Version classiqueVersion mobile

Genèse de l’hôpital moderne

 | 
Olivier Faure

Deuxième partie. L’agonie de l’hôpital ancien (1802 – 1830)

Chapitre VII. L’ébauche de réformes

Texte intégral

1Demandes de type ancien et comportements traditionnels sont massivement majoritaires mais ils n’empêchent pas l’expression parallèle, souvent inconsciente, de nouvelles attitudes face à l’hôpital. C’est parmi les autorités de tutelle et les médecins qu’elles se font jour mais elles ne restent pas sans écho parmi les notables. La direction de l’hôpital est plus réservée. Méfiante pour tout ce qui lui est extérieur, elle ne cède que contrainte et forcée. Ceci explique que le processus de médicalisation touche d’abord les œuvres extérieures, là où les autorités administratives ont quelque pouvoir. De là, il s’introduit presque clandestinement dans les services intérieurs et de façon limitée car il faut tenir compte de la résistance de la clientèle.

1 – Le secteur des soins

2Transformer les soins ne signifie pas à l’époque adopter de nouvelles techniques, et pour cause, mais plutôt améliorer l’hygiène de l’hôpital. Cette condition nécessite une conversion préalable des médecins.

a) Le lent cheminement des médecins

3Ce n’est pas un projet tout armé que les médecins jettent, comme un défi, à la face de l’hôpital. Pénétrés de soucis sanitaires, les médecins sont trop respectueux des notables qui dirigent l’hôpital pour les heurter de front. Par ailleurs, l’expérience hospitalière leur est indispensable pour transformer leurs aspirations en un projet cohérent. Les rapports entre l’hôpital et les médecins sont dialectiques : l’hôpital fournit aux praticiens l’expérience nécessaire pour fonder une nouvelle médecine. En retour les médecins veulent imposer à l’hôpital leurs façons de faire.

4De leur expérience hospitalière les médecins du début du XIXe siècle tirent deux enseignements généraux : il faut condamner les théories médicales et imposer le primat de l’observation.

  • 1 DESGAULTIERES (Philippe), Compte-rendu des observations faites à l’Hôtel-Dieu de Lyon par MM. les M (...)
  • 2 IMBERT (François), De l’observation dans les grands hôpitaux, op, cit., p. 6.

5La condamnation des grands systèmes médicaux anciens ou modernes, est massive et presque immédiate. La pratique hospitalière fournit les éléments du dossier : « Parmi les avantages que retire la société de l’établissement de ces asiles respectables ouverts à l’homme souffrant, on ne doit pas oublier celui qui en résulte pour les progrès de l’art de guérir »1. Quinze ans plus tard l’apport hospitalier est toujours aussi primordial : « ce n’est que là que l’art se perfectionne, que les faits peuvent être assez multipliés pour en tirer des conclusions générales, ce n’est que là que vous pouvez être sûrs de l’administration de vos médicaments »2.

  • 3 CARTIER (L.-V.), De l’Esprit qui doit diriger le manuel dans les opérations, op. cit., p. 12.
  • 4 DESGAULTIERES (Philippe), Discours sur les dangers de l’esprit de système dans l’étude et l’exercic (...)
  • 5 Ibid., p. 5.
  • 6 DESGAULTIERES, Compte-rendu (1812-1813), op, cit, , p. 6.
  • 7 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op, cit., vol. 1,pp. 305 à 308.
  • 8 TROLLIET (Michel), Compte-rendu des observations (1819-1822), op, cit, , p. 22.
  • 9 CLIET (Henri), Compte-rendu médico-chirurgical, op. cit., p. 65.
  • 10 JANSON (Louis), Compte-rendu de la pratique chirurgicale à l’Hôtel-Dieu pendant six années, op, cit
  • 11 Ibid, , p. 34.
  • 12 ACKERNECHT (E.-H.), Medicine at the Paris Hospital, 1794-1848, op. cit.
  • 13 LAPRADE (Richard de), Discours sur l’union des sciences médicales et leur indépendance réciproque, (...)
  • 14 JANSON (Louis), Discours sur l’état actuel de la médecine, op. cit.
  • 15 ACKERNECHT (E.-H.), op. cit., passim.

6Dès l’an XII, Cartier témoigne de sa méfiance pour les classifications abusives : « on a multiplié les classifications méthodiques, en vain s’est-on efforcé de faire entrer tous les faits dans des divisions précises, mais il est un nombre indéfini de faits que l’on ne pourra jamais ni classer, ni même exprimer »3. Peu de temps après, la dénonciation de l’esprit de système est l’objet d’un discours entier lors de l’ouverture du cours de clinique en présence des notables de la ville4 : J’appelle esprit de système celui qui se livre au vague des suppositions et, s’appuyant sur quelques principes hypothétiques, imagine une théorie au moyen de laquelle il croit expliquer tous les phénomènes... tire de ces explications des conséquences pratiques, rejette ou néglige les faits qui ne peuvent se plier à ses vues et proscrit toute opinion contraire. Mécaniciens, chimistes, dogmatistes, méthodistes 5, tous se sont rendus coupables d’un tel comportement. Cette prise de position a des applications pratiques : « Dans l’exercice de l’art de guérir on ne doit suivre aucune méthode exclusive de traitement », affirme le même auteur, qui reconnaît pourtant que « malgré les sophismes modernes de quelques solidistes exclusifs, la doctrine établie par le Vieillard de Cos brille aujourd’hui d’un nouvel éclat »6. Rappelons, après J. Léonard,7 les aspects modernes qui découlent du nouvel hippocratisme : liens avec l’anatomie pathologique, observation minutieuse du malade, prise en compte du milieu ambiant, dénonciation de la polypharmacie. L’adoption de cette antique doctrine est une étape importante dans le cheminement idéologique des médecins de l’Hôtel-Dieu vers le refus de toute théorie exclusive. Dix ans plus tard, les attaques sont plus vives : « Que sont en effet ces systèmes qui se sont renversés depuis deux mille ans ? Des illusions qui ne laissent d’autre souvenir que celui d’erreurs passagères »8. Même appréciation chez les chirurgiens, et l’un d’eux invite ses collègues à de grands changements : « Bannissons du langage médical ces dénominations mensongères, fièvres essentielles, ataxiques, putrides, et du moins, si on les conserve, que ces expressions ne représentent plus qu’un état symptômatique de l’altération des organes »9. Quelques systèmes sont dénoncés, en particulier : « la méthode analytique fut poussée trop loin en médecine. On a voulu assimiler les maladies à des êtres, former des familles naturelles, des classes, des genres et des espèces, et on a pris des abstractions pour des réalités, on est retombé dans l’ontologie »10. Si le broussaisisme séduit plusieurs médecins, tel Janson, qui « reste convaincu que l’idée de l’application de la nouvelle doctrine à la chirurgie ne peut être que féconde en grands résultats »,11 d’autres s’élèvent rapidement contre, pour des raisons qui ne sont pas que scientifiques12 : « la physiologie des novateurs rejette tout ce qui est au delà d’un matérialisme grossier, ne comprend l’enchaînement des parties que comme l’engrenage des roues d’une mécanique... ainsi cette doctrine vous abandonne dès que vous arrivez au lit du malade »13. Peu avant 1830 un ouvrage reprend et systématise la condamnation des différentes théories : sur les théories de Broussais, le texte est résolument moderne : « en reconnaissant que la médecine physiologique est celle qui a rendu les plus grands services à la médecine moderne, nous sommes forcés de convenir que vouloir rapporter tous les phénomènes morbides à une seule et même cause, c’est poser des bornes trop étroites à la puissance infinie de la Nature ». Nulle volonté de retour à la médecine expectante dans ce constat : « il est temps de quitter la route des inflammations, si heureusement exploitée depuis quelques années, pour rechercher ailleurs ce que le système vasculaire semble nous refuser maintenant. Il est une autre voie qui peut nous conduire à de nouvelles découvertes, c’est l’étude mieux approfondie du système nerveux »14. Dès le début du XIXe siècle, l’élite médicale des hôpitaux a su résister aux vains débats d’école qui déchirent le monde médical parisien15. C’est le concept d’observation qui devient la nouvelle boussole.

  • 16 IMBERT (F.), De l’observation, op, cit., p. 8.
  • 17 LAUDUN (M.-A.), Constitution médicale ou résumé des maladies observées à l’Hôtel-Dieu de Lyon, op. (...)
  • 18 LAUDUN (M.-A.), Rapport sur les fièvres catarrhales, op. cit., p. 12.
  • 19 LAUDUN (M.-A.), Constitution médicale, op. cit., p. 59.
  • 20 Id., Rapport sur les fièvres rémittentes et intermittentes observées à l’Hôtel-Dieu (1806-1812), op (...)
  • 21 DESGAULTIERES (Ph, ), Compte-rendu 1812-1813, op, cit, , p. 10.
  • 22 TROLLIET (M.), Compte-rendu des observations faites à l’Hôtel-Dieu de Lyon, 1822-1824, op, cit.

7« Notre siècle est celui du positif : nous voulons des faits bien observés »16. Cette profession de foi de 1830 semble un peu optimiste. Certes, l’observation est l’une des opérations de l’esprit les plus pratiquées par les médecins hospitaliers du siècle commençant mais elle s’exerce surtout sur des objets anciens, et en particulier la météorologie. Comme l’exprime le titre d’un compte-rendu de 1814, résumé des maladies et constitution médicale s’équivalent17. Dans la constitution médicale, comme dans toute la vie, la météorologie commande : elle détermine la vie, la nature, l’abondance et l’évolution des maladies, comme elle régit les cycles économiques. « Les maladies sont devenues plus fréquentes et plus graves. Cette augmentation dépend de l’irrégularité des saisons et de l’augmentation du froid humide que l’on remarque à peu près depuis l’époque du tremblement de terre de Lisbonne »18. Chaque maladie dispose d’un terrain climatique favorable : « les maladies catarrhales ont été augmentant depuis le mois d’octobre alors que les fièvres vilieuses ont été diminuant »19, « les fièvres intermittentes sont beaucoup plus nombreuses pendant l’été que pendant l’hiver »20. On aurait tort d’y voir le seul maintien d’un archaïsme démodé : l’observation médicale passe nécessairement par ce stade. Cette importance de l’observation météorologique n’est pas isolée, puisqu’on la retrouve chez Desgaultières comme cause principale des maladies : « dans le nombre des causes variées des maladies aiguës l’influence de la température dans chaque saison étant la plus active et la plus constante, c’est par quelques remarques sur cette température qu’on doit commencer l’histoire des maladies »21. Jusqu’en 1830, l’air reste le « premier aliment de la santé et premier remède contre les maladies »22, et rien ne vient le remplacer comme terrain privilégié de l’observation.

8Cette critique des systèmes, cette pratique de l’observation, ne restent pas limitées au milieu hospitalier car médecins et chirurgiens des hospices donnent le ton à l’ensemble du monde médical.

