Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Organisations textuelles

L’émergence du texte argumentatif en français : type de texte et diachronie

Bernard Combettes

Testo integrale

1Dans le cadre théorique de la linguistique du texte, déterminer les caractéristiques des types et des genres textuels conduit à poser, directement ou indirectement, la question, pour nous fondamentale, des relations qu’il convient d’établir entre ces catégories et les structures linguistiques qui assurent le codage de la cohérence discursive. Cette problématique, déjà complexe en elle-même, le devient plus encore lorsque l’on introduit la dimension diachronique. Cette dernière amène en effet à s’interroger sur la place respective des causes et des effets, sur leurs enchaînements. D’une façon générale, il semble nécessaire de prendre en compte les grandes tendances de l’évolution de la langue, en particulier en syntaxe, même si l’on peut penser qu’elles ne sont pas directement liées aux changements d’ordre textuel, et d’évaluer comment les modifications du domaine discursif prennent place – comme conséquences ou comme facteurs innovants – dans cette évolution.

L’ÉMERGENCE DU TEXTE ARGUMENTATIF

2Dans une telle perspective, les textes de moyen français apparaissent comme des témoignages particulièrement intéressants, non seulement pour l’étude du changement linguistique, mais également pour celle des modifications qui affectent la typologie textuelle. Cette période de l’histoire du français, que l’on peut limiter, dans son acception restreinte, aux xive et xve siècles, correspond à l’un de ces moments privilégiés où l’on assiste au phénomène relativement rare qu’est la naissance d’un type de discours particulier, en l’occurrence le type argumentatif. Nous ne nous attarderons pas ici sur les facteurs d’ordre non linguistique qui ont pu favoriser l’émergence de cette catégorie. Les changements, relativement nombreux, qui touchent alors l’organisation politique et sociale, le champ culturel, le domaine scientifique, la diffusion des savoirs, expliquent sans doute en grande partie que des textes qui étaient jusque-là rédigés en latin commencent à l’être en français. Bien évidemment, la démarche argumentative n’est pas totalement absente des textes en ancien français, mais elle se trouve essentiellement limitée à des passages de discours rapporté dans lesquels un personnage s’efforce de convaincre, de persuader, de réfuter. Dans la narration elle-même, l’expression de la causalité ou celle de la justification, qui peuvent être considérées comme des traces de la relation argumentative que l’auteur entretient avec les destinataires, sont également présentes, mais ne font pas l’objet de passages autonomes qui seraient relativement développés, dotés d’une structuration propre. Il nous semble pertinent de rapprocher cette limitation de celle, plus générale, du second plan ; on constate en effet que le texte narratif en prose valorise très fortement le premier plan, le déroulement chronologique des événements rapportés, en lui subordonnant, en quelque sorte, le second plan, qu’il s’agisse de la description ou, plus largement, du commentaire. Il est significatif sur ce point que le texte descriptif ne paraisse émerger vraiment que durant la période du moyen français, au moment où se développe également le texte argumentatif. Ces divers changements devraient d’ailleurs être replacés dans le cadre d’une évolution textuelle plus large, celle d’un second plan indépendant, organisé en tant que tel, doté de ses marques spécifiques. Dans une telle optique, il n’est pas surprenant que certaines structures linguistiques soient utilisées – de façon transversale – dans le texte argumentatif et dans les séquences descriptives ; ceci concerne en particulier le domaine énonciatif et le niveau de la structure informationnelle, le système des progressions thématiques, comme nous essaierons de l’illustrer plus loin.

QUELS TEXTES ?

3Si l’on considère la situation telle qu’elle apparaît aux xive et xve siècles, on peut essayer de déterminer quels genres textuels, jusqu’alors rédigés en latin ou, dans certains cas, quasiment pas représentés, se trouvent réalisés dans des œuvres en français. Quelques grandes catégories nous semblent ainsi pouvoir être distinguées.

4Un ensemble bien délimité correspond à la dénomination générale de gloses : ces commentaires, qui constituent un genre particulier, portent d’ordinaire sur des écrits théologiques ou juridiques ; leur rédaction en français va se développer en même temps que les traductions des œuvres latines et grecques, en particulier à partir des règnes de Jean le Bon (1350-1364) et de Charles V (1364-1380) (voir Sot, 1997). Les traductions d’Aristote par Nicole Oresme, celle de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles, par exemple, sont accompagnées de gloses de longueur très variable, dont le rôle est parfois d’élucider un terme pour lequel le français ne dispose pas d’équivalent satisfaisant, mais qui comportent également des développements relevant de l’argumentation, dans la mesure où le commentateur prend position, d’ordinaire sans mettre en cause le texte traduit, par rapport à d’autres interprétations, à d’autres commentaires antérieurs.

