Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Revisiter les cadres théoriques

Les littératures transatlantiques en langues européennes : étude d’une géographie littéraire

Jean-Marc Moura

Texte intégral

  • 1  Pour une étude plus approfondie de ce sujet, voir Aubes et al., 2014 ; Moura & Porra, 2015 ; Labor (...)

1Il n’existe pas d’étude littéraire générale consacrée au xxe siècle examinant la genèse des œuvres, la trajectoire des auteurs ainsi que les circulations et jeux d’influence entre Atlantique nord et sud, blanc, noir et indien, dans les principaux domaines concernés : les lettres anglophones, francophones, hispanophones, lusophones et néerlandophones, sans omettre les éléments créolophones des Caraïbes. Une telle approche éclairerait pourtant un aspect majeur des relations littéraires internationales. Elle permettrait notamment d’examiner les multiples relations entre les lettres « francophones » et leurs homologues en langues européennes ainsi que les problèmes posés à l’historiographie des littératures contemporaines1.

Histoire des littératures de langue française

2Au xxie siècle, même si les histoires littéraires nationales constituent le fondement le plus fréquent des études de littérature, plusieurs d’entre elles sont plurivoques et perspectivistes, non seulement parce que de simples individus ne peuvent plus prétendre les rédiger seuls, mais aussi en raison du scepticisme général concernant les « grands récits ». Par ailleurs, elles tendent désormais à se concentrer sur la culture littéraire, les aspects d’une culture qui sont plus ou moins directement reliés à la production et à la consommation de la littérature. En France, depuis quelques années, les appels à un renouveau de l’histoire littéraire se sont multipliés (Jeannelle, 2012), se confrontant notamment à la diversité « francophone » des xxe et xxie siècles et aux diverses réflexions sur la possibilité d’une littérature mondiale (Pradeau & Samoyault, 2005 ; Fraisse, 2012). Dans ce domaine, les transformations les plus nettes sont le fait de chercheurs non pas francophones, mais anglophones.

Littérature française

3L’histoire de la littérature française dirigée par Denis Hollier (1993) se composait de quelque deux cents articles rédigés par différents auteurs, chacun concentré sur un événement particulier durant une année singulière. Il s’agissait ainsi de présenter une « hétérogénéité qui échappe à la linéarité des histoires littéraires traditionnelles » en procédant par date (et non par siècles, mouvements, genres ou auteurs). L’ouvrage maintenait toutefois une forte continuité historique et surtout s’exerçait sur un corpus de textes comparable à celui des histoires littéraires publiées en France à l’époque. En 2010, French Global : une nouvelle perspective sur l’histoire littéraire, sous la direction de Christie Mc Donald et Susan Suleiman, s’efforce de penser l’histoire des littératures en français dans le cadre mondial. Rupture radicale : l’idée de continuité, du Moyen Âge à nos jours, est peu développée. L’ouvrage se présente comme une succession d’essais où l’histoire littéraire (dont le symbole est Gustave Lanson) est présente en creux, pris en tant que modèle de pensée daté. Il s’agit d’une historiographie ancienne dont l’ouvrage s’écarte par le recours à un point de vue mondial. Ces deux histoires états-uniennes s’inspirent des débats sur le (post)colonial et n’omettent pas la francophonie.

Histoires littéraires « francophones »

4Le complexe francophone a toujours eu du mal à entrer dans le cadre d’une histoire des littératures de langue française. Une solution serait d’accepter ce fait très simple que la France est aussi, logiquement et étymologiquement, un pays francophone. C’est loin d’être encore un postulat général.

5Pour cette historiographie, outre les histoires littéraires régionales, souvent excellentes, nous disposons de quelques modèles généraux anciens : l’histoire comparée des littératures francophones (Viatte, 1980) ; l’histoire comparée de plusieurs régions francophones : par exemple, l’étude de la francophonie du Nord (Belgique, Québec, Suisse romande) (­Provenzano, 2011 b) ; l’histoire de la littérature francophone par genres (Bonn & ­Garnier, 1999), dont la publication en série a été interrompue.

