Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Organisations textuelles

La narrativisation, trait unificateur des genres du discours climatique ?

Kjersti Fløttum

Texto completo

  • 1 Cette contribution prend comme point de départ les premières analyses exploratoires présentées dan (...)

1Les débats sur le changement climatique se réalisent à travers des genres discursifs multiples, et les voix qui s’y font entendre proviennent de contextes différents comme les sciences, la politique, les médias, les organisations non gouvernementales, le monde des affaires. On y observe une multitude de points de vue, de valeurs, d’intérêts et de visions du monde. Comment comprendre ces discours hétérogènes qui se caractérisent par des perceptions divergentes du phénomène climatique ? Dans cet exposé, je soutiendrai que la notion de narrativisation peut contribuer à une meilleure compréhension des nombreuses « histoires » qui sont produites autour de cette thématique1.

2Le changement climatique constitue maintenant un des grands défis du monde, dont l’existence est globalement acceptée, bien qu’il y ait certaines objections concernant son origine : dans quelle mesure s’agit-il d’un phénomène naturel ou anthropique ? Les exemples 1 et 2 en témoignent. (1) est tiré du Résumé à l’intention des décideurs publié en 2007 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, le GIEC (ou Intergovernmental Panel on Climate Change, IPCC) ; (2) est extrait d’une opinion émise sur le site Forum Fr, dans une page consacrée aux raisons d’un changement climatique naturel avec des arguments contestant les conclusions du GIEC :

  • 2 On notera que c’est le GIEC qui marque l’expression très probablement en italiques, pour indiquer (...)
  • 3 GIEC, Résumé à l’intention des décideurs, 2007, p. 4, disponible sur Internet : www.ipcc.ch/public (...)

(1) Les émissions mondiales de GES [gaz à effet de serre] imputables aux activités humaines ont augmenté depuis l’époque préindustrielle ; la hausse a été de 70 % entre 1970 et 2004. [...] L’essentiel de l’élévation de la température moyenne du globe observée depuis le milieu du xxe siècle est très probablement2 attribuable à la hausse des concentrations de GES anthropiques3.

  • 4 « Le changement climatique est naturel », sur le site Forum Fr : www.forumfr.com/sujet336012-le-ch (...)

(2) Que les ordinateurs ont vérifiés [sic] que l’augmentation du CO2 sera à l’origine du réchauffement climatique est un mensonge, car les modèles d’ordinateurs peuvent être conçus pour vérifier n’importe quoi4.

  • 5 Pour une discussion sur le modèle « conduit », qui ne semble pas fonctionner, voir Nerlich, Koteyk (...)
  • 6 Sur ce point, voir Boykoff, 2011 ; Hulme, 2009 ; Malone, 2009 ; Painter, 2011 ; Patt & Schrag, 200 (...)

3Dans ces débats, nous observons un développement où de nombreux discours se construisent, fondés sur des compréhensions du changement climatique et de ses conséquences souvent très différentes. Le changement climatique est un phénomène extrêmement complexe, de nature globale mais souvent vécu localement. Au fur et à mesure que les débats se développent, une multitude de voix se font entendre : bien des acteurs cherchent à lancer des défis, à formuler les questions-clés et à décider des priorités d’action (Giddens, 2009 ; Hulme, 2009). Le changement climatique est en effet passé d’un phénomène principalement physique à un phénomène social, culturel, politique et éthique (Hulme, 2009, p. XXV). Au sein de cette complexité, la question du transfert du discours scientifique (Fløttum, Dahl & Kinn, 2006) au discours politique (Fløttum, 2010 a) est primordiale : comment les connaissances sur le climat, qui ont leur origine dans un discours scientifique plus ou moins objectif, sont-elles transmises dans un discours politique plus argumentatif et orienté vers l’action (Fløttum & Dahl, 2011) ? Ce n’est pas un discours qui passe toujours directement des scientifiques aux politiciens ; ce sont des discours qui circulent entre science, médias traditionnels et nouveaux, décideurs de différentes sortes, organisations non gouvernementales (ONG) et grand public5. La circulation des connaissances et des arguments produits par des voix dans des contextes très différents constitue une thématique vaste que je ne pourrai pas aborder ici6. Je me limiterai à une analyse de quelques documents afin de voir dans quelle mesure la structure narrative pourra contribuer à une description cohérente de la manière dont certains acteurs construisent leur agenda. À mon avis, l’analyse narrative représente une perspective fructueuse pour la compréhension du discours climatique. Elle pourra en effet constituer un trait unificateur des multiples genres qui sont utilisés pour diffuser de l’information et des arguments au sein de cette problématique globale (Jones & McBeth, 2010).

  • 7 Pour des discussions sur l’interdisciplinarité en sciences humaines, voir Adam & Heidmann, 2005.

4Ce sera donc une perspective macrotextuelle que j’adopterai ici. Par cette analyse, je voudrais également contribuer à remplir une lacune des recherches discursives et linguistiques sur la présente thématique. En effet la « réflexion autour de la communication sur le changement climatique ne saurait négliger le rôle du langage » (« Investigations of climate change communication cannot avoid attending to the role of language » [Nerlich, Koteyko & Brown, 2010, p. 103]) Et cela d’autant plus que les climatologues eux-mêmes incitent les experts d’autres disciplines à les aider à améliorer « l’échange d’informations entre scientifiques et partenaires publics » (« the exchange of information between scientists and public stakeholders » [Bowman et al., 2009, p. 36]). La question qui se pose alors aux linguistes est celle de l’explication des différentes manières par lesquelles les divers acteurs – dans différents contextes et à différents niveaux – construisent leur agenda climatique linguistiquement et discursivement. L’approche des discours climatiques a besoin de projets interdisciplinaires, et les questions linguistiques et discursives qui s’y posent sont nombreuses7.

