Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Réévaluer les corpus

Sur les chemins des contes : considérations méthodologiques

Nadine Decourt

Texte intégral

Introduction

1Il était une fois l’ethnographie... est le titre d’un ouvrage dans lequel ­Germaine Tillion, en l’an 2000, adresse aux jeunes chercheurs un certain nombre de considérations méthodologiques inspirées de ses premières missions dans les Aurès. Ces recommandations pourraient aisément se résumer par ce verbe récurrent dans son livre : « converser », ou plus exactement par un syntagme à valeur formulaire : « la politesse de la conversation ». Se mettre à l’écoute des gens qui vous reçoivent, au lieu de vouloir poser tout de suite des questions aussi indiscrètes qu’inopérantes, parler sans interroger puis apprendre à se taire sont les premières consignes données par l’ethnologue. Geneviève Calame-Griaule, spécialiste de la parole chez les Dogon du Mali, est quant à elle maintes fois revenue sur son itinéraire d’ethnolinguiste afin de montrer la nécessité d’une approche de la littérature orale prenant en compte tout autant le contexte que le texte qui s’élabore en interaction avec un auditoire (Calame-Griaule, 2001). Elle a ainsi contribué à transformer en discipline-carrefour un champ d’étude longtemps abandonné aux exotismes du lointain ou confiné dans des terroirs français laissés aux érudits locaux (les premiers folkloristes), puis à des ethnologues tout aussi soucieux d’homogénéité culturelle et linguistique. En érigeant l’art de la conversation en méthode, Germaine Tillion s’y découvre conteuse. Elle évoque même une rencontre surprenante des répertoires, entre récits en langue chaouïa (le parler berbère des Aurès) et ses propres souvenirs d’enfance (Tillion, 2000, p. 49-50). Son plaisir de puiser dans les ressources d’un patrimoine familial pour nourrir les échanges est perceptible :

Chacal et Hérisson étaient les héros favoris du fabuliste chaouïa, un Chacal aussi bête que le Loup languedocien, un Hérisson aussi malin que nos renards de l’Hexagone. Quant aux ruses qu’ils utilisaient pour se duper, c’étaient les mêmes que celles de Nivard de Gand et de Fifine. Seuls les noms des héros changeaient – car, si les contes suivent les hommes partout où ils vont, Chacal et Renard, malgré leur malice, ne prennent ni le bateau ni l’avion.

Ces remarques m’ont confortée dans l’idée de relever sur le sol français le défi des mélanges. En effet, mes travaux de recherches sont nés des urgences du terrain, face à l’émergence des pédagogies interculturelles en région lyonnaise : quels objets médiateurs trouver dans le contexte de la scolarisation des enfants dits, à l’époque (dans les années 1980), « de migrants » ? J’étais alors formatrice au Centre de formation et d’information pour la scolarisation des enfants de migrants (CEFISEM) de Lyon, sommée d’aider des enseignants à trouver des ébauches de solution, pour ne pas dire des recettes. Pourquoi ne pas profiter de ces rencontres d’imaginaires pour créer des passerelles entre l’école et des familles en situation d’exclusion, pour délier les langues, pour aider des enfants à « structurer le récit » ? Découvrir une oralité vivante, prise entre deux rives fut un choc (esthétique) qui m’a obligée à mettre à distance ma pratique professionnelle et à prendre le chemin d’une thèse (Decourt, 1992), réalisée sous la direction de Jean Perrot (Université Paris 13), un pionnier de la recherche dans un domaine, la littérature de jeunesse, où mes recherches ont grâce à lui trouvé à s’inscrire (Nières-Chevrel & Perrot, 2013), tout en le débordant. J’ai choisi de m’engager dans une discipline que je ne connaissais pas encore, la littérature comparée, puis très vite dans une autre, l’anthropologie, afin de rester au plus près d’une littérature orale transplantée, émergeant entre l’écrit et l’oral dans le contexte du renouveau du conte en France.