6Ces histoires nous intéressent en ce qu’elles rejoignent le projet du cosmopolitisme (Kosmopolitisierung) défini par le sociologue allemand Ulrich Beck, refusant le « nationalisme méthodologique » (2006), c’est-à-dire la perspective qui considère la nation, l’État et la société comme les formes sociopolitiques évidentes du monde contemporain. En effet, si les nations États n’ont pas disparu, l’organisation nationale en tant que principe structurant des études est devenue une référence en partie obsolète. Dans les sciences sociales, le nationalisme méthodologique a eu des conséquences importantes sur la collecte des données, sur leur production et sur des concepts de base de la sociologie et de la science politique telles que société, inégalité sociale, État, démocratie, communautés imaginées. Il a empêché par-là de comprendre dans toute son extension le caractère cosmopolite de ce temps.

7Pour l’historiographie francophone, le champ académique est dominé par un paradigme théorique et méthodologique centré sur l’hexagone, assignant aux lettres francophones le statut de périphérie au sein d’un modèle centre / périphérie. Ainsi, dans l’histoire et la critique francophones, le nationalisme des études françaises suppose a minima une triple contrainte (Provenzano, 2011 a) :

  • une contrainte idéologique exigeant l’autonomie de la pratique littéraire par rapport à la sphère sociale (ce qui est loin d’être le cas pour toutes les lettres du Sud) ;
  • une contrainte esthétique : l’étalon de la modernité est centré sur les textes « en rupture ». Or, ce n’est pas toujours à cette logique de la distinction et de la rupture esthétique que répond la production littéraire francophone (Provenzano, 2011 b, p. 9)2 ;
  • une contrainte historiographique : la tradition française favorise l’étude de la production littéraire sur la longue durée et selon une périodisation séculaire. Les littératures francophones, pour la plupart assez récentes, répondent à d’autres processus organisateurs.

8Sortir de ce nationalisme méthodologique suppose de recourir à d’autres échelles d’appréhension du fait littéraire. Dès lors, il convient de chercher l’unité qui pourrait former la base de recherche pour ce cosmopolitisme. Pour cela, on peut se tourner vers des recherches qui, dans diverses disciplines, ont rompu l’équation « naturelle » société / nation / État pour pointer vers une démarche nouvelle. Beck avance les exemples de Saskia Sassen et de l’identification de la ville mondiale (1991), d’Arjun Appadurai et de la notion d’« ethnoscape » (1996), de Martin Albrow et du concept d’âge global (1996), de Paul Gilroy sur la « Black Atlantic » (1993). Ce dernier ne considère plus le conteneur national pour envisager l’étude d’un espace intercontinental : l’Atlantique noir. Le point de départ n’est plus une entité fixée, mais l’image de bateaux en mouvement entre l’Europe, l’Afrique et les Caraïbes. L’exemple peut aider à comprendre pourquoi l’histoire des lettres francophones passe d’abord par la géographie.

Géographie littéraire 

9Depuis une vingtaine d’années, on a pu parler d’un « tournant spatial » ou d’un « tournant géographique » des sciences humaines. Pourtant, si l’articulation entre histoire et récit de fiction se fait aisément, à travers le caractère communément narratif de « mise en intrigue » souligné par Paul Ricœur dans Temps et récit (1983), la relation de l’espace géographique au texte littéraire est loin d’être une évidence (Baron, 2011). Récemment, Michel Collot a étudié les convergences littérature-géographie avant de présenter les diverses recherches qu’elles inspirent (Collot, 2005 ; 2011 ; 2014). Cette évolution provient de la spatialisation de l’histoire, depuis que l’École des annales a proposé d’élargir l’échelle de l’enquête historique à de longues périodes et à de vastes aires géographiques. Fernand Braudel a baptisé « géohistoire » l’étude des relations qu’une société entretient avec son cadre géographique à travers la longue durée (1997, p. 114).

10Les tentatives pour constituer une histoire mondiale (« World History », « Global History ») ont renforcé cette tendance en refusant le modèle d’une histoire linéaire et unitaire au profit de temporalités multiples superposées dans des espaces-temps variés. Parallèlement, la « Nouvelle Histoire » a situé les paysages dans l’évolution des mentalités collectives (Alain Corbin sur la naissance du « désir de rivage », 1988, 2010 ; Simon Schama sur les rapports entre le paysage et la mémoire, 1999). De son côté, la géographie se conçoit de plus en plus comme humaine, économique, sociale et culturelle plutôt qu’en tant que géographie physique. Son objet privilégié devient moins alors le « geos », la terre, que la manière dont les hommes la transforment, l’investissent et l’interprètent.