9Dans les années 1832, le changement s’accélère et les médecins s’acheminent vers une nouvelle lecture des maladies.

  • 23 TROLLIET (M.), Compte-rendu, 1823-1825.

10Désormais, plus de recours à des nosographies diverses, plus de maladies combinées entre elles à l’infini, plus de fluide réparateur, de symptômes multipliés. Moins de causes morales, topographiques ou météorologiques. L’irritation des tissus élimine tout cela, permet de classer les maladies, de les localiser et de les décrire. « Pour nous, l’irritation est l’action exaltée d’un tissu. Les causes des maladies agissent plus spécialement sur quelques tissus ; les unes excitent ou affaiblissent la contraction musculaire, d’autres excitent les nerfs. La doctrine des tissus donne la connaissance des maladies... chaque tissu a ses modes d’altération produit par des causes spéciales ». C’est pour l’abdomen et la poitrine que le système atteint la plus grande cohérence. La pneumonie est l’afflux de sang dans le parenchyme des poumons, la phtisie l’altération du tissu lymphatique des poumons, l’angine de poitrine un trouble de la fibre musculaire. La péritonite est l’inflammation de la fibre nerveuse et des vaisseaux capillaires. L’entérite, l’hépatite ont la même cause, mais dans des organes différents. Les autres maladies rentrent avec plus de peine dans le schéma et l’on recourt à des explications vagues : ébranlement du système nerveux, trouble de l’action nerveuse, formation d’êtres animés dans la substance du cerveau, etc... Avec la doctrine de l’irritation renaît la vieille notion de sympathie : « le système nerveux reçoit toutes les impressions et les transmet au tissu des organes, il est le régulateur de leur action, l’organe de sympathie, et nous n’avons pas de peine à admettre qu’il est le siège de troubles que les organes indiquent, chacun à leur manière »23.

b) Les revendications sanitaires

11Cette transformation du regard médical ne reste pas sans effet sur la façon dont les médecins considèrent l’hôpital. Ils rejoignent ici les préoccupations parallèles des autorités locales.

  • 24 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., vol. 1, p. 477.

12Les critiques médicales formulées par les médecins à l’encontre de l’hôpital sont limitées tant par la position subordonnée des médecins face à l’administration, que par l’état de la science médicale. En fait, personne ne se soucie des raisons principales qui font des hôpitaux des foyers redoutables de mortalité24.

  • 25 A.H.C.L., Courrier, Lettre de Laudun, 13 germinal an XII (sans n°).
  • 26 IMBERT (François), De l’observation dans les grands hôpitaux, op. cit., pp.28-29.
  • 27 A.H.C.L., K, liasse médecins, Rapport sur la fièvre des prisons qui a régné en 1808-1809 dans la sa (...)
  • 28 Ibid., Avis sur le moyen de prévenir la contagion, Lyon, 1812.
  • 29 A.H.C.L., K, liasse médecins, Rapport sur l’opportunité de la construction d’une terrasse pour les (...)

13La plupart des critiques sont partielles et concernent la viciation de l’air. L’insalubrité de l’air des hospices pousse Laudun à réclamer le remplacement des fumigations aromatiques par des fumigations acides25. C’est la même hantise de l’air vicié qui nourrit les critiques contre la salle d’accouchements26 et la salle d’opérations. On retrouve la même obsession en 1809 lors de la fièvre des prisons27, et dans « l’Avis sur les moyens de prévenir la contagion », rédigé en 181228, où dans les raisons qui motivent la demande de construction d’une terrasse en 1822 : « L’air des salles est toujours plus ou moins vicié, les cours sont basses, humides, froides, les salles sont trop froides et l’atmosphère est encore altérée par le voisinage d’un quartier populeux, les émanations des boucheries et des immondices. Une terrasse élevée offrirait une promenade spacieuse, un air pur, les rayons d’un soleil bienfaisant et une vue récréative à une classe que l’indigence et la douleur accablent souvent de tristesse »29. Les remèdes préconisés sont toujours les mêmes, ou peu s’en faut : faire des fumigations continuelles, faire du feu pour favoriser les courants aériens, enlever les ciels de lits, faire brûler du soufre et du bois vert.

  • 30 A.D.R., 1 X, liasse 2, Dossier Rapou (13 pièces, du 27 décembre 1816 au 22 juin 1818).

14D’autres critiques et propositions relèvent plus du simple bon sens que de la science, comme réclamer un arsenal chirurgical plus complet alors que la majeure partie des instruments nécessaires à l’exécution des différents procédés opératoires manquent. Il en va de même lorsque les médecins réclament un cabinet d’anatomie, le blanchîment des salles, la réfection des matelas, la fourniture de vinaigre ou des lessives renforcées. Un peu plus nouvelles sont les revendications en faveur de l’hydrothérapie, surtout après 1815. La machine de Rapou, créée en 1816, reconnue d’utilité publique en 181830, ’suscite l’intérêt des médecins qui forment une commission pour en examiner les utilisations possibles. Elle réclame un encaissement (caisse à douches) pour cinq ou six personnes, quatre caisses individuelles, des bains « postiches » (en fait, pour une partie du corps). En 1819, le comité médical se penche sur l’utilité des « bains de vapeurs sulfureuses, mercurielles, aromatiques, alcooliques, aqueuses ».

  • 31 A.H.C.L., K, liasse médecins, Projet de Société Médicale Pratique des Hôpitaux Civils de Lyon, s.d. (...)
  • 32 Journal clinique des hôpitaux de Lyon et Recueil de médecine et de chirurgie pratiqués, Lyon, 1830, (...)
  • 33 Ibid., tome II, « Avis des Éditeurs », p. 576.
  • 34 ACKERKNECHT (E.-H.), Medicine at the Paris Hospital, op. cit., p. 154, cite des discours voisins ch (...)
  • 35 « La politique n’est rien d’autre que de la médecine à plus grande échelle », écrivait CASPER dans (...)
  • 36 SCHLANGER (J.), Les métaphores de l’organisme, Paris, 1971, cité par PERROT (Jean-Claude), Genèse d (...)
  • 37 « Les médecins sont les attorneys naturels des pauvres », CASPER, cf. note 35.
  • 38 « L’hygiène publique touche toutes les faces de notre existence sociale », RAMEAUX, 1839, cité par (...)
  • 39 RICHARD (de Nancy), Discours sur les études du médecin et sur les qualités..., nécessaires à l’exer (...)

15Les rares tentatives pour organiser un « pouvoir médical » dans l’hôpital échouent. En 1810-1811, les médecins de l’Hôtel-Dieu rédigent le statut d’une Société Médicale Pratique des Hôpitaux Civils de Lyon 31, pour pallier les défauts liés aux comités médicaux. Le statut prévoit « une réunion mensuelle remplie par la lecture des observations, les réflexions auxquelles ces observations peuvent donner lieu, l’analyse de tous les ouvrages relatifs à l’art de guérir ». Hormis ces buts scientifiques, le projet tend à émanciper les médecins de la tutelle administrative : la société prévue a un bureau, elle se réunit en dehors de la présence de l’administration. Cette volonté d’indépendance est, de toute évidence, à l’origine du refus de l’administration d’en discuter et de l’avortement du projet. Apparemment, les médecins s’accommodent de ce refus et n’insistent pas. La création du Journal clinique des Hôpitaux de Lyon et Recueil de médecine et de chirurgie pratique 32 est une autre tentative pour organiser les médecins de l’hôpital, mais en dehors de l’institution. Créé en janvier 1830 par Gensoul et Dupasquier, il ne survit pas aux Trois-Glorieuses, ne comprend que deux volumes, et meurt victime d’un sabordage aux curieuses raisons. Les promoteurs de la revue indiquent « qu’aujourd’hui (après Juillet) la politique est devenue la principale affaire des citoyens... de trop grands intérêts sont liés aux événements qui se pressent et se compliquent chaque jour davantage pour qu’il soit possible de prêter ailleurs quelque attention »33. Aveu pour nous surprenant, dans la bouche de deux sommités médicales, mais finalement révélateur d’une attitude assez répandue parmi les médecins. Conscients de leur faiblesse technique, ceux-ci revendiquent une sorte de magistère moral sur la société entière. Sans être unique34, le discours de Richard de Nancy étonne par sa cohérence et sa précocité, et son exorde mérite d’être cité en entier : « La société tout entière a besoin de vous pour durer, et s’améliorer en même temps. Il n’est point d’institution sociale où l’intervention des lumières du médecin ne soit nécessaire, Que le dépositaire de l’autorité se considère comme législateur, il faut que la science l’éclaire sur sa route, qu’il règle la culture des terres, les travaux et les secours publics, les jeux, les spectacles, l’éducation, il a besoin des avis éclairés et des secours de l’Art. Voilà donc le médecin prenant pour ainsi dire sous sa protection les intérêts les plus chers du corps social 35. Personne ne doute qu’un traité sur la constitution organique de l’homme ne fut une excellente introduction à l’étude difficile du corps social 36. Médecin légiste ce n’est plus un individu qui vous réclame, c’est la société tout entière qui vous demande l’application des connaissances physiques et naturelles de toute la science médicale à la critique de l’opinion et du jugement des hommes. Si le juge réclame souvent le secours de vos lumières, l’administrateur les réclame tous les jours... l’administration des prisons, des maisons de travail intéresse également le médecin hygiéniste et l’on peut dire qu’on est moins avancé à cet égard que relativement aux hôpitaux... (la médecine) cherchera les moyens de rendre l’oisif au travail, l’homme dépravé à la vertu, l’indigent à l’aisance. Elle arrachera le mendiant à la paresse, à la malpropreté, aux infirmités, au vice et au mépris 37. Ainsi le médecin hygiéniste parviendra à diminuer la longue liste des maladies qui affligent le peuple et préviendra l’encombrement des hôpitaux, autre source de malheur. C’est à ce titre que vous devez surveiller la salubrité des lieux publics, les temples, les salles de spectacles, les camps, les vaisseaux, les villes 38. Initiés aux conseils du gouvernement vous éveillerez la sollicitude sur toutes les influences nuisibles, sur la nécessité de laver les voies publiques, d’établir des promenades magnifiques, d’éloigner les profonds réservoirs où vont se détruire nos restes inanimés, d’éloigner les boucheries des villes. On ne peut se défendre d’enthousiasme pour un art qui touche à tout ce qu’il y a de sublime, de grand et d’utile et… trop aisé de multiplier les points de contact entre la médecine et les arts qui ont pour objet le bonheur des individus et des nations 39. Que ce discours ait été prononcé par un médecin des hôpitaux, dans une cérémonie officielle de l’hôpital (ouverture de l’École de Médecine), montre le rôle des hôpitaux dans la formation de l’idéologie médicale. Cette revendication du pouvoir sur le corps du malade et sur la société n’est certes en 1825 que sur le plan du discours. Entre le médecin et ses malades la distance est grande.

