Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Organisations textuelles

La didactisation du français langue étrangère : discours, genre et type de texte

Classification mise à jour

Lita Lundquist

Texte intégral

On sait définitivement que la linguistique ne révolutionnera pas l’enseignement des langues maternelles ou étrangères, on sait que nos recherches ne présentent pas les garanties idéales des sciences « dures », qu’elles ne sont pas immédiatement applicables, qu’elles doivent être repensées dans le cadre spécifique de la didactique du terrain éducatif. [...] Si la réflexion engagée débouche sur une certaine rationalisation des démarches par les didacticiens et les pédagogues eux-mêmes, les objectifs du présent essai auront été largement dépassés. (Adam, 1992, p. 9)

LA DIDACTISATION DE LA LINGUISTIQUE TEXTUELLE

  • 1 Ces deux travaux sont maintenant accessibles sur Internet : http://openarchive.cbs.dk/cbsweb/handl (...)

1Tout en rendant hommage à l’œuvre entière de Jean-Michel Adam, riche en réflexions linguistiques, épistémologiques, méthodologiques, sémiotiques, littéraires, rhétoriques et historiques, nous prendrons pour cadre sa perspective pour la didactique des langues étrangères. Nous nous proposons de poursuivre la didactisation de nos travaux, entamée dans les années 1980-1990, comme observé par Adam, quand il rapprochait son livre La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse des discours, du nôtre : « L’Analyse textuelle. Méthode, exercices, ouvrage paru en 1983, dans lequel la linguiste danoise L. Lundquist didactisait sa thèse de 19801 (qui reste, en langue française, un ouvrage de référence) » (Adam, 2011, p. 5). Depuis, l’eau a coulé sous les ponts de la didactique des langues étrangères autant que de la linguistique textuelle, dans la première avec l’introduction d’aspects cognitifs procéduraux de la lecture en ligne impliquant des stratégies de lecture descendantes ; et dans la seconde avec en particulier l’avènement de la linguistique de texte contrastive (ou comparative). Celle-ci a mis en avant des différences systématiques entre des (types de) langues, aux niveaux lexical, morphologique et syntaxique, et montré comment ces différences influencent l’enchaînement linguistique d’énoncés en textes dans les différentes langues. Les résultats de ces études contrastives sont immédiatement exploitables dans la didactique des langues étrangères, que ce soit sur support papier ou sur support numérique.

  • 2 Pour une introduction détaillée à TeXtRay comme à NaviLire, voir Lundquist, 2008 ; 2013.

2Nous nous concentrerons ici sur le français langue étrangère (FLE), envisagé et utilisé au niveau universitaire sous la forme de textes académiques, c’est-à-dire de textes traitant des disciplines spécialisées et étudiés à des fins éducatives d’apprentissage. Nous proposons une classification tripartite de textes en discours, genres et types de texte, fondée sur un rapport d’inclusion : allant du discours déterminé par un système social particulier, en passant par le genre défini par la constellation de traits récurrents, mis en œuvre dans des situations de communication identiques, pour finir avec le type de texte cerné par ses spécificités linguistiques. Cette tripartition nous permettra d’une part de préciser des stratégies de lecture descendantes, fondées sur des attentes discursives, génériques et typologiques, et d’autre part de cerner les traits linguistiques caractéristiques de textes académiques en français, qui créent des pistes de cohérence à exploiter en tant que stratégies ascendantes. La visée didactique a été de concevoir des plateformes de lecture assistée (CALL, Computer Assisted Language Learning) qui intègrent ces stratégies de lecture, descendantes et ascendantes, et qui débouchent, pour notre part, sur deux logiciels, NaviLire et TeXtRay, dont le premier sera commenté et utilisé ci-dessous2.

LA CATÉGORISATION DES TEXTES ACADÉMIQUES

3Dans notre classification des textes académiques, nous avons introduit des paramètres et des distinctions qui permettent aux lecteurs-apprenants de disciplines spécialisées – et aux utilisateurs de nos logiciels – d’identifier et d’exploiter, en tant que stratégies de lecture, des caractéristiques plus fines de textes divers appartenant aux textes académiques.

  • 3 Les textes académiques viennent aussi du système social des médias avec le discours médiatique, et (...)