  • 3  Comme en témoignent les travaux d’Yves Lacoste (1990) et de Jean-Louis Tissier (1981) sur Julien G (...)

11C’est dans le cadre de ces transformations épistémologiques qu’il faut situer l’intérêt croissant pour les questions de « géographie littéraire » ; les géographes trouvant dans la littérature une expression intéressante de la relation concrète, affective et symbolique qui unit l’homme aux lieux3, et les littéraires se montrant de plus en plus attentifs à l’espace. Ainsi, pour Marc Brosseau, les romanciers contemporains ne fournissent pas seulement à la géographie des documents précieux, ils sont eux-mêmes, à leur manière, « géographes », car il y a une « pensée spatiale » du roman, qui définit une façon propre de faire de la géographie.

12Les termes de « géocritique » et de « géopoétique » sont apparus pour marquer certaines modalités de cette rencontre. Une géographie véritablement littéraire devrait en tout cas intégrer la dimension subjective et imaginaire. Ainsi, dans son Atlas du roman européen, Franco Moretti plaide en faveur d’une « géographie de la littérature » qui associerait « l’étude de l’espace dans la littérature » et celle « de la littérature dans l’espace » (2000, p. 9). La première partie de son ouvrage a pour objet la représentation des lieux dans les romans européens du xixe siècle ; la seconde, l’étude des lieux de diffusion et de réception des grands succès romanesques de la même période. Toutes deux démontrent certes que la littérature est « liée au lieu » (ibid., p. 11), mais engagent des méthodologies différentes, la seconde relevant plutôt de la sociologie littéraire alors que la première participe davantage de la critique littéraire. Dans les deux cas, le critique recourt au même instrument, la carte, censée visualiser aussi efficacement l’itinéraire parisien de Lucien de Rubempré que la circulation des livres en Europe.

13Pourtant, cette technique s’applique mal à l’écart entre une topographie objective et la topologie littéraire : « Si elle peut rendre compte en partie de représentations réalistes des lieux, elle n’est guère applicable à des géographies purement imaginaires » (Collot, 2011). En rapportant la fiction à une géographie référentielle, elle minimise la part faite à l’imaginaire dans les représentations littéraires de l’espace. Ainsi, « une géographie véritablement littéraire ne peut que mettre en crise toute tentative de cartographie » (Collot, 2014, p. 85). C’est bien pourquoi « les enseignements d’une géographie de la littérature doivent donc être complétés, voire contestés, par une géocritique et par une géopoétique » (Collot, 2011).

  • 4  Voir l’entretien de Bertand Westphal avec Jean-Marc Moura (Forsdick, Milne & Moura, 2018).

14Le terme « géocritique » possède plusieurs acceptions. Selon Bertrand Westphal, la géocritique est motivée par l’importance du thème géographique dans la littérature contemporaine, mais aussi par l’importance croissante de l’espace en philosophie, notamment chez Deleuze et Guattari, qui appelaient de leurs vœux une « géophilosophie » (Deleuze & Guattari, 1991, p. 82-108). Westphal s’inspire de cette dialectique entre territorialisation et déterritorialisation pour « repenser le lien entre espaces humains et littérature » (2007, p. 17). Il tient compte de l’interaction entre espace réel et représentations de l’espace, le référent spatial d’un texte étant déjà lui-même en partie chargé de références littéraires. Cela l’amène à passer de l’étude des « représentations de l’espace en littérature » à celle de « la représentation médiée d’un référent spatial (réalème) et / ou géographique » (Westphal, 2001, p. 7). La méthode consiste à choisir un lieu chargé d’histoire et de culture et à comparer les différentes images qu’en ont proposées divers écrivains, en somme, à en explorer la mémoire littéraire4.

  • 5  « Le “paysage de Chateaubriand”, par exemple, ne se réduit ni aux déserts de l’Amérique ni aux lan (...)

15Pour Collot, la géocritique est plutôt « l’analyse des représentations littéraires de l’espace telle qu’on peut la tirer d’une étude du texte ou de l’œuvre d’un auteur, et non plus de son contexte » (2011). L’étude se concentre moins sur les référents ou les références dont s’inspire le texte que sur les images et les significations qu’il produit, c’est-à-dire sur la géographie plus ou moins imaginaire qu’il construit. Abordant la littérature comme un paysage, il se réfère à l’acception spécifique que Jean-Pierre Richard (1996) donne à ce terme. Pour le critique, le mot « paysage » ne désigne pas le ou les lieux où un écrivain a vécu ou voyagé et qu’il a pu décrire dans son œuvre, mais une certaine image du monde, intimement liée à son style et à sa sensibilité : non pas un référent, mais une construction littéraire5.

