Version classiqueVersion mobile

L’Avenir des idées

 | 
Lawrence Lessig

Troisième partie. Dot.contrôles : Internet et réglementation

Chapitre 5. La croisée des chemins

Texte intégral

1Au début des années soixante-dix, la compagnie RCA expérimentait une nouvelle technologie de distribution de films sur bandes magnétiques – ce qui s’appellera plus tard la vidéo. Les chercheurs n’étaient pas seulement animés par l’idée de trouver une technologie capable de reproduire des films avec un haut degré de qualité ; ils essayaient aussi de trouver un système qui leur réserverait le contrôle de la technologie nouvelle. Ce qu’ils recherchaient, c’était une technologie capable de réglementer la diffusion et l’utilisation des films vidéo, de sorte que le propriétaire du film maximise les profits de cette diffusion nouvelle.

2La technique finalement retenue était relativement simple. Une vidéo ne serait lue qu’une seule fois avant de se bloquer quand le film serait terminé. Si l’utilisateur qui l’avait louée voulait le voir de nouveau, il lui faudrait ramener la cassette au magasin de location où elle serait débloquée. Ainsi, le propriétaire du film serait assuré d’obtenir une rémunération pour chacune de ses utilisations.

3RCA présenta sa technologie à Disney Corporation au début des années soixante-dix. Un jeune cadre de l’entreprise nommé Pat Feely fit une démonstration du procédé RCA devant un groupe restreint de cinq des cadres supérieurs de Disney. Ils furent saisis d’épouvante. À ce que Pat Feely rapporte, « jamais » ils n’autoriseraient que leurs films soient diffusés sous cette forme, car, si ingénieux que soit le système de la cassette autobloquante, le contenu n’était pas suffisamment sécurisé. Un des cadres de Disney objecta :

  • 1 Conversation téléphonique avec Pat Feely (19 juillet 2001).

Comment peut-on savoir combien de personnes seront assises pour regarder [le film] ensemble ? Qu’est ce qui va empêcher quelqu’un d’entrer et de regarder gratuitement ?1

4La chute des coûts de fabrication des films grâce au numérique encourage des enseignants à s’essayer à la réalisation à des fins pédagogiques. Il y a quelque chose de différent dans la façon dont les messages passent dans un film. Comme le dit John Seely Brown, directeur de recherche au Xerox PARC ( « Palo Alto Research Center » ) :

  • 2 Interview avec John Seely Brown, à Stanford, Californie (2 mai 2001).

En adoptant le médium filmique, [...] vous percevez des choses auxquelles la plupart des gens ne font pas attention. Avec un texte, on peut toujours ajouter des commentaires grâce à la ponctuation, aux modalisateurs […]. De cette façon, vous reliez les signifiants les uns aux autres. Mais quand vous représentez une idée par un sketch, il n’y a plus de commentaires. Ils ne servent à rien. Il vous faut décider quelle est l’idée centrale et comment vous allez la représenter.2

  • 3 Institutions universitaires regroupant les deux premières années à l’Université. NdT.

5Cela signifie que par la réalisation cinématographique l’enseignement change de nature. En Californie, dans un ensemble de collèges universitaires3, des réalisateurs ont tenté l’expérience de donner aux étudiants des outils pour faire des films, comme s’il s’agissait d’ateliers d’écriture. Les étudiants ont été amenés à s’inspirer d’un large éventail de films pour les remonter de façon originale et créative, avant de les compléter avec des scènes filmées par eux-mêmes.

6« C’est une transformation de la démarche intellectuelle », explique Brown. C’est « une expérience complètement différente de l’écriture d’un essai ». Et même si ces enseignants n’en sont qu’aux débuts de l’expérience, ils observent déjà ses effets sur les étudiants qui y participent. C’est une nouvelle façon de raisonner, rendue possible par cette technologie numérique émergente.

