Version classiqueVersion mobile

L’Avenir des idées

 | 
Lawrence Lessig

Deuxième partie. Dot.contrastes : les différents types de créativité

Chapitre 2. L’innovation selon Internet

Texte intégral

1En matière artistique aussi bien que commerciale, il existe dans le monde réel des barrières qui ferment le marché aux innovateurs. La plupart de ces barrières sont d’ordre économique et elles sont bien réelles : le prix de revient des ressources est une contrainte pour la plupart des créateurs potentiels. Mais évidemment, elles ne sont pas absolues : notre culture est extraordinairement créative ; certains, de toute évidence réussissent à surmonter ces obstacles. Certes, dans un univers de concurrence pure, on pourrait calculer le nombre optimal de ceux qui doivent les surmonter. Mais les marchés ne sont pas parfaits, et ces coûts sont regrettables. Ces barrières suffisent donc à exclure des innovateurs que, mutatis mutandis, nous souhaiterions ne pas exclure. Les complications, le risque, les coûts inéluctables : tous ces éléments réunis ont de quoi en refroidir plus d’un.

2Dans le monde réel, ces barrières dépendent de la nature de ce monde, de son architecture, pourrait-on dire. Je ne parle pas d’architecture dans le sens ordinaire du terme, à propos des immeubles et des rues, mais dans un sens bien plus large, qui recouvre l’ensemble des contraintes physiques qui s’imposent à nous, et dont certaines peuvent parfaitement avoir une origine humaine. Les contraintes économiques sont concernées par l’architecture dans ce sens large. Par exemple, il est impossible de dupliquer un repas complet sans en payer le prix : c’est un bien qui consomme des ressources matérielles. De même, on ne peut pas transférer sa voiture de New York à Los Angeles en un instant et sans frais : il faut du temps et de l’énergie. Les contraintes du monde réel sont définies par la nature même de celui-ci, et bien que la technologie s’y attaque, ce n’est qu’avec des résultats limités : les contraintes matérielles subsistent.

3L’architecture du cyberespace est différente, et sa nature aussi. Les contenus numériques peuvent être dupliqués parfaitement pour un coût quasi nul. On peut transférer de grandes quantités de contenus presque gratuitement et instantanément. Et ce qu’on trouve d’intéressant dans un endroit peut être envoyé vers de nombreux autres endroits, presque immédiatement. Les barrières du cyberespace dans son état naturel sont radicalement différentes de celles du monde réel.

4Je viens de mentionner l’« état naturel » du cyberespace. Dans mon précédent livre, Code and Other Laws of Cyberspace, j’ai longuement dénoncé cette façon de parler : le cyberespace n’a rien de naturel. Ce qu’il est, les barrières qu’il dresse, tout cela dépend de son architecture, de son code. Parler abstraitement de « nature » à propos de ce système entièrement construit par l’homme n’a pas de sens. La nature du cyberespace, c’est celle que les hommes ont construite.

  • 1 Voir Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books, 1999.

5Mais à sa naissance, le cyberespace avait un certain nombre de caractéristiques : j’en ai décrit quelques-unes, ici et ailleurs1. La plus intéressante de ces caractéristiques originelles, pour notre propos ici, c’est une structure qui empêche qui que ce soit au centre du réseau de réglementer les interactions entre ceux qui sont à ses lisières : c’est le principe du « bout en bout », end-to-end. Le choix de cette architecture end-to-end garantit que ceux qui ont des idées nouvelles puissent les mettre sur le marché, quoi qu’en puissent penser les propriétaires du réseau.

6Ce principe fonctionne à des niveaux très différents. Je l’ai d’abord décrit dans le contexte de l’architecture réseau, et j’ai montré que le même principe s’applique à l’open code. Un spectre organisé comme bien commun installerait ce principe au niveau de la couche physique. La même idée peut s’appliquer au sein de n’importe quel système social. Appliqué au droit, cela s’appelle le principe de subsidiarité : les décisions sont prises au niveau hiérarchique compétent le moins élevé. En matière de politique, c’est le principe que soutiennent les libéraux, qui exigent non pas l’abolition de toute régulation, mais la régulation à partir des individus.

7On peut discuter de l’étendue du champ d’application de ce principe en politique. Et l’on a écrit des ouvrages entiers sur la place qui devrait lui être reconnue dans le droit. Mais je voudrais mettre l’accent sur son importance dans le contexte de la créativité. Dans ce domaine du moins, c’est le principe de liberté qui devrait nous guider, et nous devrions l’intégrer dans l’architecture du cyberespace.

8Après l’effondrement des start-ups, après l’« e-krach », alors que les spécialistes se demandent si la nouvelle économie par Internet a vraiment apporté quelque chose de nouveau, il n’est pas inutile de rappeler ce que ce nouvel espace nous a effectivement offert jusqu’à présent. C’est l’objectif de ce chapitre, où je voudrais montrer comment nous disposons vraiment de quelque chose de neuf, du moins en disposions-nous à l’origine. Mon but est de faire le lien entre des exemples d’innovation et l’évolution des couches de réglementation entraînées par Internet. Il ne s’agit pas d’une étude exhaustive, mais de simples illustrations. Mais nous devrions au bout du compte avoir une idée plus claire du lien qui existe entre ces différents biens communs et les innovations qu’ils ont permises.

Ces nouveaux produits issus du Net

  • 2 Pour des exemples de services de cartographie en ligne, voir MapQuest.com sur http://www.mapquest.c (...)
  • 3 Pour des exemples de sites Web de traduction en ligne, voir AltaVista World/Translate sur http://wo (...)
  • 4 Une courte liste des nombreux exemples de dictionnaires en ligne inclut Merriam-Webster OnLine sur (...)

9Au niveau de la couche logique, du code, l’Internet est un ensemble de protocoles qui rendent possibles de nouveaux produits numériques qui n’auraient pas pu être construits avant le Net, ou qu’on ne souhaitait pas construire. Au nombre de ceux-ci, on peut citer les cartes routières directionnelles, indiquant les itinéraires à suivre2, les machines de traduction automatique polyvalentes, intégrant des dizaines de langues, capables de traduire instantanément à partir d’un texte ou de pages web3, les dictionnaires en ligne pour des centaines de langues, qui auparavant n’auraient été disponibles que dans les plus grandes bibliothèques4.

10Mais concentrons-nous sur quelques-uns de ces produits et sur leur rapport avec l’architecture du Net.

Les livres HTML

11Les vrais livres sont des sources d’information extrêmement durables. Ils ne se modifient pas et se conservent assez bien. Ils se consultent facilement dans la plupart des situations. Pendant un siècle encore au minimum, ils seront un élément central de notre culture.

12Mais il y a un certain nombre de choses que le support papier des livres ne peut pas faire, et il subissent des contraintes qui limitent la portée de l’information qu’ils véhiculent. Ces limites suggèrent qu’il y a une place pour un autre type de livres : les « livres HTML », c’est-à-dire des livres produits pour le Web.

13Les livres HTML (« HyperText Mark-up Language ») sont l’idée fixe d’Eric Eldred, programmeur informatique dans la marine américaine qui découvrit l’Internet au milieu des années quatre-vingt. À l’époque, la grande toile n’existait pas : elle ne fera son apparition que cinq ans plus tard. Mais le Net facilitait déjà l’échange d’informations avant même que le Web ne permette de créer des documents hypertexte.

14Avec l’arrivée du Web, Eldred voulut expérimenter ses potentialités dans le domaine du livre. Sa fille devait lire The Scarlet Letter (« La Lettre écarlate », 1850) de Nathaniel Hawthome (1804-1864) pour l’école. Il essaya de trouver le texte en ligne, mais ce qu’il put dénicher était à peu près inutilisable. Il décida alors d’en faire une version plus pratique. Il nettoya le texte, ajouta quelques liens et créa ainsi son premier livre HTML : un livre conçu pour être lu sur le World Wide Web.

15Un livre HTML ouvre des possibilités qui sont inaccessibles aux livres papier. On peut ajouter des liens pour aider le lecteur ou pour le guider vers des textes en rapport avec l’ouvrage, on peut facilement faire des recherches dans le texte, ou en faire des copies pour les insérer dans d’autres textes. Et comme il est diffusé sur Internet, il est accessible à tous et partout, y compris à ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter ce livre, et utilisable aussi par les robots d’indexation qui pourront l’ajouter dans les moteurs de recherche.

16D’après la loi sur le copyright, un livre HTML est une œuvre dérivée. Si le texte original est protégé par le droit d’auteur, il est nécessaire d’obtenir l’autorisation de son auteur pour en réaliser une copie dérivée. Mais The Scarlet Letter est une œuvre tombée dans le domaine public, si bien qu’Eldred était libre de la reprendre pour en faire ce qu’il voulait.

  • 5 Oliver Wendell Holmes (1809-1894), poète, romancier et essayiste, père d’un célèbre juge à la Cour (...)

17Ce qui pour Eldred commença comme un passe-temps devint vite une vocation. Avec la publication de Hawthome, Eldred lança « Eldritch Press », site ouvert dédié à la publication de versions HTML des œuvres du domaine public (http://eldred.ne.mediaone.net/​). À partir d’un ordinateur tout simple et d’un scanner bon marché, il prit des livres qui étaient tombés dans le domaine public et il les rendit disponibles au public sur Internet. Son site réunit rapidement une extraordinaire collection d’œuvres, y compris une collection importante des œuvres d’Oliver Wendell Holmes (le père, pas le juge à la Cour Suprême)5.

  • 6 Comme nous le verrons dans la troisième partie, chapitre 3, il ne s’agit pas d’une contrainte légèr (...)

18Bien sûr, Eldred n’était pas le seul à mettre en ligne des œuvres du domaine public. À travers le projet Gutenberg, Michael Hart publie des textes du domaine public sur Internet depuis 1970. Mais ce qui est important, ce n’est pas que les efforts d’Eldred aient été isolés ou non : c’est précisément le contraire. Désormais, les couches physiques et logiques d’Internet permettaient ce type d’innovation, pour Eldred comme pour n’importe qui. La couche physique était bon marché, la couche logique était ouverte. C’est du niveau de la couche des contenus qu’allait venir la seule contrainte – mais n’anticipons pas6.

