Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Les genres : limites internes, limites externes

Évolution et différenciation des genres dans trois sphères discursives

Clara Ubaldina Lorda Mur

Texte intégral

LES GENRES ET LA GÉNÉRICITÉ

1La prise en compte de la notion théorique de genre en analyse des discours a bouleversé les certitudes rassurantes des typologies textuelles fermées et homogènes. À son tour, la notion de généricité (Adam & Heidmann, 2004), en permettant de percer la clôture des textes, est venue les replacer au cœur de l’interdiscours. Les genres et la généricité permettent une typologisation et une saisie complexe des textes qui, tout en gardant leur « air de famille » (Adam, 2005, p. 28 ; voir supra n. 9, p. 138), sont dynamiques, changeants, et en dialogue constant entre eux. Comme les sujets qui les produisent, ils sont « mêmes et autres » (Ricœur, 1990), ils varient au fil des ans et d’une société à l’autre : « [les genres] évoluent et se complexifient en même temps qu’évoluent et se complexifient les formations sociales » (Adam, 1999, p. 89).

2La linguistique textuelle des discours développée par Jean-Michel Adam prend en considération le fait qu’un texte « renvoie à la chaîne des discours qui circulent dans le champ culturel d’une formation socio-discursive (mémoire d’une collectivité et de chaque individu) » (Adam, 1999, p. 89). Il appartient à la linguistique textuelle de « décrire les principes ascendants qui régissent les agencements complexes mais non anarchiques des propositions au sein du système d’une unité texte aux réalisations toujours singulières » (ibid., p. 35).

3Dans une perspective descendante, qui examine de près les situations où se génèrent les textes, Patrick Charaudeau propose de prendre en compte quatre paramètres qui déterminent les composantes des situations de communication et qui permettent d’établir et de décrire les genres : les identités des participants, la finalité de l’acte de langage, le domaine de savoir objet de l’échange (thème ou propos), et le dispositif énonciatif ou circonstances matérielles de l’échange (Charaudeau, 2005, p. 102). Ces paramètres sont à la base des contraintes qui surdéterminent les genres mais qui ne sont pas, néanmoins, absolues, puisque dans l’espace discursif les énonciateurs développent des stratégies qui correspondent « aux possibles choix que les sujets peuvent faire dans la mise en scène de l’acte de langage » (ibid.).

4J’examinerai ici trois sphères discursives, dans le cadre général des discours européens contemporains, pour m’interroger sur les dominances de l’un ou l’autre des paramètres mentionnés dans l’évolution et la différenciation des genres à l’intérieur de chacune de ces sphères, ainsi que sur le degré de liberté énonciative qui leur échoit. Je considère en outre que, pour certains genres, en particulier ceux de la sphère politique, il convient également d’examiner le contexte institutionnel, politique et sociohistorique où ces genres naissent, vivent et évoluent.

LES DÉBATS PARLEMENTAIRES ET LE POIDS DE L’HISTOIRE

5J’interrogerai premièrement l’hypergenre débat parlementaire qui chapeaute un ensemble de sous-genres de la sphère politique foncièrement liés à la démocratie représentative : il n’y pas de démocratie formelle sans un parlement où différents courants politiques d’un pays sont représentés et ont droit à la parole. Ce postulat permet d’entrevoir un premier élément de réponse aux questions posées dans cette étude. Car, d’emblée, des différenciations génériques apparaissent en fonction des situations sociohistoriques et politiques dans chaque pays.

6Au plan diachronique, les changements politiques accélérés ont des effets directs sur les discours. C’est le cas dans les jeunes parlements des pays de l’Est de l’Europe qui ont retrouvé la démocratie à la suite de l’effondrement et de la disparition de l’Union soviétique. Les quelques études réalisées permettent de penser que, même s’ils partagent certains traits (« un air de famille ») avec les discours parlementaires de l’Europe occidentale, des différences existent entre les uns et les autres. Les échanges des parlementaires dans les pays de l’Est européen sont plus expressifs et colorés, le langage familier y côtoie le langage plus formel et les dialectes régionaux y sont introduits, les participants cherchant à se distancier de la rigidité propre à la période dictatoriale, notamment dans la Chambre tchèque (Madzharova Bruteig, 2010). Les premiers pas dans la nouvelle organisation démocratique ont comporté une tendance à user de stratégies de protection de la face de l’autre et de consensus, spécialement dans le Parlement roumain (Ilie, 2010, p. 202-204). Finalement, la période de transition a comporté, dans le Parlement polonais, une étape de discours tournés vers le passé (commentaires humoristiques sur les années soviétiques), avant de couper définitivement les amarres et de se tourner vers l’avenir à travers la délibération (Ornatowski, 2010, p. 252-260).

