Version classiqueVersion mobile

Nouvelles formes du discours journalistique au xviiie siècle

 | 
Samuel Baudry
, 
Denis Reynaud

Introduction

Denis Reynaud

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple : Dominique Kalifa et al. (dir.), La Civilisation du journal : une histoire de la (...)

1La presse d’Ancien Régime n’existe pas, ou si peu. C’est du moins ce que le lecteur pressé ou non averti pourrait croire, à la lecture de certaines études consacrées à la « civilisation du journal », c’est-à-dire aux journaux du xixe siècle. Certes, quelques feuilles périodiques avaient été publiées au cours des deux siècles précédents, mais rares, chères, inféodées au pouvoir, aux mains d’auteurs serviles et médiocres ; leur effet avait été sinon tout à fait nul, du moins très marginal. Un épiphénomène ; une curiosité. Avant Émile de Girardin et Armand Dutacq, la presse aurait été impuissante à modifier profondément l’ensemble des activités et des représentations du monde1. Sans ses journaux, le siècle des Lumières n’en serait pas moins le siècle des Lumières.

2Depuis une trentaine d’années, un certain nombre d’études se sont pourtant employées à montrer le contraire. Sous la direction de Jean Sgard, le Dictionnaire des journaux recensait 1 267 périodiques de langue française publiés entre 1600 et 1789 : gazettes politiques, journaux d’information générale, revues historiques et politiques, bibliothèques savantes, revues littéraires, spectateurs et journaux spécialisés. Parallèlement, des monographies considérables ont été consacrées à des titres majeurs, tels la Gazette de France, la Gazette d’Amsterdam ou le Journal encyclopédique. D’autres approches, transversales, se sont attachées à montrer comment une année donnée (1734, 1775) ou un événement particulier (l’attentat de Damiens, la « journée des Tuiles ») ont été représentés, voire construits par la multiplicité des discours de presse.

3Le présent livre propose un autre angle. Il s’agit d’affirmer que, loin de se cantonner à des formats et à des rubriques immuables et sclérosantes, les journaux du xviiie siècle ont inventé, testé, développé et imposé certaines formes spécifiques de discours qui apparaissent encore aujourd’hui comme participant de l’essence même du journalisme.

4Non seulement la presse périodique du xviiie siècle n’est pas héritière ni prisonnière de pratiques désuètes, mais on peut, de façon moins paradoxale qu’il n’y paraît, affirmer qu’elle présente des traits d’une modernité qui la rend aujourd’hui plus pertinente à certains égards que celle du siècle suivant.

5Après à peine un siècle et demi de triomphe, semble en effet s’éteindre aujourd’hui le modèle journalistique né au xixe siècle et qu’on avait pu croire éternel : celui du grand quotidien d’information produit par plusieurs centaines de journalistes – éditorialistes vedettes, enquêteurs inlassables et reporters héroïques dépêchés aux quatre coins du monde –, alimenté par de considérables revenus publicitaires et détenu par une riche famille industrielle.

6Alors donc que ce modèle semble prêt à disparaître, s’impose à nouveau – sur Internet – un modèle plus ancien, le modèle original un temps supplanté : la petite entreprise de presse animée par une équipe très réduite, parfois un seul homme, qui se contente de recueillir, trier, compiler et habiller des informations produites par d’autres. C’était le cas de pratiquement toute la presse politique du xviiie siècle, à l’exception de quelques « gazettes » qui publiaient un contenu original. C’est pourquoi on emploiera généralement dans ce livre, pour désigner la personne qui a la responsabilité première du contenu d’un périodique, le terme de rédacteur plutôt que celui d’auteur. Aujourd’hui, outre les contributeurs involontaires (les journalistes de la presse papier traditionnelle), les sites d’information en ligne s’appuient beaucoup sur des contributeurs volontaires, une communauté de blogueurs non rémunérés. Or c’était une autre caractéristique de la presse du xviiie siècle que de recourir massivement à ses lecteurs pour emplir ses pages ; pratique beaucoup plus marginale aux siècles suivants.

7Le premier parti pris de ce livre est donc de refuser de considérer les périodiques d’Ancien Régime comme de simples sources documentaires, ou comme des objets doublement périmés, puisque dépassés par un modèle désormais lui-même au bord des oubliettes de l’histoire. Leur fonctionnement peut au contraire aider à comprendre le système d’information de notre époque, lequel, à bien des égards, n’apparaîtra plus aussi nouveau qu’on pourrait le croire.

  • 2  On trouvera les communications de ce colloque dans Études Epistémè, nº 26, 2014, publié sous la di (...)

