Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

De quelques modalités linguistiques de la textualisation

Donc ou alors ?

L’impact des appareils formels, des patrons et de la généricité dans le choix des marqueurs de consécution

Claire Badiou-Monferran

Texte intégral

  • 1 Voir parmi d’autres le collectif de 2005 dirigé par Jean-Michel Adam et Ute Heidmann sur les « sci (...)
  • 2 Voir entre autres Badiou-Monferran, 2011 ; à paraître ; Badiou-Monferran & Buchi, 2012.

1L’œuvre de Jean-Michel Adam a relancé, renouvelé, refondé le dialogue des sciences du texte1. Il n’est que justice de rendre au penseur de la textualité ce qu’il nous a prêté. Pour ma part, je voudrais montrer en quoi certains concepts issus de diverses branches des sciences du texte – ceux d’appareil formel, de patron stylistique et de généricité – nourrissent la réflexion linguistique que je conduis depuis plusieurs années, en diachronie comme en synchronie, sur les marqueurs d’inférence : donc, alors, partant, par conséquent (et quelques autres)2. Lesdits concepts n’ont pas tous été élaborés ni exploités par Jean-Michel Adam, à qui il revient, principalement, d’avoir défini et outillé la notion de généricité. Mais pour autant, les chercheurs – collègues et amis – qui se réclament des appareils formels et des patrons n’ont de cesse d’inscrire leur réflexion dans la continuité de celle du fondateur de l’analyse textuelle :

La théorie des appareils formels vient ici compléter les conclusions de la linguistique textuelle. Tout comme cette dernière a montré que les énoncés tendaient à s’organiser selon des modèles séquentiels prévisibles, la première met en évidence que les régimes textuels appellent en eux-mêmes la présence de certains tours syntaxiques ou exigent l’absence de tels autres. (Philippe, 2008, p. 31)

2Dialoguer (aussi) avec eux constitue donc un apport supplémentaire à la théorie du texte et des genres de discours dont nous héritons, via les travaux de Jean-Michel. Dans le cadre de cette contribution, je m’intéresserai à la manière dont la pseudo-synonymie – du moins en français moderne et contemporain – des deux marqueurs de consécution donc et alors est susceptible d’être confortée et / ou levée – donc, travaillée – par les trois notions parentes d’appareil formel, de patron et de généricité.

MARQUEURS DE CONSÉCUTION ET APPAREILS FORMELS

3Dans la foulée des travaux d’Émile Benveniste (1974 b) sur « l’appareil formel de l’énonciation », Gilles Philippe décrit les appareils formels comme des « ensemble[s] de faits langagiers co-orientés », « définitoires de certains types de textes », et participant par là même à la construction du sens (Philippe, 2008, p. 29). Dans leurs emplois consécutifs, donc et alors sont susceptibles d’appartenir (en corrélation avec d’autres marques) à deux types d’appareils formels : celui des « séquences argumentatives » (Adam, 2011, p. 129) et celui des « séquences explicatives » (ibid., p. 157).

4Dans le premier cas, c’est-à-dire en séquence argumentative, leur tâche consiste à signaler le point de passage entre le temps de « l’étayage des propositions » (ibid., p. 115 sq.) et celui de la « conclusion » (ibid., p. 118) : Il a plu. Donc / Alors l’herbe a poussé. Les deux marqueurs de consécution articulent un fait avéré dans l’expérience du sujet parlant à sa conséquence effective ou probable, et les linguistes désignent ce parcours sous le nom de « cheminement causal ordinaire » (Rossari, 2000). Dans le second cas, c’est-à-dire, en séquence explicative – comme dans : L’herbe a poussé. Donc / Alors il a plu –, donc et alors conjoignent une conséquence avérée dans l’expérience du sujet parlant à son explication probable. Ils marquent un cheminement causal désigné dans la littérature sous le nom de « cheminement causal abductif ou inférentiel » (ibid.).

5Dans ces deux configurations, leur simple occurrence marque l’appartenance du texte les accueillant au type raisonnement. Mais que le raisonnement soit « progressif » (Adam, 1997, p. 115) comme dans le premier cas, ou « régressif » (ibid.) comme dans le second, la notion d’appareil formel (argumentatif ou explicatif) n’est pas suffisante pour dissimiler, au sein de chacune des deux configurations (progressive ou régressive), les fonctionnements respectifs de donc et alors. Les études qui s’y tiennent sans mobiliser conjointement les paramètres du patron, du genre discursif et / ou du registre, voire de la généricité, sont de facto contraintes de considérer donc et alors comme de purs synonymes. Corinne Rossari (2000) décrit ainsi le fonctionnement des deux marqueurs de manière identique, même si elle identifie par ailleurs des configurations syntaxiques beaucoup plus accueillantes pour alors que pour donc (Jayez & Rossari, 1999 ; 2000), en l’occurrence la suite : si X, alors / *donc Y. L’ouvrage de 2000, Connecteurs et relations de discours, ne donne pas suite aux études contrastives des articles de 1999 et 2000, et rapporte indifféremment la description de donc et alors au même format, celui de marqueurs consécutifs : (i) susceptibles d’articuler tout à la fois un cheminement causal ordinaire (séquence argumentative) ou abductif (séquence explicative) ; (ii) et ne supportant pas l’accommodation, c’est-à-dire « la transformation d’un état dans un autre », notamment la transformation « d’états non effectifs et non stabilisés » en un « état stable et effectif » (Rossari, 2000, p. 114). Ce qui, concrètement, revient à dire que donc et alors consécutifs n’acceptent ni les questions à gauche (*Est-ce que tu as acheté le journal ? Donc / Alors ça m’évitera de l’acheter), ni les injonctions à gauche (*Prends ta voiture ! Donc / Alors je n’aurai pas besoin de prendre la mienne), du moins lorsque le terme de droite est une assertion.