5Parmi les genres représentés dans le débat climatique, les rapports rédigés par de grandes institutions internationales telles que le GIEC, la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), sont parmi les plus lus et les plus cités. Le but de ces organisations est d’atteindre le grand public : experts, décideurs et médias, mais aussi citoyens ordinaires. Le support empirique de mon analyse sera constitué par trois rapports publiés par ces institutions.

6Je discuterai d’abord la notion de récit, afin de procéder à une analyse des documents choisis dans cette perspective. Dans mes remarques finales, je récapitulerai les résultats obtenus et signalerai également quelques pistes pour des études ultérieures pertinentes.

STRUCTURE NARRATIVE

7Des études antérieures de divers matériaux portant sur le changement climatique montrent de manière nette qu’il n’y a pas un genre discursif précis dans lequel ces textes peuvent être classés (Fløttum, 2010 b ; Fløttum & Dahl, 2011), le genre étant compris ici comme un ensemble de normes souples, déterminant à la fois la production et l’interprétation des textes. Ces résultats ne doivent pas surprendre. C’est que le phénomène climatique se manifeste à travers des genres multiples : rapports et articles scientifiques, genres journalistiques différents, documents, programmes et manifestes politiques, programmes des ONG, blogs, discussions sur différents sites de médias sociaux et récits personnels. Ces manifestations textuelles peuvent être fondées sur des connaissances provenant des sciences naturelles ou sociales, ou d’expériences personnelles, et influencées par divers points de vue politiques, idéologiques et personnels. Elles sont souvent des hybrides de voix scientifiques, politiques et autres, où des genres différents sont mêlés. Comment ces acteurs construisent-ils leur politique ? Des études exploratoires de certains textes liés au changement climatique (Fløttum, 2010 b ; Fløttum & Dahl, 2012) indiquent que ces textes peuvent être considérés comme faisant partie de ce qu’on pourrait appeler des récits climatiques. Par ce terme, je réfère à des textes qui présentent le changement climatique comme un type de problème ou de complication avec des propositions d’action implicites ou explicites. Mon objectif est d’étudier dans quelle mesure la structure classique du récit pourra constituer un cadre pertinent pour arriver à une meilleure compréhension des textes en question.

8Il y a récits et récits – de l’histoire racontée par la grand-mère à son petit-enfant via des romans et récits littéraires, des films, jusqu’aux rapports traitant des questions scientifiques. La notion de récit (ou narrative dans la tradition anglo-américaine) a en effet souvent été utilisée de manière peu claire et non critique. Dans cette contribution, je voudrais me référer à la structure narrative classique étudiée principalement dans des contextes fictionnels. Mes sources d’inspiration sont les nombreux travaux réalisés sur le récit et la séquence narrative par Jean-Michel Adam (1984 ; 1985 ; 1999 ; 2011). Je me propose donc de compter cinq composantes principales constituant cette structure :

  1. Situation initiale (ou orientation) ;
  2. Complication (déclencheur) ;
  3. (Ré)action(s) ;
  4. Résolution (dénouement) ;
  5. Situation finale.

9En outre, il peut aussi y avoir une composante morale ou évaluative. À titre d’illustration, voici un exemple simplifié d’une macrostructure potentielle de séquence narrative :

  1. Les émissions de CO2 ont augmenté dramatiquement entre 1990 et 2007 ;
  2. Le réchauffement global a causé des problèmes sérieux dans de nombreuses régions ;
  3. L’ONU a organisé une conférence internationale à Copenhague en 2009 (la COP 15) pour discuter les actions à entreprendre contre le changement climatique ;
  4. Mais les États négociateurs ne sont pas arrivés à conclure un accord les engageant à entreprendre des mesures concrètes ;
  5. Le changement climatique constitue une menace sérieuse pour notre planète et ceux qui y ont contribué le moins sont ceux qui sont les plus vulnérables aux conséquences.

10Pour qu’un texte soit caractérisé comme un récit, les cinq composantes ne sont pas toutes obligatoires. Le cœur est constitué par les composantes centrales, la complication étant indispensable. Mon hypothèse de travail est que dans ce que j’appelle récit climatique, la complication est typiquement le changement climatique même. Cependant, cette complication peut être développée et détournée en de nouvelles complications, de nouvelles « histoires » (par exemple portant sur des questions économiques, politiques, sociales ou technologiques). C’est là une tâche importante pour nous, chercheurs en sciences humaines et sociales, que de rendre compte de la manière dont ces complications sont contextualisées et encadrées. Il faut considérer non seulement la façon dont est présenté le changement climatique mais aussi la façon dont les nouvelles histoires sont construites autour de la composante de la complication.

