Version classiqueVersion mobile

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

De quelques modalités linguistiques de la textualisation

Énonciation et genèse d’un texte : élaboration sémantique et textualisation

Irène Fenoglio

Texte intégral

1En quoi l’observation du processus de mise en énonciation sur un brouillon manuscrit permet-elle de comprendre quelque chose à la production de sens, à l’émergence sémantique au cours de la textualisation ? Telle est la question à laquelle nous tenterons de répondre.

2Trois strates constituent la matérialité analysable. Le manuscrit est l’arrêté d’une série de métamorphoses : hésitations, reprises, repentirs, etc. Ces métamorphoses sont le fruit d’un travail psychique, cognitif et gestuel de la part de l’écrivant qui laisse des traces matérialisées graphiques sur le manuscrit. Ce manuscrit est un brouillon lorsqu’il est replacé dans un ensemble en liaison avec un texte final ; le généticien du texte en observe les traces et les analyse. Le texte final – c’est-à-dire fini et publiable, sinon publié – n’est pas le produit d’une intention continue et homogène, il n’est pas le seul produit d’une stratégie d’élaboration linguistique. Il est le résultat de divers élans d’inscription qui, dès qu’ils sont perçus par le scripteur comme énoncés sont soumis à d’éventuelles ratures, reprises, reformulations...

3Le linguiste, face à ce matériau complexe, s’attache à analyser la façon dont un désordre apparent est imposé au discours, voire à la langue, dans l’énoncé en cours de réalisation et s’efforce d’y retrouver le processus d’énonciation. Il relève tous les détails linguistiques qui lui permettront de comprendre le fonctionnement processuel de l’écriture en acte et les procédures énonciatives du texte en train de se faire. L’interrogation est ainsi déplacée du texte fini vers sa genèse, de la structure d’un texte clos sur sa cohérence lisible vers le processus de textualisation et l’élaboration linguistique d’un style. L’espace d’observation privilégié est celui de la linéarité en tant qu’elle est désordonnée. Cette linéarité brouillée, momentanément démultipliée, s’inscrivant sur plusieurs lignes implique-t-elle rupture ? Le fil rouge que nous suivrons dans cette étude est de faire apparaître que la linéarité graphique ne s’identifie pas à la linéarité linguistique, plus précisément, que la multiplication diversifiée des lignes graphiques visibles sur un manuscrit n’implique pas la perte de la linéarité linguistique.

TRACES GRAPHIQUES ET TEXTUALISATION

4Nous entrons là dans le cœur du texte et de son élaboration énonciative – traces de l’élaboration psychique impliquant tout à la fois cognition, inconscient, supports, instruments. Une première distinction est à opérer : celle entre la matérialité du manuscrit et le texte qu’il porte. Le manuscrit est un objet constitué de divers éléments qui ont divers statuts et qui de ce fait participent de logiques différentes. Il peut ainsi être à la fois, sur le plan cognitif de l’observation, selon le regard qui est porté sur lui et le point de vue adopté : un objet précieux (pour le collectionneur), un objet fragile (pour le chercheur généticien), un simple brouillon à jeter (pour tel auteur), une image complexe, le support d’un texte ou de plusieurs textes, un texte ou une épaisseur de plusieurs textes, notamment dans un discours qui oppose texte publié et texte manuscrit, et là surgit toute la question de l’édition dont on peut aussi faire la genèse (Adam, 2009).

  • 1 Il ne peut être considéré comme texte que dans la mesure où le chercheur l’a stabilisé comme tel, (...)

5Le texte issu du manuscrit1 – « extrait » – est constitué de la matérialité des traces des différentes séances d’écriture opérées la plupart du temps par un seul écrivant ; il porte les traces d’opérations énonciatives qui, en termes de scription, sont réductibles aux quatre opérations d’ajout, suppression, déplacement, remplacement. Stabiliser différentes strates de traces, d’écriture, de ratures, de biffures, de surcharge, de repentirs, etc. – tâches du linguiste généticien –, c’est opérer un véritable travail d’archéologue : repérer et établir la chronologie des éléments tracés, fouiller à la loupe le non-visible à l’œil nu, ordonner dans l’espace les ajouts éparpillés sur la feuille ou feuillet, bref, reconstituer un puzzle dont l’espace verbal serait le texte en train de se faire.