6L’apport de ces descriptions est considérable. Mais si elles permettent d’associer le fonctionnement de donc et alors à ceux des appareils formels du raisonnement (argumentatif ou explicatif), elles n’expliquent pas pour autant les divergences de fonctionnement des deux marqueurs (leur place respective dans l’énoncé d’accueil ; leur possibilité / impossibilité de combinaison avec d’autres morphèmes comme et, notamment ; ou encore la possibilité / impossibilité de leur commutation).

7L’élargissement de la notion d’appareil formel à celle de patron stylistique contribue-t-il à une meilleure intelligibilité du fonctionnement des morphèmes consécutifs en question ?

MARQUEURS CONSÉCUTIFS ET PATRONS STYLISTIQUES

8À la suite de l’article écrit avec Dominique Maingueneau (2002), Gilles Philippe rappelle que « dans l’histoire des formes littéraires, certains faisceaux de formes tendent [...] à se stabiliser, puis à se figer et donc se désémantiser, du moins partiellement », et il propose « d’appeler “patrons” le résultat d’un tel processus » (Philippe, 2008, p. 31) :

L’apparition de ces patrons est moins exigée par les nécessités expressives de tel ou tel régime discursif que par une forme de conventionnement dans l’imaginaire langagier d’une époque : [...] les appareils formels regroupent [ainsi] des faits langagiers sémantiquement congruents, tandis que les patrons regroupent des faits langagiers sémiotiquement congruents. (ibid.)

  • 3 Emmanuel Carrère, La Classe de neige, Paris, P.O.L, 1995 ; Jean Échenoz, Un an, Paris, Éditions de (...)
  • 4 Jacques Roubaud, Mathématique : récit, Paris, Éditions du Seuil, 1997 ; Jean-Bertrand Pontalis, Fe (...)

9Or, s’agissant de donc et alors consécutifs, la notion de patron est particulièrement opératoire pour penser la position desdits morphèmes dans leur énoncé d’accueil. Les analyses statistiques que j’ai conduites sur un corpus de français contemporain empruntant aux deux genres du roman3 et de l’essai4 montrent que si donc et alors consécutifs sont susceptibles d’occuper une place initiale, médiane ou finale dans leur énoncé d’accueil, on trouve majoritairement donc en position médiane (68 % du total des 104 occurrences) ou initiale (29 %), et alors en position initiale (88 % du total des 41 occurrences) ou médiane (7,5 %). Pour les deux marqueurs consécutifs, c’est donc la place finale qui s’impose comme la place la moins représentée (3 % seulement des occurrences de donc consécutif ; 4,5 % seulement de celles de alors consécutif) et, partant, comme la place la plus marquée. Les enchaînements en X, Y donc / alors de mon corpus se réduisent aux cinq occurrences suivantes :

X, Y donc

  • 5 Jacques Roubaud, Mathématique : récit, op. cit., p. 105.

Le Projet était aussi (était avant tout) un Projet de poésie ; la même question se pose donc : quelle poésie5 ?

  • 6 Pierre Guyotat, Formation, op. cit., p. 233.

elle en a de la peine et s’inquiète de ce qu’en dira mon père mais me laisse libre puisque j’ai pu affirmer ma décision : la mûrir, donc, et assumer ici un tel refus de Dieu6.

  • 7 Philippe Lejeune, Signes de vie. Le pacte autobiographique 2, op. cit., p. 93.

les auteurs de journaux [intimes], dans le texte imprimé que nous avons sous les yeux, commentent souvent leur pratique, si bien que nous croyons avoir traversé le livre pour rejoindre le cahier. [...] On le peut donc [étudier la pratique du journal à partir de livres], et c’est une première étape indispensable pour élaborer une connaissance de base7.

X, Y alors

  • 8 Christine Angot, Rendez-vous, op. cit., p. 103.

Oui je sais tu es fatiguée. Va dormir alors8.

  • 9 Ibid., p. 373. Ici l’interrogation en contexte gauche n’est possible que parce qu’il s’agit d’une (...)

C’était tout ce que tu voulais ? Tu es sûr ? Tu vas être exaucé alors9.

10Or, à l’évidence, tous ces énoncés recourent à un patron d’oralité, marqué par la reformulation (« était aussi (était avant tout) »), l’ellipse (« mais [elle] me laisse libre » ; « Tu es sûr [de cela] »), l’anaphore mémorielle (« On le [étudier la pratique du journal à partir de livres] peut donc »), le parasitage de propositions incidentes incomplètes (« Oui je sais »). Dans le cadre qui est le leur, celui d’une prose écrite ressortissant aux genres conventionnés du roman et de l’essai, ces conglomérats de faits langagiers relèvent d’une pratique concertée, visant à reproduire la spontanéité du discours oral. Le déplacement sur la droite des connecteurs consécutifs donc et alors va dans le même sens : il se fait l’adjuvant d’un patron qui, hiérarchisant le niveau propositionnel et le niveau textuel, livre d’emblée, en vrac, des contenus informationnels, puis donne seulement ensuite les éléments (en l’occurrence les marqueurs de consécution) permettant leur mise en relation.

