Version classiqueVersion mobile

L’Avenir des idées

 | 
Lawrence Lessig

Première partie. Dot.communs : les biens communs et l’innovation

Chapitre 2. Fils, câbles et biens communs

Texte intégral

1Internet est un réseau de réseaux. Pour dire les choses simplement, ces réseaux sont connectés entre eux par des câbles. Tous ces câbles et les machines qui y sont reliées sont sous le contrôle de quelqu’un. Il s’agit presque toujours de personnes privées : en d’autres termes, ils appartiennent à des individus ou à des entreprises qui ont décidé de se relier au Net. Certains sont la propriété de l’État.

2Pourtant, c’est ce vaste réseau de technologie privée qui a permis la mise en place d’un des plus importants biens communs de l’innovation que nous ayons jamais connus. Construits sur une plate-forme réglementée, les protocoles d’Internet ont ouvert un espace libre propice à l’innovation. Ces réseaux privés ont créé une ressource ouverte dont tout un chacun peut retirer quelque chose, et que beaucoup ont déjà utilisée avec profit. Le but de ce chapitre sera de comprendre comment et dans quel sens.

3De 1959 à 1968, Paul Baran a été chercheur à la Rand Corporation. Au début des années soixante, il travaillait sur la fiabilité des télécommunications. Les responsables du plus grand arsenal nucléaire du monde commençaient à craindre que le réseau de communications qui protégeait cet arsenal ne soit vulnérable à des attaques même très limitées. Un accident ou une unique explosion nucléaire pouvait paralyser la capacité du commandement en chef à envoyer des ordres. Il serait impossible d’éviter le chaos, ou pire encore.

4Baran fut chargé d’un programme de recherches sur un système de télécommunications qui serait plus sûr. Sa première démarche consista à analyser celui qui était déjà en place. Il demanda donc à AT & T (« American Telephone & Telegraphy Company »), alors opérateur du réseau des télécommunications aux États-Unis, de lui fournir les plans de ce réseau, pour déterminer s’il était sécurisé.

5AT & T se déroba. Alors que Baran avait toutes les autorisations de sécurité nécessaires et que le Département de la Défense avait appuyé sa demande, AT & T rejeta cette demande. La compagnie déclara qu’elle s’était déjà penchée sur la question : le réseau était sûr.

  • 1 Voir Milton Mueller, Universal Service : Competition, Interconnection, and Monopoly in the Making o (...)

6C’était le « système Bell », du nom de l’inventeur et fondateur d’AT & T, Graham Bell. Il est difficile de nos jours de se rendre compte quel était le pouvoir d’une compagnie comme celle-là. Ce n’était pas seulement une grande entreprise, ni même une grande entreprise disposant d’une très grande part du marché. C’était un partenaire de l’État pour la réglementation des télécommunications aux États-Unis. AT & T se considérait ainsi comme le ministère des télécommunications. Les États et la Commission Fédérale des Communications (FCC, « Federal Communications Commission ») pouvaient bien édicter des réglementations, c’était d’AT & T que provenaient l’information et la coopération qui rendaient ces réglementations applicables. Depuis le début des interconnexions aux États-Unis, en 1912, AT & T était le maître des télécommunications1.

7Il n’en avait pas toujours été ainsi. Il n’y a même pas grand-chose dans l’histoire des débuts du téléphone qui nous soit resté familier. Certes, les « compagnies Bell » détenaient les premiers brevets de téléphonie, mais dès leur expiration, une rude compétition s’était engagée pour offrir des services téléphoniques aux Américains. AT & T se concentra sur le monde de l’entreprise. Les « indépendants » proposaient leurs services aux particuliers. Cette concurrence a permis une expansion rapide de la zone de couverture.

  • 2 Milton Mueller, op. cit., p. 7.

Entre 1900 et 1915, au moins 45 % des villes américaines de plus de 5 000 habitants disposaient de réseaux téléphoniques en concurrence les uns avec les autres et incompatibles. Entre 1902 et 1910, période de la plus forte implantation du mouvement indépendant, ce pourcentage atteignait plus de 55 %.2

  • 3 Ibid., p. 148.

8La carte du réseau téléphonique produit par cette concurrence serait aujourd’hui incompréhensible. Les réseaux assuraient certes une couverture importante (en 1920, 38,7 % des fermes et 30 % des résidences urbaines avaient le téléphone3), mais les différents réseaux n’étaient pas reliés entre eux. Si votre grand-mère, à l’autre bout de la ville, avait le téléphone, rien ne garantissait que vous puissiez l’appeler avec votre propre téléphone. Ainsi, quand on prenait un abonnement, la décision dépendait en partie des gens qu’on avait envie de joindre, et de la compagnie qu’ils avaient choisie pour leur propre installation.

  • 4 Ibid., pp. 188-89.

9Il en était donc à l’époque pour le téléphone ce qu’il en était de l’ordinateur personnel il y a dix ans4, ou ce qu’il en est de la messagerie instantanée aujourd’hui. Malgré l’existence d’un système dominant (AT & T pour le téléphone, Microsoft/Intel pour les ordinateurs, AIM d’AOL pour la messagerie instantanée), la concurrence faisait rage avec les autres systèmes (les indépendants pour le téléphone, MacIntosh d’Apple ou OS/2 d’IBM pour les ordinateurs, Yahoo ! ou MSN pour la messagerie). Cette concurrence a effectivement conduit le système dominant à s’améliorer et à se transformer. Le service offert par les indépendants dans les campagnes a amené AT & T à étendre sa couverture dans le monde rural, exactement comme les « fenêtres » de Macintosh ont poussé Microsoft à proposer Windows.

  • 5 bid., pp. 104-13.

10Au bout d’un certain temps, AT & T s’est lassée de cette compétition. Au sein de la compagnie, l’opinion se fit jour que son avenir passait par la fusion avec la concurrence. Entre 1908 et 1913, le « système Bell » appliqua plusieurs stratégies pour anéantir les indépendants, notamment par des interconnexions sélectives et par le rachat de concurrents. Si on ne pouvait pas accroître les parts de marché par la concurrence frontale, on y parviendrait en rachetant la concurrence5.

11L’organisme régulateur et le public ont d’abord réagi avec scepticisme à ces fusions-acquisitions. AT & T fut attaqué comme si c’était une pieuvre visant au monopole. Mais au début des années vingt, la rigueur des lois antitrust fléchissait. L’époque était à la fusion et à la rationalisation, la concurrence était perçue comme « ruineuse ». Ainsi, peu à peu, la compagnie AT & T put négocier des accords avec l’État pour être autorisée à continuer son expansion tout en se protégeant contre le retour de l’idéologie antitrust.

  • 6 Ibid., pp. 180-81. Voir aussi David F. Weiman and Richard C. Levin, « Preying for Monopoly ? The Ca (...)

12Paradoxalement, la stratégie la plus efficace d’AT & T pour assurer cette expansion fut de proposer à ses concurrents la possibilité de s’interconnecter. Alors que notre intuition nous porterait à croire que l’impossibilité de s’interconnecter gênait la compétition, l’économiste Milton Mueller fait remarquer à juste titre que c’est en réalité le défaut d’interconnexions qui la stimulait6. À mesure qu’ils se connectaient au réseau d’AT & T, les indépendants voyaient disparaître les services spécifiques qu’ils pouvaient offrir en tant qu’indépendants. Les consommateurs n’avaient plus aucun intérêt à s’abonner chez eux plutôt que chez AT & T, ce qui ne pouvait qu’ouvrir encore plus grand la voie qui permettrait à AT & T de devenir l’opérateur universel. Son réseau déjà dominant ne pouvait que s’accroître de l’accroissement de celui des indépendants, et sa capacité d’étendre son monopole en sortait renforcée.

  • 7 Mueller, op. cit., pp. 51, 78-79.
  • 8 L’autre sens, plus moderne, de « service universel » impliquerait que chaque foyer ait accès au rés (...)

13Cette dynamique avait été bien comprise par les indépendants de l’époque. Leurs associations attaquèrent vigoureusement les « traîtres » parmi eux qui choisissaient de s’associer au réseau d’AT & T7. Mais ces concurrents étaient de plus en plus perçus comme des gêneurs, aussi bien par le public que par le législateur. L’idée était trop séduisante d’un univers offrant un « service universel », c’est-à-dire non pas un téléphone dans chaque maison, mais un système grâce auquel tous les téléphones pouvaient se connecter les uns aux autres8. C’est pourquoi, en 1913, le gouvernement américain passa un accord avec AT & T qui garantissait son monopole sur les télécommunications aux États-Unis, tout en présentant la chose comme une solution au problème du monopole des télécommunications.

  • 9 Peter W. Huber, Michael K. Kellogg et John Thorne, Federal Telecommunications Law, Gaithersburg, Md (...)
  • 10 Ibid.

14L’« engagement Kingsbury », du nom de Nicholas C. Kingsbury, vice-président de la compagnie Bell, exigea que Bell « cesse d’acquérir des compagnies de téléphone indépendantes, et [...] connecte les derniers indépendants au réseau longue distance de Bell »9. Bell devait aussi se séparer de sa filiale télégraphique, la Western Union. Cela mit un terme à une politique d’acquisition qui devenait de plus en plus féroce, mais « ne permit en rien de promouvoir la concurrence, ni dans la téléphonie, ni dans la télégraphie »10. Cet engagement n’obligea pas les échanges locaux à devenir plus concurrentiels. Il n’imposa pas d’interconnexion avec les autres opérateurs longue distance.

  • 11 1 id.

En résumé, le résultat ne correspondit pas au coude à coude dans un climat de chaude rivalité déstabilisante qui caractérise une situation de concurrence, mais plutôt à une sorte d’apartheid concurrentiel, caractérisé par des méthodes de ségrégation et de quarantaine11.

15Voici en quels termes un ouvrage de référence sur les télécommunications décrit cette situation :

  • 12 Ibid.

L’engagement Kingsbury ne pouvait être considéré comme apportant une solution que par des comptables bureaucratiques qui escomptaient que plusieurs monopoles séparés seraient une amélioration par rapport à un monopole unique, même s’il n’y avait aucune trace de concurrence entre eux.12

  • 13 Mueller, op. cit., p. 162.

16Les monopoles ne sont pas tous nocifs, et il ne fait aucun doute que celui-ci a fait beaucoup de bien. En 1965, à l’apogée de son monopole, AT & T avait créé un réseau téléphonique extraordinaire qui reliait 85 % des foyers américains13. La compagnie avait consacré des milliards de dollars à la recherche sur les télécommunications. Les laboratoires Bell, les « Bell Labs », ont inventé la fibre optique, le transistor, et sont à l’origine de bien d’autres avancées technologiques de première importance. Leurs chercheurs se sont vu attribuer au moins une demi-douzaine de Prix Nobel de physique.

17Et cette politique de recherche convenait à une catégorie de scientifiques bien décrits par Paul Baran :

  • 14 Entretien avec Paul Baran à Stanford, 14 novembre 2000. Pour d’autres entretiens avec Paul Baran, v (...)

Ils n’étaient pas motivés par l’appât du gain. Ils travaillaient dans ce secteur pour apporter un service. Leur esprit de loyauté envers l’entreprise et leur dévouement pour le pays se rejoignaient pour fournir le meilleur système de communication du monde. Telle était leur motivation et ils y croyaient. C’était une religion, ni plus ni moins. [...] À leurs yeux, ils ne faisaient que leur devoir.14

18Il ne s’agissait pas de capitalistes cupides cherchant à se faire de l’argent facile sur le dos de la nation. C’étaient des « croisés des télécommunications » pour qui la réglementation et la hiérarchie étaient des valeurs primordiales. C’est ce que dit une publication de 1941 :

  • 15 . American Telephone & Telegraphy Co., Telephone Almanac (1941), « Avant-propos ».