6Le manuscrit-texte ainsi reconstitué (c’est-à-dire considéré hors support et non en tant qu’objet) est un ensemble sémiotique composé du graphique verbal identifiable comme tel et de graphismes non identifiables en eux-mêmes. Bien que ne nous interrogeant que sur le verbal énonciatif, nous n’évacuons, au départ, aucune des traces graphiques : à partir du moment où un élément de l’une de ces traces participe à l’élaboration énonciative, nous devons en tenir compte, notamment sur le plan sémantique. En effet, les traces d’élaboration scripturale exposent le travail sémantique du scripteur-énonciateur ; autrement dit, dans le processus d’écriture, on peut montrer comment s’opère la confrontation entre le sémiotique et le sémantique – au sens donné par Émile Benveniste – sur laquelle nous allons revenir. Nous qualifions les traces graphiques de linguistiques dans la mesure où elles entrent dans une configuration énonciative descriptible. En effet, au verbal s’ajoutent parfois des possibilités graphiques qui, isolées, ne constitueraient pas une forme ou un élément linguistiques, mais qui, conjuguées aux formes linguistiques écrites normées, repérables – prises elles-mêmes dans une configuration énonciative –, participent, en discours, des formes linguistiques.

  • 2 Document reproduit avec l’aimable autorisation de l’IMEC.

7Dans l’exemple suivant, note prise par Andrée Chedid sur un carnet de travail conservé à l’IMEC (voir Fenoglio, 2003), on voit apparaître de l’oral intériorisé écrit2 :

Ill. 1. IMEC, fonds Andrée Chedid, cote CHD.

  • 3 À l’oral, la correction aurait exigé la reprise phonique du dernier segment : « plus vivre ».

8La relecture immédiate faite au moment de l’écriture permet à l’écrivain en train d’écrire d’entendre sa propre phrase. Est alors perçue l’ambiguïté possible entre ne plus vivre (oralisé) et vivre plus. Le signe « + », non linguistique, double le mot « plus » pour le sémantiser. En effet, transcrit en langue, l’adverbe plus peut appartenir à deux paradigmes différents : plus / moins ou ne plus / encore. Le support écrit permet à l’écrivant, sans répéter la phrase ni le dernier segment3, d’utiliser un signe graphique pour « désambiguïser ». Ce faisant, les deux sens opposés possibles en langue sont donnés, l’un in abstentia (ne plus), l’autre in praesentia (plus), et le choix de l’écrivant est affirmé.

SÉMIOTIQUE ET SÉMANTIQUE

  • 4 Dans les transcriptions qui suivent, les ratures et les soulignements sont respectés, les ajouts i (...)

9Comment le sens vient-il au, est-il dans, est-il produit par le texte ? C’est bien cette triple question qui nous intéresse dans une étude génétique. Faisons tout d’abord une incursion dans les manuscrits de travail d’Émile Benveniste. Dans une note de préparation de son dernier cours au Collège de France (1er décembre 1969) portant sur la sémiotique nous pouvons lire sous le titre « Meaning4 » :

  • 5 « Meaning », fonds Benveniste, Bibliothèque nationale de France, pap. or., boîte 58, env. 249, f.  (...)

Le problème sera : comment les différents éléments de la langue signifient-ils ?
Le « sens » d’un mot est-il le « sens » d’une proposition ?
Le « sens » d’une proposition est-il le « sens » d’un morceau, d’un chapitre ?
Il y a de toute évidence des distinctions à établir. [...]
Disons tout de suite qu’un énoncé n’a de « sens » que dans une situation donnée, à laquelle il se réfère. Il ne prend sens que par rapport à la situation, mais en même temps il confirme cette situation.
Il faut donc distinguer les éléments de l’énoncé5.

10Sur un autre feuillet, dans la préparation du même cours, nous pouvons lire :

  • 6 Ibid., f. 141 ; Benveniste, 2012, p. 142.

Je continue l’étude commencée l’année dernière le sens dans la langue ou notions qui n’ont pas encore de dénominations fixes : sémantique sémiotique, sens, meaning. Quel est ce pouvoir mystérieux ? [...]
Impossibilité de passer du signe à la phrase. Impossibilité de faire coïncider cela avec distinction de langue et parole parce que le signe est discontinu, la phrase est continue.
L’énonciation n’est pas une accumulation de signes : la phrase est d’un autre ordre de sens6.

11Ces remarques de cours (qui seront, pour certaines, reprises dans l’article « Sémiologie de la langue » [Benveniste, 1974]) justifient l’analyse génétique de l’énonciation : observer la façon dont l’énonciation s’élabore en linéarisant sur une portée à plusieurs niveaux des signes, sans les cumuler, en les échangeant, les retirant, les ajoutant, pour faire, finalement, une phrase ayant du sens.