7Au plan synchronique, les principes constitutionnels et les organisations générales des États (résultant de leur histoire singulière) pèsent lourdement sur les discours des parlements centraux. Aussi, le clivage gauche / droite, dominant à l’Assemblée nationale française, se trouve-t-il quelque peu dilué dans les Cortes espagnoles de par la présence de représentants des partis périphériques plus ou moins nationalistes (Lorda Mur, 2009 ; Cañada & Lorda Mur, 2009), dont les revendications spécifiques croisent les discussions d’ordre social, configurant ainsi des stratégies discursives à géométrie variable.

8En ce qui concerne les paramètres mentionnés plus haut, je considère que les identités des participants sont déterminantes pour les genres du discours parlementaire. Plusieurs études montrent le caractère variable de ces identités (par exemple Van Dijk, 2010), à cause de l’alternance entre les moi possibles du locuteur parlementaire : moi personnel, moi politique (marqué par l’appartenance à un parti), moi institutionnel (revêtu de responsabilités politiques qui s’ajoutent à la condition de député). Néanmoins, il y a une identité dominante des acteurs parlementaires, comme le souligne également TeunVan Dijk : « Les débats parlementaires sont des activités et des discours dans lesquels les identités politiques s’expriment, se déploient, se représentent, se forment et se reproduisent de façon routinière » (ibid., p. 53 ; je traduis).

  • 1 Des différences discursives sont à noter entre les sessions générales à la Chambre des députés (plu (...)

9En effet, à mon sens, c’est l’appartenance à un groupe partisan – ainsi que la situation du groupe par rapport au pouvoir : majorité ou opposition – qui constitue la composante identitaire la plus déterminante pour la configuration des discours des membres d’un parlement. Or les traits discursifs propres aux différents partis, ainsi que les traditions associées, ici et là, à l’exercice du pouvoir, sont foncièrement ancrés dans les histoires politiques et institutionnelles, voire dans l’Histoire des pays. Les identités des sujets participants s’imbriquent avec les finalités de législation et de contrôle propres aux genres parlementaires1. En effet, qu’il s’agisse de la première fonction (comme dans les sessions ordinaires) ou de la dernière (comme, par exemple, en France, le sous-genre Questions au Gouvernement), les groupes de l’opposition ne manquent pas, lorsqu’ils délibèrent ou qu’ils posent leurs questions, d’évaluer négativement, par différents moyens, les actions ou les paroles du Gouvernement :

Monsieur le ministre, ma question est là : allez-vous continuer à écarter les partenaires sociaux et la population de ce débat essentiel sur les retraites ? Sinon, il faut décider de commencer par ne pas supprimer ces dispositifs de préretraite et proposer au Parlement de rétablir le contrat de fin d’activité. (Maxime Gremetz, élu Communistes et républicains, session du 12 novembre 2002 ; cité par Lorda Mur, 2010 a, p. 179)

10La stratégie de Maxime Gremetz s’inscrit ici dans une vieille tradition oratoire, par son recours à la question rhétorique et par la résonance cicéronienne de son propos.

11Corrélativement, les députés du groupe qui détient le pouvoir accompagnent leurs questions de justifications, voire de louanges de l’action politique du Gouvernement et, tout spécialement, ils blâment celle des opposants lorsqu’ils étaient en poste, comme dans l’exemple suivant, où l’on peut observer l’attribution classique des problèmes à l’héritage reçu et la sélection d’un lexique péjoratif :

  • 2 Le stéréotype de l’immobilisme est aussi fréquemment accolé au groupe socialiste par les conservate (...)

Alors, ma question est la suivante : Les innovateurs français [...] pourront-ils compter, dès 2003, sur des mesures qui nous feront regagner bientôt une partie de la compétitivité perdue du fait de plusieurs années d’archaïsme et d’immobilisme2 socialiste ? (Hervé Novelli, élu Union pour un mouvement populaire, session du 20 novembre 2002 ; cité par Lorda Mur, 2010 a, p. 173)

  • 3 Pour les Parlements britannique et suédois, voir Ilie, 2004 ; pour les Parlements espagnol et franç (...)

12Bien sûr, l’analyse montre des variantes stratégiques3 ; elles sont liées aux traditions culturelles, aux génies des langues et aux histoires politiques des pays, mais des similarités indéniables apparaissent en Europe d’un parlement à l’autre. Ces similarités résultent de dispositifs énonciatifs semblables. Dans tous les parlements, à quelques variantes près, les normes qui régulent les échanges sont extrêmement rigides. L’ordre et le temps des prises de parole sont strictement réglés, même lorsque des discussions sont acceptées par des échanges de réplique. Dans certains cas, la lecture de textes préparés à l’avance et / ou le recours à des notes sont permis. Toute infraction aux normes est sévèrement réprimée par le président de séance.

  • 4 « Norton [...] rapporte que des sondages d’opinion réalisés en 1989 et 1991 en Grande-Bretagne indi (...)

