Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

De quelques modalités linguistiques de la textualisation

Les annonceurs, une fonction textuelle1

Henning Nølke

Texto completo

  • 1 Je remercie Hanne Korzen et Merete Birkelund qui ont lu une version antérieure de ce texte et m’on (...)

1Parmi les multiples moyens cohésifs dont dispose le locuteur pour assurer la cohérence de son texte, certaines expressions semblent servir à annoncer des stratégies discursives particulières : ce sont des annonceurs. C’est ainsi que l’adverbe certes annonce souvent une suite concessive. L’exemple (1) en témoigne :

(1) Certes il fait beau, mais j’ai trop de travail.

2L’enchaînement avec mais est presque automatique. Dans une étude minutieuse portant sur cet adverbe, Adam a pourtant montré que telle n’est pas toujours la fonction de certes. Ainsi :

  • 2 Marc Bloch, L’Étrange Défaite : témoignage écrit en 1940 [1946], Paris, Gallimard, coll. « Folio h (...)

(2) Quel aurait été, cependant, le sort de la 1ère armée et des forces britanniques et françaises placées à sa gauche, si, vers sa droite, ne s’était ouverte, inopinément, la plaie béante de la Meuse ? Je ne me sens certes pas la compétence nécessaire pour prophétiser là-dessus, après coup2.

3Ces exemples semblent montrer que la fonction d’annonceur n’est pas une valeur intrinsèque de l’expression linguistique. Dans ces conditions, la question sur laquelle je voudrais me pencher dans cet article est de savoir si la notion d’annonceur a de la pertinence pour l’analyse linguistique et, si oui, comment définir et caractériser un annonceur ? Quel est son statut par rapport aux autres moyens cohésifs (les anaphores, les connecteurs...) ? Il va sans dire que ce travail ne saurait être qu’une première ébauche. J’espère toutefois pouvoir montrer la pertinence de l’introduction de la notion d’annonceur dans la linguistique textuelle afin d’ouvrir une voie à de futures recherches.

4Après une présentation de quelques exemples d’annonceurs et de quelques travaux antérieurs qui abordent ce sujet, je proposerai une méthode d’analyse qui me permettra de situer les annonceurs parmi les autres moyens cohésifs. J’appliquerai ensuite cette méthode à l’examen de quelques annonceurs de la stratégie de concession. Je terminerai par une brève analyse polyphonique de certes dans une tentative d’expliquer sa fonction d’annonceur.

QUELQUES EXEMPLES D’ANNONCEURS

5Les premières questions qui s’imposent sont les suivantes : quelles sont les expressions susceptibles de fonctionner comme annonceurs, et quelles sont les stratégies discursives qu’elles peuvent annoncer ?

Les stratégies annoncées

6Considérons quelques exemples d’annonceurs :

(1) Certes il fait beau, mais j’ai trop de travail.

(3) Alors que Marie a réussi à l’examen, Paul a échoué.

(4) Paul n’est pas français, mais belge.

(5) Si Pierre vient, on fera la fête.

(6) D’abord je chercherai la bouteille, puis je la remplirai.

(7) Plus on travaille, plus on se fatigue.

7Dans (1), certes annonce une concession ; dans (3), alors que introduit souvent une relation adversative ; dans (4), la négation semble introduire une rectification ; dans (5), si annonce l’apodose ; dans(6), indiquant le premier élément d’une énumération, d’abord annonce un enchaînement avec puis ou ensuite et enfin ; dans (7), plus est le premier élément d’une construction « siamoise » (Stage, 2009) dont le deuxième élément est obligatoire. On remarquera que la force de l’annonceur n’est pas la même dans ces exemples. Pour si, d’abord et plus, l’enchaînement est (presque) obligatoire ; certes est aussi assez fort, alors que la négation de (4) n’annonce la rectification que faiblement. En effet, c’est plutôt la combinaison de la négation et du prédicat avec être qui fait surgir l’effet d’annonceur. Alors que semble avoir une force moyenne. Contrairement aux trois autres annonceurs, alors que peut aussi introduire le deuxième élément de la relation adversative, ce qui s’explique par le fait que c’est une conjonction de subordination.

8Les trois derniers exemples se distinguent clairement des trois premiers, ce qui explique sans doute leur grande force comme annonceurs. Si introduit la protase d’un énoncé conditionnel dont l’apodose est structurellement obligatoire ; d’abord introduit une énumération ; et plus est le premier élément d’une structure binaire. Dans ce qui suit, je vais faire abstraction de ce type d’annonceurs pour me borner aux types qu’on trouve dans les trois premiers exemples.

