Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

De quelques modalités linguistiques de la textualisation

Le point intempestif : faits de langue et genre de texte

Sabine Pétillon et André Petitjean

Texte intégral

1Tenter de mettre en corrélation des genres textuels et des faits de langue, c’est inévitablement prendre le risque de se trouver confronté à de redoutables problèmes tant épistémologiques que méthodologiques. Cela tient, en premier lieu, à la complexité de l’objet texte, oral ou écrit, dont on sait qu’il se structure en fonction de différents réglages (pragmatiques, énonciatifs, sémantiques) qui opèrent sur des paliers textuels de rangs différents. Rangs supérieurs (principes de pertinence, règles de cohérence...), rangs intermédiaires (cohésion et enchaînements interphrastiques du type progression thématique, marqueurs et connecteurs, reprises anaphoriques, temps verbaux en fonction de plans de textes...), rangs inférieurs (énoncés, propositions, clauses), et leurs micro-réglages, du phonétique ou graphique au morphosyntaxique en passant par le lexical. En fonction de quoi, l’enjeu des controverses linguistiques (voir Petitjean, 2008) porte sur les modalités d’association entre les unités de structuration des textes et les types de faits de langue susceptibles d’être appréhendés comme des marqueurs d’organisation. À quoi s’ajoutent les divergences portant sur les indicateurs (statut, portée et nombre) des faits de langue auxquels on (le savant linguiste ou le profane producteur de textes) attribue le rôle de spécificateur dans la production d’un effet de généricité.

2Il ne suffit pas d’établir une liste des propriétés génériques, il importe aussi de décrire les modes d’interaction entre le genre dans sa globalité et dans ses sous-parties et les données langagières de tout ordre que l’on trouve déployées dans un texte. Ce que Jean-Michel Adam appelle les « forces centripètes de la textualité » (Adam, 2011, p. 298). Alors que les analyses grammaticales procèdent traditionnellement selon une logique de progression ascendante, qui va de l’organisation interne des phrases aux règles de structuration des textes, étudier les faits de langue dans une perspective générique implique que l’on ait recours à une démarche globalement descendante (partir de l’examen de la visée intentionnelle du producteur du texte dans une situation et un contexte donnés, examiner ensuite le mode énonciatif, l’organisation globale et les différents paliers de structuration tels qu’ils sont partiellement autonomes mais fondamentalement en synergie).

  • 1 Claudie Gallay, Seule Venise [2004], Arles, Actes sud, coll. « Babel », 2005. Dans la suite de l’a (...)

3À ce propos, désireux que nous sommes d’analyser dans cet article une forme linguistique – le point dans des sites phrastiques insolites –, nous partirons d’un roman de Claudie Gallay, Seule Venise1. Après avoir mené une étude syntaxique des lieux de « dissolution de la phrase » (Combettes, 2007 a ; 2007 b), nous nous demanderons s’il s’agit d’un stylème singulier ou d’un phénomène plus général que l’on retrouve dans d’autres romans contemporains (stylème générique)

  • 2 Cet adjectif – intempestif – a été proposé par Sabine Pétillon (2011) pour désigner le point qui i (...)

4Nous verrons ensuite que cet usage transgressif du point apparaît également dans la presse, et non seulement dans des articles de réflexion, mais également – si surprenant que cela puisse sembler – dans des analyses politiques ou économiques. Le point intempestif2 ne serait donc pas l’apanage de la littérature, mais un signe de littérarité générale, susceptible d’intervenir aujourd’hui dans tous genres de textes.

INSTRUCTIONS DE LECTURE DU POINT

  • 3 Annie Kuyumcuyan aura cependant pour objectif, dans son article, de montrer les configurations dan (...)

5Dans la hiérarchie des signes de ponctuation – ce qu’il appelle la force des signes –, Claude Tournier place le point en première position, c’est-à-dire qu’il le définit comme étant celui qui a le plus de force dans l’ordre hiérarchique des signes. Dans sa typologie, il met au jour, notamment, les signes qui délimitent la phrase graphique : « Nous considérons comme phrase graphique l’ensemble des mots graphiques qui, à la fois, commence par une majuscule et se termine par un point précédant une autre majuscule ou marquant la fin d’un texte. » (Tournier, 1977, p. 225) La phrase s’ouvre donc par une majuscule et s’achève par un point. Plus de trente ans après, cette fonction fortement séparatrice du point est également soulignée par Annie Kuyumcuyan : « Un segment s’achève, voilà ce que dit le point » (Kuyumcuyan, 2009, p. 321)3. Il reste que les bornes sécurisantes de cette définition de la phrase ont été récemment mises à mal par l’ensemble des nombreux travaux sur l’ajout après le point et l’hyperbate. On se souvient de la définition qu’Henri Morier donne de celle-ci : « Figure par laquelle on ajoute à la phrase qui paraissait terminée une épithète, un complément, ou une proposition, expression qui surprend l’auditeur, et se trouve par là même mise fortement en évidence. » (Morier, 1961, art. « Hyperbate ») Deux remarques s’imposent ici. D’une part, l’hyperbate concerne aussi bien de simples syntagmes – ajout d’un syntagme adjectival après le point ou d’un syntagme prépositionnel complément de nom, bien que cette configuration soit beaucoup plus rare – que la proposition – une seconde complétive par exemple (ou plusieurs !), ou n’importe quelle proposition conjonctive ou circonstant. Nous proposons ici d’analyser cette façon d’être de la phrase qui s’achève tout en se prolongeant.

