Version classiqueVersion mobile

Littérature et politique dans l’Europe du XIXe siècle

 | 
Jean-René Derré

Première partie. Lamennais et ses amis

Chapitre V. Images mennaisiennes

Texte intégral

1Les quelques lettres qui suivent doivent au seul hasard d’avoir été rassemblées par un amateur d’autographes. Elles n’en offrent pas moins l’intérêt de montrer Lamennais à certaines étapes importantes de sa vie, en 1830 d’abord, lors des débuts de l’Avenir, puis au long de la seconde carrière qu’inaugurent pour lui la rupture avec Rome et la publication des Paroles d’un croyant.

  • 1 Cf. notre Lamennais, ses amis et le mou vement des idées à l’époque roman tique, Paris, 1962, p. 27 (...)
  • 2 Cf. Clavière, Les Assemblées des trois ordres de la Sénéchaussée de Beaujolais en 1789, Lyon, 1935, (...)

2La première d’entre elles est postérieure d’environ deux semaines à la création du journal. Malgré sa brièveté, elle permet assez bien d’imaginer l’activité du grand homme en cette période si riche de travaux et d’espoirs. Venu à Paris de sa retraite bretonne pour aider à rassembler les catholiques français autour d’un programme politique plein de hardiesse, il demeure aussi le principal animateur de la Congrégation de Saint-Pierre, dont il attend merveille pour le service de l’Eglise et qui connaît, grâce à lui, des débuts brillants et prometteurs1 . C’est en cette qualité qu’il s’adresse à son correspondant lyonnais. Celui-ci, l’abbé Nicolas-Johanny de Garnier des Garets, appartenait à la fraction du clergé dont les idées et les initiatives venues de La Chênaie avaient gagné l’agissante sympathie. Né en 1798, fils d’un officier de l’armée royale passé en 1792 au service des Princes, il s’était lui-même engagé dans la légion du Rhône en 1815, puis avait quitté l’armée en 1823 pour entrer à Saint-Sulpice. Une fois ordonné, il avait été nommé à Lyon vicaire de la paroisse d’Ainay. Sa carrière ecclésiastique devait le maintenir dans cette ville où il mourut en 1871, doyen du chapitre de la Primatiale Saint-Jean2.

  • 3 Cf. Le Guillou, L’évolution de la pensée religieuse de Félicité Lamennais, Paris, 1966, p. 458.

3Pour les prêtres de sa génération, l’Essai sur l’indifférence et les publications qui le suivirent avaient constitué un événement. Il est permis de supposer, d’autre part, que lors de son séjour à Saint – Sulpice, Des Garets avait fréquenté Salinis et Gerbet, mennaisiens convaincus et anciens pensionnaires de la célèbre maison. Toujours est-il qu’en 1829 il entretenait avec Lamennais des relations assez confiantes pour l’aider à correspondre avec le Père Ventura3. La lettre du 3 novembre montre en outre qu’il collaborait au recrutement de la Congrégation de Saint-Pierre, et qu’un service de l’Avenir lui était assuré.

Paris, le 3 9bre 1830

J’ai reçu, Monsieur et bon ami, le petit mot que vous m’aviez écrit le 18 8bre. Vous m’annonciez une lettre plus étendue, qui ne m’est point parvenue.

  • 4 Ni la Congrégation de Saint-Pierre ni l’Avenir n’étaient dans une situation matérielle florissante, (...)
  • 5 Autant qu’à la prudence, la requête tient sans doute au désir très vif qu’avait alors Lamennais de (...)
  • 6 C’était de l’évêque de Rennes que relevait la Congrégation de Saint-Pierre. Quant à l’évêché de New (...)
  • 7 Tous deux étaient administrateurs de l’Avenir.

Aujourd’hui je m’empresse de vous dire que, malgré notre détresse4 , et comptant sur celui qui n’abandonne jamais les siens, nous recevrons vos deux jeunes gens ; mais il faut, pour éviter toute espèce de désagréments et de difficultés, qu’ils aient, avant de partir leur excorporation5. Ils peuvent la demander, soit pour l’évêché de Rennes, soit pour celui de New-York6. Dans les deux cas, ils seront également à notre disposition. Comme je ne suis pas encore certain du heu où je les placerai immédiatement, il faudra qu’en arrivant à Paris, ils aillent trouver soit M. Waille, soit M. Harel7, au bureau de l’Avenir, rue Jacob, N° 20. Ils trouveront là des instructions ultérieures.

  • 8 Bien que le journal n’eût paru que depuis le 16 octobre, il avait déjà pris des positions fort tran (...)

Vous avez dû recevoir l’Avenir. Les uns en adoptent les principes avec chaleur, les autres les rejettent avec colère8. J’espère que le résultat définitif de cette lutte sera grandement utile à la religion dans notre pays, et même ailleurs. Oh ! que les catholiques seraient forts, s’ils connoissoient leur position, et savoient en tirer parti ! Cela viendra, mais il reste beaucoup de vieux préjugés à vaincre.

Je vous réitère l’assurance de mon sincère et tendre attachement.

rue du Colombier, No 15 F. de la Mennais.

A Monsieur

Monsieur l’abbé Des Garets

rue Baubecour, N° 8

Lyon

(Timbre de la poste : Nov. 1830).

  • 9 Cf. Oeuvres inédites de F. Lamennais, éd. A. Blaize, Paris, 1866, T. Il, p. 140- 142 (lettre datée (...)
  • 10 Lamennais, Correspondance, éd. Forgues, Paris, 1863, T. II, p. 374 note (la lettre est datée de Par (...)
  • 11 Ibid., p. 373-376 (31 mai 1834, c’est-à-dire le même jour que la lettre que nous publions).
  • 12 Correspondance inédite entre Lamennais et le baron de Vitrolles, Paris, 1886, p. 246.
  • 13 Ibid.

La lettre suivante se situe au début de la seconde carrière de Lamennais, celle qui s’ouvre par la publication des Paroles d’un croyant à la fin d’avril 1834. Il avait adressé peu auparavant à son beau-frère Blaize, le père du destinataire, une longue mise au point destinée à justifier sa décision de livrer sans plus attendre cette œuvre au public : le texte, longuement mûri, était achevé depuis plus d’un an, l’auteur le tenait pour parfaitement compatible avec les engagements qu’il avait souscrits envers Rome, et ni l’abbé Jean, ni Gerbet, ni Marion n’y avaient rien relevé qui pût blesser la religion9. On sait au contraire quelles tempêtes se déchaînèrent, l’ouvrage à peine sorti des presses, et comment l’émotion gagna tous les publics et jusqu’aux gouvernements. C’est après avoir été informé du scandale et en avoir éprouvé les premières conséquences que, de sa retraite bretonne, l’auteur adresse à son neveu ce message où la force d’âme et la résolution le disputent à la sérénité. Pour prendre tout leur relief, ces quelques lignes doivent être rapprochées d’une lettre de Mlle de Lucinière à laquelle Lamennais a répondu le même jour. En effet, avec les seules ressources de sa piété et de son cœur, sa vieille amie avait su trouver des accents bien propres à l’émouvoir. « Il est certain, lui disait-elle, que vous vous trompez sur la mission que le Seigneur vous avait donnée à remplir. Vous êtes abusé par votre ardente imagination. Je suis persuadée qu’après avoir écrit pour la propagation de vos systèmes, vous n’éprouvez en vous-même aucune consolation ; vous êtes sans doute plus agité, mais moins heureux que quand vous nous donniez vos belles pages sur l’indifférence, et qu’on vous annonçait qu’un esprit fort ou un impie revenait sincèrement à Dieu après la lecture de votre ouvrage10 ». La tristesse navrée de tels propos rendait vie au passé dont l’auteur des Paroles avait prétendu se dégager sans retour. Fut-il plus touché qu’il ne voulut le laisser paraître ? Encore que pleine d’affection, sa réponse à Mlle de Lucinière est plus riche d’arguments que de confidences11. Si l’on rapproche les dates, on a le sentiment que la lettre à Ange Blaize constitue la véritable réplique à ces adjurations si pressantes. Le 8 mai, Lamennais avait confié à Vitrolles que, soucieux de demeurer en paix avec tout le monde, il avait publié son livre par seul scrupule de conscience, afin que nul ne fût jamais fondé à l’accuser d’avoir « déserté la sainte bannière de l’humanité »12. Ce qu’il mande à son neveu doit être bien sûr rapproché de ce propos célèbre. Mais le solitaire qui disait n’aspirer pour lui-même qu’à « la félicité de l’oubli »,13 semble désormais rendu à l’action et impatient de combattre.