9Dans ces exemples, il s’agit toujours de l’annonce d’une stratégie argumentative et on peut remarquer que la stratégie annoncée est un type d’opposition. La question de savoir s’il existe d’autres types d’annonceurs argumentatifs reste ouverte. Il semble cependant que les annonceurs de concession soient (de loin ?) les plus fréquents et, faute de place dans cette petite étude, je voudrais focaliser mon attention sur ceux-ci.

Annonceurs de concession

10Beaucoup de types d’expressions peuvent annoncer la concession :

(8) Certes, Pierre était très fatigué après la séance...

(9) Peut-être (que) Pierre était(-il) très fatigué après la séance...

(10) Naturellement, Pierre était très fatigué après la séance...

(11) Je ne veux pas te contredire, mais...

11Dans tous ces exemples, l’expression soulignée annonce la concession, encore qu’avec une force décroissante en allant des exemples 8 à 11. Sans doute n’est-il pas dû au hasard que tous les annonceurs soient antéposés dans la phrase. Si on les regarde de près, on pourra cependant faire remarquer que cette position est moins importante pour les annonceurs les plus forts que pour des annonceurs moins forts. Ainsi certes serait-il aussi annonceur en position médiane :

(12) Pierre était certes très fatigué après la séance...

12Dans (9) et (10), le déplacement de l’annonceur semblerait affaiblir son effet, et dans (11), l’antéposition est tout simplement obligatoire pour des raisons syntaxiques. Ce type d’exemples soulève (au moins) quatre questions : qu’est-ce que la concession ? Faudra-t-il distinguer des « degrés » entre annonceurs (faibles et forts) ? Quel est le rôle du sémantisme du terme annonceur ? Quel est le rôle de la position linéaire ? Je reviendrai sur ces quatre questions.

TRAITEMENTS ANTÉRIEURS

  • 3 Une seule étude s’est toutefois approchée d’un examen systématique d’éléments ayant cette fonction (...)

13À ma connaissance, les annonceurs n’ont jamais été examinés en tant que tels, le terme n’existant pas dans la littérature linguistique ; mais il existe de nombreuses études qui abordent la même problématique sous d’autres angles3. Ainsi, la fonction d’annonceur a été brièvement décrite dans un certain nombre de travaux portant sur des mots susceptibles de fonctionner comme annonceurs. Il s’agit notamment des analyses de la stratégie concessive qui est souvent annoncée par des expressions telles que certes, il est vrai que, je ne dis pas, etc. Mais c’est notamment le travail d’Adam qui nous apporte des renseignements utiles sur le fonctionnement des annonceurs : ses analyses de certes fourmillent d’exemples où cet adverbe fonctionne comme annonceur et ses exemples sont accompagnés de commentaires pénétrants. Certes étant peut-être le meilleur candidat pour le titre d’annonceur, ces analyses pourront nous donner quelques indications précieuses. En effet, la fonction de certes a souvent été décrite en des termes qui rappellent l’idée d’annonceur, ce dont témoignent aussi les premières remarques que fait Adam à propos des descriptions antérieures de ce mot : « Les analyses de Ducrot, Nguyen et Morel mettent l’accent sur les enchaînements certes P mais Q [...]. Dans ces constructions certes souligne le premier mouvement de la structure concessive » (Adam, 1997, p. 3).

14Adam reconnaît que cette fonction de certes est fréquente, mais il montre qu’elle n’est pas la seule fonction de l’adverbe. Il distingue en effet trois types d’emplois : l’emploi d’annonceur, l’emploi autonome, l’emploi rectificatif. Dans son emploi autonome, certes sert à renforcer une assertion. Dans les emplois dialogaux, certes autonome souligne l’accord du locuteur, même en antéposition. Dans ces emplois, certes peut être paraphrasé par certainement, en vérité, à coup sûr (ibid., p. 5). L’emploi rectificatif apparaît surtout – mais pas uniquement – en tête de phrase ou de paragraphe où l’adverbe « ouvre un développement rectificatif au sein d’un raisonnement ou d’un état de fait » (ibid., p. 6). Ayant ainsi exemplifié et décrit chaque type d’emploi, Adam propose une analyse unique et graduelle de certes :

Un énoncé certes P (ou P, certes) signale que le locuteur adhère à une logique menant d’une proposition P à certaines conclusions qu’il attribue à un énonciateur – à son interlocuteur ou à lui-même ou à une opinion posée comme admise – (L = E1). Un affaiblissement de cet accord peut faire glisser certes de cette valeur première d’accord plein et entier en direction d’un emploi rectificateur, un affaiblissement supplémentaire mène doucement à la concession. (ibid., p. 9)

15Remarquons que, suivant la tradition, Adam appelle certes un connecteur dans tous ses emplois. Mais peut-on vraiment parler d’un connecteur si sa première fonction n’est pas de « connecter » ? Qui plus est, certes est très souvent accompagné d’un (autre) connecteur. Ainsi, Adam dit lui-même : « C’est la combinaison de certes et d’un autre connecteur qui rend possible le mouvement complexe » (ibid., p. 8). Or, si certes a besoin de la présence d’un (autre) connecteur, il semble naturel de penser qu’il n’est pas lui-même un connecteur. Nous verrons en effet que les annonceurs annoncent en principe un connecteur dont ils ont besoin pour introduire la stratégie annoncée.

