Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Organisations textuelles

Le paradigme du texte : regard rétrospectif et perspectives pour les sciences des textes

Jean-Michel Adam

À la mémoire de mes maîtres Denis Slakta et Jean Peytard.
Avec une pensée toute particulière pour Henri Meschonnic.

Texte intégral

Une théorie dialogique [...] présuppose un sujet théorique qui s’intéresse à la pensée de l’autre : à ses recherches, ses vérités et ses jugements de valeur. Elle exclut une indifférence postmoderne dans le cadre de laquelle toutes les positions, toutes les vérités apparaissent comme interchangeables. [...] Elle refuse un pluralisme indifférent qui concède à chaque individu son droit d’exprimer ses jugements de valeur pourvu qu’il reconnaisse la suprématie de la valeur d’échange et du marché. (Peter V. Zima, 2003, p. 16-17)

  • 1 Ce texte est la version longue et débarrassée de propos de circonstance d’une « leçon d’honneur » (...)

1Entre récit de vie et dernière séance, les caractéristiques du genre discursif de la « leçon d’adieu » restent vagues1. En retraçant, dans le cadre d’un volume qui m’en offre l’occasion, le parcours qui a été le mien, je veux simplement montrer, comme le défend Peter V. Zima, que la recherche est une pratique fondamentalement dialogique, un cheminement de savoir avec et contre des positions assumées par d’autres. Ayant toujours trouvé inadmissible le gommage des dettes de pensée, je citerai beaucoup et très explicitement celles et ceux qui m’ont fait avancer, au début de ma carrière, et celles et ceux qui m’aident encore à penser aujourd’hui ma place de linguiste du texte et du discours dans le champ des sciences de l’homme et de la société – dont un grand nombre sont réunis ici même dans des contributions qui illustrent l’actualité de la recherche dans les domaines des genres discursifs et des textes.

RETOUR SUR UN PARCOURS PERSONNEL : 1970... 1984-2013

2En entendant, en février 1972, Roman Jakobson parler de poésie au Collège de France et du langage à la télévision française, j’ai définitivement compris que je voulais faire de la linguistique mon métier. Quand je terminais mon mémoire, en 1970, un poète comme Francis Ponge pouvait, dans ses Entretiens avec Philippe Sollers, dire :

maintenant, la culture tourne autour d’une science. De quelle science ? Eh bien ! de la linguistique. Les sciences humaines, dont la linguistique fait partie, ont fait de grands progrès, ou plutôt, si l’on veut, sont venues à la surface de façon éclatante, depuis peu de temps. (Ponge, 1970, p. 31)

  • 2 Nous en parlons longuement, Marc Bonhomme et moi, dans L’Argumentation publicitaire (2012).

3De son côté, Jean Starobinski écrivait encore, dans sa préface aux Études de style de Leo Spitzer, que la « linguistique, science de la forme liée au sens, possède une application herméneutique dont l’intervention est la bienvenue partout où il y a du langage à lire et du sens à déchiffrer » (Starobinski, 2001, p. 10). Rappelant que Spitzer a été, en 1948, un des premiers à appliquer à l’étude d’une annonce publicitaire américaine2 « la technique de l’explication stylistique », Starobinski ajoutait : « La stylistique des chefs-d’œuvre n’est qu’une application – certes privilégiée – d’un savoir qui cesse de se confiner dans une neutralité prudente », de « se confiner dans ses limites spécialisées, reflet contingent d’une départementalisation académique » (ibid.). C’est ce programme de travail que je me suis efforcé de suivre, en devenant ce que Gustave Guillaume appelait un « linguiste du discours », dans son cours du 23 novembre 1945 : « C’est une chose d’être un linguiste de discours et autre chose d’être un linguiste de langue. Un linguiste de discours prend pour objet des faits directement observables » (Guillaume, 1985, p. 13). Dans les cours du 25 janvier et du 1er février 1946, il précise le sens de cette distinction :

Le fait de langue, c’est, dans la pensée, l’institution du système de la langue ; le fait de discours, c’est l’emploi momentané et toujours partiel du système institué.
Il est concevable qu’instituer un système, l’édifier au fond de sa pensée dans sa totalité, et s’en servir partiellement, quand il est besoin, sont deux choses absolument différentes. On conclut de là qu’il existe en réalité deux linguistiques : la linguistique de la langue, qui est celle de l’institué, et la linguistique de discours, qui est celle de l’employé.
Les actes d’institution sont d’une autre essence que les actes d’emploi et ils requièrent, conséquemment, une étude séparée. (ibid., p. 87)

  • 3 Un chapitre de Linguistique et discours littéraire portait sur ces manuscrits de Saussure (Adam & (...)
  • 4 Voir Saussure, 2002, p. 277 ; et son commentaire dans Adam, 2002 a ; 2011 a, p. 20-21.
  • 5 Béatrice Turpin (2003 a ; 2003 b) a rendu accessible, dans le numéro des « Cahiers de l’Herne » co (...)

4Il était enthousiasmant de finir ses études et de devenir chercheur entre 1966 et 1970. L’année 1970 voit la parution de Pour la poétique d’Henri Meschonnic, la publication des Mots sous les mots par laquelle Starobinski nous rendait accessibles les cahiers de Ferdinand de Saussure sur le vers saturnien bas latin3 et donnait la première transcription de la note manuscrite sur le discours dont j’ai mesuré, par la suite, l’importance4. Peu de temps après, en 1973, la publication par d’Arco Silvio Avalle d’une partie des cahiers sur les Nibelungenlied, Tristan et Iseult et les légendes germaniques5, révélait un Saussure passionné par la narrativité, bien avant le Vladimir Propp de la Morphologie du conte, dont la traduction venait de paraître en 1970.

5La même année, Roland Barthes, très proche de la « translinguistique des textes, des œuvres » d’Émile Benveniste (1974, p. 66), prônait encore la « linguistique du discours » (Barthes, 2002 d). Dans un article qui portait ce titre, il considérait la rhétorique comme l’« ancêtre de la translinguistique » (Barthes, 2002 d, p. 616) et il insistait fort justement sur les hauts niveaux compositionnels qu’elle traitait : « de la phrase aux grandes parties de la dispositio, en passant par la période et le “morceau” (ekphrasis, descriptio) » (ibid., p. 613), unités qui sont devenues, dans mon modèle de linguistique textuelle (Adam, 2011 a), la phrase périodique, la séquence et le plan de texte. En 1966 déjà, dans l’« Introduction à l’analyse structurale des récits », Barthes parlait de la nécessité d’une « seconde linguistique » qu’il inscrivait dans la longue durée : « Cette linguistique du discours, elle a eu pendant très longtemps un nom glorieux : la Rhétorique » (Barthes, 2002 a, p. 831). Il prenait ainsi acte du fait qu’en dépit de son caractère normatif, la rhétorique a joué, en Occident, un rôle important de discipline du discours en général et du discours littéraire en particulier :

Relativement à une science linguistique de la littérature, les intuitions de la Rhétorique ont été souvent profondes : elle a perçu l’œuvre comme un véritable objet de langage, et en élaborant une technique de la composition, elle préfigurait fatalement une science du discours. (Barthes, 2002 d, p. 53)

6Dans son aide-mémoire rhétorique du numéro 16 de Communications, Barthes voyait dans la « proto-rhétorique » de Corax une « grande syntagmatique », une « rhétorique du syntagme, du discours, et non du trait, de la figure » (Barthes, 2002 c, p. 532). Cet ensemble d’observations fortement influencées par les derniers travaux de Benveniste est toutefois venu buter sur l’incapacité de la linguistique à reprendre l’ensemble du dispositif rhétorique ; je veux dire la dimension textuelle des faits de discours et pas seulement la question des figures remises en avant par Jakobson et son couple métaphore / métonymie, suivi par l’intérêt pour la synecdoque et l’ironie.

  • 6 J’en parle en particulier dans Adam, 2002 b.

7Dans leur postface de Rhétorique générale (rédigée en 1977), les Liégeois du Groupe µ inscrivaient le programme de leur rhétorique pourtant restreinte « dans le mouvement actuel d’analyse scientifique des discours » (Groupe µ, 1982, p. 218) ; et, au début des années 1990, dans Le Sens rhétorique. Essais de sémantique littéraire, le linguiste du groupe, Jean-Marie Klinkenberg, plaidait en faveur de l’émergence d’une « rhétorique générale textuelle », à la fois moderne dans sa démarche et fidèle au programme de sa devancière antique : constituer une science du discours des hommes en société. Le projet de Klinkenberg allait dans le sens de ce que je pense et me suis efforcé de construire6 : « Nourrie par le savoir linguistique élaboré au xxe siècle, elle féconde à son tour celui-ci en l’encourageant à élargir des cadres qu’elle avait, en un geste utile, très strictement délimités » (Klinkenberg, 1990, p. 63).