La Chênaie, le 31 mai 1834

  • 14 Il s’agit du neveu de Lamennais, le futur éditeur des Oeuvres inédites, qui portait le même prénom (...)
  • 15 Allusion entre autres à la lettre que l’abbé Jean avait, à propos des Paroles écrites à l’évêque de (...)
  • 16 La lettre à Vitrolles du 25 mai 1834 (op. cit., p. 252) expose la même résolution. Quant à la compa (...)
  • 17 Sic.

Je ne puis t’exprimer, mon cher Ange14, combien ta lettre si pleine d’affection pour moi et si pleine d’âme m’a touché. Dans une position telle que la mienne, c’est une grande douceur que de sentir près de soi des cœurs amis : cela console de bien des chagrins et de bien des ingratitudes. Je ne sais pas encore jusqu’où iront les intrigues des méchants et des hypocrites, et où s’arrêteront les nouvelles tempêtes qu’ils s’efforcent de soulever contre moi15. Mais ce que je sais, c’est qu’avec l’aide de Dieu je serai ferme contre elles et ne faillirai point à la cause de l’humanité. J’ai résolu de défendre la justice, de défendre le pauvre, le faible, l’opprimé, et je les défendrai, quoi que puissent dire et faire ceux qui spéculent sur la race humaine comme on spécule sur des animaux dans un marché16. Qu’importent, près de ce grand devoir, des souffrances de quelques jours ? On n’est pas longtemps sur la terre ; l’essentiel est d’y faire quelque bien en passant, et d’y laisser de soi une mémoire bénie des malheureux, car ceux-là sont le grand nombre, et c’est à ceux-là que J.C. disait : Venite ad me omnes 17qui laboratis et onerati estis, et ego reficiam vos. Embrasse tes frères pour moi, et crois, mon cher Ange, que personne ne t’aime plus tendrement que ton oncle.

f.

  • 18 Cf. ces remarques contemporaines du procès provoqué par la brochure Le Pays et le Gouvernement : «  (...)

4Ces quelques lignes engagent les vingt années à venir. Jusqu’à la mort qui le confondra avec les pauvres dans l’anonymat de la fosse commune, Lamennais observera sans défaillance la ligne de conduite qu’il vient ici de définir18.

  • 19 Corespondance, op. cit., T. II, p. 432 (A Messieurs les Membres du Comité de défense des accusés d’ (...)
  • 20 Sur cette belle figure on peut consulter, mieux que les notices qui lui sont consacrées dans la Gra (...)
  • 21 Histoire de Dix Ans, chap. XXXVI (p. 719 de l’éd. de 1882, Paris, Jeanmaire).
  • 22 Ibid., p. 776-777 et Europe, op. cit., p. 113.

5Le procès d’avril lui fournit une première occasion de contribuer à cette défense des humbles qu’il confondait avec celle de la justice. Le Comité constitué pour assister les accusés déférés devant la Chambre des Pairs à la suite des mouvements insurrectionnels de Lyon et de Paris, avait sollicité son concours, qu’il s’empressa d’accorder. « Je serai heureux et fier, lit-on dans sa réponse, de m’associer, dans cette circonstance, aux hommes qui représentent, avec un courage si généreux, les sacrés principes d’égalité et de liberté auxquels les peuples devront leur complet affranchissement et le monde un meilleur avenir »19. Parmi les prévenus, Charles Lagrange occupait une situation particulière20. Né à Paris en 1804, ce républicain avait commencé par servir dans la marine, où il avait évité de peu le conseil de guerre pour avoir pris la défense de l’un de ses camarades condamné à une peine corporelle, puis il s’était tourné vers la politique. Dans son Histoire de Dix Ans, Louis Blanc a exposé en détail le rôle important qu’il joua lors des événements d’avril 1834 à Lyon. Animateur dans cette ville de la Société du Progrès, formée pour l’essentiel d’anciens membres de la Charbonnerie, il avait d’abord désapprouvé un soulèvement dont il prévoyait l’échec. Mais, une fois les premiers coups de feu tirés, il n’avait point refusé les responsabilités et avait alors su joindre la générosité à la bravoure : chef du réduit des Cordeliers, il sauva la vie d’un policier que les insurgés avaient surpris dans leurs rangs21. Par la suite, l’estime que lui portaient ses camarades lui valut, à la Conciergerie, d’être nommé membre du Comité qu’ils avaient formé pour leur défense, et sa fermeté fut si grande à l’audience qu’après l’avoir fait expulser, le Président Pasquier finit par lui témoigner du respect22. Frappé le 13 août 1835 d’une des peines les plus lourdes – vingt ans de détention – il dut à l’amnistie dont le mariage du prince héritier, le duc d’Orléans, avec la princesse Hélène de Mecklembourg fournit le prétexte, de passer assez peu de temps en prison. Cette épreuve n’avait point altéré ses idées. Démocrate convaincu, il est au premier rang des combattants parisiens en février 1848 ; proscrit au Deux-Décembre, il mourra en exil.

  • 23 Cf. F. Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la Révolution de 1848, Paris, 1910, p. 337.
  • 24 Op. cit., p. 211.

6Un tel homme avait tout pour séduire Lamennais, qui mettait au plus haut les vertus civiques et l’attachement à la cause populaire. Mais, outre l’estime personnelle, une certaine conformité d’idéal a certainement favorisé la naissance de leur amité. En matière sociale, Lagrange professait, semble-t-il, un réformisme qui lui valu la suspicion de l’extrême gauche lors des élections de 184823, et la lettre suivante laisse entendre qu’il avait fort apprécié le Livre du peuple, publié par son ancien défenseur en décembre 1837. Or ce travail était plus disert à propos des revendications politiques que des mesures économiques, et au jugement de l’auteur, comme le souligne justement Boutard24, la question morale demeurait essentielle en matière sociale.

Paris, le 7 mars 1838

  • 25 Lamennais, surtout dans les temps d’épreuves, aimait ces images marines ; cf. à Vitrolles, 25 avril (...)
  • 26 Le Livre du peuple. Quant aux « froids blasphémateurs » sans doute désignent-ils, à la fois, les th (...)

Je vous savais à Mulhouse, mon cher Lagrange, par nos communs amis près de qui je me suis souvent informé de vous ; mais j’ignorais que Mlle votre sœur vous y eût accompagné, et cette circonstance me fait grand plaisir ; elle m’est comme un gage de bonheur pour tous deux. Et puis l’on m’assure que le pays est bon, meilleur surtout que le centre de la France profondément atteint de la corruption de Paris : d’où je conclus que votre séjour en Alsace doit vous être au moins agréable par quelque côté, et je m’en réjouis de toute l’étendue de mon amitié pour vous. Je vous souhaitais tant un peu de repos, après de si rudes souffrances ! J’ai aussi éprouvé plusieurs traverses depuis que nous ne nous sommes vus. Mais le vieux matelot, si souvent mouillé et roulé par la vague, est endurci aux accidents de mer25. Ce à quoi il ne le sera jamais, ce sont les maux nombreux, c’est la misère profonde où le pauvre peuple est en proie, et qu’il a sous les yeux à toutes les heures du jour. Oh ! que cela fait souffrir ! Oh ! que volontiers on donnerait jusqu’à la dernière goutte de son sang pour adoucir le sort de cette multitude délaissée par les uns, opprimée par les autres, et que de froids blasphémateurs condamnent sans pitié, dans leurs infernales théories, à un désespoir éternel ! Puissiez-vous dire vrai, mon ami, quand vous me flatez que mon dernier livre26 pourra être de quelque secours à ces hommes que je sens m’être d’autant plus chers, d’autant plus frères en quelque sorte, qu’ils sont plus infortunés ! Ce me serait une joie immense que de l’espérer seulement.