11En ce qui concerne les composantes 1, 3 et 4, elles peuvent être réalisées à différents degrés selon la situation, l’institution, les voix et les acteurs impliqués. La composante 5 (situation finale) peut être présente, par exemple, dans des descriptions portant sur le futur : comment le monde risque d’évoluer si l’on entreprend telle ou telle action ou si l’on ne fait rien. De plus, la place accordée aux aspects évaluatifs est également pertinente. Des perspectives éthiques sont souvent intégrées dans les récits climatiques. Dans l’exemple ci-dessus, la situation finale peut s’interpréter comme une évaluation.

12Il va de soi que les récits climatiques ne sont pas identiques aux récits classiques, comme par exemple les contes de fées. Il y a pourtant certaines caractéristiques essentielles qui peuvent être considérées comme similaires. L’une d’entre elles est la présence d’une intrigue (plot) : les récits climatiques racontent un type de complication, qui est suivie par des actions ou des événements qui auront lieu afin d’obtenir des effets particuliers (Jones & McBeth, 2010). Un autre trait caractérisant les récits est l’ordre temporel des événements. Cependant, comme le dit Adam : « Un récit qui n’est constitué que d’une simple énumération d’une suite d’actions et / ou d’événements possède un faible degré de narrativisation. » (Adam, 2011, p. 178) Le troisième trait que je mentionnerai est la présence d’agents, que ce soit un ou plusieurs héros, méchant(s) ou victime(s). Dans les études portant sur les médias, le repérage de différents types d’agents a été particulièrement important (Eide, Kumpu & Kunelius, 2010).

13Selon mon hypothèse sous-jacente, dans laquelle la structure narrative constitue une caractéristique du discours sur le changement climatique, on pourra s’attendre à pouvoir identifier quelques-uns des traits suivants dans les matériaux qui seront analysés : le récit climatique se construit autour d’une intrigue dans la mesure où il raconte un type de complication (liée au changement climatique), avec différents types d’agents (des êtres humains, la nature, la société, des États-nations) ; cette complication peut être suivie par une série d’événements ou de (ré)actions, ou plus souvent par des recommandations (explicites ou implicites) d’actions qui pourront ou devront être réalisées afin d’obtenir un effet particulier ou situation finale ; et, selon les interprétations différentes de la complication, des perspectives éthiques peuvent également être avancées.

ANALYSE NARRATIVE DE TROIS TEXTES CLIMATIQUES

14Dans la présente section, nous allons voir dans quelle mesure l’hypothèse de la narrativisation des textes climatiques pourra être confirmée. Aussi bien du côté des sceptiques que du côté de ceux qui sont convaincus de la dimension anthropique du réchauffement global, on dit souvent qu’il y a beaucoup d’histoires qui se racontent. Mon but ici est de voir s’il s’agit de vraies histoires, en ce sens qu’elles correspondent à la structure narrative canonique. Dans la mesure où cette approche s’avère fructueuse, nous aurons un outil valable pour la comparaison de nombreux exemples de discours climatique. Une telle comparaison semble nécessaire afin de contribuer à une meilleure compréhension du débat qui se développe.

  • 8 Pour plus d’information sur les contextes dans lesquels ces textes ont été produits, voir Fløttum (...)
  • 9 GIEC, Synthesis Report 2007, disponible sur Internet : www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/a (...)
  • 10 PNUD, Human Development Report 2007-2008, disponible sur Internet : http://hdr.undp.org/en/media/H (...)
  • 11 Banque mondiale, World Development Report 2010, disponible sur Internet : http://web.worldbank.org (...)

15Comme support empirique, j’ai choisi les textes suivants8 (ce sont des textes diffusés au niveau international et par conséquent rédigés en anglais) : « Summary for Policymakers9 », le résumé du Human Development Report 2007-200810, et celui du World Development Report 201011.

GIEC, « Summary for Policymakers », 2007

16Le GIEC peut être considéré comme l’acteur scientifique le plus important du débat climatique. Les évaluations de ce panel se fondent sur des milliers d’articles, d’observations et de résultats scientifiques. Le texte « Summary for Policymakers » prend les résultats de recherches climatiques comme point de départ, mais avec un accent sur la nécessité d’adaptation et de réduction liée à l’émission des gaz à effet de serre, à travers des actions politiques. En ce sens, le texte constitue une version condensée de la déclaration adoptée officiellement au sein du GIEC concernant les résultats scientifiques et les incertitudes-clés du changement climatique. Il s’appuie sur de la documentation scientifique et a été préparé par des scientifiques et des délégués gouvernementaux de tous les pays participant à ce travail. Il est avant tout destiné à des décideurs mais aussi plus largement à un public intéressé. En ce sens, ce texte représente un lien important entre la science et la politique.

17Avec une macrostructure comprenant cinq sections (« Observed Changes in Climate and Their Effects », « Causes of Change », « Projected Climate Change and Its Impacts », « Adaptation and Mitigation Options », « The Long-term Perspective »), ce texte peut être interprété, dans une perspective narrative, comme étant dominé par la composante de complication. Voici un exemple :

  • 12 « Le réchauffement du système climatique ne laisse aucun doute. On note déjà, à l’échelle du globe (...)

(3) Warming of the climate system is unequivocal, as is now evident from observations of increases in global average air and ocean temperatures, widespread melting of snow and ice and rising global average sea level [...]. Observational evidence from all continents and most oceans shows that many natural systems are being affected by regional climate changes, particularly temperature increases12. (p.2)

18L’histoire qui est racontée est une des complexités et des incertitudes inhérentes au changement climatique (voir Budescu, Broomell & Por, 2009). Quoiqu’il y ait une section portant sur des options d’adaptation et de réduction, il y a très peu de points qui pourraient être rangés dans la composante de l’action :

  • 13 « Les possibilités d’adaptation sont multiples, mais il est impératif d’intensifier l’action engag (...)