11Si la notion de patron (en l’occurrence, le patron de l’oral représenté) éclaire – du moins partiellement – le jeu des places de donc et alors, elle n’explique pas pour autant pourquoi, dans ledit corpus d’écrits contemporains, donc consécutif est surreprésenté par rapport à son synonyme alors (104 occurrences de donc, dont 88 en enchaînement causal ordinaire et 16 en enchaînement causal abductif, contre 41 de alors, toutes en enchaînement causal ordinaire). La linguiste diachronicienne que je suis se refuse à imputer cette disproportion à une cause historique. En d’autres termes, elle récuse l’hypothèse selon laquelle la faible implantation d’alors dans le corpus de référence serait liée au stade de grammaticalisation du marqueur, supposé être moins avancé que pour donc. Si, de fait, la grammaticalisation de donc est chronologiquement antérieure, de plusieurs siècles, à celle de alors, cette dernière, qui s’effectue dans ses dernières étapes entre le xviiie et le xixe siècle, est achevée à la fin du xixe siècle (Badiou-Monferran, à paraître). La médiocre représentation du morphème consécutif alors dans le corpus de référence (alors marque 32 % seulement du total des enchaînements causaux ordinaires signalés par donc ou alors, et 0 % du total des enchaînements causaux abductifs, systématiquement indexés par donc) doit s’expliquer autrement. Et c’est là que le concept de généricité mis en place par Jean-Michel Adam en lieu et place des notions de genre de discours et de registre peut venir aider, non pas seulement les stylisticiens, mais également les linguistes.

MARQUEURS CONSÉCUTIFS ET GÉNÉRICITÉ

  • 10 Forte polémicité avec alors et, à l’inverse, grande consensualité avec donc.

12Selon mes observations, la sélection de donc ou de alors a partie liée avec la plus ou moins grande polémicité du raisonnement auquel ces marqueurs participent10. Or, pour caractériser le polémique, les catégories de registre et de genre de discours présentent des écueils que la notion de généricité permet, pour sa part, de contourner.

13Dans un collectif récent consacré aux registres littéraires, Dominique Maingueneau (2008) montre bien que le polémique excède très largement la catégorie de registre. Si tant est que, à la suite d’Alain Viala (2001), on définisse cette dernière comme la somme des traits de détermination langagière appelés par une position émotive – en l’occurrence, les manifestations de violence verbale appelées par une position de disqualification –, alors le « registre polémique » ne recouvre que la « dimension énonciativo-pragmatique » de la polémicité (Maingueneau, 2008, p. 112), sans prendre en charge sa « dimension socio-générique » (ibid., p. 115), ni sa « dimension sémantique » (ibid., p. 117). La catégorie du registre est, somme toute, trop étroite. Celle de genre de discours n’est pas plus adéquate. Tout le collectif de 2008 mentionné ci-dessus s’emploie à penser « la “déliaison” historique des genres et des registres » (Gaudin-Bordes & Salvan, 2008, p. 14), et en l’occurrence, la contribution de Dominique Maingueneau montre bien comment le polémique s’est, du moins initialement, très largement exercé en dehors du genre de la controverse.

14Le concept de généricité théorisé par Jean-Michel Adam permet d’assouplir ce cadre. Tout en reconnaissant « l’importance des genres de discours » (Adam & Heidmann, 2009, p. 9), Jean-Michel Adam résume « sa position théorique et méthodologique sur l’étude des genres » « par une suite de six propositions qui, sans être hiérarchiquement ordonnées, représentent six raisons de dépasser le concept trop statique de genre au profit de celui de généricité » (ibid., p. 11) :

  • « Tout texte participe d’un ou de plusieurs genres » ;
  • « Les genres sont aussi divers que les pratiques discursives » ;
  • « Les genres sont des pratiques normées, cognitivement et socialement indispensables » ;
  • « Les genres sont des catégories dynamiques en variation » ;
  • « Les genres n’existent qu’au sein d’un système de genres » ;
  • « La généricité engage tous les niveaux textuels et transtextuels » (ibid., p. 11-23).

15À définir, en s’inspirant de Jean-Michel Adam, le polémique comme une forme de généricité transgénérique, c’est-à-dire, susceptible d’advenir à l’intérieur de tous les genres de discours, on est mieux à même de décrire l’opposition entre donc et alors. Si l’on regarde sous cet angle les exemples figurant dans le corpus de référence, ou encore dans la littérature consacrée aux marqueurs de consécution (notamment Rossari, 2000 ; mais aussi Hybertie, 1996), il apparaît que les configurations énonciatives favorables à une spécification de la relation causale par alors sont beaucoup plus marquées (du point de vue de la polémicité) que celles accueillant donc. Soit en effet les enchaînements prototypiques donnés par Charlotte Hybertie :

16– dans le cadre d’un cheminement causal ordinaire (séquence argumentative) :

Il est parti depuis longtemps, donc le jardin est plein de mauvaises herbes. (Hybertie, 1996, p. 3)

Pierre est toujours en retard, alors j’arriverai une demi-heure plus tard. (ibid., p. 26)

J’étais pressée, alors j’ai pris le passage interdit. (ibid., p. 29)

17– dans le cadre d’un cheminement causal abductif ou inférentiel (séquence explicative) :

Le jardin est plein de mauvaises herbes, donc il est parti depuis longtemps. (ibid., p. 3)

— Les volets sont fermés. — Alors, ils sont partis. (ibid., p. 32)

Les volets sont fermés alors ils sont partis. (ibid.)