C’est parce que chacun d’eux est pour quelque chose dans la rapidité de transmission de la parole que les milliers d’hommes et de femmes qui se consacrent au service téléphonique aux États-Unis ont toujours une haute conscience de l’importance de leur mission.15

  • 16 Entretien avec Paul Baran.
  • 17 Id.

19De son côté, pendant son règne monopolistique, AT & T avait réussi à attirer la crème des chercheurs en télécommunications. Baran attribue ce succès à « un système absolument remarquable de rémunération »16, mais il tient peut-être aussi au fait qu’AT & T était alors le seul partenaire possible. Comme l’explique Baran, « ce fut pendant des années et des années le seul endroit du pays où l’on travaillait sur les télécommunications »17. On pouvait étudier différents systèmes de télécommunications, et on pouvait même, en principe, élaborer d’autres systèmes. Mais toute innovation restait lettre morte si elle n’était pas rachetée par AT & T.

  • 18 Peter Huber, Orwell’s Revenge : The 1984 Palimpsest, New York, Free Press ; Toronto, Maxwell Macmil (...)

20Pendant la plus grande partie du xxe siècle, il fut théoriquement illégal même de faire des expériences sur le système téléphonique. C’était un délit d’adapter un accessoire quelconque au réseau téléphonique si ce procédé n’avait pas été construit par AT & T, ou si l’entreprise n’avait pas expressément donné son accord. Par exemple, en 1956, une compagnie avait fabriqué un système appelé « Hush-a-Phone ». Il s’agissait d’un simple morceau de plastique qui s’adaptait au micro d’un téléphone. Sa configuration permettait d’éliminer le bruit ambiant dans une pièce, de sorte que le correspondant à l’autre bout du fil puisse mieux entendre ce qu’on disait. Ce produit n’avait rien à voir avec la technologie téléphonique, seulement avec celle de l’écouteur en plastique. Il se contentait de filtrer le bruit, exactement comme un usager peut réduire le bruit ambiant en mettant sa main en cornet sur le combiné18.

21Quand le Hush-a-Phone fut lancé sur le marché, AT & T s’y opposa. C’était un « accessoire extérieur ». Les règlements interdisaient tout accessoire extérieur sans le consentement d’AT & T, et AT & T n’avait accordé aucune autorisation d’aucune sorte à Hush-a-Phone. La FCC prit le parti d’AT & T. On n’a plus entendu parler de Hush-a-Phone .

  • 19 Et la décision fut renversée en appel. Affaire Hush-a-Phone Corp. vs United States, 238 F. 2d 266 ( (...)

22C’est là un cas extrême19. Du point de vue d’AT & T du moins, le véritable but de ce règlement contre les accessoires extérieurs était de protéger le réseau contre des technologies inappropriées. Selon les mises en garde d’AT & T, un mauvais téléphone ou un ordinateur incontrôlable pouvait, une fois relié au réseau téléphonique, mettre le système en panne dans toute une région. Les téléphones étaient des lignes de vie, et ils devaient être protégés contre des expérimentateurs aveuglément intrépides. Les règlements comme celui concernant les accessoires extérieurs avaient pour objectif de garantir cette protection.

23Toutefois, quel qu’ait pu être leur objectif, ces règles n’ont pas été sans effet sur l’innovation en matière de télécommunications : elles ont fait passer toute la recherche par les « Bell Labs ». Ce sont ces laboratoires qui allaient déterminer ce qu’était le progrès. L’expérimentation serait poursuivie dans le sens que les laboratoires jugeraient le plus utile pour eux. Ainsi, les télécommunications évolueraient en fonction de ce qui convenait le mieux aux « Bell Labs ».

24C’est ce que Baran avait bien compris. Chercheur dans un laboratoire financé par le Département de la Défense, il connaissait la façon dont raisonnent les militaires, et AT & T était une organisation militaire. Il avait donc des raisons d’être sceptique quand il s’entendait répondre que le système existant résisterait à une attaque nucléaire. Il pensait qu’AT & T ne comprenait pas vraiment la menace. Et il pensait que même si la compagnie en était consciente, elle refuserait tout simplement de laisser qui que ce soit s’intéresser à ses faiblesses.

25Il insista donc pour qu’AT & T le laisse examiner le système. Ce qui lui fut refusé. C’est donc par des sources anonymes que Baran obtint une copie du système AT & T : les plans du réseau américain de télécommunications.

26En examinant les plans, Baran comprit qu’AT & T était dans l’erreur. Il était convaincu que le système existant ne pourrait pas résister à une attaque nucléaire. Le réseau était trop concentré, il ne comportait aucun système de duplication efficace. Il continua alors à plaider pour un système de télécommunications différent. Il avait en tête une infrastructure de télécommunications différente, et il voulait qu’AT & T l’aide à l’élaborer.

27Cet autre modèle n’était pas l’Internet, mais il n’en était pas loin. Baran proposait une technologie fondée sur une sorte d’échange de « paquets » d’information pour remplacer les connexions fixes autour desquelles était bâti le réseau téléphonique. En utilisant le système d’AT & T, si vous appeliez quelqu’un à Paris, une connexion était ouverte entre vous et Paris. En théorie, vous pouviez retrouver et suivre la ligne de cuivre qui vous reliait à Paris ; le long de cette ligne de cuivre, c’était toute votre conversation qui voyageait.

28L’idée de Baran était fondamentalement différente. Si on numérise une conversation, en transformant les ondes en bits, puis en découpant le résultat en paquets, ces paquets pourraient circuler indépendamment à travers un réseau, tout en donnant à l’autre bout l’impression d’une connexion en temps réel. À condition qu’ils circulent suffisamment vite et que les ordinateurs soient rapides des deux côtés, une conversation encodée sous forme de paquets ressemblerait exactement à une conversation le long d’un câble virtuel traversant l’océan.

  • 20 L’idée est développée dans la thèse de Kleinrock : Leonard Kleinrock, Message Delay in Communicatio (...)
  • 21 Baran lui attribue l’origine du terme. Entretien avec Paul Baran : « L’expression “échange de paque (...)

29Baran n’était certainement pas le premier à avoir eu cette idée : les fidèles du MIT (Massachusetts Institute of Technology) soutiennent que la priorité revient à Leonard Kleinrock20. Et il n’était certainement pas non plus la seule personne à travailler sur cette idée au début des années soixante. Indépendamment, en Angleterre, Donald Davies était en train d’élaborer quelque chose de très similaire21. Mais qu’il ait été le premier ou le seul n’est pas ce qui nous intéresse ici. Ce qui est important, c’est que Baran avait posé les bases d’un réseau de télécommunications fondamentalement différent du système dominant à l’époque, et que cet autre réseau aurait permis une évolution complètement différente des télécommunications.

  • 22 Baran me confirma cette histoire dans un entretien. « Ainsi, le premier niveau des objections tenai (...)

30Baran insista auprès d’AT & T pour que la compagnie l’aide à construire ce système substitutif. AT & T lui répondit qu’il ne comprenait rien à la téléphonie. Alors, pendant des mois, il assista à des séminaires organisés par AT & T pour mieux pénétrer ses programmes. Mais plus Baran en apprenait, plus il était convaincu d’avoir raison. Finalement, dans un dernier effort, le Département de la Défense proposa même de financer AT & T pour que la compagnie construise ce système. L’offre de l’État était sans risque pour elle : tout ce qu’il voulait, c’était sa coopération. Mais même dans ces conditions, AT & T refusa. C’est ce que raconte John Naughton dans A Brief History of the Future22 :

  • 23 John Naughton, op. cit., p. 107. Katie Hafner and Matthew Lyon font état de la même résistance dans (...)

Le point de vue [d’AT & T] peut se résumer dans le mémorable éclat de Jack Osterman d’AT & T le jour où, après une longue conversation, il lança à Baran : « D’abord, ça ne peut pas marcher, et même si ça marchait, ce serait bien le comble que nous donnions notre bénédiction à la mise en place de notre propre concurrent ! »23

  • 24 Entretien avec Paul Baran.
  • 25 bid.

31« Donner notre bénédiction ». C’est l’essence même de la nature d’AT & T, conforté par son monopole d’État. En « défendant le monopole »24, la compagnie se réservait le droit de décider quel type de télécommunications serait « autorisé » ou pas. Comme le dit Baran, AT & T « ne voulait voir personne pénétrer dans son sanctuaire »25. La compagnie avait la mainmise sur les câbles ; seule sa propre technologie pouvait y être reliée, et aucun autre système de télécommunications ne serait toléré. Une seule et unique compagnie, par le biais d’un seul et unique laboratoire de recherche, au nom de sa vision de ce que devaient être les télécommunications, décidait. Dans un domaine qui a une importance déterminante pour la vie économique moderne, l’innovation était soumise aux décisions de cette seule compagnie.

32Encore une fois, il ne s’agit pas de diaboliser AT & T. Tout au contraire, en fait. On ne peut pas comprendre comment fonctionne l’innovation si on assimile les organismes à des personnes et si on les imagine poursuivant des objectifs d’ordre sociétal. AT & T avait une obligation vis-à-vis de ses actionnaires, et, envers l’État, l’obligation d’assurer un service de qualité constante. Il s’agissait simplement pour la compagnie d’agir de manière à pouvoir remplir ces deux obligations : faire le plus de profits possible pour satisfaire ses actionnaires tout en remplissant son contrat avec l’État.

33Mais ce qui est bon pour AT & T ne l’est pas forcément pour les États-Unis. Ce que faisait AT & T avait sans doute un sens à ses yeux ; sa vision des télécommunications avait sans doute un sens au regard des intérêts que la compagnie estimait devoir poursuivre. Mais le service des télécommunications tel qu’AT & T le concevait n’était pas nécessairement ce qu’un service de télécommunications devrait être. Il existe un conflit potentiel, et dans ce cas précis bien réel, entre les intérêts d’un organisme centralisé ayant la mainmise sur l’innovation, et les intérêts de l’innovation d’une manière générale.

34Ici, le conflit était évident. Si le Département de la Défense construisait un système de télécommunications fondé sur le système des paquets plutôt que sur les connexions, l’efficacité de ce système pouvait théoriquement être bien supérieure. Quand vous êtes sur un système d’aiguillage de connexions, et que vous écoutez votre amoureux à Paris vous parler de quelqu’un que vous ne connaissez pas, il y a beaucoup de temps morts sur la ligne : les silences, qui ne sont rien d’autre que de la bande passante gaspillée. En revanche, si c’était un système de paquets, on arrêterait d’envoyer des données pendant les temps morts ; il est plus facile d’envoyer une information capable de reproduire un silence que de maintenir la ligne ouverte pendant que ce silence a lieu. Le réseau utiliserait plus efficacement les câbles si son architecture permettait de les partager.

35Le propriétaire qui a hérité d’un réseau tout fait, construit selon un modèle différent, pouvait parfaitement décider que ce défi serait trop dangereux. Si un système plus efficace arrivait sur le marché, l’État exercerait une pression importante pour que cette exception soit autorisée ; elle ne serait pas facile à limiter ; le modèle existant en serait lourdement pénalisé. Il perdrait sa mainmise monopolistique.

  • 26 Voir Steve Bickerstaff, « Shackles on the Giant : How the Federal Government Created Microsoft, Per (...)

