Version classiqueVersion mobile

Lisières de l’autofiction

 | 
Arnaud Genon
, 
Isabelle Grell

Du je au nous

Politique et autofiction

Chloé Delaume

Texte intégral

1La probabilité que mon corps se présente devant vous aujourd’hui, 23 juillet 2012, colloque « Culture(s) et autofiction(s) », Centre Culturel International de Cerisy, avoisine le degré zéro de la rature.

2Corps féminin, race blanche, conception franco-libanaise, datation 10 mars 1973. Expulsé par erreur et destiné comme tous à nourrir le réel, dodue chair à marché.

3Le réel, espace-temps où le corps doit se cogner, le remettre en question, le fuir ou le renier est perçu comme un signe relevant de la psychose. La recherche psychiatrique n’a jamais eu pour but d’alléger la souffrance des somas négociant le statut du réel. Le recours à la chimie comme à la thérapie n’a qu’un seul objectif : rayer leur suspicion, éradiquer leurs doutes, bâillonner le discours de leur voix intérieure au profit de l’adhésion aux valeurs imposées. Travail, Famille, Shopy. Français, encore un effort si vous voulez être républicains. Rendre insérable le peuple des pyjamas bleus : changer les défaillants en force productive, croissez multipliez, vivre n’est que consommer, et perpétuer l’espèce.

4Thomas Bernhardt, Maîtres anciens :

C’est en vérité l’État qui engendre les enfants, il ne naît que des enfants de l’État, voilà la vérité. [...] l’État met les enfants au monde, on fait seulement croire aux mères qu’elles mettent les enfants au monde, c’est du ventre de l’État que sortent les enfants, voilà la vérité.

5Le seul geste effectif capable de mettre un terme au règne autophagique nommé capitalisme est accessible à tous. Le privé est politique, l’intime n’en parlons pas. Cesser de se reproduire n’est pas très compliqué. Mais la lucidité l’emporte très rarement sur la pression sociale, et réparer les plaies liées à sa propre enfance est tellement plus facile lorsqu’on peut changer de rôle. Chacun a bien conscience qu’aucun lendemain ne chantera, la seule promesse du pire peut ici s’imposer. Qu’importe que leurs rejetons ne connaissent que l’abîme. Le devenir autonome de ce qu’ils ont engendré ne les préoccupe pas. Figurants si passifs de leur propre existence, chapitrée par l’État, les instances sociétales et le déterminisme, seule leur progéniture donne un sens à leur vie. Cette vie où incapables de s’écrire en héros, ils créent des personnages à défaut d’en être un. Le pouvoir du démiurge à portée des caniches s’inscrit dans ce réel, où ils font des enfants juste pour ne pas mourir. Ils s’imaginent souvent qu’ils sont encore vivants. En France, une personne se suicide toutes les cinquante minutes. Et étrangement c’est eux qu’on qualifie de faibles et taxe de lâcheté. Le privé est politique, l’intime extrême, parfois.

6La probabilité que mon corps se présente devant vous aujourd’hui, 23 juillet 2012, colloque « Culture(s) et autofiction(s) », Centre Culturel International de Cerisy, est en rapport direct avec quelques ratés et une certaine vision de ce qu’est pour moi l’écriture.

7Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’Anti-Œdipe, Capitalisme et schizophrénie, « Psychanalyse et familialisme : la sainte famille », paragraphe 9, « Le processus » :

Combien le problème de la littérature est mal posé, à partir de l’idéologie qu’elle porte ou de la récupération qu’un ordre social en opère. [...] C’est cela le style, ou plutôt l’absence de style, l’asyntaxie, l’agrammaticalité : moment où le langage ne se définit plus par ce qu’il dit, encore moins par ce qui le rend signifiant, mais par ce qui le fait couler, fluer et éclater – le désir. Car la littérature est tout à fait comme la schizophrénie : un processus et non pas un but, une production et non pas une expression.

8Devant vous aujourd’hui, autofiction et politique, l’autofiction un processus, des gestes, une production, peut-être pas vraiment un but, mais un mouvement précis, pour moi tellement précis, le désir, mais aussi une prise de position.

9Corps féminin, race blanche, conception franco-libanaise, datation 10 mars 1973. A poussé de travers, n’a jamais accepté les tuteurs les comptables ni les conteurs assermentés. Refuse et refusera jusqu’à la parution de sa nécrologie de s’adapter au réel. Usera, j’en suis certaine, toujours de la fiction, à l’imparfait présent comme au futur trop antérieur.