16Établissant une correspondance entre « page » et « paysage », ­Collot propose une « géopoétique » relevant à la fois d’une poétique (une étude des formes littéraires qui façonnent l’image des lieux) et d’une poïétique (une réflexion sur les liens qui unissent la création littéraire à l’espace) (2011 ; 2014, p. 121-129). Le deuxième aspect a été privilégié par les inventeurs du mot, les poètes Michel Deguy et surtout Kenneth White, qui a proposé dans Le Plateau de l’Albatros une « Introduction à la Géopoétique » (1994).

17La conception de la géopoétique que White a cherché à promouvoir déborde le champ de la poésie et de la littérature, pour viser à la création d’un « nouvel espace culturel » embrassant les arts, les sciences et la philosophie. Visée très large dont Collot donne une définition recentrée sur le littéraire : « l’étude des rapports entre l’espace et les formes et genres littéraires » (2014, p. 121). Dans la seconde moitié du xxe siècle, de Julien Gracq à Michel Butor, de Georges Perec à François Bon, l’espace semble en effet profiter de la crise du récit et de la psychologie traditionnelle pour acquérir une importance croissante dans la fiction contemporaine. Ce constat et ces réflexions pourraient déboucher sur une « poïétique », une théorie de la création littéraire. Il s’agirait de comprendre pourquoi l’espace peut être source non seulement d’inspiration, mais d’invention de formes nouvelles.

18L’étude littéraire de l’Atlantique peut s’inspirer de ces travaux et de leurs propositions méthodologiques. Il s’agit alors de s’intéresser aux dimensions spatiales de la production littéraire à quatre niveaux, dont les deux premiers relèvent d’une poétique et les deux autres d’une poïétique :

  • celui des géographies imaginaires développées à l’intérieur des œuvres elles-mêmes, du type « l’Atlantique de Derek Walcott » ou « les Caraïbes de Jacques Roumain » ;
  • celui de l’élaboration d’une représentation cartographique de ces espaces réels et imaginaires de la littérature, la cartographie permettant de localiser les personnages littéraires et de suivre leurs déplacements6 ;
  • celui des conditions géographiques concrètes des activités de production littéraire, permettant de comprendre les liens entre espace et invention de formes nouvelles7 ;
  • celui d’une spatialisation de l’histoire et de la théorie littéraires, par exemple les traversées transatlantiques de ce que l’on a appelé aux États-Unis la « French Theory », la situation de la théorie et de la philosophie de la littérature aux États-Unis envisagée par rapport à leurs homologues européennes (Eagleton, 2012) ou bien la diversité des références à l’Atlantique d’un point de vue européen, américain ou africain (Stam & Shohat, 2012).

19À l’instar de ce que propose Claudio Canaparo (2009) pour l’Amérique latine, l’Atlantique devient une perspective permettant d’organiser des objets, de nommer un environnement, de construire des savoirs et de produire des formes littéraires.

Histoire d’un océan

  • 8  Sur ce point, voir par exemple Lallagiani & Moura, 2014.

20Les échanges littéraires à l’échelle d’une mer ou d’un océan n’ont été abordés que récemment par la critique. Pourtant, aujourd’hui, alors que 90 % du fret mondial est acheminé par bateau, cet oubli de la mer paraît bien peu légitime. Bien entendu, le monde marin semble appartenir à un domaine de pratiques étranger à l’esthétique, mais les critiques peuvent développer là un nouveau type d’analyse culturelle en s’appuyant sur les travaux des historiens8.

21La perspective littéraire transatlantique, relativement nouvelle, répond à un projet ancien propre aux historiens. Apparu dans l’historiographie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (Kraus, 1949), le concept d’« histoire atlantique » a eu du mal à s’imposer dans le champ français à quelques exceptions près (Godechot, 1947 ; Butel, 1997). Au plan international, les travaux sont aujourd’hui dominés par les historiens anglophones, l’Amérique ibérique et française étant en retrait jusqu’à une époque récente (Elliott, 2006).