8En décembre 1970, Michel Foucault prononçait sa leçon inaugurale au Collège de France, L’Ordre du discours, dont les enseignements semblent un peu oubliés (Foucault, 1971). Ainsi quand Yves Citton, dans sa préface de la traduction française d’un livre de Stanley Fish (2007), essaie de nous faire prendre les « communautés interprétatives » de ce dernier pour une « bombe à retardement » (Citton, 2007, p. 16) dont la « leçon politique » serait « une reconnaissance du caractère conditionné de toute interprétation » (ibid., p. 18), on me pardonnera de trouver Foucault beaucoup plus intéressant. Dans son analyse, trois grands « systèmes d’exclusion » frappent le discours : la parole interdite, ce qu’il appelle le partage de la folie et la volonté de vérité (Foucault, 1971, p. 21). Il ajoute les trois grandes procédures de contrôle et de délimitation des discours (ibid., p. 23) que sont le commentaire, l’auteur et l’organisation des disciplines. Ce qu’il résume très clairement :

On a l’habitude de voir dans la fécondité d’un auteur, dans la multiplicité des commentaires, dans le développement d’une discipline, comme autant de ressources infinies pour la création des discours. Peut-être, mais ce ne sont pas moins des principes de contrainte ; et il est probable qu’on ne peut pas rendre compte de leur rôle positif et multiplicateur, si on ne prend pas en considération leur fonction restrictive et contraignante. (ibid., p. 38)

9Foucault ajoute ce qu’il appelle les « grandes procédures d’assujettissement du discours » (ibid., p. 46) ou « d’appropriation sociale des discours » (ibid., p. 45) que sont les rituels, les sociétés de discours, l’appartenance doctrinale et les systèmes d’enseignement. C’est bien sûr dans le filet d’un système d’enseignement que se débattent les malheureux étudiants américains du professeur Fish qui ont pris, sous sa conduite pour le moins perverse, une liste bibliographique restée au tableau à l’issue du cours précédent pour un poème. L’argument de l’essai de Fish me paraît déjà largement développé dans ces quelques autres lignes de Foucault :

Qu’est-ce, après tout, qu’un système d’enseignement, sinon une ritualisation de la parole ; sinon une qualification et une fixation des rôles pour les sujets parlants ; sinon la constitution d’un groupe doctrinal au moins diffus ; sinon une distribution et une appropriation du discours avec ses pouvoirs et ses savoirs ? (ibid., p. 46-47).

10Je me suis intéressé très tôt à ce qui m’apparaissait comme un déficit de l’analyse de discours. Foucault situait en effet, dans L’Archéologie du savoir, l’analyse des « formations discursives » en deçà du niveau manifeste des constructions textuelles achevées : « si elle étudie les modalités d’énonciation, [l’analyse des formations discursives] ne met en question ni le style ni l’enchaînement des phrases ; bref, elle laisse en pointillé la mise en place finale du texte » (Foucault, 1969, p. 100). Foucault définissait les « pratiques discursives » dans des termes qui seront repris par Michel Pêcheux et l’analyse française de discours :

Ce qui est analysé ici, ce ne sont certes point les états terminaux du discours, mais ce sont des systèmes qui rendent possibles les formes systématiques dernières ; ce sont des régularités préterminales par rapport auxquelles l’état ultime, loin de constituer le lieu de naissance du système, se définit plutôt par ses variantes. (ibid., p. 100-101)

11Se situant à un niveau prédiscursif, il faisait porter l’analyse de discours sur :

un ensemble de règles anonymes, historiques, toujours déterminées dans le temps et l’espace qui ont défini à une époque donnée, et pour une aire sociale, économique, géographique ou linguistique donnée, les conditions d’exercice de la fonction énonciative. (ibid., p. 153-154)

12Il me paraissait nécessaire de développer, à côté de cette approche (inter) discursive, une linguistique des agencements d’énoncés, jusqu’à leur rang le plus matériel de réalisation discursive : c’est-à-dire celui du texte. Sous l’influence de mon premier professeur de linguistique, à l’Université de Haute-Normandie, Denis Slakta, je me suis tourné vers les travaux allemands et tchèques de grammaire de texte, traduits en français au début des années 1970. Le numéro 26 de Langages, qui faisait le point, en 1972, sur la « grammaire de texte en pays de langue allemande » (Bourdin & Duhem, 1972 ; Lang, 1972) permet de se faire une idée des interrogations de l’époque. L’année suivante, en 1973, sont parus, en français, les premiers articles de Teun A. Van Dijk et la traduction de Tempus de Harald Weinrich (1973). Il a fallu presque vingt ans pour que la linguistique textuelle se développe et finisse par s’imposer dans le champ des sciences du langage de langue française.

13En 1990, en effet, Harald Weinrich inaugure la nouvelle chaire européenne du Collège de France par un cours de linguistique textuelle et un cours de littérature comparée. C’est cette année-là que paraît, dans la collection « Philosophie et langage » de Michel Meyer, chez Mardaga, les premiers résultats de plus de dix années de travail, avec mes Éléments de linguistique textuelle (Adam, 1990).

14À la différence des spécialistes anglo-saxons de grammaire de texte, j’ai beaucoup travaillé sur les narratologies des années 1960-1970 dont, bien sûr, la sémiotique narrative de Greimas et de l’École de Paris. Mais c’est surtout la façon très benvenistienne dont Barthes concevait la narratologie qui m’intéressait. En effet, Barthes dressait, dès 1966, dans « Introduction à l’analyse structurale des récits », un bilan de blocage de la linguistique qui devenait patent :

On le sait, la linguistique s’arrête à la phrase : c’est la dernière unité dont elle estime avoir le droit de s’occuper [...]. La linguistique ne saurait donc se donner un objet supérieur à la phrase, parce qu’au-delà de la phrase, il n’y a jamais que d’autres phrases : ayant décrit la fleur, le botaniste ne peut s’occuper de décrire le bouquet. (Barthes, 2002 a, p. 831-832)

15Prolongeant l’article de Benveniste sur les « niveaux de l’analyse linguistique » (1964, dans Benveniste, 1966), Barthes n’hésitait pas à théoriser, sur le même modèle, l’intégration des phrases dans un texte :

Si l’on essaie d’embrasser l’ensemble d’un récit écrit, on voit qu’il part du plus codé (le niveau phonématique, ou même mérismatique), se détend progressivement jusqu’à la phrase, point extrême de la liberté combinatoire, puis recommence à se tendre, en partant des petits groupes de phrases (micro-séquences), encore très libres, jusqu’aux grandes actions, qui forment un code fort et restreint : la créativité du récit [...] se situerait ainsi entre deux codes, celui de la linguistique et celui de la translinguistique. (Barthes, 2002 a, p. 864)

16Dans le prolongement de Benveniste, Barthes posait la question de la segmentation du discours en unités comme une nécessité :

Le système du discours reproduit d’une façon en quelque sorte homographique le système de la phrase, avec ses deux coordonnées : d’une part, substitution, segmentation et relations distributionnelles entre segments d’un même niveau, et d’autre part, intégration des unités de chaque niveau dans une unité de niveau supérieur, qui lui donne sens. (Barthes, 2002 d, p. 616)

17Comme il le disait un peu avant : « La nécessité de la description intégrative n’est pas seulement épistémologique, elle est aussi opératoire, car c’est d’elle que dépend la segmentation du discours en unités » (ibid., p. 614). Il approchait ainsi ce qu’il nommait la « limite du système », en ne la situant toutefois pas encore très clairement :

Le principe d’intégration a [...] une double portée : d’abord structurale, bien entendu, puisqu’il permet théoriquement la description du sens et opératoirement la segmentation du discours ; ensuite générale, puisqu’il permet de donner un statut descriptif à la limite du système, en désignant, en termes sémiologiques (c’est là l’important), le moment où le système s’articule sur la praxis sociale et historique : une sémiologie respectueuse du principe d’intégration a toute chance de coopérer efficacement avec des disciplines extra-sémiologiques, comme l’histoire, la psychologie ou l’esthétique. (ibid., p. 616)

18En allant jusqu’à l’articulation « sur la praxis sociale », Barthes semble identifier le genre comme le « premier niveau » d’intégration de la « suite hiérarchisée des autres niveaux » :

Il est possible que l’analyse systématique des situations de discours amène à modifier la distinction traditionnelle des genres ; il est possible aussi qu’elle la confirme ; cela importe peu ; l’important, c’est de disposer d’un premier niveau sûr qui serve d’intégrant initial à la suite hiérarchisée des autres niveaux. (ibid., p. 615)

  • 7 Cette question, placée au cœur du présent volume, est abordée par la plupart des contributions qui (...)

19C’est cette direction que mes travaux ont explorée depuis la fin des années 1990, tant du côté de la description de différents genres de discours et de la théorisation de la généricité de tout texte que de l’intégration de la linguistique textuelle dans l’analyse de discours qui découle de cette idée du genre comme premier niveau intégrateur7.

20Comme d’autres à l’époque, Barthes assimilait homologiquement le discours à une grande phrase (Barthes, 2002 d, p. 616) et la phrase à un « petit discours », au nom d’une supposée « même organisation formelle [de] tous les systèmes sémiotiques, quelles qu’en soient les substances et les dimensions » (Barthes, 2002 a, p. 831-832). Pour que se constitue une linguistique du texte et du discours, il a fallu d’abord rompre avec cette réduction du discours à la phrase sur le mode de l’homologie et, ensuite, avec le modèle de la composition linéaire.

21Benveniste n’a pas ignoré ces problèmes. Très proche de la note manuscrite de Saussure sur le discours, où ce dernier déclare que le propre du discours est d’« affirmer un lien entre deux des concepts qui se présentent revêtus de la forme linguistique, pendant que la langue ne fait préalablement que réaliser des concepts isolés, qui attendent d’être mis en rapport entre eux pour qu’il y ait signification de pensée » (Saussure, 2002, p. 277), Benveniste affirme que « le monde du signe est clos » et que « [d] u signe à la phrase il n’y a pas transition, ni par syntagmation ni autrement », mais qu’« un hiatus les sépare » (Benveniste, 1974, p. 65).