Adieu, mon ami ; parlez à Mlle votre sœur de mon respectueux attachement, et gardez l’un et l’autre un peu de souvenir et d’affection à celui qui vous est dévoué à tous deux avec plus de tendresse qu’aucune parole ne peut l’exprimer.

F. Lamennais.

Monsieur

Monsieur Charles Lagrande

Mulhouse

  • 27 Leurs relations ont été plus particulièrement étudiées par Maréchal dans la Revue d’histoire littér (...)
  • 28 La Mennais, Paris, 1922, p. 340-341.

Mais, lors de ces années laborieuses, Lamennais n’est pas que le militant de la sainte cause populaire. Chacun de ses biographes a rappelé de quel prix l’amitié – et d’abord l’amitié féminine – avait été pour lui. Parmi celles qui mirent quelque douceur dans son existence ardente et triste, Mme Clément occupe une place importante27. Il lui avait été présenté par Béranger, un ami de la maison, et il semble avoir entretenu assez vite avec elle ce qu’on pourrait nommer une familiarité d’âmes. « Dans sa correspondance avec cette admiratrice, confiante et vénérable, qui survenait au déclin de son automne, il n’a pas cette abondance et cette plénitude de langage dont il était coutumier », prétend François Duine qui ajoute joliment : « On dirait que la couleur de son encre a pâli »28. Nous penserions plutôt que, face à un esprit qui partageait docilement toutes ses idées et, mieux encore, ses inquiétudes ou ses colères, le grand homme se laissait aller à un monologue qui mêlait, selon l’humeur et l’instant, de banales confidences aux conseils plus intimes et aux commentaires de l’actualité. Ainsi cette lettre du 27 février 1840 porte de Paris en Charente un tableau de l’hiver parisien tel que doit le subir un solitaire quelque peu misanthrope, et un couplet plein de véhémence sur la rapacité de la famille royale.

Paris, le 27 février 1840

  • 29 C’est l’habitude de Lamennais, dans ses lettres à Madame Clément ou à Marion, de parler ainsi du te (...)
  • 30 Quand je ne peux faire autrement ; cf. Confidences, op. cit., p. 218 (3 mars 1840) : « Je ne vois q (...)
  • 31 Ces remarques ne doivent rien aux circonstances. A Paris, Lamennais avait toujours la nostalgie de (...)

M. Clément sort de chez moi, et je m’empresse de vous annoncer qu’il ne se ressent plus du tout de la chute qui vous inquétoit. Le voyage a achevé de le rétablir, quoique le froid ait dû le rendre un peu pénible. Nous avons depuis quelques jours un temps sec, mais rude29. Le thermomètre descend toutes les nuits à plusieurs degrés au-dessous de zéro, et c’est à peine si, vers midi, il dégèle un peu au soleil. Cela met ma paresse à l’aise. Je ne quitte ma chambre que très rarement, lorsque j’ai à dîner en ville, ce qui ne m’arrive guère que dans mon dernier30. Il vaudroit mieux prendre l’air extérieur et faire quelque exercice, mais je n’en ai pas le courage. A la campagne on vit plus dehors, et ce n’est pas un petit avantage. On n’a point à s’habiller, on rentre quand on veut, pour ressortir encore, si quelques rayons de soleil vous attirent. Pour moi je ne le vois que de loin ; à peine se montre-t-il quelques instants dans mon cabinet, exposé au nord et au nord-est. Un poêle m’en tient lieu. Ce n’est pourtant pas la même chose. Je conçois que vous préfériez une promenade de plain-pied aux pentes de Richemond ; et puis vous avez autour de vous mille petites occupations agréables qui manquent à la ville, le potager, le parterre. Il n’est pas jusqu’à la basse-cour qui ne distraie31.

  • 32 Le célèbre buste de David d’Angers datait de 1839.

Vous revevrez par la diligence le buste qu’on a fait de moi d’après celui de David32, et qui est bien loin de le valoir. Tel qu’il est, veuillez l’accepter comme un faible témoignage de mon attachement aussi sincère qu’inaltérable.

  • 33 Lamennais revient sur ce sujet le 3 mars 1840 (Confidences, op. cit., p. 219). C’était le 25 janvie (...)
  • 34 Toujours très sensible à la misère populaire, Lamennais fut particulièrement attentif à la cherté d (...)

La Cour a été et est encore furieuse du rejet de la dotation Nemours33. En apprenant le vote de la Chambre, la reine s’évanouit ; le roi pleura ; c’étoit une touchante désolation de famille. Il est vrai que cette famille voit très tranquillement mourir de faim des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, privés de travail depuis plusieurs mois, et qui, au train des choses, ne paroissent pas devoir en retrouver de sitôt34. Que voulez-vous ? Lorsque l’on n’a qu’une trentaine de millions à dépenser par an, et qu’il faut là-dessus doter fils et filles, qu’on en est menacé au moins, il est bien naturel de songer d’abord à sa propre misère. D’ailleurs n’a-t-il pas fallu payer 40 000 f à une danseuse de l’Opéra, entretenue par M. de Nemours, pour la décider à quitter Paris, du moins pendant les noces du prince ? Ainsi, pertes de tous côtés. Ce serait à se pendre, si une corde ne coûtoit rien.

  • 35 Le fils Clément dont Napoléon Peyrat, l’ami de Béranger, était le précepteur.

Milles amitiés à Charles35. J’espère le revoir ici avec vous l’hiver prochain. Ce me sera un grand plaisir, après une si longue absence. Votre bien dévoué.

F. Lamennais.

Madame

Madame Z. Clément

au grand Parc, par Cognac, Charente

  • 36 La Gloire de Béranger, Paris, 1968, T. II, p. 200 sq.
  • 37 Lettre du 28 mai 1834.
  • 38 Lettre à Benoît-Champy du 12 juin 1837 citée ibid., p. 212.

7C’était, nous l’avons dit, par Béranger que Lamennais avait été introduit dans la famille Clément. Son amitié avec le chansonnier, qui symbolise de quelque manière le cours nouveau qu’il avait donné à sa vie comme à ses idées, a été maintes fois évoquée, et tout dernièrement encore par Jean Touchard en termes excellents36. Ils s’étaient rencontrés chez Benoît-Champy une dizaine d’années auparavant, alors que Lamennais s’apprêtait à partir pour Rome après avoir interrompu la publication de l’Avenir. Dès avril 1834, leurs relations étaient devenues assez confiantes pour que Béranger fasse confidence de cette amitié inattendue, et surtout qu’il adresse, le 28 mai 1834, à l’auteur des Paroles d’un croyant une longue lettre que celui-ci jugea « parfaite ». D’aucuns dont, assez curieusement, Saint-Beuve, ont jugé regrettables ces liens personnels entre le prêtre déçu par Rome et le chantre du Dieu des bonnes gens... Le fait est que Béranger, qui était fort bon homme, se préoccupe souvent de Lamennais dans sa correspondance, l’invite à loger chez lui, et s’offre à lui venir en aide dans le besoin. Jean Touchard a finement marqué ce que cette sollicitude présentait de sincère et d’un peu indiscret. Elle semble très caractéristique d’un homme dont la réserve ne formait pas la qualité dominante, et pour qui la bonne conscience constituait comme une seconde nature. Quelque pose ne se mêlait-elle pas, du reste, à ce tête-à-tête complaisamment évoqué ? « La Providence nous a jetés l’un sur l’autre au plus fort de la mêlée, pour faire de vous, monsieur, l’aumônier de la grande armée des peuples, et de moi le modeste fifre d’un régiment d’enfants perdus »37. Le solitaire frileux que nous venons de surprendre blotti dans sa chambre auprès de son poêle, a toujours dédaigné de parler de lui-même avec cette emphase. Parfois, il est vrai, quand il se réveille moins, Béranger est plus heureux, et par exemple lorsqu’il déplore que Lamennais, devenu collaborateur du Monde, asservisse son talent aux exigences de l’actualité. « C’est, écrit-il alors de son ami, un des grands et beaux arbres qui, agités par les vents, envoyent leurs semences au loin et à qui l’air de la montagne convient ; mettez donc un pareil cèdre en espalier !38 ». L’image est bien venue, et il suffit d’avoir parcouru les articles de l’Avenir ou du Peuple constituant pour en sentir la jeunesse.