16Plus limitées, plus concrètes et plus souvent suivies d’effet sont les revendications des autorités.

  • 40 A.M. Lyon, D, Délibérations du Conseil municipal, vol. É (1806), Séance du 27 janvier 1806, p. 50.

17Cesser de mettre les malades deux par lit est une exigence qui paraît légitime et aller de soi. Il n’en est pourtant rien et, malgré les exhortations du conseil municipal, la mesure n’est pas acquise en 1830. Voici comment le maire défend la forte somme (408.000 F) attribuée aux hospices civils dans le budget de 1807 : « il est d’autant plus essentiel que le conseil y tienne rigueur si l’on considère l’état où se trouve l’hôpital des malades. Jamais peut-être l’affluence y fut plus grande... dans plusieurs salles on est obligé de doubler les malades (i.e. les mettre deux par lit), mesure affligeante qui, confondant deux malades... expose le malade à périr de celle qu’il n’avait pas »40. En 1812, si le conseil demande que l’hôpital soit déchargé de certaines dépenses et que des crédits soient spécialement affectés à l’agrandissement des bâtiments, c’est qu’il pense aussi à mettre fin à ce doublement.

  • 41 ATTALI (Jacques), L’Ordre Cannibale, Paris, 1979, 325 pages, p. 145.

18Après la légende noire, qui raconte les méfaits des militaires, voici une autre lecture de la présence d’un hôpital militaire dans l’Hôtel-Dieu : Une application toute professionnelle de règlements sanitaires fort en avance sur les autres41 pousse les intendants militaires à dénoncer les tares de l’hôpital en matière d’hygiène. Les dénonciations sont diverses et ininterrompues. Rien n’échappe à la vigilance des officiers : les lits trop rapprochés, la rareté du renouvellement de la paille des lits, l’exposition des cadavres dans les salles, les émanations des latrines, la présence d’une tuerie dans l’hôpital, la confusion des âges, les murs dégradés, tout y passe. Les erreurs du personnel sont immédiatement signalées : « le pharmacien n’ayant pas toujours assez de temps pour préparer les remèdes prescrits, les guérisons deviennent lentes, et des erreurs peuvent se glisser dans la distribution des médicaments ou des remèdes ». Le conflit entre sœurs et militaires dépasse la simple incompatibilité d’humeur. En plus de leur incompétence pharmaceutique, on leur reproche leur mansuétude qui « facilite (aux militaires) les moyens de rester à l’hospice sous prétexte de mauvaise santé, et les enlève à leur service ».

19Le rôle des intendants militaires n’est pourtant pas uniquement négatif. Les soldats sont les premiers à être envoyés prendre les eaux à Aix, Bourbonne ou Barèges, à être traités avec les eaux minérales. L’administration militaire propose aussi de céder à l’hôpital des remèdes, en particulier du quinquina. Elle réclame aussi l’utilisation des jambes de bois et contrôle de près la vaccination. Balnéothérapie, orthopédie, pharmacie moderne, les militaires acclimatent peu à peu des nouveautés médicales à l’hôpital.

  • 42 BIRABEN (J.-N.), La diffusion de la vaccination en France au XIXe. Awna/es de Bretagne et des pays (...)

20Sous l’Empire et la Restauration, l’armée est à des degrés divers une armée de conscription. Hospitalisés lors de leur passage sous les drapeaux, de nombreux jeunes français ont pu vivre une autre expérience de l’hôpital. Mieux soignés, mieux traités que les civils, ont-ils emmené dans la vie civile une vision de l’hôpital différente de l’habitude ? Plausible, mais impossible à vérifier. Les officiers sont également traités à l’hôpital, et ce sont les premiers représentants des classes dirigeantes à pénétrer dans l’hôpital. Leur présence forcée les a-t-elle amenés à considérer l’hôpital comme autre chose que l’asile des pauvres ? Et si oui, ont-ils diffusé cette idée ? Autant de questions sans réponses, mais l’armée est peut-être bien l’une des voies de la médicalisation des masses42. Multiples mais trop souvent discordantes, ces pressions n’aboutissent qu’à des résultats épars.

  • 43 A.H.C.L., Délibérations, vol. 18, 7 mars 1821 et 24 mai 1821.
  • 44 RICHARD (de Nancy), Discours inaugural sur les fonctions de chirurgien en chef de La Charité, Lyon, (...)
  • 45 CLIET (Henry), Compte-rendu chirurgical des observations recueillies dans la salle des filles mères (...)
  • 46 POLINIERE (Isidore de), Considérations sur la salubrité… op. cit., p. 125.

21Dans l’assainissement du cadre hospitalier on trouve plus de changements dans les mentalités que dans les faits. C’est le service des enfants nouveaux-nés qui bénéficie le premier de substantiels changements, avec la construction de la crèche décidée en 182143. Le projet la décrit comme isolée, éclairée des deux côtés, munie d’une terrasse et d’un balcon, et sa réalisation ne déçoit pas les médecins. L’ouverture de cette nouvelle salle s’accompagne de l’introduction d’autres nouveautés : berceau de fer individuel, cuiller, biberon et linge personnel44. Avant même que cette crèche ne soit achevée, on prévoit d’ouvrir un local réservé aux nouveaux-nés et un autre réservé aux enfants syphillitiques. Même ici l’essentiel n’est pas touché, et la péritonite continue à sévir sans que l’on en puisse mais45. Les améliorations réalisées ne tardent pas à être amoindries par suite de ce besoin de tout cacher, de tout murer : « le jardin de la crèche encombré de barraques... privé du renouvellement de l’air, confiné, devint humide et tout à fait malsain »46. Rien non plus d’important n’est acquis dans la lutte contre l’encombrement et le doublement des lits, malgré la construction de deux salles offrant 250 lits. Ce n’est pas suffisant : le doublement est encore attesté en 1821 et en 1829 pour les militaires. L’hôpital se remet à transformer les corridors en infirmerie, mais cette mesure anti-hygiénique reste vaine : l’encombrement et le doublement se maintiennent. Le bilan plus strictement médical est lui aussi limité. Comme on s’en doute, la désinfection de l’air et l’utilisation de l’eau sont les deux piliers de ces transformations. En germinal an XII, on remplace les fumigations de vinaigre et de plantes aromatiques par des fumigations acides, selon le procédé de Guyton-Morveau, vanté par les autorités et recommandé par les médecins. En 1818, l’hôpital introduit des appareils fumigatoires identiques à ceux de Paris.

c) Les soins

22En matière de soins, la science médicale du début du siècle ne peut amener des transformations spectaculaires car c’est le doute qui est son principal inspirateur. Pour elle, mieux agir c’est agir moins, tout particulièrement en chirurgie.

  • 47 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit, , p. 47.
  • 48 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit., p. 48.
  • 49 CARTIER (L.-V.), Précis d’observations de chirurgie, op. cit, , pp. 18 et 215.
  • 50 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit, , passim.

« L’art aura atteint son dernier degré de perfectionnement lorsqu’on aura bien compris qu’une opération de moins est une conquête de plus pour l’humanité »47. C’est en effet à ce paradoxe qu’est réduite la chirurgie du début du XIXe siècle car, en l’absence de découverte décisive, la seule solution est de « réduire à leur juste valeur ce nombre effrayant d’instruments, ces instruments de torture inventés à grands frais sans aucun objet d’utilité réelle »48. L’abandon des opérations désespérées ne s’est pas faite brutalement. Au début du XIXe siècle, Cartier pratique encore la trépanation, « opération certaine », lorsque des portions d’os compriment immédiatement la masse cérébrale. Pour les hernies il préfère le taxis à l’opération, et n’opère de la nécrose (avec gouge et maillet) que loin des articulations49. Quelques années plus tard, l’un de ses successeurs au majorât de l’Hôtel-Dieu est plus radical. La trépanation est vouée à l’échec, l’opération de la hernie compromet la vie des malades, celle du cancer est inutile, et il tente seulement des amputations après avoir épuisé tous les autres moyens, les opérations de la cataracte, qui lui semblent avoir moins de succès dans les hôpitaux que partout ailleurs. Seule l’opération de la pierre reste « belle et rationnelle »50.

  • 51 CARTIER (L.-V.), De la médecine interne appliquée aux maladies chirurgicales, op. cit.
  • 52 JANSON (L.), Compte-rendu, op. cit., pp. 126 et 132-133.
  • 53 CARTIER (L.-V.), Précis d’observations, .., op. cit., pp. 153-154 et 178 à 180.
  • 54 JANSON (L.), op. cit., pp. 123 à 127.

23Limitées, les opérations ne sont plus une action ponctuelle mais un simple moment dans une thérapeutique de plus longue durée. On prête désormais attention aux conditions pré et post-opératoires. Désormais il faut calmer avant d’opérer51, laisser le malade s’habituer à l’hôpital, prendre confiance en son chirurgien52. Il faut aussi examiner sa morphologie et ne pas opérer si le risque est trop grand, laisser les indispositions possibles éclore53. Une attention toute spéciale est apportée aux conditions météorologiques, surtout pour la cataracte. Il faut éviter d’opérer lorsque le temps est variable ou froid, préférer le temps clair, serein et plutôt doux54, et l’automne et le printemps sont les saisons idéales pour ce genre d’opérations. Loin d’être ridicule, cet aérisme est une manifestation de l’intérêt porté à l’environnement. Du reste, nos deux auteurs demandent à ce que l’on remédie à l’état des salles, que l’on veille à la propreté des pansements et l’isolement des gangrenés. D’autres précautions concernent la phase post-opératoire. Les opérés sont les proies favorites des épidémies, et, vésicatoires, mise au régime sont employés pour dénaturer les fièvres, alors que toniques, kina, opium doivent combattre ces complications. Précautions pré et post-opératoires, dimension psychologique, souci d’efficacité au moindre coût humain, simplification des remèdes, liaison médecine-chirurgie, c’est bien une autre médecine qui petit à petit détrône l’ancienne.

24La thérapeutique est à l’unisson : emploi des calmants, bains, sont en parfaite cohérence avec la doctrine de l’inflammation, mais l’eau semble plus massivement employée à Lyon qu’ailleurs. L’hydrothérapie commence à s’introduire à l’hôpital. En 1819 on décide d’installer des bains de vapeur, et en 1824 on augmente de six à vingt le nombre des baignoires ordinaires, mais les travaux ne sont pas achevés en 1830. L’eau est aussi présente sous forme de glace, et en 1826 les hospices ont leur propre glacière. L’eau minérale est assez largement employée et l’envoi des malades à Aix, Charbonnières ou ailleurs pour prendre les eaux se répand. L’eau apparaît comme un antiphlogistique puissant, mais elle finit par être utilisée à tort et à travers : lutte contre les atrophies, cicatrisation des plaies, maladies vénériennes, chlorose. Il n’empêche qu’avec l’utilisation des calmants, l’eau a pu apporter quelque soulagement dans les maladies de peau, les rhumatismes. A défaut de les comprendre ou de les guérir, les nouveaux traitements ont pu plus efficacement calmer les maladies. Il semble pourtant que là aussi le niveau théorique anticipe sur les moyens pratiques.