22Irène Fenoglio révèle dans le présent volume (supra, p. 209 sq.) que les notes du dernier cours de Benveniste au Collège de France réaffirmaient ce hiatus :

Impossible de passer du signe à la phrase. Impossible de faire coïncider cela avec distinction de langue et parole parce que le signe est discontinu, la phrase est continue.
L’énonciation n’est pas une accumulation de signes : la phrase est d’un autre ordre de sens. (Benveniste, 2012, fo 141, p. 142)

23Benveniste en conclut que « la langue comporte deux domaines distincts, dont chacun demande son propre appareil conceptuel » (ibid.). Faisant de la phrase « l’unité du discours », il la place au centre d’une autre linguistique :

Avec la phrase on quitte le domaine de la langue comme système de signes, et l’on entre dans un autre univers, celui de la langue comme instrument de communication, dont l’expression est le discours.
Ce sont là vraiment deux univers différents, bien qu’ils embrassent la même réalité, et ils donnent lieu à deux linguistiques différentes, bien que leurs chemins se croisent à tout moment. (Benveniste, 1966, p. 129-130)

24Les notes du dernier cours (fo 148-149) le redisent dans ces termes auxquels Irène Fenoglio nous donne accès :

On perçoit donc une distinction entre deux mondes et deux linguistiques : le monde des formes d’oppositions et de distinctions, le sémiotique, qui s’applique à des inventaires clos, et s’appuie sur des critères de distinctivité, plus ou moins élaborés. [...]
L’autre monde est celui du sens produit par l’énonciation = sémantique. (Benveniste, 2012, p. 144)

25Benveniste ne s’est pas contenté d’ouvrir l’analyse intralinguistique à la sémantique de l’énonciation et du discours. Dans « L’appareil formel de l’énonciation » (1970, dans Benveniste, 1974, p. 79-88), article que Tzvetan Todorov lui avait commandé pour le numéro de Langages dont il avait la charge, Benveniste semblait exclure le « texte de l’énoncé » du champ de la linguistique du discours et de l’énonciation :

Le discours, dira-t-on, qui est produit chaque fois qu’on parle, cette manifestation de l’énonciation, n’est-ce pas simplement la « parole » ? – Il faut prendre garde à la condition spécifique de l’énonciation : c’est l’acte même de produire un énoncé et non le texte de l’énoncé qui est notre objet. Cet acte est le fait du locuteur qui mobilise la langue pour son compte. (Benveniste, 1974, p. 80)

26Il précisait cette position en écrivant, à la fin de « Sémiologie de la langue », en 1969 :

En conclusion, il faut dépasser la notion saussurienne du signe comme principe unique, dont dépendraient à la fois la structure et le fonctionnement de la langue. Ce dépassement se fera par deux voies :

  • dans l’analyse intra-linguistique, par l’ouverture d’une nouvelle dimension de signifiance, celle du discours, que nous appelons sémantique, désormais distincte de celle qui est liée au signe, et qui sera sémiotique ;
  • dans l’analyse translinguistique des textes, des œuvres, par l’élaboration d’une métasémantique qui se construira sur la sémantique de l’énonciation. (Benveniste, 1974, p. 66)

27Irène Fenoglio a retrouvé récemment une note manuscrite de préparation pour un symposium de l’été 1968, à Varsovie, dans laquelle Benveniste précisait la teneur de la « translinguistique » en parlant de « projection translinguistique sur un domaine que le langage seul commande, celui du texte (littéraire, poétique), mais qui a son autonomie, parce que le langage y est instrument de quelque chose et que celui qui s’en sert le travaille, le modèle, pour le conformer à sa vision » (Benveniste ; cité par Fenoglio, 2012, p. 144).

28Cette « translinguistique des textes, des œuvres » ou « du texte (littéraire, poétique) », vient s’ajouter à la division binaire du champ de la linguistique en « sémiotique » (domaine du signe) et en « sémantique » (domaine de la phrase). Ce que je résume par le schéma suivant (Adam, 2011 a, p. 28) :

Unités :

SIGNES

PHRASE

TEXTE

29Jusqu’à la publication, en 2011, par Chloé Laplantine, des notes de travail de Benveniste sur ce qu’il appelait lui-même le « problème du discours poétique », nous ignorions qu’il était en train de développer cette « translinguistique des textes » et de préparer, pour le numéro 12 de Langages dirigé par Barthes et consacré à « Linguistique et littérature », un article sur la « langue de Baudelaire ». Mais, engagé dans une réflexion plus ample et plus complexe, il n’a pas remis son article et, le 6 décembre 1969, un accident cérébral l’a réduit au silence.

30Dans le folio 253, il opposait le signe et le discours dans les mêmes termes que dans « Sémiologie de la langue » :

Que la langue poétique n’a pas de dénotation situe le problème au niveau non du signe mais du discours entier ou mieux de la fonction du poème en tant que réalisation d’un certain exercice de la langue poétique. C’est le discours entier qui révèle la nature de la langue dans laquelle il est construit. (Benveniste, 2011, p. 540)

31Le folio 203, du 20 septembre 1967, pose qu’« au principe même de la langue poétique, il y a [...] une metabasis de tous les “facteurs” de la langue » (ibid., p. 438). Pensant, comme Jakobson, que « la poésie ne consiste pas à ajouter au discours des ornements rhétoriques », mais qu’« elle implique une réévaluation totale du discours et de toutes ses composantes quelles qu’elles soient » (Jakobson, 1963, p. 248), Benveniste partait du fait que le « discours poétique n’a que l’appareil du discours » (Benveniste, 2011, fo 338, p. 712), et en concluait que la « langue poétique [...] doit recevoir un appareil de définitions distinctes. Elle appellera une linguistique différente » (ibid., fo 303, p. 640). Le début du folio 319 insiste : « l’analyse de la langue poétique exige dans toute l’étendue du domaine linguistique des catégories distinctes » (ibid., p. 672).

32Le linguiste doit donc s’engager, comme un ethno-anthropologue, dans l’exploration d’un texte, d’une œuvre, comme le dit le folio 53 :

C’est un monde particulier, personnel, qu’il faut d’abord décrire, comme un cosmos nouveau et spécifique. Comment le décrire et où le trouver ? C’est celui des termes et des rapports fondamentaux que le poète enseigne lui-même. Tout son vocabulaire est à reprendre, pour en dégager les données premières de ce monde à réapprendre, et qui est celui de son expérience et de son émotion. (ibid., p. 672)

33Ce qui aboutit aux très belles lignes du folio 210 bis :

La poésie a ici le visage de Baudelaire ; je parle d’elle ou de lui, sans pouvoir toujours les distinguer. La poésie, c’est la poésie plus un certain poète, puisque chaque poète a sa langue poétique. (ibid., p. 452)

34Cette leçon, je n’ai eu le sentiment de la mettre en œuvre que rarement : en travaillant pendant dix ans pour apprendre la langue des contes de Perrault et presque aussi longtemps pour analyser et traduire les premiers contes d’Andersen et quelques textes d’un recueil de Borges.

35L’autre apport majeur à la théorie du texte a été, en 1976, celui de Michael Alexander Kirkwood Halliday et Rukya Hasan. Dans Cohesion in English, ils optent, eux aussi, pour une solution de continuité :

Un texte [...] n’est pas un simple enchaînement de phrases [string of sentences]. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’une grande unité grammaticale, de quelque chose de même nature qu’une phrase mais qui en différerait par la taille – une sorte de super phrase [supersentence]. Un texte ne doit pas du tout être vu comme une unité grammaticale, mais comme une unité d’une autre espèce : une unité sémantique. Son unité est une unité de sens en contexte, une texture qui exprime le fait que, formant un tout [as a whole], il est lié à l’environnement dans lequel il se trouve placé. (Halliday & Hasan, 1976, p. 293 ; je traduis)

36Il est largement admis aujourd’hui que la procédure double de segmentation et de commutation permet certes d’identifier toutes les unités de rang subphrastique, mais qu’au-delà, la décomposition de textes en phrases et même de phrases périodiques complexes en unités prédicatives ne se fait pas avec la même régularité combinatoire que la décomposition des syntagmes, morphèmes et phonèmes. Comme le dit Olivier Soutet : « Dans le cas particulier du texte, le rapport du tout à la partie ne relève pas du même type de prévisibilité que celui qui existe entre chacune des unités subphrastiques et leurs constituants immédiats » (Soutet, 2005, p. 325). Les solidarités syntaxiques entre unités de la langue n’ont qu’une portée très limitée. Dès que l’on passe le seuil du syntagme et du noyau de la phrase de base, pour entrer dans les domaines de la phrase périodique et du transphrastique, d’autres systèmes de connexions apparaissent, qui ne reposent pas sur des critères morphosyntaxiques, mais sur des marques et des instructions relationnelles de portée plus ou moins lointaine. La tâche de la linguistique textuelle est de définir les grandes catégories de marques qui permettent d’établir ces connexions, en ouvrant ou en fermant des segments textuels plus ou moins longs. Ces marques ne recoupent que partiellement les catégories morphosyntaxiques définies dans le cadre de la linguistique de la langue.

37En franchissant la frontière du noyau de la phrase simple pour aborder les produits naturels de l’interaction langagière que sont les textes, on ne procède pas à une simple extension transphrastique des limites de la linguistique. Si Antoine Culioli peut parler de « rupture théorique aux conséquences incontournables » (Culioli, 1984, p. 10), c’est par rapport à une tradition grammaticale qui s’obstine à privilégier « les règles par rapport aux options, la dimension phrastique, régie par la grammaire, par rapport à la dimension textuelle, régie par la cohérence des concepts supportée par des moyens cohésifs appropriés » (Prandi, 2007, p. 75). La description de ces « ressources cohésives spécialisées » (ibid., p. 81) est l’objet de la linguistique textuelle (Adam, 2011 a), qui porte autant sur la description et la définition des différentes unités que sur les opérations de textualisation dont, à tous les niveaux de complexité, les énoncés portent la trace. Les contributions d’Henning Nølke, de Claire Badiou-Monferran et de Maria Antónia Coutinho illustrent des façons de traiter les « ressources cohésives » (voir supra, p. 181, 167 et 269). L’éclairage diachronique que donne Bernard Combettes sur l’émergence de l’argumentation en langue française donne une idée des développements possibles de la linguistique du texte en direction de la diachronie, comme Lita Lundquist illustre les perspectives qu’ouvre la linguistique du texte contrastive vers la comparaison des formes de textualisation que les langues induisent. Le présent volume est ainsi l’indice de la vitalité de la linguistique textuelle.