Le MP3

19La multiplication des textes électroniques n’est pas la seule innovation apportée par le Net. Bien plus impressionnantes encore sont les innovations des technologies audio et vidéo. Le MP3 (« Motion Picture/Audio Layer 3 ») est au centre de ces évolutions dans le domaine de l’audio. C’est un produit qu’on peut lui aussi compter parmi ceux qu’internet a rendus disponibles.

20Comme j’ai eu l’occasion de le mentionner, « MP3 » est le nom d’une technologie de compression. C’est un outil qui permet de réduire la taille des enregistrements numériques de musique, notamment en supprimant les éléments du fichier qui ne sont pas audibles par un être humain. Les chiens feraient sans doute la différence, mais la plupart des humains restent dans une sereine ignorance.

21D’autant plus sereine que, étant donné notre faible capacité auditive, Internet peut offrir de la musique simplement et efficacement, avec une perte de qualité relativement faible. Une chanson de cinq minutes peut être compressée dans un fichier de 6 mégaoctets, et grâce à l’amélioration de la vitesse des connexions, ce fichier de 6 Mo peut être envoyé à quelqu’un en moins d’une minute.

22Cela signifie que le Net est devenu un diffuseur potentiel de musique et qu’il inspire maintenant un nouveau genre de production : une musique écrite et jouée pour être écoutée et comparée sur le Net. Le MP3 ne vient pas seulement se substituer aux CD ou aux cassettes. Les coûts réduits de diffusion, à des degrés divers de qualité, permettent de passer d’un morceau à l’autre avec une facilité nouvelle. Ce qui à son tour étend le marché de la musique, puisque le public peut tester plus de morceaux avant de se décider à acheter.

Les films

23Une évolution similaire s’est produite dans le cinéma. Ainsi que je l’expliquais au début de ce livre, le développement de technologies numériques plus puissantes et moins chères a fait chuter de façon spectaculaire le coût de la production cinématographique. Nous allons bientôt arriver à un point où des réalisateurs seront en mesure de produire des films numériques de qualité pour seulement 1 % du coût d’un film fait selon la technologie traditionnelle. Apple suscite la demande, en intégrant des logiciels de réalisation vidéo numérique bon marché et de qualité supérieure dans son ordinateur à succès, le « iMac ». Cette même technologie, qui coûte quelques milliers de dollars aujourd’hui, aurait encore coûté 150 000 dollars il y a seulement cinq ans.

24Cette chute du coût de production est liée aux évolutions de la couche matérielle sur laquelle repose la production de films. Elle est également accélérée au niveau de la couche logique par tout un ensemble d’outils de manipulation et de traitement des images numériques. Tout ceci contribue à gommer sensiblement la différence entre l’amateur et le professionnel. Comme le disait récemment une publicité d’Apple : « Vous voici désormais le producteur, l’inspirateur, l’auteur d’une œuvre authentique ».

25Jusqu’à quel point, c’est une question de goût. En 2001, Apple était fier de pouvoir annoncer l’achat par HBO du premier film réalisé sur iMac, un court-métrage sur le thème de la grossesse des mineures produit par une adolescente de 14 ans7. Ce n’est pas encore Hollywood à la maison, mais c’est l’annonce de développements futurs qui auraient été inimaginables il y a seulement dix ans : une grande diversité de films produits par un nombre encore plus grand de créateurs, et potentiellement accessibles à d’autres encore8.

Serveurs musicaux et bases de données culturelles

26La culture populaire est vaste et toujours plus diversifiée, mais rechercher des informations à son sujet peut souvent se révéler très difficile. Elle a beaucoup d’amateurs, mais le catalogue systématique des données relatives à ce domaine n’existe toujours pas.

27Il suffit de penser par exemple aux paroles des chansons. La musique tient une place importante dans notre vie. Nous grandissons en écoutant des chansons à la radio ; nous achetons des disques et nous écoutons ces chansons à de multiples reprises. Notre capacité à nous souvenir de la musique est extraordinaire ; quelques mesures d’une chanson entendue trente ans plus tôt feront ressurgir des souvenirs de fêtes ou de soirées de concert.

28Nous nous souvenons à la fois des mélodies et des paroles, mais il est souvent très difficile de les associer avec précision. On peut se souvenir d’une mélodie donnée, mais se rappeler seulement certains mots. On peut aussi se souvenir du nom de la chanson, mais se trouver incapable de dire celui de son auteur.

29Internet a offert une solution évidente à ce problème. À partir du milieu des années quatre-vingt-dix, on a vu exploser les sites de chansons sur le Web. Ces sites étaient issus de sites antérieurs sur le Net. Ils devinrent rapidement des adresses extrêmement populaires où les fans pouvaient retrouver les mots qui couraient dans leur tête.

30Ces sites n’étaient pas commerciaux. Ils étaient conçus par des fans et des amateurs. Mais même s’il n’y avait pas d’argent à gagner, des milliers de gens contribuaient à les étoffer, et ils ont fini par produire tous ensemble une base de données culturelles bien meilleure, bien plus complète, bien plus riche que celles qui étaient réalisées par les sites commerciaux. Pendant un certain temps, on a pu trouver une incroyable quantité de chansons archivées sur le Web.

  • 9 Sur le risque judiciaire, voir JaNet Komblum, « Lyrics Site Takes Steps to Avoid Napster Woes », US (...)

31Lentement, ces services ont été transférés sur des sites commerciaux, lesquels peuvent payer le coût de la collecte des informations et de leur mise à jour. Et dans certains cas, avec certaines bases de données, Internet se mit à offrir un moyen simple de rassembler et de relier des données, notamment musicales9.

32Le meilleur exemple en est CDDB, ou « CD database ». Les lecteurs MP3 étant de plus en plus répandus, le public avait besoin d’un moyen pratique pour connaître les titres et le numéro des morceaux sur CD lus par le moyen du MP3. Bien sûr, on pouvait recopier soi-même ces informations, mais pourquoi obliger tout le monde à le faire ? Beaucoup de fournisseurs de MP3 se mirent alors à offrir des services permettant une coopération. Si l’utilisateur insérait un CD, un logiciel envoyait une requête à une base de données centrale pour savoir si le CD avait déjà été catalogué. Si c’était le cas, le titre de l’enregistrement et les renseignements sur la piste étaient automatiquement communiqués à l’utilisateur. Dans le cas contraire, ce dernier se voyait offrir l’occasion de contribuer au système en ajoutant les informations nécessaires pour compléter la base de données sur cet enregistrement.

33Grâce à ce système, cette grande base collective ne tarda pas à recenser toute la musique, sauf peut-être la plus confidentielle. Et cette base de données devint elle-même un produit, qui dans un autre environnement n’aurait pas pu être proposé à tout le monde.

34Tous ces produits nouveaux sont issus des différents aspects de l’économie de la production numérique et de la capacité qu’ont les innovateurs aux lisières du réseau de leur ajouter une plus-value. Certains sont véritablement innovants, d’autres sont de simples extensions, d’autres encore reprennent des idées qui sont dans l’air depuis toujours mais qui ne deviennent possibles qu’aujourd’hui. Quelles que soient leurs caractéristiques, c’est l’environnement créatif du Net initial qui a rendu possibles tous ces produits.

De nouveaux marchés

35L’apparition de nouveaux produits engendre de nouveaux marchés. Et, avec la disparition des barrières qui handicapaient la distribution, ces nouveaux modes de diffusion ouvrent aussi de nouveaux marchés aux produits existants.

36Ne prenons qu’un exemple : la création poétique. Le marché de la poésie est extrêmement restreint ; il est particulièrement difficile de faire publier des poèmes. Ces contraintes qui appartiennent au monde réel signifient que pour les poètes le marché est extraordinairement difficile à pénétrer.

  • 10 Tom Parsons, « World Wide Web Gives Poets, Poetry Room to Grow », Dallas Morning News, 30 juillet 2 (...)

37Mais en combinant la distribution bon marché offerte par Internet et des outils permettant de mieux structurer la diffusion de données, le marché de la poésie sur Internet a pu décoller. Les sites consacrés à l’écriture poétique et sa diffusion ont explosé. Par exemple, Poetry Daily (« Le Quotidien de la poésie »), lancé en 1997, reçoit plus de 150 000 visites par mois et atteint des pics de 12 000 visites par jour ; plus de 16 000 personnes sont abonnées à sa lettre d’information10.

  • 11 Par exemple, un site Web dédié à Chaucer utilise des frames multiples pour naviguer rapidement à tr (...)
  • 12 Voir « Favorite Poem Project » à http://www.favoritepoem.org (propose des lectures de poèmes célèbr (...)

38Ces sites ne sont pas seulement des outils permettant de diffuser des poèmes à moindre coût. Leur technologie permet aussi de mieux savoir comment ce contenu est utilisé. Certains sites incluent des technologies qui servent à guider le lecteur, permettant ainsi à la poésie de devenir accessible ou compréhensible pour un public beaucoup plus vaste11. D’autres permettent une lecture vocale de la poésie, ouvrant ainsi le marché aux aveugles, qui autrement en auraient été exclus12. Et ces outils étendent la portée de cet art vers un public qui autrement n’aurait pas été consommateur de poésie.

De nouveaux circuits de distribution

39Comme Coase le disait naguère, c’est la baisse des coûts de la transaction commerciale et l’extension corrélative de la portée du marché qui ont l’impact le plus spectaculaire sur l’activité créatrice. Voici quelques exemples bien connus, sur lesquels nous reviendrons quand nous examinerons les évolutions du droit d’auteur et leurs effets sur l’Internet.

My.MP3

  • 13 Libre au sens où j’ai défini ce terme. La technologie est offerte sous une licence non discriminato (...)

40La technique de compression du MP3 est « libre » au sens utilisé dans ce livre : tout le monde est libre de développer des technologies qui l’utilisent13. Au cours des années quatre-vingt-dix, on en inventa des milliers, tant il était facile de trouver sur le Net un programme capable de « riper » le contenu d’un CD, c’est-à-dire de copier la musique au format MP3 pour pouvoir la stocker dans une machine. Et les lecteurs MP3 étaient ou bien vendus ou bien offerts.

41Mais même s’ils tenaient relativement peu de place par rapport aux fichiers originels, les fichiers MP3 étaient encore trop lourds pour voyager sur l’Internet. Une connexion haut débit peut transmettre un air au format MP3 en quelques secondes, mais la même opération prend entre vingt et trente minutes avec une connexion téléphonique classique.

