Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Les genres : limites internes, limites externes

La rubrique « Désintox » de Libération : nouvelle rubrique, nouveau genre ou nouvelle pratique journalistique ?

Alain Rabatel

Volltext

1Je voudrais m’interroger sur les articles qui paraissent dans Libération sous le titre « Désintox ». Ces articles correspondent-ils seulement à une nouvelle rubrique, comme l’indiquent les journalistes ? S’agit-il d’un nouveau genre ? S’agit-il au contraire d’une nouvelle pratique journalistique (« l’épinglage journalistique ») ou d’un habillage habile qui se contente de vendre sous une forme au goût du jour des pratiques de confrontation et de vérification au fondement du métier de journaliste ? Ces questions – que j’aborderai d’un point de vue sémiolinguistique global, sans toujours pouvoir entrer dans les détails – seront l’occasion de revenir sur la dialectique des paramètres internes et externes pesant sur les genres de discours, qui ont joué un si grand rôle dans la réflexion de Jean-Michel Adam.

UNE RUBRIQUE AVEC SES SIGNES EXTERNES DE RECONNAISSANCE

  • 1 Guillaume Launay, Cédric Mathiot (fondateur de « Désintox ») et Luis Grañena, le dessinateur – out (...)
  • 2 « Éditorial », Libération, 27 décembre 2011.

2J’emploie le terme « rubrique » avec des guillemets pour indiquer un emploi en mention, du point de vue du journal. Le 27 décembre 2011, pour les trois ans de la rubrique, Libération lui consacre un dossier de sept pages (« le best of 2011 »). La page de une, sous le surtitre « Bobards », évoque les « sept plus gros mensonges de l’année, avec comme vainqueur notre chouchou, Claude Guéant ». Signe de la reconnaissance des pairs et de l’importance que lui accorde la direction du journal, le rédacteur en chef présente dans son éditorial les journalistes1 de « Désintox » « non comme des redresseurs de tort, mais des redresseurs de faits2 ». L’éditorialiste vante ce qui a acquis une visibilité certaine... non sans faire l’objet d’interrogations. Mais avant de revenir sur ce débat, il faut prendre en compte le processus dans sa diversité. Car il faut distinguer la version papier du journal – à laquelle je m’attacherai – de sa version électronique sur le site de Libération.

  • 3 J’illustre la rubrique par un exemple avec deux articles. Je réserve le traitement de la significa (...)

3Le titre « Désintox » centré, avec sa graphie bicolore (les cinq dernières lettres sont en rouge), fonctionne comme un logo de rubrique. Toutefois, cette rubrique est atypique, par l’irrégularité du régime de publication des articles (un, deux, voire trois articles par semaine) et aussi par le fait qu’elle se limite, le plus souvent, à un seul article – plus rarement à deux ou trois3. La rubrique ne comporte que des articles relevant du même patron, sans variation générique forte, à la différence des rubriques qui accueillent des articles variés, puces, brèves, enquêtes, portraits, etc. Le contraste avec le dispositif de l’édition électronique est important, car la rubrique « Désintox », sous-titrée « La parole des politiques soumise à contre-enquête », est intégrée dans un blog. Son dispositif, interactif, se compose d’un certain nombre de sous-rubriques : « Une intox à signaler », « Notes récentes », « Les catégories », « Les archives ». L’ensemble porte la trace d’une histoire qui se sédimente au rythme des parutions et des interactions avec les lecteurs et... avec les réactions des auteurs de l’intox, puisque ces derniers répondent parfois et que le journal publie tout ou partie de leur réponse, plutôt sur le site que sur l’édition papier. Bref, le dispositif sur le site du journal correspond plus naturellement à l’idée que l’on se fait d’une rubrique. Cela dit, le rythme de parution irrégulier n’est pas rédhibitoire, pas plus que la limitation à un seul genre d’article : c’est aussi le cas de certaines autres rubriques, notamment les petites annonces (même s’il y a une variété thématique, il n’y a pas de variété au plan du type de texte et du genre de la petite annonce) ou encore certaines rubriques tenues par tel ou tel collaborateur bénéficiant d’un statut particulier, à l’instar des « Chroniques » d’Alexandre Vialatte dans La Montagne, du « Bloc-notes » de François Mauriac dans Le Figaro et L’Express, etc. Bref, les articles de « Désintox » interviennent dans un espace dédié, avec une dénomination propre, et, comme on le verra, des procédures ritualisées. Tout cela entérine l’existence d’une rubrique. Peut-on aller jusqu’à parler d’un genre ?

UN GENRE ? INSUFFISANCE DES CRITÈRES INTERNES

4Définir un genre nécessite d’abord de s’appuyer sur un certain nombre de paramètres internes – notamment de nature thématique, typographique, énonciativo-argumentative et compositionnelle (nature et combinaison des types de texte) – intéressants à analyser dans l’optique des genres (Adam, 2011).

Dimension thématique

  • 4 « Éditorial », Libération, 27 décembre 2011.
  • 5 Ibid.