  • 39 Ibid., p. 213.
  • 40 Lettre du 18 décembre 1840 in Correspondance de Béranger recueillie par Boiteau, Paris, 1860, T. II (...)

8Comme dans le cas de Lagrange, cette amitié reposait sur une certaine communauté de pensée, soulignée par l’ambition qu’eurent les deux hommes d’écrire chacun un Livre du peuple. Après que Lamennais eut seul donné suite au projet, Béranger loua grandement son œuvre, regrettant seulement que « les paraboles évangéliquement onctueuses » qui coulaient « avec tant de grâce » du cœur de l’auteur ne fussent pas plus nombreuses dans le texte39. Alors que la monarchie orléaniste, qui se croyait désormais sûre de sa force, découvrait son vrai visage, tous deux combattaient pareillement pour la cause des humbles, même si l’un tolérait, en fin de compte, un gouvernement que l’autre ne perdait pas une occasion de censurer durement. Et la métaphysique elle-même les trouvait d’accord, puisque le chansonnier, en 1840, fut lecteur attentif et enthousiaste de l’Esquisse d’une philosophie40.

  • 41 Il avait passé trois mois à Sainte-Pélagie de décembre 1821 à mars 1822 (Touchard, op. cit., T. I, (...)
  • 42 Correspondance, op. cit., p. 222 (27 novembre 1840).
  • 43 Ibid., p. 223.
  • 44 Ibid., p. 227.
  • 45 Il est attesté entre autres in Roussel, Lamennais d’après des documents inédits, Rennes, 1893, T. I (...)
  • 46 Analysé in Boutard.op. cit., p. 253-254.
  • 47 Dont le National du 27 décembre 1840 rappelait la vive réaction pendant le réquisitoire.
  • 48 Confidences, op. cit., p. 233.

9Ces circonstances expliquent combien son émotion fut vive lorsqu’au terme de poursuites engagées à cause de la brochure Le pays et le gouvernement, son ami fut incarcéré à Sainte-Pélagie pour un an. Il savait bien sûr d’expérience personnelle41 qu’une pareille détention ne risquait guère de compromettre la réputation de celui qu’elle frappait, mais la mauvaise santé du prisonnier pouvait rendre pour lui l’épreuve particulièrement redoutable. Aussi n’avait-il pas hésité, dès la date de l’audience connue, à lui conseiller de faire défaut, lui offrant chez lui une retraite propre, pensait-il, à le protéger de « la justice et la police excitées par la sacristie »42. Et comme Lamennais, qui ne brilla jamais par le sens pratique, avait selon toute vraisemblance pris cet avis à la légère, on voit peu après Béranger insister, et entrer dans des détails de procédure. « Quant à votre jugement, vous avez beau dire, vous êtes saisissable au corps, à moins d’une déclaration au greffe de l’impossibilité de comparution »43. La sentence prononcée, il revient à la charge et esquisse un plan. « N’attendez-vous pas une saison moins rigoureuse pour vous constituer ? Pensez-vous à une maison de santé ? Cela dépend du ministère de l’intérieur. Benoît, bien affligé sans doute, va vous aider à prendre une détermination... Si je lui était bon à quelque chose, dans ce qu’il peut et veut faire pour vous, qu’il me le dise »44. Une intervention de Béranger aurait-elle suffi au condamné pour éviter la prison ? L’intérêt que lui portait la police politique45, et la vigueur du réquisitoire46, permettent d’en douter. Boutard l’a justement rappelé : c’étaient la personnalité et les intentions du pamphlétaire qui avaient été visées, plus que le délit constitué par la publication de son texte. Les propos de l’avocat-général n’avaient laissé aucun doute à cet égard. L’émotion soulevée par l’affaire dans l’opinion, la présence à l’audience d’un public nombreux parmi lequel figurait Chateaubriand47, avaient encore souligné l’importance toute politique de l’action judiciaire. La sévérité du verdict devenait, dans ces conditions, une manière de consécration à laquelle on voit mal comment Lamennais aurait pu se soustraire : outre qu’une pareille dérobade répugnait certainement à son caractère, il devait accepter sans déplaisir de devenir, aux yeux de tous, la victime exemplaire d’un pouvoir exécré. « Mon imagination ne s’effraie nullement de ce changement d’existence, écrivait-il par exemple le 30 décembre (le jugement datait du 26). On est bien partout où le devoir conduit, et la condamnation sera beaucoup plus utile à la cause sainte que j’ai défendue et que je continuerai à défendre tant qu’il me restera un souffle de vie, que ne l’eût été mon acquittement. Ainsi tout est pour le mieux... J’accepte, sans vouloir l’abréger, la tâche qu’ici-bas m’a imposée la Providence »48. Mais cette âme inflexible détestait la violence : ce fut sans attirer l’attention qu’il gagna la prison, alors qu’une manifestation était prévue par la gauche à cette occasion.

  • 49 Mémoires d’outre tombe, éd. Levaillant-Moulinier, Paris, 1964, T. II, p. 929.

10La letre du 16 janvier 1841 livre ses premières impressions, et montre comment le courage et l’ironie sont devenus pour lui les meilleures remèdes à la détention. L’homme que, tout à l’heure, l’hiver parisien paraissait engourdir parle de son nouveau logis avec une alacrité inattendue. Il est vrai que, grâce à cet illustre locataire, ce lieu sordide allait connaître une prestigieuse consécration littéraire. La mansarde ici évoquée reparaît dans les Mémoires d’outre tombe, où certains détails permettent de la reconnaître même si, songeant toujours à la postérité, le visiteur est plus soucieux de mise en scène que le prisonnier. « La révolution de juillet a relégué aux ténèbres d’une geole le reste des hommes supérieurs dont elle ne peut ni juger le mérite, ni soutenir l’éclat. Dans la dernière chambre en montant, sous un toit abaissé que l’on peut toucher de la main, nous imbéciles, croyants de liberté, François de Lamennais et François de Chateaubriand, nous causons de choses sérieuses »49. Le parallélisme délibéré des patronymes, la suggestive imprécision de la dernière formule le soulignent à l’évidence : la rencontre, dans la prison où la justice du régime mêlait les détenus politiques aux condamnés pour dettes, des deux « croyants » occupés à déchiffrer l’avenir prenait valeur de symbole, et jetait un redoutable et méprisant défi à la bourgeoisie triomphante.

  • 50 Cf. Correspondance de Béranger, op. cit., p. 225-226.

11Sous la Restauration, Béranger avait été incarcéré lui aussi à Sainte-Pélagie, d’où peut-être l’abondance et la précision des détails que son correspondant lui fournit : ils pouvaient intéresser un ancien pensionnaire. Mais Lamennais devait encore rassurer cet ami dont il savait la sollicitude. Même si, derrière ses premières notations de captif, une sourde colère se laisse aisément deviner, il ne tarde pas à délaisser la politique. Curieusement pour un homme dans sa situation, il consacre toute la seconde partie de sa lettre à traiter de grammaire. C’est que, si élogieux qu’il se fût montré pour la doctrine exposée dans l’Esquisse d’une philosophie, le chansonnier avait fait des réserves sur certains détails de style : ce rimeur volontiers jovial aimait à l’occasion se montrer puriste ou, pour employer son langage, « après avoir fait sa révérence au soleil se permettre de lui trouver quelques taches »50. Il avait formulé ses amicales observations le 16 décembre. Les discuter avec tant de bonne humeur et de soin dès la première correspondance, attestait que le prisonnier conservait toute sa disponibilité intellectuelle.