16L’analyse de certes qu’a faite Adam nous montre que la fonction d’annonceur de stratégie concessive ne peut « être attribuée en propre au connecteur certes » (ibid.). Cette affirmation semble s’appliquer à tous les annonceurs. Dans ces conditions, comment savoir si nous sommes en présence d’un terme annonceur ? L’idéal serait qu’on reconnaisse sa fonction textuelle au moment même où on entend / lit l’annonceur. Mais est-ce possible, si cette fonction dépend aussi du contexte, de la situation, du genre, etc. ? Dans une tentative pour élucider cette question, il me faudra d’abord introduire ma méthode d’analyse.

MÉTHODE D’ANALYSE

Les trois niveaux d’analyse

17Pour y voir un peu plus clair, il convient de distinguer trois niveaux d’analyse des formes linguistiques :

  • constituants : verbe, nom, adjectif, groupe nominal, etc. ;
  • fonctions syntaxiques : verbe / verbal, sujet, COD, attribut, épithète, etc. ;
  • fonctions textuelles / discursives : anaphore, focalisateur, connecteur.

18Chaque forme linguistique est susceptible d’être caractérisée à ces trois niveaux dans chacun de ses emplois particuliers. Prenons un exemple à titre d’illustration :

(13) Il m’a servi dans telle occasion, et en revanche je l’ai servi dans une autre.

19Dans ce fragment de texte, en revanche est :

  • en tant que constituant : un groupe prépositionnel ;
  • en tant que fonction syntaxique : un adverbial ;
  • en tant que fonction textuelle / discursive : un connecteur.

20Être connecteur est donc une fonction textuelle. Un connecteur fonctionne ainsi au niveau du texte.

21Il n’y a pas de correspondance terme à terme entre type de constituant et fonction syntaxique. Par exemple, un nom propre peut être sujet, COD ou régime d’un groupe prépositionnel, etc., et un attribut peut être un adjectif, un nom, un groupe prépositionnel, etc. De même, comme le montre Adam, certes n’est pas annonceur dans tous ses emplois (voir l’exemple 2).

Types de fonctions textuelles

22L’analyse des fonctions textuelles se distingue néanmoins nettement de celle des deux autres niveaux. Dans une phrase concrète, un constituant correspond à une fonction syntaxique, mais il peut avoir plusieurs fonctions textuelles selon le contexte dans lequel la phrase est énoncée. À cela s’ajoute le fait que les frontières entre les différentes fonctions textuelles sont floues. Ainsi dans l’exemple suivant emprunté à Adam :

(14) Le franc s’est inscrit à son plus haut cours vis-à-vis de la devise allemande depuis près de deux ans. Certes, le mark n’est pas en très bonne posture actuellement, à la veille de la fusion monétaire entre la RFA et la RDA, qui fait craindre une surchauffe et un regain d’inflation. (Le Monde, 30 mars 1990 ; cité par Adam, 1997, p. 6)

23On peut hésiter sur l’analyse. « Certes » est-il ici annonceur ou connecteur ?

24Si dans l’analyse empirique, il peut ainsi être difficile de distinguer les différentes fonctions textuelles, il est important de les différencier au niveau théorique. Pourra-t-on proposer des définitions qui tiennent compte à la fois de leurs différences et de leurs ressemblances ? Mon bref aperçu des travaux antérieurs a montré que cette tâche n’est pas des plus faciles. Ainsi, il est évident que les anaphores ont des traits en commun avec les connecteurs. Pour Alain Berrendonner (1983, p. 236), un connecteur est tout simplement une anaphore, étant donné que les deux renvoient à un antécédent. J’ai plaidé ailleurs (Nølke, 1993, p. 138) pour une séparation des deux fonctions textuelles en arguant que l’anaphore fait partie intégrante de la relation établie, alors que le connecteur n’est que médiateur de cette relation. Un autre problème se cache dans le fait qu’il est souvent difficile de voir ce qu’entendent les linguistes par « connecteur ». On trouve toute une gamme d’acceptions différentes de ce terme. Ainsi pour certains, l’adverbe même est connecteur dans tous ses emplois, y compris dans Même Pierre est venu à la fête, où il semble difficile de voir quels sont les deux éléments « connectés » ; et nous avons vu qu’Adam appelle certes connecteur dans tous ses exemples. Il reste que la séparation entre annonceurs et connecteurs semble particulièrement épineuse, mais distinguer les connecteurs des reformulateurs ou des rectificateurs, par exemple, ne va pas de soi non plus.