5Comme le dit Nicolas Demorand, l’objectif est de « mettre au jour les ressorts de la démagogie moderne » dont la « recette » consiste en « une formule choc ciselée par les communicants et martelée ad nauseam dans les médias ; un usage partiel et partial de statistiques pas nécessairement fausses ; une bonne dose de culot, d’amnésie voire de reniement4 ». Dans l’article qui présente leur travail, intitulé « Les ténors du pipeau », Guillaume Launay, Cédric Mathiot et Luis Grañena incriminent une surexploitation des statistiques, des « erreurs factuelles, bilans imaginaires, statistiques sociales détournées, rapports lus de travers, amnésie sélective », bref, des « mensonges », « approximation ou exagération manifeste5 ».

Ill. 1. Rubrique « Désintox » de Libération.

Dimension spatiale, typographique

  • 6 Le graphisme et les couleurs de la rubrique ne sont plus ceux de 2011. Mais la structure des artic (...)

6Sur le plan de la mise en page, le titre de la rubrique est en capitales, le radical étant de couleur rouge, le préfixe négatif de couleur noire. La première colonne comporte un dessin de la source de l’intox, qui correspond à un responsable politique français, et, juste en dessous, la citation des propos toxiques les plus saillants reproduite en caractères gras, dans une police plus grande que celle de l’article, et en rouge6. Dans le corps de l’article, ces propos sont ensuite contextualisés du point de vue de la source dans la partie « Intox », annoncée en caractères blancs sur fond rouge, puis ils font l’objet d’une analyse qui en montre le caractère approximatif ou fallacieux dans la partie « Désintox », annoncée selon le même procédé sur fond noir. Les deux parties peuvent être équilibrées mais la seconde est souvent plus développée que la première. Le tout, routinisé, exhibe le mensonge, l’à-peu-près, l’erreur volontaire. Toutefois l’article ne se borne pas à cette dramatisation pure et simple, car les journalistes ne se privent pas dans le discours primaire de montrer en quoi les discours reposent sur des erreurs, ou des demi-mensonges, les vérités, partielles, faisant l’objet d’une argumentation fallacieuse.

Dimensions énonciative et argumentative

7Un des schémas de base oppose une déclaration fausse, ou « Intox », directement prise en charge par le responsable politique, à une rectification, ou « Désintox » (Rabatel, 2009 ; 2012). Mais les politiques s’appuient rarement sur une erreur avérée, parce que cette stratégie, si facilement démontable, est coûteuse pour leur image, ne leur laissant le choix qu’entre la mauvaise information ou le mensonge. Ce qui explique que le politique préfère s’appuyer sur un relais, une source officielle, ou, à défaut, faisant intellectuellement autorité.

8La variante oppose ainsi une parole à une parole ayant autorité, qui s’appuie sur des sources autorisées et présentées comme telles. Dès lors, sa contestation devient un débat entre autorités, et cette médiation n’expose plus directement le responsable politique. Au vrai, il n’y a guère de différence entre cette variante et la précédente, sinon la présence d’une récursivité qui est, en principe, plus utile pour l’ethos et la réputation même des politiques. Ainsi l’article « Dette : Ségolène Royal surcharge le bilan de Nicolas Sarkozy » oppose la déclaration de Royal au rapport de la Cour des comptes qui lui sert de caution :

  • 7 « Dette : Ségolène Royal surcharge le bilan de Nicolas Sarkozy », Libération, 19 janvier 2012.

(1) La Cour des comptes fait pourtant une distinction importante entre la part de déficit structurel (environ 20 %) que Sarkozy a ajoutée dans la première partie de son mandat, et celle – largement majoritaire – dont il a hérité en 2007, et qui correspond à trente ans de « laisser-aller » budgétaire. Royal fusionne les deux, considérant qu’il est responsable du trou qu’il a ajouté (ce qui est indubitable), mais aussi de ne pas avoir corrigé en un tournemain ce que trente ans de politiques ont fait avant lui (ce qui est un peu plus contestable). Cela revient à se laver les mains des décisions passées (et pas simplement de la droite : à la fin du mandat Jospin, la gauche a aggravé le déficit structurel en consentant de fortes baisses d’impôt) en accusant Sarkozy de ne pas avoir « nettoyé » derrière.
Quelques heures après l’intervention de Royal, Jérôme Cahuzac, président (PS) de la commission des finances de l’Assemblée, n’a pas osé aller aussi loin. Sur France 2, le socialiste a d’abord repris ce chiffre de 500 milliards. « En cinq ans de sarkozysme, le président a fait 520 milliards de dettes, ce qui est quand même beaucoup. » Mais devant les protestations outrées de l’UMP Pierre Lelouche (« c’est ridicule ! »), Cahuzac est revenu sur ses propos : « Quand je dis que cinq ans de sarkozysme, c’est 520 milliards de dette, je constate le déficit. Je ne dis pas que la politique de Sarkozy a créé 520 milliards de dette, vous avez eu raison de me reprendre. » Royal n’a pas eu ce scrupule7.