6Citant un exemple d’hyperbate, Julien Piat le commente ainsi :

  • 4 On notera que Morier évoque la surprise de l’« auditeur », là où Piat parle de « formulation écrit (...)

La typographie va à l’encontre du sens : le mouvement de signification n’est pas terminé à la fin de la première phrase ; la seconde vient rectifier le contenu en introduisant une autre énonciation. Là encore, on peut y voir un trait de langue destiné à un effet phénoménologique ou oralisant : une phrase qui se termine sans se terminer permet de dire une pensée en acte [on pourrait dire in statu nascendi] ; elle remet également en cause le caractère a priori définitif de la formulation écrite4. (Piat, 2009, p. 227 ; nous soulignons)

7C’est aussi ce que Cécile Narjoux formule en d’autres termes :

En effet, si, contrairement à la virgule, le point ferme la phrase et crée, dans l’esprit du lecteur, une rupture d’ordre sémantique et syntaxique, la relance, après un point, d’un énoncé manifestement dépendant de ce qui précède sur le plan syntaxique, implique donc que le lecteur opère un réajustement informatif : ce qui se donnait pour achevé ne l’était pas. Le point, qui supposait, en principe, qu’il n’y ait plus de dépendances syntaxiques à traiter, apparaît donc comme l’instrument d’un brouillage de l’information délivrée au lecteur. [...] Le point, au lieu de clarifier les différentes informations délivrées au lecteur par le scripteur, contribue à ce brouillage qui amène [force ?] le lecteur à prendre part à la construction du texte ; il implique toujours la présence de l’instance énonciatrice qui se signale ainsi en train d’énoncer. (Narjoux, 2010 b, p. 328 ; nous soulignons)

  • 5 Ce mot parfaitement adéquat et imagé revient à Bernard Combettes.
  • 6 Sur ce point, voir Piat, 2009, p. 181. La définition de la phrase articulée autour d’un prédicat e (...)
  • 7 Narjoux donne une définition plus nuancée, qui prend justement notre problématique en compte : « D (...)

8Il y aurait là comme un mouvement de fragmentation5 ou de fragilisation de la phrase graphique ou du moins une ouverture, une superposition – non conflictuelle ? – avec les définitions morphosyntaxiques (la phrase correspond à la suite sujet-verbe-complément) et sémantico-logiques de la phrase (la phrase s’appuie sur une relation prédicative et elle a un sens)6. On pourra ajouter cependant, qu’à côté de cette vision de la phrase qui se termine tout en continuant sur / vers celle qui suit, on trouve une position radicalement opposée à cette perspective chez Pierre Le Goffic : « Le point (simple) marque une séparation très nette : il n’y a pas de relation syntaxique entre ce qui précède et ce qui suit le point ; les deux parties séparées par un point sont autonomes l’une par rapport à l’autre7. » (Le Goffic, 1994, p. 65 ; nous soulignons)

9C’est précisément, et dans un premier temps, dans le court récit de Claudie Gallay, ce mécanisme de « phrase qui se termine sans se terminer » (Piat, 2009, p. 227) que nous voudrions étudier. Qu’on nous permette, auparavant, de préciser en quelques mots le sujet de Seule Venise. Il s’agit d’une jeune femme qui, après une rupture à Paris avec un homme qu’elle aime peut-être encore, s’en va passer quelques semaines, dont celle de Noël, à Venise. Là, elle rencontre des personnages qui lui ressemblent, c’est-à-dire sans doute un peu amputés d’une partie d’eux-mêmes : un prince russe à la recherche d’une Tatiana qu’il sait devenue religieuse dans un couvent de Venise, un logeur, Luigi, qui ne cessera d’attendre la visite de sa fille pour Noël – préparant pour elle des présents sous le sapin –, et pour finir un couple (dont une danseuse), dans le doute, qui se déséquilibre sur le fil de la rupture. Ces personnages vivent tous dans l’auberge de Luigi. S’ajoute un libraire, dont l’héroïne se sent devenir amoureuse. Des personnages fracturés, donc, d’où cette diffraction sans doute de la phrase, souvent via le point qui tout à la fois interrompt et laisse filer le dire, parfois même au-delà d’une frontière intrapaginale : le paragraphe (nous y reviendrons).