13La « ritualisation » des identités mentionnée plus haut, teintée par les histoires particulières de chaque pays, ajoute à la sclérose des discours parlementaires. Les sujets participants sont enfermés dans le carcan du groupe partisan, parfois dans des argumentaires préalablement établis. À l’exception des débats sur des sujets brûlants (ce fut le cas en Espagne lors de la discussion en 2002 sur la participation du pays à l’attaque contre l’Irak), les citoyens font fi des discours parlementaires. Les analyses réalisées montrent souvent des stratégies attendues, routinières, même lorsque les députés recourent à l’humour. Souvent trop usées, les métaphores n’arrivent pas à donner du souffle au discours. Des jargons et des stéréotypes sont au rendez-vous. Le discours parlementaire d’aujourd’hui (dans une moindre mesure, d’après les quelques travaux publiés, dans les démocraties réinstaurées) joue un triste rôle dans le renouvellement de la langue et n’intéresse guère les citoyens4. Ainsi, paradoxalement, par leurs discours, les parlements, fondement de la démocratie, contribuent à saper sournoisement et progressivement sa force et sa vivacité.

LES MÉDIAS DE MASSE ET LE PROGRÈS TECHNIQUE

14Les médias, bien sûr, sont également en symbiose avec l’état de la société et les circonstances historiques. D’après Ernst-Ulrich Grosse, la première manifestation des futurs journaux sont les brèves du xviie siècle, « des nouvelles de la Cour destinées à une élite déjà alphabétisée » (Grosse, 2001, p. 17). Au cours de ce même siècle, la publicité commence son cheminement, car, comme la presse, elle a été enfantée par la bourgeoisie en pleine ascension sociale. Auparavant, les premiers germes de l’information écrite étaient apparus dans le milieu des finances, comme Francisco Ayala l’affirme dans Tecnología y Libertad (1959) :

Pour commencer, l’information est née comme une affaire et au service des affaires. Les précédents les plus évidents de la presse d’information étaient certains services de nouvelles manuscrites, organisés pour les besoins commerciaux de quelques grands banquiers. La célèbre maison des Fugger entretint l’un de ces services, dont la collection la plus ancienne est conservée à la bibliothèque du Vatican. (Ayala cité par Vázquez Montalbán, 1971, p. 33 ; je traduis)

15Bien que née pour des besoins pratiques d’information, la presse écrite évolue vers l’opinion pendant la période révolutionnaire en France ; par la suite, les journaux doivent se lier aux idéologies partisanes tout au long du xixe siècle, devenant sociologiquement plus complexes pendant le xxe siècle, d’autant plus que l’extension des droits démocratiques allait de pair avec un besoin croissant d’information. Désormais, les médias de communication de masse seraient traversés par des conflits entre la logique démocratique (le droit et le devoir d’information, son rôle crucial dans l’espace public, tel que le proclame Habermas), la logique marchande qui leur est inhérente et la tentative permanente d’appropriation, au service de leurs intérêts, de la part de ceux qui détiennent le pouvoir.

  • 5 Données tirées de Vázquez Montalbán, 1971.

16Le poids des circonstances sociohistoriques sur les caractéristiques des différents genres médiatiques est incontestable, mais ce fait ne cache pas pour autant la relation directe entre l’évolution de ces genres et le développement technologique. Ainsi chaque dispositif (qui impose des contraintes différentes et, par conséquent, donne naissance à de nouvelles stratégies discursives) est le résultat de trouvailles technologiques successives. Je rappellerai quelques dates cruciales. En 1804, on installe à Frogmor Mill la première machine à fabriquer du papier par le système Fourdrinier ; en 1899, Marconi transmet le premier message à travers la Manche ; en 1907, le New York Times reçoit des communications téléphoniques sans fil depuis l’Irlande ; en 1928, les premières images par télévision traversent l’Atlantique ; en 1962, des expériences pionnières de communication par satellite ont lieu5 ; en 1969, se produit la première connexion entre ordinateurs (ARPANET) entre les Universités de Californie et de l’Utah ; enfin, à partir de 1990, se développe le World Wide Web, dont la diffusion, la popularisation et l’évolution rapide sont en train de modifier les sociétés actuelles.

17L’apparition d’un dispositif énonciatif inédit donne lieu à de nouveaux genres tout en provoquant, dans la foulée, la modification de ceux qui existaient préalablement. La radio offre une information plus rapide, plus proche, plus émotive, ne serait-ce que par la capacité expressive de la voix et du son. La radio a constitué le média le plus populaire et le plus influent pendant la première moitié du xxe siècle, car sa simplicité (elle a été utilisée d’abord par des amateurs qui avaient installé leur propre radio) est aussi grande que sa puissance (pensons, par exemple, au rôle qu’elle a joué pendant les guerres et les révolutions de ce siècle).

  • 6 Voir, à ce sujet, la description des dispositifs de chaque média dans Charaudeau, 1997, p. 117-126.