36Il est donc tout à fait compréhensible qu’une compagnie comme AT & T n’ait pas souhaité donner naissance à ce nouveau concurrent, même si l’arrivée de celui-ci aurait été une bonne chose pour les télécommunications en général. Le désir naturel de toute entreprise est de protéger son marché. Et le désir explicite d’un marché ouvert à la concurrence est de limiter les possibilités qu’a une entreprise de protéger son marché. Mais pendant la plus grande partie du siècle, tel ne fut pas l’objectif poursuivi en matière de politique des télécommunications. Pendant la plus grande partie du siècle, dans ce domaine et dans d’autres que nous verrons plus tard, le souci explicite des décideurs était d’encourager la volonté des entreprises de créer et d’entretenir des systèmes qui les protégeaient contre la concurrence commerciale. La concurrence était une gêne ; l’idée qu’on se faisait d’un système de télécommunications était à courte vue ; et l’architecture des télécommunications (y compris, comme on le verra, en matière de radio et de télévision) était bâtie pour donner encore plus de pouvoir et d’autorité à quelques-uns26.

37Au bout d’un moment, Baran comprit cela. Quand le projet fut finalement soumis à l’Agence des Communications Stratégiques (DCA, « Defense Communications Agency »), il se rendit compte qu’il serait saboté. C’est ce qu’il expliquait à John Naughton :

  • 27 Naughton, op. cit., pp. 108-9.

J’étais presque sûr que la DCA allait bousiller mon travail parce qu’ils n’avaient aucune expertise en matière de technologie numérique, pas plus qu’ils ne comprenaient l’importance du développement des technologies de pointe. En plus, ils manquaient d’enthousiasme. Il arrive qu’un patron ne dispose pas du personnel requis, mais s’il a l’envie de rassembler une bonne équipe et l’énergie nécessaire pour le faire, le pari peut être tenté. Mais quand le talent, la compétence et la motivation ne sont pas là, on est sûr d’aller au désastre.27

38Baran retira donc son projet.

  • 28 Entretien avec Paul Baran.

Les gens de l’époque n’étaient pas capables de porter le projet de manière efficace, ils l’auraient fait capoter presque à coup sûr. Un échec coûteux aurait pu empêcher un organisme plus compétent de le reprendre plus tard.28

39Ainsi le système existant de réglementation, avec une innovation sous haute surveillance et une structure commerciale protégée, ne serait pas remis en cause par le travail de Baran. Du moins pas pour le moment.

40L’Internet n’est pas un réseau téléphonique. C’est un réseau de réseaux qui parfois passe par des lignes téléphoniques. Ces réseaux et les câbles qui les relient appartiennent à des personnes privées, tout comme naguère les câbles d’AT & T. Pourtant, le principe au cœur de ce réseau est différent de celui qui inspirait AT & T. Tout comme le principe auquel Baran a dû faire face, celui-ci définit ce qui est autorisé ou non, et a des conséquences sur l’innovation.

  • 29 Voir J.H. Saltzer et al., « End-to-End Arguments in System Design », disponible sur http://web.mit. (...)
  • 30 On se résignera ici à la formule américaine end-to-end de préférence à l’équivalent français « bout (...)

41Appelé end-to-end argument (« e2e », « bout en bout ») et d’abord décrit par les architectes de réseaux Jerome Saltzer, David Clark et David P. Reed en 1981, ce principe guide les développeurs quand ils élaborent des protocoles et des applications pour le réseau29. Le end-to-end30 vise à concentrer l’intelligence du réseau dans ses extrémités ou dans les applications, permettant au réseau lui-même de rester relativement simple.

42L’infrastructure d’Internet repose sur un grand nombre de principes. Celui-ci est fondamental. Mais quelques explications seront nécessaires pour expliquer pourquoi.

43Les architectes de réseaux font généralement la différence entre les ordinateurs qui se situent « aux bouts » ou « aux bords » du réseau, à sa lisière, et ceux qui se situent dans le réseau. Les ordinateurs que vous utilisez pour accéder au réseau sont situés à sa lisière (la machine qui sert à vous connecter à Internet est un ordinateur situé au bord du réseau, comme votre téléphone portable qui se connecte à un réseau sans fil). Les ordinateurs « à l’intérieur » du réseau sont les machines qui établissent les liens avec les autres ordinateurs, et ainsi constituent le réseau lui-même (par exemple, les machines utilisées par votre fournisseur d’accès à Internet pourraient être décrites comme des ordinateurs au sein du réseau).

44Selon le principe du end-to-end, plutôt que d’installer l’intelligence au cœur du réseau, il faut la situer aux extrémités : les ordinateurs au sein du réseau n’ont à exécuter que les fonctions très simples qui sont nécessaires pour les applications les plus diverses, alors que les fonctions qui sont requises par certaines applications spécifiques seulement doivent être exécutées en bordure de réseau. Ainsi, la complexité et l’intelligence du réseau sont repoussées vers ses lisières. Des réseaux simples pour des applications intelligentes. C’est ce que décrit un rapport récent du Conseil National de la Recherche américain (NRC, « National Research Council ») :

  • 31 National Research Council, The Intemet’s Corning of Age, Washington, D.C., National Academy Press, (...)

Visant à la simplicité et la flexibilité, le principe [du end-to-end] considère que le réseau doit fournir un service de base – le transport de données – et que l’intelligence, à savoir le traitement de l’information nécessaire pour proposer des applications, doit être située dans des appareils attachés en lisière [aux « bouts »] du réseau, ou à proximité de ses extrémités.31

45Il s’agissait de faciliter la flexibilité, dans un certain esprit d’humilité. Comme le dit Reed :

  • 32 Entretien téléphonique avec David P. Reed (7 février 2001), qui a participé à la conception des pre (...)

Nous voulions nous assurer que nous n’avions pas au bout du compte bâti une technologie réseau sous-tendue par une infrastructure [...] qui nous empêcherait d’intégrer une autre infrastructure de transport qui se serait révélée intéressante dans le futur. […] Telle est la vraie raison pour laquelle nous avons opté pour cet outil d’une extrême simplicité appelé le protocole Internet.32

46II est peut-être un peu difficile de saisir en quoi un principe d’architecture réseau peut avoir une grande importance pour des problèmes qui relèvent du débat politique. Les hommes de loi ou les politiciens n’ont pas beaucoup de temps à perdre à essayer de comprendre ce genre de principes ; les architectes réseau ne perdent pas non plus leur temps à réfléchir aux complexités de la décision politique.

  • 33 Comme je le dis dans ce paragraphe, l’importance de l’architecture pour les caractéristiques d’Inte (...)
  • 34 Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books, 1999, p. 243, note 19 (o (...)

47Pourtant cette architecture est au cœur du débat33. Et on peut affirmer qu’aucun principe d’architecture réseau n’a été plus important pour le succès d’Internet que ce seul principe de conception du réseau, le « e2e ». De la conception du système dépend le degré de liberté et de réglementation qui lui sera applicable. Et la conception d’Internet a directement induit les possibilités de liberté et de réglementation mises en place. Le code du cyberespace, son architecture, ainsi que le logiciel et le matériel – le software et le hardware qui le mettent en œuvre – règlent la vie du cyberespace dans son ensemble. Sa loi, c’est son code. Ou plutôt, selon les termes du co-fondateur de l’« Electronic Frontier Foundation » (EFF), Mitch Kapor, « l’architecture est politique »34.

48Pour autant qu’on ait réfléchi à ce slogan de Kapor, on l’a appliqué au niveau des droits des individus face à l’architecture réseau. La question que posent la plupart des gens, c’est de savoir en quoi « une architecture », ou « un logiciel », ou plus simplement « un code », autorise ou restreint l’exercice de ce que nous considérons comme des droits de l’homme : la liberté d’expression, le respect de la vie privée ou la liberté d’information.

49C’était le sujet de mon livre de 1999, Code and Other Laws of Cyberspace (Le Code et les autres lois du cyberespace). J’y expliquais que la liberté du cyberespace était inhérente à son architecture et que si celle-ci était modifiée, cette liberté serait supprimée. En d’autres termes, ce code est une loi du cyberespace et, ainsi que le suggère le titre, c’est, de mon point de vue, la plus importante de ses lois.

50Mais dans ce livre-ci ma perspective est différente. La question que je tente de poser, c’est celle de la relation entre l’architecture et l’innovation, aussi bien commerciale que culturelle. Je soutiens que, dans ce domaine aussi, le code est important. Que pour comprendre ce qui est à la source des riches innovations sur Internet, il faut se pencher sur sa structure originelle. Et ensuite, et c’est encore plus important, il faut comprendre aussi que des modifications apportées à cette architecture originelle sont susceptibles d’en affecter la capacité d’innovation.

  • 35 Le sens dans lequel j’utilise ici le terme « architecture » n’est pas exactement celui des spéciali (...)

51Quel est donc ce code si important ? Quels éléments de l’architecture ?35

52Internet n’est ni un roman ni une symphonie. Personne ne possède de droits d’auteur sur son début, son milieu et sa fin. Bien sûr, à n’importe quel moment de son histoire, il a une structure, une architecture, qui est mise en œuvre au travers d’un ensemble de protocoles et de conventions. Mais cette architecture n’a jamais été planifiée dans sa totalité ; personne ne l’a conçue dans ses moindres détails, de la cave au grenier. Elle ressemble plutôt à l’architecture des vieilles villes d’Europe, avec un centre lisible et familier, mais avec des rajouts nombreux et parfois confus.

  • 36 Network Working Group, Brian E. Carpenter, éd., « Request for Comments : 1958, Architectural Princi (...)

53À divers moments de son histoire, des efforts ont été faits pour reformuler les principes directeurs du Net. Le meilleur effort de synthèse est peut-être ce qu’on appelle le « RFC 1958 », publié en 1996. Internet a été bâti à partir d’« appels à commentaires » (requests for comments, RFC). Les chercheurs, le plus souvent des doctorants, chargés de développer les protocoles qui allaient finir par créer le Net, ont élaboré ces protocoles à partir de ces modestes appels à commentaires. Le RFC 1 était dû à Steve Crocker ; il fixait les grandes lignes d’un accord possible sur les logiciels serveurs (« Internet Message Processor » IMP). Certains RFC portent sur des protocoles Internet spécifiques, d’autres se font plus philosophiques. Le RFC 1958 fait clairement partie de cette deuxième catégorie : c’est un document « à but informatif » sur les « principes architecturaux d’Internet »36.

  • 37 Ibid, § 2.1.

54Le RFC 1958 expose que, même si « beaucoup de membres de la communauté Internet sont prêts à soutenir qu’il n’existe aucune architecture », l’ensemble de cette « communauté » est convaincue « que l’objectif est la connectivité, que le moyen en est le protocole Internet, et que l’intelligence est de type end-to-end plutôt que dissimulée dans le réseau »37.

  • 38 Ibid.

La fonction du réseau est de transmettre les données de manière aussi efficace et flexible que possible. Tout le reste doit se passer en lisière.38

55Cette structure a d’importantes conséquences pour ce qui est de l’innovation. On peut en compter trois :

  • Premièrement, parce que les applications fonctionnent sur des ordinateurs qui sont aux « bouts » du réseau, les inventeurs qui mettent au point de nouvelles applications ont seulement besoin de connecter leur ordinateur au réseau pour les faire fonctionner. Aucune modification des ordinateurs situés dans le réseau n’est nécessaire. Par exemple, si vous êtes un inventeur et que vous souhaitez pouvoir utiliser Internet pour passer des appels téléphoniques, il vous suffit de mettre au point un logiciel adéquat et de pousser les usagers à l’utiliser pour qu’Intemet devienne capable de faire passer des appels téléphoniques. Vous pouvez écrire le programme et l’envoyer à une personne à l’autre bout du réseau. Vous l’installez tous les deux et vous pouvez vous mettre à parler. C’est tout.