5D’autres textes pourraient être caractérisés, avec une certaine prudence, en évitant tout anachronisme, comme des textes politiques, dont la production se trouve en grande partie liée aux événements qui ponctuent l’histoire des xive et xve siècles, durant cette période que l’on désigne d’ordinaire par l’expression commode de « guerre de Cent Ans ». À l’intérieur de cet ensemble de textes engagés, il est utile de distinguer ceux qui sont en rapport direct avec des événements particuliers et ceux qui, demeurant à un certain niveau de généralité, en sont des conséquences moins immédiates. Le premier cas peut être illustré par les écrits de Jean de Montreuil (1354-1418) ou ceux de Juvénal des Ursins (1388-1473), qui débattent de la succession au trône de France. Un texte comme Le Livre de l’espérance d’Alain Chartier (1430) relève d’une autre sous-catégorie, les allusions, plus ou moins précises, aux « malheurs du temps » étant moins liées à des événements précis, à des polémiques particulières, que les textes de Jean de Montreuil par exemple. Il en va de même pour le Songe du Vergier (1376) qui mêle des sujets d’actualité au thème principal – qui traite des rapports de la puissance ecclésiastique et de la puissance séculière. On pourrait également citer l’ensemble de textes qui constitue ce que l’on a appelé le « Débat sur le Roman de la Rose » (1401-1402) et qui, s’il n’est pas à proprement parler d’ordre politique, n’en relève pas moins nettement du type argumentatif, dans la mesure où il s’agit, pour les divers auteurs, de prendre position sur le statut de l’écrivain et sur les limites de la création littéraire. Il resterait enfin à évoquer l’essor des textes scientifiques, qui, dépassant le simple aspect informatif et explicatif, peuvent également comporter des passages argumentatifs, comme c’est par exemple le cas dans certaines des traductions du xve siècle de la Chirurgia magna de Guy de Chauliac (Bazin-Tacchella, 2004).

6Pour toutes ces variétés de textes, se pose évidemment la question de la tradition latine : dans quelle mesure le passage à la rédaction en français s’accompagne-t-il de calques, d’emprunts divers, d’imitations plus ou moins directes ? Nous ne pensons pas ici au domaine lexical, qui possède sa problématique propre, mais aux structures textuelles qui vont de pair avec tel ou tel aspect de la démarche argumentative et qui étaient déjà fortement implantées, systématisées, dans les œuvres en latin. Étant donné la situation de quasi-bilinguisme et le type de formation de la plupart des auteurs de cette époque, cette imprégnation par l’écriture latine ne doit pas être minorée. On peut cependant considérer qu’elle entre en concurrence dans le cas de certains textes avec l’autre grand système textuel du Moyen Âge, celui du texte narratif, qui a également, dans son codage de la cohérence discursive, des régularités qui lui sont propres. L’influence de ces deux types d’écriture se laisse assez bien percevoir dans les divers genres textuels que nous avons évoqués plus haut.

7Dans la mesure où le système de la narration a peu à peu cédé la place à l’autre type d’organisation, nous nous attacherons à deux points particuliers, en partie liés, du codage linguistique, points qui nous semblent caractéristiques du texte argumentatif en latin et dont on peut constater qu’ils ont fortement influencé la rédaction en français des genres textuels qui nous intéressent ici, en prenant progressivement la place des procédés de type narratif.

ARGUMENTATION SCOLASTIQUE ET POLYPHONIE

8Si l’on considère le modèle de texte argumentatif que constitue le discours scolastique en latin, particulièrement abondant au xiiie siècle, il faut en souligner d’abord le statut polyphonique et la nature dialogique, caractères qui se trouvent étroitement liés aux conditions de production des textes. En s’en tenant aux limites chronologiques du Moyen Âge – mais on pourrait sans doute rechercher des sources plus anciennes de cette tradition –, on constatera en effet l’importance du type d’enseignement universitaire qui est au point de départ de la démarche argumentative.