10Le réel, s’adapter : ossature, nervures, âme, sous son joug ne pas se cambrer, docilité, silence et flexibilité. Il est bien sûr permis de le prendre comme sujet, écrire sur le réel, à partir du réel, savoir s’inscrire dans le monde, c’est feindre de le penser. Comme si le commenter pouvait le modifier, comme si le consigner pouvait faire oublier la concrète impuissance de l’homme sur son destin à présent qu’il n’est plus qu’un produit formaté, évidé de toute pulsion et envie singulière, labellisé quelconque, émois standardisés, ego interchangeables. La concrète impuissance de l’homme sur son destin, j’ai dit.

11Jean Baudrillard, Cool Memories : « Nous ne voulons plus d’un destin. Nous voulons une histoire. »

12L’homme exige une histoire, le réel, ça tombe bien, n’est constitué que de fictions. Des fictions collectives, qui saturent le réel autant qu’elles le composent. Familiales, culturelles, religieuses, institutionnelles, sociales, économiques, politiques, médiatiques. Ère du storytelling, le réel se construit en fabriquant lui-même ses fables qui formatent les corps et les esprits. Pratique inhérente au néocapitalisme, les recettes marketing appliquées vie publique, croissez multipliez, ainsi les conseillers en communication devinrent plus que légion. Prenez et mangez en tous, ceci est votre vie, son récit vous échappe pour les siècles et les siècles.

13Christian Salmon, Storytelling : « L’art de raconter des histoires est aujourd’hui devenu une arme de distraction massive. » « C’est l’avènement de la consommation comme seul rapport au monde », « les marques s’attribuent les pouvoirs qu’autrefois on cherchait dans la drogue, dans les mythes ». « L’acte de consommer est devenu un exercice de communication, voire de communion, planétaire. » « Nous sommes passés dans une civilisation d’injonction au récit. » « Le monde de demain sera le résultat d’une lutte entre les narrations imposées et les contre-narrations libératrices. » Je répète : « Une lutte entre les narrations imposées et les contre-narrations libératrices. »

14Christian Salmon il y a cinq ans appelait, dans le cadre de ses interviews à la presse, à la mise en forme de « pratiques symboliques visant à enrayer la machine à fabriquer des histoires, en défocalisant, en désynchronisant ses récits ».

15Aujourd’hui, 2012, c’est le 23 juillet, corps féminin, race blanche, par sa bouche il affirme l’autofiction un geste qui enraye la machine, un changement de focale, le je désynchronise. L’autofiction charrie un flux de narrations propres, quel que soit leur mobile, des je s’élèvent en marge des fictions collectives.

16Je suis Chloé Delaume, auteur narratrice héroïne. Le réel, je le sais, se dissout peu à peu lorsqu’on ne lui accorde que la place qu’il mérite. Je crois en Némésis. Le don de ce qui est dû. N’entendre dans cette devise que l’aigu de la vendetta, c’est faire preuve de sottise. Appliquer au réel le don de ce qui est dû, ça peut le modifier. « Enrayer la machine. » Mais par où commencer.

17Fictions collectives. Familiales, culturelles, religieuses, institutionnelles, sociales, économiques, politiques, médiatiques, communicationnelles. « Enrayer la machine. » S’extraire, pour commencer. J’en appelle aux souvenirs. Parce que depuis longtemps je ne suis que pas de côté.

18La famille, donc. Bien sûr. La famille. Première cellule d’aliénation, première conteuse affirmant au je d’où il vient, l’enferrant dès le prologue dans un nous névrotique, lui attribuant d’emblée un rôle et une fonction, le patronyme marquant l’appartenance au clan, le prénom en reflet des attentes parentales, un marquage au fer rouge fantasmes transfert lignée. James Joyce le soulignait : « Qu’y a-t-il dans un nom ? C’est ce que nous nous demandons quand nous sommes enfants en écrivant ce nom qu’on nous dit être le nôtre. »