2Je voudrais ici revenir sur un parcours de recherche d’une trentaine d’années pour l’interroger à l’éclairage d’un concept tard venu dans les sciences humaines et sociales (en 2008), un concept puisé dans la matière des contes orientaux par un romancier anglais, Horace Walpole, au xviiie siècle : la sérendipité. Une première attestation littéraire, en 1719, sous la plume du Chevalier de Mailly, a pu servir de source. Ce concept, à la mode dans les jeux radiophoniques, est ainsi défini par Walpole (dans Mailly, 2011, p. 205) :

J’ai lu autrefois un conte de fées saugrenu, intitulé Les Trois Princes de Serendip : tandis que leurs altesses voyageaient, elles faisaient toute sorte de découvertes, par accident et sagacité, de choses qu’elles ne cherchaient pas du tout. [P]ar exemple, l’un des princes découvre qu’une mule borgne de l’œil droit vient de parcourir cette route, parce que l’herbe n’a été broutée que sur le côté gauche, où elle est moins belle qu’à droite – maintenant saisissez-vous le sens de serendipity ?

Accident et sagacité ? Art de trouver ce qu’on ne cherchait pas ? Part du hasard, de la rencontre ? J’avais à conduire une étude de l’oralité, alors même que la raison orale, dans la recherche, passe au filtre de la raison graphique, comme l’a montré Jack Goody (1979). Comment cheminer sur des terrains minés, multilingues, mouvants ? Comment faire confiance à un objet de recherche lui-même protéiforme, hétérogène ? Où trouver des alliés, des partenaires ?

3Quelques étapes ici traceront une navigation singulière, dans ce qui pourrait ressembler à un itinéraire de vie et de recherche, à la manière des anthropologues américains de l’École subalterne, Arjun Appadurai et ses collègues venus de l’Inde (Appadurai & Sicard, 2000), curieux d’observer les entrelacs de leurs trajectoires. Pour commencer, je suis née dans une école (à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard) où logeaient mes parents, tous deux instituteurs, et n’ai plus quitté l’École de la République que pour deux années de délégation au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) sur les pas des conteurs (2001-2003). Recalée au concours de l’École normale supérieure de Sèvres dans l’après-Mai 68, j’ai eu la chance, à vingt ans, d’intégrer la Cité internationale universitaire de Paris. Ce fut la découverte d’un nouveau monde, une sorte d’abbaye de Thélème francophone. D’une certaine manière je ne l’ai plus quittée, me risquant – tantôt dans le confort que procurent les diplômes, tantôt dans l’inconfort des marges de l’institution (instituts de formation versus l’Université majuscule) – à une sorte de danse avec les normes. Éloignée de l’accent nîmois, si dénigré, privée de l’occitan de ma famille maternelle paysanne, je n’ai eu de cesse de vouloir expérimenter la devise de l’École de la République : Liberté, Égalité, Fraternité, d’en cultiver les dimensions d’accueil et d’ouverture.

Le pari interculturel : contes et immigration

  • 1  Circulaire nº 78-238 du 25 juillet 1978 : « Scolarisation des enfants immigrés », en ligne : http: (...)