LE POINT DANS LES SYNTAGMES NOMINAUX ET VERBAUX

10Le point n’a pas seulement pour fonction de délimiter la phrase ; il se trouve que celle-ci peut, comme nous venons de le souligner, ne pas s’achever avec le point et, comme nous allons l’observer, voir le « mouvement de sa signification » (Piat, 2009, p. 227) dépasser celui-ci pour ne s’achever que dans un segment postérieur.

Le syntagme nominal

11Cette continuation du sens au-delà du point peut donc s’observer dans le groupe nominal. On en trouve de fort nombreux exemples dans le récit de Claudie Gallay :

(1) Ici, c’est une autre Venise. Une Venise qui s’ouvre. Presque sanguinolente. (p. 51)

(2) C’est comme un rituel. Silencieux. (p. 69)

(3) Le temps passe. Vide, silencieux. Feutré. (p. 78)

12Dans ces trois premiers énoncés, on peut remarquer que le constituant ajouté après le point n’a pas d’équivalent syntaxique dans l’énoncé préalablement produit. Quand l’adjectif est ajouté, une connexion syntaxique s’établit entre lui et l’énoncé qui précède. Ainsi, dans nos trois énoncés, le point fait paradoxalement le lien – en même temps qu’il inscrit, graphiquement, rupture – entre le substantif et ses expansions adjectivales. La dynamique informative suit, malgré le point, un déroulement syntagmatique. On peut bien sûr trouver des configurations semblables avec d’autres expansions du nom, par exemple des relatives :

(4) Je vois cette femme auprès de vous. Cette femme qui est sans manteau et qui vous tient par le bras. Qui se colle à vous. (p. 254)

(5) Je pense à vous, à cet amour que sans doute vous ne comprenez pas. Qui vous laisse étrange. Soucieux. (p. 234)

13Ce dernier énoncé nous conduit directement à l’autre type de configuration qui, lui, obéit plutôt à une dynamique paradigmatique. Dans ce cas, le constituant ajouté après le point appartient à la même classe d’équivalence syntaxique que celui qui précède tout juste le point. C’est le cas dans les énoncés suivants :

(6) J’appuie sur une touche. J’écoute. La voix rauque. Sèche. (p. 17)

(7) La trace reste, plus sombre. Imprégnée dans le bois. (p. 220)

(8) On arrive derrière le palais, côté rue, une grande porte peinte en vert. Un vert sombre. Brillant. (p. 136)

(9) La façade est recouverte d’un enduit rose. Vieux. Rongé. (p. 20)

(10) Des mots, à peine entendus. Lus sur vos lèvres. Devinés. (p. 156)

(11) La nuit est belle. Froide. Piquée d’étoiles. (p. 210)

(12) Je les vois le premier matin quand ils sortent de la chambre, encore pris l’un dans l’autre. Jeunes. Serrés. Accrochés. (p. 36)

14On pourra noter ici la gradation toujours extensible d’accumulation d’adjectifs. En effet, les énoncés 6 à 10 mettent en co-présence – via le point – deux adjectifs différents alors que les configurations 11 et 12 cumulent jusqu’à trois adjectifs séparés par un point, comme si le texte avançait par saccades successives, comme si, par ce temps glacial à Venise, il était devenu difficile de les prononcer.

15Ici, au plan syntaxique, il y a donc réduplication d’un terme déjà présent à sa place (avant le point) dans la structure. Mais une relation sémantique apparaît de surcroît entre A1 (segment avant le point) et A2 (segment après le point), ce qui n’était nullement le cas auparavant. Plutôt que de prolonger la phrase initiale en lui apportant tel ou tel ajout d’information non prévisible, A2 vient éclairer, préciser A1 en en fournissant diverses « reformulations » : il est toujours syntaxiquement possible de permuter A1 et A2, mais dans une perspective sémantico-énonciative, cet effet de précision offert par les adjectifs qui suivent le point fait qu’il est plus difficile de pratiquer cette permutation. Dans tous les cas, c’est ce qui vient après le point qui détermine l’opération syntaxique à effectuer : nouveau programme syntaxique ou réactualisation de la phrase précédente ?

Le syntagme verbal

16Le syntagme nominal (SN) n’est bien évidemment pas le seul à illustrer cette diffraction de la phrase que nous évoquions plus haut : il en va de même pour certaines occurrences du syntagme verbal (SV).

17On peut, dans un premier temps, noter la présence du point entre des syntagmes nominaux compléments du verbe :

(13) J’aurais dû choisir un autre pays. Ou alors une autre destination. (p. 9)

18Ici, le point se trouve au cœur d’une alternative marquée par la conjonction « Ou », et entre les deux SN compléments directs du verbe « choisir ».