19J’ai pu saisir très tôt que mon identité ne saurait être liée aux syllabes infligées en guise d’appellation. J’avais dans les six ans, naturalisation, changement du patronyme. Dénie des origines, ablation du sang de cèdre. Mes parents par eux-mêmes réécrivaient l’histoire, Beyrouth n’existait plus, s’insérer socialement impliquait que le Liban ne soit plus au pédigrée. Qui es-tu, d’où viens-tu : mon je relié au Nous répondait leur mensonge. Pourquoi poursuivre cette fable, pourquoi la révéler. Je n’étais pas concernée, c’était là leur histoire. Leur fiction collective, celle qu’ils se fabriquaient. J’étais qui ils voulaient de façon officielle, mais ils ne pouvaient rien à la germination de mon je au-dedans. Pour tous : un personnage. Parfaitement secondaire, devant rester à sa place ; l’entité parentale : surveiller et punir. Une enfant insolente, parce qu’ainsi exposée à la mise en fiction de chacun dans ce réel où l’on me cognait trop. Je n’étais pas des leurs et ne serai pas au monde. Le tout était de trouver l’espace-temps adapté à ma propre construction. Un endroit où mon je serait au plus proche du moi, un espace où le faux ne serait lié qu’à mes choix. Un espace du dedans, préservé du réel, un espace où se perdre, un espace utopique, s’y construire au plus vite sous peine de disparaître à force d’être gommée.

20Donald William Winnicott, Jeu et réalité, l’espace potentiel :

Nous supposons ici que l’acceptation de la réalité est une tâche sans fin et que nul être humain ne parvient à se libérer de la tension suscitée par la mise en relation de la réalité du dedans et de la réalité du dehors ; nous supposons que cette tension peut être soulagée par l’existence d’une aire intermédiaire d’expérience, qui n’est pas contestée (arts, religion, etc.). Cette aire intermédiaire est en continuité directe avec l’aire de jeu du petit enfant « perdu » dans son jeu. J’oppose cet espace potentiel au monde du dedans et à la réalité existante du dehors.

21J’étais petite enfant soucieuse de maintenir cet espace potentiel au-delà de toute ère, de ne vivre qu’en ses terres, de ne jamais le quitter. Construire un espace-temps pour contrer les fictions que m’imposait le réel. Je n’étais douée en rien, mais j’avais la parole, et puis la volonté. Peu à peu au réel je ne fus plus perméable. J’usais de la fiction pour tout désamorcer, la violence comme le drame, à distance, ma douleur. Au secret de mon crâne, déjà, des mots et tant de phrases surgissaient en rafales, dramaturgie d’un je, narratrice, héroïne. Pas encore écrivain, juste fillette gribouilleuse. Plus tard adolescente légèrement graphomane, journal intime relevant de la mythomanie à en croire les adultes parfaitement paniqués une fois leur viol commis, mon carnet effrayait, énième preuve de ma déviance, je ne pouvais qu’être malade et de fait sous surveillance. Ils ne pouvaient comprendre que consigner les faits ne m’intéressait nullement. L’événement n’était rien, il s’agissait pour moi de saisir et noter ce qui relevait de mon ressenti. Le quotidien rédigé réécrivait l’histoire telle que je l’avais vécue, telle que je la percevais. Un monde non pas réel, mais pas imaginaire non plus. Des lignes, des paragraphes agissant en sutures, libérant la tension, reflétant à mon sens plus que la vérité.

22Le langage pour seule arme, croire non pas au réel, mais au Petit Robert. Car comme tous ceux de mon âge, j’ai lu Lewis Carroll. Et retenu une leçon, une seule, fondamentale.

— Lorsque j’utilise un mot, moi, déclara Humpty Dumpty d’un ton méprisant, il signifie exactement ce que je veux lui faire dire – ni plus ni moins.
— La question, dit Alice, c’est de savoir si vous pouvez obliger les mots à signifier tant de choses différentes.
— La question, répondit Humpty Dumpty, c’est de savoir qui sera le maître – c’est tout.

23Être le maître et c’est tout. Ma vie est mon histoire, les mots signifieront ce que j’exige qu’ils disent, syntaxe contrôlée, instance énonciative : je suis ce que je dis, je dis ce que je veux, en syllogisme qui suis-je, si ce n’est ce que je souhaite.

24J’ai souhaité être un je parfaitement inédit. Je me suis baptisée, née de père et de père. Chloé Écume des jours, L’Arve et l’Aume patronyme. Fille de Vian et Artaud, j’ai pu citer Cendrars quand je suis arrivée au centre de la Terre. « Je suis le premier de mon nom puisque c’est moi qui l’ai inventé de toutes pièces. »

25L’autofiction de fait puisque le choix des armes. Chloé Delaume n’est pas le simple pseudonyme de Nathalie Dalain, anciennement Abdallah. Chloé Delaume n’est pas non plus de mon je une forme autre. Instance énonciative, personnage de fiction, auteur, narratrice, héroïne. Parfaitement nullipare, totalement nihiliste, n’aspirant qu’à détruire le règne de ce réel qui dévore et meurtrit, souille, démembre, avilit.

