, 1720, p. 212 ; il s’agit de la première traduction fr (...)

16Le Spectateur est donc l’ultime recours, celui que l’on sollicite pour obtenir des conseils lorsque toutes les autres ressources semblent épuisées. Et quand ils ne croient plus pouvoir être aidés, ses correspondants lui écrivent au moins pour se confier et raconter leur histoire. Ils cherchent alors à « se décharger le cœur », comme l’explique « Mr Spectator » dans le 402e numéro du périodique anglais : « les personnes, de qui je les ai reçues [les lettres suivantes], hors d’état de pouvoir recourir à l’autorité des lois, les ont plutôt écrites pour se décharger le cœur, que dans l’espérance d’obtenir justice ou quelque consolation38 ».

  • 39  Il livre par exemple, au début du tome 6, une lettre dans laquelle l’un de ses amis raconte les év (...)
  • 40  Les trois feuilles qui contiennent ce mémoire fictif ont paru entre mai et juillet 1723. Les livra (...)
  • 41  Les numéros concernés sont les « discours » 25, 26, 27et 28.
  • 42  Ces Réflexions de T*** sur les égarements de sa jeunesse ont paru à Paris en 1729, sans qu’aucun l (...)

17Il est donc possible de mettre en évidence l’existence d’une quatrième catégorie de lettres, composée de ce que nous proposons d’appeler des lettres-témoignages. De telles missives, très fréquentes dans le Spectator comme dans ses imitations françaises, ont très clairement une fonction publique, et présentée comme telle. L’épistolier commence en général par annoncer son intention de raconter une anecdote ou de proposer un récit plus ambitieux, qui concerne souvent sa propre vie. Bastide produit ce type de lettres à de très nombreuses reprises dans son Nouveau Spectateur, et certains de ses correspondants livrent de véritables récits autobiographiques. Il s’agit en toute logique de lettres souvent longues, qui peuvent s’étendre sur plusieurs dizaines de pages39. Bastide n’est cependant pas le premier auteur francophone à avoir retranscrit, dans un « spectateur », de longues lettres dans lesquelles des lecteurs racontent tout ou partie de leur propre vie. Van Effen a publié, dans son Nouveau Spectateur français, une lettre attribuée à un homme qui relate les événements importants qui ont jalonné son existence. Ce texte, intitulé « Lettre d’un homme d’âge », s’inspire explicitement du mémoire prétendument écrit par une dame âgée que Marivaux avait inséré, moins de deux ans auparavant, dans les 17e, 18e et 19e feuilles de son premier journal40. L’histoire de cette ancienne coquette constituait déjà l’un des ensembles narratifs les plus longs publiés dans Le Spectateur français. Le récit imaginé par Van Effen est plus développé encore puisque les quatre dernières feuilles de son journal lui sont consacrées, soit l’équivalent d’une soixantaine de pages41. Dans des textes tels que celui-ci, le courrier des lecteurs devient le prétexte à de véritables échappées vers le roman. De manière très révélatrice, la « Lettre d’un homme d’âge » a d’ailleurs fait l’objet d’une publication en volume, sans nom d’auteur, quelques années après sa parution en feuilles42.

  • 43La Spectatrice danoise, vol. 1, 1749, p. 463.
  • 44Ibid., p. 369.

18Un cinquième type de lettres de lecteurs peut enfin être dégagé : il est constitué par les courriers qui mettent en scène la réception du périodique et qui sont donc, pour le journaliste, le moyen de relayer les critiques comme les éloges dont ses feuilles sont l’objet. Les « spectateurs » ne sont pas, tant s’en faut, les seuls journaux du xviiie siècle à publier de telles lettres, mais leurs rédacteurs utilisent des méthodes particulièrement diversifiées pour refléter l’accueil que le public a réservé à leurs écrits. Certes, les correspondants exposent souvent directement leur opinion au journaliste. Mais dans le Spectator, comme dans les périodiques francophones dérivés de ce modèle, les lecteurs rapportent aussi des discussions sur le périodique dont ils ont été les témoins dans des cafés ou au sein de petites assemblées. C’est, par exemple, le cas à plusieurs reprises dans La Spectatrice danoise de La Beaumelle. Les lecteurs se font parfois l’écho de compliments sur le journal, à l’image de ce correspondant qui, dans le numéro 55, évoque les discours élogieux entendus dans une compagnie à propos d’un numéro qui portait sur le sort réservé à l’armée43. Mais ils relaient aussi les reproches dont le périodique est l’objet, ce qui permet au journaliste de devancer les critiques ou de répondre à d’authentiques attaques. Ainsi, dans le numéro 42, un correspondant explique à la rédactrice qu’il lit régulièrement ses feuilles « à une coterie de dames aussi spirituelles qu’aimables44 », et il transmet les nombreuses critiques dont ces lectrices lui ont fait part, notamment de ne pas suffisamment défendre le beau sexe : cette lettre permet donc à La Beaumelle de mettre en scène le point de vue d’une assemblée de femmes du monde, groupe d’individus qui correspond, pour partie au moins, au public visé par son journal.