18Si les journaux donnent une place précise mais limitée au citoyen grâce au courrier des lecteurs, la radio, alliée au téléphone, favorise des modes divers de participation de l’auditeur. Le dispositif médiatique lui permet, d’ailleurs, d’être le premier à favoriser le mélange extrême de genres. Aux genres de l’information et de l’opinion s’ajoutent, dans les médias radiophoniques, d’une part « une scène d’échange de propos, d’opinions, de points de vue6 » (Charaudeau, 1997, p. 120), et d’autre part la possibilité d’inclure des programmes de distraction, notamment musicaux, mais aussi des concours divers, des pièces de théâtre et des feuilletons, parmi d’autres spectacles.

19Le dispositif radiophonique et ses développements ultérieurs (invention du transistor et apparition des émissions de « libre antenne » sur les « radios jeunes ») ont permis l’apparition de nouveaux genres et la « montée de pratiques langagières plus hétérogènes » (Branca-Rosoff, 2007, p. 63). Ainsi la radio, grâce à ses potentialités techniques, a constitué, avant la télévision, un domaine discursif polygénérique. La télévision, pour sa part, en introduisant l’image en mouvement, l’éclatement spatial et des représentations fictionnelles de la réalité dans chaque foyer, devait faire un pas de plus dans un processus de fragmentation et d’hybridation génériques qui concerne tous les médias contemporains.

20À cause de ces nouveaux arrivants, les journaux connaissent des périodes de difficulté mais ils se réinventent ; face à l’immédiateté de la radio et de la télévision, la presse écrite joue ses atouts :

Faisant de nécessité vertu, elle a développé, du moins pour ce qui concerne la presse généraliste, une fonction d’analyse et de commentaire de l’actualité, en soulignant la prise de recul qu’autorise l’écrit, irrémédiablement condamné au « différé ». (Boyer & Lochard, 1998, p. 45)

21La télévision s’inscrit de plein droit dans la culture de l’image prépondérante aujourd’hui ; ce média flatte et entretient l’engouement pour « la perfection mimétique et la capacité ostensive de l’image », il constitue le lieu « de la mimesis et de l’illusion référentielle » (Gubern, 1934, p. 8 ; je traduis). Mais la presse écrite n’échappe pas à cette fascination pour l’image. Les journaux sont soumis d’emblée aux contraintes de visibilité et de lisibilité (Charaudeau, 1997, p. 220), étroitement imbriquées, au point que l’on a pu parler de la vi-lisibilité de la presse. Les journaux incluent, en effet, des photographies, des caricatures, des graphiques et d’autres éléments iconiques ; en outre, le texte journalistique même devient image, de par sa disposition particulière et de par son appareil paratextuel, destinés à favoriser un type de lecture particulier. Le journal montre aussi cette vocation à la mimesis dans son évolution générique. Visant un certain faire-voir, la presse contemporaine a donné naissance au genre que j’ai nommé relation de déclarations (Lorda Mur, 1996 ; 1997 ; 2001). Ce genre consiste à considérer comme des événements les paroles prononcées par des sujets médiatiquement intéressants, notamment des femmes et des hommes politiques.

22Dans la relation de déclarations, le récit de paroles ne se limite pas à la narrativisation ou au rapport en style indirect. Ces articles sont parsemés d’extraits de citations directes, parfois de simples îlots, comme pour bien montrer l’authenticité du dit médiatique par l’exhibition de la source. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un dire sélectionné, choisi et donc fragmenté : toutes les formes du discours rapporté sont mises à contribution et peuvent coexister, comme dans l’exemple suivant, où le discours indirect libre amalgame des extraits cités et des discours évoqués :

Les obligations ne sont pas les mêmes pour les ouvriers de la première heure. À la différence de leurs collègues, Philippe Douste-Blazy et Simone Veil n’avaient nul besoin de monter au créneau, hier, pour montrer tout le bien qu’ils pensent de la candidature d’Édouard Balladur à la présidentielle. N’avaient-ils pas été parmi les premiers à déclarer leur flamme, le premier se flattant de faire « partie de la garde rapprochée du Premier ministre », la seconde assurant qu’Édouard Balladur ferait « un formidable président de la République » ? (Libération, 7-8 janvier 1995 ; cité par Lorda Mur, 1997, p. 70)

23Le discours narrativisé, dans les quatre premières lignes de cet extrait, fortement connoté par l’allusion intertextuelle biblique et par la métaphore guerrière, cède le pas au discours indirect libre (interprété et métaphorisé) qui s’amalgame avec des extraits cités ; ainsi, tout en montrant une partie des discours réellement prononcés par Veil et par Douste-Blazy, l’énonciateur prend ses distances et teinte son information d’ironie, donc d’opinion implicite. Aussi les relations de déclarations politiques constituent-elles un sous-genre de la presse écrite où se croisent l’information et l’opinion, et elles montrent la tendance à l’hybridation et à la fragmentation des médias de notre époque.