4Une circulaire de l’Éducation nationale du 25 juillet 19781 pourrait à elle seule représenter une première étape. Elle préconise une refonte complète des textes régissant la scolarisation des enfants de migrants, ceci dès l’école maternelle pour laquelle elle propose des mesures très concrètes d’accueil de ces enfants venus d’ailleurs. Il y est question de valorisation des différences, d’enrichissement mutuel. L’interculturel s’introduit donc officiellement à l’école comme moyen de nouer un dialogue entre enseignants et familles, de lutter contre un échec scolaire massif. Il s’agissait de revoir le modèle d’intégration à la française (autrement dit d’une assimilation rapide par la langue) sans éradiquer les cultures dites d’abord « d’origine », puis « d’apports », d’une immigration principalement maghrébine, sans déraciner les jeunes (issus de populations transplantées) au risque de bloquer tout processus d’apprentissage. Le terme « interculturel » s’impose loin de toute référence à la terminologie développée dans les années 1930 par l’École de Chicago et par l’anthropologie anglo-américaine. Si Roger Bastide s’en est voulu le critique zélé en rentrant du Brésil à Paris dans les années 1950, ses travaux sont restés quasi méconnus jusqu’à la réédition d’un recueil d’articles, Le Prochain et le lointain, vigoureusement introduit par François Laplantine (Bastide, 1970, 2000), tant a longtemps régné, en France, dans la recherche en sciences humaines et sociales, une sociologie à dominante marxiste. Les pédagogues de l’interculturel en France ont été, à de rares exceptions près, des travailleurs de l’ombre. Le CEFISEM de Lyon, où je me suis trouvée en poste (de 1979 à 1993), fut le premier créé, en 1975, dans les marges de l’École normale d’instituteurs et d’institutrices. De grands experts y étaient régulièrement invités, désireux de voir ce qui pouvait s’inventer sur place (Sayad, Gokalp, Cordeiro, Hazaël-Massieux, etc.). En l’absence de recherches dédiées, entre « classistes » et « cultureux », les polémiques faisaient rage dans un réseau (Lyon, Marseille, Paris, Lille) qui s’est vite étiolé. Claude Liauzu et Françoise Lorcerie ont dénoncé « la misère des sciences sociales » (1989, p. 10), analysant en politologues scrupuleux ce qu’ils appellent « une vieille répugnance à l’interethnique et au minoritaire » (ibid.) chez les chercheurs français. Si certains anthropologues abordaient ces questions, ils le faisaient depuis des terrains éloignés : le Brésil par exemple, d’où François Laplantine allait rapporter de quoi élaborer en équipe le concept de métissage (Laplantine & Nouss, 2001). Dans ce contexte marqué par des cloisonnements insidieux (il n’y avait pas Internet), par des dialogues de sourds (l’interdisciplinarité n’était pas à la mode), le conte m’est apparu comme une planche de salut, m’offrant à la fois la distanciation dont j’avais besoin et des ressources professionnelles inédites. Plusieurs écoles maternelles se sont prêtées au jeu de l’expérimentation alors proposée par Pierre Grange (responsable du CEFISEM de Lyon) avec le concours de Robert Berthelier (médecin psychiatre à Paris). Il s’agissait de détourner quelques Enseignants de langues et cultures d’origine (ELCO) de leur mission : enseigner la langue officielle de leur pays en vue d’un éventuel retour des familles. Le projet était d’en faire les passeurs d’une langue-culture autre que celle de l’école auprès de tous les enfants d’une classe. L’hypothèse de recherche qui présidait à cette opération financée par le Conseil de l’Europe pourrait se résumer ainsi : la langue n’est pas un outil neutre de communication ; l’introduction d’une langue-culture autre à parité avec le français a valeur de légitimation pour toutes, ce qui autorise chaque enfant à être reconnu et à s’épanouir (Berthelier, 2006, p. 109). Parmi les activités mises en place, l’une (conter) m’est apparue comme une évidence à creuser au point d’en faire un objet de recherche que je n’ai plus quitté : la variation des contes comme outil de médiation entre l’école et des familles encore en prise avec la tradition orale. Des mères sont venues à l’école, des parlers berbères (occultés) ont surgi et avec eux le conte-support de ma thèse : « La Vache des orphelins » (« Frérot et Sœurette » chez les Frères Grimm). Le comparatisme est un jeu d’enfants, ai-je souvent proclamé, tout en collectant un riche corpus berbère à la porte des écoles. Camille Lacoste-Dujardin, ethnologue spécialiste des contes kabyles (1970), a bien voulu s’intéresser à mon aventure : elle n’en revenait pas de cette belle parole trouvée en région lyonnaise. Ainsi a-t-elle guidé et protégé de sa haute autorité mes premiers pas de chercheuse ignorante des parlers vernaculaires que je commençais à recueillir d’un conte à l’autre, en particulier dans les formules et les refrains.