12Voici comment pédagogiquement, dans ce même cours, Benveniste explicite le passage du signe saussurien à la production énonciative :

  • 7 Ibid., f. 148-149 ; Benveniste, 2012, p. 143.

Sont du sémiotique tous les systèmes manifestant des consistant en des oppositions dans un ensemble clos : les classifications, taxinomies, signaux, etc.
En rangeant la langue dans ces systèmes, en l’articulant par le signe, Saussure l’a paradoxalement rangée parmi les systèmes non signifiants, ceux dont les éléments ne signifient rien par eux-mêmes (sons, couleurs, signaux) et n’existent que dans des oppositions, entités oppositives [...].
À ce système s’oppose dans la langue un autre système (ou est-ce vraiment un système ?) celui du « vouloir-dire » qui est lié à la production et à l’énonciation des phrases.
On aperçoit donc une distinction entre deux mondes et deux linguistiques : le monde des formes d’opposition et de distinction, le sémiotique, qui s’applique à des inventaires clos, et s’appuie sur des critères de distinctivité, plus ou moins élaborés. [...]
L’autre monde est celui du sens produit par l’énonciation = sémantique7.

13Dans le brouillon de l’article « Sémiologie de la langue », la réflexion continue, plus élaborée, plus écrite :

  • 8 « Sémiologie de la langue », fonds Benveniste, Bibliothèque nationale de France, pap. or., boîte 5 (...)

Il y a donc un modelage sémiotique que la langue exerce et dont on ne conçoit pas que le principe se trouve ailleurs que dans la langue ; la nature de la langue, sa fonction représentative, son pouvoir dynamique, son rôle dans la vie de relation font d’elle la grande matrice sémiotique, la structure modelante dont les autres structures reproduisent les traits et le mode d’action. [...] Tout au contraire à l’inverse : cette situation privilégiée de la langue dans l’usage expérience l’ordre pragmatique est une conséquence, non la une cause, de sa prééminence sémiotique comme système signifiant. Celle-ci doit avoir un remonter à un principe sémiologique qu’il nous faut découvrir dans sa singularité., et de cette prééminence seul un principe sémiologique peut rendre raison. Nous le découvrons en prenant conscience de ce fait que la langue signifie d’une manière spécifique et qui n’est qu’à elle, d’une manière qu’aucun autre système ne reproduit. Elle est investie d’une double signifiance. C’est là ce qui fait d’elle <proprement> un modèle sans analogue. La langue rassemble combine deux modes distincts de signifiance, que nous appelons le mode sémiotique d’une part, le mode sémantique de l’autre.
Le sémiotique désigne le mode de signifiance qui est propre au linguistique et qui le constitue comme unité. On peut, pour les besoins de l’analyse, considérer séparément ses deux faces, mais, dans sous le rapport de la signifiance, unité il est, unité il reste. La seule question qu’il suscite pour se légitimer est celle de son existence et celle-ci se décide par oui ou par non. [...] Base signifiante de la langue, matériau nécessaire de l’énonciation il est reçu reconnu comme signifiant par l’ensemble des membres de la communauté linguistique [...].
Avec le sémantique, nous entrons dans le mode <spécifique> de signifiance qui est engendré par le discours. Les problèmes qui se posent ici sont fonction de la langue comme productrice de messages. Or le message ne se réduit pas à une succession de signes à identifier séparément ; ce n’est pas une addition de signes qui produit le sens, c’est au contraire le sens (l’« intenté ») qui est donné <en> premier conçu globalement qui se réalise et se divise en « signes » <particuliers, qui sont les mots>. [...] Le sémantique s’identifie au monde de l’énonciation et à l’univers du discours. [...]
Le sémiotique (le signe) doit être reconnu ; le sémantique (l’en le discours) doit être compris. La différence entre reconnaître et comprendre est reporté à deux correspond renvoie à deux facultés distinctes de l’esprit : celle d’identifier les membres d’un ensemble et de percevoir les identités d’une part, celle de percevoir une la une la signifiance nouvelle liée à d’une énonciation nouvelle, de l’autre8.

14Dans un brouillon, le long des repentirs de toutes sortes, la signifiance, la cohérence sémantique se poursuit pendant que se cherchent les éléments sémiotiques les mieux adaptés, la combinaison de signes la plus appropriée, sur la linéarité signifiante maintenue, la recherche par des signes repentis ou par des segments sémiotiques graphiquement en rupture linéaire, du discours faisant texte.