9L’organisation des sommes de théologie ou des cours donnés dans les facultés obéit en effet à une progression par questions et réponses qui renvoie à la pédagogie généralement pratiquée (Bazan et al., 1985 ; Weijers, 1995 ; 1996). Une des meilleures illustrations de la quaestio disputata est fournie par un genre particulier : la dispute de quodlibet, avec son déroulement qui enchaîne la position du problème à résoudre, la succession des arguments et des contre-arguments, la solution donnée par le maître (Glorieux, 1925). La structuration de ce genre de discours, qui est évidemment assez rigide et stéréotypée, va de pair, de façon naturelle, avec l’utilisation d’enchaînements qui préfigurent, en quelque sorte, la dichotomie topique / commentaire, dans la mesure où les sous-parties, thèmes dérivés de l’hyperthème constitué par le sujet soumis à discussion, sont successivement présentées comme l’annonce, le point de départ du développement dont elles sont l’objet. Dans la mesure où il est très difficile de s’appuyer sur les indices que pourrait fournir la ponctuation, on voit mal comment déterminer avec précision s’il y a là un texte reconstruit, pensé comme tel, ou une relation se rapprochant de la situation orale de dialogue ; il n’en reste pas moins que le texte apparaît comme une succession de propositions contenant le discours rapporté sur lequel va porter l’argumentation et de propositions remplissant la fonction de commentaire. Cette articulation des énoncés l’emporte sur la recherche d’une unité énonciative, les parties de commentaire ne se rattachant pas syntaxiquement au topique, mais étant introduites par des indications comme contra, responsio, solutio, ce que l’on peut illustrer par exemple par cet extrait d’un quodlibet du xiiie siècle :

  • 1 « Si, en ce qui concerne l’aspect nécessaire de la foi, il faut supposer une autre forme essentiel (...)

(1) Utrum de necessitate fidei sit ponere in Christo aliam formam substantialem [...].
Arguitur quod sic: quia non esset [...].
Contra: quia [...].
Responsio: dicendum quod [...]1.

10La présence d’un verbe conjugué pour introduire le commentaire, comme « arguitur » ou, dans d’autres exemples, comme « respondeo », ne nous semble pas permettre d’interpréter la structure de l’énoncé comme une structure liée, dans laquelle le topique serait intégré avec une fonction de complément circonstanciel par exemple. En effet, si certains enchaînements peuvent laisser penser qu’il y a construction d’une phrase complexe, avec la succession d’une subordonnée et d’une proposition régissante (exemples 2 et 3), d’autres contextes font bien apparaître que la relation entre les propositions est en fait une relation de parataxe, comme dans l’exemple 4 :

  • 2 « Et lorsqu’on dit que le vrai et le faux [...] – je réponds : le vrai [...]. » (Pierre de Falco, (...)

(2) Et cum dicitur quod verum et falsum sunt [...] – respondeo: verum [...]2.

  • 3 « Si on dit que la matière est faite [...], alors je dis que la matière a pu [...]. » (ibid., p. 2 (...)

(3) Si vero materia dicatur fieri [...], tunc dico quod materia potuit [...]3.

  • 4 « [Sur le fait] qu’on objecte au sujet de l’âme que [...], nous disons que [...]. » (Guerric de Sa (...)

(4) Quod autem obicitur de anima quod [...], dicimus quod [...]4.

11La proposition initiale ne prend pas la forme d’une circonstancielle, temporelle ou hypothétique, mais se trouve introduite par un simple quod, qui correspond en quelque sorte à un quantum ad (quant à ce que), alors que dans l’exemple suivant, le commentaire ne porte pas sur le fait de dire, ce qui serait le cas s’il y avait hypotaxe, mais sur le contenu de la proposition qui constitue le topique :

  • 5 « [Sur le fait] qu’il dit qu’Aristote estime [...], c’est faux. » (Jacques de Thérines, Quodlibets (...)

(5) Quod etiam dicit quod Philosophus accipit [...], falsum est5.

12Tous ces exemples vont dans le même sens : la réfutation ou, plus généralement, le commentaire d’un point de vue rapporté prend la forme d’une juxtaposition de deux unités renvoyant à des actes de parole, juxtaposition qui reproduit une situation de dialogue et conserve ainsi aux deux constituants une autonomie syntaxique.

13Les mêmes constructions, les mêmes marquages des instances énonciatives se retrouvent dans les textes rédigés en français (Combettes, 2002 ; 2004). C’est ainsi que les Traités contre les Anglais de Jean de Montreuil présentent des exemples de l’introduction du commentaire par des substantifs comme réponse ou solution, alors que la proposition topique est d’ordinaire introduite par une conjonction (à ce que, où, si) :

  • 6 Jean de Montreuil, Traités contre les Anglais [1406-1417], Opera 2 : L’Œuvre historique et polémiq (...)

(6) disoient aucuns que [...]. Response que c’est chose dicte voluntairement [...]6.

  • 7 Ibid., p. 172.

(7) Et d’autre part, a ce que aucuns Angloiz opposent d’aucunes dames de France qu’elles [...]. Solution : que le roy leur seult faire bailler [...]7.

