Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Reconsidérer les approches

« Devenir francophone »

Mélikah Abdelmoumen

Texte intégral

1Nous sommes trois : un auteur québécois né de parents d’origine française, un auteur québécois né de parents d’origine québécoise, et une auteure québécoise née d’un père tunisien et d’une mère québécoise. Pardonnez cette lourde liste d’étiquettes « géographisantes »... elle a sa raison d’être. D’ailleurs, mon cas est désormais encore plus compliqué que celui de mes deux collègues, puisque depuis quelques mois, on doit ajouter un nouvel élément à mon « étiquette à rallonges » : je suis en effet récemment devenue une « auteure québécoise, née de père tunisien et de mère québécoise, immigrée en France ».

2Nous sommes à l’automne 2006.

3En ces premiers mois qui suivent mon installation dans ce pays, le salon littéraire où mes collègues québécois et moi-même sommes conviés « met à l’honneur les littératures francophones », comme l’indique l’invitation que j’ai reçue. La formule a de quoi surprendre. Les littératures francophones... Pourquoi ce pluriel ?

4Qu’on imagine donc notre étonnement, à nous les trois écrivains québécois invités à cette manifestation littéraire parisienne lorsque, stupéfaits, nous apprenons que les littératures francophones, ce sont, grosso modo, les « littératures-en-français-qui-ne-sont-pas-françaises », autrement dit, que la France désigne ainsi un ensemble de « littératures nationales » dont elle s’exclut.

5Les choses se compliquent encore davantage lors d’une table ronde où est abordée la question du rapport des auteurs invités à leur « Afrique intérieure », et de sa manifestation dans leurs œuvres... Heureusement, j’y participe sans mes deux collègues – le Québécois « pure laine » et le Québécois d’origine française ! En ce qui me concerne, si l’on considère mes origines tunisiennes, cerner mon « Afrique intérieure » reste envisageable, alors que pour eux...

6Je réponds néanmoins à mes interlocuteurs que mon rapport à la part tunisienne de mes origines est compliqué, que j’ai surtout été élevée comme une petite Québécoise ordinaire – à ceci près que j’ai appris par mon père à aimer d’amour les lettres... françaises.    

7C’est la première fois que des Québécois sont invités à ce salon des littératures francophones, et évidemment, de la part des organisateurs, c’est un geste d’ouverture, une main tendue, que je ne regrette pas d’avoir saisie et dont je leur suis reconnaissante. Mais l’expérience m’a fait comprendre que la place des Québécois reste à définir dans cet étonnant monde de la littérature des « francophonies-qui-ne-sont-pas-la-France » (mais qui, me dirai-je dans un moment de grande perplexité, pourrait s’appeler aussi la littérature des « pays-qui-ont-déjà-été-des-colonies ». Peut-être est-ce là que se situe cette différence à peine perceptible, mais néanmoins palpable entre les autres invités de ce salon littéraire et nous ? Nous, non pas les « colonisés », mais les « descendants de colons », non pas venus du « sud », mais plutôt du grand froid ?).

8Le salon, au demeurant une manifestation passionnante, porteuse de découvertes littéraires que je n’oublierai pas et de rencontres enthousiasmantes, me laissera une curieuse impression : celle d’avoir participé, et dans un rôle encore difficile à cerner pour moi-même comme pour les autres invités, à une sorte de salon littéraire des laissés-pour-compte...

Être reconnu... mais par qui ?

9Déjà en 1967, l’écrivain Hubert Aquin rendait compte de la complexité et de la frustration liées à notre position, à nous Québécois, face à la France, dans son article « Nos cousins de France », publié dans la revue Liberté. Prenant pour prétexte l’accueil à Paris d’un groupe d’écrivains québécois, il entreprenait de raconter, sur le ton de la satire, cette rencontre entre « cousins », mais en en inversant les pôles. Autrement dit, il prêtait au « je » écrivain québécois de son texte, à l’égard de ses interlocuteurs français, le discours que, dans la réalité, l’interlocuteur français tient habituellement au Québécois :

Si les Français n’ont plus les Québécois qu’ils avaient, nous pouvons nous consoler, car nous avons toujours les cousins qu’on avait. Et c’est un peu pour ça qu’on les aime : ils nous parlent toujours avec cet accent pittoresque, ils emploient à profusion une rhétorique un peu démodée, à nos yeux bien sûr, mais non moins touchante. Et puis, ils sont bien sympathiques et ils méritent vraiment qu’on s’occupe un peu plus d’eux. Nous devons nous rapprocher d’eux et comprendre leurs besoins spécifiques ; nous devons nous pencher sur leur cas. Et n’oublions jamais, nous les Québécois, que les Français sont nos petits cousins et qu’à cause de cela précisément ils ont des complexes. Ils arrivent comme ça de Toulouse ou de Saintonge, et ils sont tout perdus. Nous voulons bien les aider, mais les pauvres petits choux font des manières, ils boudent, ils se croient différents de nous. Au fond, notre sang coule dans leurs veines et ce ne sont après tout que des Québécois égarés. À nous d’être adroits. Il faut comprendre qu’ils sont périphériques par rapport à nous et qu’ils ont développé, depuis le temps, une certaine volonté d’indépendance, un certain régionalisme.