SUIVRE L’IDÉAL INTERDISCIPLINAIRE DE ROMAN JAKOBSON

Division sociale du travail scientifique et dispersion des savoirs

38J’ai été très tôt séduit par le programme interdisciplinaire de Jakobson qui apparaissait dans le premier et le dernier chapitre des Essais de linguistique générale (1963). Les espoirs de Jakobson étaient immenses quand il pensait, en 1952, que « les problèmes du langage poétique [étaient] désormais au premier plan des préoccupations des linguistes américains » et qu’un pont était enfin jeté « entre la linguistique et la critique littéraire de ce pays » (ibid., p. 30). À l’autre bout des Essais de linguistique générale, sa célèbre conclusion du grand colloque interdisciplinaire sur le style permet de mesurer combien nous avons régressé ces dernières années. Les « linguistes sourds à la fonction poétique » se sont multipliés autant que les « spécialistes de la littérature indifférents aux problèmes et ignorants des méthodes linguistiques » (ibid., p. 248). C’est contre ces « flagrants anachronismes » pointés par Jakobson (ibid., p. 248) que j’ai écrit Linguistique et discours littéraire, avec la collaboration de Jean-Pierre Goldenstein (1976).

39Je tenais de l’enseignement de Slakta une mise en garde que je n’ai jamais oubliée : « La “pureté” de la linguistique est une illusion », disait-il, et il déplorait que soit « rejeté dans l’enfer de l’extra-linguistique, non seulement ce qui est notion idéologique [...] mais aussi tout ce qui a rapport à d’autres sciences » (Slakta, 1971, p. 93). Tout en se méfiant d’une « vague pluridisciplinarité où l’ignorance d’un seul serait multipliée par les ignorances de tous », il affirmait la nécessité « d’articuler la science linguistique à d’autres sciences si l’on veut sortir de l’impasse où certains entendent confiner les linguistes » (ibid.). Je dirais moins « articuler » que penser le continu des problèmes qu’abordent et dévoilent, de façon discontinue, les sciences des textes. Il s’agit, en effet, moins d’« articuler » que de s’engager dans ce que Meschonnic appelait, dans Pour la poétique, « une pratique du continu vers une pensée du continu » (Meschonnic, 1970, p. 7). Il s’agit surtout de reconceptualiser les emprunts éventuels à d’autres sciences et disciplines des textes.

40C’est ce que je me suis efforcé de faire tout au long des années 1970-1980, en travaillant sur la narratologie, sur la poétique de la description de Philippe Hamon et sur les théories de l’argumentation développées à l’Université libre de Bruxelles (autour de Chaïm Perelman, Michel Meyer et Marc Dominicy) et dans le cadre du Centre de recherches sémiologiques de Neuchâtel (autour de Jean-Blaise Grize et Marie-Jeanne Borel). Bien que relevant de champs disciplinaires très différents, ces domaines très avancés de la recherche m’aidaient à penser la linguistique textuelle que je cherchais à édifier en la sortant des grammaires et typologies de textes. Je dois dire aussi l’importance du dialogue que j’ai pu mener, en Suisse, avec les modèles de l’interactionnisme socio-discursif de Jean-Paul Bronckart (1997) et l’approche modulaire de la complexité des discours d’Eddy Roulet (2000). Les contributions de Jean-Paul Bronckart et d’Antónia Coutinho au présent volume poursuivent ce dialogue de façon très constructive.

41Nous avions fondé, à la fin des années 1980, un éphémère groupe TETA, avec Michel Charolles, Michel Fayol, Jean-Paul Bronckart, François Rastier et quelques autres. Ce groupe non institutionnel réunissait, autour des problèmes du texte, des spécialistes de psychologie du langage et de linguistique du texte et du discours. Son objectif était de lutter contre le repli sur des problématiques locales, déjà manifeste dans les deux champs. Le développement des travaux sur les anaphores et les connecteurs était, en linguistique, un symptôme de ce repli sur un transphrastique minimaliste. Les approches modularistes et connexionnistes favorisaient quant à elles, dans le domaine des sciences cognitives, les thématiques locales de recherche. Seuls du groupe, Bronckart, Rastier et moi avons d’ailleurs poursuivi nos efforts de théorisation au-delà du transphrastique.

42Je plaide depuis longtemps pour un décloisonnement des sciences des textes, c’est-à-dire des sciences et disciplines qui relèvent des « humanités », ce secteur d’activité dont la tâche principale est certainement de réfléchir de façon explicite et de façon critique sur les pratiques de la production et de l’interprétation, et, plus largement, la construction humaine de sens.

  • 8 Domaines de recherche illustrés dans les contributions réunies dans ce volume et qui dépassent mêm (...)

43En consacrant mes recherches, mes enseignements et la direction de plusieurs thèses aux domaines de l’analyse du discours littéraire, du discours publicitaire, du discours anthropologique, de la presse écrite et de l’art oratoire politique8, j’ai voulu montrer que les facultés de Lettres ne devaient pas abandonner ces objets d’étude aux seuls sociologues et spécialistes des médias. Comme le dit le sociologue Bernard Lahire :

Pour montrer que la coupure institutionnelle entre disciplines peut être fatale à la compréhension scientifique de certaines réalités, il n’y a sans doute pas de meilleur exemple que celui de la séparation opérée entre la sociologie (et, plus généralement, l’essentiel des sciences dites sociales : anthropologie, histoire, sciences politiques, économie, etc.) d’une part, et la linguistique (et, plus largement, toutes les sciences des productions symboliques : sémiologie, analyse de discours, théories esthétiques, théorie de la littérature, etc.) d’autre part. Une telle opposition constitue un puissant obstacle à la compréhension des phénomènes dits sociaux et des phénomènes dits symboliques (linguistiques, esthétiques, iconiques, discursifs, textuels, etc.). (Lahire, 2012, p. 326)

44Proposer de fédérer des domaines séparés ne veut pas dire pour autant avoir l’ambition de créer une science englobante, une science intégrative de toutes les disciplines du texte, mais plaider pour une reprise du dialogue, avec un peu de hauteur de vue. Les problèmes actuels découlent certainement du fait que nous n’avons plus l’ambition de prendre la peine de penser l’unité des sciences de l’homme et de la société. Nous vivons dans le confort de la séparation des sciences humaines et sociales en facultés ou unités de recherche et de formation différentes. Quand j’ai eu la responsabilité de coordonner la création, au sein de la faculté des Lettres de l’Université de Lausanne, d’une école doctorale interdisciplinaire et de centres de recherche interdisciplinaire, je voyais là un moyen de lutter contre la division sociale du travail scientifique et la dispersion du savoir que décrit parfaitement Lahire :

Pris dans ce mouvement de différenciation, qui caractérise les sociétés modernes, les savants sont de moins en moins en mesure d’en étudier les effets. Comment pouvoir dessiner une vue d’ensemble du monde social lorsque tout pousse chaque catégorie de chercheur à garder le nez collé sur le fonctionnement de petites parcelles de ce monde ? Comment conserver une conception complexe des individus en société lorsque les découpages disciplinaires d’abord, les spécialisations internes ensuite, contraignent les chercheurs à travailler sur des dimensions à chaque fois spécifiques des pratiques individuelles ? Comment maintenir un haut niveau de créativité scientifique lorsqu’une conception étroite du professionnalisme conduit insensiblement vers une spécialisation poussée et une normalisation des recherches et des chercheurs ? (Lahire, 2012, p. 11)

45Comme le dit encore Lahire :

Répondre à l’ensemble de ces questions, c’est prendre à bras-le-corps les enjeux et les défis des sciences humaines et sociales contemporaines en essayant de renouer avec les grandes ambitions scientifiques originelles [...]. (ibid.)

46Les départements littéraires des facultés de Lettres, déboussolés par la perte de position hégémonique de leur discipline, semblent actuellement parcourus par un bouillonnement d’idées assez bien représenté par des positions comme celles que ramasse avec un certain succès Yves Citton, dans Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ? (2007) ou dans L’Avenir des humanités. Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ? (2010). Autre exemple, le numéro 8 de la revue électronique du site Fabula : Littérature, histoire, théorie, intitulé « La littérature en mal de discipline ? », coordonné par Nathalie Kremer. Je pense, comme Citton, que « les disciplines relevant des humanités ont en commun de nous conduire à réfléchir de façon explicite et critique sur la multiplicité d’activités interprétatives qui informent et dynamisent tous nos faits et gestes – activités qui, ce faisant, définissent nos cultures » (Citton, 2010, p. 23). Mais Citton nomme la littérature, la philosophie, l’anthropologie, l’histoire des institutions politiques ou des sensibilités esthétiques, en oubliant la linguistique – comme c’est d’ailleurs aussi le cas dans le numéro de Fabula – pour des raisons qu’il faudrait expliciter car cela me paraît absurde et régressif.

47En effet, toutes les activités interprétatives opèrent à partir de faits textuels, à partir d’une matérialité discursive qui n’est pas qu’un objet mental. Il est grand temps de reconnaître la complémentarité de fait de nos approches et d’en tirer les conséquences qui devraient s’imposer en termes de reconfiguration des départements des facultés de Lettres et Sciences humaines et, dans un deuxième temps, d’en finir avec la séparation des « humanités », des sciences sociales et des sciences de l’information et de la communication.