  • Deuxièmement, parce que sa structure n’est optimisée pour aucune application existante spécifique, le réseau est ouvert à toute innovation non prévue à l’origine. Tout ce que fait le protocole Internet (IP), c’est de trouver le moyen de rassembler et faire circuler les données, il ne dirige ni ne traite certains types de données plus favorablement que d’autres. Cela crée un problème pour certaines applications (comme nous le verrons par la suite), mais cela laisse aussi toutes leurs chances à une large palette d’autres applications. Ce qui veut dire que le réseau est ouvert à l’arrivée d’applications qui n’avaient pas été originellement programmées par ses créateurs.

  • Troisièmement, parce que la structure est celle d’une plate-forme neutre – « neutre » en ce sens que le propriétaire du réseau ne peut sélectionner certains « paquets » de données au détriment de certains autres – le réseau ne peut pas exercer de discrimination contre une nouvelle structure innovante. Si une nouvelle application menace une application en situation dominante, le réseau ne peut rien y faire. Quelle que soit l’application, le réseau restera neutre.

56La signification de chacune de ces caractéristiques sur la capacité d’innover en général apparaîtra clairement à mesure des développements qui vont suivre. Pour le moment, tout ce qui importe, c’est que cette structure soit bien perçue comme l’effet d’un choix. Que les auteurs du réseau aient ou non eu conscience de ce qui naîtrait de leur création, ils l’ont bâtie en fonction d’une certaine philosophie : en un mot, l’idée selon laquelle le réseau lui-même ne serait pas en mesure de réguler son mode de croissance. Ce sont les applications qui le feraient. Tel était l’enjeu d’une structure end-to-end. L’inventeur du World Wide Web, Tim Berners-Lee, explique les choses ainsi :

  • 39 Tim Berners-Lee, Weaving the Web : The Original Design and Ultimate Destiny of the World Wide Web b (...)

Conceptuellement, si le Web était destiné à devenir une ressource universelle, il devait pouvoir se développer sans entraves. Techniquement, il suffisait d’un seul point de réglementation centralisée pour que ceci devienne rapidement un goulot d’étranglement limitant le développement du Web, et le Web ne pourrait jamais se développer. Il était très important qu’il soit « incontrôlable ».39

57Les architectes réseau Saltzer, Clark et Reed n’étaient pas les seuls à comprendre l’avantage d’une structure end-to-end. Un peu plus tard, par un cheminement différent, la même idée s’imposa au sein même d’AT & T. Au début des années quatre-vingt-dix, la compagnie essayait d’améliorer la qualité sonore du réseau AT & T (la concurrence commençait à produire ses effets : il s’agissait de réagir aux affirmations de Sprint qui prétendait que, sur son réseau, on pouvait entendre le bruit d’une épingle qui tombe). David Isenberg, alors chercheur aux « Bell Labs », trouvait qu’un réseau aussi « malin » que celui d’AT & T devenait de plus en plus frustrant : chaque niveau de la chaîne de distribution avait été optimisé pour la téléphonie vocale. Mais cette optimisation signifiait que toute tentative de modification d’un de ces niveaux paralysait les autres. En voulant améliorer un des éléments on désorganisait tous les autres. Le système n’était absolument pas « modulaire », de sorte que tout changement devenait presque impossible.

  • 40 Sur le fond, voir Peter Cukor et Lee McKnight, « Knowledge Networks, the Internet, and Development  (...)

58Ces observations inspirèrent à Isenberg une idée qui n’était pas loin de la trahison : et si le problème venait de la structure fondamentale du réseau lui-même ? Et si c’était tout le concept d’un « réseau malin » qui était une erreur ? Et si un « réseau stupide » était plus efficace comme infrastructure, en mettant en œuvre l’intelligence dans les accessoires et en maintenant le réseau lui-même aussi simple que possible ?40

59C’est par cette expérience frustrante qu’Isenberg avait rejoint l’intuition fondamentale de Saltzer, Clark et Reed : l’innovation serait facilitée par un réseau simple, ou « stupide », comme il disait. Un réseau « malin », intelligent, pourrait peut-être être optimisé pour certaines utilisations, mais sa propre sophistication empêcherait des utilisations différentes ou nouvelles qui n’auraient pas été envisagées dès le départ.

  • 41 Entretien téléphonique avec David Isenberg, 14 février 2001.

Intégrer dans le réseau les utilisations qu’on voudra, par hypothèse, en faire, c’est limiter le champ des possibles.41

60L’intelligence mise en œuvre au cœur du réseau d’AT & T devenait un boulet. Une infrastructure plus simple pouvait être plus efficace qu’une infrastructure sophistiquée, du moins au niveau de sa capacité à évoluer et à innover.

61Quand Isenberg commença à parler de ses idées subversives, son employeur, AT & T, manifesta sa contrariété. Au début de l’été 1997, Isenberg fut autorisé à diffuser une réponse à un article qui vantait les mérites des réseaux intelligents. Mais peu après avoir été envoyé, son article fut repris et diffusé sur différents sites du Net. Finalement, en août 1997, et sans avoir la permission d’AT & T, Harry Newton publia cet article dans son magazine Computer Telephony (La Téléphonie par ordinateur). Au sein du réseau AT & T, Isenberg devenait l’ennemi de l’intérieur. On lui demanda de refuser les invitations extérieures à débattre de ses idées. On comprend que ce contrôle lui soit devenu intolérable. Comme il me l’a raconté : « C’est le 1er janvier 1998 que je pouvais faire valoir mes droits à la retraite chez AT & T. Je suis parti le 2 janvier 1998. »

62Mais si les idées d’Isenberg étaient désapprouvées en haut lieu dans la forteresse AT & T, elles commençaient à faire leur chemin à l’intérieur de l’entreprise comme à l’extérieur. Les avantages des « réseaux stupides » devenaient de plus en plus évidents, à mesure que les mérites d’un réseau simple comme Internet devenaient irréfutables. L’idée d’Isenberg rejoignait le principe du end-to-end : les démarches étaient équivalentes, et l’une et l’autre expliquaient pourquoi Internet serait un succès.

  • 42 Du moins dans l’idéal. Voir Roger Feldman, « e2e vs General Edison OnLine », PMA OnLine Magazine, h (...)

63Même si c’est le premier réseau à avoir, dès sa naissance, adopté ce principe sur une grande échelle, Internet n’est pas le seul à adopter une structure « bout en bout », end-to-end. Le réseau électrique est un système end-to-end : pourvu que mon équipement corresponde aux normes du système, je peux me connecter42. On peut concevoir que les choses se déroulent autrement. En théorie, on pourrait imaginer que chaque appareil branché à une prise ait d’abord besoin d’être identifié par un réseau pour pouvoir fonctionner. Pour vous connecter, il vous faudrait alors obtenir la permission d’utiliser cet accessoire. Le propriétaire du réseau pourrait ainsi déterminer quels accessoires interdire.

64De la même manière, le réseau routier est un système end-to-end. N’importe quelle voiture peut utiliser l’autoroute (laissons de côté la question du péage). Du moment que la voiture a passé le contrôle technique et que le conducteur a bien son permis de conduire, le concessionnaire de l’autoroute n’a pas à savoir pourquoi ni quand l’usager emprunte celle-ci. Encore une fois, on peut imaginer une autre architecture : une voiture pourrait avoir à s’enregistrer d’abord auprès du réseau avant de pouvoir emprunter l’autoroute, de la même façon que les compagnies aériennes doivent donner leurs plans de vol avant le décollage.

65Si ces systèmes n’obligent pas à ce qu’on s’enregistre ainsi, c’est sans doute parce que ce genre de procédure était irréalisable à l’époque où ils ont été conçus. L’électronique du réseau électrique n’est pas en mesure de gérer l’identification de différents appareils ; les routes sont « stupides » parce qu’on ne savait pas construire des routes « intelligentes ». Les choses ont changé depuis ; il est certainement possible de faire des routes et des réseaux intelligents. La réglementation est maintenant à notre portée. Il faut donc se poser la question de savoir si la réglementation serait préférable.

66Au moins dans un certain nombre de circonstances, ce serait certainement une meilleure solution. Mais il y a des situations où, du point de vue de la capacité d’innovation, ce ne serait pas le cas. Notamment quand l’avenir n’est pas écrit d’avance, ou plus précisément quand on ne peut pas prédire ce que seront les usages futurs d’une technologie. Laisser la technologie libre d’accès est alors une meilleure solution pour l’aider à trouver les bonnes innovations. Dans un monde d’incertitudes, c’est la souplesse qui est cruciale : la capacité que possède un système à se développer facilement dans plusieurs directions.

67Cette stratégie implique une philosophie. C’est une façon de dire au monde : je ne sais pas quelles fonctions remplira ce système, ce réseau. Il est fondé sur un principe d’incertitude. Quand on ne sait pas dans quelle direction un système va se développer, on le construit de façon à permettre le plus large éventail d’innovations possible.

68Cette attitude était fondamentalement celle des architectes réseau d’Internet. Ils étaient extrêmement doués ; il n’y avait pas de meilleurs experts. Mais le vrai talent ne va pas sans humilité. Et les architectes fondateurs du réseau étaient parfaitement conscients de ne pas savoir à quoi leur réseau pourrait servir. Ainsi que le dit David Reed :

  • 43 Entretien téléphonique avec David Reed.

Nous faisions beaucoup d’expérimentations à cette époque. Nous [...] avions compris qu’elles avaient très peu de choses en commun en dehors du fait qu’elles avaient toutes lieu sur le réseau. Les différentes formes d’utilisations du réseau par ces applications étaient intéressantes en elles-mêmes. C’est pourquoi il nous semblait que nous ne pouvions pas présumer quoi que ce soit de la manière dont le réseau serait utilisé par les applications. Ou alors nous voulions présumer le moins possible. [...] Nous nous sommes simplement dit : « Ça suffit. Laissons les choses en l’état », au lieu de nous lancer à l’aveuglette dans une fuite en avant.43

69Tout ce que ces ingénieurs savaient, c’est qu’ils voulaient garantir au réseau la capacité de se développer selon les vœux, quels qu’ils soient, des utilisateurs.

70Ainsi, le end-to-end prive le réseau du pouvoir de réguler son mode de développement. Comme le dit Berners-Lee,

  • 44 - Berners-Lee, op. cit., p. 208.

L’Internet est un espace de liberté : pour autant qu’on respecte les règles régissant les envois de paquets, on peut envoyer des paquets qui contiennent n’importe quoi, n’importe où.44

  • 45 National Research Council, op. cit., p. 138.
  • 46 Ibid., p. 107.

71De nouvelles applications « peuvent être intégrées à l’Internet sans qu’il soit nécessaire de changer quoi que ce soit à l’infrastructure du réseau »45. Son architecture a été conçue de manière à rester « neutre à l’égard des applications et des contenus »46. Puisqu’on place son intelligence à ses extrémités, le réseau n’a pas la capacité de dire quelles fonctions ou quels contenus sont autorisés ou non. Comme le précise le RFC 1958, ce qu’on attend du réseau, c’est simplement de « transmettre des données ». Le National Research Council (NRC) concluait récemment :

  • 47 Ibid., pp. 36-37.