TEXTUALISATION ET GENÈSE DE L’ÉNONCIATION

15On entendra par textualisation le processus énonciatif de mise en ordre des éléments de langue. L’analyse énonciative repère ces éléments linguistiques et permet de les « reconnaître » et d’en expliciter les enjeux. Autrement dit, l’analyse énonciative déplie la synchronie textuelle. L’analyse génétique d’une suite de tentatives successives formant l’avant-texte d’un texte finalement stabilisé expose la diachronie de l’élaboration énonciative, autrement dit, la recherche au niveau du sémiotique de la production sémantique.

16L’écrit est saturé énonciativement ; on ne peut que le déplier, en exposer la configuration dans la distinction de ses éléments, pour en apercevoir la complexité, mais non le simplifier, car la forme énonciative fait le contenu et son sens, fait l’écrit. Exposer la configuration énonciative, cela ne signifie pas extraire des éléments car l’extraction dénaturerait la configuration qui tient le discours-texte. A fortiori si l’on veut étudier la genèse, chaque élément essentiel doit être considéré dans son emprise énonciative. Il est possible, en revanche, de choisir des points de vue (éléments syntaxiques, éléments lexicaux, tel ou tel type de marqueurs...), mais en sachant qu’il s’agit d’un point de vue qui ne permettra pas de séparer les éléments de l’ensemble.

17L’exemple suivant, extrait d’un brouillon de Nancy Huston, devrait nous permettre de faire apparaître cela :

Ill. 2. Extrait du manuscrit de Visages de l’aube, collection privée.

  • 9 Nancy Huston, Visages de l’aube, Arles / Montréal, Actes sud / Leméac, 2001. Voir le commentaire d (...)

C’est moi qui l’ai trouvée.
Faut-il le lui dire, si près du début de la lettre ? Oui, se dit Mme Armande.
Je ne suis pas en train d’écrire un roman à suspense.
C’est moi qui l’ai vue la première, Robin, à sa naissance, et c’est moi qui l’ai trouvée morte.
Elle rature, dans sa tête, le mot de morte ; l’ai trouvée suffit – puis le remet, le rature encore, ce n’est pas nécessaire, c’est clair, il a compris, j’ai déjà dit qu’elle était morte, le remet9.

18Le passage du texte publié met en scène l’écriture d’une lettre. Sur le support du brouillon, à l’intérieur de cette mise en scène énoncée en fiction, on peut voir l’exhibition du geste d’écriture qui a accompli cette énonciation. On s’aperçoit, alors, qu’à la mise en abyme énonciative – écriture de l’écrire et, du point de vue linguistique, méta-énonciation écrite d’une énonciation scripturale – s’ajoute la monstration du geste psychique d’écriture dans son processus même (« Elle rature, dans sa tête »).

19Sur un même support de brouillon, nous pouvons distinguer deux états correspondants à deux moments successifs d’écriture. Premier mouvement d’écriture :

C’est moi qui l’ai vue la première, Robin, et c’est moi qui l’ai trouvée. morte morte.
Elle n’arrive pas à ajouter le mot Elle ajoute, dans sa tête, le mot « morte » – l’ai trouvée morte – puis la rature, encore, ce n’est pas nécessaire, c’est clair, il a compris, j’ai déjà dit qu’elle était morte ; le remet.

20Deuxième mouvement d’écriture :

C’est moi qui l’ai vue la première, Robin, <<à sa naissance>> et c’est moi qui l’ai trouvée. morte morte.
Elle narrive pas à ajouter le mot Elle ajoute, <rature>, dans sa tête, le mot <de> « morte » – l’ai trouvée morte <suffit> – puis la rature <le remet, le rature>, encore, ce n’est pas nécessaire, c’est clair, il a compris, j’ai déjà dit qu’elle était morte ; <elle> le remet.

21Que remarque-t-on en observant la genèse de cette énonciation, autrement dit en observant l’énonciation en train de se textualiser, en train de produire un énoncé, son énoncé ? Tout d’abord, il est clair que tout se passe autour et à propos du mot « morte ». Du point de vue lexical et syntaxique : le mot lui-même est graphé cinq fois en sept lignes, il est quatre fois attribut et une fois complément de nom ; il est représenté cinq fois aussi, une fois par le substantif générique « mot », et quatre fois par le pronom anaphorique « le » qui renvoie à « mot » qui lui-même renvoie à « morte ». Du point de vue sémantique, deux remarques peuvent être faites. Tout d’abord, en sept lignes, le mot « morte » se présente dix fois. On peut noter que dans le texte définitif, nous avons le même équilibre entre présence du mot lui-même et présence de sa représentation, seulement dans une quantité moindre : trois mentions, trois représentations. Ensuite, la rature matérialisée graphiquement a une vraie fonction dans cette élaboration ; elle impose l’opposition absolue entre deux contraires de divers statuts :

  • « Elle narrive pas à ajouter » / « Elle ajoute » : opposition entre deux propositions énonçant des opérations mentales ;
  • « ajoute » / « rature » : opposition entre deux termes représentant des opérations énonciatives ;
  • « rature » / « remet » : opposition entre deux termes représentant des gestes de scription.