  • 8 Ibid., p. 173.

(8) Et ou les Angloiz alleguent, comme l’en dit, qu’il est trouvé par le Vieulx Testament que [...], response que Saphat n’estoit mie roy [...]8.

  • 9 Ibid., p. 172.

(9) Et se ilz vouloient faire un autre argument de Semiramiz, que elle fu royne [...], response que c’est un cas particulier9.

14Cette ouverture du topique par un mot « subordonnant » ne peut être tenue pour un indice d’hypotaxe, dans la mesure où le commentaire ne met pas en cause le prédicat de type dire de la proposition initiale, mais le contenu que ce verbe introduit ; la portée sur le dit apparaît bien dans les exemples suivants où les expressions anaphoriques il et ceci ne renvoient pas au fait de dire, mais au discours rapporté dans le topique :

  • 10 Ibid., p. 211.

(10) Et se Edouart disoit que par le moien de ladicte fille il eust eu droit [...], il ne se pouoit faire, car ladicte fille [...]10.

  • 11 Ibid., p. 213.

(11) Et se on dit que le roy de France s’y lia et obliga [...], ceci est vrai quant on le fait en liberté et a bonne et juste cause11.

15Dans la mesure où Jean de Montreuil a également rédigé une version de ses textes en latin, on pourrait certes considérer que son écriture est directement influencée par la tradition latine. Des constructions identiques se rencontrent néanmoins également dans d’autres œuvres moins nettement latinisantes. Il en est ainsi, par exemple, chez Christine de Pisan ou chez Juvénal des Ursins, avec des emplois de que (sur le fait que) correspondant au quod de l’exemple 5 :

  • 12 Christine de Pisan, Le Livre du corps de policie [1406-1407], Robert H. Lucas (éd.), Genève / Pari (...)

(12) Et que telle chose soit agreable à Dieu dit le Psalmiste que [...]12.

  • 13 Ibid., p. 79.

(13) Mais qu’elle soit vraye et qu’il en ait esté des expers en icelle, racompte Aristote que [...]13.

  • 14 Juvénal des Ursins, Loquar in tribulacione [1440], Écrits politiques, Peter Shervey Lewis (éd.), 2 (...)

(14) que vous en ayés été adverty, vous savés que vous avez fait assembler voz trois estats avant votre sacre [...]14.

16Que la situation de dialogue à laquelle renvoient ces textes soit réelle ou jouée, demeure constante la nécessité de rapporter un discours autre et de prendre position sur son contenu. L’aspect dialogal n’est certes pas présent avec la même explicitation, pourrait-on dire, dans tous les textes argumentatifs de l’époque – on pense par exemple aux textes de Christine de Pisan ou de Juvénal des Ursins que nous venons de citer –, mais l’appui sur l’autorité d’autrui, le recours à la citation commentée sont des procédés fondamentaux, indispensables, qui mettent en jeu l’opération de topicalisation de la même manière que dans les textes en latin. Il ne s’agit plus d’enchaîner des énoncés du type :Si / comme vous me dites que P1, je réponds que P2, mais de renvoyer, dans un mouvement énonciatif identique, à des organisations comme : Si / comme certains prétendent que P1, je réponds que P2 ou Puisque certains ont dit que P1, je peux affirmer que P2. Il est intéressant de noter la fréquence, en tête du commentaire, d’expressions renvoyant au point de vue de l’énonciateur, qu’il s’agisse de verbes de parole ou de jugement, comme si la séquence topique / commentaire était étroitement associée au dialogisme. Ce type d’organisation est quasiment systématisé, en tant que routine discursive, dans une œuvre comme Le Livre du ciel et du monde de Nicole Oresme, où le topique est régulièrement suivi d’expressions comme je dis que..., il (me) semble que... :

  • 15 Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde [1377], Alexander J. Denomy et Albert D. Menut (éd.), (...)

(15) Au secont, des estoilles commees etc., je di que ce n’est pas samblable, car Aristote monstre comment [...]15.

  • 16 Ibid., p. 526.

(16) Quant au second point, se ce povoit estre montré par raisons : il me semble que ce seroit par celles qui ensuient ausquelles je respondray telement que [...]16.

  • 17 Ibid., p. 583.

(17) Au premier argument ou il est dit que [...], je di que [...]17.

  • 18 Ibid., p. 530.

(18) Et quant au tiers point, je veul metre persuasions ou raysons par quoy il sembleroit que la terre soit meue comme dit est18.