  • 45  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., 9e feuille, p. 155-159, et 10e feuille, p. 163-16 (...)
  • 46Ibid., 11e feuille, p. 166.

19Cette typologie devra être précisée et affinée, nous l’avons dit. Il va de soi, en outre, que les frontières entre ces différentes catégories de lettres ne sont pas étanches, et qu’un correspondant peut à la fois livrer son témoignage et demander au Spectateur de jouer le rôle d’intercesseur ou de guide moral. Ainsi, dans Le Spectateur français, les deux lettres adressées par la jeune fille abandonnée à son amant et à son père sont précédées par une missive, plus longue, rédigée par la même correspondante et destinée au journaliste45. Elle le prie de publier les lettres qui suivent, mais lui raconte également l’aventure qui a provoqué sa chute. L’intention du Spectateur français, en produisant ce témoignage, est bien d’aider les jeunes femmes au bord du même « précipice » en leur montrant « toute l’horreur de l’abîme que la passion leur cache46 ».

Vers la fiction

  • 47  Il déclare ainsi qu’il veut donner à ses lecteurs « des contes agréables, et des lettres enjouées (...)
  • 48  Lorsque son journal est réédité, en 1796, il regrette le contenu et la tonalité souvent futiles de (...)

20Les cinq catégories de lettres que nous venons de distinguer sont présentes à la fois dans le Spectator et dans ses imitations françaises. Toutefois, les lettres produites dans les « spectateurs » francophones diffèrent, en partie au moins, de celles que Steele et Addison avaient insérées dans leur propre journal. Le courrier des lecteurs est d’abord moins abondant dans les périodiques d’expression française, mais il est également caractérisé par un basculement assez net, à défaut d’être systématique, vers la généralité et vers la fiction. Ce constat doit bien sûr être nuancé, et n’empêche pas la publication dans de nombreux « spectateurs » en langue française de lettres authentiques. Ainsi, dans les trois « spectateurs » de Bastide, la correspondance échangée avec Voltaire, Rousseau ou Mme Riccoboni voisine avec des lettres attribuées à des inconnus à peine caractérisés, qu’il ne cherche nullement à rendre crédibles. Les nombreux journaux lancés par Jacques-Vincent Delacroix semblent même traduire un mouvement inverse : dans son premier Spectateur français, de nombreuses lettres sont de toute évidence fictives, et il revendique la volonté de les utiliser pour plaire à son public47. Mais à l’approche de la Révolution, et plus encore durant la période révolutionnaire elle-même, les « spectateurs » qu’il rédige successivement évoluent vers un contenu politique, suivant en cela une transformation qui touche l’ensemble de la presse française. Le courrier des lecteurs va dès lors changer de nature dans les journaux de Delacroix, qui n’hésite pas à critiquer le ton léger de son premier journal48, affirme désormais sa volonté de privilégier l’actualité et retranscrit le plus souvent des lettres authentiques.

  • 49La Spectatrice danoise, vol. 1, 1749, p. 379.
  • 50Ibid., p. 379.
  • 51Ibid., p. 379 et 380.

21Dans leur majorité, les périodiques français dérivés du Spectator publiés avant la Révolution ont cependant en commun une tendance à donner la parole à des épistoliers types, dont la personnalité se réduit à une fonction ou à un trait de caractère unique. On trouve ainsi de manière récurrente dans ces journaux des lettres où s’expriment des jeunes filles délaissées, des coquettes enjouées, des mères acariâtres, des vieillards cupides, des petits-maîtres vaniteux, ou des pères abandonnés par leurs enfants. Certes, nous avons rarement la preuve irréfutable que ces lettres ont été rédigées par le rédacteur lui-même. Mais dans la plupart des cas, elles sont à peine datées et ne sont pas situées d’un point de vue géographique, si ce n’est de manière très vague. La personnalité de ces épistoliers demeure tout aussi indéterminée, de même que leur histoire personnelle ou leurs relations avec leurs semblables. Loin de chercher à individualiser ces lecteurs, les rédacteurs francophones semblent même prendre plaisir à les inscrire dans une lignée et à poursuivre un jeu d’échos d’un « spectateur » à l’autre. Dans son numéro 44, entièrement consacré aux « productions de [s]es correspondants », La Spectatrice danoise va du reste jusqu’à réduire elle-même ses lecteurs à des types clairement identifiés49. Elle énumère en effet une liste d’épistoliers représentatifs de la diversité des lettres qu’elle reçoit : elle évoque successivement un jeune homme amoureux, une jeune demoiselle rebutée « par l’idée d’entrer au couvent50 », un lecteur médisant qui « envoie les anecdotes de son quartier51 », un correspondant qui fait la critique de son journal, un bel esprit qui se déchaîne contre le goût régnant, et des maris – de loin les plus nombreux selon elle – qui se plaignent de leurs femmes. Que les correspondants évoqués dans cette feuille soient réels ou fictifs, ils sont privés de toute consistance psychologique, et le rédacteur lui-même ne voit en eux qu’un catalogue de stéréotypes.