22Au niveau du texte final publié, le registre adopté est celui de l’énonciation des gestes d’écriture : elle « rature », « remet », « rature encore ».

23Dans ce registre, il s’agit d’énoncer une hésitation dans le geste d’écriture, hésitation qui est promue par l’ambiguïté quant à énoncer ou non le mot morte. Cette hésitation fait ajouter, raturer, remettre, re-raturer, re-remettre. Succession réitérante de deux gestes élémentaires : grapher / barrer un mot. Dans ce cas précis, il s’agit d’un même mot. Le tableau suivant récapitule les opérations graphiques et linguistiques intervenant sur le brouillon et se fixant sur le texte publié.

Brouillon

Texte publié

– 6 mentions du mot : 4 fois « morte », 2 fois « le » ;
– 4 + 1 énonciations d’ajouts : « ajouter », « ajoute », 2 fois « remet » et « j’ai déjà dit » ;
– 3 énonciations de ratures : 3 fois « rature » ;
– au total : 14 énonciations du mot ou d’opérations sur le mot « morte ».

– 3 mentions du mot : 3 fois « morte » ;
– 2 + 1 énonciations d’ajouts : 2 fois « remet » et « j’ai déjà dit » ;
– 2 énonciations de ratures : 2 fois « rature » ;
– au total : 8 énonciations du mot ou d’opérations sur le mot « morte ».

24Cette inscription – par la rature – d’une opposition sémantique à triple niveau impose cognitivement une présence redoublée du mot dont cette opposition diversifiée est l’enjeu. Si le texte définitif est direct par rapport au texte manuscrit, c’est-à-dire synthétique (« Elle rature, dans sa tête » et suppression de tous les termes raturés) et elliptique (« l’ai trouvée suffit »), il est nourri et demeure habité par ces mouvements d’écriture complexes partagés entre l’écrivain scripteur, observateur de son geste, et le narrateur fictif de la fiction qui tente de mettre à distance cette observation. Le texte définitif est la synchronie textualisée du processus forcément diachronique de son écriture.

25Ce passage montre la conjonction entre sémiotique (lexique, syntaxe) et sémantique dans ce geste hésitant d’écriture. L’énonciation énonce le geste d’écriture du scripteur en même temps qu’elle construit un énoncé narrant l’écriture d’une lettre, en même temps que s’expose, sur la matérialité graphique du manuscrit, la complexe élaboration sémantique à partir de la transformation d’éléments sémiotiques.

26Voilà ce que seul le brouillon peut nous montrer : la butée sur ce mot – événement d’écriture – passe de l’écrivain scripteur – écrivant – au narrateur qui la reprend au compte de son personnage et la récupère en fiction. Autrement dit, la textualisation investit son propre mouvement graphique et en transforme les éléments en éléments sémantiques du discours en train de se textualiser. Le mot « morte » est balancé entre son refoulement par le sujet écrivant qui accomplit le geste d’écriture sur le manuscrit et son énonciation par le narrateur dans la fiction du texte. L’écrivain-scripteur et le narrateur se rencontrent sur ce même matériau que sont les mots de la langue : le sémiotique, mais le narrateur les récupère et leur imprime un autre niveau sémantique qui sera conservé dans le texte arrêté. Seule, l’observation du brouillon permet de comprendre l’avènement sémantique dans le texte par la lexicalisation et la syntactisation en texte du geste qui le fait advenir.

ÉVÉNEMENT D’ÉNONCIATION : L’IRRUPTION SÉMANTIQUE IMPRÉVUE

27Passons maintenant à la perspective d’un corpus complet : les manuscrits de L’avenir dure longtemps de Louis Althusser, dont seront extraites des séries d’exemples d’un même type linguistique, exposant notamment des événements d’énonciation. L’étude de genèse d’un long corpus permet d’observer la façon dont les traces graphiques s’insèrent dans leur contexte : du cotexte au contexte à dimension variable (du passage à l’œuvre et même à l’ensemble des archives disponibles). Une analyse dialectique est alors possible des effets du détail graphique sur l’ensemble du texte et par suite sur sa genèse, et inversement, il est possible de comprendre un détail ou un passage par l’ensemble du corpus manuscrit et textuel et par la connaissance des habitus énonciatifs et scripturaux de son auteur. Autrement dit, la longueur d’un discours à l’état manuscrit par un même énonciateur est précieuse ; elle permet l’exploration d’hypothèses et la vérification matérielle de celles-ci.