(4) A wide array of adaptation options is available, but more extensive adaptation than is currently occurring is required to reduce vulnerability to climate change. There are barriers, limits and costs, which are not fully understood13. (p.14)

19Cela ne doit pas surprendre étant donné que le GIEC doit être politiquement neutre bien qu’en même temps politiquement pertinent (Fløttum, 2010 b). Cependant, nous pouvons noter que la perspective temporelle est présente, dans la mesure où l’importante échelle temporelle du phénomène climatique est intégrée. Ainsi, il y a une indication implicite sur le risque inhérent au fait de ne rien faire :

  • 14 « De tels bouleversements [dans l’élévation du niveau de la mer] devraient s’échelonner sur plusie (...)

(5) Such changes [in metres of sea level rise] are projected to occur over millennial time scales, but more rapid sea level rise on century time scales cannot be excluded14. (p.13)

20Dans la mesure où on peut parler d’agents dans ce texte, c’est la nature qui est la victime, du moins implicitement, tandis que les êtres humains et la société consommatrice sont les méchants. Ces derniers sont responsables de la quantité énorme des émissions de gaz à effet de serre :

  • 15 Ces soulignements indiquent des termes statistiquement définis et employés par le GIEC.
  • 16 « Les émissions mondiales de GES imputables aux activités humaines ont augmenté depuis l’époque pr (...)

(6) Global GHG emissions due to human activities have grown since pre-industrial times, with an increase of 70% between 1970 and 2004. [...] Human influences have [...] more likely than not15 increased risk of heat waves, area affected by drought since the 1970s and frequency of heavy precipitation events16. (p.5-6)

Human Development Report 2007-2008 (HDR) et World Development Report 2010 (WDR)

21Je passerai maintenant à l’analyse des résumés (« Overviews ») rédigés dans les rapports HDR et WDR. Ils traitent tous les deux du changement climatique en présentant une description de la situation et en offrant des conseils politiques. Leur point de départ est la reconnaissance du fait que ceux qui ont le moins contribué au changement sont aussi les plus vulnérables aux conséquences, ce qui, dans une perspective narrative, peut être interprété comme la situation initiale et une évaluation en même temps. Dans leurs histoires, il n’y a pas de vrais héros, mais dans une interprétation générale, on peut dire que les pays riches sont les méchants et les pays pauvres les victimes :

  • 17 « Ce sont les nations riches et leurs citoyens qui sont responsables de la grande majorité des gaz (...)

(7) Rich nations and their citizens account for the overwhelming bulk of the greenhouse gases locked in the Earth’s atmosphere. But, poor countries and their citizens will pay the highest price for climate change17. (HDR, p.3)

  • 18 « Les pays à revenus élevés peuvent et doivent réduire leur empreinte carbone. »

(8) High-income countries can and must reduce their carbon footprints18. (WDR, p.1)

22Cependant, étant donné le cadrage contextuel et institutionnel des deux rapports, dans lequel je ne pourrais pas entrer ici (voir Gasper, Portocarrero & St. Clair, 2011), on peut supposer que leurs histoires seront à certains égards différentes.

  • 19 Conférence organisée au sein du cadre du United Nations Framework Convention on Climate Change (UN (...)

23Un aspect important qu’il faut prendre en compte dans l’interprétation de ces deux textes est le fait qu’ils sont produits à des dates différentes : le HDR sur un mode relativement optimiste, croyant toujours à ce que des initiatives soient prises lors de la conférence COP 1519 ; le WDR juste avant la conférence COP 15, quand il était devenu clair que les résultats de cette conférence seraient très décevants, ce qui se manifeste à travers un ton un peu plus agressif.

24Les deux textes sont construits à l’aide de traits pouvant être considérés comme scientifiques, c’est-à-dire qu’ils présentent des arguments nettement basés sur des connaissances scientifiques :

  • 20 « L’accumulation rapide de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre modifie radicalement l (...)

(9) The rapid build-up of greenhouse gases in the Earth’s atmosphere is fundamentally changing the climate forecast for future generations. We are edging towards “tipping points”. These are unpredictable and non-linear events that could open the door to ecological catastrophes—accelerated collapse of the Earth’s great ice sheets being a case in point—that will transform patterns of human settlement and undermine the viability of national economies20. (HDR, p.2)

  • 21 « Selon le quatrième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution (...)

(10) In the words of the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), a consensus document produced by over 2,000 scientists representing every country in the United Nations: «Warming of the climate system is unequivocal.» Global atmospheric concentrations of CO 2 , the most important greenhouse gas, ranged between 200 and 300 parts per million (ppm) for 800,000 years, but shot up to about 387 ppm over the past 150 years, mainly because of the burning of fossil fuels and, to a lesser extent, agriculture and changing land use21. (WDR, p.4)

25En même temps, ils tentent de manière très nette de convaincre leur public de développer une politique spécifique en leur recommandant d’agir :

  • 22 « La coopération internationale doit également prendre en considération la question urgente du cha (...)