25Il me semble que la raison de cette confusion réside dans le fait que la plupart des fonctions textuelles sont binaires car elles établissent un lien cohésif entre deux éléments : un antécédent (arg 1) et un subséquent, ou conséquent (arg 2). Alors, on peut en déduire quatre cas de figure : les expressions qui servent à assurer ce lien cohésif peuvent soit constituer elles-mêmes un argument, soit se contenter de servir de médiateur ; et elles peuvent soit se placer dans arg 1, soit dans arg 2. Si on combine ces deux paramètres, on obtient le schéma suivant :

Types de fonctions textuelles

Arg 1

Arg 2

Participant

Cataphores

Anaphores

Médiateur

Annonceurs

Connecteurs

26Ces deux critères nous fournissent donc quatre classes de fonctions textuelles, et nous verrons qu’aucune des classes n’est vide.

27Remarquons que dans cette classification, les reformulateurs et les rectificateurs sont analysés comme des connecteurs. Certes est donc bien connecteur dans les exemples analysés par Adam (1997, p. 5-6), où l’adverbe introduit une réaction dialogique ayant ainsi une fonction rectificatrice.

28Cette classification jette un peu de lumière sur les ressemblances et les différences entre ces fonctions textuelles et nous fait voir plus particulièrement pourquoi la distinction entre annonceur et connecteur semble singulièrement épineuse à effectuer : alors que les anaphores et les cataphores constituent elles-mêmes un des arguments, les annonceurs ne sont que des médiateurs, se distinguant ainsi uniquement des connecteurs par leur position syntaxique par rapport à leurs deux arguments.

29Un troisième paramètre vient affiner la classification proposée : celui de la force de la fonction textuelle. Ce paramètre est scalaire. Nous avons déjà vu plus haut que la fonction d’annonceur peut être plus ou moins forte, et nous retrouvons le même phénomène pour les connecteurs où l’on distingue les connecteurs analytiques, dont la fonction primaire est celle de connecter, et les connecteurs synthétiques, dont la connexion n’est qu’une fonction secondaire (Nølke, 1991). Aussi les connecteurs analytiques sont-ils plus forts que les connecteurs synthétiques. La situation des anaphores est analogue : la relation anaphorique introduite peut être plus ou moins forte. Ainsi à un pôle, on trouve les « vraies » anaphores, tels les pronoms dont la relation est très forte, et à l’autre pôle les anaphores dites « associatives » (par exemple Kleiber, 2001) dont la relation semble moins forte.

30Si nous avons vu que le même constituant est susceptible d’avoir plusieurs fonctions textuelles dans une occurrence particulière, la question de savoir s’il y a des relations entre les trois niveaux d’analyse reste en suspens. Plus spécifiquement, il s’agit de savoir si la fonction syntaxique et le type de constituant influent sur la nature de la fonction textuelle. Je reviendrai sur cette question plus loin.

La concession

31Mais d’abord il me faudra essayer de mieux préciser ce que j’entends par stratégie concessive. Nous inspirant des travaux de Robert Martin (1987) et de Kristian Sandfeld (1977), nous pouvons constater que la concession semble toujours comporter trois éléments qui en constituent le noyau. Appelons-les P, Q, R :

  • P est le fait concédé par le locuteur. C’est l’antécédent de la relation sous-jacente de Martin et le « fait qui normalement devrait empêcher la réalisation d’un autre » de Sandfeld (1977, p. 370) ;
  • R est le fait qui, selon Martin, est le conséquent faux et dont, selon Sandfeld, la réalisation aurait eu lieu si elle n’avait pas été empêchée par Q ;
  • Q est le fait avancé par le locuteur qui, selon Martin, montre que R est faux et qui, selon Sandfeld, a empêché la réalisation de la conséquence normale de P.

32Cette description schématique de la stratégie de concession va suffire pour mes analyses.

ANALYSES

33Trois questions cruciales s’imposent pour l’analyse des annonceurs. Qu’est-ce, plus précisément, qui est annoncé : une stratégie, une proposition, un connecteur ? Quels sont les types de constituants susceptibles de fonctionner comme annonceurs ? Quels sont les phénomènes (syntaxiques, sémantiques, contextuels) qui interviennent dans la genèse de la fonction d’annonceur ? Examinons ces trois questions.

