Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Réévaluer les corpus

Réception et fabrication du texte littéraire francophone (1921-1970)

Ferroudja Allouache

Texte intégral

Interroger l’impensé de la critique centrale

  • 1  La recherche a donné lieu à une publication, voir Allouache, 2018.

1Cet article rend compte d’un travail de recherche mené dans la presse française (revues et journaux) des années 1920 aux lendemains des indépendances1. J’ai interrogé le processus historique et social au cours duquel la catégorie « littérature francophone » s’est peu à peu imposée, catégorisation à la fois distinctive du point de vue de la reconnaissance et ambiguë, car elle est aussi disqualifiante et marginalisante – voire excluante – du champ constitué de la littérature nationale. L’objectif était d’essayer de comprendre la fabrication du concept de « francophonie » qui a émergé au début des années 1960 et a désigné par la suite les écrivains des anciennes colonies françaises créant en français. La francophonie serait-elle une nouvelle forme de domination du centre qui, par ce subterfuge, parviendrait à survivre à la mort de ses colonies ?

  • 2  Au sens de tactique et stratégie tel que les développe Michel de Certeau dans ­L’Invention du quot (...)

2J’ai fait l’hypothèse qu’une lecture attentive de la réception critique durant la période coloniale permettrait sans doute d’expliquer pourquoi se reproduit un discours paternaliste, y compris sur des œuvres qui n’ont parfois plus de liens directs avec l’histoire coloniale, avec les luttes de libération, l’espoir d’émancipation... La mémoire de cette littérature serait-elle circonscrite à une histoire que seuls partageraient les anciens dominés ? Comment expliquer aussi le fait que les écrits de ces auteurs n’aient pas fait l’objet de théorisation, avant que ne resurgisse le concept de francophonie à partir de 1962 ? Cette carence a favorisé leur invisibilité dans le champ littéraire national. Sur un autre plan, je me suis demandé si – et ce surtout pendant la période coloniale – une prédisposition du critique littéraire français à juger les œuvres des colonisés au prisme du discours colonial, qui est souvent un discours racialisé, n’aurait pas contaminé le champ littéraire, ce qui pouvait amener à comprendre le cloisonnement et les mises aux marges opérés de ces textes. J’ai examiné les processus d’élection d’un auteur, ou de sélection d’une œuvre. Il s’est donc agi d’interroger les discours provenant du centre et la manière dont les marges « bricolent2 » à l’intérieur du même centre afin de saisir comment les intellectuels sujets de l’Empire, considérés comme des sujets sans histoire, sans littérature, appréhendés sans culture, avaient composé avec les frontières invisibles de l’espace littéraire hexagonal.

3L’irruption dans la littérature des intellectuels dominés a, semble-t-il, dès le début, fissuré le récit national dans la mesure où ceux-ci ont obligé la critique à les reconnaître, c’est-à-dire à lire et recevoir leur histoire. Dès la mise en circulation de leurs écrits, au début des années 1920, les discours d’escorte (préfaces d’ethnologues aux romanciers africains, par exemple) ne les rattachent pratiquement jamais à la mémoire de la littérature nationale. La greffe de ces nouveaux venus, souvent inattendus, semble initialement impossible.

4L’analyse des préfaces, chroniques, notes de lecture, la recherche d’archives, de traces littéraires ont permis d’envisager la possibilité d’une autre histoire littéraire. Les littératures réunies sous le syntagme « littératures francophones », surtout dans le cas des anciennes colonies, sont à repenser en reconstituant l’archive des dominés littéraires afin d’élaborer une nouvelle mémoire de la littérature de ceux qui ont été considérés comme des « non producteurs de culture » (de Certeau, 1990). La mémoire renvoie à l’histoire comme forme d’intertextualité, de circulation spatiale et temporelle des textes, des littératures. Dans leur cas, c’est l’invisibilité qui les frappe, même si elle semble paradoxale pour certains (René Maran et Jean Amrouche, en particulier).

Démarches méthodologiques

Périodisation

  • 3  Pour les revues plus anciennes, la Revue des deux mondes [1921-1970], La Nouvelle Revue française (...)