  • 8 On pourrait ajouter un autre énoncé négatif, l’incipit de l’article : « Difficile de résister. »

9Cet article est très significatif. Car se retrancher derrière des relais peut se retourner contre la personne même, comme le confirme cet exemple. Trois sources dont la dernière, du camp de Royal, contestent ses excès. Et l’article, qui commençait par évoquer une « occasion en or » pour critiquer Sarkozy, se clôt sur une mise en cause toute personnelle de la responsable. Le discours primaire est très critique et direct, notamment lorsque le journaliste (Cédric Mathiot) décortique les arguments de Royal à partir du rapport de la Cour des comptes. Dans ses commentaires entre parenthèses – ainsi de « une interprétation très (trop ?) extensive de la responsabilité de Sarkozy » –, le journaliste s’érige en juge sur-énonciateur qui vise à retourner contre son auteur les excès de sa rhétorique argumentative (Rabatel, 2011 a, p. 170). Par deux fois, au début et à la fin, le locuteur / énonciateur premier utilise une tournure négative : « Ségolène Royal n’a pas fait dans la dentelle », « Royal n’a pas eu ce scrupule8 ». Ce bouclage, très cruel, stigmatise, plus qu’un comportement factuel, une façon de parler idiolectale (Rabatel, 2005) qui vise la personne. Il y a une vraie différence avec l’erreur de Xavier Bertrand, dans Libération du 24 janvier 2012, alors même que la fin de l’article oppose à ses dires une déclaration d’un ministre du même gouvernement, Nadine Morano :

  • 9 « Budget de l’emploi : Xavier Bertrand habille la baisse », Libération, 24 janvier 2012.

(2) De fait, comme l’admettait la majorité lors du débat budgétaire, la mission « emploi et travail » a bien participé aux efforts d’économie. Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage, chargée de défendre cette partie de la loi de finances le 4 novembre à l’Assemblée nationale la résumait ainsi : « [Ce budget] montre que l’on peut concilier à la fois baisse des dépenses publiques et maintien d’orientations fortes au service de l’emploi. »9

10La conclusion pourrait être reformulée de façon aussi négative pour la face de Xavier Bertrand que pour Ségolène Royal, mais ce n’est pas le cas. Peut-être cela s’explique-t-il par la différence de style, et aussi par le fait que l’article mentionne, à une occasion, que :

  • 10 Ibid.

(3) « Xavier Bertrand était d’ailleurs un peu plus nuancé10. »

11Il semble que la sévérité du jugement dans le discours primaire, qui rejaillit de la faiblesse des arguments sur la mauvaise foi argumentative des personnes, tienne à la conduite argumentative des personnes, indépendamment de leur appartenance partisane ou de leur sexe. La sévérité du jugement du journaliste qui frappe Ségolène Royal et qui épargne Xavier Bertrand n’épargne pas François Baroin :

  • 11 « Les mauvais calculs de François Baroin sur les propositions du PS », Libération, 2 décembre 2011

(4) Est-ce parce qu’il avait été classé le matin même 15e sur 19 ministres des Finances européens par le Financial Times que François Baroin s’est livré à une comparaison aussi étrange ? [...] Mais le plus gros bobard du ministre vient juste après, quand il n’hésite pas à convertir ces 120 milliards en 5 points de PIB. [...] Comme si ça ne suffisait pas, le ministre de l’Économie et des Finances conclut en salant un peu plus l’addition : à ces 120 milliards viennent s’en ajouter 30, issus du retour à la retraite à 60 ans. Mais là, François Baroin ne se donne même plus la peine de préciser si c’est un coût sur un an, un quinquennat, ou un siècle ( ?). L’important est d’arriver à un bon gros chiffre de 150 milliards... peu importe qu’il ne veuille absolument rien dire11.

12Une variante consiste à dire que l’emprunt est juste, surtout quand il s’agit de statistiques, mais que l’interprétation est erronée. Dans l’article « Les comptes truqués de Jérôme Cahuzac », ce dernier s’appuyant sur des chiffres publics « pour leur faire dire tout autre chose que ce qu’ils disent », Mathiot d’évoquer :

  • 12 « Les comptes truqués de Jérôme Cahuzac », Libération, 14 décembre 2011.

(5) la mauvaise foi de la comparaison de Cahuzac : [...] un tour de passe-passe parfaitement malhonnête12.

  • 13 Libération, 13 janvier 2012.

13Car le raisonnement fallacieux consiste à minorer la dépense de son camp en la calculant sur la première année du quinquennat, et à augmenter celle des adversaires en prenant en compte l’ensemble du quinquennat. Ce genre de calcul malhonnête est également critiqué dans l’article « Quotient familial : les exemples partiels des ministres13 ».

  • 14 Libération, 9 décembre 2011.