(11) International cooperation must also address the pressing issue of climate change adaptation. Even with stringent mitigation, the world is already committed to sustained global warming for the first half of the 21st Century. Having created the problem, the world’s richest countries cannot stand aside and watch the hopes and the aspirations of the world’s poor be undermined by increased exposure to the risks and vulnerabilities that will come with climate change22. (HDR, p.16)

  • 23 « Il faut agir dès maintenant pour que l’augmentation des températures reste le plus près possible (...)

(12) Immediate action is needed to keep warming as close as possible to 2 oC. [...] So both the mitigation and the adaptation challenges are substantial. But the hypothesis of this Report is that they can be tackled through climate-smart policies that entail acting now, acting together (or globally), and acting differently23. (WDR, p.3 et 10)

26Ces deux textes représentent donc, dans une certaine mesure, un mélange de ce qui est traditionnellement considéré comme du discours scientifique et du discours politique, exposant et expliquant des faits scientifiques en même temps qu’ils tentent de convaincre les lecteurs d’entreprendre des actions. Mais ils se distinguent l’un de l’autre par leur manière de discuter les connaissances scientifiques. C’est que ces connaissances sont interprétées et envisagées à l’intérieur des deux institutions selon leurs propres conceptions du changement climatique, soutenues par leurs visions du monde respectives.

27Les deux textes se focalisent sur les causes du changement climatique dans la situation initiale de leur exposé, mais ils diffèrent dans leur façon de développer le reste du schéma narratif. Le focus principal du WDR est la composante (ré) action, tandis que le texte HDR semble porter plus d’attention à la composante de la complication et à l’évaluation. Cette différence peut s’expliquer par leurs interprétations différentes des faits présentés, qui à leur tour aboutissent à des histoires différentes. Je vais résumer les différences entre les deux textes.

28Dans une perspective narrative, le texte du HDR met l’accent sur la complication et sur l’évaluation. La lutte contre le changement climatique fait partie d’un combat pour l’humanité ; le changement climatique menace la liberté humaine. Le focus principal de ce rapport semble donc être la responsabilité morale. Les pauvres dans le monde entier ainsi que les générations futures sont directement concernés :

  • 24 « Dans le monde d’aujourd’hui, ce sont les pauvres qui supportent l’essentiel des conséquences du (...)

(13) In today’s world, it is the poor who are bearing the brunt of climate change. Tomorrow, it will be humanity as a whole that faces the risks that come with global warming. [...] The battle against dangerous climate change is part of the fight for humanity24. (HDR, p.2 et 6)

29Ce rapport assume un point de vue global, mais laisse aussi de la place à des voix individuelles non scientifiques dans son argumentation, comme dans cet exemple :

  • 25 « “Le progrès humain n’est ni automatique ni inévitable. Nous sommes mis devant l’évidence que dem (...)

(14) «Human progress is neither automatic nor inevitable. We are faced now with the fact that tomorrow is today. We are confronted with the fierce urgency of now... Over the bleached bones and jumbled residues of numerous civilizations are written the pathetic words: Too late.» Delivered in a sermon on social justice four decades ago, Martin Luther King’s words retain a powerful resonance. At the start of the 21st Century, we too are confronted with the «fierce urgency» of a crisis that links today and tomorrow. That crisis is climate change25. (HDR, p.1)

30En contraste avec le résumé du HDR, également dans une perspective narrative, celui du WDR se focalise plus sur la dimension (ré) action que sur la complication. Il semble justifié d’interpréter le message de ce rapport comme centré sur la nécessité d’encourager, et même d’imposer la croissance économique afin de réduire la pauvreté et ainsi de mieux s’adapter au changement climatique (vingt-sept occurrences du mot growth) :

  • 26 « La croissance économique est indispensable pour réduire la pauvreté. Elle est aussi au cœur du p (...)

(15) Economic growth is necessary to reduce poverty and is at the heart of increasing resilience to climate change in poor countries26. (WDR, p.7)

31Dans ce texte, le changement climatique est dans une certaine mesure présenté comme le méchant puisque ce phénomène menaçant, qui coûte aussi très cher selon le rapport, pourra entraver la croissance économique. Le texte incite le monde à être climate-smart et à chercher des solutions sans que notre vie habituelle soit trop affectée. Il démontre également une croyance nette dans la technologie et l’innovation :

  • 27 « De nouvelles pressions naissent de la prise de conscience du changement climatique et de ses coû (...)

(16) New pressures are coming from a growing awareness of climate change and its current and future costs. But awareness does not always lead to action: to succeed, climate-smart development policy must tackle the inertia in the behavior of individuals and organizations. [...] Building technology agreements into a global climate deal could boost technology innovation and ensure developing-country access27. (WDR, p.19 et 21)

32Dans la lignée de Des Gasper, on pourrait dire que l’histoire apparaît comme une sorte de réponse « de routine » (Gasper, 2010, p. 11), et non pas comme une réponse au défi spécifique du changement climatique.

*

33En renvoyant aux analyses entreprises ci-dessus, je me permets d’affirmer que la perspective narrative est utile pour l’interprétation de textes portant sur la thématique du climat. Cette perspective contribue à une meilleure compréhension de ce qui caractérise le discours du changement climatique. Cependant, il faudrait entreprendre plus d’études sur des textes appartenant à différents genres pour voir dans quelle mesure la narrativisation en constitue un trait unificateur. Il faudrait voir dans quelle mesure la description des récits climatiques que je propose peut convenir à d’autres textes.

