Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Mélikah Abdelmoumen vit à Montréal et y travaille en tant qu’éditrice, enseignante et rédactrice en chef de la revue Le Pigeon. Elle a publié de nombreux articles, nouvelles, romans – dont Chair d’assaut (Trait d’union, 1999), Alia (2006), Les Désastrées (VLB éditeur, 2013) – et un essai, L’École des lectrices : Doubrovsky et la dialectique de l’écrivain (Presses universitaires de Lyon, 2011). Elle a vécu une douzaine d’années en France, séjour dont elle a tiré un récit de l’immigration, de l’exclusion et de l’engagement : Douze ans en France, paru chez VLB éditeur en 2018. L’ouvrage entre en résonnance avec le blog « Histoires de Roms » qu’elle a tenu pendant plusieurs années pour dénoncer le sort fait aux membres de cette communauté.

2Ferroudja Allouache est maîtresse de conférence en littératures française et francophones à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Son domaine de recherche concerne la francophonie, ses rapports avec la mémoire de la littérature, la presse et les archives en période coloniale et postcoloniale, la généalogie. Elle est coauteure des manuels Littérature progressive du français (CLE international, 2004-2005) et Littérature progressive de la francophonie (CLE international, 2016). Elle a récemment publié Archéologie du texte littéraire dit francophone : 1921-1970 (Classiques Garnier, 2018). 

3Flora Aurima Devatine est née à Tautira, presqu’île de Tahiti. Elle est d’abord professeure d’espagnol et de tahitien au Lycée-Collège Pomare IV (Papeete) avant de devenir déléguée d’État à la Condition féminine (1979-1984) et de se consacrer à l’écriture. Elle est l’auteure de poèmes composés en tahitien et en français : Vaitiare, humeurs (Polytram, 1980), Tergiversations et rêveries de l’écriture orale (Au vent des îles, 1998), Au vent de la piroguière : Tifaifai (Bruno Doucey, 2016). Membre de l’académie tahitienne et enseignante de littérature polynésienne, elle a fondé en 2002, avec six autres auteurs, la première revue littéraire polynésienne : Littérama'ohi, ramées de littérature polynésienne.

4Raphaël Baptiste est enseignant en français et en langues et cultures de l’Antiquité au collège dans l’académie de Créteil. Il est également rédacteur en chef d’une revue dramaturgique en ligne : L’Alchimie du verbe. Il prépare actuellement une thèse sur le renouveau du lyrisme dans le théâtre contemporain.

5Omar Benlaala a publié en 2014 un bref récit autobiographique sur le site « Raconter la vie ». Il en a tiré un livre : La Barbe (Éditions du Seuil, 2015), qui revient sur son parcours de jeune déscolarisé, né à Ménilmontant (Paris) dans une famille d’immigrés algériens. Il a également publié L’Effraction (Éditions de l’Aube, 2016) qui, dialoguant avec l’Histoire de la violence d’Édouard Louis (Éditions du Seuil, 2016), est une réflexion sur la sexualité des Français « issus de l’immigration ». Dans Tu n’habiteras jamais Paris (Flammarion, 2018), il croise le parcours de son père, maçon algérien venu travailler en France, avec celui de Martin Nadaud (1815-1898), « immigré de l’intérieur » devenu une haute figure du républicanisme français.

6Marine Bochaton est diplômée d’un master de recherche en lettres modernes obtenu en 2016 à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Assistante de recherche, elle poursuit aujourd’hui un doctorat de lettres à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle s’intéresse aux rapports entre marginalité, espace et poétique.

7Ophélia Chevaux enseigne les lettres modernes et classiques dans l’académie Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a été lauréate, en mars 2016, du premier concours d’écriture de nouvelles de « L’Envolée culturelle » pour son texte La Zanatany, publié sur le site de l’association (en ligne : www.lenvoleeculturelle.fr/concours-decriture-fais-pas-genre/la-zanatany-dophelia-chaveaux [mai 2019]).

8Véronique Corinus est maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 où elle enseigne les littératures francophones et les littératures comparées. Elle consacre ses travaux aux littératures orales et écrites de l’Afrique subsaharienne et des Antilles. Codirectrice de l’ouvrage Littératures francophones : parodies, pastiches, réécritures (ENS éditions, 2013), elle est également l’auteure d’une double biographie – sonore et écrite – d’Aimé Césaire : Aimé Césaire : une biographie expliquée (Presses universitaires de France / Frémeaux éditions, 2018) et Aimé Césaire (Presses universitaires de France, 2019).

9Nadine Decourt, chercheuse en anthropologie et maîtresse de conférences HDR retraitée (laboratoire Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2), a pour thèmes de recherche la littérature orale dans un contexte de migration, les processus de transmission et de circulation de la parole et des imaginaires en situation interculturelle. Auteure notamment de La Vache des orphelins (Presses universitaires de Lyon, 1992), elle contribue à l’élaboration de projets transmédias en partenariat avec des conteurs et des réalisateurs audiovisuels.

10Xavier Garnier enseigne les littératures francophones à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses recherches portent sur l’évolution des formes narratives dans le roman africain de l’époque coloniale à nos jours. Il s’intéresse notamment à la question des littératures en langues africaines et a publié en 2006 un ouvrage sur le roman swahili, qui a récemment été traduit en anglais. Son dernier ouvrage est paru en 2015 aux éditions Karthala : Sony Labou Tansi : une écriture de la décomposition impériale.

11Boris Hainaud est un ancien étudiant de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il a consacré son mémoire de master de recherche à la poésie de Tchicaya U Tam’si et il enseigne désormais dans le secondaire. Il prépare la traduction (inédite) des œuvres poétiques de la poétesse afrikaner Ingrid Jonker.