5Afin d’interroger le fonctionnement de l’impensé de la critique du centre, il nous a semblé important de structurer la réflexion en trois grandes périodes : 1921-1946, 1947-1961 et 1961-1970, l’objectif étant de suivre les cheminements littéraires des écrivains colonisés, de répertorier les publications de leurs œuvres dans les revues3 du corpus établi, d’analyser les discours de réception de leurs écrits (notes de lecture, chroniques, interview). Pour chaque période, j’ai repéré une production, une activité littéraire peu reconnue, débusqué les traces discursives qui tendent à marginaliser un auteur, ou à le faire entrer dans le panthéon littéraire. J’ai, autant que faire se peut, mobilisé toute forme de manifestation littéraire ou discours d’escorte (préfaces, monographies, comptes rendus, entretiens) afin d’essayer de restituer une histoire littéraire occultée.

  • 4  C’est dans les archives historiques coloniales et non littéraires que l’on découvre que Maran tena (...)
  • 5  Paulette Nardal peut être considérée comme une pionnière dans l’histoire intellectuelle des Afro-a (...)
  • 6  Des éléments de réponse ont depuis été apportés, voir Bismuth, 2019.

6Il s’est agi aussi de repérer les rituels d’inclusion ou d’exclusion présents dans l’univers littéraire. Les commentaires changent-ils d’une époque à une autre ? Les trois scansions temporelles choisies ne correspondent pas toujours à un bouleversement littéraire ou politique. Elles permettent cependant de mesurer les forces à l’intérieur du champ, les luttes de pouvoir auxquelles se heurtent les dominés littéraires et politiques. C’est la place, toujours problématique, de l’intellectuel colonisé dans la généalogie littéraire instituée par le centre qui est interrogée : quel espace est accordé à celui qui théorise sa pratique littéraire (Léon Gontran Damas, Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor), qui repense de l’intérieur les rapports de domination pendant la période coloniale (Albert Memmi, Frantz Fanon) ? Comment se sont tissés les réseaux entre écrivains légitimes et ceux qui ne sont pas encore visibles ? Quelles relations les dominés littéraires ont-ils nouées entre eux4 ? Retrouver ce qui s’est écrit, surtout durant la première période (1921-1946), a relevé d’une gageure : les archives ou les témoignages manquent sur des événements auxquels ont participé des auteurs concernés (les journées de Sidi Madani en Algérie en 1948, le salon des sœurs Nardal5 au début des années 1930 où Maran a fréquenté les poètes de la négritude...), sur les raisons d’une préface d’un pair et sa disparition lors d’une réédition. La fragmentation de la documentation a soulevé des interrogations : pourquoi n’y a-t-il aucune trace des motivations qui ont amené Louis Aragon à préfacer Mohammed Dib en 1961, aucun témoignage de leur amitié6 ? Ce sont ces absences, ces trous dans la vie de ces intellectuels que j’ai tenté de saisir afin de comprendre l’amnésie dont a fait preuve le discours dominant. Selon l’une de mes autres hypothèses, ce serait cette amnésie qui aurait contribué à la méconnaissance d’œuvres produites par les déshérités littéraires.

Corpus

7Ma recherche est empirique : elle s’appuie sur les archives littéraires couvrant une période de cinquante ans, s’ouvrant en 1921 pour se refermer en 1970. Partant de l’hypothèse que la francophonie tend plus à marginaliser qu’à créer une famille littéraire, je me suis demandé pour quelles raisons cette notion demeure peu intelligible. Il semblerait que la francophonie ne soit pas arrivée à constituer son histoire littéraire, car le travail d’archives et d’archéologie n’a pas été réalisé ni, a fortiori, analysé pour rendre visible l’existence d’une littérature des peuples supposés sans littérature. En consultant les archives littéraires (journaux et revues), les discours critiques, des années 1920 aux lendemains des indépendances, s’est posée la question du statut de la production littéraire des intellectuels sous domination ou ayant acquis leur indépendance de longue date (Canada et Haïti). Je me suis intéressée à leur visibilité dans les revues, à la légitimité que celles-ci leur accordent, à la section où ils sont situés (cahiers de la création, chroniques, notes de lecture). Il s’agissait aussi d’interroger leur position : sont-ils sujets ou objets de discours ? Comment les auteurs sont-ils nommés, catégorisés ? À quelle tradition littéraire, à quelle filiation leurs écrits sont-ils rattachés ? Puisque la francophonie englobera, à partir de 1962, les peuples ayant le français en partage, puisque ces peuples sont essentiellement ceux qui ont acquis leur indépendance ou sont devenus départements français, comment expliquer que la France et les auteurs naturalisés (Marguerite ­Yourcenar, Henri Michaux, Emil Cioran...) n’en fassent pas partie ?