  • 11 La valeur fondamentale de donc, héritée de l’étymon latin dunc, lui-même issu de la particule temp (...)
  • 12 Selon Hybertie, le propre de alors est d’indiquer une reprise (d’où sa valeur anaphorique) tout en (...)

18Dans tous les exemples de cheminement causal ordinaire, le contexte d’apparition de donc est constatif, celui d’alors est polémique. De fait, dans les enchaînements articulés par alors, Y présente un événement politiquement incorrect, dont X constitue moins la cause que la circonstance atténuante. Dans les séquences articulées par donc en revanche, Y, axiologiquement neutre, s’origine dans X qui en constitue la cause objective. Autrement dit, la relation posée par donc est démonstrative, celle spécifiée par alors est justificative. Parce qu’il est consensuel11, le lien consécutif posé par donc est énonciativement peu coûteux : il est susceptible d’être pris en charge par tous. Parce qu’il n’est pas consensuel12, le lien causal posé par alors est plus fragile et énonciativement plus coûteux : sa prise en charge engage l’énonciateur.

  • 13 Les enchaînements causaux inversés marqués par alors supposent tous de facto un décrochage énoncia (...)

19Dans les exemples de cheminement causal inversé (abductif ou inférentiel), l’enchaînement réalisé par donc est énonciativement unifié. Celui réalisé par alors suppose un décrochage énonciatif, en contexte dialogal comme en contexte monologal13. À preuve la possibilité de remplacer donc par et donc, et l’impossibilité de ladite commutation pour alors :

  • 14 En enchaînement causal ordinaire, la suite et alors est en revanche grammaticale : Il est parti de (...)

Le jardin est plein de mauvaises herbes, et donc il est parti depuis longtemps.
*— Le jardin est plein de mauvaises herbes. — Et alors, il est parti depuis longtemps14.

20C’est que et assure un lissage énonciatif incompatible avec ledit décrochage. En revanche, mais est possible avec alors, et impossible avec donc :

*Le jardin est plein de mauvaises herbes, mais donc il est parti depuis longtemps
— Le jardin est plein de mauvaises herbes. — Mais alors, il est parti depuis longtemps.

  • 15 Ce corpus comprend tous les pamphlets de la base Frantext (dans son état de 2010). Voir à ce sujet (...)

21Qu’il spécifie le cheminement causal inversé ou le cheminement causal ordinaire, alors consécutif apparaît ainsi dans des contextes oppositifs, énonciativement marqués, énonciativement tendus, qui vont, dans le cas du cheminement causal inversé, jusqu’à marquer la polémicité de l’enchaînement par un changement d’énonciateur. Partant, on comprend qu’il soit relativement mieux implanté dans le genre de discours pamphlet, que dans le corpus de romans et d’essais de référence. Les occurrences du corpus pamphlétaire que j’ai par ailleurs étudié15 illustrent exemplairement l’effet de polémicité associée aux séquences consécutives articulées par alors. Je m’en tiendrai aux trois enchaînements suivants, tous empruntés à Histoire d’un crime de Victor Hugo :

22– enchaînement causal ordinaire (séquence argumentative) de faits :

  • 16 Victor Hugo, Histoire d’un crime, 2 vol., Paris, Calmann Lévy, 1877-1878, vol. 2, p. 502.

Il insista.
— Savez-vous ce qu’on dit déjà ?
— Quoi ?
— On dit que vous êtes irrité contre lui parce qu’il vous a refusé d’être ministre.
— Vous savez, vous...
— Je sais que c’est le contraire. C’est lui qui vous l’a demandé, et c’est vous qui l’avez refusé.
— Eh bien, alors...
— On mentira.
— Qu’importe16 !

23– enchaînement causal ordinaire (séquence argumentative) d’énonciations :

  • 17 Ibid., p. 503.

— Plutôt mourir. Quitter la vie, ce n’est rien, mais quitter la patrie...
— Hélas ! dis-je, c’est tout.
— Eh bien, alors, pourquoi accepter l’exil, pouvant l’éviter ? Que mettez-vous donc au-dessus de la patrie ?
— La conscience17.

24– enchaînement causal inversé, abductif ou inférentiel (séquence explicative) :

  • 18 Victor Hugo, Histoire d’un crime, op. cit., vol. 1, p. 40.

Le sieur Hubaut jeune réveilla le général Bedeau. — Général, vous êtes prisonnier. — Je suis inviolable. — Hors le cas de flagrant délit. — Alors, dit Bedeau, flagrant délit de sommeil. — On le prit au collet et on le traîna dans un fiacre18.

  • 19 Ibid., p. 103.

25On observera que l’enchaînement sur les faits est récusé par le co-énonciateur, qui l’interrompt ; que l’enchaînement des énonciations manifeste, par la forme interrogative de Y, l’incompréhension de l’interlocuteur vis-à-vis des positions idéologiques du locuteur ; que, dans le dernier exemple, l’inférence effectuée par le second énonciateur à partir des propos du premier relève du trait impertinent, du mot insolent, non de la preuve par induction, dans la mesure où, en déplaçant le discours judiciaire de l’énonciateur 1 dans un contexte ludique, elle attente à la face positive dudit énonciateur. Dans ces trois exemples, l’effet de dissonance, de désaccord, n’est pas lié au genre de discours, c’est-à-dire au genre pamphlet. Il est bel et bien attaché à l’effet de polémicité dont participe alors. Qu’on en juge en comparant ces énoncés avec le suivant, lui aussi extrait de l’Histoire d’un crime : « La sténographie reproduit tout, excepté la vie. Le sténographe est une oreille, il entend et ne voit pas. Il est donc nécessaire de combler ici les lacunes inévitables du compte rendu sténographique19. » Donc apparaît dans un enchaînement non polémique, relevant de l’enchaînement causal ordinaire, et dont il spécifie la valeur en en accusant le caractère éminemment consensuel.