26Totalement nihiliste, mais tout de même taraudée par la pulsion de survie. C’est elle qui définit au final ma démarche, et m’amène depuis toujours à ne voir l’autofiction que comme un geste littéraire relié au politique.

27Michel Foucault, Le Sujet et le Pouvoir :

Le problème à la fois politique, éthique, social et philosophique qui se pose à nous aujourd’hui n’est pas d’essayer de libérer l’individu de l’État et de ses institutions, mais de nous libérer, nous, de l’État et du type d’individualisation qui s’y rattache. Il nous faut promouvoir de nouvelles formes de subjectivité.

28L’autofiction en soi incarne une nouvelle forme de subjectivité. Le privé est politique, l’intime inaliénable, l’imposition du je l’unique moyen de lutter contre ce monde qui nous pense, nous écrit, nous émarge, nous intègre à ce on, parcelle d’un collectif, la voix du grégarisme et de la passivité.

29L’autofiction s’inscrit de façon effective dans le cadre des fameuses « formes de subjectivation » énoncées par Foucault dans son Histoire de la sexualité. « Pratiques de soi », « techniques de soi », « exercices de soi » : l’autofiction s’avère être un lieu d’invention alternative, proposant, en tant que genre, et de fait « discipline », un « art de l’existence », une « esthétique de l’existence », voire même ce que Foucault entendait par « art de vivre ».

30Il m’est impossible de ne pas reconnaître mon geste autofictif dans la définition foucaldienne de ces « arts de l’existence », ces formes vivaces de subjectivité permettant au sujet de s’extraire d’un système qui le condamne à tout, excepté à être un je.

31L’autofiction est bien une de ces « pratiques réfléchies et volontaires par lesquelles les hommes, non seulement se fixent des règles de conduite, mais cherchent à se transformer eux-mêmes, à se modifier dans leur être singulier, et à faire de leur vie une œuvre qui porte certaines valeurs esthétiques et réponde à certains critères de style ».

32L’autofiction serait fille du « souci de soi ». Et ce qu’elle implique, très concrètement, c’est un autre rapport au monde, vision en pas de côté pour tout son lectorat. Ici le sujet n’est plus une surface à transfert lissée d’universel, il ne s’agit pas pour le héros d’évoluer en reflet de la nature humaine, l’autofictionnaliste se gardant par ailleurs de toute revendication liée au communautaire. L’auteur d’autofiction est sujet singulier, il s’assume sans un masque, n’exprime, n’affirme, ne revendique que son droit et sa place de simple individu. Expérience propre, langue propre, transmission d’un vécu, d’une pensée et de gestes uniquement personnels.

33L’autofiction relève de l’idiosyncrasie. Idiosyncrasie, du grec idios, « qui a un tempérament particulier », de syn, « avec », et de kratos, « force, vigueur ». L’idiosyncrasie est le comportement particulier, propre à celui-ci, d’un individu face aux influences de divers agents extérieurs.

34À noter qu’en psychologie, ce terme désigne « la disposition humaine à ressentir différemment selon les individus une impression extérieure sensorielle ». Qu’en philosophie il indique « l’ensemble des particularités et traits de caractères propres à chaque individu, qui représente ce qu’il est en tant qu’être conscient, ce qui définit son ontologie ». Mais que son usage dans les contextes médicaux ou linguistiques qualifie des « comportements troublants, voire non souhaités ».

35L’autofiction est tout cela. Le réel assujettissant ne peut tolérer ce que ce genre implique, quant à la notion d’identité. Telle que je la pratique, l’autofiction, cette technique de soi, cet art de l’existence, déplace profondément l’appréhension classique, traditionnelle, de l’identité figée, conçue en caractère inné, unique, soit, mais qui est reliée à un idéal d’authenticité. L’identité est modifiable, c’est une matière qu’il est possible de travailler, de transformer, selon un idéal de plasticité. Plus encore : l’identité intègre ici des caractéristiques non plus seulement innées, mais désormais acquises au gré de choix et d’inventions. L’identité autofictive dépasse l’idéal d’authenticité, et même l’idéal de plasticité, pour un idéal de créativité.

36L’autofiction prône donc intrinsèquement une pratique de soi relevant d’une esthétique de l’existence, mais surtout la mise à mort de tout déterminisme, de toute mise en sommeil du je et de ce qu’il constitue. L’autofiction peut être considérée comme une « arme de subjectivation massive », en opposition aux fictions collectives qualifiées par Salmon d’« arme de divertissement massif ».