22Analyser les routes dessinées dans une mer ou un océan comme la Méditerranée ou l’Atlantique était la perspective choisie par Fernand Braudel dans les années 1950, pour introduire ses élèves à l’Amérique latine, elle a été poursuivie par ses disciples Pierre Chaunu (1955-1960) et Frédéric Mauro (1960). C’était un Atlantique blanc, sud, hispanophone, lusophone et colonial des xvie et xviie siècles, négligeant son correspondant noir, nord, anglophone et francophone des xviiie-xxe siècles. À l’inverse, dans le sillage des travaux de Paul Gilroy, les études atlantiques tendent désormais à oblitérer les dimensions ibériques, francophones et néerlandophones. Récemment, un certain nombre de travaux ont attiré l’attention sur la dimension atlantique des études francophones (Miller, 2011 ; Marshall, 2009) et ont élargi le domaine naguère réservé aux échanges Europe-Caraïbes, aux rapports entre Caraïbes et Amérique latine (Britton & Munro, 2012).

23Cet intérêt nouveau relève d’un constat assez simple : au xxe siècle, dans l’Atlantique, l’émergence et le développement d’espaces littéraires extraeuropéens écrits en langues européennes sont à l’origine de quelques-uns des mouvements les plus influents au niveau mondial. La négritude (Léon-Gontran Damas, Aimé Césaire et Léopold Sédar ­Senghor), le « réalisme magique » (Miguel Ángel Asturias, Gabriel ­García Márquez) et le « réel merveilleux » (Alejo Carpentier, Jacques ­Stephen Alexis), l’antillanité et la créolité (Édouard Glissant, Jean Bernabé, Patrick ­Chamoiseau, Raphaël Confiant), le roman indigéniste (Jacques Roumain), la dynamique tiers-mondiste (l’itinéraire de Frantz Fanon), certaines écritures féminines (Régine Robin au Québec, Maryse Condé, Gisèle Pineau dans les Caraïbes) sont nées des circulations et rencontres transatlantiques. L’objectif d’une histoire littéraire transatlantique est la mise en évidence des échanges entre les cultures et les littératures de l’Atlantique – africaines, européennes, américaines et amérindiennes – en vue de décrire et d’évaluer le plus précisément possible cette remarquable floraison littéraire.

24Ces dynamiques traversent les aires, les cultures et les langues. À ce titre, elles n’entrent pas dans des catégories comme « littérature nationale », « littérature de la migration » ou « littérature-monde ». Elles relèvent véritablement d’une « écriture entre les mondes » (Ette, 2005). Elles appellent des modèles inédits d’étude de mouvements transculturels, translinguistiques, au-delà de la dimension nationale. On peut parler avec Ottmar Ette de « littératures sans domicile fixe » dont l’étude appelle une « poétique du mouvement » s’intéressant aux formes et aux fonctions du mouvement dans les phénomènes culturels et littéraires caractérisant l’Atlantique contemporain (ibid., p. 19, c’est nous qui traduisons).

25On pourra ainsi vérifier comment, au xxe siècle, s’élabore une bibliothèque atlantique par les rencontres entre auteurs. Comment les formes, les thèmes et les notions circulent-ils entre Derek Walcott et Édouard Glissant, entre Alejo Carpentier et les auteurs caribéens francophones, ou encore entre des écrivains portugais comme Antonio Lobo Antunes ou Lidia Jorge et les auteurs d’Afrique francophone et lusophone ? Bien entendu, il convient d’abord de déterminer ce qu’est une œuvre transatlantique pour ne pas réduire la notion à une vague thématique océanique. Nous nous permettons de renvoyer ici à nos travaux collectifs sur le sujet (Moura & Porra, 2015 ; Laborie, Moura & Parizet, 2018).

*

26Au plan d’une poétique, les fictions transatlantiques correspondent à une « scénographie » (Maingueneau, 2004) commune à différentes œuvres issues de multiples contextes. Cette origine énonciative se définit dans ses relations à un espace et à un temps imposant un ensemble spécifique d’images de l’Atlantique et des trajets entre ses diverses régions et continents. Cet espace peut être marqué par la coexistence de différents univers symboliques (tel est le cas pour le Césaire du Cahier d’un retour au pays natal), par la recherche d’une continuité temporelle (Alejo Carpentier), voire par un rêve d’unité (la négritude). Certains auteurs lui opposent le sentiment d’une discontinuité irrémédiable (Édouard Glissant), voire d’une catastrophe historique (V. S. Naipaul). Pour la plupart d’entre eux, la dimension créative est indissociable d’un sens politique plus affirmé que dans la plupart des œuvres européennes contemporaines. On le voit, ces géographies imaginaires complexes restent à explorer plus précisément. Elles sont au centre d’un travail d’histoire abordant une région majeure de la création littéraire et notamment un ensemble important des littératures francophones au xxe siècle.