  • 20 Corinne Rossari ne traite pas, dans cette contribution, de l’opposition de alors et de donc, mais (...)

26À mobiliser le concept de généricité élaboré par Jean-Michel Adam, et à le confronter, le cas échéant, avec celui de genre de discours, l’étude contrastive de alors et de donc fait ainsi apparaître, dans le format des deux connecteurs, un nouveau paramètre, de type générico-énonciatif, que la littérature (notamment Rossari, 2000) n’a pas retenu jusqu’ici, ou a (à tort selon mes observations diachroniques) interprété comme une variable liée non à une différence de nature, mais à une différence de degré de grammaticalisation (Rossari, 199820) :

« DONC, POUR CONCLURE21 » : MARQUEURS DE CONSÉCUTION ET PO(I)ÉTICITÉ

  • 21 Ce titre, qui reprend l’intitulé d’une contribution de Henning Nølke et Michel Olsen (2000), fait (...)

27Pour conclure, dans la foulée du numéro 33 de Semen consacré aux « notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire » et co-dirigé par Jean-Michel Adam et Chloé Laplantine, je souhaiterais m’interroger sur la portée po(i) étique de l’opposition entre donc et alors dans l’œuvre de Charles Baudelaire et dans celle de Victor Hugo. Jean-Michel Adam écrit :

C’est précisément parce que sa poétique présente un « problème » que Baudelaire intéresse autant Benveniste : « Nombreux sont les aveux des critiques : on ne sait que dire de ce discours, que rien ne distingue de tout autre. On ne voit pas comment c’est fait. Il semble que Baudelaire à ce point ne se distingue pas d’Hugo. Rien que de traditionnel chez lui. Même Bonnefoy fait cette constatation décevante et découragée » (fo 323). C’est ce défi qui fascine Benveniste : « J’ai longtemps partagé ce sentiment. Ce qui néanmoins m’a retenu de désespérer et d’abandonner a été la conviction qu’il devait y avoir quelque chose de particulier, et même d’unique dans ce discours » (fo 323). (Adam, 2012, p. 33)

28Or, si c’est bien ce « quelque chose de particulier », « d’unique », que Jean-Michel Adam et Ute Heidmann, pour un auteur comme Charles Perrault, sont parvenus à mettre au jour dans leur ouvrage de 2010 sur les contes en vers et en prose, qu’en est-il des particularités de la langue poétique de Baudelaire par rapport à celle de Hugo ? Parmi d’autres traits de détermination langagière, je souhaiterais évoquer l’usage spécifique fait par ces deux poètes des marqueurs de consécution.

  • 22 J’ai parcouru tous les textes de poésie versifiée d’Hugo, de 1840 à 1860, compris dans la base Fra (...)

29Selon les notes manuscrites de Benveniste telles que Jean-Michel Adam nous les donne à lire, Baudelaire, après Hugo, constitue le dernier poète « à tenir un véritable discours. Après lui, cette notion s’abolit dans la tendance Mallarmé – vers l’évanouissement profond de tout message et de l’organisation syntaxique du discours » (fo 113 ; cité par Adam, 2012, p. 34). Pour autant, dans Les Fleurs du mal, les périodes argumentatives et / ou explicatives articulées par donc et alors sont quantitativement bien moindres que dans la poésie hugolienne. Mes comptages (effectués à partir des occurrences de Frantext, mais que je ne reprendrai pas ici, afin d’alléger la démonstration22) montrent bien que si, pour Baudelaire, « le discours prosaïque est le discours de la pensée, de la démonstration ou du raisonnement » (fo 338 ; ibid., p. 32-33), en revanche, « le poème entier a pour fin de maintenir ou de renouveler une certaine émotion, non de faire progresser une argumentation » (fo 210 ; ibid., p. 37). D’un poète à l’autre, cette première divergence, tout à la fois quantitative et qualitative, en recouvre d’autres : parmi elles, le fait que le Baudelaire des Fleurs du mal – les rares fois où il recourt aux enchaînements consécutifs – est presque toujours le poète du donc, et Hugo très massivement celui du alors. Sans entrer dans le détail des exceptions (qui, comme on va le voir plus bas pour l’une d’entre elles, n’en sont pas vraiment), on comparera ces deux extraits :

Ô sombre mer, que me veux-tu ?
Tu n’y peux rien ! Ronge tes digues,
Épands l’onde que tu prodigues,
Laisse-moi souffrir et rêver
 ; Toutes les eaux de ton abîme,
Hélas ! passeraient sur ce crime,
Ô vaste mer, sans le laver !
Je comprends, tu veux m’en distraire ;
Tu me dis : — Calme-toi, mon frère,
Calme-toi, penseur orageux ! —
— Mais toi-même alors, mer profonde,
Calme ton flot puissant qui gronde,
toujours amer, jamais fangeux !
(Victor Hugo, « Nox VII »,
Les Châtiments, 1853)

Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl.
[...]
— Me voilà libre et solitaire !
Je serai ce soir ivre mort ;
Alors, sans peur et sans remord,
Je me coucherai sur la terre,
Et je dormirai comme un chien !
(Charles Baudelaire, « Le Vin
de l’assassin », Les Fleurs du mal,
[1857] 1861)

30Dans la poésie hugolienne, avec alors consécutif, l’énonciateur prend en charge l’enchaînement argumentatif sans chercher à en partager la responsabilité avec le co-énonciateur. La polémicité du tour est en outre accrue par le changement du tour de parole, distinguant deux voix parallèles, par la présence du connecteur « Mais » opposant l’énonciation du poète à celle de la mer et donnant celle-là comme argumentativement plus forte que celle-ci, par le jeu des modalités injonctives, des structures de chiasme (« Calme-toi, penseur orageux » vs « mer profonde,/ Calme ton flot ») ou encore des rimes embrassées (« orageux » vs « jamais fangeux »), manifestant un processus de surenchère argumentative imputable au seul poète exilé.

  • 23 Sauf erreur, cette occurrence constitue l’unique occurrence (pseudo) consécutive de alors dans tou (...)

31À l’inverse, dans Les Fleurs du mal, via un donc consécutif, le lien de cause à conséquence entre la liberté conquise par la mort du conjoint et la débauche de l’ivresse est donné comme consensuel, c’est-à-dire posé et admis comme tel par la co-énonciation. Pour être politiquement incorrect, il n’en est pas moins logiquement motivé par le fait que l’absence de contrainte facilite les débordements. Avec donc qui, du moins étymologiquement, postule la concomitance des états de choses corrélés, en l’occurrence la concomitance de la liberté et de la dépravation, la polémicité sous-jacente de l’argumentation disparaît au bénéfice d’un accord sur la majeure (autrement dit, sur l’axiome selon lequel il est plus facile de boire quand personne ne nous en empêche). En recourant formellement à un enthymème (syllogisme tronqué, logiquement imparable), la poésie baudelairienne estompe tout ce que ses assertions comportent de paradoxal et de moralement condamnable. Elle contraint la co-énonciation à admettre ses raisonnements comme universellement recevables. Il s’agit là, à l’évidence, d’un coup de force porté par le choix du marqueur de consécution. Le alors final (« Alors, sans peur et sans remord,/ Je me coucherai sur la terre23 ») ne modifie guère la perspective d’ensemble portée par le donc initial du poème. Alors apparaît ici dans ce que les linguistes diachroniciens nomment volontiers un contexte de transition, c’est-à-dire un contexte ambigu où sa valeur consécutive entre en concurrence avec une autre valeur, de type temporel. Bref, le marqueur est tout autant paraphrasable par à ce moment-là que par en conséquence ; il peut être coordonné au circonstant suivant (« Alors [et] sans peur et sans remord ») ; il peut être spécifié par l’adverbe seulement, qui accuse sa valeur contingente et circonstancielle (« Je serai ce soir ivre mort ;/ Alors [seulement] sans peur et sans remord,/ Je me coucherai sur la terre ») ; enfin, il peut faire l’objet d’un clivage (« [C’est] alors [que] sans peur et sans remord,/ Je me coucherai sur la terre »). Autrement dit, la relation causale s’efface devant celle de successivité temporelle, et par voie de conséquence, la polémicité propre au marqueur de conséquence devient inopérante.

32En définitive, si, comme le suggère Nølke – et à sa suite Jean-Michel Adam (2002, p. 63) qui, très tôt, en cite et en exploite le propos –, « l’auteur met son âme dans les connecteurs » (Nølke, 2001, vol. 2, p. 59), s’esquissent, de Hugo à Baudelaire, deux postures auctoriales et deux poétiques parfaitement distinctes : celle d’un poète du alors, d’un poète exilé et vindicatif, assumant la marginalité de ses raisonneuses diatribes ; et celle d’un poète du donc, d’un poète désireux de garantir, même (et surtout) au prix d’un coup de force linguistique, la consensualité de ses « paradis artificiels » – bref, de moraliser formellement l’immoralité de ses poèmes. Deux manières « uniques[s] » et « particuli[ères] », somme toute, de se positionner dans l’univers. Ou, pour le dire encore avec les mots de Benveniste, deux façons de « faire parler l’émotion », de « dénonc[er] » cette dernière « sans la décrire » (fo 287 ; cité par Adam, 2012, p. 36).

  • 24 Selon les mots de Benveniste (1974 a, p. 66) si souvent commentés par Jean-Michel Adam.

33On l’aura compris : la référence à Benveniste est un hommage à Jean-Michel Adam, qui nous le donne si bien à lire et à comprendre. La « translinguistique des textes, des œuvres24 » de Jean-Michel Adam est au demeurant bien plus qu’une théorie du texte et des genres de discours : c’est, pour tous les linguistes acquis à la thèse du style dans la langue, une voie (voix ?) d’accès à la po(i)étique « des textes, des œuvres ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1997, Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Adam Jean-Michel, 2002, « Textualité et polyphonie. Analyse textuelle d’une préface de Perrault », Polyphonie – linguistique et littéraire, no 5, p. 39-83.

Adam Jean-Michel, [1992] 2011, Les Textes : types et prototypes, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel, 2012, « Les problèmes du discours poétique selon Benveniste. Un parcours de lecture », Semen, no 33, dossier « Les notes manuscrites de Benveniste sur la langue de Baudelaire », Jean-Michel Adam et Chloé Laplantine (dir.), p. 25-54.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2005, « Sciences du texte en dialogue. Analyse de discours et interdisciplinarité », Études de lettres, no 1, dossier « Sciences du texte et analyse de discours », Jean-Michel Adam et Ute Heidmann (dir.), p. 7-17.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2009, Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2010, Textualité et intertextualité des contes, Paris, Classiques Garnier.

