Versión clásicaVersión móvil

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Revisiter les cadres théoriques

Entretien avec Raharimanana

« Il manque des outils pour lire la culture malgache »

Raphaël Baptiste y Ophélia Chevaux

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Raconteur d’histoires : entre conte et histoire

Ophélia Chevaux – La mémoire et l’oubli sont des piliers de votre écriture. Dans Madagascar, 1947, vous écrivez : « J’ai beau le savoir mais redécouvrir encore une fois la page blanche de la mémoire sur cette insurrection reste toujours un choc. » Dans cet ouvrage et de manière générale, vous rappelez aux lecteurs occidentaux ce que la colonisation a infligé à vos pères malgaches. Est-ce que votre écriture a vocation à ressasser le passé ?

Raharimanana – Cette question de la mémoire et de l’oubli s’est posée au fur et à mesure des publications. Claire Riffard parlait tout à l’heure de la naissance de l’écrivain, l’écrivain en devenir1. Mais paradoxalement, j’étais loin de ces questions. Aujourd’hui, on me qualifie comme un écrivain qui travaille sur la mémoire, sur l’oubli, sur le passé colonial, etc. Ce n’était pas du tout dans ma démarche d’auteur au départ ni dans ma démarche de « raconteur d’histoires ». On oublie souvent que je suis...

Autores

Raphaël Baptiste est enseignant en français et en langues et cultures de l’Antiquité au collège dans l’académie de Créteil. Il est également rédacteur en chef d’une revue dramaturgique en ligne : L’Alchimie du verbe. Il prépare actuellement une thèse sur le renouveau du lyrisme dans le théâtre contemporain.

Ophélia Chevaux enseigne les lettres modernes et classiques dans l’académie Auvergne-Rhône-Alpes. Elle a été lauréate, en mars 2016, du premier concours d’écriture de nouvelles de « L’Envolée culturelle » pour son texte La Zanatany, publié sur le site de l’association (en ligne : www.lenvoleeculturelle.fr/concours-decriture-fais-pas-genre/la-zanatany-dophelia-chaveaux [mai 2019]).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search