24On observera que les extraits cités sont, dans les journaux français, doublement marqués par les guillemets et les caractères italiques. Ce marquage redondant témoigne de la visée de visibilité, dans une impossible compétition avec les médias qui permettent de faire entendre et de faire voir. Le journal imite modestement, toute proportion gardée, les performances d’ubiquité de ses jeunes sœurs, la radio et la télévision, qui, grâce aux progrès techniques, peuvent se déplacer d’une scène à l’autre et donner la parole à de multiples acteurs.

25La radio et la télévision ont, en outre, le pouvoir de faire participer le citoyen « lambda », de le convertir même en sujet protagoniste dans certains programmes comme les reality shows. De nos jours, l’Internet a multiplié les possibilités de participation et, du coup, a donné une chance à la presse écrite : les journaux généralistes les plus lus disposent désormais de leur propre site, ce qui leur permet de participer à cette communication horizontale entre instance productrice et instance réceptrice, favorisée par les sites web. Les médias interagissent avec les larges audiences qui s’expriment dans les réseaux sociaux, et de nouveaux genres apparaissent à la faveur de la vitesse et de l’accessibilité cybernétiques. Cette (r) évolution imposera sans doute des réinventions aux médias traditionnels. Le Huffington Post permet d’entrevoir une première évolution : constitué par des blogs écrits par des professionnels et des spécialistes, il déplace et module le rôle des journalistes qui sont à la recherche d’une redéfinition de leurs fonctions.

LA LIBERTÉ ÉNONCIATIVE DANS LE DISCOURS LITTÉRAIRE

26Le domaine de la production littéraire s’écarte nettement des deux sphères que je viens d’examiner. Le discours littéraire n’est pas le fait d’une institution, ni ne dépend directement d’une entreprise commerciale. Les maisons d’édition ou les organisations qui décernent des prix agissent en aval : une fois terminés, les ouvrages littéraires sont susceptibles d’entrer, avec plus ou moins de succès, dans un circuit commercial.

27Sauf dans quelques cas particuliers, comme les commandes, les séries de best-sellers ou la mise en place de systèmes de censure (comme c’était le cas dans les pays soviétiques ou en Espagne pendant la dernière dictature), l’auteur travaille seul, et il est libre de ses choix. Naturellement, tout écrivain s’inscrit dans une tradition culturelle : dans ses discours, comme l’avait avancé Mikhaïl Bakhtine, résonne « la nébuleuse des mots des autres » (Authier-Revuz, 1978, p. 72). Il peut certes se soumettre à une discipline, mouler son travail en accord avec (ou contre) les exigences d’un genre précis, mais, aussi strictes soient-elles, c’est l’auteur qui volontairement accepte ces exigences, les transgresse ou s’en impose d’autres, comme dans les cas de l’écriture à contraintes choisie par Raymond Roussel ou par Georges Perec. Le sujet écrivant jouit (peut-être souffre-t-il) du plus haut degré de liberté énonciative, mais c’est au prix d’un effort soutenu et d’un travail acharné sur la langue, car, comme l’affirme Adam, dans le sillon d’un linguiste comme Charles Bally ou d’un romancier comme Charles-Ferdinand Ramuz, le style dans l’écriture littéraire est une affaire de volonté (Adam, 1997, p. 85-106).

  • 7 Entretien sur une chaîne radiophonique espagnole, Cadena SER, disponible sur Internet : www.cadenas (...)

28L’élaboration d’une œuvre innovatrice, vivante et expressive, élargit et peut porter à leur limite les possibilités qu’offrent les systèmes de la langue : « Du point de vue linguistique, les textes littéraires, à travers ce qu’on appelle le style, sont le lieu d’une manifestation, d’une exploitation et d’une exploration, plus ou moins poussée, des potentialités d’une langue. » (Adam, 1997, p. 10) C’est pourquoi l’évolution et les différenciations génériques dans le discours littéraire découlent de la marge de liberté dont dispose le sujet écrivant. À partir de la tradition reçue, l’écrivain réélabore la langue et déplace les genres. Ainsi, on a assisté, tout au long du xxe siècle, à un renouvellement du genre roman, qui est devenu l’un des plus riches et des plus souples : « le plus large et le plus généreux », comme l’affirmait le romancier mexicain Carlos Fuentes7. En France, ce renouvellement se manifeste particulièrement par un processus de conquête du discours (entendu au sens benvenistien qui oppose ce régime énonciatif embrayé à l’histoire caractérisée par le débrayage énonciatif). Dans ce processus, comme le souligne Henri Godard, l’écrivain Louis-Ferdinand Céline fait figure de charnière, entre À la recherche du temps perdu et L’Étranger (Godard, 1985, p. 312-313).