4Pour la catégorisation des textes académiques en discours, nous introduisons d’une part la conception que propose Michel Foucault du discours comme « système anonyme de fonctionnement », exemplifiée par sa description du discours scientifique qui serait « composé de la définition d’un domaine d’objets, d’un ensemble de méthodes, d’un corpus de propositions considérées comme vraies, d’un jeu de règles et de définitions, de techniques et d’instruments » (Foucault, 1971, p. 23). D’autre part, la distinction qu’opère le sociologue allemand Niklas Luhmann (1995) entre différents sous-systèmes sociaux permet d’étendre la description sociologique à d’autres discours appartenant aux textes académiques. Produits dans le cadre universitaire et dans le monde de la recherche en général, les textes académiques viennent, pour la plupart, du système social de l’enseignement avec ses règles particulières de discours didactique, et du système de la science avec ses règles particulières pour produire du discours scientifique3. Les paramètres que propose Luhmann pour caractériser chacun des sous-systèmes sociaux, servent, dans notre optique didactique, de guide de lecture descendante (top-down) aux apprenants de FLE. Ainsi, le discours didactique, engendré par le système social de l’enseignement, aurait, selon Luhmann, pour visée de créer des compétences et aptitudes parmi les citoyens d’une société. Le code de succès serait l’apprentissage, c’est-à-dire l’acquisition de ces compétences et des aptitudes. Le programme de réflexion se fonderait sur la pédagogie, la didactique, les curricula, développés dans les institutions des Écoles normales (d’instituteurs) et les universités, mais aussi dans les ministères (de l’Éducation et de la Recherche) et les maisons d’édition. Enfin, la fonction principale serait de mener au choix d’une carrière. Ces paramètres permettent de spécifier les valeurs et les normes, les idéaux et les motifs présents derrière un texte didactique, comme l’illustrera ci-dessous le premier exemple d’une navigation textuelle assistée par NaviLire.

  • 4 Voir le schéma MMRD (Methods and Materials, Results, and Discussion) régissant la rédaction des ar (...)

5En comparaison, la visée du discours scientifique, tel qu’il se réalise par exemple dans les articles scientifiques, est la recherche de la vérité, vérité d’une certaine discipline scientifique et concernant un certain sujet. Le code binaire vérité / non-vérité fait surface dans toute argumentation scientifique, engendrant un moteur argumentatif, entre un protagoniste et un antagoniste, qui structure tout texte scientifique, tout comme les techniques, méthodes et preuves du programme de réflexion propre à une science particulière sont partie intégrante du discours scientifique4, comme nous le verrons dans la deuxième démonstration de NaviLire.

6La catégorisation des textes en genres, tels par exemple – pour les textes académiques – que le livre d’enseignement, l’article scientifique, le rapport et autre documentation technique et administrative, chacun respectant un ensemble de conventions socio-culturelles de production et de réception, fait surgir des attentes génériques. Ces attentes régissent comme des contraintes, l’interprétation du texte, fait que nous avons également exploité dans nos exercices conçus pour le logiciel NaviLire.

  • 5 Pour une description détaillée, voir Lundquist, 2008 ; 2013.

7Notre classification des textes académiques en types de texte suit de plus près l’agencement linguistique dominant le texte, aboutissant à huit types de base ou prototypiques : informatif, explicatif, d’exposition, argumentatif, expressif, narratif, descriptif et directif5. Si cette taxinomie inclut celle qu’a proposée Adam pour les agencements préformatés de séquence de type narratif, argumentatif, explicatif, descriptif et dialogal (omis ici), la distinction entre le type informatif (la présentation d’informations brutes), le type d’exposition (présentation structurée de l’information en tout et parties) et le type explicatif (insistance sur les relations entre les faits et états de choses) nous semble essentielle pour repérer les caractéristiques linguistiques et les traits distinctifs de chaque type, qui seraient, pour le texte informatif, l’assertion de faits, pour le texte d’exposition, l’assertion structurée de faits avec des relations sémantiques d’hyper-et d’hyponymie, et pour le texte explicatif, l’assertion de faits avec insistance sur les relations logiques, temporelles, etc., à l’aide de connecteurs.

  • 6 Un programme d’interprétation contrôle le processus de lecture en articulant et en accommodant des (...)