12Mireille Hilsum est professeure émérite de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Ses recherches portent sur les révisions, notamment politiques, pratiquées par les auteurs sur leurs œuvres anciennes. Elle a dirigé La Relecture de l’œuvre par ses écrivains mêmes (3 vol., éditions Kimé, 2007-2012 ; le troisième volume en codirection avec Hélène Védrine). Elle a également codirigé, avec Thomas Augais et Chantal Michel, Écrire et publier la guerre d’Algérie : de l’urgence aux résurgences (éditions Kimé, 2011) et a assuré la direction de doctorats portant sur la littérature suisse romande.

13Koffi Kwahulé est un dramaturge et romancier ivoirien, auteur d’une trentaine de pièces (Bintou, Lansman, 1997 ; Fama, Lansman, 1998 ; Les Créanciers, 2000 ; Big Shoot, 2000 ; L’Odeur des arbres, 2016 ; SAMO: Tribute to Basquiat, 2017) et de trois romans, dont Babyface, qui a gagné le prix Ahmadou-Kourouma en 2006. Ses pièces ont été mises en scène et représentées dans de nombreux pays. Il a reçu le prix Édouard Glissant en 2013, couronnant l’ensemble de son œuvre, et, plus récemment, en 2018, le prix Bernard-Marie Koltès. Dramaturge remarqué pour la musicalité de ses textes, il aborde également des questions politiques, notamment dans sa pièce Les Recluses (2010).

14Christine Le Quellec Cottier est spécialiste de l’œuvre de Blaise Cendrars. Professeure à l’Université de Lausanne, elle y enseigne les littératures francophones africaines. Ses recherches interrogent l’histoire littéraire africaine francophone, qu’elle relit au prisme contemporain d’une poétique de l’ethos. Elle a codirigé deux numéros de la revue Études de lettres (« Écrire en francophonie : une prise de pouvoir ? », vol. 279, nº 1, 2008) et « Voir et lire l’Afrique contemporaine : repenser les identités et les appartenances culturelles », vol. 305, nº 3-4, 2017).

15Jean-Pierre Longre a enseigné, en qualité de maître de conférences HDR, la littérature contemporaine française et francophone à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Il travaille sur les auteurs français et roumains des xixe et xxe siècles (Queneau, Éluard, Prévost, Popescu). Il a notamment publié La Nouvelle Francophone en Belgique et en Suisse (CEDIC, 2004, en codirection avec Mireille Hilsum), et Une Belle Voyageuse : regard sur la littérature française d’origine roumaine (Calliopées, 2013).

16Fanny Margras est diplômée d’un master de recherche en lettres modernes obtenu en 2015 à l’Université Jean Moulin Lyon 3. Doctorante à l’Université des Antilles et à l’Université Lumière Lyon 2, et chercheuse associée à l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM) / CNRS, elle consacre ses travaux de recherche à la collaboration littéraire entre André et Simone Schwarz-Bart.

17Jean-Marc Moura est professeur de littératures francophones et de littérature comparée à l’Université de Paris Nanterre et membre de l’Institut universitaire de France. Spécialiste de l’exotisme littéraire, de l’humour en littérature et de la théorie postcoloniale, il a consacré ses derniers travaux au concept de « transatlantique » : Histoire des lettres trans­atlantiques : les relations littéraires entre Afrique et Amériques (avec Yves ­Claveron, Perséides, 2017) ; Vers une histoire littéraire transatlantique (avec Jean-Claude Laborie & Sylvie Parizet, Classiques Garnier, 2018) ; « L’ailleurs par temps de mondialisation » (avec Charles Forsdick & Anna-Louise Milne, Fixxion, nº 16, 2018).

18Raharimanana fut d’abord journaliste pigiste à RFI, puis il a enseigné le français, avant de se plonger dans la littérature. Il est l’auteur d’une abondante œuvre qui a été couronnée par de nombreux prix littéraires. Aux beaux livres, albums, recueils de contes, de nouvelles (Lucarne, Le Serpent à plumes, 1996 ; Rêves sous le linceul, Le Serpent à plumes, 1998) et de poésie (Tsiaron’ny nofo, tononkalo, éditions K’A, 2008 ; Enlacement(s), Vents d’ailleurs, 2012 ; Empreintes, Vents d’ailleurs, 2015) s’ajoutent les romans (Nour, 1947, Le Serpent à plumes, 2001 ; Za, P. Rey, 2007 ; Revenir, Rivages, 2018), mais aussi les essais (Madagascar, 1947, Vents d’ailleurs, 2007) et travaux universitaires sur la littérature de l’océan indien. Il compose par ailleurs des pièces de théâtre et des spectacles, fait de la mise en scène et de la mise en voix et réalise des performances.

19Claire Riffard, ingénieure de recherche au CNRS, assume la responsabilité administrative et la coordination scientifique de l’équipe « Manuscrits francophones » de l’Institut des textes et manuscrits modernes. Elle est également directrice de la revue Continents manuscrits. Elle a coordonné la publication des œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo (vol. 1 et 2, CNRS Éditions, 2010-2012) ainsi qu’une édition critique et génétique des poèmes de Sony Labou Tansi (Poèmes, CNRS Éditions, 2015).

20Cyril Vettorato est maître de conférences en littérature comparée à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon. Ses recherches portent sur la poésie contemporaine de la diaspora africaine aux États-Unis, au Brésil et dans la Caraïbe. Il est l’auteur d’Un monde où l’on clashe (Éditions des archives contemporaines, 2008) et de Poésie moderne et oralité dans les Amériques noires : diaspora de voix (Classiques Garnier, 2018) ; il a également codirigé Postcolonial Studies : modes d’emploi (Presses universitaires de Lyon, 2013).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search