L’annoncé

34Considérons l’exemple canonique : la structure Certes P, mais Q, exemplifiée dans (1) : Certes il fait beau, mais j’ai trop de travail. Ayant entendu (ou lu) Certes il fait beau, on s’attend à la continuation mais Q. Remarquons cependant que nos attentes semblent aussi remplies avec l’enchaînement cependant Q. Ce qui est annoncé n’est donc pas mais, mais un enchaînement qui réalisera une stratégie concessive. Or, cet enchaînement semble toujours se réaliser à l’aide d’un connecteur. C’est donc la combinaison de ce connecteur et de la proposition qu’il introduit que certes annonce dans cet emploi. Il en va de même pour tous les autres exemples d’annonceurs de concession que nous avons considérés : à en juger par ces exemples, l’annoncé est toujours la combinaison d’un connecteur qui indique (ou marque) la stratégie concessive et d’une proposition qui permet la réalisation de cette stratégie.

35Quelques exemples cités par Adam montrent cependant qu’il faudra atténuer cette affirmation :

(15) De ces définitions, certes un peu désuètes, nous retiendrons un certain nombre de points. (Adam, 1997, p. 7)

36Dans (15), certes a une fonction concessive sans qu’il y ait de connecteur concessif : c’est la phrase cadre qui véhicule la proposition permettant la réalisation de la stratégie. L’exemple laisse entendre que le connecteur concessif reste sous-entendu dans cette structure syntaxique particulière. Ce phénomène, où la relation logique entre le segment inséré et la phrase principale reste sous-entendue, est bien connu des attributs libres, par exemple, où cette relation est toujours susceptible d’être explicitée à l’aide d’un connecteur.

37Aussi est-il possible de définir l’annoncé comme un élément matériel. En d’autres termes, pour les annonceurs de concession, arg 2 aura la forme Con. P ou Con peut rester sous-entendu. L’intégration du connecteur au subséquent (s’il est matérialisé) semble cependant être une particularité de ce type d’annonceurs. En effet, nous avons vu que la stratégie adversative, par exemple, n’a pas besoin d’un connecteur dans l’annoncé.

L’annonceur

38Quels types de constituants peuvent servir d’annonceurs ? Examinons quelques exemples :

(8) Certes, Pierre était très fatigué après la séance [mais...].

(9) Peut-être (que) Pierre était(-il) très fatigué après la séance [mais...].

(10) Naturellement, Pierre était très fatigué après la séance [mais...].

(11) Je ne veux pas te contredire [mais...].

(16) Il est vrai que Pierre était fatigué après la séance [mais...].

  • 4 Exemple tiré du blog Leitmotiv Proust, à l’adresse suivante : www.page2007.com/news/je-ne-dis-pas- (...)

(17) Je ne dis pas que les Guermantes ne soient pas de vieille souche, mais les Courvoisier ne le leur cèdent en rien, ni comme illustration, ni comme ancienneté, ni comme alliances4.

  • 5 Exemple tiré du Huffington Post : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr (octobre 2013 ; je soul (...)

(18) Non, Jean-Pierre n’est pas vraiment un geek, mais il sait que tout ça sert à quelque chose, il nous donne carte blanche5.

39Dans tous ces exemples, j’ai mis en italiques l’expression qui, intuitivement, fonctionne comme annonceur. Dans les trois premiers exemples (8 à 10), l’annonceur est un adverbe de phrase, mais sa force n’est pas la même. Dans (8), on resterait un peu « sur sa faim » si aucun enchaînement concessif ne suivait, alors que cet effet sera moins fort dans (9) et encore moins dans (10). Cette différence de force est-elle liée au degré de prise en charge par l’adverbe ? C’est ainsi que certes indique nettement la prise en charge (voir Adam, 1997), alors que peut-être sert justement à ouvrir la possibilité que Pierre ne soit pas fatigué après la séance. Naturellement, enfin, constate tout simplement que la fatigue de Pierre est naturelle, sans insistance sur les conséquences et, partant, sur l’annulation éventuelle de ces conséquences produites par la concession. Dans (16) et (17), les annonceurs sont des propositions : une expression figée et une expression presque figée. Il est vrai semble avoir à peu près la même force que certes, tandis que je ne dis pas semble être un annonceur un peu moins fort. Dans (18), enfin, il semble que ce soit la combinaison de la négation et de l’adverbe d’intensité vraiment qui fasse paraître la fonction d’annonceur. Cet annonceur est beaucoup moins fort que les autres, et on a l’impression que c’est seulement le contexte particulier qui est responsable de l’effet de sens observé.