42Cette limitation de la bande passante donna naissance à une importante industrie consacrée à la diffusion en streaming (en « flux réel ») L’idée était assez simple : plutôt que de télécharger le morceau entier avant de l’écouter, les technologies de streaming permettent de l’écouter au fur et à mesure de l’enregistrement. Il n’est pas nécessaire de commencer par faire une copie du fichier, ce qui signifie que l’utilisateur n’est pas obligé de perdre son temps à attendre que la musique lui parvienne.

43Cette fois-ci l’innovation venait de Real Audio, mais l’idée a rapidement été copiée par Microsoft et Apple. Real Audio vendait des logiciels de réception qui permettaient aux gens de recevoir des contenus audio, puis vidéo, compressés et diffusés en streaming sur le Net.

44MP3.com poussa cette idée plus loin. Créée en 1997, cette société n’a pas vraiment de relation avec la technologie MP3. Elle n’avait pas inventé cette technologie et elle n’avait pas non plus de licence d’exclusivité. Son créateur, Michael Robertson, n’avait pas non plus de lien réel avec l’industrie musicale. C’était simplement un créateur d’entreprise qui voyait en Internet de grandes potentialités d’innovation. Il lança MP3.com pour trouver de nouvelles façons d’utiliser la technologie pour produire et diffuser de la musique.

45MP3.com stimula la production en encourageant les artistes à créer de la musique et à la diffuser sur son site. Il n’était pas le seul à avoir cette démarche : c’était aussi le projet économique d’autres entreprises comme EMusic.com.

46Mais plus intéressantes étaient les nouvelles idées de MP3.com pour dynamiser la diffusion. Les labels existants avaient une idée claire de la manière dont fonctionnait le secteur. Comme l’explique Robertson, leur stratégie était

  • 14 - Entretien téléphonique avec Michael Robertson, 16 novembre 2000.

[...] de faire un pari. Ils mettent des enjeux massifs sur un nombre limité d’individus ou de groupes, en espérant que l’un d’entre eux gagnera le gros lot et remboursera la mise.14

47Et comme le raconte l’artiste Courtney Love, pour être sûre de rafler la mise :

  • 15 Courtney Love, « Courtney Love Does the Math », Salon (12 juin 2000), p. 5. Courtney Love donne une (...)

Les sociétés d’édition musicale se réservaient les campagnes de promotion et de marketing ; elles étaient les seules à avoir le pouvoir de faire passer des chansons à la radio et de placer des disques dans les bacs des grandes surfaces.15

48Quand les représentants des labels existants discutèrent avec Robertson, ils essayèrent de le convaincre de suivre le même modèle.

Ils avaient tous l’air de dire : d’accord, il faut trouver le prochain U2, les prochains Backstreet Boys, etc. [...] Dénichez-les, faites une promotion colossale, en espérant rentrer dans vos fonds.

49La clé de ce modèle économique est de garder la mainmise sur les artistes ; les labels traditionnels exigent donc l’exclusivité.

50Mais le modèle économique de Robertson était tout autre.

  • 16 Entretien téléphonique avec Michael Robertson.

Je leur disais simplement : ce modèle n’est pas le mien. Pourquoi ne pas plutôt laisser quelqu’un d’autre faire de la musique, la produire et s’occuper de tout ce qui va avec le processus créatif ? On vient après, on prend l’œuvre toute faite, et on s’occupe de la diffuser.16

51Ainsi MP3.com rejeta le principe d’exclusivité (pour Robertson : « l’exclusivité est une catastrophe pour ceux qui détiennent les droits sur les contenus ») et travailla plutôt à développer des technologies qui faciliteraient l’accès des consommateurs à la musique, en rentabilisant le contenu par l’abonnement et la publicité.

  • 17 Ibid.

52Un élément central de cette technologie était d’avoir un système « automatique » pour que les contenus à succès puissent « émerger » de la masse. Ainsi que l’explique Robertson, la clé de la réussite est de collecter des données de qualité. Car « ce sont elles qui font toute la différence ». Les consommateurs « veulent de la bonne musique, et nous ferons en sorte qu’elle puisse se retrouver au-dessus du panier »17.

53Le dessus du panier dépend du public. Plus les utilisateurs écoutent et téléchargent telle ou telle musique, plus celle-ci va « émerger », et plus le système apprend à reconnaître qui aime quoi, plus il pourra garantir que ce que vous aimez aura des chances d’émerger en haut de votre écran.

54MP3.com se conçoit ainsi comme une « agence de services » :

  • 18 Ibid.

Les artistes peuvent aller et venir comme ils veulent. [...] Ils n’ont même pas besoin d’accepter de nous donner l’exclusivité. C’est un défi à toute la logique de l’industrie musicale. Je ne saurais vous dire combien de personnes sont entrées dans mon bureau en disant : « Vous n’y êtes pas. Vous ne comprenez pas ce marché. Je ne vois pas pourquoi vous ne forcez pas ces types à vous céder une part de leur propriété intellectuelle. Parce que, quand vous réussirez à lancer la prochaine Madonna, elle ne vous appartiendra pas.18

55Une innovation, cependant, valut à MP3.com autre chose que cette commisération hypocrite concernant Madonna. Ce fut le service My.MP3, lancé en janvier 2000. En utilisant ce service, un consommateur avait accès à la musique de deux façons différentes. D’abord, en l’achetant sur des sites fonctionnant sur le mode de la coopération, qui lui enverraient un CD dont le contenu serait aussi immédiatement enregistré sur son compte MP3, de sorte qu’il puisse l’écouter à partir de n’importe quel ordinateur, n’importe où. MP3.com conserverait donc une collection de musique stockée dans ce compte tout en en donnant l’accès au consommateur à partir de n’importe quelle connexion Web.

56Mais la seconde caractéristique de My.MP3.com était plus audacieuse. La société distribua un programme appelé « Beam-it » qui permettait à l’utilisateur d’insérer un CD dans son ordinateur et de le faire identifier par My.MP3. S’il était enregistré dans la base de données de MP3.com, la société mettait cette musique à la disposition de l’utilisateur. Ainsi, il suffisait de prendre tous les CD qu’on avait à la maison et de les « flasher » dans Beam-it pour qu’ils soient reconnus par le serveur de MP3.com, et donc accessibles depuis n’importe quelle connexion Web.

57Certes, les utilisateurs pouvaient déjà faire une bonne partie de ces manœuvres sans l’aide de MP3.com. Mon collègue de Harvard Jonathan Zittrain, qui fut un des premiers amateurs de musique en ligne, acheta un ordinateur Dell basique, avec un disque dur de grande capacité, pour copier tous ses CD. Il connecta ensuite cet ordinateur à un modem haut débit et il monta un système qui lui permettait d’écouter sa musique n’importe où (et surtout depuis son bureau). Zittrain avait donc construit un serveur musical semblable à celui de MP3.com, qui diffusait sa musique à la demande.

58Mais avec MP3.com il n’y avait pas besoin de s’appeler Zittrain pour avoir avoir accès à la musique, et c’était toute la différence. Il n’y avait pas non plus à perdre autant de temps que lui à recopier toute sa musique, puisque le service Beam-it reconnaissait votre disque en moins de 10 secondes et, après quelques secondes supplémentaires, vous y donnait accès. Il n’était pas non plus nécessaire de posséder un disque dur de grande capacité pour stocker tous ces fichiers. Tout était déjà enregistré sur les serveurs de MP3.com.

59Pour les consommateurs, ce service apporté par MP3.com simplifiait l’accès à la musique qu’ils avaient achetée, mais il ne leur offrait pas d’accès libre à toute la musique. Certes, les gens pouvaient emprunter les CD d’autres personnes pour « voler » leur contenu, mais c’était déjà possible avant l’arrivée de MP3.com. MP3.com visait simplement à vous faciliter l’utilisation de ce que vous aviez déjà acheté.

Napster

60La plus célèbre histoire d’« innovation » musicale fut incontestablement l’explosion Napster, technologie qui simplifiait l’échange de fichiers MP3, grâce à une idée enfantine qui avait germé dans les cerveaux de Shawn Fanning et Sean Parker – eux-mêmes, aux yeux de beaucoup, de grands enfants.

61Fanning et Parker eurent cette idée toute simple : certains individus stockent de la musique sur leurs ordinateurs (rappelez-vous le trésor accumulé par Zittrain) et d’autres aimeraient en avoir des copies. Fanning inventa donc une façon d’organiser une « rencontre » entre ces stocks et ceux qui voulaient les copier. Son système, « Napster », consistait à collecter une base de données indiquant qui possédait quoi. Et quand quelqu’un rechercherait une chanson particulière, la base de données lui offrirait la liste de ceux qui la possèdent et qui en ce moment sont en ligne. L’utilisateur pourrait alors sélectionner l’exemplaire qu’il désirait copier et son ordinateur établirait une connexion entre lui et l’autre ordinateur contenant cet exemplaire. Le système fonctionnerait comme une agence de rencontre musicale : il se chargerait de créer des liens, mais il ne serait pas responsable de ce qui arriverait ensuite.

  • 19 Le « ha-ha » est une démarcation invisible dans un paysage aménagé, qui remplace la clôture par un (...)

62Napster est une technologie « ha-ha » : tant que vous n’avez pas le nez dessus, sa signification vous échappe19. Mais c’est une extraordinaire expérience que d’ouvrir une fenêtre de recherche dans Napster, de fouiller sa mémoire à la recherche d’une chanson et ensuite, en quelques secondes, de la trouver et de l’entendre. Comme avec la base de données des paroles de chansons, on peut facilement trouver ce qui est presque impossible à localiser ; comme avec le serveur MP3, on peut enfin écouter presque immédiatement ce que l’on veut. Enfin, la musique échangée sur Napster est libre, dans le sens qu’elle ne coûte rien, et à n’importe quel moment ce sont littéralement des milliers de chansons qui sont ainsi offertes.

63Cette innovation suscita une réaction juridique immédiate. L’Association Américaine des Sociétés d’Enregistrement (RIAA, « Recording Industry Association of America ») décida sur-le-champ de poursuivre Napster en justice pour complicité de violation de copyright. Ce fut sans doute une erreur car, au moment où la plainte fut déposée, Napster comptait moins de 200 000 utilisateurs ; quand la presse se mit à en parler, le nombre d’utilisateurs augmenta pour atteindre 57 millions.