22Les numéros du Spectator comportaient eux aussi leur lot d’épistoliers caricaturaux et de lettres entièrement fabriquées. Loin d’essayer de le dissimuler, Addison et Steele semblent s’être amusés à semer le doute et à encourager la suspicion de leurs lecteurs. Dans le numéro 542 du Spectateur ou le Socrate moderne, « Mr Spectator » raconte avoir surpris une conversation sur son journal dans une compagnie : les membres de cette assemblée ont dénigré son périodique et jugé les lettres de ses correspondants supérieures à ses propres écrits. Il révèle alors à son public que les lettres les plus admirées par ses lecteurs sont, pour certaines d’entre elles, nées de sa propre imagination :

  • 52Le Spectateur ou le Socrate moderne, vol. 5, nº 58, 1721, p. 364.

Comme il n’y a rien que j’aime tant que de mortifier les esprits envieux et malins, pour bien asséner mon coup, je dois les avertir qu’ils m’ont souvent loué sans y prendre garde, et qu’ils ont approuvé mes écrits lorsqu’ils s’imaginaient d’y trouver à redire. J’ai entendu plusieurs de ces infortunés génies démontrer d’une manière invincible, que j’étais incapable de composer une lettre, que j’avais écrite le jour précédent52.

  • 53  Pour ces attributions, voir Donald F. Bond, « Introduction », dans The Spectator, 5 vol., Donald F (...)
  • 54  En 1725, l’un des libraires-éditeurs du journal, Charles Lillie, publie environ 300 lettres de lec (...)

23Addison et Steele brouillent donc volontairement la frontière entre lettres authentiques et lettres imaginaires, de sorte que le partage entre réalité et fiction est souvent difficile à établir dans le Spectator. Toutefois, les lettres réelles sont très nombreuses, et elles sont nettement majoritaires dans le cas des numéros rédigés par Steele53. Une attention est en outre portée, même dans les lettres fictives, à l’ancrage spatio-temporel et à l’individualisation, au moins partielle, des épistoliers. Il faut rappeler, de manière plus générale, l’écart existant entre la publication du Spectator en Angleterre et les conditions dans lesquelles ont paru la plupart des « spectateurs » d’expression française. Les imitations françaises du Spectator n’ont pour la plupart d’entre elles connu qu’une existence éphémère, alors que leur modèle anglais a rencontré, dès son lancement en mars 1711, un succès sans précédent dans l’histoire de la presse européenne. Ainsi, ce sont des milliers de lettres de lecteurs qui ont réellement été envoyées aux éditeurs du Spectator en 1711 et 1712, durant la première période de sa publication. Addison et Steele en retranscrivent beaucoup et commencent très tôt à le faire, puisque les premières lettres paraissent dans le numéro 8, à peine plus d’une semaine après le lancement du journal. Pourtant, la majeure partie de ces lettres ne pourront être publiées et feront l’objet d’éditions séparées, au cours des années, des décennies et même des siècles qui suivront54.

  • 55  Rappelons que le premier quotidien français, Le Journal de Paris, n’a été lancé qu’en 1777, trois (...)
  • 56  La principale loi encadrant la presse anglaise et limitant son expansion, le Licensing Act, est de (...)

24Il va sans dire qu’aucun « spectateur » en langue française n’a pu mettre en place une telle relation avec le public. Mais d’autres raisons expliquent également qu’ils aient fait le choix, pour la majeure partie d’entre eux, d’une inflexion vers la généralité et vers la fiction. Certaines explications sont assez évidentes, et tiennent à la différence entre les modes de production et de diffusion de ces textes, de même qu’entre les contextes de publication anglais et français. L’ensemble des « spectateurs » en langue française adoptent en effet une périodicité beaucoup moins soutenue que le Spectator55. Leur but ne peut donc être, comme dans le journal anglais, de refléter au jour le jour l’actualité de leur ville ou de leur pays, et il est compréhensible qu’ils fassent preuve de plus d’imprécision dans les repères spatio-temporels. En outre, les rédacteurs de « spectateurs » publiés en France sont soumis à une censure étroite, qui contraste fortement avec la liberté dont jouissent les journalistes anglais depuis la Glorieuse Révolution56. Les journalistes français doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils abordent l’actualité politique et sociale, et même lorsqu’ils évoquent l’actualité culturelle. Il est logique, dès lors, qu’ils privilégient l’invention et l’indétermination.

  • 57  Ce chiffre de 635 numéros s’explique par le fait que le Spectator a connu deux existences successi (...)