19Dans l’énoncé suivant, on peut s’interroger sur le statut de « N’importe quoi » : est-ce en effet une nouvelle prédication avec ellipse d’une structure présentative du type c’est ou bien s’agit-il d’un complément de la suite « j’avale ». L’ambiguïté interprétative reste entière :

(14) C’est comme ça depuis Trévor, j’avale plus que nécessaire. N’importe quoi. (p. 19)

20Il y a également ambiguïté dans l’énoncé suivant qui ne permet pas, a priori, de déterminer si le syntagme « Les livres sur la table » est à interpréter comme phrase nominale ou comme complément du verbe « éclaire » :

(15) La lumière de la lampe éclaire vos mains. Les livres sur la table. (p. 50)

21En revanche, les latences interprétatives semblent moindres dans les exemples suivants, du fait du changement d’actualisation du second SN :

(16) Ce que je ne savais pas, c’est que des hommes qui étaient enfermés là-bas ont été sauvés de la mort parce qu’ils se récitaient des poèmes. Des poèmes mais aussi des livres. (p. 82)

(17) Il s’avance jusqu’à l’armoire, en sort un échiquier. Des pièces en bois vernis, un jeu florentin. (p. 100)

(18) Le lendemain, quand j’arrive devant chez vous, je vois la lumière, le rideau tiré, le pantin. Et le chat derrière. (p. 236)

22On remarquera ici que le dernier complément « saute », si l’on peut dire (et c’est extrêmement fréquent dans le texte), une frontière, un niveau ou un pan textuel puisque le dernier complément intervient au paragraphe suivant, avec, de surcroît, le connecteur « Et » comme outil de liage. Il y a là des instructions contraires au plan de l’interprétation : de la segmentation en même temps que du liant (liage, pour reprendre le mot fondateur de Jean-Michel Adam), via le connecteur. Le saut du point et du paragraphe apparaît très souvent dans le texte – ce qui est une façon de cumuler deux types de segmentation : une première de type ponctuationnel avec l’usage du point ; une seconde avec le saut de paragraphe (sans alinéa) qui relève de la mise en page. La phrase et la page sont donc conjointement touchées par cet effet de rupture ou de liage (surtout lorsqu’il y a présence d’un connecteur en début de paragraphe, comme c’est le cas pour l’énoncé 18).

23Le point se retrouve de nouveau dans l’énoncé suivant, dans lequel on peut considérer que l’on est en présence d’une ellipse de il y a ; s’ensuivent des compléments que le point interrompt dans trois occurrences différentes :

(19) À l’intérieur, un lit à baldaquin. Des tentures rouges, des broderies. Une commode avec des flacons, une coupe pleine de cerises en verre. Des vêtements sur les sièges, par terre, froissés. (p. 24)

24Cette même structure se retrouve dans (20), dans un contexte proche de l’énoncé précédent : on a bien une structure impersonnelle, cette fois-ci, avec une rupture introduite par le point entre les deux compléments, alors qu’ils sont joints par le connecteur « Et », et dans l’énoncé 21, cette configuration est plus étonnante encore puisque les SN, à la suite de la structure « il y a », sont au nombre de six, tous segmentés par le point :

(20) À la place, il y a des lampes. Et toute une boîte de bougies dans un tiroir. (p. 24)

  • 8 On notera ici que c’est le syntagme prépositionnel (SP) complément de « parfums » qui est dupliqué (...)

(21) Dans les rues, il y a des guirlandes et des sapins décorés. Des enfants qui plaquent leurs mains contre les vitrines. Des vendeurs de marrons. Des odeurs encore, prises entre les murs des ruelles, coincées là et puis mélangées. Des odeurs de vanille, de café, les odeurs plus chaudes du chocolat. Des parfums de femmes, des parfums de cuir. De sacs8. (p. 29)

25On le voit, le point intervient tout aussi bien dans une structure syntagmatique, entre le substantif et ses expansions, c’est-à-dire que l’adjectif intervient, après le point, comme expansion du nom, que dans une structure que l’on peut qualifier de paradigmatique : le point est alors précédé d’un premier adjectif directement lié au substantif qualifié. Dans cette seconde configuration, le nombre des adjectifs qui constitue le paradigme peut aller, dans notre texte, jusqu’à trois adjectifs disjoints par le point. Par ailleurs, le point apparaît également dans le SV, entre le verbe et ses compléments directs ou indirects. C’est dire que ce point, que nous appelons intempestif, vient rompre des liens syntaxiques forts, dans le SN ou le SV, tout au long du récit.

26On peut également repérer la présence du point au plan phrastique, notamment, comme nous allons le voir, de façon récurrente dans les complétives.

LE POINT DANS LA STRUCTURE PHRASTIQUE

27Comme nous venons de le signaler, le point apparaît également au plan de la phrase. Notamment, de façon récurrente, entre le noyau phrastique et le circonstant final (extra-prédicatif), et entre les complétives.