64Dans la troisième partie, chapitre 3, nous analyserons en profondeur les questions juridiques soulevées par Napster. Pour l’instant, concentrons-nous sur son caractère novateur. Tout ce qu’avait fait Fanning, c’était de trouver un moyen d’utiliser la « matière noire » d’Internet : les ordinateurs personnels qui s’y connectent. Au lieu de dépendre de contenus localisés quelque part sur un serveur, selon une conception informatique strictement hiérarchique de l’association client/serveur, Fanning fit appel aux nombreux ordinateurs individuels reliés au Net, parce qu’ils pouvaient servir à stocker des contenus. En utilisant les protocoles de la couche logique, il fut en mesure de tirer parti d’un élément sous-exploité de la couche physique, réduisant ainsi l’importance des serveurs centralisés.

65Beaucoup de gens pensent que la motivation de Napster était avant tout d’échapper à la « police du droit d’auteur ». Les serveurs centralisés sont plus efficaces pour stocker certains types de données (mais pas les contenus diffusés en streaming), mais il sont aussi plus efficaces pour héberger des contenus illégaux. Or, si l’on veut stocker des contenus illégaux, le risque de se faire prendre l’emporte nettement sur l’efficacité du stockage.

66Mais si le contenu est stocké sur de nombreuses machines individuelles, il devient plus difficile de le repérer et il est plus compliqué de lancer des poursuites contre ceux qui l’hébergent. Napster estimait que des individus seraient désireux de stocker des contenus qui serviraient à d’autres, mais que ces détenteurs individuels de contenus ne seraient pas des utilisateurs réguliers au point d’être pris pour cible par la loi.

67Au-delà, ces groupes d’utilisateurs devaient remplir une fonction différente et distincte, en provoquant un échange d’informations sur les préférences des membres du groupe. À son tour, cette information aurait pour effet d’entraîner une augmentation de la demande chez les consommateurs de musique et cette demande pourrait alors être satisfaite par Napster, ou par les canaux de distribution classiques.

68Si l’on voit seulement Napster comme un outil qui facilite le vol de musique, ce nouveau mode de distribution présente peu d’intérêt. Mais l’extraordinaire potentiel de Napster n’était pas tant qu’il permettait de voler des contenus, c’était d’abord la quantité de contenus qu’il rendait disponible. Ce qui était important, ce n’était pas le fait qu’un utilisateur puisse obtenir gratuitement le dernier disque de Madonna : c’était qu’on puisse trouver un enregistrement du batteur de jazz de style Nouvelle Orléans Jason Marsalis jouant avec son groupe « There’s a Thing Called Rhythm ».

  • 20 Voir « Testimony of the Future of Music Coalition on Online Music and Copyright Law », présenté au (...)

69Cette possibilité crée une concurrence avec les maisons de production, mais elle ne se substitue pas vraiment au service qu’elles remplissent, car une quantité importante de contenus disponibles sur Napster n’est plus disponible chez elles20. Quels que soient les problèmes de droit d’auteur, ce mode de diffusion permet à tous et à chacun d’accéder à une quantité de musique inouïe dans toute l’histoire de la production musicale.

  • 21 Voir Paul Goldstein, Copyright’s Highway : From Gutenberg to the Celestial Jukebox, New York, Hill  (...)

70Quand on a goûté à cet univers de contenus pratiquement illimités, il est difficile d’imaginer revenir en arrière. Ce que Napster a réussi à faire avec une efficacité supérieure à celle de toutes les autres techniques, c’est de démontrer ce que pourrait être une sorte de « juke-box céleste »21 à son plein rendement. Pas seulement la musique que les distributeurs veulent promouvoir à un moment donné, pas seulement la musique qui correspond à la demande d’un vaste marché, mais aussi à peu près n’importe quel enregistrement avec au moins, quelque part, un amateur connecté à Napster.

71On a là le point final d’une évolution qui avait commencé avec la multiplication des canaux de diffusion. Tant que la télévision, par exemple, n’offrait que quelques chaînes, les producteurs avaient un pouvoir considérable pour orienter leur public dans la direction choisie par le directeur des programmes. Mais dès que les chaînes se sont multipliées, chacune d’entre elles est entrée en concurrence avec toutes les autres, chacune cherchant à attirer l’attention du public, et augmentant considérablement le choix qui lui est offert.

72Napster représente l’évolution extrême de cette tendance. Ici, les canaux de diffusion ne « canalisent » plus les consommateurs. Ceux-ci ont accès au plus large choix possible. Ainsi, exactement comme s’il s’agissait d’insatiables lecteurs dans une immense bibliothèque, les contenus musicaux deviennent disponibles en fonction des choix des individus, et non plus en fonction des choix des DJ.

Une nouvelle demande

73Dans les cas décrits jusqu’ici, Internet influence les contenus et les applications qui répondent à des demandes préexistantes, mais ce n’est là qu’une partie de ce qui fait sa différence par rapport au monde réel. C’est même, au bout du compte, le côté le moins intéressant du Net. Bien plus importante est sa capacité à transformer la manière dont on prend conscience de ce qu’on souhaite acheter et comment ces désirs mêmes peuvent être modifiés.

74Prenez par exemple Amazon.com, sous son meilleur aspect. Il y a beaucoup de gens qui sont inquiets de l’émergence de cette librairie de masse. Le basculement des ventes de livres vers cette très grande surface ne peut pas ne pas avoir pour résultat de réduire les ventes des magasins plus petits.

75Mais s’arrêter à cette analyse reviendrait à considérer que ce scénario est un jeu à somme nulle, alors qu’il est bien trop tôt pour juger des effets induits par le Net. L’émergence d’Amazon.com et de ses semblables est à l’origine d’une explosion de la demande qui n’aurait pas pu se faire dans le monde réel.

76La raison en est que nos préférences sont complexes et que les vendeurs ont beaucoup de difficultés à les identifier. Les observateurs des médias dans le monde réel minimisent cette complexité et la plupart d’entre eux considèrent que, dans leur ensemble, les médias sont extrêmement homogènes. Mais si une demande est générale, c’est soit qu’on veut dire quelque chose de vague, soit qu’il revient trop cher de dire quelque chose de plus précis. Et à son tour, ce coût peut être trop élevé soit parce que le message ne correspond pas à une cible précise, soit parce qu’il reviendrait trop cher de chercher à savoir ce que chacun aurait envie d’entendre.

77Concentrons-nous d’abord sur ce dernier point : la question de savoir ce que quelqu’un veut entendre. Vous avez tous des amis ; certains d’entre nous ont plus d’amis que d’autres, et certains de nos amis sont plus proches que les autres. Mais je ne crois pas qu’aucun de vos amis connaisse aussi bien vos goûts musicaux et littéraires qu’Amazon.com connaît les miens. J’ai été leur client pendant trois ans ; leur base de données relationnelles a consciencieusement enregistré mes préférences, et Amazon.com peut me conseiller les titres que je devrais acheter. Amazon.com m’envoie de la publicité, mais contrairement à 99 % de la publicité que je reçois dans le monde réel, c’est une publicité qui m’intéresse personnellement. Elle me dit des choses que je suis prêt à entendre, et parce qu’elle s’adresse à moi, je l’écoute.

78C’est la technologie qui rend cela possible. Il n’y a personne chez Amazon qui décide qui devrait lire quoi, c’est simplement une machine qui s’en charge. Des moteurs de comparaison de préférences enregistrent sans cesse des données sur ce que j’achète et sur ce que les autres achètent ; Amazon intègre ensuite dans ces données les choix que je lui indique, grâce à un système pratique qui me permet de dire que j’ai particulièrement apprécié quelque chose que j’ai acheté, ou au contraire que le moteur devrait exclure un de mes achats de sa collection de données. Enfin, quand il me présente des recommandations, il me laisse lui dire que, le cas échéant, je possède déjà ce qu’il me propose, ou que je n’ai aucune intention d’acheter ceci ou cela. C’est en se basant sur des données authentiques qu’Amazon me connaît.

  • 22 Voir Scott Kirsner, « Firefly : From the Media Lab to Microsoft », Wired News, 9 avril 1998, à http (...)

79Ce n’est pas Amazon qui a créé cette technologie de gestion des préférences. Elle avait déjà été utilisée par une société appelée « FireFly »22. Mais elle s’est répandue rapidement, et tous les sites de vente en ligne performants rivalisent d’efforts pour connaître les désirs de leurs clients. Ainsi que le dit Michael Robertson, de MP3.com, « ces données font toute la différence ». Les données récoltées permettent au Web de fournir un service qui n’aurait pas été possible autrement.

80C’est une technologie encore balbutiante, mais elle est déjà assez mûre pour nous donner une idée du futur qu’elle nous réserve. À moins d’être arrêtée dans son évolution, elle sera de mieux en mieux capable de prédire ce que vous voulez en tant qu’individu ; elle vous fera perdre de moins en moins de temps avec ce que vous ne voulez pas. Et c’est ce qui fera augmenter votre demande pour les produits vendus sur le Net.

  • 23 Voir Laura J. Gurak, Persuasion and Privacy in Cyberspace : The Online Protests Over Lotus MarketPl (...)
  • 24 C’est l’argument soutenu par Cass Sunstein, dans Republic.com, Princeton, N.J., Princeton Universit (...)

81Dès leur origine, ces technologies ont suscité du scepticisme chez certains, qui craignaient que ces systèmes de surveillance permanente n’empiètent sur la vie privée23. D’autres craignent que cette capacité à donner exactement à chacun ce qu’il souhaite ne finisse par créer une société faite d’individus de plus en plus isolés24. Cet argument part de l’idée que le bouche à oreille, le « bruit » social, favorise la cohésion de la communauté. Ma capacité à sélectionner parfaitement ce que j’écoute et ce que je lis est un avantage pour moi, mais cela pourrait être dangereux pour la société, car ce n’est pas sur des individus de plus en plus isolés qu’une communauté peut se fonder.

82Ces craintes peuvent s’avérer fondées, mais je préfère les mettre de côté pour le moment pour analyser les effets positifs de cette technologie émergente. La conséquence la plus immédiate est de rendre beaucoup plus efficaces les données sur les préférences des consommateurs – c’est-à-dire plus efficaces pour informer les autres des préférences individuelles.