14Un autre mode de stratégie argumentative consiste à confronter deux avis toxiques sur le même thème et, sinon à les renvoyer totalement dos à dos, du moins à montrer les excès auxquels conduit la polémique. Ainsi du débat qui opposa sur France Inter Louis Aliot (FN) à Aurélie Filippetti (PS) sur le minimum vieillesse, dans « Le minimum vieillesse génère un maximum d’âneries14 » : les exagérations par excès ou par défaut des débatteurs sont invalidées par leur méconnaissance de la loi, qui est rappelée, et par leur méconnaissance des véritables chiffres des bénéficiaires de l’Aspa. L’article oppose ainsi deux postures factices aussi peu convaincantes l’une que l’autre. On a le même dispositif avec l’article « Prise de dette entre Sarkozy et Peillon », opposant à distance les déclarations sur la dette du président sur TF1 et France 2 le 27 octobre 2011 et de Vincent Peillon sur RTL le 4 novembre 2011. Les propos des deux politiciens se neutralisent et sont plus ou moins renvoyés dos à dos par les journalistes, comme l’indiquent l’ouverture et la conclusion de la discussion :

  • 15 « Prise de dette entre Sarkozy et Peillon », Libération, 14 novembre 2011.

(6) Sarkozy a-t-il raison contre Peillon ? Peillon contre Sarkozy ? Ni l’un ni l’autre. [...] Ce qui nuance le satisfecit de Sarkozy, et disqualifie l’affirmation de Peillon15.

  • 16 Libération, 23 novembre 2011, article co-signé par Guillaume Launay et Yann Philippin.
  • 17 Libération, 25 novembre 2011.
  • 18 « Eva Joly noircit le tableau vert », Libération, 2 décembre 2011.

15Un mode argumentatif alternatif ne se limite pas à opposer une parole contre un discours, il oppose la déclaration toxique à des faits. L’article « Délocalisations dans l’automobile : Besson l’enjoliveur16 » illustre ce mode d’argumentation associant contre-discours et faits (ici en s’appuyant sur les statistiques respectives des véhicules produits en France et en Europe, tant par Peugeot que par Renault). Guillaume Launay procède de même dans un article intitulé « PSA : Baroin supprime les suppressions d’emplois17 ». Dans les deux cas, il semble que les chiffres se prêtent à un mode d’argumentation qui ne se limite pas à opposer discours et contre-discours. C’est la même chose pour l’article « Eva Joly noircit le tableau vert », avec comme contre-argumentation le recours à des statistiques françaises et européennes qui montrent que « concernant les objectifs hexagonaux, Eva Joly n’a ni le bon chiffre ni la bonne échéance18 ».

16Ce dernier dispositif énonciatif et argumentatif met en valeur ce qui était déjà en germe dans les précédents : en dépit d’un dispositif apparemment binaire (« Intox » vs « Désintox »), l’article fait souvent imploser de l’intérieur la logique de la confrontation de points de vue qui se neutralisent. Si l’avis à la source de l’intox est monologal et essentiellement monologique, la partie désintox est polylogale et dialogique, faisant appel à plusieurs sources, qui plus est à des sources autorisées. Cette partie décrypte les mécanismes des approximations ou des erreurs avérées. Le journaliste ne se contente pas de citer d’autres sources, il prend directement en charge la critique (comme le montrent ci-dessus les jugements sur les paralogismes du discours de Cahuzac) dans un discours primaire plus abondant que dans d’autres articles (Rabatel, 2006 ; 2008 ; 2010 a) : le vocabulaire est critique, démonstratif, explicatif, il cherche à dévoiler les mécanismes des erreurs et les raisons pour lesquelles, en dépit de leur caractère avéré, celles-ci sont néanmoins proférées – et propagées – sur la scène médiatique. La dimension critique dépasse la critique des personnes ou du personnel politique ; elle concerne aussi les médias et leurs usagers. Le discours primaire (voir notamment les exemples 3 à 6) peut donc se lire comme une mise en relief des fallacies au cœur des discours des politiques, critiquées parce qu’elles sont contraires à une argumentation rationnelle (Van Eemeren & Grootendorst, 1996). Les hommes politiques violent souvent un certain nombre de règles de la discussion critique, notamment :

  • la règle 4 : « Une partie ne défendra son point de vue qu’en avançant une argumentation relative à ce point de vue » ;
  • la règle 7 : « Une partie ne doit pas considérer qu’un point de vue a été défendu de façon concluante si cette défense n’a pas été menée selon un schéma argumentatif adéquat et correctement appliqué » ;
  • la règle 9 : « Si un point de vue n’a pas été défendu de façon concluante, alors le proposant doit le retirer. Si un point de vue a été défendu de façon concluante, alors l’opposant ne doit plus le mettre en doute » ;
  • la règle 10 : « Les parties ne doivent pas utiliser des formulations insuffisamment claires ou d’une obscurité susceptible d’engendrer la confusion ; chacune d’elle doit interpréter les expressions de l’autre partie de la façon la plus soigneuse et la plus pertinente possible » (ibid., p. 229-235).

Dimension compositionnelle

  • 19 Que pour ma part je renomme méta-genres, puisqu’ils regroupent des sous-genres variés que Jean-Luc (...)