25Une autre raison, cruciale pour la question du courrier des lecteurs, tient selon nous à la manière dont le modèle du Spectator a été acclimaté sur le continent. Il convient à cet égard de rappeler le rôle essentiel joué par Le Spectateur ou le Socrate moderne, dans le succès du phénomène spectatorial en Europe. À une époque où le français est presque partout la langue des élites cultivées, c’est en effet dans cette langue que le public européen va très majoritairement découvrir le journal d’Addison et Steele. Or Le Spectateur ou le Socrate moderne n’est pas seulement une traduction, mais bien une adaptation du journal anglais, et les transformations opérées par le traducteur ont directement influencé la réception du Spectator sur le continent. Malgré son ambition, il ne s’agit en effet que d’une traduction partielle. Certes, les six tomes qui ont paru entre 1714 et 1726 sont conçus comme un ensemble se suffisant à lui-même, mais ils ne reprennent que les deux tiers des feuilles du journal anglais : le traducteur anonyme a choisi en effet de retenir seulement 417 des 635 feuilles du Spectator parues en 1711 et 1712, puis en 171457. Or un grand nombre de ces omissions concernent précisément des numéros partiellement ou entièrement constitués de lettres. En outre, il s’agit majoritairement de livraisons rédigées par Steele, qui puisait bien plus qu’Addison dans la masse considérable de lettres envoyées à « Mr Spectator ».

  • 58  Tous deux ont en effet rédigé 251 feuilles de la première série.
  • 59  Voici la liste des cent six feuilles omises : nº 8, 14, 22, 36, 71, 78, 87, 104, 129, 134, 136, 13 (...)
  • 60  L’existence de cette traduction augmentée n’empêchera pas plusieurs éditeurs, dans la seconde moit (...)

26Pour mesurer l’ampleur de ces suppressions, nous avons confronté précisément le Spectator à sa traduction française. Nous avons constaté que cent treize numéros contenant des lettres, dont soixante et onze sont l’œuvre de Steele, ont été omis dans les six premiers tomes du Spectateur ou le Socrate moderne. Les chiffres qui concernent les cinq premiers tomes sont plus révélateurs encore, puisque le sixième est très majoritairement composé de numéros rédigés par Addison, sans l’aide de Steele. Dans ce sixième volume, le traducteur n’a en effet retenu, pour l’essentiel, que les feuilles parues à un rythme trihebdomadaire en 1714, lorsqu’Addison relance seul le périodique. Dans les cinq premiers tomes sont en revanche traduits les numéros qui ont paru à un rythme quotidien en 1711 et 1712, et pour lesquels l’implication de Steele et d’Addison avait été identique58. Or, dans ces cinq tomes, cent six numéros du Spectator comportant des lettres de lecteurs sont omis, dont soixante et onze ont été rédigés par Steele59. Bien sûr, ces feuilles ont pour beaucoup d’entre elles été traduites quelques décennies plus tard. Un septième tome du Spectateur ou le Socrate moderne, dans lequel figurent soixante-douze nouveaux numéros du Spectator, a paru en effet en Hollande en 1750. Puis, en 1754 et 1755, une nouvelle édition collective de la traduction, complétée par soixante-deux nouveaux « discours », a vu le jour à Paris60. Mais ces ajouts n’ont guère eu d’influence sur le devenir du phénomène spectatorial, car ils ont été apportés alors que l’acclimatation du modèle anglais sur le continent avait déjà eu lieu. Lorsqu’ils ont voulu reproduire le modèle du Spectator, les premiers imitateurs francophones ont dû se contenter d’une traduction sélective, dans laquelle la place de Steele était considérablement amoindrie. Or ce dernier ne s’est pas contenté de produire nombre de lettres authentiques : il avait tendance également, bien plus qu’Addison, à faire référence aux modes, aux événements récents, ou aux querelles littéraires et culturelles de son temps. L’absence d’un si grand nombre de lettres, et plus généralement l’affaiblissement du rôle de Steele, ont contribué à faire du Spectateur ou le Socrate moderne un ouvrage bien plus abstrait et plus austère que ne l’était le Spectator.

27Il nous semble cependant qu’un autre intermédiaire a lui aussi joué un rôle décisif dans ce basculement. Même s’ils le dénigrent souvent, les imitateurs francophones du Spectator auront en effet tendance à s’inspirer autant du Spectateur français que du périodique d’Addison et de Steele. Or Marivaux ne fournit presque aucune information permettant de situer dans l’espace et le temps les épistoliers auxquels il donne la parole. En outre, de la jeune fille délaissée au père abandonné par son fils, de la coquette ingénue au mari d’une femme avare, ces correspondants n’ont guère d’épaisseur et deviendront des types dans les « spectateurs » publiés par la suite. Marivaux aurait pu contrebalancer l’indétermination de ces lettres en mettant en scène, comme ses prédécesseurs anglais, les conditions matérielles de l’échange épistolaire avec ses lecteurs. Mais il a fait le choix inverse de s’amuser à désigner de telles lettres comme fictives. Ainsi, lorsque Le Spectateur français fait allusion, au début de la douzième de ses feuilles, aux « bureaux d’adresse » qu’avait établis son « confrère anglais », c’est pour mieux opposer la rigueur de « Mr Spectator » à sa propre légèreté :

  • 61  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 172.