34Les récits climatiques se caractérisent par une mise en intrigue dans la mesure où ils racontent une complication (liée au changement climatique), avec différents types d’agents (des êtres humains, la nature, la société, des États-nations) ; cette complication peut être suivie par une série d’événements ou d’actions, ou plus souvent par des recommandations implicites ou explicites d’action (ou d’inaction !), qui auront lieu ou devront avoir lieu afin d’atteindre des effets particuliers ou une situation finale satisfaisante ; et selon les interprétations de la complication, une évaluation peut également être avancée.

35Le degré de narrativisation dépend de la force de la mise en intrigue, qui, elle, dépend de la présence des cinq composantes (Adam, 2011, p. 179), dont la deuxième – la complication – est obligatoire.

  • 28 Pour diverses approches pertinentes, voir Hyland, 1988 ; Leiserowitz, 2007 ; Nerlich, Koteyko & Br (...)

36L’analyse narrative semble particulièrement pertinente pour des études comparatives et en conséquence apparaît comme un outil pour mieux comprendre le débat sur le changement climatique. Cependant, cette analyse n’est qu’un cadre. Pour comprendre ce qui est réellement dit, il faudra passer du niveau macro-au niveau micro-, et entreprendre des analyses approfondies de faits linguistiques précis. Il y a de nombreux phénomènes qui sont particulièrement pertinents pour le discours climatique : expressions épistémiques, déontiques et axiologiques, connecteurs, pronoms, choix lexicaux, métaphores, discours rapportés28. À mon avis, il se prête aussi tout naturellement aux analyses polyphoniques (Nølke, Fløttum & Norén, 2004). De multiples voix sont introduites dans le débat sur le climat, au niveau macro-par les différents acteurs et décideurs, mais aussi au niveau micro-par les différentes voix à l’intérieur d’un récit climatique. Des points de vue y sont introduits de façons explicite et implicite (Fløttum, 2010 b ; Fløttum & Dahl, 2011 ; Gjerstad, 2011). Pour tous les récits climatiques, une question centrale est de savoir quelles sont les voix présentes et quelles sont celles qui dominent – et qui dit quoi. Pour toutes ces questions, le récit constitue un cadre discursif pertinent.

Bibliografía

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1984, Le Récit, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Adam Jean-Michel, 1985, Le Texte narratif, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute (dir.), 2005, dossier « Sciences du texte et analyse de discours », Études de lettres, no 1.

Bowman Thomas E. et al., 2009, « Creating a Common Climate Language », Science, no 3, p. 36-37.

Boykoff Maxwell T., 2011, Who Speaks for the Climate ? Making Sense of Media Reporting on Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Budescu David V., Broomell Stephen & Por Han-Hui, 2009, « Improving Communication of Uncertainty in the Reports of the Intergovernmental Panel on Climate Change », Psychological Science, vol. 20, no 3, p. 299-308.

Eide Elisabeth, Kumpu Ville & Kunelius Risto (dir.), 2010, Global Climate, Local Journalisms. A Transnational Study of How Media Make Sense of Climate Summits, Bochum, Projekt Verlag.

Fløttum Kjersti & Dahl Trine, 2011, « Climate Change Discourse : Scientific Claims in a Policy Setting », Fachsprache, no 3-4, p. 205-219.

Fløttum Kjersti & Dahl Trine, 2012, « Different Contexts, Different Stories ? A Linguistic Comparison of Two Development Reports on Climate Change », Language and Communication, vol. 32, no 1, p. 14-23.

Fløttum Kjersti, Dahl Trine & Kinn Torodd, 2006, Academic Voices across Languages and Disciplines, Amsterdam, J. Benjamins.

Fløttum Kjersti, 2010 a, « EU Discourse : Polyphony and Unclearness », Journal of Pragmatics, vol. 42, no 4, p. 990-999.

Fløttum Kjersti, 2010 b, « A Linguistic and Discursive View on Climate Change Discourse », La Revue du GERAS, no 58, p. 19-37.

Fløttum Kjersti, 2013, « Narratives in Reports about Climate Change », dans Maurizio Gotti et Carmen Sancho Guinda (dir.), Narratives in Academic and Professional Genres, Berne, P. Lang, p. 277-292.

Gasper Des, 2010, « Influencing the Climate. Explorations in Interpretive and Value-Critical Policy Analysis. Inaugural Lecture, 16 December 2010 », International Institute of Social Studies, Erasmus University Rotterdam.

Gasper Des, Portocarrero Anna V. & St. Clair Asunción L., 2011, « Climate Change and Development Framings : A Comparative Analysis of the Human Development Report 2007-2008 and the World Development Report 2010 », Institute of Social Studies, no 528, article disponible sur Internet : http://hdl.handle.net/1765/26853 (octobre 2013).

Giddens Anthony, 2009, The Politics of Climate Change, Cambridge, Polity Press.

Gjerstad Øyvind, 2011, La Polyphonie discursive. Pour un dialogisme ancré dans la langue et dans l’interaction, thèse de doctorat, Université de Bergen.

Haddad Hebba, Morton Thomas & Rabinovich Anna, 2011, « The Roles of “Tone of Voice” and Uncertainty when Communicating Climate Change Information », communication présentée en septembre 2011 à The British Psychological Society Social Section Conference de Cambridge.