Le point entre le noyau phrastique et le circonstant final

28On trouve fréquemment chez Claudie Gallay ce que l’on pourrait appeler un tic d’écriture : d’abord le point en fin de phrase qui relègue le circonstant (SP, adverbe ou participiale) dans une seconde énonciation ; ensuite le point entre les complétives.

29Pour le circonstant, les exemples sont nombreux :

(22) Je prenais la place, toujours la même, au bout du banc. Avec la machine en face. (p. 12)

(23) Il flotte.
À peine. (p. 17)

(24) Avec Trévor, on s’aimait comme ça.
En aveugle. (p. 36)

(25) On commence à manger. En silence. (p. 44)

(26) Je prends un livre. Au hasard. (p. 66)

(27) Le serveur pose le gâteau sur la table. À côté du livre. (p. 79)

(28) Le vent se lève. Brusquement. (p. 49)

(29) On parle. Longtemps. (p. 52)

(30) Vous me parlez de lui. Longtemps. En ouvrant le livre et en le refermant. (p. 67)

(31) Il m’a appris d’autres choses aussi, comme jouir sans se toucher. Simplement en se regardant. (p. 89)

30On le voit ici, la fragmentation de la phrase intervient en fin d’énoncé, reléguant les circonstants finaux après le point.

Le point entre les complétives

31Nous aurions pu tout aussi bien classer cette configuration dans le SV, mais c’est bien, dans la plupart des cas, entre différentes complétives plutôt qu’entre un verbe et sa complétive que le point intervient. Il y a là, tant les occurrences sont nombreuses (nous ne pourrons pas toutes les citer), un véritable stylème d’auteur : à lire le récit, on a le sentiment que Claudie Gallay se plaît particulièrement à accumuler les complétives qu’elle distingue, entre elles, à l’aide du point – auquel s’ajoute parfois le changement de paragraphe (comme c’est le cas, précédemment, avec le circonstant final, dans les énoncés 23 et 24). On le voit dans les exemples suivants :

(32) Je voudrais que ça ne s’arrête jamais un regard comme ça. Que ça nous prenne. Que ça nous garde. Et que ça nous enterre tous les deux. (p. 88)

(33) Je vous écris ce soir-là. Une lettre que vous ne recevrez pas. Que je ne me souviens pas avoir brûlée.
Que je ne me souviens même pas avoir envoyée. (p. 206)

(34) Vous dites oui, que vous savez cela. Que ce sont d’autres cendres.
Qu’après votre mort, vous aimeriez que les vôtres soient répandues sur l’île de Torcello. (p. 120)

(35) Il dit qu’il s’est préparé à cette idée. Qu’un jour, il se couchera. Et que ce sera ainsi.
Qu’il est seulement triste à l’idée de ne plus voir certaines choses.(p. 246)

(36) Luigi me dit qu’il ne sait pas qui est Tatiana. Que le prince en parle quelquefois quand il a bu. Qu’on ne sait pas.
Qu’il a une photo punaisée au-dessus de son lit mais il ne sait pas si c’est elle. (p. 165)

(37) Le prince se tait. Il a du mal à respirer. À son regard, je comprends que cet amour qu’il a éprouvé pour Tatiana n’est pas mort. Qu’il est son histoire, la seule. Et que cette histoire a traversé sa vie de part en part.
Qu’elle l’a traversé et amené là, dans Venise. (p. 234)

(38) Vous me dites que les seiches sont pêchées dans les zones les plus polluées de la lagune. Que leur chair est empoisonnée par le cyanure.
Qu’elles sont toxiques.
Qu’il faut savoir ça avant d’en manger. (p. 259)

(39) Vous me dites qu’il faut regarder lentement, passer d’une toile à l’autre et puis revenir.
Qu’on ne voit jamais tout la première fois.
Que ces dessins font partie de vous. (p. 92)

32Dans l’ensemble de ces exemples, on peut noter que seul l’énoncé 32 cumule les complétives séparées – au nombre de trois – dans un même paragraphe. On soulignera au passage, à l’initiale de la dernière complétive, la présence du connecteur « Et » qui relance l’énonciation, comme si le cumul de ces complétives demandait – pour la lecture – de resserrer cette suite de subordonnées.

33Les autres complétives ajoutées après un point sont en même temps singularisées, autonomisées par un changement de paragraphe. On peut trouver jusqu’à trois complétives segmentées, puis une dernière, séparée de la suite précédente de complétives à la fois par le point et par un changement de paragraphe ! Il y a là une forme de jeu dans la mise en page qui semble séduire l’écrivain et qui constitue également un moyen de souligner, de singulariser chaque énoncé au discours indirect – dans ce micro-corpus, cinq complétives sont introduites par le verbe dire (34, 35, 36, 38, 39) – : chaque chose dite acquiert ainsi une importance particulière en même temps que le point imprime un rythme propre à cette fameuse phrase qui s’achève sans s’achever.