Ste Pélagie, 16 janvier 1841

  • 51 Lamennais a plusieurs fois décrit sa prison dans sa correspondance (lettres du 15 janvier 1841 à la (...)

Me voici donc, très cher ami, dans cette maison dont vous connaissez les agréments, qui n’ont pas varié depuis les quinze ou vingt années en ça où vous en jouissiez, grâce au bon vouloir et à l’éloquence du parquet de la Restauration, auquel le parquet du 7 août n’a rien à envier51. J’occupe, dans le pavillon de l’Est, une des deux chambres les plus élevées. J’y peux faire neuf pas par la diagonale, et quand je viendrais à perdre l’avant-bras, je pourrais encore toucher le plafond avec le coude. Notez que ma taille atteint presque 4 pds 11 pces, mesure de roi. L’architecte a merveilleusement résolu un problème curieux ; c’était de construire une cave à 50 pieds au-dessus du sol. Il y a réussi en pratiquant à 5 pds à peu près au-dessus du parquet de tuiles, des soupiraux armés de barreaux de fer, lesquels soupiraux produisent vraiment une illusion complette. Cependant je dois avouer que, comme on ne pense jamais à tout, il a failli en un point grave ; car, pour la perfection de son œuvre, il aurait dû masquer le vaste horizon que l’on découvre en se hissant à la hauteur de ses soupiraux. Que Dieu lui pardonne cet oubli aussi parfaitement que je le lui pardonne moi-même ! Jusqu’à présent je n’ai engendré dans ma cave aérienne ni tristesse, ni mélancolie, et j’espère en sortir l’an de grâce 1842, sans que ma santé ait beaucoup souffert de la privation gênante pourtant d’air, de lumière et d’exercice.

  • 52 L’Esquisse d’une philosophie avait été très mal accueillie dans les milieux catholiques (cf. Duine, (...)
  • 53 Cf. Correspondance de Béranger, op. cit., p. 226 : « Où, monsieur le Breton, avez-vous pris cette l (...)
  • 54 Le propos vise sans doute moins la doctrine de Royer-Collard que sa manière abstraite et hautaine. (...)
  • 55 Le Dictionnaire de l’Académie (1835) précise : soi : pronom de la troisième personne, substantif de (...)
  • 56 Rien dans les lettres de Béranger que nous avons pu consulter n’explique cette allusion. Mais le «  (...)
  • 57 Les visites de Béranger furent de fait fréquentes et pleines d’agrément pour le prisonnier (cf. Tou (...)
  • 58 Ce libraire, qui édita l’Histoire de Dix Ans de Louis Blanc et des pamphlets de Lamennais, était un (...)

Vous m’avez, très cher, jugé en ami ; mais les injures de quelques autres font une sorte de compensation52. Aucuns vont, à propos de ma pauvre philosophie, jusqu’à parler de mes crimes. Ce jusqu’à me rappelle une de vos douces critiques53. Le ne dont vous vous plaignez n’est pas un malouinisme, mais un archaïsme pour parler pompeusement, à la manière des érudits. Relisez les grands écrivains du siècle de Louis XIV ; aucun ne manque à employer le ne dans les phrases analogues à celles où je l’ai employé moi-même. Avaient-ils tort, avaient-ils raison ? Par ma foi, je n’en sais rien ; tout ce que je sais, c’est qu’ils l’employaient, c’est un fait, et je pense que vous ne répondez pas comme Royer-Collard : « Il n’y a rien que je méprise autant qu’un fait »54 . On pourroit disputer davantage sur le soi : c’est pourquoi je ne disputerai point55. Mais quand à l’ombre et au dessin 56je tiens ferme, très ferme. Je ne suis pas homme à céder mon ombre comme un sot allemand dont vous connoissez l’histoire. Ce sera donc une affaire à discuter quand nous nous verrons, et plaise à Dieu que ce soit bientôt57 ! Car je m’ennuie, très cher, terriblement d’une absence si longue. Adieu, portez-vous bien, pensez à moi et écrivez-moi sous le couvert de Pagnerre58.

F.L.

J’ai vu Brétignères ; il ne m’a point demandé votre adresse.

Monsieur

Monsieur Béranger

  • 59 Perrotin était l’éditeur de Béranger, qui avait fait sa fortune.

Recommandée à M. Perrotin59.

  • 60 Cf. sa lettre à Marion du 25 novembre 1841 (Confidences, op. cit., p. 251).

12Lamennais sortit de Sainte-Pélagie le 3 janvier 1842, aussi discrètement qu’il y était entré, et reprit son existence laborieuse. Mais la détention, il s’en plaint et on peut l’en croire, avait encore altéré sa santé qui n’avait jamais été florissante60. La lettre du 28 octobre 1842, adressée selon toute vraisemblance à Mme Clément, retrouve les thèmes qu’abordait celle de février 1840, mais le ton en est plus triste, comme si l’auteur désormais sexagénaire sentait la mort approcher. Si sa haine des politiciens de juillet demeure toujours aussi vive, elle s’exprime en termes plus généraux, avec moins de cinglante ironie. On y perçoit surtout l’écho de la colère soulevée, chez les gens de gauche, par l’affaire du droit de visite et le rapprochement avec l’Angleterre conservatrice. L’atavisme se rencontre ici avec l’actualité ; pour ce Malouin, fils de négociant ruiné par le blocus continental, l’incident réveillait de vieux souvenirs.

Paris, 28 octobre 1842

  • 61 Identiques confidences à Marion peu après (ibid., p. 276-278).

Nous avons un temps humide, mais assez doux depuis deux jours. Cependant je ne sors guères, ou plutôt point du tout. Une sorte de paresse que je ne justifie pas, que je n’excuse pas, me retient dans ma chambre. Il est vrai que mes forces ont bien diminué, à raison, je crois, du délabrement de l’estomac61, suite de ce long séjour que j’ai fait en prison. Je ne m’en remettrai jamais.

  • 62 Cette Histoire est son œuvre principale. Comme les relations de Peyrat avec Béranger, qui l’avait b (...)

M. Peyrat m’a fait envoyer son Histoire des pasteurs du désert62. Veuillez l’en remercier de ma part, car je ne saurais où lui adresser ma lettre. Je n’ai pu jusqu’ici lire son livre, en ayant d’autres qu’il faut que j’achève pour les rendre. Mais, une fois libre, ce qui ne tardera pas, je ferai, avec un plaisir, le voyage des Cévennes. Par la faute des libraires sûrement, Béranger n’a pas reçue encore l’ouvrage de M. Peyrat. Je vous prie de l’en avertir, afin que cet oubli soit réparé le plutôt possible. Je crois aussi qu’il seroit convenable qu’une lettre de M. Peyrat accompagnât cet envoi. Si, par hasard, il n’avoit pas l’adresse de Béranger, la voici : à Passy, rue Vineuse 15.

  • 63 Les sentiments de Lamennais pour le personnel orléaniste devaient bientôt trouver leur expression l (...)
  • 64 L’affaire du droit de visite avait permis d’accuser le gouvernement d’abandonner à la marine anglai (...)

La politique dort. Elle ne se réveillera qu’à la rentrée des chambres, où se posera de nouveau l’éternelle question de savoir qui tuera la France, de M. Guizot, de M. Thiers, ou de M. Molé63. Ls Ph. est pour nous ce qu’étoit Charles II pour l’Angleterre. Il nous vend, nous livre à celle-ci, comme Charles II vendoit, livroit son pays à la France. La seule différence est que Charles II se faisoit payer par Louis XIV, et que Ls Ph. s’estimant à son juste prix, s’est donné pour rien. Il vient, contre les engagements pris en face des chambres, d’achever le désarmement de notre flotte64. Ne vous étonnez pas si, l’un de ces jours, vous entendez dire, qu’on vient de la remettre entre les mains de commissaires anglais.