8C’est cette interaction entre d’une part les attentes descendantes, activées par les prédictions concernant le discours, le genre et le type de texte, et d’autre part les processus de décodage ascendants par les expressions linguistiques, que nous avons subsumée par notre notion de « programme d’interprétation6 », et que nous mettons en œuvre de manière systématique dans le logiciel NaviLire, sous forme d’exercices enchaînés dans un scénario didactique.

LA LINGUISTIQUE DE TEXTE CONTRASTIVE

9Si la linguistique textuelle occupe, comme le montre la citation d’Adam mise en exergue, une place centrale dans l’enseignement des langues, elle occupe sous la forme de linguistique textuelle contrastive une place de première importance dans la didactique des langues étrangères. Comparant la langue française avec une langue de type germanique, comme le danois, on remarque qu’il y a, à tous les niveaux de la langue, des différences qui se répercutent dans l’expression de la cohérence textuelle tout autant que dans l’agencement général des informations. Mentionnons, à titre d’exemple, qu’au niveau de la lexicalisation, les deux langues divergent du fait que le français lexicalise les noms avec plus de traits sémantiques (entre autres, le trait configuration) que le danois (où le trait fonction domine) ; pour les verbes, c’est l’inverse, du fait que le danois lexicalise plus de traits dans les verbes (entre autres le trait manière). Il s’ensuit, en danois, une tendance à une structure de phrase endocentrique, tandis que le français préférera une structure exocentrique (Baron & Herslund, 2005). La préférence du français pour le style nominal a pour effet, au niveau textuel, la préférence pour les anaphores nominales – qu’elles soient infidèles (Lundquist, 2004 ; 2005 ; 2006), résomptives (Lundquist, 2007 a ; 2009 b) ou évolutives (Lundquist, 2007 b) – alors que le danois préfère en général les anaphores pronominales.

10Au niveau morphologique, le français dispose d’une morphologie verbale plus riche que le danois. Cela est particulièrement identifiable avec les temps du passé et la distinction aspectuelle entre le passé simple et l’imparfait. Cette distinction morphologique permet une organisation d’actions et de descriptions en premier plan et arrière-plan. Inexistante en danois, elle est rendue alors entre autres par des périphrases verbales et des adverbes de temps.

11Mentionnons pour finir, l’inventaire et l’utilisation plus fréquente en français des formes verbales non-finies, telles que le participe présent et le gérondif. Cet usage permet d’agencer les informations selon leur importance dans des structures hypotactiques, tout en y glissant des relations logico-temporelles. En danois, les mêmes faits et relations s’exprimeraient, en règle générale, dans des constructions paratactiques. Ces quelques exemples montrent l’intérêt de la linguistique textuelle contrastive dans la didactique des langues étrangères, et l’intérêt qu’elle présente pour la conception d’exercices de lecture assistée.

LE LOGICIEL NAVILIRE

  • 7 NaviLire a été conçu et développé avec Jean-Luc Minel (Modyco, Université Paris-Ouest Nanterre La (...)
  • 8 Par exemple : « Trouver et cliquer sur les expressions qui réfèrent au thème principal », guidant (...)

12Les trois types de classification suggérés ci-dessus font partie intégrante des exercices de lecture implémentés dans le logiciel NaviLire7. Laissant de côté les détails techniques (Couto, Lundquist & Minel, 2005 ; Lundquist, Minel & Couto, 2006) ainsi que les réflexions relevant de la linguistique textuelle (Lundquist, 2008 ; 2009 a ; 2013), nous pouvons dire que le logiciel permet deux avancées pour l’utilisateur : d’une part, l’utilisateur peut naviguer dans les textes en suivant des pistes de lecture qui, dès la première consigne, lui ont été indiquées comme une fonction du discours, du genre et du type de texte. Cette première modalité – les exercices de navigation, qui sont agencés dans un scénario didactique – lance ainsi le lecteur dans les stratégies de lecture procédurale, descendantes de par la détermination du discours, du genre et du type de texte, et ascendantes de par des consignes du type trouver – et cliquer sur – les expressions qui8. D’autre part, le logiciel permet, par sa modalité de visualisation, de faire voir à l’utilisateur les différentes pistes de cohérence repérées lors des navigations ; c’est-à-dire de visualiser les différentes structures textuelles portées par les marques linguistiques caractéristiques du type de texte, et engendrées de façon descendante par le genre appartenant à un discours particulier.