37L’autofiction implique un rapport à l’actif, et pas seulement dans le cadre de ce qui vient d’être rapporté. Que l’écrivain, en auteur héros narrateur déplace et interroge le concept d’identité renvoie inexorablement le lecteur à s’interroger à son tour sur son propre rapport au monde, sur la manière dont il gère et contrôle son histoire et son je au creux de sa vie à lui.

38Le pacte de lecture de toute autofiction perturbe le lecteur, endossant une fonction de déprogrammation. Le lecteur sans repères s’interroge, réfléchit, réel / fiction / vécu et bien sûr ressenti.

39Qui tentera d’établir le quota fiction / réel face à un texte issu de la littérature autofictive ne pourra qu’être frustré. Il sera renvoyé à son impulsion voyeuriste, et ne pourra échapper à l’interrogation et la remise en cause de sa quête de réel, de vrai, de divertissement. Finissant par saisir que la part de vécu, de fictif, de fantasmé, importe peu au regard de la transmission directe d’expériences singulières, le lecteur finira par voir dans ces ouvrages la démarche esthétique, stylistique, littéraire en soi, de l’écrivain.

40Il entendra alors : l’être prime sur l’événement.

41L’autofiction injecte à chaque ouvrage au lecteur un sérum salvateur. Ici, un personnage qui lui transmet surtout son expérience du monde, de ce fameux réel, non pas par mise en scène de calques imaginés, encore moins par un brut effet de copier-coller. Mais par le prisme unique de son ressenti propre, dans une langue échappant aux codes et formatages sévissant sur le marché.

42L’industrie culturelle a, ces dernières années, saturé les étals des libraires à renfort de témoignages divers commercialisés sous forme d’objets livres. Sous prétexte que l’histoire est racontée au je, que les traumas suppurent, que la trame narrative se construit linéaire clichés après clichés, le terme autofiction ne cesse d’être dévoyé. Il devient nécessaire de rappeler qu’un récit autobiographique, où seuls les noms et lieux se retrouvent modifiés, où l’effet de fiction ne touche que de menus détails, camouflant le réel et permettant sagement d’éviter les procès, ne peut en rien s’inscrire dans le geste autofictif.

43Néanmoins, cela va de soi, il en existe des tas, des tas de gestes différents puisque tous singuliers. Je ne généralise rien, je tente juste de comprendre et d’expliquer un peu en quoi tout est relié, le privé est politique, l’intime n’en parlons pas, l’autofiction une piste, parfois un attentat.

44Lundi 23 juillet 2012, colloque « Culture(s) et autofiction(s) », Centre Culturel International de Cerisy, j’aimerais être capable de résumer mon geste, le décrire cliniquement, moi qui n’aspire au fond qu’à créer un réel, d’événements et de faits si strictement fictifs. J’ai en janvier dernier tenté de définir cette démarche à la fin d’Une femme avec personne dedans :

Si l’on veut, autofixion, d’avoir injecté de l’aventure à une vie tellement programmée. [...] Modifier le réel s’impose donc en mission. Je saisis le grimoire et je tourne la page, un acte nécessaire. Je trace la croix centrale du mot avec méthode, autofixion, i rouge encadrant l’inconnu. Je trace donc, oui, j’affirme. [...] Un retour au réel, dessiner les contours et définir les règles de sa petite histoire, un déplacement s’impose. Je ne suis sûrement personne mais c’est moi au-dedans, moi toute seule qui contrôle. Encadrer l’inconnu pour mieux le libérer, ce sera le but du jeu. Auteur narratrice héroïne, face au miroir, de l’autre côté. [...]
L’autofixion s’avance, se joue en collectif, ne m’investissez pas en surface à transfert prenez mangez en tous, je ne suis qu’un médium, mon je se veut nomade à l’instar des sibylles. Michel Foucault disait dans Le Sujet et le Pouvoirqu’il faudrait « promouvoir de nouvelles formes de subjectivités ». Ne m’investissez pas en surface à transfert, entrez en votre je, qu’il soit replet de vous, de votre volonté. Écrivez-vous vous-même, quelle vie vous souhaitez-vous. L’Apocalypse n’est rien face au renouvellement, la subjectivité peut modifier le réel, imposez les pourtours de votre identité, celle que voudraient dissoudre les fictions collectives imposées quotidiennes : c’est là la Fin des Temps.
L’autofixion est plus qu’un concept littéraire, ampleur grandeur nature c’est une arme potentielle, je répète, je répète, quelle vie vous souhaitez-vous ? Tracez-la en dix lignes, parchemin consacré, nouez un ruban violet, faites des croix tout autour. Ici l’ultime passe-passe, imaginez-vous tous, vos chemins se déploient s’entrecroisent se chevauchent, prenez jouissez-en tous, je vous lègue la formule, quelle vie en ferez-vous ?