48Sous une gouvernance idéologiquement libérale, la mise en concurrence des unités de recherche et d’enseignement a poussé les disciplines à se défendre en resserrant leurs spécificités par restriction de leur champ et par une hyper-spécialisation plus lisible et plus visible par les décideurs et les clients que tendent à devenir les étudiants dans le « système de Bologne ». Déjà dans les années 1980, Robert Darnton, historien du livre et directeur de la bibliothèque universitaire de Harvard, dressait un bilan comparable du champ général et transversal de l’histoire du livre. Il parlait alors de « fissiparité » pour décrire la façon dont les experts du domaine – je le cite – « se livraient à des études si spécialisées qu’ils perdaient tout contact les uns avec les autres » (Darnton, 2011, p. 202).

49Dans le même temps, les institutions prônent l’interdisciplinarité tout en développant contradictoirement des procédures de ranking et d’évaluation étroitement disciplinaires. Dans leurs « Onze modestes propositions de réforme de l’Université », Alain Caillé et François Vatin dénoncent la balkanisation des savoirs actuelle et ils prônent, comme moi, des « regroupements pertinents entre disciplines classiques » (Caillé & Vatin, 2009, p. 328).

Dialogue inter-théorique et ébranlement des certitudes

  • 9 Voir à ce propos Heidmann, 2003 ; Adam & Heidmann, 2005.

50Tant sur le plan de la recherche que sur celui de l’enseignement, nous avons, à l’Université de Lausanne, dans le cadre de l’école doctorale interdisciplinaire de la faculté des Lettres et du Centre de recherche en langues et littératures européennes comparées9, tenté de créer les conditions d’un dialogue des disciplines et des sous-disciplines en lieu et place d’une défense crispée des territoires. Le comparatiste Peter V. Zima, cité en exergue de mes propos, inscrit un tel dialogue critique dans une théorie dialogique de la recherche scientifique qui est le contraire de l’indifférence molle du tout se vaut et de la dilution éclectique des savoirs. Cette théorie dialogique vise à favoriser l’« ébranlement » des certitudes qu’entraîne ce que Zima appelle le « dialogue théorique » :

Le dialogue théorique sert à briser les dogmes protégés et consolidés par la solidarité idéologique de groupements scientifiques. Ce n’est qu’un dialogue avec l’autre groupe, avec l’autre sociolecte, qui finira par mettre en question les théorèmes dogmatiques de mon groupe d’origine – et non pas une discussion intersubjective à l’intérieur du groupe. [...] Ce n’est qu’une mise à l’épreuve inter-collective ou inter-discursive qui rend la discussion d’une hypothèse ou d’un théorème intéressante. C’est par rapport au discours de l’Autre (par rapport à l’altérité) que mon hypothèse doit être corroborée ou réfutée. (Zima, 2003, p. 16)

51Ce dialogue entre des positions hétérogènes n’est possible qu’à la condition « inter-discursive » de rendre nos positions et présupposés explicites, de reconnaître la nature discursive de nos constructions scientifiques ainsi que l’historicité de leurs conditions de constitution. Il faut surtout accepter l’effort de décentrement disciplinaire, voire d’indiscipline, que cela implique et que résume parfaitement Meschonnic dans son dernier livre :

Il faut une critique de la linguistique par la philosophie et de la philosophie par la linguistique, de la philologie par la poétique et de la poétique par la philologie, de la sociologie par la poétique et de la poétique par la sociologie, et ainsi de proche en proche la critique de chacune des sciences humaines et de toutes ensemble par l’examen du statut qu’elles réservent au langage : leur sens du sens. (Meschonnic, 2012, p. 630)

52Le préalable à tout dialogue entre sciences et disciplines du texte est toutefois celui de l’état épistémologique des théories. J’ai parlé ailleurs des conditions épistémologiques qui rendent possible un dialogue avec ce qu’on appelle aujourd’hui la génétique textuelle (Adam, 2009), mais aussi avec l’histoire du livre et de l’édition et avec les domaines les plus avancés de la philologie (Adam, 2005), du moins quand elle prend la forme d’une philologie textuelle et critique, fondée sur une herméneutique critique et sur le refus radical de toute position théologique.

53Le programme interdisciplinaire de Jakobson comportait un autre volet, qui m’a incité à expérimenter la critique de la linguistique par une autre discipline. Je fais allusion à sa conférence de clôture du congrès des anthropologues et des linguistes de l’Université d’Indiana, en 1952 :

Les anthropologues n’ont cessé d’affirmer et de prouver que le langage et la culture s’impliquent mutuellement, que le langage doit être conçu comme une partie intégrante de la vie sociale, que la linguistique est étroitement liée à l’anthropologie culturelle. (Jakobson, 1963, p. 27)

  • 10 « Die Sprache liegt nur in der verbundenen Rede, Grammatik und Wörterbuch sind kaum ihrem todten G (...)

54À la fin des années 1980, j’ai eu l’immense chance de coordonner, avec Jean-Blaise Grize, Marie-Jeanne Borel et l’anthropologue Mondher Kilani une recherche qui nous a collectivement menés, avec le remplacement de Grize par Claude Calame, à l’écriture d’un livre, Le Discours anthropologique (Adam et al., 1995). À cette occasion, la lecture de la théorie ethnographique du langage de Bronislaw Malinowski est venue confirmer mes choix théoriques. Cette lecture me renvoyait à un aspect de la théorie anthropologique du langage de Wilhelm von Humboldt et à ces lignes de Über die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues (Des diversités de construction du langage humain) que je traduis avec Meschonnic : « La langue consiste seulement dans le discours lié, grammaire et dictionnaire sont à peine comparables à son squelette mort10 » (Meschonnic, 2012, p. 630).

55Pour Humboldt, ce n’est que dans les enchaînements du discours que peuvent être perçus les éléments les plus significatifs de la langue. Son influence sur les théories de Volochinov, de Bakhtine et de Malinowski a été négligée ou enterrée un peu rapidement sous l’étiquette critique et disqualifiante de « néo-humboldtisme ». Bien avant la pragmatique et le « tournant actionnel » des sciences du langage, Malinowski insiste sur le fait que les « mots participent de l’action et sont autant d’actions » (Malinowski, 2002, p. 243) et que leur puissance d’action ne peut être observée que dans le système des genres discursifs de la société trobriandaise du Pacifique Sud qu’il étudie (formules magiques, exorcismes, malédictions, bénédictions, prières, ordres et les différentes formes de narration). Quinze ans avant l’émergence, au début des années 1950, de l’analyse de discours (avec Harris, 1952) et de la linguistique textuelle (avec Coseriu, 1955-1956), l’approche par Malinowski de l’unité d’analyse linguistique me paraissait profondément textuelle et discursive :

C’est aujourd’hui une vérité première de la linguistique que la plus petite unité de la langue n’est pas le mot, mais la phrase. Ce qu’il s’agit de montrer, c’est que même la phrase n’est pas une unité autonome du discours, qu’elle ne se suffit pas à elle-même. [...] Une phrase apparaît généralement au milieu d’autres phrases, et n’a de sens que si on la considère comme un élément d’une totalité significative qui la dépasse. Je crois qu’on a tout intérêt, en linguistique, à élargir la notion de contexte [...]. (Malinowski, 2002, p. 257)

56Tout cela rappelle, bien entendu, le célèbre aphorisme de Friedrich Schleiermacher : « Toute compréhension du détail est conditionnée par une compréhension du tout. » (Schleiermacher, 1805-1833, p. 67) Volochinov en a tiré toutes les conséquences, et formulé ce qui m’est apparu très tôt comme un véritable défi :

Tant que l’énoncé considéré comme un tout restera terra incognita pour le linguiste, il ne saura être question de comprendre de façon réelle, concrète, non scolastique, une forme syntaxique.
Nous avons déjà dit qu’en linguistique tout ne va pas pour le mieux dès qu’il s’agit de la totalité formée par l’énoncé. On peut dire carrément que la réflexion linguistique a irrémédiablement perdu le sentiment de la parole envisagée comme un tout. C’est au milieu d’une phrase que le linguiste se sent le plus à l’aise. Plus il se rapproche des confins de la parole, de l’énoncé en tant que tout, moins sa position est sûre. Il n’a aucun moyen pour aborder la totalité ; aucune des catégories linguistiques ne convient pour définir une totalité. (Volochinov, 2010, p. 353)

57Un peu plus haut, Volochinov écrivait très clairement :

La construction de la phrase complexe (la période), voilà tout ce que la linguistique peut prendre en compte. Quant à l’organisation de l’énoncé complet, elle en renvoie la compétence à d’autres disciplines : la rhétorique et la poétique. La linguistique n’a pas de méthode pour aborder les formes de composition d’un tout. (ibid., p. 281)

58Et il en tirait une conclusion très proche de la rupture que Benveniste situait dès le niveau de la phrase et qui fait écho avec nos concepts d’interdiscours, de généricité et de textualité :

C’est pourquoi il n’y a ni transition progressive, ni même aucun lien entre les formes linguistiques des éléments de l’énoncé et celles de la totalité qu’il constitue. Ce n’est qu’en faisant un saut qualitatif qu’on passe de la syntaxe aux questions de composition. Cela est inévitable, puisque l’on ne peut percevoir et comprendre les formes d’un énoncé en tant que totalité que sur le fond des autres énoncés formant eux-mêmes une totalité dans l’unité d’une même sphère idéologique donnée. (ibid.)

59Mais, pour théoriser ce saut qualitatif, encore fallait-il entrer dans une épistémologie de la complexité dont Jakobson, dans son discours de clôture du congrès de 1952, avait dessiné épistémologiquement les grandes lignes :

Évidemment le fait le plus symptomatique a été la nette liquidation de toute espèce d’isolationnisme, cet isolationnisme qui est aussi haïssable dans la vie scientifique que dans la vie politique. [...] Ceci ne veut pas dire que nous nions l’importance de la spécialisation, la nécessité de s’attacher à l’étude de problèmes limités ; mais nous savons qu’il s’agit là seulement de différents modes d’expérimentation, non de points de vue exclusifs. [...] Nous ne pouvons pas vraiment isoler les éléments, mais seulement les distinguer. Si nous sommes amenés à les traiter séparément au cours du processus de l’analyse linguistique, nous devons toujours nous souvenir du caractère artificiel d’une telle séparation. (Jakobson, 1963, p. 26)

60La différence entre distinguer et isoler est fondamentale : on isole dans une épistémologie réductionniste et on distingue dans une théorie de la complexité. C’est pour cette raison que je me suis efforcé de ne pas isoler, ni de séparer, mais de distinguer des modules ou paliers d’analyse, dans une théorie qui s’efforce de les penser toujours ensemble.