  • 25 Le taux d’efficacité de la publicité est particulièrement controversé. Il y a un consensus pour dir (...)
  • 26 Bien sûr, un « coût moins important » ne veut pas dire aucun coût. Il reste encore le coût de la pu (...)

83Ces données sont une ressource collective que l’architecture de la vie sociale rendait jusqu’alors difficile à rassembler. Nous étions tout à fait capables de savoir combien de personnes achetaient le DVD x ou le livre y, mais nous n’étions pas vraiment en mesure de savoir combien de ceux qui avaient acheté le livre y avaient aussi pris le livre x. Or, au moment même où l’apparition d’une nouvelle machine peut permettre de réduire le coût de certains processus de production, la possibilité de collecter ces données et de les utiliser comme ressource pourra réduire drastiquement le coût de la publicité. Par rapport à des techniques qui ne produisent un retour sur investissement que de 0,5 %25, ces nouvelles technologies devraient permettre de faire bien mieux, à un coût bien inférieur26.

84Ainsi, l’architecture du Net autorise l’accès à des ressources qui seraient autrement restées indisponibles. De cette façon, il abaisse les barrières à l’entrée sur le marché. Si les coûts de promotion sont l’une des barrières les plus élevées sur le marché de la musique, aussi longtemps que ces technologies de collecte de données resteront compétitives, la baisse des coûts de promotion rendra plus facile l’accès au marché de la musique. Et c’est la même chose pour les livres comme pour tous les autres contenus. En augmentant la demande pour une plus grande diversité de contenus et en permettant à cette demande d’être identifiée à moindre coût, le Net étend le nombre des participants potentiels sur ce marché.

Une nouvelle participation : le « pair à pair »

85Attardons-nous pour finir sur une innovation qui permet une nouvelle forme de participation considérée par beaucoup comme la prochaine grande révolution de l’Internet, et qui, à la lumière de notre discussion sur les principes du end-to-end, « e2e », nous paraîtra assez familière : l’émergence des réseaux peer-to-peer, « P2P »27.

  • 28 Clay Shirky, « Clay Shirky’s Writings About the Internet : Economics and Culture, Media and Communi (...)

86Un réseau « pair à pair », PàP, se caractérise par le fait que ses contenus ne sont pas diffusés par un serveur central unique, mais par des ordinateurs « égaux », « pairs », reliés par le réseau. D’un point de vue formel, le pair à pair est une famille d’applications qui utilisent les ressources disponibles aux extrémités du réseau : les capacités de stockage, de calcul, le contenu, l’expertise humaine28. C’est ce qui correspond à l’architecture des ordinateurs originaux sur le Net que je décrivais plus haut, quand il n’existait pas une batterie de serveurs centraux auxquels connecter les machines, mais un ensemble de protocoles end-to-end qui leur permettait de partager des données.

87Mais avec l’arrivée du commerce sur le Net, la nature de cette infrastructure s’est modifiée. À mesure que le World Wide Web tissait sa toile, les serveurs Web devenaient dominants, et la structure pair à pair égalitaire de l’Internet était remplacée par une structure hiérarchique de clients et de serveurs.

  • 29 Voir par exemple Nelson Minar and Marc Hedlund, « A Network of Peers : Peer-to-Peer Models Througho (...)

88Rien de tout cela n’était prévu. Quand Berners-Lee inventa le World Wide Web, il n’avait pas vraiment à l’esprit une structure dans laquelle des serveurs Web centralisés diffuseraient des tonnes de contenus à des dizaines de milliers de gens ; dès le départ, il essaya d’inciter les développeurs de navigateurs à en faire des outils qui fonctionneraient dans les deux sens, leur permettant à la fois de lire et d’écrire du code HTML. Berners-Lee voulait un Web en pair à pair, et sa technologie le permettait. Mais la première génération de ces navigateurs n’alla pas dans cette direction29. Pour les grands fournisseurs d’accès à Internet comme AOL, les extrémités du réseau ne sont pas plus importantes que ne le sont des consommateurs dans une galerie marchande : ils consomment dans les magasins, mais ils ne participent pas à leur organisation.

89Plus récemment, cependant, un changement s’est produit dans l’architecture du Net. Tandis que les machines devenaient de plus en plus puissantes et qu’elles pouvaient être connectées au Net de façon de plus en plus fiable et permanente, la possibilité d’associer les utilisateurs au traitement et à la diffusion des données sur le Net a progressé. Les services pair à pair reviennent sur Internet en même temps que les machines deviennent plus sûres et restent constamment connectées. Les possibilités ont évolué et, si on les laisse se développer, les potentialités sont extraordinaires.

90Bien qu’elle n’en soit pas exactement une, Napster est la plus célèbre des technologies pair à pair (un serveur central conserve une base de données sur qui possède quoi, la musique elle-même est conservée sur les machines des utilisateurs). Mais dans cette évolution des moyens de transport, Napster n’en est qu’au stade de la diligence. Ce n’est qu’un début.

91Intéressons-nous au projet SETI, « Search for ExtraTerrestrial Intelligence », qui scanne les ondes radios pour trouver des preuves de l’existence d’une vie intelligente quelque part ailleurs dans l’univers. Pour cela, SETI enregistre le bruit de fond du spectre radio que nous recevons sur la Terre. Ce bruit est ensuite analysé par des ordinateurs, à la recherche de signes révélateurs de phénomènes inexplicables30.

92Vous vous demandez quel peut être l’intérêt de ces divagations du genre X-Files, mais l’important est le potentiel révélé par SETI. La puissance de calcul requise par le projet SETI est énorme, et on n’a pas tardé à comprendre que le coût de location des ordinateurs nécessaires devenait de plus en plus prohibitif. Alors, des chercheurs de Berkeley eurent une idée : faciliter la distribution de segments des données enregistrées à des machines sur le Net, en laissant à ces machines le soin de les traiter. On envoie à un ordinateur participant à l’opération un segment de données accompagné d’un programme à exécuter ; l’ordinateur applique ce programme aux données, puis les renvoie au « vaisseau mère ».

93Dix jours après le démarrage du projet « SETI@home », celui-ci réunissait plus de 350 000 participants dans 203 pays différents. En quatre mois, il avait atteint le million d’utilisateurs. Le service augmentait si rapidement qu’il fut un moment obligé de s’arrêter de traiter les données, car elles étaient collectées plus vite que ce qu’autorisaient les capacités de traitement du projet.

94Courant 2000, le système pouvait se vanter d’avoir réuni l’équivalent de 280 000 années de calcul autour de la mission SET131.

95De même que Napster avait investi les espaces inutilisés des disques durs, SETI@home avait investi la puissance de calcul inutilisée des machines situées en lisière du réseau. Les machines sous-utilisées pouvaient être associées à des projets coopératifs à grande échelle.

96D’autres avaient déjà repéré cette possibilité. Avant SETI, en réponse à un défi des laboratoires RSA, le site « distributed.net » avait mis en place une technologie destinée à permettre aux ordinateurs reliés à Internet dans le monde de les aider à « casser » un message crypté selon le DES (« Digital Encryption Standard »). Le premier succès fut enregistré en 1997 par Rocke Verser, dont le groupe fut capable de décrypter le message en quatre-vingt-seize jours. En 1999, distributed.net améliora sa « technologie distribuée » (un logiciel fonctionnant à distance sur un grand nombre de machines indépendantes les unes des autres) de sorte que cent mille ordinateurs, utilisant du temps de calcul informatique disponible, furent capables de décoder un message crypté en vingt-quatre heures seulement. Les organismes officiels avaient estimé que ce décryptage prendrait des années : distributed.net avait prouvé que ces organismes s’étaient trompés.

  • 32 Pour un compte rendu utile des questions posées par le PàP, voir Andrew Oram, éd., op. cit. Voir au (...)

97Ces exemples suggèrent un avenir à la porte duquel beaucoup d’entreprises se bousculent. On peut découper des projets informatiques de grande dimension en segments plus faciles à gérer, que l’on envoie ensuite à des ordinateurs partenaires partout sur le Net. Ceux-ci se contentent de traiter les données comme le leur ordonne la machine qui lance la recherche, et vers laquelle on renvoie les données une fois traitées. Du point de vue du partenaire, la nature des données à traiter peut être totalement obscure. Ce qui compte, c’est que le temps de veille de sa machine puisse être utilisé à un projet pour aider à son succès32. C’est ce que disait Howard Rheingold :

  • 33 Rheingold, You Got the Power, op. cit.

À son niveau le plus simple, le calcul distribué est une façon de collecter des ressources qui auraient été massivement gaspillées sans cela : les cycles CPU [ « Central Processing Units », « unités de calcul central ») inutilisés. Même si vous tapez deux caractères à la seconde sur votre clavier, vous n’utilisez encore qu’une fraction de la puissance de votre machine. L’informatique distribuée relie des millions d’ordinateurs sur le Net en utilisant leurs réserves de capacité pour créer des superordinateurs ad hoc.33

98Le potentiel des technologies pair à pair va bien au-delà du simple transfert de fichier ou du partage de temps-machine. De fait, comme le comprennent peu à peu les ingénieurs, la principale utilisation du PàP pourrait être dans une technologie de caching (« cache », ou « antémémoire »), plus efficace. La cache, ou trésor caché, c’est simplement une copie du contenu conservée à proximité de l’utilisateur, pour permettre à celui-ci d’y accéder plus rapidement. Les solutions de cache en pair à pair proposent d’utiliser des ordinateurs aux lisières du réseau pour stocker des données plus efficacement. Par exemple, un utilisateur donné pourrait être payé par un réseau pour lui fournir 1 Go de son disque dur où le réseau pourrait stocker des contenus, afin de les conserver plus près d’autres utilisateurs qui habitent la même région. En partageant l’espace aux extrémités du réseau, ces systèmes de cache permettent de diffuser du contenu plus efficacement, plus rapidement, et meilleur marché. La vitesse et la fiabilité des technologies de streaming qui reposent sur le pair à pair sont améliorées de manière significative.