2 – La formation du personnel médical et sanitaire

25École de médecine, internat, école d’accouchement sont des services inclus dans les hôpitaux. Médecins et autorités publiques s’y retrouvent munis du pouvoir de décider et c’est là que les réformes sont les plus profondes.

a) L’internat et l’école de médecine

  • 55 LACASSAGNE (Jean), « Histoire de l’internat » in CROZE et alii, Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyo (...)
  • 56 COURY (Charles), L’enseignement médical des origines à nos jours, Paris, 1968,199 pages, chap. 9.
  • 57 HUARD (Paul), La chirurgie moderne : ses débuts en Occident, Paris, 1968.
  • 58 TATON (René), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, 1964, 780 p (...)
  • 59 CROZE (Auguste), et alii, op. cit., chap. VI. Le Collège de Lyon est créé en 1775.
  • 60 TATON (René), op. cit., p. 194.
  • 61 LACASSAGNE (Jean), op. cit.
  • 62 COURY (Charles), op. cit., pp. 164-165.
  • 63 POINTE (Jean-Pierre), Histoire topographique..., op. cit., p. 348.

26Depuis le XVIe siècle, on admet dans les hospices des jeunes gens qui aident le chirurgien dans le service des blessés. Dès la fin du XVIIe siècle (1698), les candidats doivent subir une interrogation, qui se transforme en concours vers 173055. Les hôpitaux assurent donc l’apprentissage nécessaire des chirurgiens, réduits au rang de métier mécanique56. Les profondes mutations de la chirurgie à partir du milieu du XVIIIe siècle imposent une nouvelle formation, que le corps de métier ne peut plus assurer seul57. C’est à ce besoin nouveau que correspond, au plan national, l’Académie de chirurgie58, et au plan local les collèges de chirurgie59 et les écoles publiques. Si une école de chirurgie fonctionne à Lyon de 1745 à 177560, son enseignement manque d’applications pratiques et ses élèves sont transférés à l’hôpital qui assure à nouveau seul les tâches d’enseignement. Le concours devient annuel en 177361, mais il n’accepte que huit à dix élèves et ne leur assure qu’une formation sur le tas, acquise en surveillant les malades et en épaulant les médecins et chirurgiens62. C’est seulement sous la Révolution que M.-A. Petit est « autorisé à faire dans l’intérieur de cet hospice des cours de clinique relative à son art »63.

  • 64 A.D.R., 1 X, liasse 230.
  • 65 A.D.R., 1 X, liasse 230, Examen d’un projet d’organisation médicale comportant des cours de cliniqu (...)
  • 66 A.D.R., 1 X, liasse 230, Observations des médecins titulaires, cit.
  • 67 Id., Observations des médecins suppléants, cit.

27C’est le Ministre de l’intérieur qui, à l’été de l’an IX, prend l’initiative d’organiser un véritable enseignement médical. Il fait rédiger un projet par le médecin Duchanoy (médecin des hospices de Paris) et le transmet au Préfet. Envoyé le 28 messidor, le projet donne lieu à deux arrêtés préfectoraux le 9 thermidor64. Sollicités par le préfet, le chirurgien major de l’Hôtel-Dieu, les médecins Parat et Pignatel, les médecins titulaires, les médecins suppléants, s’empressent de donner leur avis65. Sur les principes l’unanimité est sans tache : « il y va de l’avenir de cette science qui ne peut se perfectionner et progresser que si elle réunit le précepte et l’exemple ». Or, la médecine ainsi définie est peu connue de ceux qui la pratiquent, car il n’y a que deux ou trois cliniques en France et peu de ceux qui les suivent peuvent en tirer un véritable profit, car trop souvent ces cours sont magistraux (par suite du trop grand nombre d’assistants) ». Une clinique justement entendue, disent tous les médecins, doit avant tout permettre « d’approcher le malade, de se livrer jour après jour à des observations concrètes » : il s’agit aussi de soulager l’humanité souffrante grâce à des médecins « qui savent aller à la maladie grave, décider rapidement grâce à leur habitude de l’examen », mais éviter que « les futurs médecins se fassent la main dans les hôpitaux, sans guide, pour ensuite faire profiter les classes aisées de leur expérience »66. L’enseignement clinique doit donc incomber à des médecins exercés. Les différents projets séparent les leçons de clinique en deux parties : l’une est la visite à laquelle participent les étudiants, l’autre une conférence faite par le médecin après la visite. A partir de là, les projets divergent : celui des médecins titulaires prévoit trois cours, dont un à La Charité, deux amphithéâtres, deux salles de conférence, des aides et des adjoints, et des adjoints internes recrutés, tout comme les professeurs, par concours. En fait une véritable école de médecine. Le projet des médecins suppléants est moins ambitieux : plus d’amphithéâtres ni de salles de conférences, l’aide interne est remplacé par l’infirmière cheftaine, il n’y a plus qu’un cours de clinique, une seule salle. Les étudiants sont réduits à suivre la visite du médecin pour noter les remèdes ou l’énoncé des prescriptions et à assister au tableau clinique dressé en fin de visite67. Les médecins, soucieux d’observations cliniques, restent prisonniers de leurs réflexes de corps : pour la majeure partie d’entre eux, les internes doivent essentiellement délivrer les médecins de l’aspect administratif des visites, le corps du malade restant de la seule compétence du médecin reçu. L’administration de l’hôpital sait fort bien jouer sur ces tendances, et la formation des internes, telle qu’elle fonctionne, ressemble beaucoup au projet des suppléants. L’arrêté, en effet, se contente de prévoir deux cours de clinique, l’un dans les rangs des femmes, l’autre dans celui des hommes, et de fixer leur ouverture au 1er vendémiaire an X.

  • 68 A.D.R., 1 N, Délibérations du Conseil général (1806-1807), Séance du 13 juin 1806,1124 et 25.
  • 69 A.M. Lyon, D, Délibérations du Conseil municipal (1803-1805), pp. 114- 116 et vol. 6 (1809-1810), S (...)

28Ceci s’avère insuffisant et de nouveaux projets surgissent rapidement. Le conseil général demande des cours de médecine gratuits dès 180668, reprenant la revendication d’une école de médecine réclamée dès 1805 par le conseil municipal de Lyon. Celui-ci propose de voter chaque année 6.000 F de crédits à cet effet, et 3.000 F supplémentaires pour 1807, année escomptée de l’ouverture de l’école, Réitéré en 1810 et 1811, ce vœu n’aboutit pourtant pas et il faut attendre 1819 pour que les autorités reprennent l’initiative69.

  • 70 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., tome 2, pp. 658 et sq.
  • 71 A.H.C.L., Délibérations, vol. 17, 24 septembre 1819.

29En 1819-1820, le problème est assez différent. Les projets gouvernementaux de création de nouvelles écoles de médecineé aboutissant à l’ordonnance du 5 juillet 182070 qui suscite l’opposition du conseil d’administration. C’est en mars 1819 que Royer-Collard, président de la commission de l’instruction Publique, transmet les projets aux hospices. Le gouvernement veut ramener Lyon dans le droit commun et créer une école qui respecte les formes prescrites, tant pour la chirurgie que pour la médecine, et où les professeurs seraient nommés par le ministre. Cette mesure heurte le conseil, qui présente un contre-projet où les cours restent entre les mains des médecins et chirurgiens des hospices, nommés par eux, afin de « confier l’instruction des élèves à des gens dont les principes sont connus, et d’être à l’abri de ces pernicieuses doctrines qui font de la science un funeste présent, et du talent un brillant appât à l’aide duquel on corrompt plus facilement la jeunesse »71.

  • 72 Id., 18, 23 mai 1821.

30La façon dont se déroule et aboutit le conflit montre une fois de plus la puissance du conseil des hospices et l’importance de ses soutiens dans les milieux ultra-royalistes. En septembre 1819 le projet des hospices est refusé et le gouvernement semble même prêt à supprimer les cours de chirurgie s’ils gardent leur forme illégale. La chute de Decazes (février 1820) et le retour des ultras rendent le pouvoir plus perméable aux arguments des hospices et permettent l’adoption d’un compromis. Le nouveau projet des hôpitaux (mai 1821)72 laisse la nomination des professeurs au ministre, mais autorise les hospices à s’éclairer sur les compétences (par un concours) et la moralité des candidats. Il réserve la chaire de clinique au chirurgien major de l’Hôtel-Dieu. L’arrêté du 18 juillet 1821, créant l’école de médecine, cède aux revendications locales pour la nomination des professeurs.

  • 73 TUDESQ (A.-J.), Les grands notables en France, op. cit, , p. 167.

31Le conflit rebondit pourtant car les ordonnances royales prévoient la nomination d’un directeur par le Conseil Royal, et il existe un candidat, le Dr. Richard de Laprade, chef du parti Ultra73. L’hôpital invoque aussitôt la nécessité du maintien « de l’unité de direction » et les « antécédents dont toutes les institutions ont besoin afin d’écarter les inconvénients qu’amènent les innovations », et rappelle qu’il paie les professeurs. Comme dans le cas précédent, l’administration fait intervenir un de ses anciens membres devenu député, Delphin. Le 13 octobre, le Recteur est prêt à discuter et dès le 17 octobre le sursis est obtenu. L’année suivante le conseil reprend ses démarches, et l’arrêté du 24 septembre 1823 laisse à l’hôpital la direction totale de l’école.

  • 74 A.H.C.L., Délibérations, vol. 32, 30 mai 1832.

32Cette victoire coûte très cher à l’École de Médecine. Si les études faites à Lyon équivalent aux deux-tiers des études faites en faculté, les droits d’inscription à l’école ne sont pas pris en compte pour le doctorat74 et il y a de quoi décourager plus d’un étudiant.

  • 75 Id., vol. 19, 17 et 24 septembre et 12 octobre 1821.

33L’École de Médecine ouvre solennellement le 14 novembre 1821 en présence des autorités de la ville et du département. Sept cours sont prévus : clinique externe, pathologie externe et opérations chirurgicales, professées par le chirurgien de l’Hôtel-Dieu, anatomie, à la charge de l’aide-major, clinique médicale, pathologie interne, thérapeutique et matière médicale, confiées à d’autres professeurs, dont seuls les deux derniers sont désignés suivant les normes officielles75. Les doyens des internes des deux hôpitaux jouent le rôle de prosecteurs, chargés des préparations anatomiques moyennant une faible rétribution (300 et 60 F/an). Les frais d’inscription sont fixés aux deux-tiers du montant de ceux des facultés, soit de 64 à 90 F selon les années : ils sont versés par trimestre.

34Les difficultés ne tardent pas à survenir, et de tous côtés. Les frais d’inscription ne sont pas toujours versés et les étudiants inscrits sont moins nombreux que prévus. En outre, leur nombre diminue de trimestre en trimestre et d’année en année.