34Il convient maintenant de s’interroger sur le statut de ce point intempestif : s’agit-il d’un stylème d’auteur ou de genre ? Dans quels genres textuels apparaît-il de façon privilégiée ?

LE POINT INTEMPESTIF ET LES GENRES DE DISCOURS

Un stylème générique ?

35Cet usage particulier du point, que nous venons d’analyser, ne constitue pas un stylème d’auteur : on ne l’observe pas seulement dans les œuvres de Claudie Gallay. Pour ce qui est de la littérature, en effet, il apparaît dans de nombreux romans contemporains, et tout particulièrement chez les auteurs contemporains des Éditions de Minuit. Comme le remarque Narjoux dans un travail auquel nous avons déjà fait référence, ce point apparaît de nos jours dans de nombreux textes littéraires, par exemple chez Laurent Mauvignier, Christian Oster ou Christian Gailly qui sont tous publiés aux Éditions de Minuit :

Il y a assurément chez les écrivains cités – est-ce un hasard ? tous édités chez Minuit, et donc tous héritiers présumés de Beckett, au demeurant grand pourvoyeur de points – un même discours non dupe de lui-même, qui se regarde avancer, malgré tout [...], et qui reduplique sa suspension tout au long de la narration jusqu’à son achèvement. [...] Ainsi l’usage du point dans les récits de fictions contemporains rend-il parfaitement visible la dimension énonciative de la clôture qu’opère graphiquement le point dans la mesure où elle ne coïncide plus avec la clôture syntaxique de la phrase. À cet égard, on peut considérer que cet usage relève très spécifiquement de choix stylistiques, en ce qu’il sert la poétique d’une œuvre, l’esthétique d’un genre et peut-être le style d’une époque, à tout le moins d’une maison d’édition. (Narjoux, 2010 b, p. 336)

36Si séduisante que puisse être cette lecture, nous ne saurions y souscrire totalement, car, comme nous venons de le montrer, cet usage du point s’observe dans des textes de prose romanesque n’appartenant pas au catalogue des Éditions de Minuit. Claudie Gallay, par exemple, publie chez Actes sud et l’on trouve ce type de point également dans d’autres maisons d’édition. De surcroît, il convient de distinguer, comme le fait très clairement Narjoux, notre point intempestif du point aposiopétique. L’auteur précise :

  • 9 Par exemple : « J’ai gaffé, pourvu qu’il. » (Christian Gailly, L’Incident, Paris, Éditions de Minu (...)

Le procédé finalement le plus frappant et aussi le plus original dans la mesure où on ne le trouve pas dans d’autres genres de discours – de presse notamment – est enfin celui qui consiste à interrompre ce qui se donne comme une phrase à un endroit qui n’est pas acceptable du point de vue syntaxique, dans la double mesure où est proposé alors à la lecture un énoncé incomplet à droite et cependant clôturé par un point9. (ibid., p. 331)

37Ce type de point – aposiopétique – peut, véritablement, être caractérisé comme un stylème de genre – propre, effectivement, à la prose narrative contemporaine.

38Il est nécessaire de ne pas perdre de vue ces deux types de points parce que si l’un relève de la prose narrative, l’autre ne se rencontre pas, loin de là, uniquement dans la prose contemporaine, et encore moins spécifiquement dans les textes des Éditions de Minuit.

Un usage transgénérique

  • 10 Combettes propose en effet des corpus tirés tout aussi bien du quotidien Le Monde que de Télérama (...)

39Il nous semble plutôt (du reste, Narjoux le souligne) que le point intempestif (ou asyndétique) n’intervient pas seulement dans le discours littéraire. Les travaux de Combettes (2007 a ; 2007 b) le montrent bien, puisque ses corpus sont exclusivement journalistiques10. Il en va de même pour Pétillon (2011) qui, de son côté, travaille sur un corpus de Libération. Notre point intempestif n’est donc pas l’apanage d’un type d’écriture romanesque et la presse contemporaine, entre autres textes, ne s’embarrasse guère de ce verrou réputé infranchissable, désormais bel et bien enjambé par des constituants syntaxiquement dépendants de la phrase graphique précédente.

40Si la presse est largement représentée, avec des occurrences du point intempestif aussi bien dans les SN et SV qu’au plan de la proposition, il semblerait que cet usage du point tende à quitter un discours journalistique relativement réflexif pour se populariser et intervenir jusque dans la presse people. Nous citerons, pour illustrer notre propos, trois énoncés édifiants et délicieux provenant de ce type de presse (très) populaire :

  • 11 Paris-Match, 24 octobre 2011, p. 115.