Mon confrère, le Spectateur anglais, avait établi des bureaux d’adresse où différents particuliers lui envoyaient des lettres, qu’à leur prière il insérait dans ses discours ; or, mon confrère vaut mieux que moi, puisqu’il pense mieux et qu’il est venu le premier. Ainsi, je ne puis m’égarer en suivant son exemple, et je vais mettre encore ici deux lettres qui me sont arrivées, je ne sais comment61.

28À l’effet de réel que voulaient créer les auteurs anglais en donnant une origine précise à leurs lettres, même lorsqu’elles étaient de leur invention, répond ici une mise en évidence à peine voilée du caractère fictif du courrier de lecteurs. Le véritable public peut difficilement croire, en effet, à l’authenticité de lettres dont le Spectateur lui-même avoue ignorer en tous points la provenance. Ainsi, au moment même où il se réfère à « l’exemple » du Spectator, Marivaux affiche son intention d’utiliser le courrier des lecteurs avec bien plus de liberté et de désinvolture que lui.

*

  • 62  Voir, à propos de la disgrâce sociale qui frappe ces deux énonciateurs et de leurs provocations ré (...)
  • 63  La dernière feuille s’ouvre par exemple par ces mots : « Écoutez, mon lecteur futur, je vous mépri (...)
  • 64  Alexis Lévrier (éd.), « La Spectatrice », op. cit., p. 41-42 et 56.

29Les lettres jouent donc un rôle essentiel dans les « spectateurs » d’expression française. Il est vrai que leurs auteurs accordent dans l’ensemble moins de place que leur modèle anglais au courrier des lecteurs. Il est vrai aussi que leurs missives sont souvent fictionnelles, et qu’ils ne cherchent pas toujours à rendre crédibles les correspondants auxquels ils prétendent déléguer la parole. Mais, même fictives, même désinvoltes, les lettres seront considérées jusqu’à la fin du siècle comme une caractéristique à part entière des « spectateurs » en langue française. Elles paraissent même indispensables à la plupart de ces journalistes fictifs, comme si une telle forme d’échange avec le public était pour eux non seulement une possibilité, mais un besoin presque vital. Ce constat demeure valable même et peut-être surtout pour les « spectateurs » qui ne publient pas de lettres. Il nous semble ainsi que leur absence contribue à l’amertume grandissante dont font preuve L’Indigent philosophe de Marivaux et La Spectatrice anonyme de 1728. Ces deux auteurs fictifs ont en effet en commun d’être des personnages de marginaux, de parias, qui tentent en vain de briser leur isolement, et qui finissent tous deux par manifester une grande agressivité envers leurs lecteurs62. Certes, l’Indigent philosophe prétend pouvoir se passer de la participation du public, et il doute même que son texte puisse être publié un jour, mais il ne cesse dans le même temps d’apostropher un hypothétique lecteur63. De la même manière, la Spectatrice souligne constamment la double proscription qui la frappe, puisqu’elle est à la fois une bâtarde et une femme célibataire. Mais cela ne l’empêche pas de tenter à plusieurs reprises d’établir un contact épistolaire avec les lecteurs. Elle appelle ainsi le public à lui écrire dans la deuxième et la troisième « semaine », mais dans ces numéros, elle n’informe pas ses lecteurs des moyens de lui faire parvenir leurs lettres64. En revanche, dans le onzième numéro, elle fixe de manière très concrète les conditions de l’échange épistolaire qu’elle souhaite instaurer :

  • 65Ibid., p. 163.

[...] je suis docile aux avis qu’on me donne. Si quelque lecteur veut me gratifier des siens, il peut se servir de la voie de celui de mes libraires qui demeure au Palais. Son adresse est au frontispice de cet ouvrage. Il faudra mettre à Madame la Spectatrice chez Monsieur, etc.65.

30Ces appels répétés à la participation du public se prolongent jusqu’au dernier numéro, mais aucun lecteur ne répond finalement aux demandes de la Spectatrice. Cet échec a pour conséquence logique, et presque inévitable, le silence définitif de l’auteur supposé, qui se tait brusquement après la parution de la quinzième feuille. L’exemple de La Spectatrice suffirait à le prouver : qu’ils l’appellent de leurs vœux ou qu’ils affectent de s’en moquer, les « spectateurs » ne peuvent se passer du courrier des lecteurs.

Notes

1  Cette convention est abandonnée par le successeur de Donneau de Visé, Charles Dufresny, mais elle sera reprise en 1715, l’espace de quelques mois, par Hardouin Le Fèvre de Fontenay.

2  Les numéros de La Muse historique, publiés entre 1650 et 1665, étaient rédigés sous la forme de lettres manuscrites en vers adressées à Mme de Longueville.