8Afin d’interroger la perception du discours critique, j’ai fait le choix d’inclure au corpus d’œuvres initial les écrivains issus d’espaces qui ont acquis de longue date leur indépendance et ajouté ceux des protectorats du Moyen-Orient, car il s’agissait de savoir si la critique adoptait les mêmes critères de jugements esthétiques pour les œuvres des auteurs haïtiens, québécois, égyptiens et libanais que pour celles des colonisés. Pour rendre compte de la présence et / ou absence de l’activité littéraire de ces derniers, produite entre 1921 et 1970, 17 revues ont été recensées, dont 6 qui sont plus anciennes (de La Nouvelle Revue française, apolitique, à la Revue des deux mondes, conservatrice). Je me suis appuyée sur 5 autres, parues pendant ou juste avant la clandestinité (1937-1944), pour la période 1921-1946 (Fontaine, Les Lettres françaises). Les 6 dernières naissent au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (dont Les Temps modernes, Présence africaine, Tel Quel).

9Les revues constituent une mémoire vive de la littérature. Elles exercent un « véritable magistère sur les lettres », car elles ont une « capacité de résonnance », elles « ont valeur de matrice, de creuset, puisque leur revient la tâche de révéler de nouveaux talents et de donner à lire la littérature de demain » (Curatolo & Poirier, 2006, p. 3). Les revues ayant ce rôle de « révéler » des talents, participaient-elles à la légitimation, la consécration ou la marginalisation d’un auteur, favorisaient-elles les commentaires, permettaient-elles de tisser des réseaux ?

  • 7L’Action française, La Croix, L’Écho d’Alger, L’Écho de Paris, Le Figaro, Le Figaro littéraire, Le (...)

10Cependant, l’invisibilité, la faible présence des textes d’intellectuels sous domination, surtout durant les années 1920-1940, m’a amenée à consulter des quotidiens afin d’apporter un autre point de vue, une autre interprétation sur cette absence. 15 journaux ont été recensés, dont 11 pour le dossier de presse de Maran en 1921-19227 (qui vont de la tendance conservatrice, comme L’Action française, à l’opposé, comme L’Humanité). Les commentaires de la presse journalistique sont majoritairement politiques, concourant ainsi à transformer le « prix » Goncourt attribué à Maran en « affaire Batouala ». D’autres journaux ont été consultés lorsque je ne trouvais aucune trace, par exemple, de la mort d’Amrouche (avril 1962), lorsqu’il y avait peu de comptes rendus sur le prix Renaudot attribué à Édouard Glissant en 1958 pour La Lézarde et à Yambo Ouologuem en 1968 pour Le Devoir de violence (France-Observateur, L’Express, Jeune Afrique, Le Monde et Le Figaro). Pour la réception des Soleils des indépendances d’Ahmadou Kourouma, une documentation plus récente a permis de restituer ce que l’écrivain a vécu au moment de la sortie de son roman (Le Magazine littéraire, Jeune Afrique, Notre Librairie).

Choix des figures

  • 8  Le terme « figure » est employé au sens de personnalité marquante. Les auteurs choisis illustrent (...)

11Sur un autre plan, sept figures8, qui cristallisent, pour chaque période, les tensions et enjeux de pouvoir, balisent ce travail : Maran et Amrouche pour la première période (1921-1946, moment qui explore, explicite la fabrication de l’invisibilité des textes des auteurs concernés) ; Senghor, Memmi et Fanon, préfacés par Jean-Paul Sartre, pour la deuxième (1947-1961, date de création de la revue Présence africaine et de publication des anthologies de Damas et Senghor). Ce moment articule le politique et le littéraire et analyse les stratégies mises en place par les intellectuels dominés pour conquérir une place dans le champ. Enfin, les figures de Dib et de Kourouma marquent la dernière période (1961-1970 : Aragon sacre Dib poète, les Éditions du Seuil publient Les Soleils des indépendances de Kourouma). Cette courte période dévoile l’intrication langue / littérature / politique dans le champ littéraire français ainsi que le processus d’institutionnalisation de la francophonie et la forte politisation de celle-ci.