Aquin évoquait ainsi sur le mode humoristique une condition vécue comme douloureuse par nombre d’auteurs et intellectuels québécois de son époque, mais également par nombre d’auteurs aujourd’hui : amalgame de positions « périphériques » données à la littérature québécoise par la conjonction des rapports Québec-France tels que les décrivait Aquin, et par ce concept des littératures dites « francophones » tel que je le découvrais moi-même en arrivant en France.

10Mais il y a pire, du moins pour les Québécois, et peut-être aussi pour les autres « francophones », il y a ce sentiment probablement inhérent à tout rapport vécu comme un lien « dominant-dominé » : entremêlé à la colère d’être relégué en périphérie, il y a ce désir profond et irrésistible d’être reconnu par celui qui vous domine. Le phénomène a été admirablement illustré par la romancière québécoise Catherine Mavrikakis dans son roman Ça va aller, paru au Québec en 2002 aux éditions Leméac. Sa narratrice, Sappho-Didon Apostasias, décrit ainsi un événement au cours duquel est honoré l’un des seuls « grands » romanciers québécois reconnus et admirés en France, elle qui est convaincue que la littérature québécoise la plus puissante n’est pas assez souvent celle qui est mise en avant, jugée exportable / importable en France. La scène se passe à la Délégation du Québec à Paris et est évidemment un clin d’œil au texte d’Hubert Aquin cité plus haut.

Le Québec me fait tellement mal, le Québec est tellement abject, tellement laid, tellement crétin, tellement pervers, qu’en les voyant se masturber, tous ces Québécois à Paris, tous ces impuissants du Québec [...], j’ai envie de leur vomir à la face. J’ai envie de vomir sur le Québec [...], sur le champagne que l’on sert. J’ai envie de leur chier dessus, à tous ces Québécois. L’avenir du Québec sera turbulent ou ne sera pas et je vais leur montrer, moi, ce que c’est que la fierté. C’est pas la Délégation du Québec à Paris qui va sauver le Québec, bande de caves. Ce sont ceux qui fabriqueront des manifestes pétaradants, des livres-bombes, des films qui feront voler en éclats toute cette belle fierté-là, tout cet establishment pourri du bon goût. Celui qui sauvera le Québec, c’est un artificier, un faiseur de terreur.

Besoin d’une reconnaissance ici, en France, qui serait le véritable signe de consécration de l’écrivain « francophone », et ce même dans son propre pays, voire surtout dans son propre pays ? Mais aussi désir, rêve qu’on dirait « de colonisé »... irrésistible et honteux à la fois...

11Ce n’est évidemment pas le cas de tous les auteurs québécois, j’en ai évidemment rencontré plusieurs qui étaient absolument indifférents à l’idée de voir leur œuvre sortir des frontières du Québec ou se rendre jusqu’en France et y être publiée, lue, reconnue. Mais ce sentiment existe, et il est peut-être même majoritaire, et probablement pour bien d’autres auteurs « issus des francophonies ».

Des littératures québécoises

  • 1  Voir à ce sujet le blog de « l’Oreille tendue », tenu par le chercheur et professeur montréalais B (...)

12D’ailleurs, pour des raisons pratiques, j’écris depuis tout à l’heure « la » littérature québécoise, mais il n’est pas certain que définir cet objet aille de soi. Il y aurait plutôt des littératures s’écrivant au Québec, littératures émanant d’un territoire géographique (encore la géographie !), mais faites de mouvances diverses et fort différentes les unes des autres. Mouvances qui, toutes, n’emploient pas « le même français », n’abordent pas les mêmes thèmes... Œuvres écrites en québécois, ou non. Œuvres qui ont pour sujet la québécitude, le Québec, ou non. Œuvres parfois fortement inspirées par la bibliothèque ou l’encyclopédie (au sens ou l’entendait Umberto Eco) de son auteur – car si le pays d’un écrivain peut être autant le lieu géographique qu’il habite, ou dont il est originaire, que ceux qu’il a visités, il se double d’un second territoire, intérieur celui-là : celui des livres qu’il a lus. Romans québécois tout autant portés par le fait que leur auteur est montréalais, ou gaspésien, que par le fait qu’il fréquente assidûment, par leur littérature, les États-Unis. Et plus récemment, mouvement littéraire surnommé « École de la Tchén’ssâ1 » (scie tronçonneuse), où le roman ultra-contemporain rencontre une mouvance plus ancienne, celle du roman du terroir...