3  Comme le souligne Jürgen Habermas, « dès le xive siècle, l’ancien échange épistolaire a été transformé en une sorte de système corporatif de correspondance commerciale » (L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise [1962], Marc B. de Launay (trad.), Paris, Payot, 1978, p. 27). Voir aussi Claude Bellanger et al. (dir.), Histoire générale de la presse française, Paris, Presses universitaires de France, 1969, vol. 1, p. 28-29.

4  Les deux premiers périodiques de Desfontaines – Le Nouvelliste du Parnasse (1731-1732) et les Observations sur les écrits modernes (1735-1743) – empruntent la forme épistolaire.

5  Les Lettres de Madame la Comtesse (1745-1746), comme Les Lettres sur quelques écrits de ce temps (1749-1754) et L’Année littéraire (que Fréron crée en 1754 et qu’il dirige jusqu’à sa mort en 1776), sont autant de périodiques épistolaires.

6  Ces Lettres ont paru avec succès entre décembre 1735 et septembre 1737. Jean-Baptiste de Boyer d’Argens a repris le même procédé dans ses Lettres cabalistiques (1737-1738), puis dans ses Lettres chinoises (1739-1740).

7  Trente numéros ont paru sous ce titre à Amsterdam en 1738.

8  Dans le cas des correspondances cosmopolites, ce « je » fictif possède en outre des caractéristiques comparables aux personnages de « spectateurs » : comme ces derniers, il se présente en effet toujours comme un observateur distant, désengagé, étranger au monde qu’il décrit. L’auteur fictif doit la lucidité de ses observations à son recul par rapport à la société qu’il contemple.

9  Jean Sgard et al., « Le journaliste masqué. Personnages et formes personnelles », dans Pierre Rétat (dir.), Le Journalisme d’Ancien Régime : questions et propositions, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 285-313.

10Ibid., p. 287. Lorsque cet énonciateur fictif, suivant le modèle anglais de « Mr Spectator », se désigne comme « Spectateur », nous le nommerons Spectateur (sans guillemets). Les « spectateurs » (avec guillemets) renvoient au genre journalistique.

11Le Censeur ou Caractères des mœurs de La Haye, La Haye / Amsterdam, Henri Scheurleer / Jean Wolters, 1715, p. 57.

12  On trouve ainsi une quinzaine de lettres de lecteurs dans les quatre-vingt-dix-huit numéros de La Bagatelle, et neuf dans les vingt-huit feuilles du Nouveau Spectateur français.

13  Seuls huit numéros du journal comportent en effet des lettres de lecteurs. Il s’agit des 2e, 9e, 10e, 11e, 12e, 14e, 20e et 21e feuilles. Marivaux a en outre publié la majeure partie de ces lettres en l’espace de quelques mois, entre septembre 1722 et janvier 1723 : les feuilles 9 à 14 concentrent en effet huit des onze lettres attribuées à des lecteurs.

14  Dans la 2e feuille, le Spectateur retranscrit en effet une lettre envoyée à l’un de ses amis. Dans la 10e et la 11e livraison, il reproduit les lettres adressées par une jeune fille à son père et à l’homme qui l’a abandonnée.

15  Précisons cependant que deux lettres sont retranscrites dans Le Cabinet du philosophe : elles sont insérées dans « Le monde vrai », long récit qui occupe la majeure partie des cinq dernières feuilles du journal (Marivaux, Journaux et œuvres diverses, Frédéric Deloffre & Michel Gilot (dir.), Paris, Classiques Garnier, 1969, remise à jour en 1988, 7e feuille, p. 392 et 11e feuille, p. 430). Déjà, dans Le Spectateur français, Marivaux avait reproduit le contenu de deux lettres dans un long récit enchâssé, l’histoire de la dame âgée (ibid., 18e feuille, p. 216 et 19e feuille, p. 221).

16  Ces soixante « Amusements » ont paru entre septembre 1748 et avril 1749. La Beaumelle a relancé son journal en janvier 1750 et publié vingt nouveaux numéros, mais il abandonne dans ces vingt livraisons la fiction de l’écriture féminine et s’éloigne des caractéristiques du genre spectatorial.

17  Au Nouveau Spectateur ont succédé Le Monde comme il est (soixante numéros entre mars 1760 et août 1760) et Le Monde (six livraisons entre décembre 1760 et février 1761).

18  Ces six volumes ont paru en 1758 (pour les deux premiers) et 1759 (pour les quatre suivants). Chaque tome est composé de six livraisons de 72 pages. Deux autres volumes ont encore paru ensuite, à la fin de l’année 1759 et au début de l’année 1760.

19Le Nouveau Spectateur prétend avoir trouvé cette correspondance dans un portefeuille qu’il a découvert par hasard. Il affirme cependant qu’il a retrouvé la propriétaire de ce portefeuille et qu’elle l’a autorisé à publier ces lettres (Le Nouveau Spectateur, par M. de Bastide, vol. 4, Amsterdam / Paris, Rollin / Bauche, 1758-1760, p. 226-272).