17Dialogisme, donc, entre l’énonciateur et des locuteurs plus ou moins identifiés, sur les propos desquels va être élaboré un commentaire, d’ordinaire une réfutation. C’est cette situation particulière qui explique, nous semble-t-il, le fonctionnement syntaxique des topicalisations ; il ne faudrait pas considérer – qu’il s’agisse des textes latins ou des textes français – que les énoncés que nous venons de citer représentent des structures liées, dans lesquelles les divers constituants entretiendraient des relations de dépendance étroite. Bon nombre d’indices linguistiques font bien apparaître le statut du syntagme topicalisé, qui se trouve davantage dans une relation de parataxe avec le contexte de droite que dans une situation d’intégration.

18Une telle structuration dialogique des énoncés n’est guère représentée dans le texte narratif médiéval qui n’ignore évidemment pas le discours rapporté, mais ne construit pas un commentaire portant sur les propos relatés. On peut voir dans le développement de ce type de topicalisation une caractéristique importante du codage, par des faits de langue, de certains aspects de la démarche argumentative, en particulier de l’opération de réfutation. Dans la mesure où argumenter présuppose qu’est déterminé un point de vue par rapport auquel se prend une position, la polyphonie est inhérente à ce type de discours et le statut périphérique des constructions topicalisées peut être considéré comme un indice du dialogisme sous-jacent. L’intégration de ce constituant périphérique que constitue le topique s’effectuera peu à peu, dans le cadre de la structuration progressive de la phrase complexe (Combettes, 1996) ; évolution qui participe au mouvement général vers la hiérarchisation plus marquée des divers niveaux syntaxiques de l’énoncé.

L’ORGANISATION THÉMATIQUE

19Une autre question, qui concerne l’ensemble de la séquence argumentative, est constituée par l’organisation du niveau informatif, plus particulièrement par le système des progressions thématiques. Liée en partie aux faits de topicalisation, cette question dépasse elle aussi le cadre strict de l’argumentation et se retrouve également dans le cas du texte descriptif. Il convient, sur ce point, d’opposer une organisation du texte qui continue celle de la prose narrative de l’ancien français et une autre conception de la cohérence discursive et de la textualité, qui traite les passages de second plan comme des unités autonomes signalées par un marquage spécifique. Nous rappellerons rapidement que, dans les textes narratifs de l’ancien français, le second plan – qu’il s’agisse de descriptions à proprement parler ou de commentaires – apparaît comme subordonné au premier plan, comme dépendant de la structuration chronologique du récit. Souvent réduit aux dimensions d’une subordonnée, relative ou circonstancielle, le second plan, même lorsqu’il s’étend sur plusieurs propositions successives, n’en est pas moins construit sur les progressions thématiques caractéristiques de la narration, la progression à thème constant et la progression à thème linéaire, organisations qui, dans les deux cas, établissent une cohérence interphrastique étroite, à courte distance, chaque énoncé s’articulant sur le contexte immédiat. Ce statut du second plan se maintient durant la période du moyen français, comme en témoigne cet extrait du Cuers d’amours espris de René d’Anjou :

  • 19 René d’Anjou, Le Livre du cuer d’amours espris [1457], Susan Wharton (éd.), Paris, Union générale (...)

(19) Ou ranc des cinq dessus nommez estoit une tombe, ou pour plus vray parler ung cercueil, car il n’estoit fait que de boys seulement, neantmoins qu’il avoit par-dessus ung drap d’or [...] sur lequel drap d’or avoit une grant blanche croix [...] et ou chief de la tombe avoit ung carreau de satin [...] ouquel avoit lettres brodees19.

20Ici la progression linéaire, qui permet de passer d’un élément de la description à un autre, repose sur des structures syntaxiques présentatives dont les formes verbales sont de type il y a.

21Commence toutefois à apparaître, à la même époque, la systématisation de la progression à hyperthème, qui suppose la conception et la compétence d’une cohérence plus large, prenant comme cadre une séquence textuelle présentée comme telle. Ainsi, dans une œuvre comme celle que nous venons de citer, si la plupart des descriptions sont construites sur une progression linéaire ou sur une progression à thème constant, quelques passages annoncent déjà le nouveau type d’organisation ; la description suivante détaille par exemple divers aspects du lever du jour sans utilisation d’un enchaînement linéaire qui mettrait en relation les référents successivement évoqués :

  • 20 Ibid., p. 108.