  • 9  Les traces de ces luttes se retrouvent dans les articles de presse consacrés au ­Goncourt de Maran (...)

12Ces figures mettent en regard des bribes biographiques des auteurs et le fonctionnement souterrain des rapports de pouvoir dans le champ littéraire. Elles réinterrogent la manière dont les anthologues, les critiques littéraires, ont abordé et présenté ces écrivains. Elles révèlent les tensions9 pour la préservation des places acquises et pour la conquête de celles, enviées, au sein du champ.

Apports théoriques : champ, archéologie, généalogie, territoire

13Pour parvenir, autant que possible, à reconstituer l’archéologie du savoir sur les productions littéraires des colonisés et pour tenter d’esquisser une histoire littéraire jusque-là inexistante, j’ai travaillé sur le pouvoir du centre et ses effets sur les marges. La théorie du champ de Bourdieu permet d’expliciter, au niveau spatial (les colonies) et social (les démunis en capital culturel) ce que le discours critique ne dévoile pas, à savoir l’invisibilité et l’absence de reconnaissance des œuvres jugées a priori illégitimes. Dans la situation des écrivains dominés, « l’espace de production » n’existant pas, ou du moins n’étant pas, il est difficile de le voir émerger ou être pris en considération dans « l’espace de réception » (Bourdieu, 2013, p. 28). Seul celui-ci peut décréter l’existence de celui-là. Ces intellectuels sont en butte, surtout pendant la période coloniale, c’est-à-dire à un moment où la France exerçait une puissance sur toutes ses colonies, à un manque de visibilité permanent.

14À l’inverse, L’Invention du quotidien de Michel de Certeau (1990) permet de penser les marges, ce qui s’y travaille, de réfléchir sur les déconsidérés, ceux à qui la « culture » n’est pas accordée et qui, pourtant, se démènent pour entrebâiller des interstices de manœuvre, pour conquérir des fragments de liberté au sein de l’univers dominant. L’ingéniosité, la ruse qu’ont développées les intellectuels dominés afin de composer avec « le réseau des pratiques sociales », pour « faire avec » le pouvoir imposé n’ont été prises en compte ni par l’histoire littéraire hexagonale ni par les littératures dites « francophones » (de Certeau, 1990, p. 36). La réflexion de De Certeau sur la stratégie et la tactique permet de montrer que la perception a migré puisque nous n’interrogeons plus seulement la manière dont le discours dominant fabrique ses marges, mais surtout les marges elles-mêmes, qui travaillent continuellement à la périphérie et préparent silencieusement de nouvelles stratégies pour s’accaparer une plus grande visibilité. Les sujets de l’Empire tissent des liens, comme autant de brèches qui fissurent lentement, mais inéluctablement, « l’épistémologie qui gouverne en silence le métier d’historien » (de Certeau, 1990, p. 3) de la littérature. Concevoir les rapports de domination du point de vue de la marge permet de reconstituer les liens que les écrivains ont créés avec des pairs (correspondances, préfaces) ou entre eux (conception d’une revue), d’établir une forme d’archive biographique afin de recomposer les fragments éparpillés de leur vie et l’élaboration de leurs œuvres.

  • 10  Les pays sous mandat sont l’Égypte, la Syrie et le Liban. Les écrivains du Maroc et de Tunisie ont (...)