Badiou-Monferran Claire, 2011, « Mais où est donc passé doncque(s) ? “Déflexivité” d’un marqueur et grammaticalisation d’une relation de cohérence », L’Information grammaticale, no 130, p. 5-10.

Badiou-Monferran Claire, à paraître, Les Marqueurs d’inférence en français moderne ( xvie-xxie siècles). « Donc », « alors », « partant », « par conséquent » et quelques autres, Paris, Honoré Champion.

Badiou-Monferran Claire & Buchi Eva, 2012, « Plaidoyer pour la désolidarisation des notions de pragmaticalisation et de grammaticalisation », Actes du colloque du IIIe congrès mondial de linguistique française, article disponible sur Internet : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/72/72/83/PDF/Badiou-Monferran-Buchi-2012.pdf (octobre 2013).

Benveniste Émile, [1969] 1974 a, « Sémiologie de la langue », Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, p. 43-66.

Benveniste Émile, [1970] 1974 b, « L’appareil formel de l’énonciation », Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard, p. 79-88.

Gaudin-Bordes Lucile & Salvan Geneviève, 2008, « Pourquoi les registres ? », dans Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan (dir.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant, p. 11-26.

Hybertie Charlotte, 1996, La Conséquence en français, Paris, Ophrys.

Jayez Jacques & Rossari Corinne, 1999, « Pragmatic Connectives as Predicates. The Case of Inferential Connectives », dans Patrick Saint-Dizier (dir.), Predicative Forms in Natural Language and Lexical Knowledge Bases, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, p. 285-319.

Jayez Jacques & Rossari Corinne, 2000, « The Semantic or Pragmatic Connectives. The French donc Example », dans Anne Abeillé et Owen Rambow (dir.), Tree Adjoining Grammars : Formalism, Implementation and Linguistic Analysis, Standford, CSLI Publications, p. 249-269.

Maingueneau Dominique, 2008, « Les trois dimensions du polémique », dans Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan (dir.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain-La-Neuve, Academia-Bruylant, p. 109-120.

Maingueneau Dominique & Philippe Gilles, 2002, « Les conditions d’exercice du discours littéraire », dans Eddy Roulet et Marcel Burger (dir.), Les Modèles du discours au défi d’un dialogue romanesque, Nancy, Presses universitaires de Nancy, p. 351-377.

Nølke Henning, 2001, « La polyphonie : analyses littéraires et linguistiques », Le Regard du locuteur. Pour une linguistique des traces énonciatives, 2 vol., Paris, Kimé, vol. 2, p. 59-73.

Nølke Henning & Olsen Michel, 2000, « Donc, pour conclure. Polyphonie et style indirect libre. Analyse littéraire et linguistique », Actes du XIVe congrès des romanistes scandinaves, Stockholm, Almquist & Wiksell International, CD-Rom.

Philippe Gilles, 2008, « Registres, appareils formels et patrons », dans Lucile Gaudin-Bordes et Geneviève Salvan (dir.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 27-38.

Rossari Corinne, 1998, « Analyse contrastive, grammaticalisation et sémantique des connecteurs », Travaux de linguistique, no 36, p. 115-126.

Rossari Corinne, 2000, Connecteurs et relations de discours : des liens entre cognition et signification, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Viala Alain, 2001, « Des “registres” », Pratiques, no 109-110, p. 165-177.

Notes

1 Voir parmi d’autres le collectif de 2005 dirigé par Jean-Michel Adam et Ute Heidmann sur les « sciences du texte en dialogue ».

2 Voir entre autres Badiou-Monferran, 2011 ; à paraître ; Badiou-Monferran & Buchi, 2012.

3 Emmanuel Carrère, La Classe de neige, Paris, P.O.L, 1995 ; Jean Échenoz, Un an, Paris, Éditions de Minuit, 1997 ; Christine Angot, Rendez-vous, Paris, Flammarion, 2006 ; Pierre Guyotat, Formation, Paris, Gallimard, 2007.

4 Jacques Roubaud, Mathématique : récit, Paris, Éditions du Seuil, 1997 ; Jean-Bertrand Pontalis, Fenêtres, Paris, Gallimard, 2000 ; Philippe Lejeune, Signes de vie. Le pacte autobiographique 2, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

5 Jacques Roubaud, Mathématique : récit, op. cit., p. 105.

6 Pierre Guyotat, Formation, op. cit., p. 233.

7 Philippe Lejeune, Signes de vie. Le pacte autobiographique 2, op. cit., p. 93.

8 Christine Angot, Rendez-vous, op. cit., p. 103.

9 Ibid., p. 373. Ici l’interrogation en contexte gauche n’est possible que parce qu’il s’agit d’une interrogation rhétorique constituant l’équivalent d’une assertion.