45J’ai développé en parallèle de mes travaux écrits un cycle de performances, où le public se retrouvait encore plus directement impliqué et amené à interroger son désir et sa volonté, son inscription dans le réel et sa capacité à modifier ses chapitres de vie à venir.

46D’avril 2011 à avril 2012, j’ai été pensionnaire de la Villa Médicis, où j’ai mené une étude sur une figure féminine historique, personnage ayant trait au réel autant qu’à la fiction. Messaline, femme puissante, instincts voraces, qui faisait ployer le réel, bacchante, assassinée il y a presque deux mille ans dans l’actuel bosco, petit bois de la Villa Médicis. L’histoire rapporte que le Sénat fit détruire toute trace de l’impératrice, seules restèrent les rumeurs, les fantasmes, qui nourrirent de siècle en siècle l’amplitude d’une réputation. Des fictions, quelle réalité. En italien, encore, le mot messalina est une insulte violente qui signifie putain.

47Dispositif autofictif grandeur nature, In bosco veritas, première des performances, impliquait deux gardiennes, une prêtresse, les quatre éléments, et peut-être aussi une pythie. La pratique de la magie dans l’espace public, une procession, une sculpture de l’artiste Delphine Coindet investie en autel, une lecture, l’atelier du Bosco où une vestale invitait le public à pénétrer dans une installation. Deux cents bougies, quelques pentacles. Une pièce sonore réalisée à partir de sons de Magik Malik et Gilbert Nouno. À chacun de répondre, sur un petit papier, à la question posée au centre du cercle de feu : « À présent écrivez ce que veut votre cœur. »

48S’en sont suivies d’autres performances, comme autant d’appels officiels à reprendre son je en main, toujours autour de femmes mythiques, parfois mythologiques comme l’archaïque Lilith, parfois réelles comme Ulrike Meinhoff, toujours des mauvaises femmes, et souvent des sorcières. L’idée restait la même, le dispositif scénique relevait de l’ésotérique, je me posais en sibylle, corps médian par lequel s’exprimaient de façon lyrique, souvent violente, les figures invoquées. À travers ce rituel, j’ai ainsi poursuivi activement ma démarche. Inoculer dans le réel des faits et événements, la poésie s’infiltre, souvent le virus échoue bien qu’il soit l’antidote. Modifier le réel en rendant le geste autofictif soudainement collectif, amener mes lecteurs et les quelques spectateurs de mes performances à pratiquer l’empowerment.

  • 1  Voir Chloé Delaume & Daniel Schneidermann, Où le sang nous appelle, Paris, Éditions du Seuil, « Fi (...)

49Lundi 23 juillet 2012, j’amorce dans deux jours un nouveau cycle de travail, l’écriture et la vie ne font toujours qu’un pour moi. Je ne peux envisager ma pratique autrement. Mais après ces douze ans de vie et d’écriture, livres, pièces sonores, performances, où l’autofiction se pose en ligne de conduite, forme éthique, geste politique, il me fallait tenter une nouvelle expérience. Écrire et vivre, m’écrire et vivre, dans le cadre d’un protocole autre, plus complexe, inédit. Ainsi ce prochain livre s’effectue en duo1. Une autofiction collective, un je + je qui se vit, s’écrit, un roman à quatre mains pour répondre ce faisant à des problématiques relevant de l’intime et du politique même. Autofiction plurielle avec mon partenaire. Dans deux jours nous serons pour l’été au Liban. Par-delà les notions de roman familial et de roman d’amour, le livre que nous faisons s’articule tout autour d’une figure politique, le terroriste Georges Ibrahim Abdallah, mon oncle ; incarcéré en France depuis plus de vingt-huit ans. J’ignore tout des fictions qui nous attendent là-bas. Mais ce dont je suis certaine, c’est qu’il ne pourra ici n’y avoir qu’aventure, langage, et liberté.

Notes

1  Voir Chloé Delaume & Daniel Schneidermann, Où le sang nous appelle, Paris, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 2013.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search