13On trouvera ci-dessous deux illustrations qui permettent de suivre :

  • la présentation du texte par son appartenance à un discours, un genre et un type de texte particulier ;
  • les explications et consignes de navigation dans l’ordre choisi par le scénario didactique ;
  • la visualisation des traits repérés qui, eux, se présentent comme des types de cohérence textuelle particuliers (reflétant les différentes pistes de lecture guidées par les consignes).
  • 9 À l’adresse suivante : http://jeanlucminel.fr/?u_s=0&u_a=28&sid (octobre 2013).

14Pour les opérations de navigation, qui consistent à identifier dans le texte les expressions demandées et à cliquer, tout en voyant les expressions que l’on n’a pas repérées, nous invitons les lecteurs du présent article à utiliser le logiciel qui est gratuitement accessible9.

« La fiscalité en France »

  • 10 Ces exercices étant destinés à des étudiants de toute discipline universitaire, donc pas nécessair (...)

15La première illustration reproduit les étapes de navigation dans le texte « La fiscalité en France ». Celui-ci appartient au genre livre d’enseignement, au discours didactique et au type de texte explicatif. Le premier écran introduit le texte par une brève explication10 :

Ce texte, extrait d’un livre d’enseignement, La Fiscalité en France (par Pierre Beltrame, Hachette, 2010), porte toutes les caractéristiques du discours didactique et du type de texte explicatif.
Veuilez lire d’abord le texte, en essayant de noter ces traits caractéristiques.

16Ici, le lecteur peut faire apparaître le texte :

L’impôt, acte de puissance publique. Dans toutes les langues, le vocabulaire n’est que trop expressif : impôt, tax, tributo, belasting... L’impôt est un prélèvement obligatoire perçu par voie d’autorité. Cette autorité peut aller jusqu’à la contrainte, mais elle n’est, en principe, ni arbitraire, ni sans limite. D’abord, le pouvoir d’imposer est une compétence exclusive de l’autorité souveraine dans l’État. Ansi, dans les régimes démocratiques, seul le législateur peut créer, modifier ou supprimer un impôt [...].

17Ensuite, la première consigne :

L’aspect explicatif se voit dans la forme verbale du présent de l’indicatif, utilisé dans les assertions de faits et les définitions. Trouvez et cliquez d’abord sur les verbes non modaux qui sont au présent de l’indicatif.

18Dans la navigation, l’utilisateur clique sur l’expression demandée, laquelle se colore, tout en déclenchant un signal disant de « vérifier l’occurrence précédente » de l’expression en question, ce qui lui permet de voir s’il a oublié une occurrence :

19Les consignes suivantes invitent l’utilisateur à naviguer de la même manière, en cliquant sur d’autres types de marqueurs :

Parfois, l’assertion est modalisée par un verbe modal (pouvoir, devoir).
Cliquez maintenant sur les verbes modaux au présent de l’indicatif.

20La dernière navigation vise tout particulièrement les expressions de connexion, caractéristiques du type de texte explicatif :

Finalement, le souci d’expliquer les relations entre les faits se voit dans les connecteurs, négations et autres expressions où l’auteur s’engage dans le texte.
Veuillez cliquer maintenant sur les expressions de connexion : connecteurs, négations, expressions subjectives.

21On arrive ensuite à la visualisation, annoncée en ces termes :

Ici vous pouvez visualiser tous les traits considérés comme caractéristiques de ce texte explicatif et repérés lors de la navigation.
Cliquez à gauche dans les cases que vous désirez colorier.

22La modalité visualisation permet de voir les différents types de pistes de cohérence (on peut activer une seule piste ou plusieurs), tout en se faisant une idée de la structuration d’ensemble du texte (activer toutes les pistes), comme dans le cas présent avec le type explicatif :

« Les Lumières »

23Le deuxième exemple, plus complexe – un texte philosophique contenant des traits des types argumentatif, d’explication et d’exposition, et invitant par conséquent à une séquence d’exercices plus longue –, sera présenté ici sous une forme plus condensée. En voici le début :

Il n’est pas aisé de dire en quoi consiste exactement le projet des Lumières, et cela pour une double raison. D’abord, les Lumières sont une époque d’aboutissement, de récapitulation, de synthèse – et non d’innovation radicale. Les grandes idées des Lumières ne trouvent pas leur origine au xviiie siècle : quand elles ne viennent pas de l’Antiquité, elles portent les traces du haut Moyen Âge, de la Renaissance et de l’époque classique [...].