Je vous remercie, vous savez de quoi. Mille hommages affectueux.

F.L.

13Il fallut la Révolution de février pour rendre au vieil écrivain comme une seconde jeunesse. La lettre suivante est, en effet, d’un homme tout entier repris par l’action. Datée du 14 novembre 1848, elle est adressée aux membres de la commission du Banquet électoral de Lyon.

  • 65 Affaires de Rome, Paris, 1836-1837, p. 7.
  • 66 Cf. F. Dutacq, L’élection de Louis-Napoléon Bonaparte à Lyon (octobre-décembre 1848) in Revue d’his (...)

14Lamennais connaissait cette ville pour y être passé en 1831 avec Lacordaire et Montalembert, tandis que tous trois se rendaient en Italie. Elle était alors en pleine insurrection, et les Affaires de Rome nous ont conservé les impressions des voyageurs. « En arrivant à Lyon, ils trouvèrent la ville au pouvoir des pauvres ouvriers, que tous, hors leurs implacables ennemis, bénissaient, car, défenseurs d’une cause juste et sainte, et jusqu’au bout dignes d’elle, pas une pensée mauvaise ou superbe n’était montée en leur cœur après le combat ; le peuple avait vaincu, et l’ordre et la liberté et la sécurité régnaient »65. Ces remarques de 1836 laissent assez prévoir quels espoirs la fuite sans gloire de Louis-Philippe et l’effondrement de son régime purent susciter chez leur auteur. A Lyon, le triomphe de la République devenait la tardive revanche des vaincus sur le maréchal Soult, qui les avait traités de brigands. De fait, en novembre 1848, la situation locale paraissait favorable aux forces populaires66. Alors qu’un peu partout le souvenir des Journées de juin et la peur du communisme semblaient garantir la victoire de Louis-Napoléon Bonaparte aux prochaines élections présidentielles, Raspail venait d’y obtenir, en septembre, 26 390 voix contre seulement 14 428 au candidat du parti de l’ordre. Mis en confiance par ce succès, les socialistes lyonnais s’étaient associés avec un zèle particulier à la nouvelle campagne des banquets que leurs camarades organisaient pour lors un peu partout en France. Le 26 novembre, six mille citoyens du Rhône et de l’Isère se rassemblèrent à Villeurbanne, pour acclamer la candidature de Raspail à la Présidence de la République. En fait une active et habile campagne des bonapartistes dans les milieux populaires suffit à renverser la tendance, aidée par le chômage et la misère. Dans le département du Rhône, le prince obtint près de 106 000 voix et Raspail moins de 10 000, sur environ 143 000 suffrages.

  • 67 A Vitrolles (Correspondance inédite, op. cit., p. 387, 15 décembre 1841). Le 25 avril (ibid., p. 33 (...)
  • 68 Cf. Jean Bruhat, Lamennais et le mouvement ouvrier français, in Europe, op. cit., p. 91.
  • 69 Cf. Correspondance, éd. Forgues, op. cit., T. II, p. 495-497. La fin est particulièrement sévère : (...)
  • 70 Mémoires d’outre tombe, loc. cit.

15Mais l’intérêt du message aux organisateurs du banquet lyonnais dépasse largement ces perspectives électorales. Les convives de Villeurbanne devaient en effet entendre de nombreux toasts inspirés du programme socialiste, et l’on a des raisons de douter que les propos de Lamennais eussent été à l’unisson. La simple lecture de sa lettre montre combien ses positions politiques demeuraient teintées d’idéalisme. Depuis longtemps il avait marqué ses distances à l’endroit des théories socialistes, si nombreuses à l’époque. « Nous sommes, écrivait-il de Sainte-Pélagie, entre les hommes du passé, qui se fatiguent à le galvaniser dans son tombeau, dans l’espoir insensé de le faire revivre, et les hommes qui se tourmentent non moins vainement pour créer un avenir en dehors de toutes les conditions de la vie. Il faut que ces deux générations passent avant que quelque chose puisse germer dans le sol qu’ils labourent stérilement »67. Par la suite il avait opposé une fin de non-recevoir à Arnold Ruge et Karl Marx qui sollicitaient sa collaboration à leurs éphémères Annales franco-allemandes 68, avant de prendre publiquement position, dans une lettre au rédacteur en chef du National (mai 1847), contre tout système fondé sur la suppression de la propriété individuelle69. Le texte qui suit montre que, même après les Journées de Juin, il demeurait fidèle au rôle qu’il s’était assigné depuis les Paroles, celui d’un prédicateur du « royaume de Dieu, annoncé par le Christ ». Et s’il appelle de ses vœux la république démocratique et sociale, il compte sur l’action de valeurs morales, voire religieuses, pour l’établir. Les lendemains glorieux que promet le représentant du peuple de 1848 aux « soldats de la sainte cause » rappellent ainsi la fin que le journaliste catholique de 1831 assignait à l’Avenir de la société. « Il a beau se débattre, ses idées ont été jetées dans le moule religieux, écrivait Chateaubriand du prisonnier de Sainte-Pélagie ; sa parole a retenu le bruit du ciel »70. Il n’est pas sûr que ces harmonies-là eussent transporté d’enthousiasme les militants lyonnais, qui venaient de refuser leur confiance à Lagrange pour des raisons de cet ordre. Peut-être convenaient-elles mieux à la jeunesse des écoles qui, comme l’atteste le dernier billet, demanda peu après à Lamennais d’être son hôte.

  • 71 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, article Lamennais, rappelle qu’en novem (...)

16Aux citoyens membres de la Commission du Banquet électoral de Lyon71,

Citoyens,

Vous me faites l’honneur de me convier au banquet électoral de Lyon, qui aura lieu le 26 de ce mois. J’accepterois, avec autant d’empressement que de reconnaissance, votre fraternelle invitation, si mon devoir ne me retenoit ici, en ce moment surtout où la république, en butte à tant d’attaques, va de nouveau subir une grande et solennelle épreuve. Chacun de nous, soldats de la sainte cause, qui triomphera par l’union, la persévérance courageuse, le concert de tous les efforts, doit être à son poste, pour y concourir, selon ses moyens, à l’œuvre commune.

Que, soulevés par un souffle stérile, semblable à l’haleine de la mort, les débris du passé s’agitent, c’est une tempête dans un sépulcre ; elle n’y remue que des cendres et quelques ossements. A nous le monde des vivants, à nous l’avenir, à nous, enfants de Dieu, le royaume de Dieu, annoncé par le Christ, il y a dix-huit siècles, à nous, par la liberté, l’égalité, la fraternité, la patrie que le peuple a nommée d’un nom impérissable désormais, la république démocratique et sociale !

Lamennais.

Paris, 14 novembre 1848

Citoyens,

Ne doutez pas que je ne sois heureux d’assister, si cela m’est possible, au banquet démocratique et social auquel vous me faites l’honneur de m’inviter. Soyez, dans tous les cas, bien convaincus que je m’y associerai par toutes mes sympathies.

Salut et fraternité.

Lamennais

Ce 1er décembre 1848.

Monsieur Th. Héli,

membre de la commission du banquet

Les Ecoles

Rue de l’Ecole de Médecine 85.

Notes

1 Cf. notre Lamennais, ses amis et le mou vement des idées à l’époque roman tique, Paris, 1962, p. 279 sq.

2 Cf. Clavière, Les Assemblées des trois ordres de la Sénéchaussée de Beaujolais en 1789, Lyon, 1935, p. 517 et la notice de Limouzin-Lamothe dans le Dictionnaire de biographie française, T.X. Après 1840, Des Garets a pris une part active à la croisade contre l’Université, que Lamennais avait inaugurée sous la Restauration avec tant de véhémence.– Il nous est agréable de remercier ici Maître Jean Tricou qui a bien voulu aider nos recherches concernant ce personnage.