7Mais le produit de cette créativité ne peut pas être diffusé publiquement. Les films produits par les étudiants sont stockés sur un réseau privé protégé par un mot de passe. Les avocats des universités qui soutiennent le projet ont prévenu les enseignants qu’ils engageraient leur responsabilité en mettant ce contenu sur le Web. Ainsi, cette créativité se retrouve enfermée dans un réseau privé, elle est inaccessible aux étudiants qui voudraient la voir ou en apprendre quelque chose. La leçon que les étudiants en retiennent, c’est qu’il n’est pas permis de partager leur créativité.

8Pourquoi cela ? demande John Seely Brown.

Pour moi, c’est l’avenir de l’enseignement. C’est de cette façon que les étudiants qui sont nés avec le numérique réfléchissent et veulent apprendre, et nous sommes en train de construire un environnement juridique qui inhibe complètement les tendances spontanées des étudiants de l’ère numérique.

9Le droit pose le principe que ce type de création ne peut pas être partagé, et les technologies que nous avons vues au chapitre 3 de la troisième partie, supprimeront la possibilité même de construire à partir de contenus vidéo, ou de les mixer avec autre chose.

Notre pays fait face à une crise de l’enseignement ; nous avons une plate-forme extraordinaire qui permet aux étudiants d’apprendre par eux-mêmes. [Mais cette plate-forme, ] au lieu de s’ouvrir, va se refermer progressivement.

10« La technologie rend tout cela possible » conclut Brown, « mais le droit va s’en mêler [...] et lui casser les reins ».

11Le processus décrit ici est facile à résumer. D’abord, les changements décrits dans ces trois chapitres sont très différents. Les modifications de l’environnement bande large, haut débit, ne sont pas celles du droit des brevets, et les modifications de la réglementation du spectre radio ne permettent pas vraiment de saisir les intentions d’Hollywood.

12Mais vus différemment, ces exemples sont tous inspirés par une idée commune ou un comportement commun. Chaque fois, une volonté de réglementation qui se fonde sur une certaine conception de la propriété entre en conflit avec un système qui protège un bien commun. Et chaque fois, c’est la propriété qui l’emporte. On se presse de faire des réseaux capables de discrimination (après tout, ce sont « leurs » ordinateurs), de permettre aux ayants droit de contrôler les nouveaux modes de diffusion, ou de développer la notion de propriété dans le spectre radio. La seule vision du monde qui domine aujourd’hui, c’est qu’il n’y a que la propriété qui compte ; les enseignements de notre tradition historique sont systématiquement ignorés – alors qu’ils montrent que la propriété n’est jamais plus florissante que dans un environnement libéré à la fois du contrôle de l’État et des intérêts privés ; qu’un bien commun peut avoir plus de valeur qu’il n’en aurait s’il était propriétarisé.

13Dans chacune de ces situations, cette vision des choses entraîne une transformation de l’environnement de l’innovation. Tel qu’on peut le constater, ou qu’on peut le craindre, ce changement provoque un glissement d’un monde dominé par les biens communs vers un autre ou la réglementation a repris tous ses droits. Il nous entraîne loin des ressources ouvertes qui ont caractérisé les débuts de l’Internet, vers un monde dans lequel c’est un nombre plus restreint d’individus qui en viennent à contrôler la façon dont les ressources sont offertes.

14Cette évolution ne sera pas sans conséquences. Elle va renforcer l’ancien face au nouveau, centraliser et commercialiser la diversité créative permise par le Net. Et elle va réprimer toute créativité qui n’entre pas dans le cadre voulu par ceux qui sont aux commandes.

15S’il existait des raisons qui rendent cette transformation nécessaire, s’il y avait des raisons de croire que le Net en a besoin pour aller de l’avant, ou que sans cette transformation il serait handicapé, je soutiendrais cette évolution, bien qu’à regret.

16Mais personne n’a donné la moindre bonne raison. Nous marchons à reculons, défaisant l’architecture du Net originel, tant du point de vue technique que juridique, sans que personne n’ait démontré en quoi ce changement est nécessaire. Nous retirons des ressources des biens communs pour les placer dans un système de réglementation, sans expliquer en quoi ce système sera avantageux, ni en quoi celui des biens communs est voué à l’échec. Nous faisons le saut sur la base de préjugés idéologiques, sans tenir compte de ce qui s’est passé depuis ces dix dernières années.