Hulme Mike, 2009, Why We Disagree about Climate Change, Cambridge, Cambridge University Press.

Hyland Ken, 1998, Hedging in Scientific Research Articles, Amsterdam, J. Benjamins.

Jones Michael & McBeth Mark K., 2010, « A Narrative Policy Framework : Clear Enough to Be Wrong ? », Policy Studies Journal, vol. 38, no 2, p. 329-353.

Koteyko Nelya, Nerlich Brigitte & Thelwall Mike, 2010, « From Carbon Markets to Carbon Morality : Creative Compounds as Framing Devices in Online Discourses on Climate Change Mitigation », Science Communication, vol. 32, no 1, p. 25-54.

Leiserowitz Anthony, 2007, « Communicating the Risks of Global Warming : American Risk Perceptions, Affective Images and Interpretive Communities », dans Lisa Dilling et Susanne Moser (dir.), Creating a Climate for Change, Cambridge, Cambridge University Press, p. 44-63.

Ly Annelise, 2011, « Combattre le changement climatique : réflexions sur les métaphores du climat au Parlement européen », Signes, discours et sociétés, revue électronique, no 7.

Malone Elisabeth L., 2009, Debating Climate Change, Londres, Earth Scan.

Nerlich Birgitte, Koteyko Nelya & Brown Brian, 2010, « Theory and Language of Climate Change Communication », Wiley Interdisciplinary Reviews : Climate Change, vol. 1, no 1, p. 97-110.

Nølke Henning, Fløttum Kjersti & Norén Coco, 2004, ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique, Paris, Kimé.

Painter James, 2011, Poles Apart : The International Reporting of Climate Scepticism, Oxford, Reuters Institute for the Study of Journalism.

Patt Anthony & Schrag Daniel P., 2003, « Using Specific Language to Describe Risk and Probability », Climatic Change, no 61, p. 17-30.

Zaccai Edwin, Gemenne François & Decroly Jean-Michel, 2012, Controverses climatiques, sciences et politique, Paris, Presses de Sciences po.

Notas

1 Cette contribution prend comme point de départ les premières analyses exploratoires présentées dans Fløttum, 2013.

2 On notera que c’est le GIEC qui marque l’expression très probablement en italiques, pour indiquer qu’elle a un sens précis, statistiquement délimité.

3 GIEC, Résumé à l’intention des décideurs, 2007, p. 4, disponible sur Internet : www.ipcc.ch/publications_and_data/ar4/syr/fr/spm.html (octobre 2013).

4 « Le changement climatique est naturel », sur le site Forum Fr : www.forumfr.com/sujet336012-le-changement-climatique-est-naturel.html (octobre 2013).

5 Pour une discussion sur le modèle « conduit », qui ne semble pas fonctionner, voir Nerlich, Koteyko & Brown, 2010.

6 Sur ce point, voir Boykoff, 2011 ; Hulme, 2009 ; Malone, 2009 ; Painter, 2011 ; Patt & Schrag, 2003 ; Zaccai, Gemenne & Decroly, 2012.

7 Pour des discussions sur l’interdisciplinarité en sciences humaines, voir Adam & Heidmann, 2005.

8 Pour plus d’information sur les contextes dans lesquels ces textes ont été produits, voir Fløttum & Dahl, 2012 ; Gasper, 2010 ; Gasper, Portocarrero & St. Clair, 2011.

9 GIEC, Synthesis Report 2007, disponible sur Internet : www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/ar4_syr.pdf (octobre 2013). Voir supra (1), qui est également tiré de ce document, mais dans une traduction française.

10 PNUD, Human Development Report 2007-2008, disponible sur Internet : http://hdr.undp.org/en/media/HDR_20072008_EN_Complete.pdf (octobre 2013).

11 Banque mondiale, World Development Report 2010, disponible sur Internet : http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/EXTDEC/EXTRESEARCH/EXTWDRS/0,,contentMDK:23062354~pagePK:478093~piPK:477627~theSitePK:477624,00.html (octobre 2013).

12 « Le réchauffement du système climatique ne laisse aucun doute. On note déjà, à l’échelle du globe, une hausse des températures moyennes de l’atmosphère et de l’océan, une fonte massive de la neige et de la glace et une élévation du niveau moyen de la mer [...]. Les observations effectuées sur tous les continents et dans la plupart des océans montrent qu’une multitude de systèmes naturels sont affectés par les changements climatiques régionaux, en particulier par la hausse des températures. »

13 « Les possibilités d’adaptation sont multiples, mais il est impératif d’intensifier l’action engagée si l’on veut réduire la vulnérabilité à l’égard des changements climatiques. Il existe des obstacles, des limites et des coûts que l’on n’évalue pas toujours parfaitement. »

14 « De tels bouleversements [dans l’élévation du niveau de la mer] devraient s’échelonner sur plusieurs millénaires, mais on ne peut écarter la possibilité que le niveau de la mer s’élève plus rapidement que prévu en quelques siècles. »

15 Ces soulignements indiquent des termes statistiquement définis et employés par le GIEC.

16 « Les émissions mondiales de GES imputables aux activités humaines ont augmenté depuis l’époque préindustrielle ; la hausse a été de 70 % entre 1970 et 2004. [...] Les activités humaines ont [...] fort probablement accru les risques de vagues de chaleur, la progression de la sécheresse depuis les années 1970 et la fréquence des épisodes de fortes précipitations. »

17 « Ce sont les nations riches et leurs citoyens qui sont responsables de la grande majorité des gaz à effet de serre contenus dans l’atmosphère. Mais ce sont les pays pauvres et leurs citoyens qui devront payer le prix le plus élevé pour le changement climatique. »

18 « Les pays à revenus élevés peuvent et doivent réduire leur empreinte carbone. »

19 Conférence organisée au sein du cadre du United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) à Copenhague en 2009 ; COP est un acronyme pour Conference of the Parties.