17Les articles se caractérisent par une hétérogénéité de structuration qui fait imploser des classements génériques, car ils ne correspondent pas aux genres de presse usuels19. Vu leur longueur (entre quatre cent cinquante et neuf cents mots au maximum, le plus souvent autour de six cents mots), ils ne relèvent pas du méta-genre informatif formé par la brève, le filet, l’article, la mouture, le résumé de rapport, le compte rendu (Martin-Lagardette, 2005, p. 91-98). Les articles de « Désintox » ne sont en effet pas purement informatifs, comme le montrent les commentaires du discours primaire, à dimension argumentative (Amossy, 2006). Ils ne relèvent pas davantage du méta-genre commentaire, composé de l’article de commentaire proprement dit, de la critique, de l’éditorial, de la chronique, du portrait, de la tribune libre (Martin-Lagardette, 2005, p. 99-105), dans la mesure où domine le type de texte informatif. En fait, « Désintox » interroge la dissociation forte entre commentaire et information. Par leur sérieux, les articles n’appartiennent évidemment pas au méta-genre « article de fantaisie » que forment l’écho, le billet, le courrier des lecteurs (ibid., p. 105-106), mais pas davantage au méta-genre « élaboré », comme l’enquête, le reportage, l’interview (ibid., p. 106-130). Car s’ils comportent une part indéniable d’enquête, de recherche documentaire, celle-ci diffère des enquêtes habituelles dans la mesure où elle est contrainte par les propos des politiques, située sur leur terrain, et relève plutôt de la contre-enquête.

18Est-on donc face à un nouveau genre médiatique ? Les paramètres internes précédents ne sont pas déterminants, pris isolément, mais leur combinaison fait sens. Toutefois, il est prématuré de soutenir l’hypothèse d’un genre émergent, en raison du petit nombre de signataires, alors qu’un genre est une pratique fortement socialisée, reposant sur des locuteurs plus ou moins nombreux – a fortiori s’il s’agit de genres sociaux non littéraires. En revanche l’hypothèse d’une pratique émergente, qui se répand et qui est susceptible de modifier la mise en discours d’un certain nombre de genres médiatiques, avec la scénarisation des procédures de vérification, semble une hypothèse à la fois plus englobante et plus en phase avec la temporalité du phénomène.

UNE PRATIQUE NOUVELLE, L’ÉPINGLAGE JOURNALISTIQUE, DANS UN CONTEXTE NOUVEAU

19Il faut en effet prendre acte de la montée en puissance des sites ou rubriques qui reposent sur les mêmes mécanismes d’épinglage journalistique – dynamisée, en France, par le contexte de l’élection présidentielle.

Le développement de l’épinglage et du fact-checking

  • 20 « Les politiques piqués au vif », Libération, 27 décembre 2011.
  • 21 Libération, 27 novembre 2011.

20L’équipe de « Désintox » met en perspective son travail en le situant dans le droit fil de la pratique américaine du fact-checking, une sorte de « contre-enquête sur les affirmations, chiffres et promesses des politiques20 ». De fait, d’après Bill Adair, rédacteur en chef du site PolitiFact, lancé en 2007, cette activité de contrôle de la vérité des discours politiques, qui a de grands ancêtres, est née, sous sa forme moderne, « quand David Broder, le journaliste du Washington Post, a invité tous les journalistes à vérifier les affirmations contenues dans certaines publicités politiques. Mais c’est le Web qui a permis sa véritable éclosion », comme le rappelle Fabrice Rousselot, correspondant à New York, dans son article intitulé « Les États-Unis habitués aux cures de désintox21 ». Un peu avant la création de PolitiFact, le site FactCheck avait été créé en 2003, à l’initiative du Annenberg Public Policy Center, un organisme à but non lucratif de Washington « visant à réduire le niveau de tromperie du monde politique ». FactCheck fonctionne grâce à des dons, tandis que PolitiFact (créé par le St. Petersburg Times en Floride) emploie désormais trentecinq journalistes et envisage de vendre ses services aux quotidiens. Il dispose d’un outil (de communication), son Truth-O-Meter (véritomètre) avec six échelons, de « true » à « pants on fire » (« pantalons en feu », selon une expression enfantine utilisée quand on soupçonne quelqu’un de mentir).

  • 22 Pour la présidentielle, environ une trentaine de journalistes issus des éditions papier et web son (...)
  • 23 Libération, 27 décembre 2011.
  • 24 Spécialiste du journalisme numérique, Alice Antheaume est responsable de la prospective à l’école (...)
  • 25 « Le fact-checking politique, de l’échauffement au lancement », article disponible sur Internet : (...)