99C’est la même chose pour l’intelligence. Il suffit de se tourner vers « Gnutella », projet surtout connu comme un substitut à Napster. Au lieu de reposer sur un serveur centralisé pour conserver la liste des utilisateurs et des fichiers qu’ils possèdent, Gnutella (appellation humoristique à partir de GNU, déjà évoqué) utilise un algorithme de recherche pair à pair, rendant inutile le serveur central. Cela signifie qu’il est beaucoup plus difficile de contrôler les contenus qui sont échangés par Gnutella. Et cela veut dire aussi que Gnutella est pour l’instant utilisé pour faciliter l’échange de tout un ensemble de contenus qu’il serait trop dangereux d’afficher sur le Web.

100Mais ce n’est pas cette capacité à échanger des données litigieuses qui fait le véritable intérêt de Gnutella. Le vrai potentiel de ce logiciel, c’est qu’il étend la portée des technologies de recherche bien au-delà de leurs limites actuelles. Les moteurs de recherche d’aujourd’hui passent à côté d’une partie de plus en plus importante d’Internet. Ils étaient originellement conçus pour indexer des pages Web statiques. Alors qu’une partie croissante du Web devient dynamique (c’est-à-dire que les contenus y sont générés chaque fois qu’un utilisateur lance une requête pour y accéder), les moteurs de recherche ratent ces contenus.

101Gnutella propose une façon de pallier cette insuffisance. En développant un langage plus sophistiqué pour envoyer des requêtes aux utilisateurs aux lisières du Net, il deviendrait possible de lancer une recherche sur Internet en laissant les ordinateurs individuels du réseau Gnutella la traiter selon la manière qu’ils pensent être la mieux adaptée. Comme le dit Andy Oram :

Gnutella montre la voie. Il organise la façon dont les sites échangent des informations, sans leur dire ce qu’il devront ensuite faire de ces informations. Un site peut connecter la recherche d’un utilisateur à une base de données ou la soumettre à tous les traitements qu’il juge utiles. Les moteurs de recherche adaptés à Gnutella serviraient ainsi de trait d’union à toutes les recherches effectuées sur tous les sites. La fusion des technologies disponibles les plus avancées (des formats standard comme XML pour l’échange de données, une gestion de contenu via des bases de données, l’informatique distribuée) pourrait entraîner Internet vers de nouvelles réalisations.34

102Ces innovations aux extrémités du réseau ont une influence sur la fonctionnalité de son noyau. Elles pourraient radicalement améliorer le fonctionnement du Net, en le transformant d’une architecture coûteuse et centralisée autour de serveurs, en une infrastructure distribuée plus flexible .

103Ces innovations apportées par le pair à pair sont rendues possibles par les biens communs de la couche logique. De fait, la plus forte crainte qu’elles inspirent, c’est qu’elles tendraient à accaparer toute la bande passante disponible. Napster était un exemple de ce type d’utilisation, du moins quand il était menacé de disparition. Les systèmes informatiques universitaires étaient surchargés par des étudiants qui transformaient leurs comptes en serveurs libres. Certains craignent désormais qu’un système Gnutella généralisé ne dévore la bande passante de la même façon.

104Mais à problèmes techniques, solutions techniques. Des technologies PàP mieux conçues devraient mieux répartir l’offre et la demande. Ce qui reste certain cependant, c’est qu’elles offrent certaines innovations qui n’auraient pas été possibles sans les biens communs apportés par le Net.

105Dans tous les cas que j’ai décrits, c’est la même leçon qui revient. Internet est une plate-forme qui fait disparaître les barrières du monde réel, ce qui autorise les individus qui ont des idées à les développer. L’architecture est différente, si bien que les innovations qu’elle encourage sont elles aussi différentes.

106Cet encouragement tient à plusieurs circonstances. Pour commencer, comme la couche logique est un bien commun, il n’y a pas de police aux alentours. Le Net ne permet pas d’établir de surveillance ; il encourage des idées qui auraient été bloquées dans un environnement sous contrôle. Quand il est nécessaire d’obtenir des quantités de signatures avant de pouvoir démarrer un projet, il a plus de chances d’être soumis à des veto irrationnels (multinationales qui protègent leur vision du marché, dirigeants qui veulent limiter les initiatives de leurs services).

  • 35 Gamme de peluches très populaires aux États-Unis avec toute une série de produits dérivés, lancée s (...)

107Ensuite, le prix d’accès à la couche physique est tellement réduit qu’un immense marché se crée autour de ce bien commun. Peut-être que des « Beanie Babies »35 fonctionnant à l’énergie solaire n’intéressent que relativement peu de personnes, mais si on s’adresse à un marché qui recouvre le monde entier, alors le Net stimule ce qui n’aurait pas pu être soutenu autrement.

  • 36 Encore une fois, cela n’est que relatif. Il ne s’agit pas de montrer qu’il y un accès égal à des do (...)

108Enfin, en raison des caractéristiques de la couche du code, il devient possible d’exploiter une ressource dont le coût serait prohibitif dans le monde réel pour n’importe qui sauf de très puissants organismes : les données. La publicité descendante, venant d’en haut, top-down, est remplacée par un marketing remontant, venant d’en bas, bottom-up, qui rend plus facile l’entrée sur les canaux de distribution de créateurs qui manquent de soutien financier36.

109Les innovations que j’ai décrites découlent de l’environnement constitué par le Net. Cet environnement est une association équilibrée entre réglementation et liberté. Il est sensible aux modifications de cet équilibre. Si les contraintes sur la couche des contenus deviennent plus lourdes, l’innovation qui repose sur des contenus libres sera freinée. Si l’accès garanti par le bien commun de la couche du code est soumis à des conditions ou des limitations, alors l’innovation qui en dépend sera menacée. Cet environnement établit un équilibre entre ce qui est libre et ce qui est sous contrôle. Préserver cet environnement implique aussi de préserver cet équilibre.

110Mais rien ne garantit que celui-ci restera ce qu’il est. Il n’y a rien dans Internet qui « par nature » offrirait l’assurance que la couche logique restera un bien commun ; aucune protection constitutionnelle ne contraint le Congrès à garantir que les ressources utiles resteront libres au niveau de la couche des contenus. Et l’élément le plus inquiétant pour cet environnement, c’est qu’une pression de plus en plus forte s’exerce dans le sens d’une contractualisation qui viendrait malmener les libertés offertes au niveau de la couche physique, afin de récupérer ces technologies, c’est-à-dire, comme nous le verrons plus en détail dans la troisième partie, chapitre 2, de s’assurer qu’elles ne menacent pas les intérêts existants.

  • 37 James Boyle, « A Politics of Intellectual Property : Environmentalism for the Net ? », Duke Law Jou (...)

111Cette association équilibrée aménage un environnement qui est propice à l’innovation ; il donne à la nouveauté des moyens face à l’ancien, à l’existant. Mais l’ancien a tout intérêt à ébranler cet environnement qui le menace. Et les armes pour le faire sont tout à fait à sa portée. L’ère du Net a besoin d’une politique environnementale37.

  • 38 Voir Carl Shapiro, « Will E-Commerce Erode Liberty ? », Harvard Business Review (mai-juin 2000), p. (...)

112La théorie économique élémentaire est sceptique face à cette dynamique de l’existant contre le nouveau ; non pas sceptique quant au fait que l’ancien ait intérêt à résister à ce qui est nouveau, mais quant à la question de savoir s’il en a les moyens38. Si la nouveauté correspond à une technologie plus efficace, cette efficacité, avec le temps, chassera l’existant. Il y aura sans doute des conflits coûteux en attendant, et ces conflits gaspilleront des ressources. Mais la question n’est pas seulement de savoir si l’existant va résister : il faut aussi se demander si une intervention destinée à protéger la nouveauté ne serait pas elle-même plus coûteuse.

113Cette question des coûts comparés sera toujours importante, mais le problème, tel que je l’ai présenté, ne porte pas là-dessus. La question n’est pas de savoir quelle technologie nous pouvons espérer voir l’emporter au bout du compte. Il s’agit plutôt de savoir quelle architecture nous ferait aller le plus vite vers l’innovation sur le long terme. Quelle architecture encourage l’expérimentation ? Laquelle permet à l’ancien de se protéger contre le nouveau ? Laquelle offre au nouveau le plus de liberté pour remettre l’ancien en question ?

114Cela nous ramène une nouvelle fois aux problèmes examinés par Christensen dans The Innovator’s Dilemma. Comme je l’ai dit, l’argumentation de Christensen ne repose pas sur une erreur d’analyse. Il ne met pas en évidence un échec dans une politique commerciale, mais l’une des caractéristiques de l’attitude des entreprises prospères. Le problème n’est pas que les décideurs seraient irrationnels, mais plutôt que l’innovation n’est pas entre les mains des décideurs qu’il faudrait.

115La solution serait d’organiser le système de telle sorte que la responsabilité de l’innovation soit plus décentralisée. Autrement dit, que l’innovation soit plus libre que contrôlée. La leçon qu’on peut tirer de la chute de l’Union Soviétique, c’est que l’innovation prise en main par l’État est un échec. Celle qu’on peut tirer de ce que montrent Christensen et d’autres, c’est que si l’innovation est entre les mains de ceux qui ont le mieux réussi sur le marché, elle sera systématiquement aveugle aux nouvelles formes de créativité. Internet nous apprend la même leçon.

116Faisons le point. L’architecture de l’Internet initial réduisait au minimum les possibilités de réglementation, et cet environnement de contrôle minimal encourageait l’innovation. Dans cette perspective, la question était liée à celle de la nature de la liberté accordée alors à l’Internet originel. À sa naissance, Internet offrait aux individus un haut degré de liberté d’expression et de protection de la vie privée, parce que, dans sa configuration initiale, il était difficile de réglementer et de surveiller les comportements. Ces difficultés faisaient que la réglementation ne parvenait que rarement à s’imposer. La liberté et, par voie de conséquence, l’innovation étaient l’effet du coût élevé de toute réglementation.

117Mais l’histoire de la liberté sur le Net des origines a eu une suite : ce que l’architecture pouvait donner, elle pouvait aussi le reprendre. L’impossibilité de réglementer n’avait rien d’inhérent à la « nature » de l’Internet, c’était simplement une des fonctions de l’architecture. Et quand celle-ci changerait, la possibilité de la contrôler changerait en même temps.

118Dans Code and other Laws of Cyberspace, j’ai développé l’idée que l’architecture initiale du cyberespace se transformait à mesure que les gouvernements et le commerce élaboraient des moyens de mieux contrôler les comportements. On développait des technologies pour mieux diriger et contrôler les comportements, avec la conséquence, pour le meilleur et pour le pire, de limiter la liberté dans cet espace. Et à mesure que cette architecture évoluerait, la liberté évoluerait aussi, et c’est bien ce qui s’est passé.