Le principe du end-to-end repose sur l’idée sous-jacente que c’est le système ou l’application qui sont le mieux à même de mettre en œuvre une défense adéquate, pas le réseau lui-même.47

72J’ai introduit la notion de « biens communs » dans la première partie, chapitre 1. Nous pouvons maintenant voir comment le principe du end-to-end transforme l’Internet en un bien commun de l’innovation, où les inventeurs peuvent élaborer et déployer de nouvelles applications ou de nouveaux contenus sans la permission de personne. Grâce au « e2e », personne n’a besoin de faire enregistrer une application « par » Internet avant de la faire fonctionner ; aucune permission n’est nécessaire pour utiliser la bande passante. Au contraire, le end-to-end signifie que le réseau est conçu de manière à garantir qu’il ne pourra pas décider quelles innovations auront la voie libre. Le système est bâti, structuré pour rester ouvert à toute nouvelle innovation qui se présenterait.

  • 48 Ibid., p. 37.

73Cette structure a un effet décisif sur l’innovation. Selon les termes du NRC, c’est « le feu vert donné à l’explosion de nouveaux logiciels et de nouveaux services » sur le Net48. Grâce au end-to-end, les créateurs savent qu’ils n’ont besoin d’obtenir la permission de personne avant de construire une nouvelle application pour Internet, pas plus celle d’AT & T que celle de l’Internet lui-même. Si un créateur a ce qu’il croit être une excellente idée d’application, il peut la développer sans demander l’autorisation du réseau et en ayant la garantie que celui-ci ne peut pas la rejeter.

74Peut-être qu’à ce point vous vous demandez : et alors ? Il est peut-être intéressant d’apprendre que l’Internet présente cette caractéristique (du moins j’espère que c’est aussi votre opinion) ; il semble pour le moins plausible de penser que cette caractéristique entraîne une certaine forme d’innovation. Mais pourquoi devons-nous nous préoccuper de cette caractéristique de l’Internet ? Si c’est ainsi qu’il fonctionne, c’est une caractéristique qui durera aussi longtemps que durera Internet, non ? Si le « e2e » fait partie de la nature même de l’Internet, pourquoi faut-il nous inquiéter ?

75Mais nous en arrivons à un problème fondamental : la structure de l’Internet telle qu’elle est aujourd’hui n’est pas nécessairement ce qu’elle sera demain. Ou plus précisément, quelle que soit sa structure actuelle, elle peut se voir complétée par d’autres régulations ou par une autre technologie. Et si cela devait être le cas, cette caractéristique du end-to-end dont je maintiens qu’elle est essentielle au réseau actuel peut en être retirée si on le modifie. Le code qui définit le réseau à un moment donné n’est pas nécessairement le code qui le définira plus tard. Et, avec ce changement de code, ce sont les valeurs que le réseau garantit qui changeront en même temps.

  • 49 Douglas E. Comer, Intemetworking with TCP/IP, vol. 1, Upper Saddle River, N.J., Prentice-Hall, 4e é (...)

76Ce choix délibéré du end-to-end a de nombreuses implications. La naissance du World Wide Web est seulement l’une d’entre elles. À moins d’être un mordu de l’informatique, vous ne faites probablement pas de distinction entre le WWW et l’Internet. En fait, il s’agit de choses tout à fait différentes. Le World Wide Web est un ensemble de protocoles destinés à afficher des documents dotés d’hyperliens reliés par Internet. Ces protocoles ont été élaborés à la fin des années quatre-vingt par des chercheurs du CERN, notamment par Tim Berners-Lee. Ils précisent la façon dont un « serveur Web » diffuse des contenus sur le WWW. Ils expliquent aussi comment des « navigateurs » comme « Netscape Navigator » ou « Internet Explorer » de Microsoft récupèrent ces contenus sur le World Wide Web. Mais ces protocoles eux-mêmes ne font que se superposer aux protocoles qui constituent l’Internet. Ces protocoles Internet, désignés par le sigle TCP/IP (Transmission Control Protocol over Internet Protocol), servent de fondations à ceux qui font fonctionner le World Wide Web : HTTP (Hypertext Transfer Protocol, protocole de transfert d’hypertextes) et HTML (Hypertext Mark-Up Language, langage de marquage d’hypertextes)49.

77L’émergence de la grande toile, du World Wide Web, illustre parfaitement la manière dont fonctionne l’innovation sur Internet, et à quel point un réseau ouvert est important pour cette innovation. Tim Berners-Lee a eu l’idée du World Wide Web après avoir éprouvé un agacement croissant devant le fait que les ordinateurs du CERN ne pouvaient pas communiquer entre eux facilement. Les documents créés selon un système ne pouvaient pas être partagés avec d’autres systèmes sans difficulté ; les contenus stockés sur un ordinateur individuel étaient difficilement diffusables sur les réseaux. Ainsi qu’il le dit lui-même :

  • 50 Berners-Lee, op. cit., p. 35.

L’incompatibilité entre les ordinateurs avait toujours été une calamité pour tout le monde, au CERN comme partout ailleurs. [...] La réalité du monde dans lequel vivaient les chercheurs en physique des hautes énergies était faite de réseaux incompatibles, de problèmes de formats de disquettes, de pages de procédures d’encodage, qui rendaient généralement impossible toute tentative de transfert d’information entre ordinateurs. En fait, les ordinateurs ne pouvaient pas dialoguer.50

78Berners-Lee commença donc à réfléchir à un système qui permettrait d’établir des liens entre les documents, grâce à un procédé appelé « hypertexte », et de surimposer ces liaisons aux protocoles d’Internet. Dans l’idéal, il voulait créer un espace dans lequel tous les documents pourraient en principe être reliés à tous les autres, et où tous les documents publiés seraient à la disposition de tout le monde.

  • 51 Lire par exemple Paul E. Ceruzzi, A History of Modern Computing, Cambridge, Mass., MIT Press, 1998, (...)
  • 52 Voir Robert M. Fano, « On the Social Role of Computer Communications », Proceedings of the IEEE [ « (...)

79Cette vision n’avait rien de nouveau dans son principe. Vannevar Bush était à l’origine de l’hypertexte (des documents liés entre eux)51, qui avait connu la popularité grâce à « HyperCard », un logiciel de Bill Atkinson sur Macintosh. L’idée que tous les documents pourraient être reliés entre eux correspondait à la vision de Robert Fano dans un vieil article de Proceedings of the IEEE52. Mais ce fut Berners-Lee qui ordonna toutes ces idées en utilisant le protocole sous-tendant l’infrastructure d’Internet. Des documents comportant des hyperliens pourraient ainsi être rendus disponibles à toute personne disposant d’un accès Internet, et n’importe quel document publié conformément aux protocoles du World Wide Web pourrait être accessible à tous.

80Aujourd’hui cette idée nous paraît géniale. Son succès nous porte à croire qu’elle aurait dû être évidente. Mais ce qui est frappant dans l’histoire de la naissance du World Wide Web, c’est la difficulté qu’eut Bemers-Lee à convaincre qui que ce soit de l’intérêt de son projet. Quand il essaya de le lui faire adopter, la direction du CERN resta indifférente :

  • 53 Berners-Lee, op. cit., p. 46. Voir aussi James Gillies, How the Web Was Born : The Story of the Wor (...)

Nous espérions que quelqu’un allait dire : « Super ! On a là la future pierre angulaire des communications sur la physique des grandes énergies ! Voilà qui va nous faire travailler ensemble pour les dix ans à venir. Voici quatre programmeurs pour travailler sur le projet, voici les coordonnées de la direction des systèmes d’information. Si vous avez besoin de quoi que ce soit d’autre, il suffit de demander ». Mais les choses ne se passèrent pas ainsi.53

81Quand il se rendait à des colloques sur l’hypertexte, peu de participants, pourtant passionnés, comprenaient l’intérêt de l’hypertexte sur le Net. Pendant des années, il alla d’expert en expert, sans en trouver un seul qui comprenne le potentiel qu’il y avait là. Ce n’est qu’après avoir démarré la construction du Web, et commencé à informer des utilisateurs non spécialisés des protocoles qu’il avait en chantier, via une liste de diffusion dédiée à l’hypertexte, que le Net commença à prospérer.

82Les experts ne comprenaient pas. On devrait mettre cette formule sur un autocollant et la diffuser tous azimuts. Ceux qui supervisaient les ressources du laboratoire informatique du CERN n’étaient pas disposés à soutenir la technologie qui allait donner naissance au Web. Les seuls à avoir compris quel était le potentiel de croissance du Web étaient ces innovateurs qui échappaient à la supervision de ces responsables.

  • 54 Ibid., p. 40 (où sont décrits Gopher et la croissance plus rapide de WAIS [ « Wide Area Information (...)

83Berners-Lee craignait que la concurrence de différents protocoles d’utilisation de l’Internet ne fasse disparaître tout l’intérêt du WWW. Un protocole connu sous le nom de « Gopher » avait été construit à peu près au même moment. Il permettait facilement de mettre un menu d’options sur un site. En allant sur un site Gopher, on avait une liste de liens sur lesquels on pouvait cliquer pour exécuter certaines fonctions. Gopher fut extrêmement populaire en tant qu’application d’Internet fonctionnant à partir des protocoles d’Internet, puis son utilisation décolla au début des années quatre-vingt-dix54.

84Mais Gopher avait des capacités extrêmement limitées au regard des finalités envisagées par Berners-Lee. Il ne permettait pas la construction facile de documents liés entre eux. Il s’agissait plus d’un système universel de menus que d’un moyen de relier des idées. Berners-Lee avait peur que cette norme de qualité inférieure ne réussisse quand même à s’imposer avant que le WWW, plus récent et de qualité supérieure, ne soit reconnu.

85Ses craintes furent démenties, à la fois en raison d’une initiative de Berners-Lee lui-même, et en raison d’une initiative des créateurs de Gopher, et elles sont l’une et l’autre riches d’enseignement.

86Berners-Lee ne voulait forcer personne. Il ne construisait pas un protocole que tout le monde serait obligé d’adopter. Il disposait d’un protocole destiné à offrir des contenus sur le World Wide Web : le language HTML, qui permet de construire des pages Web. Mais il décida de ne pas limiter à de simples pages Web les contenus auxquels on pouvait accéder grâce à un navigateur WWW. Au lieu de cela, il élabora le HTTP, protocole de transfert destiné à ce qu’un grand nombre de protocoles soient accessibles grâce au WWW (y compris le protocole Gopher), un protocole destiné au transfert de fichiers, le FTP (File Transfer Protocol), et un protocole permettant d’accéder aux forums de discussion sur Internet, newsgroups, le NNTP (Net News Transfer Protocol). Le Web resterait neutre entre ces différents protocoles, et de cette façon, il permettrait l’interconnexion.

87Cela rendait l’utilisation du Web facile, même pour quelqu’un qui voulait accéder à des contenus sous Gopher. Mais le second événement joua un rôle bien plus décisif dans la mort de Gopher en tant que standard.

  • 55 5 id., pp. 72-73.
  • 56 Ibid.

88Comme l’explique Berners-Lee, grisée par le succès de Gopher, qui avait inondé la planète, l’Université du Minnesota, propriétaire de ses droits, émit l’idée qu’elle pourrait les exercer pour faire payer l’utilisation du protocole55. La simple suggestion de cette éventualité terrifia les développeurs à travers le monde (c’était, dit Berners-Lee, « un acte de trahison »56). Les développeurs allaient-ils être pris en otage par cette université à partir du moment où ils seraient soumis à son système ? De combien allaient-ils être pénalisés dans l’hypothèse où la plate-forme en viendrait à se retourner contre eux ?

  • 57 Ibid., p. 74.