29Céline, en effet, abandonne progressivement le passé simple, qu’il combine parfois avec le passé composé narratif, et opte définitivement pour le présent narratif dans la trilogie allemande, où les aspects biographiques, présents dans tous les romans, deviennent de moins en moins fictionnels. Le recours au présent lui permet la « présentification » et la recréation stylisée de situations de son passé, comme le narrateur l’annonce explicitement dans Rigodon :

  • 8 Louis-Ferdinand Céline, Rigodon, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 49.

vite, vite, mes oignons, que je vous retrouve ! par ici, Mesdames et Messieurs !... encore deux mille pages au moins ! l’Achille qui me voudrait décédé ! seul héritier, de tout ! gratis por Deo ! né pour, soi-disant ! ah le mâtin ! qu’il prenne la queue et suive le guide ! vous allez voir un petit peu... cette lanterne magique, je dis magique ! d’époque et tout ! comme si vous y étiez8 !

30Dans cet extrait, situé tout au début du roman, le programme narratif est mis en évidence : différentes stratégies (déictiques, exclamations, ellipses, syntaxe expressive, typographie et organisation rythmique générale) vont se conjuguer pour recréer discursivement une situation et pour donner à « voir » les événements au narrataire, grâce à un discours devenu « lanterne magique ».

31En fait, ce programme était annoncé dès l’incipit de Voyage au bout de la nuit, où, malgré la dominance de la « diégétisation autonome » (Adam, 1997, p. 158), le récit est attaqué d’emblée par la combinaison du passé composé et du présent :

  • 9 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit [1932], Paris, Gallimard, « Folio », 1972, p. 15.

Ça a débuté comme ça. Moi, j’avais rien dit. Rien. C’est Arthur Ganate qui m’a fait parler. Arthur, un étudiant, un carabin lui aussi, un camarade. On se rencontre donc place Clichy. C’était après le déjeuner. Il veut me parler. Je l’écoute9.

32Le récit-scène est d’abord présenté par des énoncés au passé composé, avec un plus-que-parfait explicatif. Mais il est narré au présent (« On se rencontre », « Il veut me parler » « Je l’écoute »). Dès Voyage au bout de la nuit, un réseau de microsystèmes temporels est progressivement construit ; des alternances, nées de la combinaison des différents temps pivots des récits (passé simple / passé composé / présent), se conjuguent aux variations aspectuelles et permettent au narrateur de hiérarchiser et de commenter les événements, de commenter l’énonciation narrative même, et de filtrer ainsi le déroulement du temps par la mémoire émotive, afin que le récit s’imprègne de vie et d’expressivité.

  • 10 Lettre de Louis-Ferdinand Céline à Albert Paraz, 10 septembre 1949, Lettres à Albert Paraz : 1947-1 (...)

33De nombreuses ressources linguistiques homologues coopèrent avec ces alternances des temps et des aspects. Je me limiterai à citer quelques exemples de déplacements de la syntaxe et du lexique par lesquels Céline poursuivait un « langage rythmé interne10 ». Je voudrais tout de même noter que ces extraits, artificiellement isolés ici, ne prennent tout leur sens qu’intégrés dans la systématique du tissu discursif :

  • 11 Louis-Ferdinand Céline, Rigodon, op. cit., p. 161.

Les flammes vertes roses dansaient en rond... et encore en rond !... vers le ciel !... il faut dire que ces rues en décombres verts... roses... rouges... flamboyantes, faisaient autrement plus gaies, en vraie fête, qu’en leur état ordinaire, briques revêches mornes11...

  • 12 Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit [1936], Paris, Gallimard, « Folio », 1972, p. 71.

34Dans cette phrase où alternent excès et absence de ponctuation, la subjectivité se déploie dans la syntaxe : la multiplication des points de suspension semble mimer une joyeuse expansion des lieux sous les yeux de l’observateur, tandis que le segment final d’un seul bloc iconise le repliement signifié par la personnification. De telles stratégies, alliées aux segments exclamatifs, modulent ces énoncés descriptifs, empreints d’émotion. Sur le plan de la création lexicale, Céline recourt, parmi d’autres procédés, à l’amalgame (miraginer, brouillaginer) ou à la transposition de catégories grammaticales (lyriser, extravaguer, prouster, gider). Sa force créative brille de tout son éclat dans le défigement d’expressions ; il leur insuffle une nouvelle vie tout en enrichissant le sens construit : « Le Passage devenait conscient de son ignoble asphyxie !... on ne parlait plus que de campagne, de monts, de vallées et merveilles12... »

35L’œuvre romanesque de Céline constitue un exemple brillant de la liberté énonciative du sujet écrivant et de sa volonté créative. Comme d’autres grands écrivains français, il a fait évoluer le genre roman et poussé les limites des systèmes de la langue. Le discours narratif de Céline, tout en enrichissant la langue française, qui porte aujourd’hui sa trace, constitue un puissant chaînon dans l’évolution des genres romanesques vers la complexité énonciative, une fois la frontière franchie, selon Gérard Genette, par l’œuvre de Marcel Proust, ouvrant la voie à « l’invasion de l’histoire par le commentaire, du roman par l’essai, du récit par son propre discours » (Genette, 1972, p. 265). Cette évolution des genres narratifs justifie l’affirmation de Roland Barthes selon laquelle « aujourd’hui écrire n’est pas “raconter”, c’est dire que l’on raconte » (Barthes, 1970, p. 198).