21Cette pratique de journalisme a essaimé progressivement en France. La rubrique « Désintox » est apparue fin 2008, suivie par la rubrique-blog « Décodeurs » sur le site du Monde22. Le Nouvel Observateur imite la pratique du Washington Post « en mesurant en “pinocchios” les boniments politiques ». Le Parisien publie le vendredi son « Bureau de vérification de la petite phrase », Le JDD un « Détecteur de mensonge ». Toutes ces rubriques pointent les mensonges des politiques français, dans la quasitotalité des cas, comme le rappelle Isabelle Hanne dans son article « Les politiques piqués au vif23 ». Il existe aussi un blog (Contrôle. technique) du même ordre sur le site de Rue 89. Le site Vigie 2012 entend suivre les discours des candidats sur l’Europe. Le nombre d’articles consacrés dans la presse française à cette technique ne cesse de croître. Et une simple requête sur Google donne 80 500 000 réponses... Une chose est certaine, le fact-checking, quand bien même il renvoie à des traditions ou à un idéal ancien (Muhlmann, 2004), est revitalisé par des tendances des médias à privilégier des formes courtes qui mettent en relief, voire dramatisent, les informations et les conflits. Il est aussi facilité par le web. Comme le souligne Alice Antheaume24, le contrôle prend un temps particulièrement coûteux quand il s’agit de collationner des chiffres, d’analyser leur signification. En revanche, lorsqu’il s’agit de confronter des sources, notamment des écrits, le web s’avère d’une grande aide, car la numérisation permet de (re)trouver très vite certaines informations. Mais cela ne peut fonctionner efficacement, surtout si l’on veut réagir vite, qu’en mettant à contribution un assez grand nombre de journalistes. C’est le cas de « Décodeurs », de PolitiFact, mais, par rapport à ces sites, « Désintox » ne compte que deux journalistes permanents. Le décryptage en temps réel demanderait, selon Bastien Hugues, au moins quatre à cinq personnes25.

22En résumé, « Désintox » revendique une pratique combative contre les mensonges du discours politique. La dimension critique se double d’un positionnement éthique et citoyen en rejetant les fallacies. Les journalistes se donnent un beau rôle, et cela est discuté.

Pratique nouvelle ou mise en scène de la vérification des sources ?

  • 26 « Avec le “fact-checking”, les mensonges des politiques démasqués », Les Inrocks, 23 octobre 2011.
  • 27 Cité dans ibid.
  • 28 « Vive le vent du fact-checking », art. cité.

23Hugo Lindenberg dans Les Inrocks26 signale deux positionnements opposés face à cette pratique. Il y a ceux pour qui c’est une mode, une sorte d’habillage, considérant que la vérification des sources fait partie du b.a.-ba du métier de journaliste. Ainsi, Le Figaro n’a pas de rubrique fact-checking, la direction jugeant que la vérification des sources n’a pas à être réservée à une rubrique spéciale. Mathieu Deslandes, qui travaille à Rue 89 et s’occupe du site de fact-checking, tient des propos ambivalents : « Du fact-checking, on en fait souvent sans le dire. Beaucoup de nos enquêtes – qui relèvent de la même logique – sont publiées sans que l’on sente le besoin de le souligner avec de grandes lettres en néon rose fluo. L’afficher est une mode ; en faire reste une des bases du métier27 ». À l’inverse, Cédric Mathiot, de Libération, considère que la rubrique est originale en ce qu’elle ne porte que sur les politiques. Et Cyrille Lemieux, en sociologue compréhensif, abonde dans ce sens en remarquant que le fact-checking est sans doute une manière pour les journalistes de reprendre la main face aux politiques. Certes, on peut dire que le fact-checking « n’est rien d’autre que l’expression d’une pratique journalistique fondamentale du journalisme : la vérification des faits et de la parole des politiques28 ». Mais il faut se garder de confondre une définition générale (et idéale) du métier avec la diversité des pratiques et aussi des dérives que rappelle cette représentation :

  • 29 Patrick Pécherot, Soleil noir, Paris, Gallimard, coll. « Série noire », 2007, p. 123-124.

La rage ! Vérifier l’info, quelle foutaise ! Est-ce que la serveuse McDo vérifie d’où vient sa barbaque ? Elle la fourre dans le pain et basta, elle tartine un autre Big Mac. Moi c’est pareil. Je fais du journalisme McDo. Et le pire, c’est que je serais prête à marcher sur ma petite sœur pour continuer29.

24Bref, il y a une mode, mais aussi il se passe quelque chose de potentiellement nouveau... Au demeurant, la mise en scène n’est pas à dédaigner, elle renforce la vi-lisibilité argumentative, tout comme elle donne corps à la démarche critique des auteurs. La mise en scène démultiplie l’impact, comme le dit Hélène Bekmézian, de la rubrique « Décodeurs ». Comme pour l’hyperstructure (Rabatel, 2011 b), comme pour l’usage des citations (avec les incrémentations permettant des renvois plus amples aux déclarations ou aux sources, aux documents), sur le site, la forme est signifiante et construit un régime de la preuve rendu sensible par le dispositif (Rabatel, 2010 b ; 2011 c). Les articles de « Désintox » font exploser la distinction faits / commentaires. La ritualisation des procédures de « Désintox » engendre un mode de lecture critique, montrant que des cautions prestigieuses ou des chiffres ne valident pas les discours qui les exploitent, que les chiffres ne sont pas objectifs, qu’il faut croiser, recouper les informations. Bien sûr, l’article affiche un point de vue, mais il ne se cantonne pas dans l’expression d’une opinion personnelle qui ne serait pas informée, ni étayée. Est-on pour autant dans l’illusion d’un vrai médiatique ou scientifique ? L’accent mis sur la recherche des sources, leur confrontation, valorise la recherche de vérités toujours partielles mais honnêtes et le plus englobantes possible (Rabatel, 2010 b ; 2013 b).