Bibliographie

Albrow Martin (1996), The Global Age: State and Society Beyond Modernity, Cambridge, Polity Press.

Appadurai Arjun (1996), Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Aubes Françoise et al. (dir.) (2014), Interprétations postcoloniales et mondialisation : littératures de langues allemande, anglaise, espagnole, française, italienne et portugaise, New York, Peter Lang.

Baron Christine (2011), « Littérature et géographie : lieux, espaces, paysages et écritures », Fabula-LhT, nº 8, « Le partage des disciplines », en ligne : www.fabula.org/lht/8/baron.html (mai 2019).

Beck Ulrich (2006), Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Paris, Aubier.

Beguin François (1991), La Construction des horizons : nature, lieux, paysages dans la littérature et la géographie, thèse de doctorat en géographie, sous la direction de Gilles Sautter, Paris, EHESS.

Bonn Charles & Garnier Xavier (dir.) (1999), Littérature francophone, Paris, Hatier.

Britton Celia & Munro Martin (dir.) (2012), American Creoles: The Francophone Caribbean and the American South, Liverpool, Liverpool University Press.

Brosseau Marc (1996), Des romans géographes, Paris, L’Harmattan.

Butel Paul (1997), Histoire de l’Atlantique : de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin.

Canaparo Claudio (2009), Geo-Epistemology, Berlin, Peter Lang.

Césaire Aimé (1956), Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence africaine.

Chaunu Pierre (1955-1960), Séville et l’Atlantique (1504-1650), 8 vol., Paris, Armand Colin.

Chevalier Michel (dir.) (1993), La Littérature dans tous ses espaces, Paris, Éditions du CNRS. 

Collot Michel (2014), Pour une géographie littéraire, Paris, José Corti.

Collot Michel (2011), « Pour une géographie littéraire », Fabula-LhT, n° 8, « Le partage des disciplines », en ligne : www.fabula.org/lht/8/index.php?id=242 (mai 2019).

Collot Michel (2005), « Petit discours sur les méthodes », dans Alexandre Didier et al. (dir.), La Traversée des thèses, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p. 35-42.

Corbin Alain (1988, 2010), Le Territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage, Paris, Flammarion, « Champs histoire ».

Deleuze Gilles & Guattari Félix (1991), Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit.

Eagleton Terry (2012), The Event of Literature, New Haven, Yale University Press.

Elliott John (2006), Empires of the Atlantic World: Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven, Yale University Press.

Ette Ottmar (2005), ZwischenWeltenSchreiben: Literaturen ohne festen Wohnsitz, Berlin, Kulturverlag Kadmos.

Forsdick Charles, Milne Anna-Louise & Moura Jean-Marc (dir.) (2018), « L’ailleurs par temps de mondialisation », Revue critique de fixxion francaise contemporaine, nº 16.

Fraisse Emmanuel (2012), Littérature et mondialisation, Paris, Honoré Champion.

Gilroy Paul (1993), The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press.

Godechot Jacques (1947), Histoire de l’Atlantique, Paris, Bordas.

Hollier Denis (dir.) (1993), De la littérature française, Paris, Bordas.

Jeannelle Jean-Louis (2012) « Le global, le national et le planétaire », Acta fabula, vol. 13, nº 1, « Nouveaux chemins de l’histoire littéraire », en ligne : www.fabula.org/revue/document6741.php (mai 2019).

Kraus Michael (1949), Atlantic Civilization: Eighteenth Century Origins, Ithaca, Cornell University Press.

Laborie Jean-Claude, Moura Jean-Marc & Parizet Sylvie (dir.) (2018), Vers une histoire littéraire transatlantique, Paris, Classiques Garnier.

Lacoste Yves (1990), Paysages politiques, Paris, Le Livre de poche, « Biblio Essais ».

Lalagianni Vassiliki & Moura Jean-Marc (dir.) (2014), Espace méditerranéen : écritures de l’exil, migrances et discours postcoloniale, ­Amsterdam, Rodopi, « Francopolyphonies ».