35La chute des effectifs de l’École de Médecine dans les premières années (nombre d’inscriptions trimestrielles)

D’après le rapport du 1er septembre 1834. A.H.C.L., liasse de l’École de Médecine (non classée)

1821-1822 1822-1823 1823-1824 1824-1825
Octobre 56 52 55 51
Janvier 45 42 51 45
Avril 42 34 43 33
Juillet 34 22 42 30
Nombre total 177 150 191 159
  • 76 A.H.C.L., École de Médecine, Mémoire sur l’utilité de l’établissement d’une chaire de chirurgie (Fa (...)

36Les explications ne manquent pas. Les principales semblent être le refus du ministère de déduire les frais d’inscription déjà versés lors de l’arrivée en faculté, et trois à quatre fois plus élevés que celui des autres écoles. Le manque d’assiduité des professeurs, qui « terminent leurs cours bien longtemps avant la fin de l’année scolaire », peut expliquer le creux de l’été et oblige à recourir à des expédients. Dès juin 1822, le cours d’accouchement est retiré au « major » de La Charité et confié à l’aide-amjor de l’Hôtel-Dieu. Comme l’année suivante ce dernier poste n’est point pourvu, c’est au doyen des internes que le cours finit par échoir. D’autres indices laissent supposer l’improvisation qui règgne dans l’école : pas d’emploi du temps, pas de registre d’inscription (du moins non conservés), quasi absence de matériel, et une seule salle, ouverte un an après l’inauguration de l’école. Les rares renseignements sur le contenu des cours sont tous négatifs. Les cours du chirurgien major, « leçons familières non préparées, inspirées journellement par les résultats de leur pratique », ne satisfont pas les élèves qui briguent le concours de l’internat ou l’entrée en faculté. Un enseignement parallèle, donné dans l’hôpital par les internes ou en dehors dans des écoles particulières, sont la dernière preuve de l’inadaptation des contenus de l’enseignement76.

  • 77 A.H.C.L., Délibérations, vol. 21, 23 septembre 1823, pp. 20 à 32.

37Cette situation finit par inquiéter car elle a des répercussions financières, le déficit de l’école s’accroît, la réduction des droits d’inscription manque les buts qu’on lui assigne77. La mairie refuse de prendre à sa charge la moitié des dépenses, comme l’escomptait l’hôpital et les inscriptions ne remontent pas de façon significative car l’école de Lyon reste plus chère que ses concurrentes. La réorganisation pédagogique de 1825 s’avère plus payante. Suivant les indications du ministre, un cursus est désormais organisé sur quatre années. Chacune d’elles comprend six à huit cours trimestriels.

Organisation des études (A.H.C.M., École de Médecine, Règlement de 1825)

Organisation des études (A.H.C.M., École de Médecine, Règlement de 1825)
  • 78 A.H.C.L., École de Médecine, Statuts de l’École, 9 avril 1825.

38La progression n’est pas dénuée de logique puisque l’on passe de l’externe à l’interne, et de la théorie à la pratique. Il n’existe cependant qu’un niveau de cours par matière et les élèves des différentes années y sont tous admis. Un horaire est fixé à ce moment. La durée des cours quotidiens varie de 4 h. 30 à 6 h., et ils ont lieu principalement le matin, la clinique interne en accaparant près de la moitié. Les charges des professeurs varient de 4 h. à 5 h. par jour, pour le chirurgien major, à 1 h. pour la plupart des autres enseignants. La création d’un poste de prosecteur, non pourvu avant 1831, l’adoption d’un règlement de discipline, sont des preuves d’une volonté de redressement. L’instauration de certificats d’assiduité, les appels bimestriels prévus, tâchent d’enrayer un absentéisme important78.

39Ces différentes mesures expliquent le redressement partiel de l’école. Les effectifs remontent dès la rentrée 1825 et oscillent entre 60 et 70 étudiants jusqu’en 1830. Ces moyennes annuelles n’empêchent pas les fluctuations en cours d’année, mais le creux de l’été est désormais moins marqué, du moins dans la dernière année.

Les inscriptions à l’École de Médecine, 1825-1830 (d’après le Rapport du 1er septembre 1834)

Les inscriptions à l’École de Médecine, 1825-1830 (d’après le Rapport du 1er septembre 1834)
  • 79 A.H.C.L., École de Médecine (non classée), Rapport de Foumel au Conseil sur l’enseignement médical, (...)

40En corollaire, la situation financière s’améliore malgré la baisse des droits d’inscription. On connaît peu le contenu et l’organisation des cours, sauf pour la clinique médicale qui comprend une leçon préliminaire de pathologie, la visite des malades puis le compte-rendu. Ce cours est prolongé par des autopsies et l’examen du traitement sous la conduite d’un chef de clinique choisi parmi les internes79.

  • 80 A.H.C.L., École de Médecine (non classée), Lettre de Richard, 23 mars 1824.

41L’École connaît pourtant encore de nombreux problèmes. Si la situation financière s’améliore, les recettes n’équivalent pas à la moitié des dépenses (7.000 F). Les conditions matérielles et sanitaires restent peu satisfaisantes : l’amphithéâtre est encombré, malsain et souvent fermé. Il manque de cadavres pour les dissections et l’on doit souvent examiner des cadavres déjà ouverts. La discipline et l’assiduité sont loin d’être parfaites, et le conseil doit rappeler périodiquement aux professeurs la nécessité de deux appels mensuels et l’interdiction de délivrer un certificat d’assiduité à ceux qui totalisent deux absences à ces appels. Le problème prend toute son ampleur dans la belle saison et, comme l’écrit joliment Richard (de Nancy), « la jeunesse étudiante, comme on l’appelle aujourd’hui, dès que quatre heures du soir arrive, envoie ses cours promener et y va elle-même »80. Le témoignage que nous conservons sur le cours de clinique médicale montre les proportions dramatiques que peut atteindre la désertion. Au dernier trimestre de 1825, sur soixante étudiants inscrits, quatorze le sont seulement en clinique médicale, et sept suivent ce cours effectivement.

  • 81 Id., Lettre de R. de Laprade au Conseil, 1825, s.d.

42Le professeur de clinique médicale affirme que « .les internes n’y viennent jamais et beaucoup d’autres élèves n’y assistent pas, soit qu’ils ne se sentent pas assez instruits pour le suivre, soit qu’ils soient restés sous l’influence chirurgicale, car de tout temps les études n’ont eu qu’un but unique, le concours de l’internat. Une fois ce but atteint la plupart vont achever leur éducation médicale dans une faculté » 81. Il semble bien que la clé du problème soit là.

43L’École de Lyon reste une école préparatoire aux vraies études et garde un but exclusivement local, l’internat. Le rôle réservé au chirurgien de l’Hôtel-Dieu, la fusion de l’école dans les hôpitaux, choses voulues par l’administration, n’ont pu que renforcer ce caractère. La direction de l’hôpital a empêché celui-ci d’assurer pleinement l’un de ses rôles actuels : participer à la formation des médecins.

44L’organisation de l’école de médecine et ses transformations ne sont pas sans influence sur la vie de l’internat.

  • 82 D’après les Registres des concours des deux hôpitaux, 1824-1844 (A.H.C.L.)
  • 83 A.H.C.L., Délibérations, vol. 23, 7 septembre 1825.

45L’internat des hôpitaux de Lyon reste la voie la plus longue pour parvenir à l’officiat de santé et a fortiori au doctorat. Après ses trois ans d’internat, notre étudiant doit faire encore trois ans d’école secondaire pour parvenir à l’officiat, et cinq ans d’études pour le doctorat. C’est, bien sûr, la différence de coût qui explique que certains poursuivent cette voie difficile. Avec la création de l’école de médecine (ou plutôt sa réorganisation de 1825), l’internat est lié aux études à l’école secondaire. Depuis 1826, tous les candidats inscrits au concours ont fait des études médicales, à Lyon dans la quasi totalité des cas. Études de durée très variable, puisque la « fourchette » va de un trimestre à six ans. En fait, 73 % des candidats ont entre une et deux années d’études derrière eux82. En 1825, on établit enfin des règles logiques pour le déroulement des concours. Un seul concours annuel, fixé en novembre, offre huit postes les années paires, douze les années impaires83. Cette réorganisation ne touche pourtant pas le contenu des concours. Les mêmes sujets, parfois établis depuis 1811, poursuivent imperturbablement leur carrière. Sur 189 interrogations, de 1825 à 1830, seules 35 voient sortir des sujets entièrement nouveaux, et on ne s’étonne pas qu’en 1820 aucun sujet d’anatomie ne soit inédit. Les sujets restent toujours généraux et purement descriptifs, et deux seulement mentionnent l’étude des traitements possibles. Avec 50 % des candidatures conduisant à la réussite et la réception finale de 60 % des candidats, les chiffres sont presque inchangés. Ils masquent cependant le plus grand sérieux des candidats. Plus de ces candidatures multipliées, en quelque sorte « au petit bonheur la chance », et désormais aucun candidat ne se présente plus de deux fois. Le concours ne retient plus les candidats qui n’ont pas fait d’études, ou au contraire ceux qui, contre toute évidence, ont multiplié les inscriptions. Par voie de conséquence, les trop jeunes gens ne sont plus admis, et l’âge moyen au concours augmente légèrement.

  • 84 A.H.C.L., id., vol. 19, 28 novembre 1821.
  • 85 Id., vol. 23, 7 septembre 1825.

46L’hôpital sait utiliser plus rationnellement ces jeunes gens un peu plus compétents. Jusqu’alors leur rôle n’est que celui d’aides en chirurgie. Stimulé par l’exemple de Paris, le conseil examine en 1821 la possibilité de nommer six internes en médecine, qui enlèveraient aux sœurs, une partie de leurs responsabilités médicales. Malgré la peur de voir se développer « une trop grande familiarité entre les internes et les jeunes sœurs et prétendantes », le projet est adopté84. En 1825, les internes font un tiers de leur stage à La Charité (accouchements) et le reste à l’Hôtel-Dieu85, ce qui leur assure une formation plus complète. En matière de discipline les choses semblent s’apaiser : plus de pétitions, plus de renvois, retards ni congés suspects, plus de défections pour aller suivre des études ailleurs, plus rien de ce qui faisait la vie quotidienne des internes avant 1820. Les internes, plus âgés, plus calmes, plus instruits ont-ils été des agents de transformation médicale dans les salles ? C’est une question que l’on ne peut que poser.

b) L’École d’accouchements

  • 86 A.H.C.L., Courrier, Lettre au Préfet, 15 brumaire an X.
  • 87 FLANDRIN (Jean-Louis), Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, 2 (...)
  • 88 GÉLIS (Jean), LAGET (Mireille) et MOREL (Marie-France), op. cit., pp. 69 à 79. GÉLIS (Jean), « L’ac (...)