61Dans une théorie de la complexité, des sauts qualitatifs doivent être pensés comme l’émergence de faits non prévisibles par simple somme de leurs composants. Le sens d’une phrase est bien plus que la somme des signes qui la composent ; un texte est une unité bien plus complexe que la simple somme des phrases qui constituent ses paragraphes ; un discours est bien plus que la somme des niveaux de textualisation qui font du texte une unité de sens.

Paradigmes herméneutiques du texte et de la traduction

62À l’autre bout de ma carrière, j’ai renoué avec cette expérience exigeante et source d’ébranlements en travaillant une dizaine d’années avec Ute Heidmann, spécialiste d’une autre discipline, la littérature comparée, sur les contes de Perrault, d’Andersen et des Grimm, mais aussi sur la traduction d’un texte de Kafka et l’intertextualité de « Chats » de Baudelaire. Dix années de recherche et de confrontation des problématiques littéraires, comparatistes et linguistiques qui ont donné un ouvrage collectif (Adam & Heidmann, 2005) et deux livres dans lesquels les problèmes sont pensés ensemble et que j’aurais été bien incapable d’écrire seul (Adam & Heidmann, 2009 ; 2010).

  • 11 Lita Lundquist, avec la linguistique textuelle contrastive ou comparative, illustre ici même les c (...)

63En travaillant avec Heidmann, mais aussi, grâce à elle, avec la philosophe Silvana Borutti et avec Meschonnic, j’ai pu mesurer l’importance des paradigmes de la traduction et de la comparaison11. J’ai compris la justesse de l’affirmation par Jean-Marie Schaeffer, dans Petite écologie des études littéraires, de la place stratégique et politique de la littérature comparée dans les études de lettres :

Concevoir, par exemple, la littérature anglaise comme un tout (holos) revient à l’isoler des autres, donc à rendre, de proche en proche, toutes les littératures incommensurables entre elles. Le fait que, de nos jours encore, la littérature comparée reste une discipline marginale [...] (alors qu’elle devrait être la reine des disciplines littéraires, si celles-ci s’intéressaient réellement aux faits littéraires dans leur diversité et leur unité) est un signe parlant de cette incapacité des études littéraires à faire la différence entre leur objet d’étude – les faits littéraires – et les diverses constructions nationales de « La Littérature ». (Schaeffer, 2011, p. 22)

64Au début des années 1970, prenant acte du fait que les sciences de l’homme et de la société ont, à la différence des sciences de la nature, le symbolique pour objet, Paul Ricœur avait fait du « paradigme de l’interprétation textuelle » un fondement de la méthode des sciences humaines et sociales. Son « herméneutique critique » avait pour ambition de déconstruire à la fois la tradition romantique en herméneutique et le modèle d’explication issu des sciences naturelles et de leur logique inductive. Ricœur fondait sa démarche sur une définition du texte comme « paradigme de la distanciation dans la communication », révélateur « de l’historicité même de l’expérience humaine, à savoir qu’elle est une communication dans et par la distance » (Ricœur, 1986, p. 102).

65Cette idée vient de l’herméneutique de Hans Georg Gadamer qui utilise le concept de distance pour critiquer la conception romantique de la compréhension. Dans leur dernier livre, Borutti et Heidmann rappellent que la distance est un élément constitutif de la possibilité de la compréhension d’autrui et elles ajoutent :

Face à un texte et à une œuvre, la question que se pose l’approche interprétative est : comment reconstruire un système symbolique étranger à partir de son étrangeté ? La distance est envisagée alors comme la structure fondamentale du comprendre, c’est-à-dire de l’accès au sens de l’autre. C’est un thème cognitif et en même temps ontologique, qui est au cœur de la question du « comprendre » dans les sciences humaines et dans les études interculturelles. (Borutti & Heidmann, 2012, p. 85 ; je traduis)

66Elles insistent sur le fait que la distance, accentuée par « l’état de suspension entre deux langues et deux cultures », rend « possible l’accès au sens de l’autre » (ibid., p. 84-85 ; je traduis). En glosant la formule célèbre de Gadamer : « La situation du traducteur est au fond la même que celle de l’interprète » (Gadamer, 1960, p. 233 ; je traduis), elles ajoutent :

Dans la perspective herméneutique de Gadamer la traduction est une forme paradigmatique d’interprétation, parce que c’est dans la traduction que se pose le problème interprétatif de la connaissance de l’œuvre et du sens de l’autre à partir de sa distance symbolique. (Borutti & Heidmann, 2012, p. 85 ; je traduis)

67La traduction devrait être au centre de nos disciplines, car, outre le fait qu’elle permet de penser « entre les langues » et, de ce fait, dans le langage, elle présente un autre avantage, celui de faire bouger le concept de texte. Comme l’a dit et répété Meschonnic : « La traduction est le mode le plus banal, le plus admis, le plus visible des transformations qui font qu’un texte est à la fois toujours le même et un autre » (Meschonnic, 1999, p. 175). Dépassant le textualisme naïf, il dit très justement qu’« une traduction n’est [...] qu’un moment d’un texte en mouvement. Elle est même l’image qu’il n’est jamais fini. Elle ne saurait l’immobiliser » (ibid., p. 342). D’un état génétique à un autre, d’une édition à une autre, comme d’une traduction à une autre, c’est le texte lui-même qui se transforme et les conséquences sur la théorie du texte sont importantes car ce qui devient signifiant, ce qui fait sens, c’est le « bougé du texte » dont parle Meschonnic :

Ce qui bouge dans un texte, et par lui, c’est les notions de langage qu’il met en œuvre, qui se modifient selon la reconnaissance du texte, autant que le texte se modifie selon la transformation des notions avec lesquelles on le lit. À travers le bougé d’un texte, c’est la notion de texte elle-même qui bouge. (ibid., p. 174)

68L’action de traduire présente encore un autre avantage théorique et méthodologique : elle permet de revenir sur le « primat de l’organisation textuelle sur les unités », selon une autre heureuse formule de Meschonnic (ibid., p. 335) qui rappelle les citations de Schleiermacher et de Volochinov données plus haut. Borutti et Heidmann vont dans ce sens lorsqu’elles se réfèrent à la critique, par Willard Van Orman Quine, de l’atomisme et du dogme réductionniste :

Dire qu’on ne passe pas d’une langue à une autre, d’un terme à un autre, mais d’un énoncé à un autre, c’est faire allusion au fait qu’en traduisant nous faisons l’hypothèse de correspondances entre des occurrences textuelles [...]. Disant que nous traduisons d’énoncé à énoncé, Quine se réfère au fait que, dans la traduction, on doit tenir compte non seulement de la dépendance du sens à l’égard de l’ensemble immanent et autoréférentiel des signes de la langue, mais aussi de leur intégration dans l’ensemble du texte. (Borutti & Heidmann, 2012, p. 58-59 ; je traduis)

  • 12 Pour la mise en œuvre de la problématique du traduire dans l’analyse textuelle, je renvoie à mes é (...)

69Cette double dépendance et surdétermination-intégration des signes linguistiques dans le discours entier ne peut être approchée qu’à condition de lire de très près les textes dans leur cotexte / contexte. Traduire – et plus largement lire-interpréter – ne consiste pas seulement à faire passer des énoncés d’une langue dans une autre, mais à passer, et c’est beaucoup plus complexe, par une troisième langue : celle d’un livre, d’un recueil et même de chacun de ses textes, comme le disait Benveniste à propos des Fleurs du mal et comme j’ai tenté de le faire sur les contes de Perrault et d’Andersen12.

70Cette conception de l’interprétation nous tient à distance du textualisme structuraliste et de son illusoire « clôture du texte », mais loin aussi des dérives post-textualistes contemporaines. La distanciation que j’oppose à la lecture actualisante est une expérience de l’altérité et de l’étrangeté de toutes les productions symboliques. C’est ainsi que j’ai toujours compris, pour ma part, l’herméneutique de la différence de Starobinski, qui m’apparaît comme le contraire d’une herméneutique de l’appropriation actualisante : « La différence reconnue est la condition de toute rencontre authentique » (Starobinski, 2001, p. 52). Et, par ailleurs, en « sauvegardant la conscience de sa différence – condition de sa relation – le critique écarte le risque du monologue » (ibid., p. 50).

71C’est à partir de cette expérience de la distance et de la différence que peuvent surgir des effets de connaissance et surtout des effets de formation intellectuelle : la difficulté acceptée de la langue d’un texte, toujours à traduire, d’une certaine manière, intra- ou interlinguistique, voire intersémiotique, est une épreuve du sens pour un sujet confronté à des formes de construction du monde. Cette épreuve est formatrice pour l’esprit et l’université est le seul lieu où les jeunes chercheurs et futurs enseignants peuvent y être initiés. Il faut du temps et des savoirs méthodologiques pour mettre en place le décentrement de soi qui seul permet d’affronter les résistances qui activent et relancent le processus de compréhension et qui rendent possible l’invention, la créativité, ce que Starobinski appelle la « disponibilité réflexive ».