119Dans la suite de cet ouvrage, j’avance qu’une évolution similaire est en train de se produire pour ce qui concerne l’innovation. Ici aussi, l’architecture de l’espace change et vient interférer avec les caractéristiques qui ont permis une si grande richesse d’innovation. Et à nouveau, la conséquence sera un appauvrissement de cette valeur dont nous pensions qu’elle était inhérente à l’Internet initial.

120Mais ici le changement s’accomplit dans l’architecture à la fois au sens technique et au sens juridique, c’est-à-dire sous les deux aspects qui définissent la nature du cyberespace. De manière bien plus révélatrice que dans mes analyses à propos de liberté, l’accent portera sur l’interaction entre l’évolution de la loi et celle du code, évolutions qui vont se conjuguer pour saper l’innovation.

121Tout du moins une certaine forme d’innovation. Ce que je vais raconter n’est pas l’histoire de la mort de l’innovation en général, mais son retour des lieux divers et décentralisés de l’Internet vers les institutions qui la réglementaient auparavant. Il s’agit de la bureaucratisation des processus d’innovation ; elle rend ceux-ci captifs, les ramenant là où ils étaient initialement, en réaction contre les structures originellement rendues possibles par Internet lui-même.

122Autrement dit, je parle des changements dans le code, tant celui de la côte est des États-Unis (celui des juristes de Washington) que celui de la côte ouest (celui des informaticiens de la Silicon Valley), destinés à redonner quelque pouvoir à l’ancien pour contrer quelques-unes des menaces du nouveau.

123Je ne veux pas dire que ce sera comme si rien ne s’était passé. De toute évidence, quand l’Internet sera répandu dans le monde entier, ce monde sera différent de ce qu’il était avant. Mais cette différence ne sera pas celle que promettait sa plate-forme originelle, et un changement qui irait dans le sens d’un retour aux modèles des « temps obscurs » n’a plus ni la légitimité ni la justification de l’économie qui était celle de ces mêmes « temps obscurs ». Au contraire, la puissance qui est en train de se construire là est dangereusement artificielle : c’est le résultat de droits juridiques opportunistes, et protégés par toute la force des cours de justice et du code des lois.

Notes

1 Voir Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books, 1999.

2 Pour des exemples de services de cartographie en ligne, voir MapQuest.com sur http://www.mapquest.com, Maps On Us sur http://www.mapsonus.com, et MapBlast ! à http://www.mapblast.com.

3 Pour des exemples de sites Web de traduction en ligne, voir AltaVista World/Translate sur http://world.altavista.com, FreeTranslation.com sur http://www.freetranslation.com, et From Language to Language sur http://www.langtolang.com.

4 Une courte liste des nombreux exemples de dictionnaires en ligne inclut Merriam-Webster OnLine sur http://www.m-w.com.
Cambridge Dictionaries Online sur http://dictionary.cambridge.org, et AllWords.com sur http://www.allwords.com. Il y a aussi des sites qui procèdent à des recherches globales à travers divers dictionnaires multilingues, comme yourDictionary.com sur http://www.yourdictionary.com.

5 Oliver Wendell Holmes (1809-1894), poète, romancier et essayiste, père d’un célèbre juge à la Cour Suprême du même nom (1841-1935). NdT.

6 Comme nous le verrons dans la troisième partie, chapitre 3, il ne s’agit pas d’une contrainte légère. Comme son site n’était pas commercial, Eldred ne pouvait y mettre que des œuvres qui étaient tombées dans le domaine public. Cela voulait dire au départ que les oeuvres publiées avant 1923 étaient libres, celles publiées après 1923 n’étaient que peut-être libres. Mais en 1998, le Congrès changea ce système en votant le « Sonny Bono Copyright Term Extension Act ». Le « Bono Act », ou loi Bono, prolongeait la durée des copyrights existants de vingt ans, si bien qu’une œuvre qui aurait dû tomber dans le domaine public en 1999 n’y tomberait plus désormais avant 2019. Comme nous allons le voir, c’est ce qui transforma Eldred en activiste.

7 Voir http://www.apple.com/hotnews/articles/2001/03/imacdirector/.

8 Mais certains sont sceptiques sur l’accroissement attendu de la diversité. Le Duc, par exemple, soutient que la véritable contrainte qui pèse sur la diversité des films n’est pas les chaînes de distribution, mais plutôt l’intérêt limité que les spectateurs ont pour les stars. On ne peut apprécier qu’un nombre limité de stars ; elles sont la vraie contrainte qui pèse sur ce mode de production, et aussi longtemps que cette limite demeurera, le nombre de films sera lui aussi limité : Don R. Le Duc, Beyond Broadcasting : Patterns in Policy and Law, New York, Longman, 1987, p. 128

9 Sur le risque judiciaire, voir JaNet Komblum, « Lyrics Site Takes Steps to Avoid Napster Woes », USA Today, 12 décembre 2000, disponible sur :
http://www.usatoday.com/life/cyber/tech/jk121200.htm.

10 Tom Parsons, « World Wide Web Gives Poets, Poetry Room to Grow », Dallas Morning News, 30 juillet 2000, 8J.

11 Par exemple, un site Web dédié à Chaucer utilise des frames multiples pour naviguer rapidement à travers les Canterbury Tales (les Contes de Cantorbéry) ou définir des termes d’anglais médiéval. Voir Librarius à http://www.librarius.com/cantales.htm. Un autre site fournit une version high-tech multimédia de l’édition imprimée de l’Anthologie de la poésie américaine moderne. Voir « Modern American Poetry » à :
http://www.english.uiuc.edu/maps.

12 Voir « Favorite Poem Project » à http://www.favoritepoem.org (propose des lectures de poèmes célèbres lus par des Américains) ; « Internet Poetry Archive » à :
http://www.ibiblio.org/ipa (offre des lectures de poésie moderne par les poètes eux-mêmes), et « e-poets.net » à http://www.e-poets.net (propose des lectures de poésie contemporaine).

13 Libre au sens où j’ai défini ce terme. La technologie est offerte sous une licence non discriminatoire. La technologie sous-jacente est brevetée. Voir Brad King, « MP3.com Open to Friends », Wired News (19 janvier 2001), à :
http://www.wired.eom/news/mp3/0,1285,41195,00.html.
« Vorbis » est un substitut au MP3 libre de droits et qui compresse davantage que ne le fait le format MP3. Vito Pilieci, « MP3 May Go Way of Eight-Track : Vorbis Audio File Players Would Be Free of Royalty, Patent Fees », National Post (29 juin 2000), C8. La mise sous licence crée cependant des problèmes pour les développeurs d’open code. Voir Wendy C. Freedman, « Open Source Movement Vies with Classic IP Model, Free Software Is Bound to Have a Significant Effect on Patent, Copyright, Trade Secret Suits », National Law Journal 22 (13 mars 2000), B14-

14 - Entretien téléphonique avec Michael Robertson, 16 novembre 2000.

15 Courtney Love, « Courtney Love Does the Math », Salon (12 juin 2000), p. 5. Courtney Love donne une description passablement exagérée mais éloquente du fonctionnement du marché de la musique aujourd’hui :
« C’est l’histoire d’un groupe qui se met aux enchères, sur lequel une maison de disques est prête à parier, et qui obtient un contrat faramineux leur offrant un taux de 20 % de droits et une avance d’un million de dollars. (Aucune maison de disque n’accorde jamais 20 % de droits à un groupe sur lequel elle parie sur enchères, mais peu importe.) C’est de la mathématique amusante fondée sur une certaine réalité et je veux juste ajouter comme commentaire que je suis certaine que c’est une meilleure arithmétique que celle que proposerait Edgar Bronfman Jr. [PDG de Seagram, qui possède Polygram]. Que devient ce million de dollars ? Ils en dépensent la moitié pour enregistrer leur album. Ce qui laisse un demi-million au groupe. Ils paient 100 000$ à leur manager pour sa commission de 20 %. Ils paient 25 000 dollars chacun à leur avocat et à leur business manager. Il reste 350 000$ que les quatre membres du groupe doivent se partager. Après avoir payé 170 000$ d’impôts, il reste 180 000$. Ce qui nous fait 45 000 $ par personne. À savoir 45 000 $ pour vivre pendant un an, jusqu’à ce que l’album sorte. L’album fait un tabac et se vend à un million d’exemplaires. (Arriver à vendre un million d’exemplaires du premier album d’un groupe de débutants sur lequel la maison de disques a fait un pari est encore n’importe quoi, mais le chiffre se fonde sur ce qu’on a tous appris à l’école au cours d’instruction civique sur les cartels. Pour faire simple, les lois antitrust dans ce pays sont une vraie plaisanterie, qui nous protège juste assez pour ne pas avoir à rebaptiser nos parcs nationaux le « Phillip Morris National Park Service ».) Donc ce groupe sort deux singles et fait deux vidéos. Il faut payer un million de dollars pour faire les deux vidéos, et 50 % des coûts de production de la vidéo sont déduits des royalties du groupe. Le groupe obtient 200 000 $ pour financer sa tournée, somme déductible à 100 % de leurs royalties. La maison de disques dépense 300 000 $ pour la promotion indépendante à la radio. Il faut payer une promotion indépendante pour que votre chanson passe à la radio ; la promotion indépendante est un système par lequel les maisons de disques utilisent des intermédiaires pour qu’elles puissent prétendre ne pas savoir que les stations radio (le système de diffusion unifié) sont payées pour passer leurs disques. Tous les coûts de cette promotion indépendante sont à la charge du groupe. Puisque le million de dollars d’avance est aussi déductible, le groupe doit deux millions de dollars à sa maison de disques. Si tout le million d’exemplaires de l’album est vendu au plein tarif, et sans réduction ou prix spécial, le groupe gagne deux millions en royalties, puisque leurs royalties de 20 % correspondent à 2 $ par album. Deux millions de dollars en royalties moins deux millions de dollars de dépenses déductibles égalent... zéro ! Combien gagne la maison de disques dans tout ça ? Elle a empoché 11 millions. Fabriquer les CD a coûté 500 000 $, et ils ont avancé un million de dollars au groupe. Plus un million de coût pour les vidéos, 300 000 $ de promotion radio et 200 000 $ pour financer la tournée. La maison de disques a aussi payé 750 000 $ de royalties pour l’édition de la musique. Ils ont dépensé 2,2 millions en marketing. Surtout pour la publicité au détail, mais le marketing paie aussi ces grands posters de Marilyn Manson qu’on voit à Time Square ou les vendeurs qui conduisent des camionnettes dans les rues en vendant les t-shirts noirs et des casquettes de base-ball de Korn. Pour ne rien dire des visites à Scores et les espèces pour distribuer des pourboires à tout va. Faites le total, la maison de disques a dépensé 4,4 millions de dollars. Elle fait donc un profit de 6,6 millions ; quant au groupe, il pourrait aussi bien aller travailler chez MacDonald’s ».
À comparer avec l’analyse très différente que le Sénateur Hatch a fait de la production musicale en dehors du contrôle des labels :
« Je vais le citer longuement, parce que son expérience est instructive. Il dit : “Parce que je les fabrique moi-même, je gagne environ 7 $ sur chaque album vendu en magasin. Et environ 10 $ par album vendu en concert. J’ai un ami qui est aussi auteur-compositeur et qui a décidé de signer avec une major. Il a enregistré un CD qui a coûté à peu près 18 000 $ à fabriquer, que la major a financé. Maintenant, quand un de ses CD se vend dans un magasin ou à un concert, il gagne à peu près 1 $. La différence avec les 7 $- 10 $ que je gagne sur mes ventes de CD revient à la major. En plus de ça, il doit rembourser les 18 000 $ qui ont été nécessaires à fabriquer son CD avec le 1 $ qu’il gagne sur chaque CD. En d’autres termes, il ne gagnera pas un centime avant d’avoir vendu 18 000 CD. Et même à ce moment-là, il ne détiendra toujours pas les droits sur le CD, son label les détiendra. Le label conserve le copyright. C’est un peu comme si vous payiez votre hypothèque et que la banque continue à être propriétaire de votre maison” ». Orrin G. Hatch, « Address of Senator Orrin G. Hatch Before the Future of Music Coalition », Future of Music Coalition, 10 janvier 2001, p. 2. Actuellement, le tirage moyen pour un album est de moins de 25 000 exemplaires. Jon Healey, « Industry Seeks to Justify Huge Overhead on the Price of Compact Disks », Knight Ridder Tribune Business News, 3 septembre 2000.