47Le cours d’accouchement, créé à La Charité par délibération des recteurs de 178086, est la traduction lyonnaise de tout un mouvement d’idées visant à mettre fin au « massacre des innocents »87 et à médicaliser « l’entrée dans la vie »88. Pourtant cet enseignement est resté, à Lyon, très traditionnel puisque la pratique reste aux mains des sœurs. Interrompu à la Révolution, le cours est rétabli en l’an IV par le département, avec une partie théorique effectuée par le chirurgien major, et une partie pratique confiée aux desservantes de l’hôpital. L’école végète jusqu’en 1802 : elle reçoit au maximum huit à dix femmes chaque année, dont une seule élève interne devant payer 150 F. La partie pratique ne semble pas toujours assurée car « le secret des femmes qui sont dans la salle d’accouchements doit être préservé ».

  • 89 A.H.C.L., Lettre au Préfet, 29 brumaire an XIV, 5 pages, Réponses à la circulaire du 18 vendémiaire (...)

48Alertés par les revendications de plusieurs maires, inspirés par le modèle parisien, les préfets du Rhône sont les véritables maîtres d’œuvre des différentes tentatives d’organisation d’un cours d’accouchement. Malgré l’opposition du ministre, qui veut centraliser toute formation à Paris, les préfets organisent un cours calqué sur celui de Paris et qui s’ouvre à la fin de l’an XII. Au début de l’an XIV le cours est assuré par le chirurgien major, et l’hôpital reçoit deux élèves internes, moyennant le versement d’une pension de 150 F pour les trois mois que dure le cours, « somme qui n’équivaut pas précisément à leur dépense, mais ce qui facilite les études et les connaissances essentielles à mettre à la portée de toutes les classes de citoyens ». Parfois, les communes participent au versement de cette rétribution en échange d’une promesse d’installation dans le village au retour de Lyon89.

  • 90 Tout ce qui concerne le fonctionnement et la vie de l’école est tiré de pièces éparses de la corres (...)

49A partir de 1807, l’hôpital reçoit six élèves internes nommées par les préfets du Rhône ou, dans la limite des places disponibles, d’autres départements. L’hôpital reçoit aussi, aux cours théoriques seulement, quarante ou cinquante élèves externes, placées chez les sages-femmes de la ville. Les candidates doivent présenter un certificat de bonne conduite et de bonnes mœurs, posséder la lecture et l’écriture, amener un trousseau, et avoir entre 18 et 24 ans. Le service des internes dure deux ans. La première année elles doivent faire le service des salles des filles en couches sous la conduite des sœurs, assister aux leçons du chirurgien major (trois par semaine), les apprendre avec l’aide du premier interne, qui a ici le rôle de répétitęur. La deuxième année elles sont initiées à la pratique, et le stage sanctionné par un certificat qui permet de se présenter devant le jury médical. Quant aux élèves externes, dont même le nombre n’est pas connu, elles n’ont droit qu’aux deux cours théoriques de quatre mois professés entre novembre et juillet90.

50La pratique accentue encore l’aspect improvisé de cet enseignement. L’enseignement théorique semble maigre, et le seul ouvrage exigé des élèves est l’ouvrage de Baudelocque, « Principes sur l’art des accouchements ». La partie pratique semble encore plus négligée, et il vaut mieux avoir une recommandation pour assister aux accouchements. Dès 1810, les places d’internes sont insuffisantes pour satisfaire les demandes, et l’on ouvre des listes d’attente en 1812. L’administration refuse pourtant d’ouvrir de nouvelles places, car « les localités s’y opposent absolument », et propose des expédients.

  • 91 A.D.R., 1 N, Conseil général (1819), Rapport du Préfet sur le cours d’accouchement, 6 août 1819.

51La situation s’améliore en 1819 lorsque le conseil général, sur les instances du préfet et à l’imitation d’autres départements, débloque 1.000 F pour payer la pension de deux élèves accoucheuses91. Parallèlement, le préfet surveille d’assez près le contenu des cours et s’étonne que les élèves sages-femmes « sont employées au service de ces établissements, qu’elles sont même astreintes à laver le linge... ainsi que d’autres gros ouvrages qu’on ne doit exiger que des domestiques ou des gens de peine ». Le préfet du Rhône n’est pas le seul à utiliser le cours d’accouchement. Celui des Hautes-Alpes manifeste le désir d’envoyer des élèves à Lyon et le conseil général de ce département vote des subsides pour payer leurs pensions, et en 1820, les hospices font bon accueil à cette demande. De 1822 à 1826, sous une magistrature particulièrement éclairée, le département du Jura n’envoie pas moins de quatre élèves, et elles sont cinq en 1823. Le courrier mentionne aussi la nomination d’une élève venue de l’Ain.

52On ne sait combien d’élèves l’hôpital a exactement accueillies. Dans les registres de délibérations et la correspondance, on a pu retrouver 43 d’entre elles : 17 viennent d’autres départements et leur origine montre une fois de plus le rôle des préfets en la matière. Pour les originaires du Rhône, 28 sur 35 viennent des communes rurales, et la montagne, le Beaujolais, le couloir Saône-Rhône sont également représentés. Par souci de limiter la présence d’étrangers à l’hospice, ou par souci financier, l’hôpital a nettement freiné la demande. Pour le conseil, les impératifs d’économie et de maintien de l’ordre l’emportent sur la volonté de médicaliser les campagnes.

3 – L’hôpital dans la cité

53La fière indépendance de l’hôpital se trouve menacée. Seul, l’hôpital n’a pu réussir à maîtriser tous les problèmes d’assistance et de soins. Comme il est organiquement lié à d’autres œuvres de secours et qu’il en représente le noyau principal, les autorités vont essayer de lui faire jouer un rôle d’animateur dans les grands combats qu’elles mènent pour l’hygiène.

54Avec l’engorgement des œuvres d’assistance, s’amorce une réflexion sur le devenir de l’hôpital et le rôle qu’il doit occuper dans la société. Une fois encore, l’initiative est extérieure mais l’hôpital, intéressé, ébauche une politique nouvelle à base d’exclusion des incurables et de séparation des différentes catégories de malades.

a) Les œuvres extérieures

  • 92 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., vol. 3, pp. 1178-1179. – BIRABEN (Jean-Noël), (...)

55L’action des préfets réussit tant bien que mal à mobiliser les ressources de l’hôpital pour ce grand combat de la médecine du XIXe siècle qu’est la vaccination92.

  • 93 A.D.R., 3 K, Registre des actes administratifs, vol. 10, 1er juillet 1820, Discours de Cliet devant (...)
  • 94 A.D.R., 3 K, Recueil des actes administratifs, 1819, 27 janvier 1819, art. 18.
  • 95 A.D.R., 1 N, Délibérations du Conseil général (1810), Rapport du Préfet sur la vaccine, 12 août 181 (...)

56En 1801, la Société de Médecine de Lyon nomme un comité de vaccine, et les Docteurs Brion et Bellay effectuent les premières vaccinations en plein centre de Lyon. A l’étroit, ils réclament un autre local et songent à l’hôpital93. Après plusieurs années de silence, le préfet propose, en 1807, l’établissement d’un petit hospice de vaccination à La Charité, mais il faut insister pour que les vaccinations gratuites fonctionnent enfin, en 1810. Ce nouveau système fonctionne mal : peu d’enfants de l’hospice sont vaccinés et les opérations extérieures peu développées. En 1819, le préfet Lezay-Marnésia (fils) est l’inspirateur d’une nouvelle organisation, proche de la précédente94 mais plus efficace grâce à l’intervention financière du département. Jusqu’en 1819, c’est l’État qui alloue 750 F pour l’entretien du dépôt de vaccin, mais cette charge est transférée au département95. Dès lors, le conseil général alloue en moyenne 2.000 F par an pour récompenser les vaccinateurs (par des primes et des médailles) et indemniser le major de La Charité.

  • 96 A.D.R., 3 K, Recueil des actes administratifs, 1819, 26 novembre.
  • 97 Id., 1823, 24 juillet, 983 opérations en 1820,1156 en 1821.

57Dès 1819, 614 personnes sont vaccinées à Lyon, dont 480 par le major de La Charité96. Le mouvement ascendant se poursuit jusqu’en 1824, et le chirurgien de La Charité reçoit à cette date le prix destiné à récompenser le vaccinateur le plus zèle97. Parallèlement, le dépôt de vaccine fait d’assez nombreux envois hors de Lyon. Les résultats sont pourtant limités, surtout pour les pensionnaires de l’hospice, et en 1826 trois cents enfants placés à la campagne sont atteints par la variole. Malgré les déboires et les résistances, l’hôpital s’habitue lentement à cette action en faveur de la médicalisation, mais il n’est pas au nombre de ses inspirateurs.

58Malgré toutes les réserves que l’on peut faire sur la situation sanitaire des hospices civils de Lyon au XIXe siècle, l’Hôtel-Dieu conserve dans la région un très net prestige, et les hôpitaux de Valence, Mâcon, Grenoble, Le Puy, y voient le nec plus ultra en matière de soins et remèdes. Ces petits hôpitaux réclament l’envoi de sœurs à l’Hôtel-Dieu, ou à l’inverse la présence de sœurs lyonnaises dans leurs murs pour former des pharmaciens. D’autres hôpitaux, plus importants, demandent à Lyon des remèdes comme la pommade Schérer (pour les maladies d’yeux) ou les remèdes contre la teigne. Ce même prestige pharmaceutique amène les autorités locales à recourir à l’hôpital pour livrer des remèdes aux prisons (dès l’an II), puis aux employés de l’octroi (en 1827), et enfin au dépôt de mendicité provisoire (en 1829). On demande aussi à l’hôpital de vérifier le contenu des boites de secours aux noyés que la ville fait disposer près des ponts. De plus, l’hôpital appartient aussi au bureau de bienfaisance, s’occupe de celui des nourrices. Certes, tout ceci complique les tâches de l’administration mais pourrait utilement décharger les hôpitaux de bien des tâches. Ce n’est pourtant pas dans cette voie de la complémentarité que s’acheminent les différentes institutions de secours.

59A chacune des demandes adressées pour obtenir l’envoi de sœurs hors de Lyon pour encadrer un personnel démuni, l’hôpital répond par la négative, invoquant tantôt les règlements, tantôt le trop faible nombre de son personnel, ou leur incompétence pharmaceutique. Plus généralement, il n’admet avec les autres hôpitaux que « des communications accidentelles ». Jamais l’idée d’un quelconque réseau hospitalier structuré ne vient à la conscience des administrateurs.

  • 98 A.D.R., K, Registre des arrêtés du Préfet, 9 pluviôse an XI, vol. 4.
  • 99 A.H.C.L., Courrier, Lettre du Commissaire de police, 7 floréal an XII. Id., Lettre du Préfet, 18 ao (...)
  • 100 La situation est assez générale. Cf. FAY-SALLOIS (Fanny), Les nourrices à Paris..., op. cit., pp. 4 (...)