Phénomènes favorisant la fonction d’annonceur

40Si le type de constituant joue ainsi un rôle, l’exemple (18) nous a clairement montré que beaucoup d’autres facteurs sont susceptibles d’intervenir pour faire d’une expression donnée un annonceur. Un de ces facteurs apparaît nettement dans notre bref examen des exemples donnés à la section précédente : c’est l’antéposition qui favorise toujours la fonction d’annonceur, et dans beaucoup de cas, elle semble même (quasi) obligatoire. Or, même dans cette position, la fonction n’est pas automatique comme en témoigne l’exemple suivant :

(19) Certes, c’est le sujet merveilleusement vain, divers et ondoyant, que l’homme. Il est malaisé d’y fonder jugement constant et uniforme. (Montaigne, Essais [1580], I, 1 ; cité par Adam, 1997, p. 5)

41Il n’y a aucune trace de concession, certes servant uniquement à indiquer la prise en charge du locuteur, comme le dit Adam. Certes est pourtant le candidat le plus évident pour jouer le rôle d’annonceur, mais Adam a bien montré que ce n’est pas sa fonction fondamentale, même lorsqu’il est antéposé. La chose est vraie pour tous les autres types de constituants annonceurs que j’ai repérés. D’autre part, l’antéposition n’est pas toujours obligatoire pour créer la fonction d’annonceur comme en témoignent les exemples suivants :

(20) Pierre était certes très fatigué après la séance [mais...].

(21) Pierre était fatigué après la séance, il est vrai [mais...].

42Dans ces deux exemples, certes et il est vrai semblent être des annonceurs malgré leur position médiane.

43Nous pouvons en conclure que la fonction d’annonceur n’est pas primitive. Quoique importants, ni le type de constituant ni la position linéaire ni leur combinaison ne sont décisifs. Mais quels sont les autres facteurs qui interviennent pour attacher la fonction d’annonceur à un constituant donné ? Nous avons vu que la position du terme annonceur dans la structure linéaire joue un rôle primordial. Mais nous avons vu aussi qu’un seul facteur ne suffit jamais : tout porte à penser que la création de la fonction textuelle d’annonceur résulte d’une combinaison de facteurs de types divers. On peut compter le contexte textuel, le type de discours, la situation énonciative, les attentes et connaissances mutuelles des interlocuteurs, et sans doute aussi le « dispositif cognitif » de l’allocutaire. Mais si la fonction d’annonceur n’est pas inhérente à l’expression linguistique, serait-il alors possible de dégager un rapport entre la forme linguistique et sa fonction d’annonceur ? Le fait que certaines expressions, telles que certes et il est vrai, acquièrent plus facilement que d’autres la fonction d’annonceur laisse entendre qu’un tel rapport existe. Donner une réponse générale à cette question, pourtant cruciale, demanderait une étude qui dépasserait largement le cadre du présent article, mais en me bornant à l’adverbe certes, qui, dans un sens, est l’exemple prototypique d’un annonceur, je pourrai esquisser une réponse. On peut en effet proposer une analyse selon laquelle la fonction d’annonceur de certes, renforcée s’il est antéposé, est la conséquence de sa fonction polyphonique fondamentale.

BRÈVE ANALYSE POLYPHONIQUE DE CERTES

Bref rappel sur la ScaPoLine

  • 6 La théorie scandinave de la polyphonie linguistique, voir par exemple Nølke, 2009.

44Dans la ScaPoLine6, le sens d’un énoncé se décrit à l’aide de quatre éléments fondamentaux :

  • le locuteur, en tant que constructeur (LOC), assume la responsabilité de l’énonciation ;
  • les points de vue (pdv) sont des entités sémantiques porteuses d’une source qui est dite avoir le pdv ;
  • les êtres discursifs (ê-d) sont des entités sémantiques susceptibles d’être les sources des pdv. Ils sont des images des référents discursifs (des trois personnes) ;
  • les liens énonciatifs relient les ê-d aux pdv.

45Parmi les ê-d, les images que crée le LOC du locuteur sont évidemment essentielles. Le LOC peut en créer de plusieurs types, dont les plus importants sont :

  • le locuteur textuel (L) est la source d’un pdv que le locuteur avait préalablement à son énonciation et qu’il a toujours ;
  • le locuteur de l’énoncé (l0) est la source d’un pdv que le locuteur a hic et nunc, mais qu’il n’a pas forcément ni avant ni après. La particularité de l0 est de n’exister que dans l’énonciation particulière, E0.