À contexte nouveau, nouvelles questions

  • 30 En réalité, la pratique se répand partout dans la société. L’Association de préfiguration d’un con (...)

25On est face à une pratique professionnelle qui se socialise30, susceptible de conduire à un nouveau genre médiatique, car d’autres journalistes et d’autres médias, en nombre croissant, adoptent cette manière de vérifier et de scénariser l’activité journalistique, tant dans les versions papier des journaux que sur les sites de presse. La réflexion ne peut se limiter à une analyse purement typologique, elle doit prendre en compte les évolutions du champ et le contexte. Les articles de « Désintox » sont un bon observatoire pour mettre en relief des pratiques émergentes, dans le champ de la presse d’information, faisant bouger les lignes à l’intérieur de la presse d’information écrite, quotidienne, sous l’influence des nouveaux médias, du web et de ses usages interactionnels, qui rejaillissent sur le fonctionnement du site électronique du journal, avec la multiplication des liens vers d’autres articles, d’autres sources, démultipliant les archives et les sources d’information et de confrontation.

26Ces pratiques font sens dans un contexte caractérisé par une concentration médiatique accélérée sous l’effet de la mondialisation, par des tentatives renouvelées de museler les médias et les journalistes (sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy) et par la montée en puissance d’espaces professionnels et citoyens d’intervention, d’échange et de contrôle avec l’Internet, qui sont, pour partie, des espaces de résistance ou d’innovation démocratique participative. « Désintox » participe d’un mouvement professionnel et citoyen pour regagner des marges de liberté par rapport au monde politique, notamment dans les sociétés occidentales nord-américaines et européennes. Mais cela ne va pas sans poser de nouvelles questions. Le choix de la dénomination des rubriques, « Intox » et « Désintox », n’est pas anodin, tout comme celui, exclusif, des politiques. La nature réactive du propos, les limites d’une démarche de vérification qui peut se focaliser sur des erreurs réelles mais secondaires, et en tout état de cause sur le terrain de certains politiques, devraient aussi interroger, tout comme on peut s’interroger sur une conception normative et relativement puritaine d’un certain parler vrai et argumenter juste. Ces questions feront l’objet d’investigations complémentaires.

Literaturverzeichnis

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 2011, Genres de récits. Narrativité et généricité des textes, Louvain-la-Neuve / Paris, Academia / L’Harmattan.

Amossy Ruth, 2006, L’Argumentation en discours, Paris, Armand Colin.

Martin-Lagardette Jean-Luc, [1984] 2005, Le Guide de l’écriture journalistique, Paris, La Découverte.

Muhlmann Géraldine, 2004, Une histoire politique du journalisme ( xixe- xxe siècle), Paris, Presses universitaires de France.

Rabatel Alain, 2005, « Idiolecte, ethos, point de vue : la représentation du discours de l’autre dans le discours d’ego », Cahiers de praxématique, no 44, p. 93-116.

Rabatel Alain, 2006, « L’effacement de la figure de l’auteur dans la construction événementielle d’un “journal” de campagne électorale et la question de la responsabilité, en l’absence de récit primaire », Semen, no 22, p. 71-85.

Rabatel Alain, 2008, « Pour une conception éthique des débats politiques dans les médias : répondre de, devant, pour, ou les défis de la responsabilité collective », Questions de communication, no 13, p. 47-69.

Rabatel Alain, 2009, « Prise en charge et imputation, ou la prise en charge à responsabilité limitée », Langue française, no 162, p. 71-87.

Rabatel Alain, 2010 a, « Le traitement médiatique des suicides à France Télécom de mai-juin à mi-août 2009 : la lente émergence de la responsabilité du management dans les suicides en lien avec le travail », Studia universitatis Babes-Bolyai, Philologia, vol. 55, no 1, p. 31-52.

Rabatel Alain, 2010 b, « Analyse pragma-énonciative des s/ citations du site d’Arrêt sur images », Argumentation et analyse de discours, revue électronique, no 4.

Rabatel Alain, 2011 a, « Co-construction interactionnelle des points de vue et variabilité des postures énonciatives au fil du discours : être sous-énonciateur par rapport à X et sur-énonciateur par rapport à Y », dans Catherine Détrie et Bertrand Verine (dir.), L’Actualisation de l’intersubjectivité : de la langue au discours, Limoges, Lambert-Lucas, p. 157-176.

Rabatel Alain, 2011 b, « La levée progressive du tabou des responsabilités socio-professionnelles dans les suicides en lien avec le travail à France Télécom, de fin août à octobre 2009 », Questions de communication, no 20, p. 175-198.

Rabatel Alain, 2011 c, « Analyse énonciative des s/ citations du site d’Arrêt sur images », dans Sophie Marnette et Laurence Rosier (dir.), Citations et pragmatique des genres de discours, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, p. 13-36.

Rabatel Alain, 2012, « Sujets modaux, instances de prise en charge et de validation », Le Discours et la Langue, vol. 3, no 2, p. 13-36.