3 Cf. Le Guillou, L’évolution de la pensée religieuse de Félicité Lamennais, Paris, 1966, p. 458.

4 Ni la Congrégation de Saint-Pierre ni l’Avenir n’étaient dans une situation matérielle florissante, et leur liquidition provoquera des difficultés sérieuses (cf. notre Lamennais, ses amis…, ibid.).

5 Autant qu’à la prudence, la requête tient sans doute au désir très vif qu’avait alors Lamennais de scrupuleusement respecter la discipline ecclésiastique.

6 C’était de l’évêque de Rennes que relevait la Congrégation de Saint-Pierre. Quant à l’évêché de New-York, son titulaire était pour lors Mgr Dubois qui, sensible au prestige intellectuel de Lamennais et désireux de fonder dans sa ville une université catholique, avait demandé le concours de la nouvelle Congrégation pour se faire (cf. Laveille, Jean-Marie de Lamennais, Paris-Vannes, 1924, T. I, p. 449-450).

7 Tous deux étaient administrateurs de l’Avenir.

8 Bien que le journal n’eût paru que depuis le 16 octobre, il avait déjà pris des positions fort tranchées : cf. l’article liminaire de Lamennais qui, dès le premier jour, avait revendiqué les libertés nécessaires.

9 Cf. Oeuvres inédites de F. Lamennais, éd. A. Blaize, Paris, 1866, T. Il, p. 140- 142 (lettre datée de La Chênaie, 27 avril 1834).

10 Lamennais, Correspondance, éd. Forgues, Paris, 1863, T. II, p. 374 note (la lettre est datée de Paris, le 23 mai 1834).

11 Ibid., p. 373-376 (31 mai 1834, c’est-à-dire le même jour que la lettre que nous publions).

12 Correspondance inédite entre Lamennais et le baron de Vitrolles, Paris, 1886, p. 246.

13 Ibid.

14 Il s’agit du neveu de Lamennais, le futur éditeur des Oeuvres inédites, qui portait le même prénom que son père. Il entretient jusqu’en 1848 des relations fort affectueuses avec son oncle, qui, précise justement Boutard (Lamennais, sa vie et ses doctrines, Paris, 1913, T. III, p. 421, note 3) l’aimait au double titre de proche parent et de disciple. Encore que républicain, Ange Blaize crut devoir combattre les insurgés de Juin, et Lamennais ne lui pardonna jamais d’avoir tiré sur les pauvres. Chacun de ses biographes a rappelé l’incident, et par exemple L. de Villefosse, Lamennais ou l’occasion manquée, Paris, 1945, p. 213-214.

15 Allusion entre autres à la lettre que l’abbé Jean avait, à propos des Paroles écrites à l’évêque de Rennes, et que celui-ci avait cru devoir rendre publique sans en avertir l’auteur. L’incident avait provoqué, peu de jours auparavant, une sévère mise au point de Lamennais à son frère (Oeuvres inédites, op. cit., T. II, p. 143).

16 La lettre à Vitrolles du 25 mai 1834 (op. cit., p. 252) expose la même résolution. Quant à la comparaison avec le bétail, elle reviendra dans le Livre du Peuple.

17 Sic.

18 Cf. ces remarques contemporaines du procès provoqué par la brochure Le Pays et le Gouvernement : « Pourquoi donc, cher ami, serais-je le moins du monde troublé de ce qui me menace : J’ai fait mon devoir, peu m’importe le reste. Est-ce qu’on a jamais pu attaquer ce qui est mal, défendre ce qui est bien, sans rencontrer la persécution ?... Il faudrait être bien insensé pour attendre autre chose, et cela même est la récompense non seulement la plus désirable, mais l’unique à mes yeux qui ait quelque prix sur la terre » (21 novembre 1840), Confidences de La Mennais (1821-1848) par A. Du Bois de la Villerabel, Nantes-Paris, 1886, p. 231-232.

19 Corespondance, op. cit., T. II, p. 432 (A Messieurs les Membres du Comité de défense des accusés d’avril, La Chênaie, 11 avril 1835).

20 Sur cette belle figure on peut consulter, mieux que les notices qui lui sont consacrées dans la Grande Encyclopédie et le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, l’Histoire de Dix Ans de Louis Blans et l’article de Lucien Scheler, « Les Journées de Lyon, la rue Transnonain, le procès d’avril » in Europe, février-mars 1954.

21 Histoire de Dix Ans, chap. XXXVI (p. 719 de l’éd. de 1882, Paris, Jeanmaire).

22 Ibid., p. 776-777 et Europe, op. cit., p. 113.

23 Cf. F. Dutacq, Histoire politique de Lyon pendant la Révolution de 1848, Paris, 1910, p. 337.

24 Op. cit., p. 211.

25 Lamennais, surtout dans les temps d’épreuves, aimait ces images marines ; cf. à Vitrolles, 25 avril 1834, op. cit., p. 242 : « Si je détache du rivage ma petite nacelle et la lance encore sur les flots, qu’est-ce que cela pour moi, vieux matelot tant de fois roulé par les vagues ? »

26 Le Livre du peuple. Quant aux « froids blasphémateurs » sans doute désignent-ils, à la fois, les théoriciens de la monarchie censitaire contre lesquels Lamennais s’élève dans une lettre du 17 mai 1840 (Confidences, op. cit., p. 226-227), les économistes qui discutaient pour lors fort doctement de protectionnisme et de libre-échange sans autrement se préoccuper de la misère ouvrière dont le célèbre Tableau de Villermé allait bientôt révéler la tragique ampleur, et vraisemblablement aussi les théoriciens socialistes que nous retrouverons tout à l’heure.

27 Leurs relations ont été plus particulièrement étudiées par Maréchal dans la Revue d’histoire littéraire de la France, 1905, p. 293-335. On en trouve aussi des échos dans les lettres à Vitrolles (op. cit., p. 292 sq.). C’est près de la famille Clément qu’avait été écrite la plus grande partie du Livre du peuple.

28 La Mennais, Paris, 1922, p. 340-341.

29 C’est l’habitude de Lamennais, dans ses lettres à Madame Clément ou à Marion, de parler ainsi du temps qu’il fait.

30 Quand je ne peux faire autrement ; cf. Confidences, op. cit., p. 218 (3 mars 1840) : « Je ne vois que très peu de personnes, et ce peu souvent m’est à charge. C’est une dure chose que de vieillir seul, sans avoir près de soi l’ombre même d’aucune affection. On vous invite, on vous recherche, non pour vous-même, mais à cause de votre nom, pour vous montrer aux autres comme une curiosité et s’amuser quelques instants de votre conversation, faute de mieux ».

31 Ces remarques ne doivent rien aux circonstances. A Paris, Lamennais avait toujours la nostalgie de la campagne, c’est-à-dire de la simple existence qu’il avait menée à La Chênaie, émaillée de promenades, de soins donnés au jardin, de conversations avec les paysans (cf. à Madame Clément, 20 avril 1840, in RHLF, 1905, p. 319 et à La Villéon, 20 mars 1847, in Roussel, Lamennais et ses correspondants inconnus, Paris, 1912, p. 419 : « Ma santé n’est pas bonne... Il me faudrait le repos des champs, le grand air, la nature que j’ai toujours tant aimée ».

32 Le célèbre buste de David d’Angers datait de 1839.

33 Lamennais revient sur ce sujet le 3 mars 1840 (Confidences, op. cit., p. 219). C’était le 25 janvier 1840 que Soult, président du Conseil, en annonçant le mariage du duc de Nemours avec une princesse de Saxe-Cobourg, avait déposé un projet de loi portant une dotation de 500 000 francs pour le prince. Cette initiative provoqua la reprise des attaques contre l’avidité de la famille royale. Finalement, à l’instigation de Thiers et de la gauche, la Chambre avait décidé de repousser le projet sans débat.