  • 10 Le format de cet article ne me permet pas de faire apparaître la valeur heuristique de l’étude lin (...)

28Un long travail sur les manuscrits des autobiographies d’Althusser (Fenoglio, 2007 a) m’a permis de faire un classement entre lapsus-hapax et lapsus-discours10.

Les lapsus-hapax

29Il s’agit de lapsus flagrants qui ne se présentent qu’une seule fois dans le texte. Voir l’exemple (ill. 3).

30La transcription permet de voir immédiatement que, du point de vue de l’énonciation, ce qui se passe d’intéressant se trouve au lieu de cette butée sur le mot « meurtre ». Le scripteur-autobiographe écrivant s’y reprend à quatre fois : deux essais successifs fautifs entachent irrémédiablement le mot juste, le signifiant meurtre prévu par le discours dont l’engagement linéaire était en cours.

31La première occurrence de « meurtre » est ainsi densifiée par deux signifiants n’existant pas dans le sémiotique de la langue, « pertre » et « mertre », mais reconnaissables dans l’énonciation en cours et donc surgissant du sémantique, des formes de langue reconnaissables dans la transgression qu’elles opèrent. Dans « pertre », on peut reconnaître perte et père, et dans « mertre », on reconnaît sémiotiquement meurtre et mère. Les erreurs sont successives : mertre pertre meurtre. La longue rature englobant les trois graphèmes donne à voir le travail associatif derrière le mot. Elle expose dans le déroulé sémantique ce que Benveniste appelle l’« intenté », ce développement (au sens propre du terme) sémantique ne serait pas apparu dans le texte final. La première inscription du mot « meurtre » est intimement signée par les accidents associatifs et linguistiques dont il est le lieu : hésitations, affleurements de sens non stabilisés. Il est signé aussi par la rature qui englobe les trois. Il a fait effraction dans le discours / récit qui rapportait l’éventuel meurtre d’un autre.

32Ainsi, meurtre n’est pas dédoublé bien que répété, il est clivé. Un même signifiant expose deux signifiés différents. Un signifié renvoie à un meurtre particulier – lui-même dédoublé – et, en tout cas, difficile à qualifier – s’agit-il d’un « mèricide » ou d’un « pèricide » ? –, et vient « événementer » le discours du récit où allait s’inscrire, et arrive à s’inscrire finalement un signifié discursif qui renvoie à ce meurtre éventuel dont on pourrait accuser la personne dont on rapporte le récit.

  • 11 Transcription : « Il me dit qu’il vient de faire “le tour de Paris” pour expliquer la situation à (...)

Ill. 3. Tapuscrit de L’avenir dure longtemps, IMEC, fonds Althusser, fo 174 (5)11.

33Sur le texte arrêté par les éditeurs, cette double sémantisation n’apparaît plus. Il est clair, dans ce cas, que l’observation du manuscrit expose un processus de sémantisation linguistique complexe : chaque apport sémantique passe par une inscription sémiotique tronquée linguistiquement, mais reconnaissable en langue (« per », « mer »).

Les lapsus-discours

  • 12 La liste qui suit a été fabriquée à partir d’extraits de divers feuillets. L’entourage des lapsus (...)

34Il s’agit de lapsus récurrents dont la récurrence même fait discours. Nous reprenons la plus remarquable des séries d’occurrences de ces lapsus-discours mises au jour dans notre long corpus. Dans ces occurrences12, l’auteur fait porter par un même verbe la première et la troisième personne du singulier, je et il :

Ill. 4. Extraits du tapuscrit de L’avenir dure longtemps, IMEC, fonds Althusser.

35Du point de vue du rapport entre sémiotique et sémantique, ce lapsus-discours est très intéressant. Si l’on admet qu’une part de signification vient de la répétition de son schème, on remarquera que la pertinence vient du fait qu’il distingue radicalement la textualisation de l’oral. Le sémiotique reconnaissable en langue était n’impliquerait à l’oral qu’une interprétation sémantique. Par la genèse du texte, il apparaît que deux interprétations sémantiques s’inscrivent en même temps : « j’était » est aussi bien il était. « J’était » peut être interprété comme signifiant : j’étais moi et j’était un autre. Cela rend visible exactement ce que note Benveniste en préparant son cours :

  • 13 Note pour le cours au Collège de France 1968-1969, Bibliothèque nationale de France, fonds Benveni (...)