Paroles de femmes : une situation laboratoire

5L’émergence des pédagogies interculturelles a contribué à créer des espaces intermédiaires où se sont engouffrés des intervenants eux-mêmes en quête de légitimité (artistique) : les néo-conteurs, nouveaux artistes de la parole, amateurs ou professionnels, souvent sollicités comme médiateurs quand ils étaient porteurs de patrimoines venus des pays d’émigration. Mohamed Belhalfaoui en a été une figure, emblématique. Nacer Khemir, Ahmed Bouzzine et d’autres ont suivi. Veronika Görög-Karady (1982) a dessiné les premiers contours de ce renouveau du conte porté en France par Bruno de la Salle aux lendemains de Mai 68, avant qu’en février 1989, un colloque présidé par Geneviève Calame-Griaule et dont les actes ont été publiés deux ans plus tard (1991) ne permette d’interroger le phénomène. J’y ai rencontré pour la première fois Jean Porcherot et Mariette Vergne, devenus ensuite de précieux et indéfectibles partenaires dans maintes activités de recherche et de formation. Le hasard cependant a mis sur ma route Odile Carré. Nous avons convenu d’associer nos disciplines pour animer un groupe de formation par alternance : « Contes et récits de la vie quotidienne ». Notre objectif était d’encourager des femmes issues de l’immigration à se réapproprier des contes, à explorer par ce biais de nouvelles formes de bien-être et de socialité à l’échelle de leur quartier et par-delà (Carré, 1998). Ce faisant, Odile poursuivait son travail sur les groupes interculturels dans le sillage des travaux de René Kaës, tandis que je saisissais l’occasion de monter une sorte de petit « salon de littérature orale » au cœur de la presqu’île lyonnaise. De semaine en semaine pendant deux ans, nous avons pu échanger des contes, dans l’intimité d’un cercle composé de neuf femmes maghrébines et de deux Laotiennes. Chacune devait effectuer un stage d’une journée pour se former à l’animation (école, bibliothèque, centre social), et une autre journée était consacrée, le matin à un échange sur les expériences de stage, l’après-midi à une séance de contage. Quelle merveille d’y collecter quatre versions de « La Vache des orphelins » d’un coup, scandées par la formule : « Moi je le connais, mais ce n’est pas tout à fait pareil ! » Le tout s’accompagnait de gloses précisant les contextes et circonstances de la transmission dans une sorte de dialogue ethnologique. Le principal trait que je voudrais ici dégager de cette expérience longuement analysée (Decourt, 2010) est le lent passage d’un sentiment de honte (honte de mal parler le français, honte d’avoir parfois recours à un répertoire jugé peu canonique au regard des attentes présumées de l’école) à une véritable fierté de conteuses conscientes de leur art. Ainsi pouvait-on ne pas maîtriser la langue (correction lexicale, syntaxique), mais maîtriser l’art du récit au point d’être écouté à l’égal de l’enseignant ou plus encore. Fatima Mekki, en particulier, récemment alphabétisée, s’est mise à écrire ses propres contes, en partie sur ordinateur. Elle ne cesse depuis de remplir des cahiers soigneusement rangés dans une petite valise nichée chez elle au-dessus d’une armoire. À plusieurs reprises, elle est venue conter à l’université, y témoigner de son parcours. Elle est même allée jusqu’à solliciter un éditeur parisien et refuser le toilettage bien trop aseptisant qui lui était demandé pour la parution de ses textes. Je me suis quant à moi constitué un répertoire que j’ai vu s’étoffer dans un jeu de répétition-variation lié au rythme régulier des séances. Un temps hors du temps, où nous prenions chacune le soin d’oublier nos soucis. Les contes s’entremêlaient de fragments de récits de vie ponctués de rires et de larmes : telle façon de faire, telle scène d’exil. Cette expérience a attiré l’attention, dans les dernières années de sa vie, de Marc Soriano, le spécialiste des Contes de Perrault (1968). Il n’a eu de cesse de m’encourager à publier ces paroles de femmes immigrées ; il m’a également invitée à contribuer au dossier de la revue Europe sur les Frères Grimm (Decourt, 1994), me donnant carte blanche pour tisser des liens entre les deux corpus. Avant la nouvelle traduction établie par Natacha Rimasson-Fertin aux Éditions José Corti (2009), je me trouvais parmi les rares spécialistes à pouvoir lire en allemand les deux volumes de contes Kinder und Hausmärchen, ainsi que le troisième volume de leurs annotations, paru dès 1825 (Anmerkungen, Annotations) : jusque-là jamais traduit en français, il est en grande partie révélé grâce à la traduction française des Éditions José Corti. Cela m’a donc permis de découvrir également le foisonnement des dialectes collectés du même coup par deux grands savants reconnus comme les promoteurs de la langue allemande et trop souvent réduits en France à la simple mention générique des contes de Grimm. Il me restait une tâche redoutable à accomplir, laquelle ne pouvait se fondre avec celle d’Odile Carré et exigeait de l’aide : éditer les contes sans occulter les noms des conteuses (à chacune sa déontologie), leur donner pleinement le statut – aussi controversé fût-il – de texte littéraire.