20Le Nouveau Spectateur, vol. 6, 1759, p. 157.

21Ibid., p. 161-354

22  Ce procédé peut être rapproché d’une tentative esquissée par Prévost dans Le Pour et Contre : dans le numéro 61, il annonce en effet qu’il laissera désormais la parole à deux correspondants anglais, dont il fait le portrait (Le Pour et contre : ouvrage périodique d’un goût nouveau, vol. 5, 1733-1740, p. 11-12). Toutefois, Prévost n’a pas prolongé cette expérience au-delà des deux numéros suivants.

23Le Spectateur inconnu, nº 2, 1724, p. 32.

24Le Spectateur ou le Socrate moderne, où l’on voit un portrait naïf des mœurs de ce siècle, vol. 1, 1716, p. 7.

25Le Censeur, nº 1, 1714, p. 8.

26 La Spectatrice danoise, ou l’Aspasie moderne, vol. 1, première partie, 1749, p. 8 et 9.

27Le Nouveau Spectateur, discours 5, 1759, p. 80.

28  Alexis Lévrier (éd.), « La Spectatrice », Reims, Épure, 2013, troisième semaine, p. 56.

29  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 119-123.

30Ibid., 10e feuille, p. 165-166, et 11e feuille, 171-172.

31Le Nouveau Spectateur, vol. 3, 1759, p. 53.

32Le Nouveau Spectateur, vol. 1, 1758, p. 186.

33Ibid., p. 186-187.

34Ibid., p. 187.

35Œuvres diverses de Mr Juste Van Effen, Amsterdam, H. Uytwerf, 1742, vol. 5, p. 139.

36Ibid., p. 140 et 141.

37Le Nouveau Spectateur, vol. 6, 1759, p. 396.

38Le Spectateur ou le Socrate moderne, vol. 4, 1720, p. 212 ; il s’agit de la première traduction française du Spectator anglais.

39  Il livre par exemple, au début du tome 6, une lettre dans laquelle l’un de ses amis raconte les événements qui l’ont conduit à se retirer du monde (Le Nouveau Spectateur, vol. 6, « Discours premier », p. 8-35). Voir aussi la confession d’un homme obligé de devenir criminel dans le tome 3 (Le Nouveau Spectateur, vol. 3, 1759, p. 173-194.)

40  Les trois feuilles qui contiennent ce mémoire fictif ont paru entre mai et juillet 1723. Les livraisons du Nouveau Spectateur français qui accueillent la « Lettre d’un homme d’âge » ont été publiées au début de l’année 1725.

41  Les numéros concernés sont les « discours » 25, 26, 27 et 28.

42  Ces Réflexions de T*** sur les égarements de sa jeunesse ont paru à Paris en 1729, sans qu’aucun lien ne soit établi explicitement avec le Nouveau Spectateur français. Voir l’édition critique de Jean Sgard sur celles-ci (Paris, Desjonquères, 2001) et Alexis Lévrier & Jean Sgard, « Van Effen et l’écriture autobiographique », Dix-huitième siècle, nº 44, 2012, p. 503-517.

43La Spectatrice danoise, vol. 1, 1749, p. 463.

44Ibid., p. 369.

45  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., 9e feuille, p. 155-159, et 10e feuille, p. 163-164.

46Ibid., 11e feuille, p. 166.

47  Il déclare ainsi qu’il veut donner à ses lecteurs « des contes agréables, et des lettres enjouées et pittoresques » (Le Spectateur français, pour servir de suite à celui de M. de Marivaux, Paris, V. Duchesne, vol. 3, 1771, p. 145).

48  Lorsque son journal est réédité, en 1796, il regrette le contenu et la tonalité souvent futiles de ce périodique, en les attribuant aux contraintes de la censure (Le Spectateur français avant la Révolution, Paris, F. Buisson, 1795-1796, p. xxi).

49La Spectatrice danoise, vol. 1, 1749, p. 379.

50Ibid., p. 379.

51Ibid., p. 379 et 380.

52Le Spectateur ou le Socrate moderne, vol. 5, nº 58, 1721, p. 364.

53  Pour ces attributions, voir Donald F. Bond, « Introduction », dans The Spectator, 5 vol., Donald F. Bond (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1987, vol. 1, p. xxxviii et xlii.

54  En 1725, l’un des libraires-éditeurs du journal, Charles Lillie, publie environ 300 lettres de lecteurs envoyées à l’époque de la publication du Spectator, mais qui n’avaient pu être retranscrites dans le journal. D’autres volumes de lettres paraîtront par la suite, et certaines lettres ne seront retrouvées qu’au xxe siècle. Ainsi, en 1959, Richmond P. Bond publie encore une centaine de lettres inédites, sous le titre New Letters to the « Tatler » and « Spectator », Austin, University of Texas Press, 1959.