13 Oui, il y a des littératures québécoises, comme il y a sans doute des littératures tunisiennes ou suisses... Car comment définit-on une littérature nationale ? Comment nomme-t-on ceux que l’on a appelés les écrivains migrants, auteurs établis au Québec, mais nés et parfois élevés ailleurs ? Comment désigne-t-on un auteur francophone qui écrit en français, mais vit dans un pays anglo-saxon, ou en Allemagne ?

14Cela nous rapproche d’un autre aspect compliqué de la circulation de la littérature pour les « francophones » que nous, Québécois, sommes – mais également, je m’en doute bien, pour tous les francophones non français (voire non parisiens ?). L’absence de réciprocité dans les échanges. La littérature française (parisienne ?) circule, et on trouve par exemple dans les librairies québécoises non seulement les classiques, mais également les nouveautés françaises, c’est pour ainsi dire naturel, cela va de soi. Alors que l’inverse est loin d’être vrai. Pour être disponible ici, et à un prix « normal », un roman québécois doit avoir été revendu à un éditeur français. Autrement, son prix souffrira du long trajet (le plus souvent effectué par bateau) depuis l’autre côté de l’Atlantique, et il ne sera à peu près pas distribué en librairie. On pourrait penser qu’avec l’avènement du numérique, ces barrières sont sur le point de tomber... mais je me suis laissé dire à plusieurs reprises que cette pratique n’est pas encore vraiment entrée dans les habitudes de lecture des Français. Et comme la littérature québécoise (ou francophone) qui n’a pas été rachetée et republiée sous les couleurs d’un éditeur français (voire parisien) tombe dans l’inexistence médiatico-journalistique, le fait que les livres d’éditeurs québécois soient plus accessibles en format numérique ne change pas grand-chose au problème. Les lecteurs n’en connaissent que rarement l’existence, et les chances que le monde du livre les leur fasse découvrir sont minces.

15Heureusement, j’ai néanmoins pu découvrir depuis mon arrivée ici en 2005, que nous, les auteurs québécois (et par ailleurs les autres auteurs francophones) ne sommes pas si seuls, pas si incompris, et que le désir de privilégier d’autres approches que l’hexagocentrisme est de plus en plus grand, porté par de plus en plus de voix. Car petit à petit, dans les universités, sur le Web, dans les librairies comme dans les chaumières, dans les lieux de rencontre (réelle ou virtuelle) comme dans l’intimité des lieux de lecture et d’écriture, une grande lame de fond semble s’être peu à peu levée : espérons que ces nouvelles approches, gouttes d’eau dans l’océan hexagocentriste, sauront se réunir et joindre leurs forces, jusqu’à finir par former un torrent.

*

16Et la Québécoise d’origine tunisienne immigrée en France, comment s’en sort-elle, plus de dix ans après cette invitation à un premier salon sur les littératures francophones ?

17Elle a quitté la France en 2017 pour retrouver son Québec natal et elle a pu continuer à mesurer combien, par-dessus la québécitude qu’elle avait toujours considéré comme sa seule véritable appartenance « nationale », s’impriment, se superposent quoi qu’elle fasse, ce prénom et ce patronyme – auxquels elle refuse de renoncer, auxquels elle tient, parce que ce sont les siens –, et la recherche obstinée par nombre de ses interlocuteurs, même jusque sur sa terre natale, de sa satanée « Afrique du Nord intérieure »... « Arabitude » intérieure qu’elle serait bien en mal de définir – sinon pour dire qu’elle n’est peut-être que le miroir, fiché en elle de force par certains Français et certains Québécois, de leurs propres peurs. Mais peut-être ces questions appartiennent-elles plutôt à la politique qu’à la littérature. Peut-être faut-il les traiter séparément ?

18Ou non. Tout bien vérifié, peut-être seront-elles désormais, dans l’œuvre de la Québécoise née de mère québécoise et de père tunisien immigrée en France et rentrée « chez elle », inextricablement liées.

Notes

1  Voir à ce sujet le blog de « l’Oreille tendue », tenu par le chercheur et professeur montréalais Benoît Melançon, en ligne : http://oreilletendue.com/2012/05/19/histoire-de-la-litterature-quebecoise-contemporaine-101/ (mai 2019).

Auteur

Mélikah Abdelmoumen vit à Montréal et y travaille en tant qu’éditrice, enseignante et rédactrice en chef de la revueLe Pigeon. Elle a publié de nombreux articles, nouvelles, romans – dont Chair d’assaut (Trait d’union, 1999), Alia (2006), Les Désastrées (VLB éditeur, 2013) – et un essai, L’École des lectrices : Doubrovsky et la dialectique de l’écrivain (Presses universitaires de Lyon, 2011). Elle a vécu une douzaine d’années en France, séjour dont elle a tiré un récit de l’immigration, de l’exclusion et de l’engagement : Douze ans en France, paru chez VLB éditeur en 2018. L’ouvrage entre en résonnance avec le blog « Histoires de Roms » qu’elle a tenu pendant plusieurs années pour dénoncer le sort fait aux membres de cette communauté.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search