(20) Si virent lors l’air net et pur sans vent et sans nuée, et le jour gagnoit la nuit fortment, en soi esclardissant par façon que la lune n’avoit clarté qui peust plus le cler jour surmonter, et ja les oiselets s’appeloient l’un l’autre. D’autre part la mer estoit coye et sereine et ne bruyoit en façon nulle ne que fist ung estang. Les mouettes aussi commencerent à voler par-dessus la marine, et d’autres si trottoient sur le sablon menu que beau les faisoit veoir. Le jour tant s’efforça qu’il envoya coucher la lune et les estoiles, si que plus nulles ou ciel n’apparaissoit20.

22Toutes proportions gardées, une situation identique se laisse percevoir dans le texte argumentatif. Observons par exemple le commentaire qu’élabore Oresme sur sa traduction de 1370 du Livre de politiques d’Aristote. Certains passages sont construits selon les principes d’une cohérence étroite, à courte distance, pourrait-on dire, qui généralise les enchaînements interphrastiques caractéristiques du texte narratif tels que ceux que nous avons illustrés plus haut :

  • 21 Aristote, Le Livre de politiques, Nicole Oresme (trad.), Albert D. Menut (éd.), Philadelphie, Amer (...)

(21) Car lors est temps que le filz soit marié [...]. Et apres ce temps le père et le mere, pour l’impotence de eulz, ont mestier de l’aide des enfans. Et pour ce convient-il que l’amisté [...] soit perpetuelle [...]. Et ce est une des causes naturelles pourquoy [...]21.

  • 22 Ibid.

(22) Je dis doncques que ce chapitre est à entendre de l’office honorable de ceulz qui traictent et ministrent les sacrefices [...]. Et ce est selon raison naturelle ; car les choses divines sont tres nobles et tres dignes. Et doncques seroit inconvenient que elles fussent traictees ou ministrees par gens deshonestes [...]. Et par ce sont exclus de tel honneur sacerdotal gens qui ont deffaute en nativité [...]22.

23Ainsi, dans ces extraits, la progression thématique est une progression à thème linéaire, qui entraîne un développement par digression, un référent ou le contenu d’une proposition se trouvant immédiatement repris, d’ordinaire à l’aide d’un démonstratif anaphorique, comme point de départ de l’énoncé suivant. Il en va autrement dans des passages qui sont construits sur une progression à thèmes dérivés, l’hyperthème étant constitué par les termes généraux difficultés et causes :

  • 23 Ibid., p. 432.

(23) Et apres sont. ii. difficultés : une est comment [...] ; l’autre est comment [...]23.

  • 24 Ibid., p. 440.

(24) Je di premierement que il ne fait au ciel quelcunque chaleur pour. ii. causes : une est car [...]. Une autre cause est car [...]24.

  • 25 La topicalisation correspond à une relation d’à-propos, le topique, à statut syntaxique d’élément (...)

24L’origine de ce deuxième type d’organisation, qui procède, du point de vue syntaxique et du point de vue discursif, par topicalisation et non par thématisation25, n’est pas à rechercher dans le texte narratif, mais dans l’argumentation scolastique qui systématise cette organisation en sous-parties d’un ensemble constituant le topique de discours. Ces alternances entre deux types de progression ne se limitent pas aux gloses ; les autres genres discursifs les présentent également, à des degrés divers. L’ouvrage de Chartier, Le Livre de l’espérance, mêle ainsi des développements où l’on retrouve l’organisation de type narratif avec la progression à thème constant (exemple 25), et des passages comme l’extrait 26, dans lequel cinq référents abstraits sont introduits dans la première proposition, chacun d’entre eux étant repris ensuite dans une progression à thèmes dérivés :

  • 26 Alain Chartier, Le Livre de l’espérance [1428], François Rouy (éd.), Paris, Honoré Champion, 1989, (...)

(25) Une tierce illegitime esperance deçoyt les foulz [...] Là s’arrestent gens oultrecuidez [...]. En ceste deception gist le comble de la folie [...]26.

  • 27 Ibid., p. 96 ; nous soulignons.

(26) En lui [David] trouvons nous les dons de science et de crainte, de sapience et de pitié, de force d’entendement et de conseil, qui sont la fécondité et la largesse du Saint Esperit. Par science il cogneust les incertaines espérances des mondains, par sapience la certaine expectation des biens du ciel. Crainte le fist retourner vers soi mesme à cognoistre sa propre fragilité. Et pitié l’enclina à considerer par passion la infelicité d’autrui. Force l’esvertua à resister perseveramment [...]. Entendement l’esclarcy à discerner [...]. Et conseil l’adressa à eslire la partie plus salutaire27.

25La même structuration thématique peut être observée dans l’extrait suivant où l’hyperthème évoqué dans la première phrase se trouve développé en une séquence de sous-thèmes constituée de propositions qui énumèrent les divers aspects de la « male mescheance » :

  • 28 Ibid., p. 20 ; nous soulignons.