*

72Dominique Maingueneau a, très récemment, proposé de distinguer deux grandes façons d’aborder les discours : une « attitude herméneutique » qui « vise à dévoiler, à dé-couvrir ce que les textes sont censés cacher » et une « attitude non herméneutique » qui « vise à intégrer les éléments dans des unités complexes (des textes, des genres, des configurations discursives), sans partir du principe que les textes sont faits pour cacher quelque chose » (Maingueneau, 2012). C’était tout l’enjeu de la longue recherche menée avec Heidmann autour des contes de Perrault, des Grimm et d’Andersen. Mais, pour entrer dans cette problématique et rendre les contes à leur discursivité, il fallait commencer par lire de très près des textes que nous pensons tous connaître, faire tout le contraire du « distant reading » de Franco Moretti (2008). Pour lui, « lire de loin » consiste, tout simplement, au lieu de lire les textes, à cartographier et à quantifier la production romanesque mondiale sur la base d’informations de seconde main prises pour des data, des faits objectifs. Je ne parviens pas à comprendre pourquoi les éditeurs des Prairies ordinaires veulent nous faire prendre ce retour à un positivisme des années 1960 pour l’avenir des humanités littéraires et du comparatisme.

73J’ai pensé tout au long de ma carrière, et je pense encore, que c’est à élever les capacités de lire de très près que je devais former de futurs citoyens, dans l’espoir de les rendre moins naïfs, de leur apprendre à se forger des instruments critiques à la fois solides et transférables dans d’autres domaines de leurs études et de leur vie sociale. Le cadre épistémologique et méthodologique dont j’ai parlé tout au long de cette dernière séance m’a permis, dans ma recherche et dans mes enseignements, d’aborder, avec un même sérieux, le poème, l’écriture journalistique et les propagandes publicitaires et politiques. J’ai ainsi strictement suivi le programme fixé en 1975 par Todorov, dans un volume d’hommages à Benveniste où il insistait sur la nécessité de prendre en compte les genres de discours en déconstruisant les séparations disciplinaires et en repensant le champ même des humanités :

À la place de la seule littérature apparaissent maintenant de nombreux types de discours qui méritent au même titre notre attention. [...] Un champ d’études cohérent, pour l’instant partagé impitoyablement entre sémanticiens et littéraires, socio-et ethnolinguistes, philosophes du langage et psychologues, demande impérieusement à être reconnu. (Todorov, 1975, p. 364)

74En 1978, Todorov ajoute une relative conclusive à la dernière phrase : « où la poétique cédera sa place à la théorie du discours et à l’analyse de ses genres ».

75J’éprouve la plus grande méfiance envers ce qu’on essaie de nous vendre actuellement sous le nom d’humanités postcritiques. Prendre pour modèle les herméneutiques juridique et religieuse, comme dans la 57e thèse de Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, est, à mon sens, une régression herméneutique :

Un texte reste littérairement vivant dans la mesure où un interprète l’actualise en s’en servant pour s’orienter dans sa situation présente, selon un geste relevant de l’application, dont le prédicateur (dans sa référence au texte sacré) et le juge (dans sa référence au texte de loi) donnent un modèle éclairant. (Citton, 2007, p. 271)

76Si les humanités du xxie siècle avaient pour vocation de redevenir ce qu’elles étaient quand j’étais étudiant, ce contre quoi j’ai lutté pendant toute ma carrière, avec la volonté et l’espoir de transformer l’idéologie de l’art du commentaire des prêtres et des juges, selon moi profondément antidémocratique, par un enseignement visant à fournir et à partager des instruments de connaissance, j’aurais le sentiment d’avoir quitté mes fonctions au bon moment...

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1985, Pour lire le poème, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Adam Jean-Michel, 1990, Éléments de linguistique textuelle. Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage ».

Adam Jean-Michel, 2002 a, « Discours et interdisciplinarité. Benveniste lecteur de Saussure », Cahiers Ferdinand de Saussure, no 54, p. 201-218

Adam Jean-Michel, 2002 b, « De la grammaticalisation de la rhétorique à la rhétorisation de la linguistique. Aide-mémoire », dans Ruth Amossy et Roselyn Koren (dir.), Après Perelman : quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques ?, Paris, L’Harmattan, p. 23-55.

Adam Jean-Michel, 2005, « Les sciences de l’établissement du texte et la question de la variation » », Études de lettres, no 1, dossier « Sciences du texte et analyse de discours », Jean-Michel Adam et Ute Heidmann (dir.), p. 69-92.

Adam Jean-Michel, 2009, « Réécritures et variation : pour une génétique linguistique et textuelle », Modèles linguistiques, vol. 30, no 59, p. 23-50.

Adam Jean-Michel, 2010, « De Marcel Proust à Antonin Artaud : “faire sa langue” à partir du traduire », dans Sophie Klimis, Isabelle Ost et Stéphanie Vanasten (dir.), Translatio in fabula. Enjeux d’une rencontre entre fictions et traductions, Bruxelles, Facultés universitaires Saint-Louis, p. 131-152.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011 a, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel, 2011 b, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve / Paris, Academia / L’Harmattan.

Adam Jean-Michel, 2011 c, « Le programme de la “translinguistique des textes, des œuvres” et sa réception au seuil des années 1970 », dans Émilie Brunet et Rudolf Mahrer (dir.), Relire Benveniste, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 123-147.

Adam Jean-Michel, 2012, « Le “bougé du texte” dans la théorie du langage. Henri Meschonnic et Jorge Luis Borges », Europe, no 995, p. 186-193.

Adam Jean-Michel & Bonhomme Marc, [1997] 2012, L’Argumentation publicitaire. Rhétorique de l’éloge et de la persuasion, Paris, Armand Colin.

Adam Jean-Michel & Goldenstein Jean-Pierre, 1976, Linguistique et discours littéraire, Paris, Larousse, coll. « L ».

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute (dir.), 2005, dossier « Sciences du texte et analyse de discours », Études de lettres, no 1.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2009, Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2010, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Classiques Garnier.

Adam Jean-Michel et al., [1990] 1995, Le Discours anthropologique, Lausanne, Payot.

Avalle d’Arco Silvio, 1973, « La sémiologie de la narrativité chez Saussure », dans Charles Bouazis et al. (dir.), Essais de la théorie du texte, Paris, Galilée, p. 17-49.

Barthes Roland, [1966] 2002 a, « Introduction à l’analyse structurale des récits », Œuvres complètes, Éric Marty (éd.), 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 2, p. 828-865.

Barthes Roland, [1968] 2002 b, « Linguistique et littérature », Œuvres complètes, Éric Marty (éd.), 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 3, p. 52-59.

Barthes Roland, [1970] 2002 c, « L’ancienne rhétorique. Aide-mémoire », Œuvres complètes, Éric Marty (éd.), 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 3, p. 527-601.

Barthes Roland, [1970] 2002 d, « La linguistique du discours », Œuvres complètes, Éric Marty (éd.), 5 vol., Paris, Éditions du Seuil, vol. 3, p. 611-616.

Benveniste Émile, 1966, Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard.

Benveniste Émile, 1974, Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard.

Benveniste Émile, 2011, Baudelaire, Chloé Laplantine (éd.), Limoges, Lambert-Lucas.

Benveniste Émile, 2012, Dernières leçons. Collège de France 1968-1969, Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio (éd.), Paris, EHESS / Gallimard / Éditions du Seuil.

Borutti Silvana & Heidmann Ute, 2012, La Babele in cui viviamo, Torino, Boringhieri.

Bourdin Jean-François & Duhem Pierre, 1972, « La grammaire de texte en pays de langue allemande », Langages, no 26, p. 59-74.

Bronckart Jean-Paul, 1997, Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionnisme socio-discursif, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Caillé Alain & Vatin François, 2009, « Onze modestes propositions de réforme de l’Université », MAUSS, no 33, dossier « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », Alain Caillé (dir.), p. 319-336.

Citton Yves, 2007, Lire, interpréter, actualiser. Pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam.

Citton Yves, 2010, L’Avenir des humanités. Économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation ?, Paris, La Découverte.

Coseriu Eugenio, 1955-1956, « Determinación y entorno. Dos problemas de una lingüística del hablar », Romanistisches Jahrbuch, no 7, p. 29-54.

Culioli Antoine, 1984, « Préface », dans Françoise Atlani, Almuth Grésillon & Jean-Louis Lebrave (dir.), La Langue au ras du texte, Lille, Presses universitaires de Septentrion, p. 9-12.

Culioli Antoine, 2003, « Un linguiste face aux textes saussuriens (entretien avec Simon Bouquet) », dans Simon Bouquet (dir.), Ferdinand de Saussure, Paris, L’Herne, « Cahiers de l’Herne », p. 137-149.

Darnton Robert, [2009] 2011, Apologie du livre, Paris, Gallimard.

Fenoglio Irène, 2012, « Benveniste auteur d’une recherche inachevée sur le “discours poétique” et non d’un Baudelaire », Semen, no 33, dossier « Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire », Jean-Michel Adam et Chloé Laplantine (dir.), p. 121-161.

Fish Stanley, [1980] 2007, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Étienne Dobenesque (trad.), Yves Citton (préf.), Paris, Les Prairies ordinaires.

Foucault Michel, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1971, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard.

Gadamer Hans Georg, [1960] 1972, Wahrheit und Methode, Tubingue, Mohr.

Groupe µ, [1970] 1982, Rhétorique générale, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points ».

Guillaume Gustave, 1985, Leçons de linguistique de Gustave Guillaume. 1945-1946, série C, Walter Hirtle, André Joly & Roch Valin (éd.), Québec / Lille, Presses universitaires de Laval / Presses universitaires de Lille.

Halliday Michael Alexander Kirkwood & Hasan Rukya, 1976, Cohesion in English, Londres, Longman.

Harris Zellig S., 1952 a, « Discourse Analysis », Language, vol. 28, no 1, p. 1-30.

Harris Zellig S., 1952 b, « Discourse Analysis : A Sample Text », Language, vol. 28, no 4, p. 474-494.