*

36Dans cette contribution, j’ai proposé un survol de quelques éléments de conceptualisation pour l’étude de l’évolution et de la différenciation des genres du discours. Cette approche demande des études plus détaillées dans chacun des domaines envisagés. Je suis partie des thèses de Charaudeau (2005) qui établit quatre paramètres pour la détermination et la description des genres, et qui affirme que le sujet parlant dispose toujours d’une marge de liberté énonciative ; j’ai fait l’hypothèse que ces paramètres (et les contraintes qui en dérivent) jouent des rôles distincts dans l’évolution et la différenciation des genres en fonction des sphères. Je me suis attachée à l’observation de trois grands domaines discursifs.

37En premier lieu, j’ai fait l’hypothèse que ce sont les identités politiques, intrinsèquement liées aux histoires institutionnelles des pays, qui sont les plus déterminantes pour caractériser les genres du discours parlementaire. Deuxièmement, je crois avoir montré que l’évolution des genres des médias dépend spécialement de leurs dispositifs énonciatifs ; ceux-ci se sont transformés si vertigineusement pendant les deux derniers siècles qu’ils ont favorisé la naissance de nouveaux genres et la modification de ceux qui existaient préalablement ; cette évolution s’est réalisée dans le sens de la fragmentation des voix, de l’hybridation des genres et de la pluralité sémiotique. Finalement, j’ai observé que l’évolution des genres littéraires, à la différence des autres sphères prises en considération, ne dépend pas tant de paramètres contraignants que de l’exercice de la marge de liberté propre à toute énonciation ; dans le champ du roman, par exemple, les genres ont évolué vers la complexité et l’intrication énonciatives.

38Si les pratiques discursives modifient la langue, elles ne le font pas toutes de la même manière ni avec la même intensité. La première sphère discursive observée, où les stratégies discursives, peu dynamiques, tendent au figement, exerce peu d’influence sur les citoyens et, partant, sur la langue ; dans la sphère médiatique, le renouvellement est le résultat de l’échange entre instance productrice et instante réceptrice et il est parfois éphémère ; enfin, la sphère littéraire constitue un facteur puissant de rénovation et de revitalisation de la langue.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1997, Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, 2005, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2004, « Des genres à la généricité », Langages, no 153, p. 62-72.

Authier-Revuz Jacqueline, 1978, « Les formes du discours rapporté. Remarques syntaxiques et sémantiques à partir des traitements proposés », Documentation et recherche en linguistique allemande contemporaine, no 17, p. 1-87.

Barthes Roland, 1970, « L’ancienne rhétorique », Communications, no 16, p. 177-223.

Bayley Paul (dir.), 2004, Cross-Cultural Perspectives on Parliamentary Discourse, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins.

Boyer Henri & Lochard Guy, 1998, La Communication médiatique, Paris, Éditions du Seuil.

Branca-Rosoff Sonia, 2007, « Nouveaux genres et déplacement des normes en français. À propos des interviews politiques sur les radios généralistes et des émissions de “libre antenne” dans les radios jeunes », dans Mathias Broth et al. (dir.), Le Français parlé des médias, Stockholm, Acta Universitatis Stockholmiensis, p. 63-82.

Cañada Maria Dolors & Lorda Mur Clara Ubaldina, 2009, « Argumentación y modalidades en tres parlamentos : Barcelona, Madrid, Vitoria », Revista electrónica de lingüística aplicada, revue électronique, no 8.

Charaudeau Patrick, 1997, Le Discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan.

Charaudeau Patrick, 2005, « Une analyse sémiolinguistique du discours », Langages, no 117, p. 96-111.

Genette Gérard, 1972, Figures III, Paris, Éditions du Seuil.

Godard Henri, 1985, Poétique de Céline, Paris, Gallimard.

Gubern Roman, 1934, Del bisonte a la realidad virtual : la escena y el laberinto, Barcelona, Anagrama.

Grosse Ernst-Ulrich, 2001, « Évolution et typologie des genres journalistiques », Semen, no 13, p. 15-36.

Ilie Cornelia, 2004, « Insulting as (Un)Parliamentary Practice in the British and Swedish Parliaments. A Rhetorical Approach », dans Paul Bayley (dir.), Cross-Cultural Perspectives on Parliamentary Discourse, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 45-86.