55  Rappelons que le premier quotidien français, Le Journal de Paris, n’a été lancé qu’en 1777, trois quarts de siècle après The Daily Courant, premier quotidien anglais. Il semble donc que même les « spectateurs » francophones les plus ambitieux ne pouvaient envisager une publication aussi soutenue que leur modèle anglais.

56  La principale loi encadrant la presse anglaise et limitant son expansion, le Licensing Act, est devenue caduque en 1695.

57  Ce chiffre de 635 numéros s’explique par le fait que le Spectator a connu deux existences successives : aux 555 livraisons publiées en 1711 et 1712 sont venues s’ajouter 80 nouvelles feuilles entre le 18 juin et le 20 décembre 1714. Voir notamment, à propos des choix opérés par ce traducteur, l’étude d’Alain Bony : « Portrait du Spectateur en “Socrate moderne” », dans Annie Cointre & Annie Rivara (dir.), La Traduction romanesque au xviiie siècle, Arras, Presses de l’Université d’Artois, 2003, p. 141-164.

58  Tous deux ont en effet rédigé 251 feuilles de la première série.

59  Voici la liste des cent six feuilles omises : nº 8, 14, 22, 36, 71, 78, 87, 104, 129, 134, 136, 137, 140-142, 146, 147, 149, 154, 155, 158, 161, 167, 168, 175, 180, 190, 202, 203, 205, 208, 211, 212, 216, 217, 220, 227, 240, 241, 244, 245, 250-252, 258, 271, 274, 276, 277, 286, 288, 290, 296, 304, 308, 310, 314, 318-320, 325, 328, 332, 334, 338, 341, 347, 360-362, 366, 372, 376, 380, 388, 396, 401, 406, 425, 443, 450, 461, 474, 477, 484-486, 488, 492, 498, 503, 508, 509, 515, 526-528, 532, 538-540, 545, 546, 548, 551 et 555. Sur les quatre-vingts nouvelles feuilles publiées au moment de la relance du Spectator en 1714, seuls sept numéros contenant des lettres ont été abandonnés dans le sixième tome de la traduction française (nº 566, 577, 581, 602, 609, 619 et 631).

60  L’existence de cette traduction augmentée n’empêchera pas plusieurs éditeurs, dans la seconde moitié du siècle, de proposer de nouvelles anthologies, de plus en plus resserrées : constituées à partir du texte du Spectateur ou le Socrate moderne, mais bien plus réduites, elles ont tendance à privilégier davantage encore l’apport d’Addison au détriment de celui de Steele. Voir notre étude : « L’anthologie comme réinterprétation : la traduction française du Spectator », dans Céline Bohnert & Françoise Gevrey (dir.), L’Anthologie : histoire et enjeux d’une forme éditoriale du Moyen Âge au xxie siècle, Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne, 2014, p. 339-359.

61  Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 172.

62  Voir, à propos de la disgrâce sociale qui frappe ces deux énonciateurs et de leurs provocations répétées à l’égard du public, notre étude intitulée « Les “lambeaux sans ordre” de L’Indigent philosophe, ou le pari de la radicalité », Revue d’histoire littéraire de la France, nº 3, « Un autre Marivaux ? », Marc Fumaroli & François Moureau (dir.), 2012, p. 578-592.

63  La dernière feuille s’ouvre par exemple par ces mots : « Écoutez, mon lecteur futur, je vous mépriserais bien, si vous ressembliez à certaines gens qu’il y a dans le monde. » (Marivaux, Journaux et œuvres diverses, op. cit., p. 316)

64  Alexis Lévrier (éd.), « La Spectatrice », op. cit., p. 41-42 et 56.

65Ibid., p. 163.

Author

Alexis Lévrier est maître de conférences en littérature française du xviiie siècle à l’Université de Reims. Il est membre permanent du ­Crimel (Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires) et chercheur associé au Gripic (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication ; Celsa ­Sorbonne Université). Ses recherches portent sur l’histoire littéraire, culturelle et matérielle de la presse. Il est notamment l’auteur desJournaux de ­Marivaux et le monde des « spectateurs » ( PUPS, 2007 ) et d’une édition critique de La Spectatrice ( Épure, 2013 ). Il a participé à l’édition de la Correspondance littéraire de Karlsruhe, dirigée par Henri Duranton ( Honoré Champion, 2015-2016 ), et a ­codirigé trois volumes consacrés à l’histoire de la presse ( avec Françoise Gevrey : Érudition et polémique dans les ­périodiques anciens, Épure, 2007 ; avec Klaus-­Dieter Ertler et Michaela Fischer : Regards sur les « spectateurs », Peter Lang, 2012 ; avec Adeline Wrona : Matière et esprit du journal, du « Mercure galant » à Twitter, PUPS, 2013 ). Son dernier ouvrage est un essai consacré à l’histoire des relations entre pouvoirs politique et journalistique ( Le Contact et la distance, Les Petits matins, 2016 ).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search