8Notre second parti pris est de penser ensemble la presse d’expression française et la presse britannique. C’est en effet presque une tradition dans les études sur la presse de langue française, qu’elles soient réalisées par des chercheurs français ou étrangers, que de considérer celle-ci comme un continent isolé, alors même que l’on sait que, pour des raisons principalement politiques, la France a presque toujours connu dans ce domaine un temps de retard sur ses voisins du Nord. On reconnaît certes – il est difficile de faire autrement – que le Spectator de Steele et Addison est à l’origine de la riche tradition des « spectateurs » (Alexis Lévrier revient sur cette filiation dans son chapitre), mais on a souvent rechigné à considérer que, dans les autres catégories également, les périodiques français se sont inspirés de ce qui se faisait ailleurs, qu’il s’agisse de leur format, de leur mode de diffusion, de leur structuration ou de leur contenu. Inversement, les études sur la presse britannique se sont généralement peu souciées de comparaisons avec les pratiques au-delà de la Manche. De ce point de vue, la journée d’études consacrée aux « Influences et divergences des presses périodiques anglaise et française durant le long xviiie siècle », organisée à l’université Paris III en octobre 2012, a marqué une étape importante2.

9Ce volume s’engage dans la même voie : non seulement il s’ouvre à des historiens étrangers (lesquels ont toujours été à la pointe des études sur la presse française : Keith M. Baker, Raymond Birn, Hubert Bots, Jack Censer, Jeremy Popkins), mais surtout cinq des douze études qui le composent s’intéressent à la presse étrangère, principalement anglaise.

10La première partie est consacrée à la question des lecteurs dans la presse européenne, et plus particulièrement à la façon dont ils participent à la création du journal.

11C’est un domaine qui, jusqu’à très récemment, est resté curieusement négligé par les études sur la presse ancienne (voir notre bibliographie en fin d’ouvrage). Les six premiers chapitres entreprennent de démontrer qu’il s’agit là d’un phénomène aussi nouveau que capital, tant pour définir le rôle de la presse dans la société du xviiie siècle que pour comprendre comment s’est constituée la notion d’opinion publique.

12Samuel Baudry examine d’abord les lettres publiées dans une douzaine de périodiques anglais, non sans avoir traité d’abord le préalable théorique nécessaire : qu’est-ce au juste qu’une lettre au rédacteur ? Il souligne comment, s’écartant progressivement du domaine strictement politique à mesure que croît son importance quantitative, la lettre conserve, sous des formes littéraires très variées, sa fonction essentielle de critique sociale.

13En s’appuyant sur une typologie différente de celle de Samuel Baudry, Alexis Lévrier se penche sur une quinzaine d’imitations francophones du Spectator et met en lumière d’une part, le rôle essentiel des lettres de lecteurs dans les journaux de type spectatorial, d’autre part, une évolution de la nature de ces lettres, marquées par un désir croissant de fiction.

14Baudoin Millet concentre quant à lui son attention sur deux reviews (ce qu’on appelait alors en France des « journaux ») qui sont, via les lettres de lecteurs, le théâtre d’affrontements caractérisés par une violence verbale sans équivalent dans la presse française, beaucoup plus retenue ou muselée dans ces années 1750 et 1760.

15Elizabeth Andrews Bond s’intéresse à un autre type de périodiques, les « affiches », qui se développent particulièrement en France à partir des années 1770, permettant non seulement aux lecteurs et lectrices de province de découvrir la presse d’information non politique, mais aussi d’instaurer avec les rédacteurs un dialogue sur des questions généralement en rapport avec leur profession.

16Par rapport à la presse française et plus encore la presse du Nord de l’Europe, la presse espagnole s’est longtemps distinguée par sa timidité ou sa faiblesse. Elisabel Larriba montre néanmoins, à partir de l’analyse détaillée du Correo de Murcia pendant les années 1792-1795, qu’a pu s’y développer un mode original de participation des lecteurs, habilement mis en scène par les éditeurs.

17À la même époque, dans la France post-thermidorienne, les rédacteurs de La Quotidienne, journal réactionnaire, se livrent eux aussi à des manipulations éditoriales : Gazhi Eljorf dévoile en particulier à quel projet idéologique répond la parole donnée à des lectrices.

18La deuxième partie du livre est composée de quatre études qui portent sur une rubrique journalistique importante et encore moins étudiée (voir la bibliographie). De même que la presse du xviiie siècle a inventé le courrier des lecteurs, elle a inventé la nécrologie. Les deux formes de discours ont d’ailleurs partie liée puisque la notice nécrologique est souvent, du moins en France, une forme de contribution d’un lecteur. À la différence de l’éloge funèbre par exemple, la nécrologie est un genre spécifiquement journalistique qui se définit par son immédiateté et sa brièveté.

19Pour Nigel Starck, le genre de la nécrologie (obituary) s’est imposé dans la presse britannique à partir de 1722, dans le Daily Journal. Il considère même que la première notice nécrologique fut imprimée encore un siècle plus tôt dans un newsbook (c’est-à-dire une gazette). Starck retrace deux siècles d’histoire d’une forme de discours qui se dépouille progressivement de ses bizarreries originelles pour atteindre un modèle d’objectivité et de raffinement avec le Gentleman’s Magazine à la fin du xviiie siècle.