24Le scénario didactique, conçu pour saisir des pistes de cohérence caractéristiques de ce texte, fait apparaître successivement cinq exercices, tous liés au type de texte visé et introduits par ces explications :

(1) Un trait typique d’un texte d’exposition est le maintien constant d’un référent discursif principal, qui est ici les Lumières. Cliquez sur toutes les expressions qui se réfèrent aux Lumières.

(2) Le côté d’exposition se manifeste aussi dans les multiples attributs qui sont assertés à des sujets grammaticaux, qui peuvent soit se référer au thème principal, soit à d’autres thèmes. Veuillez cliquer sur les constituants qui occupent la fonction d’attribut.

(3) L’argumentation se montre, entre autres, dans les négations par lesquelles l’auteur réfute « d’autres voix », introduisant ainsi de la polyphonie. Veuillez cliquer sur des particules et autres expressions de négation.

(4) Maintenant, vous allez trouver les expressions qui articulent le texte dans un enchaînement argumentatif. Cliquez sur les connecteurs argumentatifs et structurants, ainsi que sur des expressions argumentatives « toutes faites ».

(5) Finalement, le côté argumentatif du texte se révèle dans les connaissances présupposées présentes chez le lecteur. Veuillez ici cliquer sur les références à des personnes, à des courants de pensée ainsi qu’à des époques historiques, en omettant les références aux Lumières.

25La visualisation permet de voir les pistes de lecture, séparées ou combinées. Les deux copies d’écran ci-dessous montrent respectivement la cohérence d’exposition (assertion comprenant thème principal et attributs), et la cohérence argumentative (comprenant connaissances présupposées, connexion et polyphonie).

*

26NaviLire a été présenté ici en vue de démontrer ses fonctionnalités didactiques, mais le logiciel peut aussi être utilisé à des fins de recherche dans le domaine de la linguistique, et notamment de la linguistique textuelle. Il permet dans ce cas aux chercheurs de (voire les oblige à) réfléchir de manière systématique sur leurs méthode et leurs définitions. Ainsi NaviLire a servi de plateforme pour une étude comparative du fonctionnement de l’anaphore résomptive dans les textes académiques, tout comme actuellement il sert de base pour des études pointues sur le discours rapporté (Desoutter & Mellet, à paraître).

27Pour l’instant, nous espérons avoir, par notre « rationalisation des démarches » de didacticienne, « largement dépassé les objectifs » présentés par Adam dans les propos cités ici en exergue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1992, Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Baron Irène & Herslund Michael, 2005, « Langues endocentriques et langues exocentriques. Approche typologique du danois, du français et de l’anglais », Langue française, no 145, p. 35-53.

Couto Javier, Lundquist Lita & Minel Jean-Luc, 2005, « Navigation interactive pour l’apprentissage en linguistique textuelle », dans Michelle Joab, Pierre Tchounikine et Luc Trouche (dir.), Environnements informatiques pour l’apprentissage humain. Actes de la conférence EIAH 2005, Montpellier, Université Montpellier 2 / INRP, p. 45-56.

Desoutter Cécile & Mellet Caroline, à paraître, Le Discours rapporté et ses marques : perspectives théoriques et didactiques, Rome, Aracne.

Foucault Michel, 1971, L’Ordre du discours, Paris, Gallimard.

Luhmann Niklas, 1995, Social Systems, Stanford, Stanford University Press.

Lundquist Lita, 1980, La Cohérence textuelle : syntaxe, sémantique, pragmatique, København, Nyt Nordisk Forlag.

Lundquist Lita, [1983] 1990, L’Analyse textuelle. Méthode, exercices, København, Nyt Nordisk Forlag.

Lundquist Lita, 2004, « L’anaphore infidèle, regard(s) unificateur(s) sur le texte ? », dans Dominique Klinger et Sylvie Porheil (dir.), Regards croisés sur l’unité texte (actes du colloque de Chypre), Pleyben, Association Perspective, p. 202-214.

Lundquist Lita, 2005, « Noms, verbes et anaphores (in) fidèles. Pourquoi les Danois sont plus fidèles que les Français ? », Langue française, no 145, p. 73-91.

Lundquist Lita, 2006, « Lexical Anaphors, Information Packing, and Grammaticalisation of Textual Relations », dans Henning Nølke et al. (dir.), Grammatica, New York, P. Lang, p. 311-323.