Magris Claudio (1999), Danube: A Sentimental Journey from the Source to the Black Sea, Londres, Harvill Press.

Maingueneau Dominique (2004), Le Discours littéraire : paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin.

Marshall Bill (2009), The French Atlantic, Liverpool, Liverpool University Press.

Mauro Frédéric (1960), Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle (1570-1670), Paris, SEVPEN.

Mc Donald Christie & Suleiman Susan (dir.) (2014), French Global : une nouvelle perspective sur l’histoire littéraire, Paris, Classiques Garnier.

Miller Christopher (2011), Le Triangle atlantique français : littérature et culture de la traite négrière, Thomas Van Ruymbeke (trad.), Bécherel, Les Perséides.

Moretti Franco (2000), Atlas du roman européen, Paris, Éditions du Seuil.

Moura Jean-Marc & Porra Véronique (éd.) (2015), L’Atlantique littéraire : perspectives théoriques sur la constitution d’un espace translinguistique, Hildesheim, Olms Verlag.

Moura Jean-Marc & Tomiche Anne (dir.) (2018), « Traversées atlantiques des avant-gardes », Revue de littérature comparée, nº 2.

Pradeau Christophe & Samoyault Tiphaine (dir.) (2005), Où est la littérature mondiale ?, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Provenzano François (2011 a), Vie et mort de la francophonie : une politique française de la langue et de la littérature, Bruxelles / Paris, Les Impressions nouvelles.

Provenzano François (2011 b), Historiographies périphériques, Bruxelles, Académie royale de Belgique.

Richard Jean-Pierre (1996), Terrains de lecture, Paris, Gallimard.

Ricœur Paul (1983), Temps et récit, Paris, Éditions du Seuil.

Russo Adelaide & Moura Jean-Marc (dir.) (2018), « Nouveaux savoirs francophones », Revue des sciences humaines, nº 330.

Sassen Saskia (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press. 

Schama Simon (1999), Le Paysage et la mémoire, Paris, Éditions du Seuil.

Stam Robert & Shohat Ella (2012), Race in Translation: Culture Wars around the Postcolonial Atlantic, New York, New York University Press.

Tissier Jean-Louis (1981), « De l’esprit géographique dans l’œuvre de Julien Gracq », L’Espace géographique, vol. 10, nº 1, p. 50-51.

Viatte Auguste (1980), Histoire comparée des littératures francophones, Paris, Nathan.

Westphal Bertrand (2007), La Géocritique : réel, fiction, espace, Paris, Éditions de Minuit, « Paradoxe ».

Westphal Bertrand (2001), Le Rivage des mythes : une géocritique méditerranéenne : le lieu et son mythe, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

White Kenneth (1994), Le Plateau de l’albatros, Paris, Grasset.

Notes

1  Pour une étude plus approfondie de ce sujet, voir Aubes et al., 2014 ; Moura & Porra, 2015 ; Laborie, Moura & Parizet, 2018 ; Russo & Moura, 2018. 

2  Elle peut néanmoins y répondre parfois, voir Moura & Tomiche, 2018.

3  Comme en témoignent les travaux d’Yves Lacoste (1990) et de Jean-Louis Tissier (1981) sur Julien Gracq, lui-même géographe et écrivain, la thèse de Marc Brosseau sur les « romans géographes » (1996) et celle de François Béguin sur « la construction des horizons » (1991).

4  Voir l’entretien de Bertand Westphal avec Jean-Marc Moura (Forsdick, Milne & Moura, 2018).

5  « Le “paysage de Chateaubriand”, par exemple, ne se réduit ni aux déserts de l’Amérique ni aux landes de Combourg ; il s’agit d’une image plus complexe et composite, qui emprunte certains de ses traits aux lieux que Chateaubriand a pu fréquenter dans la vie, dans les livres ou dans les tableaux, mais qui résulte de leur réélaboration par l’imaginaire et par l’écriture. » (Collot, 2011)

6  Ainsi, le parcours Antilles-Europe-Afrique-Antilles accompli par le moi poétique du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire (1956).

7  Par exemple, l’invention de formes romanesques nouvelles dans les Caraïbes ou en Amérique latine (le « réalisme magique », le « réel merveilleux »).

8  Sur ce point, voir par exemple Lallagiani & Moura, 2014.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search