L’écriture est le m
l’instrument de
l’auto-sémiotisation
de la langue : la
preuve est
1) le fait que deux Chinois
de dialectes différentes o / s’entendent
en écrits, non en parlé
2) que le fait que l’écriture
distingue les signes de la
langue que le parler confond
en montrant quels sont leurs
discriminateurs : vin, vingt13...

*

36La genèse d’un texte fait apparaître l’hésitation inhérente à l’écriture, le mouvement incertain qui procède au geste même d’écriture. La sémantisation au cours de la textualisation s’appuie aussi bien sur le sémiotique lexical que syntaxique, l’un comme l’autre pouvant être sollicités. Des marques linguistiques, opérations énonciatives de substitution, attestent cette hésitation.

  • 14 Il s’agit du poème « Combat » : Andrée Chedid, Rythmes, Paris, Gallimard, 2002.

37Remarquons, pour conclure, l’hésitation entre « À » et « Sur » dans le dernier vers d’un poème d’Andrée Chedid14 (ill. 5).

38Une hésitation elle-même répétée au cours des différents états du texte :

À l’autre versant du temps.
<Sur> À l’autre versant du temps.
Sur < À > l’autre versant du temps.
À / Sur l’autre versant du temps.

Ill. 5. Manuscrit du poème « Combat », collection privée.

39Cela paraît pourtant bien anodin. De fait, la substitution, réitérée, entre ces deux prépositions vient noter une hésitation profonde. Le geste d’écriture suit à la trace la posture psychique, le vouloir-dire (selon la formule de Benveniste) non assuré : le poète est-il face au versant du temps, y résistant, s’y opposant frontalement dans un face à face, ou bien tente-t-il encore de résister depuis l’intérieur de ce versant vertigineux dans lequel il est immanquablement pris ?

40Cette substitution pourrait continuer de se répéter. Elle signe l’hésitation entre deux possibles du texte ; en effet les deux prépositions peuvent indéfiniment se substituer l’une à l’autre sans que la syntaxe en souffre. Cependant, l’énoncé, lui, change chaque fois de sens. Seule la saisie sur ordinateur puis le dépôt chez l’éditeur viendra arrêter la textualisation – c’est-à-dire finir le texte. Nous avons la nette impression que l’hésitation répétée, l’ambiguïté du choix entre deux prépositions qui ne changent rien sur le syntagmatique mais tout dans le paradigmatique, sémantisent de l’intérieur le texte publié. Autrement dit, la dynamique créatrice de textualisation nourrit de l’intérieur la texture finale, autrement dit le texte et sa lisibilité.

41Sur ces divers exemples, l’analyse de l’énonciation conjuguée à la génétique textuelle avec mise au jour des quatre opérations d’écriture (ajout, suppression, remplacement, déplacement) permet une approche fine de l’élaboration du sens dans le texte, par la textualisation. La linguistique et la génétique des textes ont tout intérêt à tenter d’éclairer de leur point de vue un espace commun de rencontre : l’horizon de la genèse trouverait ses limites – donc ses contraintes et ses possibilités – entre la résistance structurante du matériau linguistique et l’indéfiniment malléable, singularisable du geste psychique d’écriture qui, par le moyen du sémiotique, veut dire, c’est-à-dire imprime le sens.

42Ce type d’étude peut être considéré comme une contribution appliquée de leur rencontre et de l’enrichissement réciproque. Une linguistique qui ne serait pas pure description de la langue, mais qui, s’appuyant sur le linguistique reconnaissable du matériau manuscrit (sémiotique), apprécierait la création énonciative incommensurable du discours (sémantique). Étudier un énoncé dans l’épaisseur des traces laissées sur les brouillons revient à établir la genèse de son énonciation. Établir la genèse, c’est déplier l’épaisseur synchronique d’un énoncé textuel fini (publié) pour faire apparaître – inscrite dans des étapes d’écriture ordonnées chronologiquement – l’élaboration énonciative en tant que processus. Étudier la genèse d’un énoncé, c’est objectiver le procès d’énonciation dont la synchronie fait le texte et ouvre le déploiement potentiel du sens.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 2009, « Récritures et variation : pour une génétique linguistique et textuelle », Modèles linguistiques, no 59, p. 23-50.

Benveniste Émile, [1969] 1974, « Sémiologie de la langue », Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, p. 43-66.

Benveniste Émile, 2012, Dernières leçons. Collège de France 1968 et 1969, Jean-Claude Coquet et Irène Fenoglio (éd.), Paris, EHESS / Gallimard / Éditions du Seuil.