15Afin de circuler du champ du pouvoir à l’espace des dominés, pour cerner au mieux les processus de domination et de marginalisation, le cadre théorique s’appuie également sur L’Archéologie du savoir de Michel Foucault (1969) ainsi que sur le concept de généalogie tel qu’il a été pensé par François Noudelmann (2004). J’ai été confrontée à des obstacles importants : l’absence d’archive et l’éparpillement des traces ont entravé la constitution du corpus. Cependant, c’est cette béance qui a stimulé ma curiosité. J’ai alors systématiquement recensé les œuvres publiées ou oubliées, pour « faire parler les traces » (Foucault, 1969, p. 14), l’absence d’enracinement et de filiation. Cette démarche m’a amenée à réinterroger la place de ces littératures qui émergent dès le début du xxe siècle, mais que les discours politiques et littéraires ont continué à ignorer ou à négliger. Foucault et Noudelmann apportent un éclairage nouveau pour interpréter les formes de disqualification déplacées et répétées d’une période à une autre. Comment expliquer que la plupart des critiques des années postindépendances reprennent les discours paternalistes, racialisés de journalistes et chroniqueurs de la période coloniale ? L’entrée par l’archéologie et par la généalogie permet de déceler ce que disent rarement les discours : la place accordée dépend en grande partie de l’histoire, ou du lieu, de ceux qui écrivent en français, mais qui n’appartiennent pas à l’espace dominant. Ainsi, le rapport établi avec l’autre change en fonction de ce lieu : les auteurs des pays sous mandat français ne subissent pas le même rite initiatique que ceux qui sont colonisés10. Les premiers appartiennent à des « sociétés de discours » (Foucault, 1971, 2009), les seconds sont propriété de l’Empire. Aux uns la relation privilégiée et vécue sur le mode d’une « fraternité sans paternité », aux autres, l’imposition d’une « paternité sans fraternité » (Noudelmann, 2004, p. 86 et suiv.). Les intellectuels dominés restent perçus sans histoire, sans « archive », au sens foucaldien du terme. Ils ne sont pas appréhendés comme « systèmes d’énoncés » ou « sujets énonçant » (Foucault, 1969, p. 125). De fait, les concepts d’archéologie et de généalogie entraînent le chercheur dans l’exploration des marges qui livrent les secrets de fabrication de la ressemblance, de la filiation. La généalogie renvoie à l’appartenance, à un modèle originel, certes construit au départ, mais que le discours a transformé en savoir. L’analyse des discours des chroniqueurs littéraires sur les textes écrits en français montre que ce qui se passe pour les écrivains du Moyen-Orient est pratiquement identique à ce qui s’est produit pour ceux de la Suisse romande : les critiques fabriquent la ressemblance, établissent une familiarisation afin de greffer rapidement leurs textes à l’ordre généalogique dominant. Ces écrivains deviennent de nouveaux « modèles ». Or, c’est l’absence de ressemblance que fabrique le discours quand il s’agit de commenter l’œuvre d’un écrivain dominé. Ce que Noudelmann analyse à propos des sociétés qui revendiquent une « supergénéalogie », la brandissant comme « la référence à un ancêtre premier » (2004, p. 38), et qui fonctionnent sur le mode de la construction d’une fraternité peut être appliqué à la manière dont sont reçus les écrits provenant des colonies. À aucun moment ces derniers ne sont accueillis comme potentiels producteurs de savoir enrichissant et élargissant l’espace littéraire français. Les critiques ne « se retrouvent » pas dans la lecture de leurs textes. Il semble que c’est le « se retrouver » qui pose problème puisque qu’il relève du jugement subjectif idéologique du chroniqueur dont le discours élabore le commentaire, tisse des liens, crée la familiarité, réunit ou sépare, écarte, condamne à l’oubli.

16L’archéologie, l’archive renvoient à la fois à la langue, à la mémoire de la littérature et à l’histoire. Les recherches de Pascale Casanova (1999, 2008) et de Tiphaine Samoyault (2001 ; 2005) ont ouvert une autre perspective à ma recherche. L’invisibilité serait-elle liée à ce qui caractérise l’irréductibilité du pouvoir central, sa langue, son discours ? Elle se manifeste à travers l’absence de traces qui auraient pu constituer des archives. Si nous postulons l’idée que l’œuvre littéraire ne peut exister par elle-même, « c’est-à-dire en dehors des relations d’interdépendances qui l’unissent à d’autres œuvres » (Bourdieu, 1992, 1998, p. 326), ce que Samoyault appelle la « mémoire de la littérature », force est de constater que toute la production littéraire des écrivains des Antilles, d’Afrique, du Maghreb, d’Indochine reste coupée de cette mémoire. Si « toute écriture transporte avec elle une mémoire plus ou moins apparente et visible de sa bibliothèque personnelle » (Samoyault, 2001, p. 22), qu’est-ce qui a pu entraver le fait que ne soit rendue visible, donc lisible, cette « mémoire » que porte l’écriture des dominés littéraires ? Qu’est-ce qui peut motiver le fait de ne jamais rattacher les productions littéraires en français au patrimoine hexagonal ? Les futurs écrivains « francophones » sont des produits de l’école française et partagent le même savoir, le même héritage que n’importe quel écrivain français. Toutefois, en n’établissant presque pas de liens entre les œuvres, en empêchant toute possibilité de circulation dans l’espace littéraire, les discours critiques centraux ont entravé toute forme d’intertextualité. Se pose alors la question de la langue : à quel verrou idéologique les marginaux littéraires ont-ils été confrontés ?