(27) Et toi, pour quoi veulx tu vieillir en telle male mescheance, et vivre en souhaitant la mort tous les jours ? La chevalerie de ton païs est perie et morte ; les estudes sont dissipees ; le clergié est dispers et vague et opprimé [...] les citoyens sont despourvus d’esperance [...] l’ordre est tournee en confusion et loi en desmesuree violence ; juste seigneurie et honneur dechiet ; obeissance ennuie ; pacience fault ; tout tombe et fond en l’abisme de ruine et desolation28.

26Il en va de même dans les gloses que Nicole Oresme ajoute à la traduction du Livre de politiques. Dans l’exemple suivant, c’est une progression à hyperthème qui permet d’énumérer les « dix choses » sur lesquelles sont fondées les institutions publiques, alors que le premier thème dérivé (la « compugnation ») est le point de départ d’une progression à thème constant qui s’étend sur trois propositions :

  • 29 Aristote, Le Livre des politiques, op. cit., p. 335.

(28) Il nombre ici dix choses sus quoy sont les conseulz publiques. Et par compugnation il entend confederations et alliances a gens d’autre cité ou royalme pour deffendre et aider les uns as autres. Et telle chose les anciens romains appelloient societé. Et de ce fu dit en le ixe chapitre du tiers. Et dissolution, ce est deffaire telles alliances. Et quant il dit des loys, ce est assavoir de les mettre et corriger et muer. Et de ce qu’il dit de mort et de chacier hors, ce est a dire a savoir se il est expedient que d’aucuns soient mis a mort ou envoiés en exil par relegacion. Et par populacion, selon un expositeur, il entent comme la cité sera peuplee [...]29.

*

27En conclusion de ces quelques aperçus de l’émergence du texte argumentatif en français, nous soulignerons la nécessité de rattacher les aspects linguistiques de cette évolution, qu’il s’agisse du traitement de la polyphonie ou de l’organisation thématique, aux changements concernant la compétence textuelle des locuteurs et la conception de l’organisation discursive, ces changements étant eux-mêmes liés à des modifications plus générales dans l’ordre de la représentation : si l’émergence d’un second plan autonome est sans doute favorisée par la nature même du texte argumentatif, on ne peut pas négliger les aspects non linguistiques de la question. On rappellera que la conception même de la dichotomie premier plan / second plan ne doit pas être restreinte au domaine de la cohérence textuelle, mais concerne, transversalement, tous les systèmes de représentation ; ainsi est-il intéressant de noter que c’est la fin du xive siècle qui voit la naissance du paysage comme genre pictural indépendant (Roger, 1997 ; Cauquelin, 2000), ce qui ne peut être sans relation avec les modifications de la compétence discursive. Sur un tout autre plan, ce sont les liens avec le changement linguistique qu’il est nécessaire de déterminer. Il semble difficile de considérer que l’émergence d’un nouveau type de codage puisse aller à l’encontre des tendances de fond de l’évolution de la langue. Ainsi, d’un point de vue syntaxique, l’étude devra par exemple porter sur le passage d’un enchaînement de type paratactique reflétant le dialogisme, à la construction d’une structure complexe qui met en œuvre des relations de dépendance entre propositions et qui ne fait qu’obéir en cela au mouvement conduisant à la hiérarchisation progressive des constituants de l’énoncé.

Bibliografia

Références bibliographiques

Bazan Bernardo Carlos et al., 1985, Les Questions disputées et les questions quodlibétiques dans les facultés de théologie, de droit et de médecine, Tournai, Brepols.

Bazin-Tacchella Sylvie, 2004, La Traduction française du xve siècle de la « Chirurgia magna » de Guy de Chauliac, mémoire d’HDR, Université Paris-IV.

Cauquelin Anne, 2000, L’Invention du paysage, Paris, Presses universitaires de France.

Combettes Bernard, 1996, « L’intégration syntaxique de la subordonnée conjonctive topicalisée en français : approche historique », dans Claude Muller (dir.), Dépendance et intégration syntaxique : subordination, coordination, connexion, Tubingue, Niemeyer, p. 89-96.

Combettes Bernard, 2002, « Texte argumentatif et structures syntaxiques en moyen français : la topicalisation d’une proposition », Linx, numéro spécial « Mélanges Michèle Perret », Dominique Lagorgette et Marielle Lignerieux (dir.), p. 85-95.

Combettes Bernard, 2004, « Topicalisation d’une proposition et réfutation : approche diachronique », dans Jean-Michel Adam, Magid Ali Bouacha et Jean-Blaise Grize (dir.), Texte et discours : catégories pour l’analyse, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 93-103.