60La réticence du conseil est plus nette encore pour le bureau des nourrices. Créé par arrêté préfectoral du 9 pluviôse an XI98, son fonctionnement incombe presque entièrement aux hospices, qui en rédigent le règlement. Celui-ci prévoit un contrôle du commissaire de police et un contrôle sanitaire confié à des médecins. Ce sont aussi les hospices qui nomment les deux médecins et le directeur. Le conseil reste parfaitement inactif devant la multitude des problèmes qui assaillent le bureau. Celui-ci se heurte à la concurrence des meneurs et manque de moyens pour les combattre, et il finit par servir d’hôtel pour les nourrices qui préfèrent obtenir des enfants par des voies illégales. Directeur, préfet, commissaire de police, dénoncent les abus, proposent des réformes, mais le conseil reste impassible99 et se trouve même incapable d’assurer la gestion quotidienne. C’est le préfet qui de fait nomme directeur et médecin. Après 1813, le bureau des nourrices disparaît complètement des préoccupations du conseil, et survit plus qu’il ne fonctionne. Cette passivité étonne car l’abandon du bureau des nourrices signifie la prospérité des meneurs, et donc des arrivées illégales d’enfants à la charge de l’hospice100.

  • 101 A.H.C.L., Délibérations, vol. 17, 9 février 1820.

61Dans les distributions de remèdes aux indigents on retrouve la même étroitesse de vue. Jusqu’en 1806, ce sont les sœurs de la pharmacie qui décident seules qui peut recevoir ou non des remèdes gratuitement. En octobre 1806, on impose la fourniture d’un certificat, distribué par les bureaux de bienfaisance, mais la mesure est inopérante, et en 1809 on restreint encore, sans plus de succès, les distributions. En 1816, le contrôle direct de l’administration en collaboration avec les bureaux de bienfaisance reste insuffisant. De 1820 à 1830, la réglementation est plus draconienne101. Chaque indigent doit se procurer un certificat d’indigence et une ordonnance délivrée par un médecin reconnu par les hospices, et faire viser le tout par un administrateur. Parallèlement, les distributions ne se font plus que trois jours par semaine, de 8 h. à 10 h. Dès lors, le conseil se borne à contrôler la nomination des médecins, limiter leur nombre. Parallèlement, l’hôpital développe les consultations externes, car les médecins de l’hôpital prescrivent cinq à six fois moins de remèdes que ceux des bureaux de bienfaisance. Petits ou grands moyens ne suffisent pas à enrayer le développement de ce service. Le nombre des médicaments distribués double. L’hôpital laisse faire, mais c’est plus par obligation que par volonté.

62C’est la même réserve que l’on retrouve face aux œuvres privées. Si l’hospice distribue des remèdes gratis aux sœurs du Refuge et aux Frères des Écoles Chrétiennes, c’est en petite quantité.

63C’est contre sa volonté que l’hôpital a assuré le développement et la transformation des œuvres extérieures. Lieu de médicalisation, l’hôpital n’en est pas l’initiateur, loin de là. Farouchement attachés au modèle ancien et assaillis par les tâches quotidiennes, les administrateurs n’ont su dégager une attitude cohérente. Il semble sûr que, toute opinion politique mise à part, les résistances de l’hôpital deviennent insupportables aux autorités, porteuses de projets plus novateurs.

b) La mission de l’hôpital

  • 102 Règlements de l’Hôpital général ou Grand Hôtel-Dieu de Lyon, op. cit., chap. XXI à XXIII.
  • 103 DELASSISE (Martine), L’enfant sourd du XIXe siècle à nos jours, thèse 3e cycle, Lyon, 1978, CR in B (...)

64Les Règlements de 1786, remis en vigueur après la Révolution, n’excluent pratiquement aucune catégorie de malades. Ils prévoient seulement la mise à l’écart des contagieux, le renvoi des fous après qu’un séjour de trois mois eut prouvé leur incurabilité102. Petit à petit, et malgré quelques rechutes, ces différentes catégories sont expulsées. Les sourds-muets le sont dès la formation de la nouvelle administration, et vraisemblablement depuis la fin du XVIIIe siècle103. Périodiquement, le conseil transmet au préfet la liste des enfants sourds et muets de La Charité, pour les faire admettre à l’institution spéciale. Les plus tôt expulsés sont les épileptiques, mais cette exclusion n’a rien de médical : il s’agit de « rejeter l’effroy » que pourraient produire sur les autres malades des crises d’épilepsie. Les guerres de l’Empire vont freiner ce mouvement de spécialisation et, nécessité faisant loi, on doit admettre un peu n’importe qui à cette période. En théorie, les militaires galeux doivent être traités à l’Antiquaille, mais on en trouve une bonne centaine à l’Hôtel-Dieu en 1814. Malgré tout, c’est pendant cette période que les derniers aliénés quittent l’Hôtel-Dieu pour l’Antiquaille (printemps 1810).

  • 104 A.M. Lyon, D, Délibérations du conseil, 11 août 1826.

65Après 1815, le processus change apparemment de nature. Plus que l’exclusion, c’est l’isolement dans l’un ou l’autre hôpital que l’on prescrit. Plutôt que de se débarrasser de malades effrayants, on cherche désormais à leur procurer les meilleures conditions possibles pour leur guérison. Spécialisation accrue, d’abord entre les deux hôpitaux, les acheminant progressivement vers leurs rôles respectifs d’hôpital et d’hospice (au sens actuel du mot). C’est à quoi correspond le transfert des derniers incurables de l’Hôtel-Dieu vers La Charité en 1817. A La Charité même se produit le mouvement inverse, et on tâche d’en écarter les pensionnaires malades. C’est d’abord pour soigner les galeux et scorbutiques de La Charité que l’hôpital loue un local au Perron. Le conseil municipal va plus loin. En 1826, il exige la création de « deux œuvres nouvelles qui manquent essentiellement à une grande ville et que l’humanité commande d’y former : un hospice pour les enfants malades, un hospice pour les incurables. Ces deux genres de maladies ne sont traitées nulle part, et il est de la dignité de la seconde ville de France d’avoir en son sein de tels établissements »104. Réitéré en 1827, le vœu reste lettre morte, mais le projet n’est que provisoirement enterré.

  • 105 A.H.C.L., Courrier, Lettre au Préfet, 19 avril 1830.
  • 106 Id., Lettre au Préfet, 22 avril 1830.

66La coïncidence entre les difficultés financières et la multiplication des demandes de transferts ne peut surprendre, mais il serait abusif d’en faire la raison unique. Il semble que les choses se modifient autour de 1820. Avant, les demandes de transfert n’invoquent que deux raisons, le désordre, l’opposition des règlements. Après 1820, ces raisons ne disparaissent pas, mais ne sont plus invoquées que dans 25 % des cas. On mentionne plus souvent la santé du malade ou celle de ses compagnons, qu’un séjour prolongé peut compromettre (33 %), l’échec des traitements entrepris à l’hôpital et l’inadaptation de ses moyens de soins. L’intervention du médecin dans le quart des demandes renforce cette impression. Si « soulager l’humanité souffrante est notre premier devoir et le premier besoin de notre cœur », il apparaît que de plus en plus il faut réserver les soins aux gens atteints de maladies aiguës. Comme l’écrit l’hôpital, « l’Hôtel-Dieu n’est pas un établissement de convalescents, et si l’on y gardait les personnes qui y sont admises jusqu’au moment où elles peuvent reprendre leurs occupations, au lieu de se répandre sur 15.000 individus, le bienfait n’en atteindrait pas 1.000 ». En 1830, peu avant le changement d’administration, se développe l’expulsion manu militari. Les frères de l’Hôtel-Dieu s’emparent du malade et le déposent chez une personne de connaissance, ou à défaut en pleine rue. Cette manière forte suscite les protestations des maires, jusqu’au jour où les agents de la force publique dressent procès-verbal aux frères qui refusent de ramener à l’Hôtel-Dieu un malade déposé en pleine rue105. L’hôpital s’incline106 et met fin à ce genre de renvois. A cette idée sous-jacente qu’il faut distribuer les secours au plus grand nombre, s’en ajoute une autre qui introduit la notion de domicile pour la distribution des secours : « il serait convenable que chaque département prit soin des siens et il vous engage à adresser ceux de votre département sur Grenoble ou Vienne, de préférence à Lyon », écrit par exemple le conseil au maire de Saint-Savin. Il ne s’agit pour l’instant que de notations discontinues, mais elles sont le signe précurseur de changements plus profonds.

Notes

1 DESGAULTIERES (Philippe), Compte-rendu des observations faites à l’Hôtel-Dieu de Lyon par MM. les Médecins sur les maladies régnantes (1811-1812), op. cit.

2 IMBERT (François), De l’observation dans les grands hôpitaux, op, cit., p. 6.

3 CARTIER (L.-V.), De l’Esprit qui doit diriger le manuel dans les opérations, op. cit., p. 12.

4 DESGAULTIERES (Philippe), Discours sur les dangers de l’esprit de système dans l’étude et l’exercice de la médecine, op. cit.

5 Ibid., p. 5.

6 DESGAULTIERES, Compte-rendu (1812-1813), op, cit, , p. 6.

7 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op, cit., vol. 1,pp. 305 à 308.

8 TROLLIET (Michel), Compte-rendu des observations (1819-1822), op, cit, , p. 22.

9 CLIET (Henri), Compte-rendu médico-chirurgical, op. cit., p. 65.

10 JANSON (Louis), Compte-rendu de la pratique chirurgicale à l’Hôtel-Dieu pendant six années, op, cit.

11 Ibid, , p. 34.

12 ACKERNECHT (E.-H.), Medicine at the Paris Hospital, 1794-1848, op. cit.

13 LAPRADE (Richard de), Discours sur l’union des sciences médicales et leur indépendance réciproque, Lyon, 1827, 47 pages, pp. 26, 32 et 40.

14 JANSON (Louis), Discours sur l’état actuel de la médecine, op. cit.

15 ACKERNECHT (E.-H.), op. cit., passim.

16 IMBERT (F.), De l’observation, op, cit., p. 8.

17 LAUDUN (M.-A.), Constitution médicale ou résumé des maladies observées à l’Hôtel-Dieu de Lyon, op. cit.

18 LAUDUN (M.-A.), Rapport sur les fièvres catarrhales, op. cit., p. 12.

19 LAUDUN (M.-A.), Constitution médicale, op. cit., p. 59.

20 Id., Rapport sur les fièvres rémittentes et intermittentes observées à l’Hôtel-Dieu (1806-1812), op. cit.

21 DESGAULTIERES (Ph, ), Compte-rendu 1812-1813, op, cit, , p. 10.

22 TROLLIET (M.), Compte-rendu des observations faites à l’Hôtel-Dieu de Lyon, 1822-1824, op, cit.

23 TROLLIET (M.), Compte-rendu, 1823-1825.

24 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., vol. 1, p. 477.