89Berners-Lee réagit en persuadant le CERN de laisser le Web libre de droits pour le public. Au départ, il voulait diffuser le protocole via la « Franchise publique générale » (GPL, General Public License, ou « GNU General Public License », que nous étudierons beaucoup plus en détail dans notre première partie, chapitre 3). Mais quand les négociations à ce propos commencèrent à s’enliser, il convainquit le CERN de mettre simplement ses droits dans le domaine public. N’importe qui aurait le droit de consulter et d’utiliser les protocoles du WWW, ainsi que de bâtir tout ce qu’il voudrait à partir de ces protocoles57.

90La naissance du Web est un exemple de la capacité d’innovation offerte par l’architecture end-to-end de l’Internet originel. Sans que personne ne s’en soit rendu vraiment compte – c’est l’aspect le plus spectaculaire de la puissance d’Internet – quelques personnes ont été en mesure d’élaborer et de déployer les protocoles du World Wide Web. Elles ont pu le faire parce qu’elles n’ont eu besoin de convaincre ni les propriétaires du réseau, ni ceux des systèmes d’exploitation des ordinateurs, de l’intérêt de leur idée. Comme le précise Berners-Lee :

  • 58 Ibid., p. 99.

J’avais construit le Web de telle sorte qu’il n’y ait aucun lieu centralisé où quelqu’un serait chargé d’« enregistrer » un nouveau serveur, ou d’obtenir la validation de ses contenus.58

91Ce serait une « bonne idée » de l’utiliser, et les gens étaient libres de l’utiliser parce que la construction d’Internet permettait cette liberté.

92Ainsi deux réseaux, le réseau construit par AT & T et le réseau que nous appelons Internet, créent deux environnements différents pour l’innovation. L’un des deux centralise la créativité, l’autre la décentralise. L’un est conçu pour garder la mainmise sur l’innovation, l’autre renonce dans son principe même à tout droit de régulation. L’un est un réseau fermé sauf s’il accorde une autorisation, l’autre fait le choix de l’accès libre aux biens communs.

93Comment sommes-nous passés de l’un à l’autre ? Qu’est-ce qui a fait passer l’environnement de notre système de télécommunications de la centralisation à la décentralisation ?

  • 59 Voir Barbara Esbin, « Internet over Cable : Defining the Future in Terms of the Past », Communicati (...)
  • 60 Naughton, op. cit., pp. 83-85.
  • 61 Ibid., p. 84.

94C’est un des grands épisodes oubliés de la naissance de l’Internet. Tout le monde sait que c’est l’État qui avait financé la recherche qui a débouché sur les protocoles qui gouvernent l’Internet59. C’est l’État qui a poussé les créateurs du réseau à créer des machines qui pourraient se parler : cela fait partie de la légende de l’Internet60. L’État en général, et le Département de la Défense en particulier, avaient fini par se lasser de dépenser des millions pour « des ordinateurs autistes »61. Ils voulaient donc un système pour relier les systèmes.

95Mais dans la pratique on nous a appris à ignorer une autre forme d’intervention publique qui a elle aussi rendu l’Internet possible. Il s’agit de la réglementation qui a garanti que la plate-forme sur laquelle s’est construit Internet ne puisse pas se retourner contre lui.

96La plate-forme physique sur laquelle Internet a démarré était un réseau de câbles qui lui préexistait. Il s’agissait des câbles téléphoniques qui reliaient les particuliers les uns aux autres. Mais juridiquement, le droit d’utiliser les câbles du téléphone pour se relier à l’Internet n’était pas acquis d’avance. Ce droit devait être conquis, et c’est la réglementation qui a permis de l’obtenir. Rien ne garantissait que les modems seraient autorisés à fonctionner sur les lignes téléphoniques. Même aujourd’hui, il y a des pays asiatiques qui réglementent l’utilisation des modems sur les lignes téléphoniques62. Pour que la révolution commence, il fallait obtenir la permission de connecter le réseau du Net à ce réseau.

97Et qu’est-ce qui a permis d’obtenir cette autorisation ? Qu’est-ce qui a rendu possible une utilisation des câbles téléphoniques différente de celle pour laquelle AT & T les avait prévus à l’origine ?

98Un second type de réglementation entre maintenant en jeu. L’intervention de l’État débuta en 1968 en permettant à des applications extérieures de se connecter aux lignes téléphoniques, puis en forçant les « Bell » à louer leurs lignes à des concurrents, sans pouvoir en maîtriser l’usage, pour aboutir, au début des années quatre-vingt, au démantèlement d’AT & T. Ainsi la puissance publique força progressivement cette compagnie presque toute-puissante à ne pas entraver l’apparition de compagnies rivales dans le domaine de la transmission de données.

  • 63 . Entre autres restrictions, la compagnie AT & T ne fut pas autorisée à prendre pied sur le marché (...)
  • 64 Bickerstaff, ibid., p. 25.
  • 65 Pour en savoir plus sur l’histoire des décrets « Computer 1 et 2 » de la FCC, voir ibid., pp. 1-37  (...)

99Cette intervention prit des formes diverses. D’un côté, ce fut un ensemble de restrictions sur les activités que la compagnie AT & T était autorisée à exercer63. D’un autre côté, ce fut l’exigence qui lui était faite de laisser ses lignes ouvertes à la concurrence64. Ce fut aussi la crainte généralement répandue chez AT & T que tout effort pour orienter davantage encore les télécommunications dans le sens de ses intérêts aurait pour résultat une violente réaction du gouvernement65.

100Mais peu importe le poids de telle ou telle mesure par rapport aux autres, peu importe laquelle fut déterminante ; la conséquence de cette stratégie fut de laisser le champ ouvert à l’innovation dans le secteur des télécommunications. AT & T ne contrôlait pas la façon dont ses câbles allaient être utilisés parce que l’État l’en empêchait. Par cette stratégie, l’État créa effectivement un bien commun : les câbles d’AT & T.

101D’une manière analogue aux contraintes techniques du end-to-end, ces réglementations eurent donc pour effet de laisser le réseau ouvert et de maintenir ainsi sa neutralité. À partir du moment où le réseau téléphonique était utilisé pour établir une connexion, il restait ouvert pour permettre à cette connexion de transporter n’importe quelle données au gré des utilisateurs. Ainsi, le réseau fonctionnait comme une ressource laissée au libre usage de chacun.

102C’est une utilisation du end-to-end à un autre niveau au sein de l’infrastructure du réseau. Le end-to-end n’intervient pas au niveau de la connexion entre deux téléphones sur le réseau téléphonique. Celle-ci peut tout aussi bien s’effectuer dans un système qui ne se soumet pas au principe du end-to-end.

103Mais une fois la connexion établie, l’environnement constitué par le mélange de principes techniques et de règles juridiques relatives aux systèmes de télécommunications correspond à une infrastructure end-to-end au niveau du réseau. Ce mélange de structure et de réglementation a permis d’ouvrir le système téléphonique à l’innovation, et cette innovation a permis la création d’Internet.

104Une infrastructure « e2e » a-t-elle un coût ? Est-ce que l’on perd quelque chose si on ne peut plus réglementer l’accès aux ressources du réseau, à sa bande passante ?

  • 66 National Research Council, pp. 130-31, n. 18 (le principe de la rapidité optimale comme conséquence (...)

105Certes, l’Internet a ses faiblesses. La capacité du Net n’est pas infinie à un moment donné, et bien qu’il se développe plus rapidement que la demande, il peut se retrouver surchargé. Il gère ces bouchons de manière équitable, les paquets étant alors acheminés selon le principe du premier arrivé, premier servi. Une fois les paquets partis de leur extrémité, le réseau les relaie du mieux qu’il peut. Si les nœuds sur le réseau s’engorgent, les paquets qui transitent par ces nœuds se trouvent ralentis66.

  • 67 « L’être humain peut tolérer environ 250 millisecondes de temps de latence avant de le remarquer », (...)

106Pour certaines applications, il n’est pas suffisant de « faire de son mieux ». Par exemple, la téléphonie par Internet ne fonctionne pas bien si les paquets qui transportent la voix sont retardés. Tout délai supérieur à 250 millisecondes rend le système radicalement inutilisable67. Et comme la diffusion des contenus sur le Net évolue vers une diffusion en temps réel, technologie qui demande beaucoup de bande passante, cette incapacité à garantir la qualité du service a un coût de plus en plus important.

107Pour résoudre ce problème, des ingénieurs ont commencé à proposer des modifications dans l’architecture du Net qui pourraient permettre une certaine forme de meilleur service garanti. Ces solutions sont souvent qualifiées de solutions pour « qualité de service » (QoS, Quality of Service). Elles permettraient au réseau de traiter les différentes « classes » de données de façon différenciée ; par exemple, la vidéo ne recevrait pas le même traitement que le courriel ; la voix serait soumise à un traitement spécifique sur le Web.

108Pour acquérir cette capacité de différenciation, le réseau aurait besoin de fonctionnalités plus nombreuses que celles que lui accorde son infrastructure d’origine. Au minimum, le réseau devrait être capable de décider la classe de service qu’il offrirait à une application particulière, et de traiter ce service en conséquence. Cela aurait pour effet de rendre le développement d’une nouvelle application plus complexe, puisque le programmeur devrait prendre en compte le comportement du réseau et configurer son application pour qu’elle puisse s’y conformer.

109Le véritable danger vient cependant des conséquences involontaires de ces fonctions additionnelles : ainsi, la possibilité qu’aurait ensuite le réseau de vendre la fonction qui permettra de discriminer favorablement (et donc aussi défavorablement) certains types de contenus. Comme le laissent apparaître les documents promotionnels des principaux fabricants de routeurs, une fonction cruciale des solutions QoS sera de permettre au propriétaire du réseau de ralentir l’offre d’un concurrent tout en accélérant la sienne, comme un poste de télévision où la chaîne ABC serait cryptée mais où CBS serait en clair.

  • 68 Ils sont décrits par Max Gaynor et al., « Theory of Service Architecture : How to Encourage Innovat (...)
  • 69 D’ailleurs, Georges Gilder estime que l’augmentation de capacité obtenue grâce à la fibre optique f (...)
  • 70 Pour des exemples de technologies QoS et une discussion plus générale, voir Joe Lardieri, « Quality (...)

110Selon la technologie QoS retenue, ces dangers pourraient être réduits au minimum. En d’autres termes, certaines solutions QoS sont plus compatibles que d’autres avec le principe du end-to-end68. Mais ceux qui proposent ces changements perdent souvent de vue une autre solution relativement évidente : l’augmentation de la capacité69. En d’autres termes, tandis que ces technologies permettront certainement d’intégrer QoS à l’Internet, si des technologies QoS comme celle du « RSVP » (« Ressource ReSerVation Protocol ») ne peuvent le faire qu’à un coût élevé, peut-être qu’un accroissement des capacités serait une solution au coût collectif plus avantageux70.

111Autrement dit, un système de vente de parts de bande passante résout certains problèmes, mais s’il est mis en place sans respecter le principe du end-to-end, il aura probablement des conséquences plus négatives que positives.

112Il ne s’agit pas d’affirmer que cela aura forcément des conséquences plus négatives que positives. Nous n’en savons pas encore assez pour le dire. Mais cela soulève un problème fondamental qu’une culture de la rareté risque fort d’ignorer. La meilleure réponse au problème de la rareté n’est peut-être pas un système de régulation. La meilleure réponse est peut-être simplement de faire disparaître la rareté.

  • 71 Voir Gilder, Telecosm, pp. 158-64.
  • 72 L’évolution décisive pour permettre à ce réseau « fibre » d’atteindre ce niveau de capacité est le (...)