10 Forte polémicité avec alors et, à l’inverse, grande consensualité avec donc.

11 La valeur fondamentale de donc, héritée de l’étymon latin dunc, lui-même issu de la particule temporelle dum marquant la simultanéité, est de mêler à la relation de consécution une relation de concomitance. Donc ne marque pas seulement que X produit Y, mais que X et Y sont toujours donnés en même temps, à savoir, par exemple, que quand les volets sont fermés, sauf circonstance particulière, c’est qu’il n’y a personne à l’intérieur de l’habitation. À ce titre, tout enchaînement avec donc recouvre un syllogisme sous-jacent, du type : « Quand on s’en va, on ferme toujours les volets. Or nos voisins sont partis. Donc ils ont fermé leurs volets » (cheminement causal ordinaire). Ou « Quand on s’en va, on ferme toujours les volets. Or les volets de nos voisins sont fermés. Donc nos voisins sont partis » (cheminement causal inversé). Autrement dit, l’opération de déduction sous-jacente légitime l’assertion de la conséquence, en rendant la relation X → Y « nécessaire » (Hybertie, 1996, p. 15). À ce titre, cette dernière ne peut être que « consensuelle », c’est-à-dire « pris[e] en charge par la co-énonciation » (ibid.).

12 Selon Hybertie, le propre de alors est d’indiquer une reprise (d’où sa valeur anaphorique) tout en marquant un décrochage. La validation de X (le fait que le contenu de X est vrai) constitue la condition sine qua non de l’énonciation de Y. La validation de la relation consécutive est donc bien tributaire de la validation de X. C’est en ce sens que alors est un anaphorique disjonctif : les deux validations (de X et de Y, c’est-à-dire de la relation consécutive) ne sont pas concomitantes, la première constituant le repère à partir duquel s’origine la seconde. Alors désigne ainsi le seul énonciateur comme garant de la relation consécutive. Autrement dit, il s’agit d’une relation « contingente, relative aux états de choses particuliers représentés dans les énoncés connectés » (Hybertie, 1996, p. 30).

13 Les enchaînements causaux inversés marqués par alors supposent tous de facto un décrochage énonciatif : X et Y « ont nécessairement des énonciateurs distincts, non identifiables l’un à l’autre, même si c’est le même locuteur qui les produit. On ne peut effectivement tirer une information nouvelle à partir de sa propre énonciation » (Hybertie, 1996, p. 33). Ainsi, dans l’enchaînement monologique suivant, le locuteur unique se dédouble en deux énonciateurs : « Est-ce la faute du saint ? Non. Alors c’est la vôtre ; c’est la vôtre et la mienne, enfin c’est la nôtre. » (Georges Bernanos, Les Grands Cimetières sous la lune, Paris, Plon, 1938, p. 158) Ce dont rend compte, en l’occurrence, le jeu des questions-réponses. L’énonciateur 1 asserte que la responsabilité de la faute n’incombe pas au saint, à partir de quoi l’énonciateur 2 tire la supposition que puisqu’elle ne revient pas au saint, c’est qu’elle revient à d’autres.

14 En enchaînement causal ordinaire, la suite et alors est en revanche grammaticale : Il est parti depuis longtemps et alors le jardin est plein de mauvaises herbes.

15 Ce corpus comprend tous les pamphlets de la base Frantext (dans son état de 2010). Voir à ce sujet Badiou-Monferran, à paraître.

16 Victor Hugo, Histoire d’un crime, 2 vol., Paris, Calmann Lévy, 1877-1878, vol. 2, p. 502.

17 Ibid., p. 503.

18 Victor Hugo, Histoire d’un crime, op. cit., vol. 1, p. 40.

19 Ibid., p. 103.

20 Corinne Rossari ne traite pas, dans cette contribution, de l’opposition de alors et de donc, mais fait plus généralement l’hypothèse que la classe des connecteurs consécutifs n’est pas hybride et que les différences observées entre les quasi-synonymes s’expliquent par leurs divers degrés de grammaticalisation.

21 Ce titre, qui reprend l’intitulé d’une contribution de Henning Nølke et Michel Olsen (2000), fait signe en direction des travaux de la ScaPoLine sur les variations polyphoniques de donc en régime littéraire (notamment dans Madame Bovary) : une approche des rapports entre polyphonie linguistique et polyphonie littéraire que je n’exploite que ponctuellement, mais à laquelle a été très largement associé Jean-Michel Adam.

22 J’ai parcouru tous les textes de poésie versifiée d’Hugo, de 1840 à 1860, compris dans la base Frantext (dans son état de 2012). Si, pour chaque entité de ce corpus, les enchaînements consécutifs (majoritairement en alors) sont relativement nombreux, il n’est est rien dans Les Fleurs du mal (édition de 1861), qui n’en comprennent que quatre : trois en donc et un en alors (au demeurant sujet à caution, nous allons le voir).

23 Sauf erreur, cette occurrence constitue l’unique occurrence (pseudo) consécutive de alors dans tout le recueil.

24 Selon les mots de Benveniste (1974 a, p. 66) si souvent commentés par Jean-Michel Adam.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3093/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

Professeure à l’Université de Lorraine et rattachée à l’équipe LIS (Littératures, imaginaire et sociétés) ainsi qu’au laboratoire de l’ATILF (Analyse et traitement informatique de la langue française). Ses travaux de linguistique diachronique et de stylistique portent principalement – mais sans exclusive – sur le français classique. Auteur d’un ouvrage sur Les Conjonctions de coordination chez La Bruyère (Honoré Champion, 2000), elle a récemment dirigé avec Joëlle Ducos un numéro de L’Information grammaticale, « L’émergence : un concept opératoire pour les sciences du langage ? » (no 134, 2012), ainsi qu’un ouvrage collectif, La Littérarité des « belles-lettres ». Un défi pour les sciences du texte ? (Classiques Garnier, 2013).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site