Fenoglio Irène, 2003, « Entretien avec Andrée Chedid », Genesis, no 21, p. 127-140

Fenoglio Irène, 2004, « Les événements d’énonciation graphiques. Traces du fonctionnement linguistique de l’inconscient dans les manuscrits », Marges linguistiques, no 7, p. 125-139.

Fenoglio Irène, 2007 a, Une auto-graphie du tragique. Les manuscrits des « Faits » et de « L’avenir dure longtemps » de Louis Althusser, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Fenoglio Irène (dir.), 2007 b, L’Écriture et le Souci de la langue. Écrivains, linguistes, témoignages et traces manuscrites, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Notes

1 Il ne peut être considéré comme texte que dans la mesure où le chercheur l’a stabilisé comme tel, autrement dit l’a circonscrit et l’a transcrit. En ce sens, le texte issu d’un manuscrit est susceptible d’être reproduit et transmis ; cela constitue une des tâches et même une fonction de la génétique du texte.

2 Document reproduit avec l’aimable autorisation de l’IMEC.

3 À l’oral, la correction aurait exigé la reprise phonique du dernier segment : « plus vivre ».

4 Dans les transcriptions qui suivent, les ratures et les soulignements sont respectés, les ajouts interlinéaires sont signalés par des chevrons simples et les ajouts en marge par des chevrons doubles.

5 « Meaning », fonds Benveniste, Bibliothèque nationale de France, pap. or., boîte 58, env. 249, f. 154-155 ; repris dans Benveniste, 2012, p. 140-141.

6 Ibid., f. 141 ; Benveniste, 2012, p. 142.

7 Ibid., f. 148-149 ; Benveniste, 2012, p. 143.

8 « Sémiologie de la langue », fonds Benveniste, Bibliothèque nationale de France, pap. or., boîte 53, env. 221, f. 68-72.

9 Nancy Huston, Visages de l’aube, Arles / Montréal, Actes sud / Leméac, 2001. Voir le commentaire de Nancy Huston dans Fenoglio, 2007 b, p. 33-35.

10 Le format de cet article ne me permet pas de faire apparaître la valeur heuristique de l’étude linguistique des lapsus du point de vue sémantique, je renvoie, sur ce thème à mes précédents travaux : voir en particulier Fenoglio, 2004 ; 2007 b.

11 Transcription : « Il me dit qu’il vient de faire “le tour de Paris” pour expliquer la situation à tous ceux qu’il pouvait rencontrer afin de couper court à toutes les “accusations de mertre » pertre » meurtre » meurtre ou de négligence de sa part”. »

12 La liste qui suit a été fabriquée à partir d’extraits de divers feuillets. L’entourage des lapsus n’appartient pas aux manuscrits (voir Fenoglio, 2007 a)

13 Note pour le cours au Collège de France 1968-1969, Bibliothèque nationale de France, fonds Benveniste, pap. or., boîte 40, env. 80, f. 238 ; repris dans Benveniste, 2012, p. 113.

14 Il s’agit du poème « Combat » : Andrée Chedid, Rythmes, Paris, Gallimard, 2002.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. IMEC, fonds Andrée Chedid, cote CHD.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Ill. 2. Extrait du manuscrit de Visages de l’aube, collection privée.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Ill. 3. Tapuscrit de L’avenir dure longtemps, IMEC, fonds Althusser, fo 174 (5)11.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3114/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Légende Ill. 4. Extraits du tapuscrit de L’avenir dure longtemps, IMEC, fonds Althusser.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3114/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Légende Ill. 5. Manuscrit du poème « Combat », collection privée.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3114/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteur

Directrice de recherche au CNRS. Spécialiste des manuscrits de linguistes et d’auteurs contemporains, elle dirige l’équipe Génétique du texte et théories linguistiques de l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS-ENS). Elle a notamment dirigé L’Écriture et le Souci de la langue. Écrivains, linguistes, témoignages et traces manuscrites (Academia-Bruylant, 2007), les numéros « Génétique de la production écrite et linguistique » de Modèles linguistiques avec Jean-Michel Adam (vol. 30, no 59, 2009), et « Le geste linguistique » de Genesis (no 35, 2012). Elle a également édité Sur le désir de se jeter à l’eau de Pascal Quignard (Presses Sorbonne nouvelle, 2011) et les Dernières leçons. Collège de France, 1968 et 1969 d’Émile Benveniste, avec Jean-Claude Coquet (EHESS / Gallimard / Seuil, 2012).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search