17Alors, pourquoi ces changements ?

18Dans une certaine mesure, il y a une histoire secrète, qu’il faut révéler. Le changement menace les intérêts en place, et la meilleure stratégie pour préserver ces pouvoirs menacés, c’est souvent de canaliser l’évolution. Ceux dont la position de pouvoir est menacée par les changements introduits par l’Internet ont tout intérêt à s’efforcer de les canaliser.

19Et ils en ont les moyens. En politique, une loi d’airain veut que ceux qui sont organisés sont plus forts que ceux qui ne le sont pas, et que ceux qui ont des intérêts à défendre sont capables de s’organiser face à l’inconnu. Les décisions prises à Washington sont prises par des élus liés à des gens dont les intérêts sont affectés par l’évolution du Net. Mais qui représente les innovations encore à venir ? Qui plaide pour que la plate-forme reste ouverte à l’innovation ?

20Personne. Parmi ces intérêts nouveaux, les uns n’ont pas les moyens de négocier avec les intérêts en place, et les autres n’existent pas encore.

21Le résultat, c’est que la pression du système s’exerce en faveur de l’existant, et que les arbitrages politiques sont faits à son profit ; la nouveauté ne trouve tout simplement aucune oreille pour l’entendre.

22Mais ce qui est le plus important ici, ce ne sont pas ces forces obscures, c’est l’aveuglement qui affecte l’ensemble de notre culture politique. Nous sommes à ce point obnubilés par les idéaux de la propriété et de la réglementation que nous ne voyons même pas les profits que nous apportent des ressources qui n’y sont pas intégralement soumises. La résistance à la propriété est perçue comme un soutien au pouvoir de l’État. La contestation de la propriétarisation sans limites est vue comme une approbation de la nationalisation.

23Dans le contexte de la propriété intellectuelle, ce problème général est aggravé par un autre aveuglement, qui consiste à assimiler à tort propriété intellectuelle et propriété tout court. En simplifiant la nature des droits protégés par la loi sur la propriété intellectuelle, en en parlant comme s’il s’agissait du même type de propriété que celle d’une voiture ou d’une maison, notre mode de raisonnement s’oriente dans un sens bien particulier. Si on considère qu’il s’agit d’une forme de propriété classique, on trouvera des arguments sans fin pour renforcer le droit de propriété intellectuelle, et bien peu pour s’y opposer.

24Ce n’est pas un complot, c’est un aveuglement culturel. Nous avons oublié l’idée que les pères fondateurs de la Constitution américaine se faisaient de la propriété intellectuelle, et nous avons ainsi perdu les repères qui étaient les leurs pour protéger la propriété intellectuelle de manière équilibrée.

25Entre la force obscure des intérêts acquis, l’aveuglement politique, et l’aveuglement culturel, c’est une formidable pression qui s’exerce aujourd’hui pour rétablir des systèmes de réglementation dans le cyberespace. Cette pression agit sur les trois couches de communication identifiées par Benkler. Au niveau de la couche physique, l’architecture des accès par câble tend à devenir réglementée, tandis que le spectre qui transporte les contenus sans fil est commercialisé à travers des systèmes de contrôle. Au niveau de la couche logique, le système juridique des brevets favorise le code fermé par rapport au code ouvert, les fournisseurs de contenus élaborent une architecture qui leur assurera un contrôle bien plus efficace de ce qui est mis sur le Net ; et au niveau de la couche des contenus, les règles juridiques et techniques simplifiant leur diffusion sont progressivement supplantées par d’autres qui favorisent la réglementation de cette diffusion, prenant le contre-pied du jaillissement libre du Net originel.