25 A.H.C.L., Courrier, Lettre de Laudun, 13 germinal an XII (sans n°).

26 IMBERT (François), De l’observation dans les grands hôpitaux, op. cit., pp.28-29.

27 A.H.C.L., K, liasse médecins, Rapport sur la fièvre des prisons qui a régné en 1808-1809 dans la salle des consignés (anonyme, s.d.).

28 Ibid., Avis sur le moyen de prévenir la contagion, Lyon, 1812.

29 A.H.C.L., K, liasse médecins, Rapport sur l’opportunité de la construction d’une terrasse pour les malades convalescents, 1822.

30 A.D.R., 1 X, liasse 2, Dossier Rapou (13 pièces, du 27 décembre 1816 au 22 juin 1818).

31 A.H.C.L., K, liasse médecins, Projet de Société Médicale Pratique des Hôpitaux Civils de Lyon, s.d. (1811), portant la mention « ajourné ».

32 Journal clinique des hôpitaux de Lyon et Recueil de médecine et de chirurgie pratiqués, Lyon, 1830, tome I, janvier-juin 1830, 580 pages, tome II, juin-décembre 1830, 576 pages.

33 Ibid., tome II, « Avis des Éditeurs », p. 576.

34 ACKERKNECHT (E.-H.), Medicine at the Paris Hospital, op. cit., p. 154, cite des discours voisins chez Thouvenel (1806) et le médecin allemand Casper (1822).

35 « La politique n’est rien d’autre que de la médecine à plus grande échelle », écrivait CASPER dans Charasteristik der Französiscben Medizin, cité dans ACKERKNECHT, op. cit., p. 154.

36 SCHLANGER (J.), Les métaphores de l’organisme, Paris, 1971, cité par PERROT (Jean-Claude), Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe, Lille, 1974, 1.549 pages, 2 vol., t. 2, pp. 1159-1160.

37 « Les médecins sont les attorneys naturels des pauvres », CASPER, cf. note 35.

38 « L’hygiène publique touche toutes les faces de notre existence sociale », RAMEAUX, 1839, cité par ACKERKNECHT, op. cit., p. 154. PERROT (J.-C.), op. cit., p. 1155.

39 RICHARD (de Nancy), Discours sur les études du médecin et sur les qualités..., nécessaires à l’exercice de sa profession, Lyon, 1825, 54 pages, pp. 39 à 47.

40 A.M. Lyon, D, Délibérations du Conseil municipal, vol. É (1806), Séance du 27 janvier 1806, p. 50.

41 ATTALI (Jacques), L’Ordre Cannibale, Paris, 1979, 325 pages, p. 145.

42 BIRABEN (J.-N.), La diffusion de la vaccination en France au XIXe. Awna/es de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1979, 3, pp. 265 à 276.
LÉONARD (J.), La médecine entre savoirs et pouvoirs, Paris, 1981, 385 pages. VOLDMAN (Danièle), Laboratoires précurseurs : les hôpitaux militaires au siècle des Lumières, Monuments Historiques, n° 114, avril-mai 1981, pp. 25 à 32.

43 A.H.C.L., Délibérations, vol. 18, 7 mars 1821 et 24 mai 1821.

44 RICHARD (de Nancy), Discours inaugural sur les fonctions de chirurgien en chef de La Charité, Lyon, 1823, 32 pages, p. 14.

45 CLIET (Henry), Compte-rendu chirurgical des observations recueillies dans la salle des filles mères de La Charité de Lyon (1817-1821), Lyon, 1823,160 pages, pp. 60 à 72.

46 POLINIERE (Isidore de), Considérations sur la salubrité… op. cit., p. 125.

47 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit, , p. 47.

48 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit., p. 48.

49 CARTIER (L.-V.), Précis d’observations de chirurgie, op. cit, , pp. 18 et 215.

50 JANSON (L.), Compte-rendu (1817-1823), op. cit, , passim.

51 CARTIER (L.-V.), De la médecine interne appliquée aux maladies chirurgicales, op. cit.

52 JANSON (L.), Compte-rendu, op. cit., pp. 126 et 132-133.

53 CARTIER (L.-V.), Précis d’observations, .., op. cit., pp. 153-154 et 178 à 180.

54 JANSON (L.), op. cit., pp. 123 à 127.

55 LACASSAGNE (Jean), « Histoire de l’internat » in CROZE et alii, Histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon, Lyon, 1924, 460 pages, pp. 356 à 409.

56 COURY (Charles), L’enseignement médical des origines à nos jours, Paris, 1968,199 pages, chap. 9.

57 HUARD (Paul), La chirurgie moderne : ses débuts en Occident, Paris, 1968.

58 TATON (René), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIe siècle, Paris, 1964, 780 pages, pp. 169 à 256, p. 191.

59 CROZE (Auguste), et alii, op. cit., chap. VI. Le Collège de Lyon est créé en 1775.

60 TATON (René), op. cit., p. 194.

61 LACASSAGNE (Jean), op. cit.

62 COURY (Charles), op. cit., pp. 164-165.

63 POINTE (Jean-Pierre), Histoire topographique..., op. cit., p. 348.

64 A.D.R., 1 X, liasse 230.

65 A.D.R., 1 X, liasse 230, Examen d’un projet d’organisation médicale comportant des cours de clinique interne : observations des médecins, correspondance, an IX. – Observations du citoyen Cartier, chirurgien major de l’bospice des malades, 11 fructidor an IX. – Observations des citoyens Figurey, Gonnelle, Morizot, Willermoz, médecins titulaires, sur le projet Ducbanoy, s.d. – Observations des médecins suppléants des hospices de Lyon, s.d. – Lettre de Parat au secrétaire général de la Préfecture, 11 fructidor an IX. – Observations de Pignatel sur le projet Duchanoy, s.d.

66 A.D.R., 1 X, liasse 230, Observations des médecins titulaires, cit.

67 Id., Observations des médecins suppléants, cit.

68 A.D.R., 1 N, Délibérations du Conseil général (1806-1807), Séance du 13 juin 1806,1124 et 25.

69 A.M. Lyon, D, Délibérations du Conseil municipal (1803-1805), pp. 114- 116 et vol. 6 (1809-1810), Séance du 9 mai 1810, pp. 288 à 290, et vol. 7, Séance du 18 mai 1811, p. 254.

70 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., tome 2, pp. 658 et sq.

71 A.H.C.L., Délibérations, vol. 17, 24 septembre 1819.

72 Id., 18, 23 mai 1821.

73 TUDESQ (A.-J.), Les grands notables en France, op. cit, , p. 167.

74 A.H.C.L., Délibérations, vol. 32, 30 mai 1832.

75 Id., vol. 19, 17 et 24 septembre et 12 octobre 1821.

76 A.H.C.L., École de Médecine, Mémoire sur l’utilité de l’établissement d’une chaire de chirurgie (Faivre, 1er juillet 1823).

77 A.H.C.L., Délibérations, vol. 21, 23 septembre 1823, pp. 20 à 32.

78 A.H.C.L., École de Médecine, Statuts de l’École, 9 avril 1825.

79 A.H.C.L., École de Médecine (non classée), Rapport de Foumel au Conseil sur l’enseignement médical, 11 février 1829.

80 A.H.C.L., École de Médecine (non classée), Lettre de Richard, 23 mars 1824.

81 Id., Lettre de R. de Laprade au Conseil, 1825, s.d.

82 D’après les Registres des concours des deux hôpitaux, 1824-1844 (A.H.C.L.)

83 A.H.C.L., Délibérations, vol. 23, 7 septembre 1825.

84 A.H.C.L., id., vol. 19, 28 novembre 1821.

85 Id., vol. 23, 7 septembre 1825.

86 A.H.C.L., Courrier, Lettre au Préfet, 15 brumaire an X.

87 FLANDRIN (Jean-Louis), Familles, parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, 1976, 287 pages, pp. 192-193.

88 GÉLIS (Jean), LAGET (Mireille) et MOREL (Marie-France), op. cit., pp. 69 à 79. GÉLIS (Jean), « L’accouchement au XVIIIe siècle », Ethnologie française, 1976, n° 6. Id. « Sages femmes et accoucheurs : l’obstétrique aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales E.S.C., 1977, n° 5, pp. 927 à 957.

89 A.H.C.L., Lettre au Préfet, 29 brumaire an XIV, 5 pages, Réponses à la circulaire du 18 vendémiaire du Ministre de l’intérieur.

90 Tout ce qui concerne le fonctionnement et la vie de l’école est tiré de pièces éparses de la correspondance. Aucune délibération ne traite de la question.

91 A.D.R., 1 N, Conseil général (1819), Rapport du Préfet sur le cours d’accouchement, 6 août 1819.

92 LÉONARD (Jacques), Les médecins de l’Ouest, op. cit., vol. 3, pp. 1178-1179. – BIRABEN (Jean-Noël), « La diffusion de la vaccination en France au XIXe siècle », art. cit.

93 A.D.R., 3 K, Registre des actes administratifs, vol. 10, 1er juillet 1820, Discours de Cliet devant la Commission de vaccine.

94 A.D.R., 3 K, Recueil des actes administratifs, 1819, 27 janvier 1819, art. 18.

95 A.D.R., 1 N, Délibérations du Conseil général (1810), Rapport du Préfet sur la vaccine, 12 août 1819.

96 A.D.R., 3 K, Recueil des actes administratifs, 1819, 26 novembre.

97 Id., 1823, 24 juillet, 983 opérations en 1820,1156 en 1821.

98 A.D.R., K, Registre des arrêtés du Préfet, 9 pluviôse an XI, vol. 4.

99 A.H.C.L., Courrier, Lettre du Commissaire de police, 7 floréal an XII. Id., Lettre du Préfet, 18 août 1812 (5019 bis), présente un projet de règlement. A.D.R., K, Registre des arrêtés du Préfet, 5 avril 1809.

100 La situation est assez générale. Cf. FAY-SALLOIS (Fanny), Les nourrices à Paris..., op. cit., pp. 41 à 50.

101 A.H.C.L., Délibérations, vol. 17, 9 février 1820.

102 Règlements de l’Hôpital général ou Grand Hôtel-Dieu de Lyon, op. cit., chap. XXI à XXIII.

103 DELASSISE (Martine), L’enfant sourd du XIXe siècle à nos jours, thèse 3e cycle, Lyon, 1978, CR in Bulletin du Centre d’bistoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1978, n° 3, pp. 48 à 61, p. 52.

104 A.M. Lyon, D, Délibérations du conseil, 11 août 1826.

105 A.H.C.L., Courrier, Lettre au Préfet, 19 avril 1830.

106 Id., Lettre au Préfet, 22 avril 1830.

Table des illustrations

Titre Organisation des études (A.H.C.M., École de Médecine, Règlement de 1825)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/31128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Les inscriptions à l’École de Médecine, 1825-1830 (d’après le Rapport du 1er septembre 1834)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/31128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Lyon, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search