46On dit qu’un ê-d X qui a un pdv assume la responsabilité de ce pdv, ce qui signifie que :

  • le contenu propositionnel du pdv est vrai pour X ;
  • X a eu l’idée d’avancer le pdv ;
  • X prend à son compte toutes les opinions et tous les systèmes de valeurs qui émanent du pdv, y compris son argumentativité.

Analyse polyphonique de certes

47Dans tous ses emplois, certes indique que le locuteur de l’énoncé l 0 considère comme vrai le contenu propositionnel du pdv qu’il accompagne (appelons-le pdvc). C’est évident dans tous les types d’emplois repérés et commentés par Adam :

(22) Le capitaine questionna le pilote :
— Connaissez-vous ces voiles ?
Certes ! répondit Gacquoil. (Gauthier, Le Capitaine Fracasse [1863] ; cité par Adam, 1997, p. 5)

(23) Le Sqadra azzura n’a pas fait le détail devant l’URSS, certes à court de compétition [...]. (ibid., p. 6)

(15) De ces définitions, certes un peu désuètes, nous retiendrons un certain nombre de points. (ibid., p. 7)

  • 7 Normalement, pdvc (en l’occurrence je connais ces voiles) n’est pas matérialisé dans les réponses.

48Adam cite (22) comme un exemple d’un emploi purement assertif – le locuteur insiste sur le fait qu’il connaît ces voiles7. (23) est un exemple d’un emploi rectificatif, et (15) d’un emploi concessif, mais dans ces deux cas aussi, il est clair que la proposition accompagnée est vraie pour l0.

49Les trois exemples montrent aussi que ce n’est pas l0 qui a eu l’idée d’avancer pdvc. Dans (22), pdvc est introduit par la question ; dans (23), il est présenté comme une remarque du lecteur anticipée par l’auteur ; et dans (15), il est concédé, ce qui, précisément, veut dire que l0 n’en est pas la source.

50Il s’ensuit que certes indique que l0 n’assume pas la responsabilité de pdvc : l’adverbe joue sur les deux premières conditions listées ci-dessus en remplissant la première mais pas la deuxième, et il ne semble rien indiquer quant à la troisième. Tout porte à croire que c’est justement ce fait qui rend possible ses différents emplois, lesquels, selon cette analyse, sont des effets de sens provoqués par les contextes différents.

Quand certes est-il annonceur ?

  • 8 Cette lecture découle, par exemple, du principe de pertinence.

51S’il ressort déjà du contexte que l0 n’est pas la source de pdvc, cette indication est redondante et n’a guère de conséquence : on aura les emplois autonomes et les emplois clairement assertifs et rectificatifs dont parle Adam. Mais si certes est seul responsable de l’information selon laquelle l0 n’est pas la source de pdvc, l’allocutaire a tout lieu de penser que le locuteur a utilisé certes pour donner cette information, indiquant ainsi qu’il n’assume pas la responsabilité de pdvc8. Or, si le locuteur insiste sur le fait qu’il n’assume pas la responsabilité du pdv bien qu’il le considère comme vrai, il est naturel de penser qu’il fait ceci précisément parce qu’il n’accepte pas toutes les conséquences de ce pdv, évoquant ainsi la possibilité que le pdv soit le premier élément d’une concession. Ce qui permet à certes d’annoncer la stratégie concessive, c’est donc la combinaison particulière qui consiste à indiquer simultanément la prise en charge de la vérité de pdvc et le fait de ne pas être la source de pdvc.

*

52Dans ce petit article, inspiré par la recherche d’Adam, j’ai entamé une étude des éléments textuels qui servent à annoncer des stratégies discursives (les annonceurs). Cette petite recherche m’a conduit à considérer les fonctions textuelles, qui se distribuent de manière systématique en quatre classes majeures, dont une regroupe les annonceurs. Ensuite, j’ai concentré mon attention sur les annonceurs de concession dans une tentative pour décrire la nature de cette fonction textuelle particulière. Il s’est avéré que celle-ci est plutôt à considérer comme un effet de sens qui résulte d’une combinaison complexe de plusieurs facteurs de diverses natures.

53Ce travail ne saurait être qu’une première ébauche et il reste beaucoup de recherches à faire dans ce domaine. Ainsi s’imposent des questions telles que : pourra-t-on dresser un inventaire des annonceurs (et existe-t-il des annonceurs complexes) ? et pourra-t-on dresser un inventaire des stratégies textuelles ou discursives ? Malgré ces questions importantes en suspens, j’espère avoir pu montrer la pertinence de l’introduction de la notion d’annonceur dans la linguistique textuelle et, ce qui est peut-être d’une portée plus importante, j’ai proposé la distribution en quatre classes des fonctions textuelles.