20 « L’accumulation rapide de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre modifie radicalement les prévisions climatiques pour les générations futures. Nous nous approchons de “points de bascule”. On entend par là des événements imprévisibles et non linéaires pouvant conduire à des catastrophes écologiques (dont la réduction massive des manteaux glaciaires) qui vont affecter les modes d’établissement humain et menacer la viabilité des économies nationales. »

21 « Selon le quatrième rapport d’évaluation du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), document établi par consensus par plus de 2 000 chercheurs représentant tous les États membres des Nations unies, “le réchauffement climatique est une réalité indiscutable”. Alors que les concentrations atmosphériques de CO2, le principal gaz à effet de serre, ont été comprises entre 200 et 300 parties par million (ppm) pendant 800 000 ans, elles ont brusquement augmenté pour atteindre environ 387 ppm au cours des 150 dernières années, principalement en raison de la consommation de combustibles fossiles et, dans une moindre mesure, de l’agriculture et de l’évolution des modes d’occupation des sols. »

22 « La coopération internationale doit également prendre en considération la question urgente du changement climatique. Même si l’on parvient à une atténuation radicale, la planète est d’ores et déjà vouée à un réchauffement continu pendant la première moitié du xxe siècle. Parce qu’ils sont à l’origine du problème, les pays les plus riches ne peuvent se permettre de rester à l’écart et d’assister à la ruine des espoirs et des aspirations des déshérités que le changement climatique expose à des risques accrus. »

23 « Il faut agir dès maintenant pour que l’augmentation des températures reste le plus près possible de 2 °C. [...] Les défis de l’atténuation et de l’adaptation sont donc considérables. Mais le présent rapport fait l’hypothèse qu’il est possible de faire face à ces défis en adoptant des politiques intelligentes sur le plan climatique, qui impliquent d’agir maintenant, d’agir ensemble (ou à l’échelle mondiale) et d’agir différemment. »

24 « Dans le monde d’aujourd’hui, ce sont les pauvres qui supportent l’essentiel des conséquences du changement climatique. Demain, ce sera l’humanité entière qui devra faire face aux risques liés au changement climatique. [...] La bataille contre les dangers du changement climatique dangereux fait partie de la bataille pour l’humanité. »

25 « “Le progrès humain n’est ni automatique ni inévitable. Nous sommes mis devant l’évidence que demain est déjà là. Nous sommes confrontés à l’urgence aiguë du maintenant... Au-dessus des os blanchis et des ruines de nombreuses civilisations, on peut lire ces mots pathétiques : trop tard.” Prononcées lors d’un sermon sur la justice sociale il y a plus de quarante ans, les paroles de Martin Luther King conservent toute leur puissance d’interpellation. En ce début du xxe siècle, nous sommes nous aussi confrontés à “l’urgence aiguë” d’une crise qui relie aujourd’hui et demain. Cette crise, c’est le changement climatique. »

26 « La croissance économique est indispensable pour réduire la pauvreté. Elle est aussi au cœur du processus qui permettra de renforcer la résistance des pays pauvres aux variations climatiques. »

27 « De nouvelles pressions naissent de la prise de conscience du changement climatique et de ses coûts présents et futurs. Mais une prise de conscience ne mène pas toujours à l’action : pour porter du fruit, une politique de développement intelligente sur le plan climatique doit s’attaquer à l’inertie qui caractérise le comportement des particuliers et des organisations. [...] Intégrer des clauses sur les technologies dans un accord climatique mondial pourrait encourager l’innovation technologique et garantir que les pays en développement y accèdent. »

28 Pour diverses approches pertinentes, voir Hyland, 1988 ; Leiserowitz, 2007 ; Nerlich, Koteyko & Brown, 2010 ; Fløttum & Dahl, 2011 ; 2012 ; Ly, 2011 ; Haddad, Morton & Rabinovich, 2011.

Autor

Professeure de linguistique française à l’Institut des langues et littératures étrangères de l’Université de Bergen (Norvège). De 2005 à 2009, elle a été vice-rectrice des relations internationales de cette université. Son travail concerne principalement la linguistique textuelle, les genres discursifs, l’analyse du discours, la sémantique et la pragmatique. Plus particulièrement, ses recherches ont porté sur la reformulation, la polyphonie linguistique, le pronom on et la narration, avec comme principale base empirique des textes scientifiques et politiques. Elle a dirigé des projets de recherche internationaux : « Identité culturelle dans la prose académique » (KIAP) et « Understanding Linguistic Complexity in Political Discourse » (EURLING). Depuis 2013, elle dirige un grand projet interdisciplinaire sur les « Représentations linguistiques du discours portant sur le changement climatique et leurs interprétations individuelles et collectives » (LINGCLIM).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540