113C’est la promesse faite par le commentateur conservateur George Gilder. Selon lui, l’avenir est celui d’un environnement doté d’une bande passante « indéfinie »71. L’idée que nous nous faisons du Net tel qu’il est aujourd’hui, un Net fait de connections lentes et de machines rapides, va bientôt être ébranlée. Quand le cuivre sera remplacé par le verre (comme avec les fibres optiques) et, encore plus important, quand les connections électroniques seront remplacées par des connections optiques, la vitesse du réseau approchera la vitesse de la lumière. D’après Gilder, les contraintes que nous connaissons et qui sont liées aux câbles que nous utilisons actuellement vont prendre fin. Et la disparition de la rareté, affirme-t-il, changera tous nos comportements72.

  • 73 Voir par exemple les critiques de Bill Frezza, « Telecosmic Punditry : The World Through Gilder-Col (...)

114On peut être sceptique devant ce qu’avance Gilder en matière technologique73, de même qu’en matière économique. L’économiste en chacun de nous a du mal à croire qu’une ressource quelconque pourrait cesser d’être limitée, comme le rationaliste en chacun de nous refuse de croire au paradis sur terre. Mais je suis prêt à croire aux potentialités d’une bande passante essentiellement indéfinie. Et je me réjouirais de voir démontré que les économistes de la rareté étaient dans l’erreur.

115Là où je reste sceptique, c’est à l’idée d’une avancée bienheureuse vers un monde où les propriétaires du réseau fourniraient spontanément et à profusion des canaux libres, optiques ou pas. Cela ne reflète pas la tendance actuelle, et rien ne laisse présager que ce sera la tendance dans le futur. Le professeur Tim Wu me disait au sujet du livre de Gilder :

  • 74 Dollar delta : dans le vocabulaire de la gestion financière, calcul d’un profit lié à l’investissem (...)
  • 75 Courriel de Timothy Wu à Lawrence Lessig, 16 février 2001.

Je crois que c’est un problème de « dollar delta »74, comme nous disions, nous les chimistes, pour décrire des réactions possibles mais non rentables. Les acteurs privés ne semblent gagner de l’argent que si leurs projets d’infrastructures impliquent la faculté d’exclure. [...] Ici, dans l’industrie, tous les projets « chauds » sont des réseaux avec des techniques intégrées de priorités et d’exclusions.75

116Si la « tragédie des biens communs » est quelque part, c’est bien ici. Si le bien commun est la capacité d’innovation commune apportée par les protocoles du Net, à commencer par le end-to-end, alors le drame de ce bien commun, c’est la tendance de l’industrie à rajouter sur le réseau des technologies qui le sapent. Mais c’est un problème qu’il faut laisser à la part d’ombre de ce livre. Pour le moment, mon objectif est de rester dans la lumière : vous faire voir les biens communs qui ont été construits grâce à l’ensemble des protocoles qui ont défini l’Internet tel qu’il était.

  • 76 Cette affirmation repose sur la présupposition selon laquelle la valeur de l’activité sur le réseau (...)

117L’Internet est né sur une couche physique réglementée ; mais la couche logique, constituée par les TCP/IP, était quand même libre. Ces protocoles traduisaient le principe du end-to-end, qui a effectivement ouvert l’espace créé par les ordinateurs connectés au Net pour permettre l’innovation et le changement. Cet espace ouvert était une liberté importante, construite sur une plate-forme réglementée. La liberté a bâti un bien commun de l’innovation. Ce bien commun, comme les autres biens communs, augmente la valeur de l’espace qui reste sous contrôle76.

118Ainsi, la liberté a augmenté la valeur sociétale de ce qui était réglementé : c’est une leçon qu’on retrouvera.

Notes

1 Voir Milton Mueller, Universal Service : Competition, Interconnection, and Monopoly in the Making of the American Telephone System, Cambridge, Mass., MIT Press et Washington, D.C., AEI Press, 1997, p. 180. Il y a d’autres études historiques utiles : voir Bernard D. Holbrook et W. Stanley Brown, éds., A History of Computing Research at Bell Laboratories (1937-1975), New York, The Laboratories, 1982 ; M.D. Fagen, éd., A History of Engineering and Science in the Bell System, par des membres des équipes techniques des Laboratoires Bell, New York, The Laboratories, 1975-1985 ; Robert W. Garnet, The Telephone Enterprise : The Evolution of the Bell System’s Horizontal Structure, 1876-1909, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985 ; Alvin Von Auw, Heritage and Destiny : Reflections on the Bell System in Transition, New York, Praeger, 1983 ; John Brooks, Telephone : The First Hundred Years, New York, Harper & Row, 1976 ; George David Smith, The Anatomy of a Business Strategy : Bell, Western Electric, and the Origins of the American Telephone Industry, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1985 ; Edwin M. Asmann, The Telegraph and the Telephone : Their Development and Role in the Economic History of the United States. The First Century, 1844-1944, Lake Forest, Lake Forest College, 1980 ; Amy Friedlander, Natural Monopoly and Universal Service : Telephones and Telegraphs in the US Communications Infrastructure, 1837-1940, Reston, Va. : Corporation for National Research Initiatives, 1995 ; John Patrick Phillips, Ma Bell’s Millions, New York, Vantage Press, 1970.

2 Milton Mueller, op. cit., p. 7.

3 Ibid., p. 148.

4 Ibid., pp. 188-89.

5 bid., pp. 104-13.

6 Ibid., pp. 180-81. Voir aussi David F. Weiman and Richard C. Levin, « Preying for Monopoly ? The Case of Southern Bell Telephone Company, 1894-1912 », Journal of the Political Economy 102 (1994), p. 103 (qui propose une « version modifiée de l’hypothèse de prédation » qui sous-tend le travail de Mueller).

7 Mueller, op. cit., pp. 51, 78-79.

8 L’autre sens, plus moderne, de « service universel » impliquerait que chaque foyer ait accès au réseau. Mueller explique de façon convaincante que ce n’était pas le sens original (ibid., p. 163).

9 Peter W. Huber, Michael K. Kellogg et John Thorne, Federal Telecommunications Law, Gaithersburg, Md., Aspen Law & Business, 2e éd., 1999, p. 17.

10 Ibid.

11 1 id.

12 Ibid.

13 Mueller, op. cit., p. 162.

14 Entretien avec Paul Baran à Stanford, 14 novembre 2000. Pour d’autres entretiens avec Paul Baran, voir Stewart Brand, « Founding Father », Wired (mars 2001), disponible sur http://www.wired.eom/wired/archive/9.03/baran_pr.html ; entretien de David Hochfelder avec Paul Baran, Electrical Engineer, Newark, New Jersey (24 octobre 1999), disponible sur :
http://ieee.org/organizations/history_center/oral_histories/transcripts/baran.html ;
entretien de J. O’Neill avec Paul Baran, Menlo Park, California (5 mars 1990) ; George Gilder, « Inventing the Internet Again », Forbes (2 juin 1997), p. 106 (long article sur Baran) ; Katie Hafner and Matthew Lyon, « Casting the Net », The Sciences (1er septembre 1996), p. 32.

15 . American Telephone & Telegraphy Co., Telephone Almanac (1941), « Avant-propos ».

16 Entretien avec Paul Baran.

17 Id.

18 Peter Huber, Orwell’s Revenge : The 1984 Palimpsest, New York, Free Press ; Toronto, Maxwell Macmillan Canada ; New York, Maxwell Macmillan International, 1994, pp. 268-69 ; Huber, Kellogg et Thorne, op. cit., p. 416.

19 Et la décision fut renversée en appel. Affaire Hush-a-Phone Corp. vs United States, 238 F. 2d 266 (D.C. Cir., 1956).

20 L’idée est développée dans la thèse de Kleinrock : Leonard Kleinrock, Message Delay in Communication Nets with Storage, Massachusetts Institute of Technology 1962, parue plus tard sous une forme corrigée : Leonard Kleinrock, Communication Nets : Stochastic Message Flow and Delay, New York, McGraw-Hill, 1964. Voir aussi John Naughton, A Brief History of the Future : The Origins of the Internet, London, Weidenfeld & Nicolson, 1999, pp. 92, 118-19 (où l’on traite d’autres fondateurs de l’Internet).

21 Baran lui attribue l’origine du terme. Entretien avec Paul Baran : « L’expression “échange de paquets” a été employée pour la première fois par Donald Davies, du National Physical Laboratory en Angleterre ; il conçut la même idée générale indépendamment, en novembre 1965 ».

22 Baran me confirma cette histoire dans un entretien. « Ainsi, le premier niveau des objections tenait à la technologie – au fait que je ne comprenais pas comment fonctionnait le réseau téléphonique, [et] que ce que je proposais ne pouvait pas fonctionner ». Entretien avec Paul Baran.

23 John Naughton, op. cit., p. 107. Katie Hafner and Matthew Lyon font état de la même résistance dans Where Wigards Stay Up Late : The Origins of the Internet, New York, Simon & Schuster, 1996, pp. 62-64-

24 Entretien avec Paul Baran.

25 bid.

26 Voir Steve Bickerstaff, « Shackles on the Giant : How the Federal Government Created Microsoft, Personal Computers, and the Internet », Texas Law Review 78 (1999), pp. 1, 60-61 (où l’on explique que « les limites du système Bell ont permis le développement du marché de l’ordinateur individuel à travers la concurrence et l’innovation ») ; Peter W. Huber, Law and Disorder in Cyberspace : Abolish the FCC and Let Common Law Rule the Telecosm, Oxford et New York, Oxford University Press, 1997.

27 Naughton, op. cit., pp. 108-9.

28 Entretien avec Paul Baran.

29 Voir J.H. Saltzer et al., « End-to-End Arguments in System Design », disponible sur http://web.mit.edu/Saltzer/www/publications/endtoend/endtoend.pdf ; David P. Reed et al., « Active Networking in End-to-End Arguments », disponible sur :
http://Web.mit.edu/Saltzer/www/publications/endtoend/ANe2ecomment.html.
Au sujet du
end-to-end, voir Cameron R. Graham, « Cable TV Law 2001 : Competition in Video, Internet and Telephony », Practicing Law Institute, PLI Order No. G0- OOLY, 642 (2001), p. 486 ; Rob Frieden, « Does a Hierarchical Internet Necessitate Multilatéral Intervention ? », North Carolina Journal of International Law and Commercial Regulation 26 (2001), p. 361 ; Robert M. Kossick Jr., « The Internet in Latin America : New Opportunities, Developments and Challenges », Cyberspace Lawyer 6, 1 (2001), p. 11 (où est notée l’utilisation des principes du end-to-end au Brésil et au Mexique) ; et Lawrence Lessig, « Cyberspace and Privacy : A New Legal Paradigm ? », Stanford Law Review 52 (2000), p. 987 (« Avant-propos »).

30 On se résignera ici à la formule américaine end-to-end de préférence à l’équivalent français « bout en bout », trop ambigu. NdT.

31 National Research Council, The Intemet’s Corning of Age, Washington, D.C., National Academy Press, 2000, p. 30.

32 Entretien téléphonique avec David P. Reed (7 février 2001), qui a participé à la conception des premiers protocoles de l’Internet – TCP/IP – pendant qu’il était doctorant au MIT.