L’exercice de la traduction : contes maghrébins en situation interculturelle

6Si l’écrit avait été proscrit de nos séances (une précaution d’Odile Carré qu’il me fut difficile de respecter), il allait revenir en force. Des élèves déjà bien formés au régime du livre et de l’écrit s’étaient fait un plaisir de retranscrire et de dessiner telle histoire qu’ils avaient aimée : quelle fierté pour la conteuse ! Des livres avaient été empruntés à la bibliothèque, essentiellement des livres de contes maghrébins, à la fois comme aide-mémoire et par curiosité. À l’issue de la formation, il nous parut impossible de nous quitter sans garder de trace, sans communiquer à d’autres notre plaisir de la variance. Naïma Louali-Raynal, linguiste spécialiste des parlers berbères, m’avait déjà aidée pour « La Vache des orphelins ». Nous avions toutes les deux passé des heures à débusquer les « signaux démarcatifs » (Galand-Pernet, 1998, p. 184), ces formules et mots récurrents qui émaillent le texte oral et le rythment – sources de répétitions souvent insupportables à la lecture, mais si efficaces, voire agréables en situation d’énonciation. Naïma a entendu ma supplique. Nous avons œuvré à mettre au point une méthodologie aussi adaptée que possible à notre objet mouvant. Pour commencer : sélectionner un corpus pour lequel j’aurais récolté suffisamment de variantes enregistrées, aller au domicile des conteuses pour étoffer le corpus existant avec des versions en langue source recueillies en situation authentique de communication, avec des voisines, par exemple. Puis nous avons élaboré une « carte linguistique » et une « carte stylistique » de chaque conteuse, nous avons observé les régularités d’usage (notamment dans le système des temps du récit et du commentaire : passé simple, passé composé), discuté longuement nos choix, hésité sur la ponctuation. De même, nous avons voulu conserver les gloses, ces incises qui interrompent la narration pour apporter une explication, si précieuses dans l’interaction conteuse (par exemple : « Vous savez, en Tunisie, dans chaque maison, il y a un puits. »), ou encore les incrustations de mots en langue source : traduits à leur première occurrence, ils devenaient ensuite partie intégrante de l’œuvre d’art élaborée au plus vif de son exploration lexicale (par exemple : kedit, la viande séchée). Tout aussi partie prenante du style oral étaient les mots d’interlangue, qui sont eux aussi entrés dans la rythmique et la musique des mots, dans l’attente d’une autre langue que le parler ordinaire (par exemple ce verbe à tout faire : « machiner »). Les refrains ont retenu enfin toute notre attention. Souvent porteurs des motifs clés du conte, de son sens le plus profond, moments d’émotion intense, ils ont valeur d’îlots, de ferments de mémoire. D’abord tus, ils ont surgi peu à peu, accompagnés de cette glose de traduction prononcée avec malice, voire avec coquetterie : « C’est tellement plus beau en arabe. » Fatima encore eut cette trouvaille de traduction – une formule que l’héroïne doit prononcer au moment de sauter au-dessus du feu (motif final d’ordalie) : « Je suis pure comme le lait, je suis pure, je n’ai rien fait », transposition créatrice bien plus réjouissante à l’oreille que la traduction littérale gardée en miroir : « Le pur sort du pur. »