(40) Lulu [le fils de Serge Gainsbourg] ne boit pas. Il est très timide. [...] Lulu a eu le cœur brisé plusieurs fois. On lui rétorque que c’est le plus beau cadeau possible pour écrire une chanson qui tienne la route. Que, sans chagrin d’amour, pas de musique, pas de roman, pas de poème, pas de film : rien11.

41Cet énoncé provient d’une presse relativement populaire : Paris-Match. Mais l’évolution de l’usage du point intempestif au-delà d’une presse de réflexion (encore qu’avec Paris-Match, nous avons quitté le champ d’une presse d’analyse) nous conduit jusqu’à la presse people, comme on peut le voir dans les deux énoncés suivants, tirés d’hebdomadaires les plus sujets à scandales, souvent poursuivis par la justice pour diffamation : Gala et Voici. Ainsi :

  • 12 Gala, 19 octobre 2011, p. 24.

(41) Paroles hautement prémonitoires ! Qui disent bien les dommages collatéraux causés par la première infidélité publique de DSK12.

  • 13 Voici, 22 juin 2012, p. 43.

(42) Peu après l’élection, on apprenait qu’elle avait vertement sermonné une consœur qui avait commis l’erreur de parler de « l’ex-couple Hollande-Royal ». Depuis, elle a posté ce fameux tweet. Une démarche qui, dit-on, a copieusement « énervé » François Hollande. Parce que cela le met politiquement dans l’embarras et parce que la fidèle Ségolène Royal, malgré tous ses défauts, reste, comme elle l’a rappelé avec émotion, « la mère de ses quatre enfants »13.

42On est loin du point intempestif qui peut s’orienter vers la réflexion, l’interprétation lectoriale, qui apparaît dans les pages du Monde ou même de Libération, et plus loin encore des récits en prose hérités de Beckett.

*

43Pour conclure, on pourrait souligner, pour ce qui est du texte de Claudie Gallay que nous avons étudié, l’existence étonnante de microsystèmes qui semblent pouvoir relever d’un stylème d’auteur : nous pensons tout particulièrement aux points qui séparent, de façon systématique, l’accumulation des adjectifs ou des complétives (notamment après un verbe de parole).

44Mais le point intempestif (ou asyndétique) ne constitue en rien l’apanage des textes de la prose narrative contemporaine. On le trouvait jusqu’ici également – et largement – dans une presse relativement réflexive : Le Nouvel Observateur, Le Monde, Libération. Voilà qu’il fait son entrée dans la presse People : une curieuse descente générique pour un signe qui avait ses lettres de noblesse, le plus fort dans ce sous-système de la langue que constitue l’ensemble des points de ponctuation.

45On peut sans doute considérer que, s’il ne s’agit plus d’un quelconque stylème d’auteur ou de genre, il est devenu comme un indice de littérarité – marquant une aspiration à l’originalité dans des textes de presse qui en manquent cruellement.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, [2005] 2011, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Combettes Bernard, 2007 a, « Discontinuité et cohérence discursive : le cas des ajouts après le point », Cahiers de praxématique, no 48, p. 111-134.

Combettes Bernard, 2007 b, « Les ajouts après le point : aspects syntaxiques et textuels », dans Michel Charolles et al. (dir.), Parcours de la phrase. Mélanges offerts à Pierre Le Goffic, Paris, Ophrys, p. 119-131.

Kuyumcuyan Annie, 2009, « Un problème de ponctuation ? Des compléments après le point », dans Denis Apothéloz, Bernard Combettes et Franck Neveu (dir.), Les Linguistiques du détachement, Berne, P. Lang, p. 317-332.

Le Goffic Pierre, 1994, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Le Goffic Pierre, 2005, « La phrase “revisitée” », Le Français aujourd’hui, no 148, p. 55-64.

Meschonnic Henri, 2000, « La ponctuation, graphie du temps et de la voix », La Licorne, no 52, p. 291-293.

Morier Henri, 1961, Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

Narjoux Cécile, 2010 a, La Ponctuation. Règles, exercices et corrigés, Bruxelles, De Boeck-Duculot.

Narjoux Cécile, 2010 b, « Le point de la désillusion dans la prose narrative contemporaine », Poétique, no 163, p. 325-338.

Noailly Michèle, 2002, « L’ajout après un point n’est-il qu’un simple artifice graphique ? », dans Jacqueline Authier-Revuz et Marie-Christine Lala (dir.), Figures d’ajout : phrase, texte, écriture, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, p. 133-145.

Pétillon Sabine, 2011, « Affectation de subjectivité : le point intempestif dans une configuration infrasyntagmatique. Le cas du syntagme nominal », L’Information grammaticale, no 130, p. 30-37.

Petitjean André, 2008, « Corpus et genres : quelles interactions ? », dans Olivier Bertrand et al. (dir.), Discours, diachronie, stylistique du français. Études en hommage à Bernard Combettes, Berne, P. Lang, p. 417-433.