Rabatel Alain, 2013 a, « Les apports de l’analyse des discours médiatiques : de l’interprétation des données à la critique des pratiques discursives et sociales », Dacoromania, vol. 18, no 1, p. 35-50.

Rabatel Alain, 2013 b, « Éthique, point(s) de vue et rapport aux différents régimes de vérité », dans Charles Guérin, Gilles Siouffiet Sandrine Sorlin (dir.), Le Rapport éthique au discours, Berne, P. Lang, p. 65-80.

Van Eemeren Frans H. & Grootendorst Rob, [1994] 1996, La Nouvelle Dialectique, Sylvie Bruxelles, Marianne Doury et Véronique Traverso (trad.), Christian Plantin (éd.), Paris, Kimé.

Anmerkungen

1 Guillaume Launay, Cédric Mathiot (fondateur de « Désintox ») et Luis Grañena, le dessinateur – outre des collaborateurs épisodiques.

2 « Éditorial », Libération, 27 décembre 2011.

3 J’illustre la rubrique par un exemple avec deux articles. Je réserve le traitement de la signification du discours des journalistes, dans les deux titres qui se suivent, à une publication complémentaire (Rabatel, 2013 a).

4 « Éditorial », Libération, 27 décembre 2011.

5 Ibid.

6 Le graphisme et les couleurs de la rubrique ne sont plus ceux de 2011. Mais la structure des articles et de la rubrique n’a pas fondamentalement changé.

7 « Dette : Ségolène Royal surcharge le bilan de Nicolas Sarkozy », Libération, 19 janvier 2012.

8 On pourrait ajouter un autre énoncé négatif, l’incipit de l’article : « Difficile de résister. »

9 « Budget de l’emploi : Xavier Bertrand habille la baisse », Libération, 24 janvier 2012.

10 Ibid.

11 « Les mauvais calculs de François Baroin sur les propositions du PS », Libération, 2 décembre 2011.

12 « Les comptes truqués de Jérôme Cahuzac », Libération, 14 décembre 2011.

13 Libération, 13 janvier 2012.

14 Libération, 9 décembre 2011.

15 « Prise de dette entre Sarkozy et Peillon », Libération, 14 novembre 2011.

16 Libération, 23 novembre 2011, article co-signé par Guillaume Launay et Yann Philippin.

17 Libération, 25 novembre 2011.

18 « Eva Joly noircit le tableau vert », Libération, 2 décembre 2011.

19 Que pour ma part je renomme méta-genres, puisqu’ils regroupent des sous-genres variés que Jean-Luc Martin-Lagardette (2005) liste et que je reproduis ci-après.

20 « Les politiques piqués au vif », Libération, 27 décembre 2011.

21 Libération, 27 novembre 2011.

22 Pour la présidentielle, environ une trentaine de journalistes issus des éditions papier et web sont susceptibles d’alimenter la chronique, selon le site La Fabrique de l’info : www.lafabriquedelinfo.fr (octobre 2013). Voir « Vive le vent du fact-checking », rubrique « Archives », no 3, novembre 2011.

23 Libération, 27 décembre 2011.

24 Spécialiste du journalisme numérique, Alice Antheaume est responsable de la prospective à l’école de journalisme de Sciences Po.

25 « Le fact-checking politique, de l’échauffement au lancement », article disponible sur Internet : http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2011/09/19/le-factchecking-politique-echauffement-avant-lancement/ (octobre 2013).

26 « Avec le “fact-checking”, les mensonges des politiques démasqués », Les Inrocks, 23 octobre 2011.

27 Cité dans ibid.

28 « Vive le vent du fact-checking », art. cité.

29 Patrick Pécherot, Soleil noir, Paris, Gallimard, coll. « Série noire », 2007, p. 123-124.

30 En réalité, la pratique se répand partout dans la société. L’Association de préfiguration d’un conseil de presse veut créer un observatoire des pratiques déontologiques des médias (voir « Vive le vent du fact-checking », art. cité). Des partis politiques pratiquent un certain fact-checking : ainsi trouve-t-on sur le site de l’UMP, l’« Observatoire des mensonges de la gauche » (OMG). La gauche a aussi des sites de ce genre contre ses adversaires. Mais il s’agit là d’une exploitation partisane des positions de l’adversaire, unilatérale, comme si son camp était indemne de tout reproche.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Ill. 1. Rubrique « Désintox » de Libération.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3066/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 822k

Autor

Professeur de sciences du langage à l’Université Claude Bernard Lyon 1. Spécialiste de l’énonciation, il a publié cinq ouvrages consacrés au point de vue et aux liens entre effacement énonciatif et argumentation indirecte (Une histoire du point de vue, Celted / Klincksieck, 1997 ; La Construction textuelle du point de vue, Delachaux et Niestlé, 1998 ; Argumenter en racontant, De Boeck-Duculot, 2004 ; Homo Narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, 2 vol., Lambert-Lucas, 2008). Il a également publié de nombreux articles sur les discours médiatiques, autour des questions de responsabilité et de prise en charge énonciative, dégageant ainsi diverses postures de co-, sur- et sous-énonciation, à la charnière des problématiques cognitives, énonciatives et interactionnelles.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540