7Henri Tourneux, directeur de la collection scientifique « Hommes et Société » chez Karthala, a accepté notre demande d’une édition de variantes dont il a choisi le titre : Contes maghrébins en situation interculturelle (Decourt & Louali-Raynal, 1995) – mon passeport pour trouver refuge auprès des anthropologues découverts à Lyon lors de la publication de ma thèse. En effet, aux yeux de mes collègues littéraires les plus proches, les contes maghrébins n’avaient « pas encore trouvé leurs frères Grimm » (sic) : piquant anachronisme et cinglant rejet d’une littérature sans papiers, tenue encore par beaucoup dans le hors-champ du littéraire. Naïma, quant à elle, ne voulut pas en rester là. Elle sortit de ses cartons des contes et proverbes touareg collectés au Niger, afin de tester notre méthodologie et de prolonger le plaisir que nous avions de traduire ensemble – plaisir hélas disparu avec elle en 2005.

Le récit de conte ou la lente émergence de la raison numérique

8Littérature comparée, psychologie, linguistique. Voici qu’entrait dans la danse celle que François Laplantine disait parfois la plus indisciplinée et la moins disciplinaire de toutes les sciences humaines : nommée ethnologie en France, anthropologie dans les Amériques, encore vaguement exotique pour de nombreux partenaires. La littérature orale, en tout cas, y avait droit de cité, avec Jean-Baptiste Martin, spécialiste du franco-­provençal, qui voulut bien me prendre à ses côtés pour complémenter une sorte de cartographie des parlers vernaculaires en Rhône-Alpes. L’anthropologie m’a aidée à concevoir un pluriel d’approches comme exigence légitime, à mieux appréhender le travail d’enquête ethnographique, le droit d’« être affecté[e] », c’est-à-dire « malléable, modifié[e] par l’expérience de terrain » (Favret-Saada, 2009, p. 160). J’ai ainsi découvert les travaux de Roger Bastide et le Brésil du Nord-Est, à travers une collaboration suivie avec Ismaël Pordeus, Martine Kunz et quelques autres collègues du Laboratório de Estudos da Oralidade (LEO), Université Fédérale du Ceará, à Fortaleza. Cette ouverture sur de nouveaux mondes m’a donnée le courage de transformer ma thèse en un essai didactique conçu et rédigé en étroite collaboration avec Michelle Raynaud, institutrice, et complice de la première heure (Decourt & Raynaud, 1999).

9Une délégation au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) (2001-2003) m’a donné l’occasion de sortir de l’école et de l’écrit, avec le projet d’étudier le conte comme opérateur et analyseur de liens, comme circulation, et non plus dans une visée de médiation. Cinq conteurs ont joué le jeu : Nora Aceval, Lila Khaled, Melisjdane Sezer, Jean Porcherot et Myriam Pellicane. Fort heureusement, l’ouvrage envisagé pendant ce projet n’a pu aboutir : il eût ressemblé à une monographie. Comment en effet ne pas rêver de polyphonies en chair et en os ? Comment rendre compte de la performance (corps et voix), du vivant de la rencontre et de la relation autrement, à l’heure où le Web 2.0 venait offrir d’autres voies ? L’idée de « récit de conte » comme histoire de vie d’une forme mouvante, à saisir en synchronie et en diachronie, n’allait-elle pas trouver le régime d’expérimentation souhaité : trans-media, inter-disciplinaire, multi-partenaire ?