Piat Julien, 2009, « La langue littéraire et la phrase », dans Gilles Philippe et Julien Piat (dir.), La Langue littéraire. Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, p. 179-234.

Tournier Claude, 1977, « Essai de définition de la ponctuation et classement des signes », dans Nina Catach (dir.), La Ponctuation : recherches historiques et actuelles, Paris / Besançon, CNRS / Groupement de recherches sur les textes modernes, p. 223-243.

Notes

1 Claudie Gallay, Seule Venise [2004], Arles, Actes sud, coll. « Babel », 2005. Dans la suite de l’article, la pagination indiquée entre parenthèses après les citations renvoie directement à cette édition.

2 Cet adjectif – intempestif – a été proposé par Sabine Pétillon (2011) pour désigner le point qui intervient à la fin d’une phrase, mais sans que celle-ci soit sémantiquement achevée. Elle se déploie donc au-delà du point, et s’achève sans s’achever au-delà du point. Ce point s’oppose au point dit aposiopétique (Narjoux, 2010 b), qui rompt une construction, qui interrompt une phrase sans proposer aucunement, en segment A2, de suite syntaxico-sémantique.

3 Annie Kuyumcuyan aura cependant pour objectif, dans son article, de montrer les configurations dans lesquelles la phrase se poursuit après le point. Il en est de même dans l’article de Michèle Noailly (2002).

4 On notera que Morier évoque la surprise de l’« auditeur », là où Piat parle de « formulation écrite » : il faut souligner qu’en effet, le point nous place du côté d’une linguistique de l’écrit, même si dans le cas des transcriptions de l’oral, il peut intervenir, comme nous le verrons, dans des lieux où le locuteur n’a probablement pas marqué de pause.

5 Ce mot parfaitement adéquat et imagé revient à Bernard Combettes.

6 Sur ce point, voir Piat, 2009, p. 181. La définition de la phrase articulée autour d’un prédicat est par exemple celle que défend Pierre Le Goffic (2005). Pour lui, la phrase se définit en effet comme une « prédication : la phrase se constitue d’un (et autour d’un) prédicat, rapporté à un terme dont la réalisation type est celle de sujet ; c’est le domaine essentiellement rectionnel, comportant des éléments “essentiels” [...] et des éléments “accessoires” intégrés. [...] Il n’y a pas de phrase hors de la prédication. » (ibid., p. 57) Dans cette approche de la phrase, fonctionnant de façon autonome, il est peu question des relations interphrastiques qui reviennent à la macro-syntaxe. On remarquera également que pour Le Goffic, si le point intervient à l’intérieur de la phrase graphique, c’est uniquement pour marquer les abréviations : « Le point s’emploie, à un niveau inférieur à la phrase, comme marque d’abréviation (M. = Monsieur), ou parfois comme séparateur dans les nombres supérieurs au millier » (Le Goffic, 1994, p. 70).

7 Narjoux donne une définition plus nuancée, qui prend justement notre problématique en compte : « D’un point de vue syntaxique, le point indique que le segment qu’il clôt est à considérer comme une phrase, qu’elle soit complète ou incomplète. Le point est même, avec la majuscule, l’un des critères de définition – graphique – de la phrase. » (Narjoux, 2010 a, p. 39)

8 On notera ici que c’est le syntagme prépositionnel (SP) complément de « parfums » qui est dupliqué et segmenté par le point (« de cuir. De sacs »).

9 Par exemple : « J’ai gaffé, pourvu qu’il. » (Christian Gailly, L’Incident, Paris, Éditions de Minuit, 1996, p. 71 ; cité par Narjoux, 2010 b, p. 332)

10 Combettes propose en effet des corpus tirés tout aussi bien du quotidien Le Monde que de Télérama ou du Nouvel Observateur.

11 Paris-Match, 24 octobre 2011, p. 115.

12 Gala, 19 octobre 2011, p. 24.

13 Voici, 22 juin 2012, p. 43.

Auteurs

Sabine Pétillon est chargée de recherche au CNRS (MoDyCo, Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et spécialiste de la ponctuation et du texte (littéraire ou non). Elle a notamment écrit sur la parenthèse et le tiret double (Les Détours de la langue. Étude sur la parenthèse et le tiret double, Peeters, 2002). Elle travaille actuellement en psychologie cognitive sur le coût cognitif du point qu’elle appelle « intempestif », ainsi que sur les dysfonctionnements de l’usage de la ponctuation dans les mémoires d’étudiants.

Professeur émérite en sciences du langage, membre du Centre de recherche sur les médiations de l’Université de Lorraine. Spécialiste de linguistique textuelle et de didactique du français, il s’intéresse tout particulièrement au théâtre. Ses derniers ouvrages parus sont Études linguistiques des didascalies (Lambert-Lucas, 2012) et, avec Jean-Paul Dufiet, Approches linguistiques des textes dramatiques (Classiques Garnier, 2013).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site