54Cet article n’a pu toucher qu’à un petit aspect de la riche production d’Adam. L’étude du système des fonctions textuelles mériterait certes une recherche plus approfondie, mais le simple fait que je sois arrivé à le déceler témoigne encore une fois de l’énorme source d’inspiration pour toute la recherche en linguistique textuelle qu’a été et que continue d’être la recherche de Jean-Michel Adam.

Bibliografía

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1997, « Du renforcement de l’assertion à la concession : variations d’emplois de certes », L’Information grammaticale, no 73, p. 3-9.

Berrendonner Alain, 1983, « “Connecteurs pragmatiques” et anaphores », Cahiers de linguistique française, no 5, p. 215-246.

Kleiber Georges, 2001, L’Anaphore associative, Paris, Presses universitaires de France.

Martin Robert, 1987, Langage et croyance. Les « univers de croyance » dans la théorie sémantique, Bruxelles, Mardaga.

Nguyen Thanh B., 1985, « Sens et intentions », Semantikos, vol. 8, no 1, p. 44-78.

Nølke Henning, 1991, « Il y a connecteurs et connecteurs : la connexion analytique et synthétique », dans Harro Stammerjohan (dir.), Analyse et synthèse dans les langues slaves et romanes, Tubingue, Gunter Narr Verlag, p. 41-48.

Nølke Henning, 1993, Le Regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives, Paris, Kimé.

Nølke Henning, 2009, « Types d’êtres discursifs dans la ScaPoLine », Langue française, no 164, p. 81-96.

Sandfeld Kristian, [1965] 1977, Syntaxe du français contemporain. Les propositions subordonnées, Genève, Droz.

Stage Lilian, 2009, « Les constructions siamoises en français et dans cinq autres langues européennes. Étude sur la comparative corrélative », Hermes, no 43, p. 251-294.

Notas

1 Je remercie Hanne Korzen et Merete Birkelund qui ont lu une version antérieure de ce texte et m’ont apporté des commentaires fort utiles. Je remercie également les collègues de Jean-Michel Adam qui m’ont fait le plaisir de m’inviter à contribuer au présent volume.

2 Marc Bloch, L’Étrange Défaite : témoignage écrit en 1940 [1946], Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 1990, p. 70-71 ; cité par Adam, 1997.

3 Une seule étude s’est toutefois approchée d’un examen systématique d’éléments ayant cette fonction. Il s’agit de l’article de Thanh B. Nguyen qui date de 1985. Cette auteure analyse les intentions stratégiques et distingue une classe de connecteurs qu’elle appelle les « marqueurs d’intention stratégiques » (MIS) dont la fonction semble proche de celle des annonceurs. L’intérêt principal de Nguyen n’est cependant pas l’examen des MIS mais l’analyse des processus interprétatifs qu’ils mettent en jeu.

4 Exemple tiré du blog Leitmotiv Proust, à l’adresse suivante : www.page2007.com/news/je-ne-dis-pas-chez-proust (octobre 2013 ; je souligne).

5 Exemple tiré du Huffington Post : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr (octobre 2013 ; je souligne)

6 La théorie scandinave de la polyphonie linguistique, voir par exemple Nølke, 2009.

7 Normalement, pdvc (en l’occurrence je connais ces voiles) n’est pas matérialisé dans les réponses.

8 Cette lecture découle, par exemple, du principe de pertinence.

Autor

professeur de linguistique française et générale à l’Université d’Århus, au Danemark. Ses recherches portent principalement sur le marquage proprement linguistique du sens. Il a développé une approche modulaire et, dans ce cadre, il s’est notamment occupé de prosodie, de syntaxe, de sémantique, de pragmatique et de linguistique textuelle. Il travaille notamment sur la focalisation et sur la polyphonie, mais aussi sur des faits empiriques comme les adverbiaux, les connecteurs, la négation et l’ordre des mots. En français, il est l’auteur de Le Regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives (2 vol., Kimé, 1993 et 2001) ; Linguistique modulaire : de la forme au sens (Peeters, 1994). Il a également codirigé Approches modulaires en linguistique : de la phrase au discours avec Jean-Michel Adam (Delachaux et Niestlé, 1999), Macro-syntaxe et macro-sémantique avec Hanne Leth Andersen (Peter Lang, 2002), ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique avec Kjersti Fløttum et Coco Norén (Kimé, 2004), Dialogisme, polyphonie : approches linguistiques avec Jacques Bres, Patrick Pierre Haillet, Sylvie Mellet et Laurence Rosier (De Boeck-Duculot, 2005).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540