34 Toujours très sensible à la misère populaire, Lamennais fut particulièrement attentif à la cherté des vivres et au chômage pendant l’hiver 1839-1840 (cf. Confidences, op. cit., p. 211 et surtout 213) (10 décembre 1839) : « Le pauvre peuple souffre beaucoup, sans bois, sans couvertures, souvent sans pain et sans vêtements, dans les greniers d’où on le jette dans la rue, lorsqu’on ne peut acquitter le terme. Cette misère, vue de près, torture l’âme », et 222 (26 avril 1840) : « Toutes les affaires vont mal, et la moitié des ouvriers est sans travail »).

35 Le fils Clément dont Napoléon Peyrat, l’ami de Béranger, était le précepteur.

36 La Gloire de Béranger, Paris, 1968, T. II, p. 200 sq.

37 Lettre du 28 mai 1834.

38 Lettre à Benoît-Champy du 12 juin 1837 citée ibid., p. 212.

39 Ibid., p. 213.

40 Lettre du 18 décembre 1840 in Correspondance de Béranger recueillie par Boiteau, Paris, 1860, T. III, p. 223-224.

41 Il avait passé trois mois à Sainte-Pélagie de décembre 1821 à mars 1822 (Touchard, op. cit., T. I, p. 394) et neuf mois à la Force, de décembre 1828 à septembre 1829 (ibid., p. 423). Ces deux séjours en prison, le second surtout, avaient largement contribué à sa gloire).

42 Correspondance, op. cit., p. 222 (27 novembre 1840).

43 Ibid., p. 223.

44 Ibid., p. 227.

45 Il est attesté entre autres in Roussel, Lamennais d’après des documents inédits, Rennes, 1893, T. II, p. 285-286. Son neuveu Ange Blaize venait lui aussi d’être inquiété (cf. lettre à Vitrolles du 20 septembre 1840 in Correspondance inédite, op. cit., p. 316).

46 Analysé in Boutard.op. cit., p. 253-254.

47 Dont le National du 27 décembre 1840 rappelait la vive réaction pendant le réquisitoire.

48 Confidences, op. cit., p. 233.

49 Mémoires d’outre tombe, éd. Levaillant-Moulinier, Paris, 1964, T. II, p. 929.

50 Cf. Correspondance de Béranger, op. cit., p. 225-226.

51 Lamennais a plusieurs fois décrit sa prison dans sa correspondance (lettres du 15 janvier 1841 à la baronne Cottu, du 16 janvier 1841 à Marion). Il énumère ici et là les mêmes détails, mais la lettre à Béranger semble de toutes la plus précise et la plus évocatrice.

52 L’Esquisse d’une philosophie avait été très mal accueillie dans les milieux catholiques (cf. Duine, op. cit., p. 221-222). L’auteur écrivait à Marion le même jour : « Ce pauvre livre, au reste, m’a déjà valu force calomnies et grosses injures pieuses » (Confidences, op. cit., p. 235).

53 Cf. Correspondance de Béranger, op. cit., p. 226 : « Où, monsieur le Breton, avez-vous pris cette locution :
Jusqu’à ce qu’ils n’aient su se créer...
Jusqu’à ce que cette union ne s’opère...
Jusqu’à ce qu’elle ne soit...
Et puis soi au pluriel : des êtres en soi ? » On voit mal où Lamennais aurait pu trouver les exemples auxquels il fait allusion ; ceux que cite Littré, dans tous les cas, lui donnent tort, pour ce qui est du ne.

54 Le propos vise sans doute moins la doctrine de Royer-Collard que sa manière abstraite et hautaine. Nettement par exemple parle des « formules d’une précision géométrique dans lesquelles il jetait ses idées comme dans un moule » (Histoire de la littérature française sous la Restauration, Paris, 1853, T. I, p. 131).

55 Le Dictionnaire de l’Académie (1835) précise : soi : pronom de la troisième personne, substantif des deux genres, et seulement du nombre singulier. Cependant on lit dans les Femmes Savantes (IV, 3, 1278) que cite Littré :
Ce sont choses de soi qui sont belles et bonnes.

56 Rien dans les lettres de Béranger que nous avons pu consulter n’explique cette allusion. Mais le « sot allemand » dont parle Lamennais est évidemment Peter Schlemihl, le héros du conte de Chamisso dont la célébrité était alors extrême.

57 Les visites de Béranger furent de fait fréquentes et pleines d’agrément pour le prisonnier (cf. Touchard, op. cit., p. 219-220).

58 Ce libraire, qui édita l’Histoire de Dix Ans de Louis Blanc et des pamphlets de Lamennais, était un républicain déterminé, condamné à six mois de prison et 500 francs d’amende en 1836.

59 Perrotin était l’éditeur de Béranger, qui avait fait sa fortune.

60 Cf. sa lettre à Marion du 25 novembre 1841 (Confidences, op. cit., p. 251).

61 Identiques confidences à Marion peu après (ibid., p. 276-278).

62 Cette Histoire est son œuvre principale. Comme les relations de Peyrat avec Béranger, qui l’avait beaucoup aidé à ses débuts, demeurèrent toujours fort bonnes, l’hypothèse avancée plus bas par Lamennais a tout lieu d’être retenue.

63 Les sentiments de Lamennais pour le personnel orléaniste devaient bientôt trouver leur expression la plus véhémente dans Amschaspands et Darvands (janvier 1843). Mais sa correspondance ne perd pas une occasion de porter sur le roi et ses ministres les jugements les plus sévères, comme par exemple le 18 novembre 1841, dans une lettre à Vitrolles (op. cit., p. 377) : « Quoique partout les hommes ne valent pas grand’chose, on aurait, je crois, beaucoup de peine à en trouver (en Orient) d’aussi fourbes que Louis-Philippe, d’aussi corrompus, d’aussi bas, d’aussi bavards que M. Thiers, d’aussi lâchement atroces que M. Guizot, sans parler des autres ». Quant aux complaisances de Guizot pour l’Angleterre, elles provoquent, le 6 mars 1843, cette mercuriale (Confidences de La mennais, op. cit., p. 281) : « Avec son audace antinationale, c’est l’homme qu’il faut pour réveiller la France de son miraculeux assoupissement. Ce sont les Anglais qui la gouvernent, et ils ne s’en cachent pas ».

64 L’affaire du droit de visite avait permis d’accuser le gouvernement d’abandonner à la marine anglaise la police générale des mers.

65 Affaires de Rome, Paris, 1836-1837, p. 7.

66 Cf. F. Dutacq, L’élection de Louis-Napoléon Bonaparte à Lyon (octobre-décembre 1848) in Revue d’histoire de Lyon, T. IX, p. 5-32. Cette référence nous a été très aimablement communiquée par M. l’Archiviste Hours.

67 A Vitrolles (Correspondance inédite, op. cit., p. 387, 15 décembre 1841). Le 25 avril (ibid., p. 338) Lamennais s’était moqué de Cabet : « Je lisais hier le second numéro du journal de Cabet intitulé : Le Populaire. Non, depuis qu’il y a des fous sur la terre, et il y en a depuis longtemps, on n’en vit un pareil ».

68 Cf. Jean Bruhat, Lamennais et le mouvement ouvrier français, in Europe, op. cit., p. 91.

69 Cf. Correspondance, éd. Forgues, op. cit., T. II, p. 495-497. La fin est particulièrement sévère : « Le fouriérisme et quelques sectes, issues de l’école saint-simonienne, – non moins absurdes, à mon avis, dans leurs principes économiques –, se caractérisent en outre par la négation plus ou moins absolue de toute morale. Je n’ai rien à dire de celles-ci : la conscience publique les a déjà jugées ».

70 Mémoires d’outre tombe, loc. cit.

71 Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, article Lamennais, rappelle qu’en novembre 1847, après avoir refusé de participer au banquet de Dijon, Lamennais n’avait pas été tendre pour cette gastronomie électorale : « Je ne vois pas clairement ce qui pourra sortir de cette éloquence d’automne serrée autour de tables bourgeoises et arrosée de vins du cru. Pour ma part je n’ai de foi qu’en la grande joie du peuple, qu’on éloigne soigneusement de ces banquets ». Les organisateurs de Lyon échappaient au moins à ce reproche.

© Presses universitaires de Lyon, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search