Ilie Cornelia, 2010, « Managing Dissent and Interpersonal Relations in the Romanian Parliamentary Discourse », dans Cornelia Ilie (dir.), European Parliaments under Scrutiny, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 193-222.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 1996, « Polémica frente a crispación. Una aproximación discursiva y textual al periodismo de declaraciones », Español actual, no 62, p. 39-52.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 1997, « La relation de déclarations politiques : hétérogénéité et mise en scène de la parole », Pratiques, no 94, p. 62-74.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 2001, « Les articles dits d’information : la relation de déclarations politiques », Semen, no 13, p. 119-134.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 2009, « Modalidades ilocutivas en los discursos del Parlamento español. La universidad entre la realidad y el deseo », Oralia, no 12, p. 195-219.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 2010 a, « The Government Control Function of the French National Assembly in Questions au Gouvernement », dans Cornelia Ilie (dir.), European Parliaments under Scrutiny, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 165-189.

Lorda Mur Clara Ubaldina, 2010 b, « A Consensual Topic. The French and Spanish Parliaments against Domestic Violence », Journal of Pragmatics, vol. 42, no 4, p. 943-956.

Madzharova Bruteig Yordanka, 2010, « Czech Parliamentary Discourse. Parliamentary Interactions and the Construction of the Addressee », dans Cornelia Ilie (dir.), European Parliaments under Scrutiny, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 265-302.

Ornatowski Cezar M., 2010, « Parliamentary Discourse and Political Transition. Polish Parliament after 1989 », dans Cornelia Ilie (dir.), European Parliaments under Scrutiny, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 223-264.

Ricœur Paul, 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil.

Sivenkova Maria, 2012, « Metacommunication and Intertextuality in British and Russian Parliamentary Answers », dans Clara Ubaldina Lorda Mur et Patrick Zabalbeasoca (dir.), Spaces of Polyphony, Amsterdam / Philadelphia, J. Benjamins, p. 129-142.

Van Dijk Teun, 2010, « Political Identities in Parliamentary Debates », dans Cornelia Ilie (dir.), European Parliaments under Scrutiny, Amsterdam / Philadelphie, J. Benjamins, p. 29-56.

Vázquez Montalbán Manuel, 1971, Informe sobre la información, Barcelona, Fontanella.

Notes

1 Des différences discursives sont à noter entre les sessions générales à la Chambre des députés (plus polémiques) et les travaux en commission (plus consensuels). Dans cette étude ne sont envisagées que les premières.

2 Le stéréotype de l’immobilisme est aussi fréquemment accolé au groupe socialiste par les conservateurs espagnols.

3 Pour les Parlements britannique et suédois, voir Ilie, 2004 ; pour les Parlements espagnol et français, voir Lorda, 2010 b ; pour les Parlements russe et britannique, voir Sivenkova, 2012. À ce jour, ce sont les discours au Parlement britannique qui sont le plus largement étudiés.

4 « Norton [...] rapporte que des sondages d’opinion réalisés en 1989 et 1991 en Grande-Bretagne indiquaient que 43 % des citoyens “ne faisaient guère confiance” aux Parlements. » (Bayley, 2004, p. 10 ; je traduis) De même, en Espagne, selon le plus récent « baromètre de confiance » concernant les institutions, réalisé par Metroscopia en 2012, le Parlement est désapprouvé par la majorité des citoyens ; avec les banques et les partis politiques, cette institution se situe au plus bas de l’échelle de l’approbation des institutions espagnoles.

5 Données tirées de Vázquez Montalbán, 1971.

6 Voir, à ce sujet, la description des dispositifs de chaque média dans Charaudeau, 1997, p. 117-126.

7 Entretien sur une chaîne radiophonique espagnole, Cadena SER, disponible sur Internet : www.cadenaser.com/cultura/audios/carlos-fuentes-ser-muere-novela-nos-quedamos-mudos/csrcsrpor/20120515csrcsrcul_18/Aes/ (octobre 2013).

8 Louis-Ferdinand Céline, Rigodon, Paris, Gallimard, « Folio », 1973, p. 49.

9 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit [1932], Paris, Gallimard, « Folio », 1972, p. 15.

10 Lettre de Louis-Ferdinand Céline à Albert Paraz, 10 septembre 1949, Lettres à Albert Paraz : 1947-1957, Jean-Paul Louis (éd.), Paris, Gallimard, 2009, p. 208.

11 Louis-Ferdinand Céline, Rigodon, op. cit., p. 161.

12 Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit [1936], Paris, Gallimard, « Folio », 1972, p. 71.

Auteur

Professeure de français et de linguistique du discours à l’Université Pompeu Fabra de Barcelone. Elle a passé une année au Centre de recherches interdisciplinaires en analyse des discours de l’Université de Lausanne. L’un des résultats de ce séjour est le livre Lingüística de los textos narrativos (Ariel, 1999), écrit en collaboration avec Jean-Michel Adam. Ses domaines de recherche sont les discours politiques et médiatiques, mais aussi littéraires. Elle a dirigé des équipes et publié de nombreux articles et plusieurs livres sur ces domaines. Elle a récemment coordonné deux ouvrages collectifs autour de la polyphonie et de l’intertextualité : Polifonía e intertextualidad en el diálogo (Arco Libros, 2012) et Spaces of Polyphony (John Benjamins, 2012).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site