26Cette évolution est une régression. On en revient à un système de créativité et de diffusion qui se trouve largement sous la coupe de puissants acteurs commerciaux. Mais ce dont il s’agit dans ce système réglementé ne se justifie plus par les considérations économiques à peu près neutres qui existaient naguère. Les contraintes qui rendent ce contrôle nécessaire ne sont pas celles qui découlent de la rareté qui prévaut dans le monde matériel, car ici la rareté est largement artificielle. Quand elle existe, elle provient notamment de l’extension des droits de propriété intellectuelle, mais cette extension elle-même va bien au-delà de ce qui est nécessaire pour favoriser le progrès ; c’est un bonus accordé aux intérêts du moment, sans nécessité ni justification. Dans la mesure où l’on construit des architectures conçues pour remettre la diffusion, et par voie de conséquence l’innovation, sous contrôle, c’est une contrainte qui n’a pas de justification économique. Elle ne vise qu’à favoriser certains intérêts au détriment de certains autres.

27Comme nous avons tendance à ne pas voir qu’il y a un choix entre liberté et réglementation, nous ne voyons pas non plus quels sont les coûts d’un système de contrôle par rapport à ceux d’un système libre. Nous ne pouvons pas prendre conscience des profits apportés par la liberté, parce que nous partons du principe qu’elle n’est pas possible. Nous présupposons que la créativité, l’innovation et la croissance ne peuvent exister que dans un environnement dans lequel le pouvoir de la propriété et celui du marché s’exercent avec autant de force que possible.

28Face à ces préjugés, j’ai quelque chose à offrir : l’Internet. Face à cet aveuglement, j’ai quelque chose à proposer : notre tradition, qui a compris les enjeux de l’équilibre. La dernière décennie a montré que la liberté avait une valeur, et que cette liberté venait de l’architecture du Net. Les transformations que nous voyons s’accomplir aujourd’hui veulent ignorer cette valeur qu’est la liberté, et elles sont mises en œuvre au prix d’un changement dans l’architecture originelle du Net.

29Dans Code and Other Laws of Cyberspace, j’ai montré que le Net originel protégeait des éléments essentiels de la liberté : la liberté d’expression, le droit à la vie privée, le droit d’accès aux contenus, la possibilité d’échapper à un excès de réglementation. J’ai expliqué que ces libertés découlaient de l’architecture du Net, mais que celle-ci n’était pas immuable, que rien ne garantissait qu’elle se perpétuerait sans changement. De fait, cette architecture était déjà en train d’être transformée au détriment de certaines de ces libertés fondamentales.

30J’ai maintenant montré la même chose à propos du Net et de l’innovation. Le Net originel protégeait les éléments fondamentaux de l’innovation. Le principe du end-to-end signifiait que les idées nouvelles seraient protégées, l’open-code faisait en sorte que l’innovation ne soit pas combattue, la liberté de diffusion permettait de nouvelles formes de connexion. Ces garanties dépendaient largement de l’architecture ; or celle-ci est en train de changer. Et ces changements, de même qu’ils sont une menace pour la liberté, sont une menace pour l’innovation.

31La conclusion est la même dans les deux cas, celui de l’innovation comme celui de la liberté. Nous pouvons structurer cet espace de bien des façons différentes. Certaines protègent la liberté, d’autres non ; certaines protègent l’innovation, d’autres non ; mais rien ne permet d’être sûr que l’architecture initiale du Net survivra assez longtemps pour connaître la maturité. En fait, dans un cas comme dans l’autre, tout porte à croire qu’elle ne survivra pas telle qu’en elle-même à une pression aussi massive.

32Alors que l’ancien Net est remplacé par un nouveau et que les intérêts existants réussissent à se protéger contre la nouveauté, c’est un choix capital qui s’offre à nous. Nous pouvons retourner à l’environnement de la créativité qui a dessiné le modèle américain pour notre temps : la régulation continue, par des firmes intégrées, d’un système de création s’adressant principalement au public de masse. Mais nous pouvons aussi aller vers l’architecture du Net initial. C’est un choix auquel nous ne pouvons pas échapper, et je proposerai, dans le prochain chapitre, des lieux stratégiques d’où peut s’organiser la résistance contre l’évolution dont nous sommes témoins.

Notes

1 Conversation téléphonique avec Pat Feely (19 juillet 2001).

2 Interview avec John Seely Brown, à Stanford, Californie (2 mai 2001).

3 Institutions universitaires regroupant les deux premières années à l’Université. NdT.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search