20Anne-Marie Mercier-Faivre décrit une évolution parallèle en France dans la seconde moitié du siècle des Lumières. Dans un premier temps, le « nécrologe », qui avait d’abord été une série de petites biographies explicitement composées sur le modèle des vies des saints, se laïcise quand paraît, à partir de 1764, un Nécrologe des hommes célèbres de France3. Dans un deuxième temps, dans les années 1780, la « nécrologie » (mot nouveau pour une rubrique nouvelle) s’installe dans le Mercure de France de Marmontel puis se répand dans la presse, en particulier dans le premier quotidien français, le Journal de Paris, qu’examine ensuite plus particulièrement Anne-Marie Mercier-Faivre. Dans la France prérévolutionnaire, la nécrologie se définit aussi par son objet et son projet : elle s’attache à un personnage qui s’est distingué honorablement dans une profession libérale, dont elle résume la carrière, présentée comme un exemple édifiant de réussite bourgeoise.

21Ce sont également des exemples édifiants que proposent les Nouvelles ecclésiastiques dont Henri Duranton analyse particulièrement l’année 1749. Il ne s’agit pas ici de récits de vie, mais de récits de mort. Ces exemples de résistance héroïque in articulo mortis à l’oppression de l’Église de France alimentent la légende janséniste et promeuvent une nouvelle façon de mourir, intensément chrétienne, mais sans accompagnement religieux. Comme les nécrologies ordinaires, ces récits ont pour fonction de renforcer la cohésion d’une communauté, mais une communauté restreinte et en sécession. En affirmant le primat de l’intime conviction de la conscience, ils participent en même temps au délabrement de la communauté plus large de la monarchie catholique.

22La mort de Marivaux en 1763 fournit à Catherine Ailloud-Nicolas l’occasion d’un autre type d’enquêtes : ici, les nécrologies ne fournissent pas à l’historien d’éléments propres à renouveler la biographie de l’auteur – alors que dans de nombreux cas elles sont, au contraire, aux yeux d’Anne-Marie Mercier-Faivre et Nigel Starck, l’instrument de l’enquête historique –, mais elles donnent une idée de ce que fut l’image de celui-ci à un moment donné, et sont la source ou le véhicule de clichés durables.

23Le troisième volet du livre s’intéresse à l’idée de controverse journalistique. Il ne s’agit plus ici de disputes ponctuelles créées et orchestrées par le journal, comme celles que l’on trouve dans le courrier des lecteurs, mais de querelles nées hors du champ de la presse périodique, dont celle-ci se fait l’écho et le relais ; la presse tend désormais à se faire le lieu d’arbitrage de querelles dont le public devient juge. L’exemple du conflit qui opposa Rousseau et Voltaire de 1756 à leur mort est à cet égard emblématique.

24Se fondant sur un large corpus de presse de langue française, Olivier Ferret et Myrtille Méricam-Bourdet soulignent la position foncièrement ambiguë qui consiste à condamner ce dont on entretient la publicité par le simple fait d’en faire état. Par ailleurs, même si le champ de la presse française est structuré par une opposition entre « philosophes » et « antiphilosophes », la lecture des journaux ne confirme pas le sentiment de Rousseau selon lequel la clique voltairienne « s’est emparée de toutes les gazettes ». La presse n’a pas participé à provoquer ou à attiser la longue controverse entre Voltaire et Rousseau, mais elle a largement contribué à en caricaturer les termes et à en populariser une explication psychologique.

25S’intéressant à la même querelle, mais à partir de l’analyse de la presse britannique des années 1760, soit avant le séjour anglais du citoyen de Genève (1766-1767), Robert Mankin montre que la réception des deux auteurs est contrastée : d’un côté un génie universel, de l’autre un homme singulier. Mais, contrairement à ce qui se passe sur le continent, les deux hommes ne sont pas identifiés à des camps idéologiques bien définis. Les jugements ambivalents portés sur eux dépendent en partie de rivalités commerciales. Surtout, les figures de Rousseau et de Voltaire, emblématiques d’un nouveau type d’éminence sociale, participent d’une nouvelle définition de la célébrité, dont se nourrit l’espace médiatique.

Notes

1  Voir par exemple : Dominique Kalifa et al. (dir.), La Civilisation du journal : une histoire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.

2  On trouvera les communications de ce colloque dans Études Epistémè, nº 26, 2014, publié sous la direction d’Isabelle Bour et Claire Boulard Jouslin (disponible en ligne : https://journals.openedition.org/episteme/290 [janvier 2018]).

3  Voir en ligne : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0974-le-necrologe-des-hommes-celebres (février 2018).

Auteur

Denis Reynaud est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’Université Lumière Lyon 2. Il a enseigné une dizaine d’années en Angleterre, aux États-Unis et au Japon. Son activité de recherche a été principalement liée aux activités du laboratoire LIRE, sur la presse périodique avant et pendant la Révolution. Il est responsable du site www.gazettes18e.fr et a codirigé, avec Chantal Thomas, La Suite à l’ordinaire prochain, la représentation du monde dans les gazettes (Presses universitaires de Lyon, 1999 ) et Le Régent : entre fable et histoire ( CNRS éditions, 2003). Récemment, il a publié, avec Delphine Gleizes, Machines à voir : pour une histoire du regard instrumenté, xviie-xixe siècles ( Presses universitaires de Lyon, 2017 ).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search