33 Comme je le dis dans ce paragraphe, l’importance de l’architecture pour les caractéristiques d’Internet était un des premiers thèmes militants abordés par Mitch Kapor. Mais celui qui le premier a insisté sur l’importance de l’architecture pour les problèmes dont je traite dans ce livre est Kevin Werbach. Il écrit dans Release 1.0 : « L’architecture est importante. Dans l’ensemble, aujourd’hui, le Net est ouvert, décentralisé et concurrentiel. Il favorise l’innovation parce qu’il offre une plate-forme polyvalente fondée sur des standards communs. [....] Mais ceux qui construisent la prochaine génération d’accès haut débit s’efforcent de transformer ce modèle ». Kevin Werbach, « The Architecture of Internet 2.0 », Release 1.0 (19 février 1999). Comme le dit François Bar, décrivant le marché de l’électronique : « La transformation la plus fondamentale de l’activité commerciale [dans le cyberespace] n’est pas d’abord une question d’efficacité, mais de structure commerciale et industrielle. C’est une question d’architecture ». François Bar, « The Construction of Marketplace Architecture », Brookings & Internet Policy Institute (2001), p. 12.

34 Lawrence Lessig, Code and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books, 1999, p. 243, note 19 (où Kapor est cité).

35 Le sens dans lequel j’utilise ici le terme « architecture » n’est pas exactement celui des spécialistes de l’informatique. Ces derniers s’en servent surtout pour parler des « caractéristiques visibles des seuls éléments qui accomplissent les instructions, c’est-à-dire le processeur d’un ordinateur », Harold Lorin, Introduction to Computer Architecture and Organization, New York, Wiley, 2e éd., 1989, p. 10 ; même sens, par analogie, avec un réseau. Le « System/360 » d’IBM est donné comme le premier ordinateur à avoir eu une « architecture ». D’après ses architectes, « le terme “architecture” désigne les attributs du système tels que le programmeur les a prévus, c’est-à-dire la structure conceptuelle et le comportement fonctionnel en tant qu’ils sont distincts de l’organisation des flux de données et des contrôles, du schéma logique et de l’implémentation physique », Carliss Y. Baldwin et Kim B. Clark, Design Rules, vol. 1, Cambridge, Mass., MIT Press, 2000, p. 215.
Je donne au terme un sens bien plus général, permettant de désigner « à la fois les protocoles d’Internet (par exemple TCP/IP) et les structures intégrées de gestion et de modalités d’emploi qui ne sont pas facilement évolutifs, du moins pas sans une action coordonnée entre de nombreux acteurs », Lawrence Lessig et Paul Resnick, « Zoning Internet Speech », Michigan Law Review 98 (1999), p. 395.

36 Network Working Group, Brian E. Carpenter, éd., « Request for Comments : 1958, Architectural Principles of the Internet », (1996), disponible sur :
http://www.ietf.org/rfc/rfc1958.txt.

37 Ibid, § 2.1.

38 Ibid.

39 Tim Berners-Lee, Weaving the Web : The Original Design and Ultimate Destiny of the World Wide Web by Its Inventar, San Francisco, HarperSanFrancisco, 1999, p. 99.

40 Sur le fond, voir Peter Cukor et Lee McKnight, « Knowledge Networks, the Internet, and Development », Fletcher Forum of World Affairs (hiver 2001), pp. 43, 46 ; George Gilder, Telecosm : How Infinite Bandwidth Will Revolutionize Our World, New York, Free Press, 2000, pp. 70-71.

41 Entretien téléphonique avec David Isenberg, 14 février 2001.

42 Du moins dans l’idéal. Voir Roger Feldman, « e2e vs General Edison OnLine », PMA OnLine Magazine, http://www.retailenergy.com/feldman/0007flmn.htm.

43 Entretien téléphonique avec David Reed.

44 - Berners-Lee, op. cit., p. 208.

45 National Research Council, op. cit., p. 138.

46 Ibid., p. 107.

47 Ibid., pp. 36-37.

48 Ibid., p. 37.

49 Douglas E. Comer, Intemetworking with TCP/IP, vol. 1, Upper Saddle River, N.J., Prentice-Hall, 4e éd., 2000, p. 691 (le HTTP est « le protocole utilisé pour transférer des documents d’un serveur à un browser », p. 713 ; le TCP et l’IP assurent ensemble la diffusion des données entre les machines sur l’Internet : « L’ensemble de la suite des protocoles est souvent désignée par “TCP/IP” parce que ce sont les deux protocoles fondamentaux ».

50 Berners-Lee, op. cit., p. 35.

51 Lire par exemple Paul E. Ceruzzi, A History of Modern Computing, Cambridge, Mass., MIT Press, 1998, pp. 301-2 (décrivant la dette de l’« inventeur » de l’hypertexte Ted Nelson à Vannevar Bush en citant Bush : « L’esprit humain [...] fonctionne par association. Avec un seul élément à sa portée, il saute instantanément sur le premier qui lui est suggéré par association d’idées, en suivant un réseau complexe de cheminements à travers les cellules du cerveau »).

52 Voir Robert M. Fano, « On the Social Role of Computer Communications », Proceedings of the IEEE [ « Institute of Electrical and Electronics Engineers »] 60 (septembre 1972), p. 1249.

53 Berners-Lee, op. cit., p. 46. Voir aussi James Gillies, How the Web Was Born : The Story of the World Wide Web, Oxford et New York, Oxford University Press, 2000 ; Mark J. Stefik and Vinton G. Cerf, eds., Internet Dreams : Archetypes, Myths, and Metaphors, Cambridge, Mass., MIT Press, 1997.

54 Ibid., p. 40 (où sont décrits Gopher et la croissance plus rapide de WAIS [ « Wide Area Information System »]).

55 5 id., pp. 72-73.

56 Ibid.

57 Ibid., p. 74.

58 Ibid., p. 99.

59 Voir Barbara Esbin, « Internet over Cable : Defining the Future in Terms of the Past », Communications Law Conspectus (hiver 1999), pp. 37, 46 (« l’ARPA [Advanced Research Projects Agency] commença à soutenir le développement de protocoles de communication pour transférer des données et du courrier électronique entre différents types de réseaux informatiques ») ; Needham J. Boddie II et. al., « A Review of Copyright and the Internet », Campbell Law Review 20 (1998), pp. 193, 196 (« le financement d’Internet vient de cinq agences fédérales, de différentes universités et États, et d’entreprises privées comme IBM et MCI »).

60 Naughton, op. cit., pp. 83-85.

61 Ibid., p. 84.

62 Voir par exemple :
http://www.asiapoint.net/insight/asia/countries/myanmar/my_spedev.htm.

63 . Entre autres restrictions, la compagnie AT & T ne fut pas autorisée à prendre pied sur le marché de l’informatique. C’est un élément très important pour comprendre la naissance d’Unix. Pour une explication détaillée et équilibrée de l’effet de ces restrictions, voir Bickerstaff, op. cit., pp. 14-17.

64 Bickerstaff, ibid., p. 25.

65 Pour en savoir plus sur l’histoire des décrets « Computer 1 et 2 » de la FCC, voir ibid., pp. 1-37 ; Huber, Kellogg, et Thorne, op. cit., §5.4.

66 National Research Council, pp. 130-31, n. 18 (le principe de la rapidité optimale comme conséquence de l’uniformité).

67 « L’être humain peut tolérer environ 250 millisecondes de temps de latence avant de le remarquer », http://www.dialogic.com/solution/Internet/4070Web.htm.

68 Ils sont décrits par Max Gaynor et al., « Theory of Service Architecture : How to Encourage Innovation of Services in Networks », 2000, p. 14 (document de travail disponible auprès de l’auteur).

69 D’ailleurs, Georges Gilder estime que l’augmentation de capacité obtenue grâce à la fibre optique fera de tout ceci une question purement académique : « Aujourd’hui sur Internet, le consensus est de dire que le QoS sera indispensable pour la téléphonie et la visiophonie. Mais avec une bande passante vraiment abondante, les systèmes QoS et leur complexité ne sont plus d’actualité », Gilder, Telecosm, p. 80. Cet argument est précisément étudié au sujet du QoS et des principes du end-to-end dans un article important de Barbara van Schewik, « The End-to-End Principle in Network Design, Its Impact on Innovation and Compétition in the Internet, and Its Future in the Network Architecture of the Next Generation Internet », septembre 2000 (document de travail disponible auprès de l’auteur). Elle différencie deux formes de QoS : les architectures de services intégrés et les architectures de services différenciés (pp. 6, 7), expliquant ensuite que les premiers pèsent plus lourd sur le end-to-end que les seconds. Elle pense qu’une solution plus générale au problème du QoS est le surdimensionnement, overprovisioning (p. 7), argument qu’elle appuie sur des preuves convaincantes de ce qui motive les fournisseurs d’accès à établir des différences entre les applications. Selon elle, le problème réduit « l’incitation des créateurs potentiels à développer de nouvelles applications », ibid., p. 7.
Barbara Van Schewick est à ma connaissance la première qui ait associé surdimensionnement, QoS et end-to-end. Je me suis beaucoup reposé sur ses analyses tout au long de ce livre. D’autres sont sceptiques face à cette solution du surdimensionnement. Ils estiment qu’il faudrait qu’on le trouve à tous les endroits du réseau pour être efficace. Or cela nécessiterait des actions coordonnées qui sont impossibles à obtenir dans le contexte d’Internet. Cette solution ne serait donc qu’un idéal qu’aucun moyen ne permet d’atteindre. Ce scepticisme est fondé, mais il suggère une autre réponse. Si le marché n’est pas disposé à choisir « spontanément » le surdimensionnement, alors que ce serait une réponse fructueuse, on a peut-être trouvé là un rôle à faire jouer par l’État. J’en dirai un peu plus long ici même (3è partie, chapitre 4).

70 Pour des exemples de technologies QoS et une discussion plus générale, voir Joe Lardieri, « Quality of Service : Which Flavor Is Right for You ? », Telecommunications (août 1999), p. 53 ; Dave Kosiur, « Directing Traffic with a Touch of Class », PC Week (23 mars 1998), p. 91 ; David B. Miller, « Quality of Service : Directing Data Through the Network », ENT (6 octobre 1999), p. 22.

71 Voir Gilder, Telecosm, pp. 158-64.

72 L’évolution décisive pour permettre à ce réseau « fibre » d’atteindre ce niveau de capacité est le développement des technologies de routage optique. Les encombrements du réseau sont dus à la relative lenteur des connexions électroniques. Pour une initiation à cette question, voir « The Ultimate Optical Network » Scientific American (Spécial Report), 284 (janvier 2001), p. 80.

73 Voir par exemple les critiques de Bill Frezza, « Telecosmic Punditry : The World Through Gilder-Colored Glasses », Internet Week (4 décembre 2000), p. 47 ; de Rob Walker, « The Gildercosm », Slate Magazine (11 septembre 2000), disponible sur http://slate.msn.com (Gilder va « à l’encontre de la doxa commune selon laquelle la pénurie de bande passante est un problème » ; de Julian Dibbell, « From Here to Infinity », Village Voice (5 septembre 2000), p. 65 (« il faut une profonde paresse intellectuelle, ou une foi à déplacer les montagnes pour continuer à proférer des opinions aussi béatement optimistes »). Pour une analyse plus favorable, voir par exemple Blair Levin, « Review, Telecosm : How Infinite Bandwidth Will Revolutionize Our World », Washington Monthly (1er septembre 2000), p. 54.

74 Dollar delta : dans le vocabulaire de la gestion financière, calcul d’un profit lié à l’investissement d’une valeur donnée. NdT.

75 Courriel de Timothy Wu à Lawrence Lessig, 16 février 2001.

76 Cette affirmation repose sur la présupposition selon laquelle la valeur de l’activité sur le réseau est plus élevée que celle de l’activité téléphonique qu’elle remplace. Cette présupposition s’attache à la valeur pour la société, et n’a donc que peu de rapport avec le coût réel.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search