16 Entretien téléphonique avec Michael Robertson.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Le « ha-ha » est une démarcation invisible dans un paysage aménagé, qui remplace la clôture par un fossé pour ne pas couper la perspective : on ne voit ce fossé que lorsqu’on est tout à côté. NdT.

20 Voir « Testimony of the Future of Music Coalition on Online Music and Copyright Law », présenté au « Senate Judiciary Committee », 3 avril 2001, p. 13 (« les adultes de plus de 24 ans représentent la tranche d’âge dans laquelle l’utilisation de Napster croît le plus rapidement. Des rapports de recherche ont confirmé que l’une de leurs principales raisons pour utiliser Napster est l’accès à des enregistrements qui ne sont plus disponibles dans le commerce »).

21 Voir Paul Goldstein, Copyright’s Highway : From Gutenberg to the Celestial Jukebox, New York, Hill & Wang, 1994- Cette conception se divise en deux parties, bien sûr. La première est la partie « céleste », mettant en valeur l’accès universel. L’autre est la partie « juke-box », mettant en valeur le paiement. Napster est du côté de la première.

22 Voir Scott Kirsner, « Firefly : From the Media Lab to Microsoft », Wired News, 9 avril 1998, à http://www.wired.eom/news/business/0,1367,11585,00.html ; Daniel Lyons, « The Buzz About Firefly », New York Times, 29 juin 1997, section 6, p. 37. Voir aussi Andrew L. Shapiro, The Control Revolution : How the Internet Is Putting Individuels in Charge and Changing the World We Know, New York, PublicAffairs, 1999, pp. 84-101.

23 Voir Laura J. Gurak, Persuasion and Privacy in Cyberspace : The Online Protests Over Lotus MarketPlace and the Clipper Chip, New Haven, Conn., et Londres, Yale University Press, 1997 ; Seth Safier, « Between Big Brother and the Bottom Line : Privacy in Cyberspace », Virginia Journal of Law & Technology 5 (2000), p. 6 ; Andrew Shapiro, « Privacy for Sale : Peddling Data on the Internet », Nation (23 juin 1997). La FTC a joué un rôle actif dans le contrôle des « moniteurs ». Voir « United States Federal Trade Commission, Privacy Online : Fair Information Practices in the Electronic Marketplace : A Federal Trade Commission Report to Congress », Washington, DC, Federal Trade Commission, mai 2000, disponible sur :
http://www.ftc.gov/reports/privacy2000/privacy2000.pdf.
Pour une liste de la législation actuellement proposée, voir l’information disponible sur le statut des projets de loi sur la vie privée en instance, sur :
http://www.epic.org/privacy/bill_track.html.

24 C’est l’argument soutenu par Cass Sunstein, dans Republic.com, Princeton, N.J., Princeton University Press, 2001. Comme Sunstein le montre, la manière dont les groupes sont structurés – selon leur composition ; ou leur mode de décision – affecte le résultat de leur délibération ; Cass Sunstein, Republic.com, pp. 65-71.

25 Le taux d’efficacité de la publicité est particulièrement controversé. Il y a un consensus pour dire que le taux de réponse à des publicités envoyées à des adresses postales est généralement de 1 à 3 %. Les campagnes ciblées de publicité par courriel peuvent avoir un taux de réponse de l’ordre de 10-15 %, avec certaines estimations qui vont jusqu’à 25 %. Le taux de rendement des fenêtres publicitaires sur le Web est bien plus bas, de l’ordre de 0,5 %. Voir Mark Brownlow dans « Internet Business Forum », disponible sur www.ihizbasics.com/online040301.htm.

26 Bien sûr, un « coût moins important » ne veut pas dire aucun coût. Il reste encore le coût de la publication d’un livre et au moins un certain coût pour la promotion initiale.

27 Pour un résumé des standards pair à pair en cours d’élaboration, voir http://peer-to-peerwg.org. Voir aussi http://p2ptracker.com (résumant la technologie actuelle) ; « Business, Bandwidth May Dash Hopes of a Peer-to-Peer Utopia » :
http://news.cnet.com/news/0-1005-201-3248711-0.html.

28 Clay Shirky, « Clay Shirky’s Writings About the Internet : Economics and Culture, Media and Community, Open Source », 16 novembre 2000 :
www.openp2p.com/pub/a/p2p/2000/11/24/shirky1-whatisp2p.html.

29 Voir par exemple Nelson Minar and Marc Hedlund, « A Network of Peers : Peer-to-Peer Models Throughout the History of the Internet », dans Andy Oram, éd., Peer-to-Peer : Hamessing the Benefits of a Disruptive Technology, Pékin et Cambridge, Mass., O’Reilly, 2001, pp. 3-15 (décrivant comment l’Internet était à l’origine « fondamentalement construit comme un système pair à pair », mais devint avec le temps de plus en plus orienté vers un schéma client/serveur, du fait des applications de navigateurs Web, de pare-feu et d’autres facteurs).

30 Pour les origines de SETI, voir « History of SETI » à http://www.setiinst.edu/general/history.html ; Eric Korpela et al., « SETI@home : Massively Distributed Computing for SETI », sur http://www.computer.org/cise/articles/seti.htm.

31 Howard Rheingold, « You Got the Power », Wired (août 2001), à :
http://www.wired.eom/wired/archive/8.08/comcomp.htm.

32 Pour un compte rendu utile des questions posées par le PàP, voir Andrew Oram, éd., op. cit. Voir aussi http://www.oreillynet.com/p2p/ (collecte des articles). Xerox Parc a conduit une étude intéressante sur le problème du « free-riding » posé par les technologies pair à pair. Voir Eytan Adar et Bernardo A. Huberman, « Free Riding on Gnutella », First Monday, October 2000, p. 5 à :
http://www.firstmonday.dk/issues/issue5_10/adar/index.html.
Pour une vision pessimiste du potentiel du PàP, voir Lee Gomes, « P-to-P, B-to-B, R1P ? », Wall Street Journal, 4 avril, 2001, B1.

33 Rheingold, You Got the Power, op. cit.

34 Andy Oram, « The Value of Gnutella and Freenet », Webreview (mai 2000), sur : http://www.webreview.com/pi/2000/05_12_00.shtml.

35 Gamme de peluches très populaires aux États-Unis avec toute une série de produits dérivés, lancée sur le marché en 1986 par H. Ty Warner (Ty Inc.). NdT.

36 Encore une fois, cela n’est que relatif. Il ne s’agit pas de montrer qu’il y un accès égal à des données également fiables. Amazon.com est dans une meilleure situation commerciale que tinybookseller.com. Aussi, c’est peut-être l’échelle qui fait ici toute la différence. On a suggéré que ces architectures réduisent peut-être la concurrence. Voir Yannis Bakos et Erik Brynjolfsson, « Bundling and Compétition on the Internet », Marketing Science (janvier 2000), disponible sur :
http://ecommerce.mit.edu/erik/bci-final.pdf (où l’on estime que « les économies par agrégation » des biens d’information pourrait contrarier la compétition). Mais à ce stade, je ne pense pas que nous en sachions assez pour en parler.
Pour une analyse prudente sur le passage à une concentration de la distribution à partir de la nature des droits de la propriété intellectuelle, voir Martin Kretschmer, George Michael Klimis et Roger Wallis, « The Changing Location of Intellectual Property Rights in Music : A Study of Music Publishers, Collecting Societies and Media Conglomerates », Prometheus 17 (1999), p. 163.

37 James Boyle, « A Politics of Intellectual Property : Environmentalism for the Net ? », Duke Law Journal 47 (1997), p. 87. Voir aussi Carol Rose, « The Several Futures of Property : Of Cyberspace and Folk Tales, Emission Trades and Ecosystems », Minnesota Law Review 83 (1998), p. 129.

38 Voir Carl Shapiro, « Will E-Commerce Erode Liberty ? », Harvard Business Review (mai-juin 2000), p. 189 (recension de L. Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace [New York, Basic Books, 1999]).

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search