10La découverte inopinée de Marguerite de Lussan et de ses huit Veillées de Thessalie (1731-1741) m’a permis de mieux comprendre l’histoire dans laquelle venait s’inscrire cette recherche, à savoir le paradoxe d’un héritage (académique) où la répulsion l’avait emporté sur la fascination, le siècle des Lumières sur le siècle de la féerie, l’écrit sur l’oral. Lire les Veillées, réputées insipides, pour en faire une édition critique alliant des textes de l’Antiquité et le corpus oral dont j’étais dépositaire (Decourt & Decourt, 2007), découvrir leur système de variation comme une partition vivante et mouvante fut une expérience bouleversante du sentiment de contemporanéité et une invitation à briser le carcan du livre.

11Un appel d’offres est venu donner corps à ces aspirations : celui du programme thématique de l’Agence nationale pour la recherche (ANR) en 2008 (Formes et mutations de la communication : processus, compétences, usages). Une petite équipe s’est constituée avec Emmanuelle Saucourt et Jeanne Drouet pour créer un site expérimental de recherche : collectifconte, avec l’anthropologie pour ancrage. La présélection de notre projet au niveau régional a permis de solliciter les pôles informatique et image animée (PIA) de la maison des Sciences de l’homme (MSH) de Lyon Saint-Étienne. Christian Dury, responsable du PIA, a joué un rôle éminent dans l’élaboration et la valorisation de ce site ouvert aux chercheurs, conteurs, professionnels de l’image et du son, à parité d’expertise (jusqu’à y trouver l’inspiration d’une galerie... dont je suis particulièrement fière d’ouvrir la série2 ?) Puisque l’oralité investissait la toile, que des conteurs aussi s’en emparaient, comment utiliser avec eux les techniques de l’image et du son (Drouet, 2010) ? comment explorer les transformations du conte, le suivre en ses transmutations de circulation au temps du numérique ? Ces questions ont fait l’objet de deux Journées d’études internationales : entre lien et hyperlien, en oralité, les 3 et 4 octobre 2011, à Lyon3, autour du site mis en ligne en 2009. Le site est resté dormant pour des raisons à la fois financières et techniques ; visité et régulièrement utilisé par des internautes divers qui ont parfois manifesté leur enthousiasme (chercheurs, étudiants, conteurs, etc.), il n’est plus accessible depuis quelques mois, mais en attente de plusieurs formes de sauvegarde. L’élaboration du prototype nous a appris à imaginer des plateformes de travail et, avant même le développement des réseaux sociaux, à prendre la parole ensemble.

12Enfin, à un carrefour crucial de migration ou de fermeture, Véronique Corinus a surgi sur la route, ainsi que Daniel Urrutiaguer et le laboratoire Passages XX-XXI, tandis que se profilent, avec Martine Kunz, de nouveaux horizons brésiliens. « Maintenant saisissez-vous le sens de serendipity ? »..., en d’autres termes, la part de la rencontre dans la construction obstinée d’une forme-sujet de recherche qui défie les technologies au fur et à mesure de leurs avancées : la libre parole du conte, « dialogue sans dominants ni dominés », ainsi que le souligne Paul Zumthor (1987, p. 248), une parole tout autant subversive que conservatrice, qui se joue des temporalités et des frontières, à l’image de Babel : inachevée, toujours recommencée.

Bibliographie

Appadurai Arjun & Sicard Philippe (2000), « Savoir, circulation et biographie collective », L’Homme, n° 156, « Intellectuels en diaspora et théories nomades », p. 29-38.

Bastide Roger (1970, 2000), Le Prochain et le Lointain, Paris, L’Harmattan.

Berthelier Robert (2006), Enfants de migrants à l’école française, Paris, L’Harmattan.

Calame-Griaule Geneviève (2001), « Un itinéraire en ethnolinguistique », Cahiers de littérature orale, nº 50, p. 15-33.