Lundquist Lita, 2007 a, « Academic Discourse as Social Control and System(s), Seen through the Use of Demonstrative Noun Phrases in French Scientific Texts », dans Kjersti Fløttum (dir.), Language and Discipline Perspectives on Academic Discourse, Newcastle, Cambridge Scholars Press, p. 219-242.

Lundquist Lita, 2007 b, « Comparing Evolving Anaphors in Danish and French », Copenhagen Studies in Language, no 34, dossier « Comparing Anaphors : Between Sentences, Texts and Languages », Iørn Korzen et Lita Lundquist (dir.), p. 111-125.

Lundquist Lita, 2008, Navigating in Foreign Language Texts, København, Samfundslitteratur.

Lundquist Lita, 2009 a, « From Contrastive Text Linguistics to Didactic Applications, and Back Again », Belgian Journal of Linguistics, vol. 23, no 1, p. 73-90.

Lundquist Lita, 2009 b, « L’anaphore résomptive : navigation textuelle et comparaison discursive », dans Federica Venier (dir.), Tra pragmatica e linguistica testuale ricordando Maria-Elisabeth Conte, Alessandria, Edizioni dell’Orso, p. 379-399.

Lundquist Lita, 2013, Lire un texte académique en français, Paris, Ophrys.

Lundquist Lita, Minel Jean-Luc & Couto Javier, 2006, « NaviLire, Teaching French by Navigating in Texts », Information Processing and Management of Uncertainty in Knowledge-based Systems, article disponible sur Internet : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00097849 (octobre 2013).

Notes

1 Ces deux travaux sont maintenant accessibles sur Internet : http://openarchive.cbs.dk/cbsweb/handle/10398/7748 et http://openarchive.cbs.dk/cbsweb/handle/10398/7747 (octobre 2013).

2 Pour une introduction détaillée à TeXtRay comme à NaviLire, voir Lundquist, 2008 ; 2013.

3 Les textes académiques viennent aussi du système social des médias avec le discours médiatique, et du système social de la politique avec le discours politique (Lundquist, 2013).

4 Voir le schéma MMRD (Methods and Materials, Results, and Discussion) régissant la rédaction des articles en sciences naturelles.

5 Pour une description détaillée, voir Lundquist, 2008 ; 2013.

6 Un programme d’interprétation contrôle le processus de lecture en articulant et en accommodant des prédictions de ce que va présenter le texte avec des identifications de ce qu’on rencontre effectivement en ligne en lisant les unités rentrantes (Lundquist, 2013).

7 NaviLire a été conçu et développé avec Jean-Luc Minel (Modyco, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense) et Javier Couto, dans une collaboration entre la CBS et Modyco.

8 Par exemple : « Trouver et cliquer sur les expressions qui réfèrent au thème principal », guidant le lecteur vers une piste de cohérence thématique/coréférentielle, à repérer à la surface du texte sous la forme d’anaphores.

9 À l’adresse suivante : http://jeanlucminel.fr/?u_s=0&u_a=28&sid (octobre 2013).

10 Ces exercices étant destinés à des étudiants de toute discipline universitaire, donc pas nécessairement en linguistique, nous avons cherché un vocabulaire aussi peu technique que possible.

Table des illustrations

Légende Parfois, l’assertion est modalisée par un verbe modal (pouvoir, devoir).Cliquez maintenant sur les verbes modaux au présent de l’indicatif.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k

Auteur

Professeure à la Copenhagen Business School. Son domaine de recherche est la linguistique textuelle, notamment appliquée à la didactique des langues étrangères. Elle est l’auteur de plusieurs livres (La Cohérence textuelle, Nyt Nordisk Forlag, 1980 ; L’Analyse textuelle, Nyt Nordisk Forlag, 1990, 2e édition ; Comment lire un texte académique en français, Ophrys, 2013), et de deux logiciels de lecture (TeXtRay et NaviLire). En linguistique textuelle contrastive, elle a publié de nombreux articles qui comparent des textes en langue française et en langue danoise ; ses travaux se concentrent en particulier sur la cohérence textuelle établie par les anaphores (infidèles, associatives, résomptives et évolutives). Elle a récemment proposé des études comparatives sur l’emploi de l’humour chez les Danois et chez les Français en contexte professionnel.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site