Glorieux Palémon, 1925-1935, La Littérature quodlibétique, 2 vol. Le Saulchoir Kain, Revue des sciences philosophiques et théologiques, « Bibliothèque thomiste ».

Roger Alain, 1997, Court traité du paysage, Paris, Gallimard.

Sot Michel (dir.), 1997, Histoire culturelle de la France, 1. Le Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil.

Weijers Olga, 1995, La « Disputatio » à la Faculté des arts de Paris (1200-1350 environ), Tournai, Brepols.

Weijers Olga, 1996, Le Maniement du savoir. Pratiques intellectuelles à l’époque des premières universités ( xiiie-xive siècles), Tournai, Brepols.

Note

1 « Si, en ce qui concerne l’aspect nécessaire de la foi, il faut supposer une autre forme essentielle dans le Christ [...]. On argumente ainsi : parce que [...]. Contre : parce que [...]. Réponse : il faut dire que [...]. » (Jacques de Thérines, Quodlibets I et II, Palémon Glorieux (éd.), Paris, Vrin, 1958, p. 72) Les traductions des citations latines sont de moi.

2 « Et lorsqu’on dit que le vrai et le faux [...] – je réponds : le vrai [...]. » (Pierre de Falco, Questions disputées ordinaires, Alexandre-Jean Gondras (éd.), 3 vol., Louvain, Nauwelaerts, 1968, vol. 1, p. 107)

3 « Si on dit que la matière est faite [...], alors je dis que la matière a pu [...]. » (ibid., p. 240)

4 « [Sur le fait] qu’on objecte au sujet de l’âme que [...], nous disons que [...]. » (Guerric de Saint-Quentin, Quaestiones de quolibet, W.H. Principe, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 2002, p. 190)

5 « [Sur le fait] qu’il dit qu’Aristote estime [...], c’est faux. » (Jacques de Thérines, Quodlibets I et II, op. cit., p. 114)

6 Jean de Montreuil, Traités contre les Anglais [1406-1417], Opera 2 : L’Œuvre historique et polémique, Nicole Grévy, Ezio Ornato et Gilert Ouy (éd.), Turin, G. Giappichelli, 1975, p. 168.

7 Ibid., p. 172.

8 Ibid., p. 173.

9 Ibid., p. 172.

10 Ibid., p. 211.

11 Ibid., p. 213.

12 Christine de Pisan, Le Livre du corps de policie [1406-1407], Robert H. Lucas (éd.), Genève / Paris, Droz / Minard, 1967, p. 5.

13 Ibid., p. 79.

14 Juvénal des Ursins, Loquar in tribulacione [1440], Écrits politiques, Peter Shervey Lewis (éd.), 2 vol., Paris, Klincksieck, 1978, vol. 1, p. 320.

15 Nicole Oresme, Le Livre du ciel et du monde [1377], Alexander J. Denomy et Albert D. Menut (éd.), Londres, University of Wisconsin Press, 1941, p. 434.

16 Ibid., p. 526.

17 Ibid., p. 583.

18 Ibid., p. 530.

19 René d’Anjou, Le Livre du cuer d’amours espris [1457], Susan Wharton (éd.), Paris, Union générale d’éditions, 1980, p. 145 ; je souligne.

20 Ibid., p. 108.

21 Aristote, Le Livre de politiques, Nicole Oresme (trad.), Albert D. Menut (éd.), Philadelphie, American Philosophical Society, 1970, p. 335.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 432.

24 Ibid., p. 440.

25 La topicalisation correspond à une relation d’à-propos, le topique, à statut syntaxique d’élément périphérique, servant de support à un commentaire (quant à X, P), alors que la thématisation concerne la disposition des constituants en fonction des degrés du dynamisme communicatif sur l’échelle connu / nouveau et participe en particulier au marquage de la liaison avec le contexte antérieur.

26 Alain Chartier, Le Livre de l’espérance [1428], François Rouy (éd.), Paris, Honoré Champion, 1989, p. 104.

27 Ibid., p. 96 ; nous soulignons.

28 Ibid., p. 20 ; nous soulignons.

29 Aristote, Le Livre des politiques, op. cit., p. 335.

Autore

Professeur émérite de linguistique française à l’Université de Lorraine. Il est l’auteur de travaux sur la diachronie du français (ancien et moyen français), en particulier dans le domaine syntaxique et dans celui de la grammaticalisation. Il est également spécialiste de linguistique textuelle, avec des études portant sur la structure informationnelle et l’organisation du discours.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540