Calame-Griaule Geneviève (dir.) (1991), Le Renouveau du conte, Paris, Éditions du CNRS.

Carré Odile (1998), Contes et récits de la vie quotidienne : pratiques en groupe interculturel, Paris, L’Harmattan.

Decourt Nadine (2010), « Autour de quelques contes maghrébins en situation interculturelle : création d’un texte à l’interface oral / écrit », dans Janice Carruthers & Maeve McCusker (dir.), The Conte: Oral and Written Dynamics, Oxford, Peter Lang, p. 191-209.

Decourt Nadine (1994), « À travers les contes de Grimm : invitations au voyage », Europe, nº 787-788, p. 73-88. 

Decourt Nadine (1992), La Vache des orphelins : conte et immigration, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Decourt Nadine & Decourt Jean-Claude (éd.) (2007), Les Veillées de Thessalie, dans Nadine Jasmin (éd.), La Bibliothèque des génies et des fées, 13. Le Retour du conte de fées, Paris, Honoré Champion.

Decourt Nadine & Louali-Raynal Naïma (1995), Contes maghrébins en situation interculturelle, Paris, Karthala, « Hommes et Sociétés ».

Decourt Nadine & Raynaud Michelle (1999), Contes et diversité des cultures : le jeu du même et de l’autre, Lyon, CRDP.

Drouet Jeanne (2010), « Collectifconte, un contexte numérique pour l’étude de la variation », dans Patricia Eichel-Lojkine (dir.), Le Récit pour la jeunesse : entre adaptations, transpositions et traductions, en ligne : http://ressources.univ-lemans.fr/AccesLibre/PRN/publije/Vol1/pdf/3.2.Drouet_09.pdf (mai 2019)

Favret-Saada Jeanne (2009), Désorceler, Paris, Éditions de l’Olivier.

Galand-Pernet Paulette (1998), Littératures berbères : des voix, des lettres, Paris, Presses universitaires de France.

Goody Jack (1979), La Raison graphique, Paris, Éditions de Minuit.

Görög-Karady Veronika (1982), « Qui sont les conteurs aujourd’hui ? Qui conte en France aujourd’hui ? », Cahiers de littérature orale, nº 11, p. 95-116.

Lacoste-Dujardin Camille (1970), Le Conte kabyle : étude ethnologique, Paris, François Maspéro.

Laplantine François & Nouss Alexis (2001), Métissages : d’Arcimboldo à Zombi, Paris, Pauvert.

Liauzu Claude & Lorcerie Françoise (1989), « Dossier critique : L’interculturel », Immigration et école : la pluralité culturelle. Travaux et Documents de l’IREMAM, nº 7, p. 7-20.

Mailly Louis de (2011), Les Aventures des trois princes de Serendip, suivi de Voyage en sérendipité, Aude Volpilhac, Dominique Goy-Blanquet & Marie-Anne Paveau (postface), Vincennes, Éditions Thierry Marchaisse.

Nières-Chevrel Isabelle & Perrot Jean (2013), Dictionnaire du livre de jeunesse, Paris, Éditions du cercle de la librairie.

Rimasson-Fertin Natacha (éd.) (2009), Contes pour les enfants et la maison, collectés par les frères Grimm, Paris, José Corti, « Merveilleux ».

Soriano Marc (1968), Les Contes de Perrault : culture savante et traditions populaires, Paris, Gallimard.

Tillion Germaine (2000), Il était une fois l’ethnographie, Paris, Éditions du Seuil.

Zumthor Paul (1987), La Lettre et la Voix, Paris, Éditions du Seuil.

Notes

1  Circulaire nº 78-238 du 25 juillet 1978 : « Scolarisation des enfants immigrés », en ligne : http://bit.ly/29HeoWB (mai 2019).

2  Portrait en images et en sons, en ligne : https://25images.msh-lse.fr/Portails/portrait_nadine-decourt/fr (mai 2019).

3  Voir en ligne : http://bit.ly/29Ail4B (mai 2019).

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search