Harris Zellig S., [1952] 1969, « Analyse du discours », Françoise Dubois-Charlier (trad.), Langages, no 13, p. 8-45.

Heidmann Ute (dir.), 2003, Poétiques comparées des mythes. De l’Antiquité à la modernité, Lausanne, Payot.

Humboldt Wilhelm von, [1827-1829] 2010, « Ueber die Verschiedenheiten des menschlichen Sprachbaues », Werke, Andreas Flitner et Klaus Giel (éd.), 5 vol., Darmstadt, WBG, vol. 3, p. 144-190.

Jakobson Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Nicolas Ruwet (trad.), Paris, Éditions de Minuit.

Klinkenberg Jean-Marie, 1990, Le Sens rhétorique. Essais de sémantique textuelle, Toronto / Bruxelles, Éditions du GREF / Les Éperonniers.

Lahire Bernard, 2012, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil.

Lang Ewald, 1972, « Quand une “grammaire de texte” est-elle plus adéquate qu’une “grammaire de phrase” ? », Langages, no 26, p. 75-80.

Maingueneau Dominique, 2012, « Que cherchent les analystes du discours ? », Argumentation et analyse du discours, revue électronique, no 9.

Malinowski Bronislaw, [1965] 2002, Les Jardins de corail, Pierre Clinquart (trad.), Paris, La Découverte.

Meschonnic Henri, 1970, Pour la poétique, Paris, Gallimard.

Meschonnic Henri, 1999, Poétique du traduire, Paris, Verdier.

Meschonnic Henri, 2012, Langage, histoire. Une même théorie, Paris, Verdier.

Moretti Franco, [2005] 2008, Graphes, cartes et arbres. Modèles abstraits pour une autre histoire de la littérature, Étienne Dobenesque (trad.), Paris, Les Prairies ordinaires.

Ponge Francis, 1970, Entretiens avec Philippe Sollers, Paris, Éditions du Seuil / Gallimard.

Prandi Michele, 2007, « Les fondements méthodologiques d’une grammaire descriptive de l’italien », Langages, no 167, p. 70-84.

Propp Vladimir, [1928] 1970, Morphologie du conte, Marguerite Derrida et Tzvetan Todorov (trad.), Paris, Éditions du Seuil.

Ricœur Paul, [1975] 1986, Du texte à l’action, Paris, Éditions du Seuil.

Roulet Eddy, 2000, « Une approche modulaire de la complexité de l’organisation du discours », dans Jean-Michel Adam et Henning Nølke (dir.), Approches modulaires : de la langue au discours, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Textes de base », p. 187-279.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Simon Bouquet et Rudolf Engler (éd.), Paris, Gallimard.

Schaeffer Jean-Marie, 2011, Petite écologie des études littéraires, Paris, Thierry Marchaisse.

Schleiermacher Friedrich Daniel Ernst, [1805-1833] 1987, Herméneutique, Marianna Simon (trad.), Paris / Lille, Éditions du Cerf / Presses universitaires de Lille.

Slakta Denis, 1971, « Esquisse d’une théorie lexico-sémantique : pour une analyse d’un texte politique (cahiers de doléances) », Langages, no 23, p. 87-134.

Soutet Olivier, [1995] 2005, Linguistique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Starobinski Jean, [1970] 2001, « Leo Spitzer et la lecture stylistique », dans Leo Spitzer, Études de style, Alain Coulon, Michel Foucault et Éliane Kaufholz (trad.), Paris, Gallimard, coll. « Tel », p. 7-39.

Todorov Tzvetan, 1975, « La notion de littérature », dans Julia Kristeva, Jean-Claude Milner et Nicolas Ruwet (dir.), Langue, discours, société. Pour Émile Benveniste, Paris, Éditions du Seuil, p. 352-364.

Todorov Tzvetan, 1978, Les Genres de discours, Paris, Éditions du Seuil.

Turpin Béatrice, 2003 a, « Légendes, mythes, histoire. La circulation des signes », dans Simon Bouquet (dir.), Ferdinand de Saussure, Paris, L’Herne, « Cahiers de l’Herne », p. 307-318.

Turpin Béatrice (éd.), 2003 b, « La légende de Sigfrid et l’histoire burgonde », dans Simon Bouquet (dir.), Ferdinand de Saussure, Paris, L’Herne, « Cahiers de l’Herne », p. 351-429.

Van Dijk Teun Adrianus, 1973 a, « Modèles génératifs en théorie littéraire », dans Charles Bouazis et al. (dir.), Essais de la théorie du texte, Paris, Galilée, p. 79-99.

Van Dijk Teun Adrianus, 1973 b, « Grammaires textuelles et structures narratives », dans Claude Chabrol (éd.), Sémiotique narrative et textuelle, Paris, Larousse, p. 177-207.

Van Dijk Teun Adrianus, 1973 c, « Text Grammar and Text Logic », dans Janos S. Petöfiet Hannes Reiser (éd.), Studies in Text Grammar, Dordrecht, Reidel, p. 17-83.

Volochinov Valentin N., [1929] 2010, Marxisme et philosophie du langage, Limoges, Lambert-Lucas.

Weinrich Harald, [1964] 1973, Le Temps, Michèle Lacoste (trad.), Paris, Éditions du Seuil.

Zima Peter V., 2003, Théorie critique du discours, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Ce texte est la version longue et débarrassée de propos de circonstance d’une « leçon d’honneur » donnée le 15 novembre 2012 à l’Université de Lausanne à l’occasion de mon départ à la retraite.

2 Nous en parlons longuement, Marc Bonhomme et moi, dans L’Argumentation publicitaire (2012).

3 Un chapitre de Linguistique et discours littéraire portait sur ces manuscrits de Saussure (Adam & Goldenstein, 1976, p. 42-59). J’en reparle également dans Pour lire le poème (Adam, 1985, p. 98-118).

4 Voir Saussure, 2002, p. 277 ; et son commentaire dans Adam, 2002 a ; 2011 a, p. 20-21.

5 Béatrice Turpin (2003 a ; 2003 b) a rendu accessible, dans le numéro des « Cahiers de l’Herne » consacré à Saussure, une partie des dix cahiers et quatre enveloppes contenant quatre cent trente et un feuillets manuscrits d’un ouvrage que Saussure prévoyait d’écrire sous le titre : La Légende des Nibelungen comme légende burgonde. Nouvel essai d’interprétation historique du poème.

6 J’en parle en particulier dans Adam, 2002 b.

7 Cette question, placée au cœur du présent volume, est abordée par la plupart des contributions qui illustrent différentes façons de définir et de traiter la généricité aujourd’hui.

8 Domaines de recherche illustrés dans les contributions réunies dans ce volume et qui dépassent même largement ces domaines discursifs sur lesquels j’ai travaillé.

9 Voir à ce propos Heidmann, 2003 ; Adam & Heidmann, 2005.

10 « Die Sprache liegt nur in der verbundenen Rede, Grammatik und Wörterbuch sind kaum ihrem todten Gerippe vergleichbar » (Humboldt, 2010, p. 144).

11 Lita Lundquist, avec la linguistique textuelle contrastive ou comparative, illustre ici même les croisements possibles des perspectives textuelle et comparative.

12 Pour la mise en œuvre de la problématique du traduire dans l’analyse textuelle, je renvoie à mes études d’un texte de Borges (Adam, 2011 a, p. 269-287), de la traduction d’un conte d’Andersen (Adam & Heidmann, 2009, p. 73-78) et, avec Heidmann, d’un texte de Kafka (ibid., p. 119-139). Voir également Adam, 2010 ; 2012.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

Auteur

Jean-Michel Adam, dédicataire de ce volume, est depuis 2012 professeur honoraire de linguistique française et chercheur rattaché au Centre de recherche en langues et littératures comparées, à l’Université de Lausanne. Il a fait ses études à l’Université de Haute-Normandie où il a soutenu, en 1971, une maîtrise de linguistique française sous la direction de Denis Slakta, puis en 1978 un doctorat de 3e cycle (Grammaire de texte et analyse de discours) devant un jury composé de Jean-Baptiste Marcellesi, Henri Mitterand et Louis Guespin. Il est devenu docteur d’État en 1982, à l’Université de Franche-Comté, pour une thèse intitulée Recherches en didactique et sémiotique des discours, dirigée par Jean Peytard (jury : Jean-Blaise Grize, Thomas Aron, Louis Porcher, Jean-Baptiste Marcellesi). Après avoir occupé la fonction de directeur d’études au Centre régional de formation des professeurs de collège de l’académie de Rouen (1974-1984) et de chargé de cours en linguistique générale à l’Université de Rouen (1978-1984), il a été nommé en 1984 professeur ordinaire à la faculté des Lettres de l’Université de Lausanne, où il a occupé la chaire de linguistique française. Il a été professeur invité dans plusieurs universités suisses : Fribourg (1986 et 2012), Genève (1989), Zurich (1994) et Lugano (2013), mais aussi à la Sorbonne (Paris-IV, automne 2007-2008) et à l’École des hautes études en sciences sociales (janvier 2013). Il a été titulaire d’une chaire Francqui aux Facultés universitaires Saint-Louis de Bruxelles (printemps 2012). Professeur invité au département de Français de l’Université d’Århus au Danemark, en septembre 2013, il avait préalablement occupé cette fonction en Espagne (Universités Pompeu Fabra de Barcelone en 2005 et de Santiago de Compostela en 2003), au Portugal (Universités de Coimbra et de Porto en 1987) et à l’Université de Québec à Montréal (2001). Il a par ailleurs enseigné aux États-Unis, à l’École française d’été de Middlebury Collège dans le Vermont (1988-1991, 1993, 1995 et 1997). On trouvera sa bibliographie complète plus haut dans le volume.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site