17À un autre niveau d’analyse, le concept de « littérature mineure » développé par Gilles Deleuze et Félix Guattari (1975) et celui de « petites littératures » de Casanova sur la situation de Franz Kafka a aidé à mieux saisir la manière dont fonctionnent « les formes de la domination littéraire » (Casanova, 1999, 2008, p. 172) sur les écrivains issus des colonies, notamment ceux qui publient au moment où émerge la francophonie. Ne pouvant reconnaître la dimension esthétique des œuvres provenant des anciennes colonies, le centre a maintenu la marge et aussi son pouvoir de vie ou de mort en politisant la langue dont se servent les intellectuels qui sont désormais rangés dans la catégorie « francophonie ». L’idée de Casanova de rapprocher des auteurs que tout sépare en apparence apporte un éclairage sur la mainmise qu’exerce le centre sur ses périphéries. Le paradigme beckettien conforte l’hypothèse selon laquelle les romanciers que Casanova nomme les « révolutionnaires » (dont Samuel Beckett, James Joyce, William Faulkner, Yacine Kateb, Rachid Boudjedra...), parce qu’ils se revendiquent d’autres modèles, sont parvenus à rendre autonome la langue dont ils se servent. Si le centre a fait de Kafka un écrivain universel, ne serait-ce pas au nom de cet universalisme qu’il déterritorialise pour reterritorialiser les écrivains choisis afin d’établir de nouvelles ressemblances et d’élargir la famille littéraire ? Ne serions-nous pas face à ce que Foucault décrit comme la « sympathie [qui] assimile » (1966, p. 39), qui transforme ?

*

  • 11  Seule la revue Esprit consacre un numéro spécial en novembre 1962, « Le Français, langue vivante » (...)

18Les deux bornes littéraires choisies pour notre corpus, 1921-1970, délimitent une période historique qui montre la résistance obstinée et rémanente du centre à reconnaître les productions littéraires des auteurs issus de pays sous domination coloniale puis décolonisés. À partir de 1962, les textes des anciens dominés se retrouvent affiliés à une catégorie politique plus que littéraire : la francophonie, concept qui semble avoir résolu le problème de la place de l’intellectuel décolonisé dans l’espace littéraire hexagonal. Or, cet espace qui leur est dédié persévère à les exclure du centre. Pourtant, cette période était un moment unique où les possibles s’ouvraient : la plupart de ces auteurs ne pouvant plus être associés aux colonisés, mais n’étant pas encore nommés autrement, l’absence de catégorisation aurait pu permettre de concevoir un espace littéraire rhizomatique et non plus hiérarchisé. La réception a reproduit les schèmes de perception coloniaux, en particulier pour les œuvres africaines et maghrébines. Pour preuve, la francophonie n’a pas fait l’objet de discussion dans les revues du corpus. C’est sa dimension politique qui a prévalu11. Si elle servira à catégoriser, à « accuser publiquement » (Bourdieu, 1992, 1998, p. 484) tous les écrivains issus des colonies, il est difficile d’affirmer si elle a contribué à rendre leurs œuvres plus visibles, lisibles. Elle a seulement permis aux apatrides littéraires d’entrer dans une famille à défaut d’être accueillis par le centre ou d’accéder à l’universel. Le centre s’est servi de ce concept pour fabriquer une communauté littéraire pour ceux qui n’en avaient pas. 

19Le nouvel espace « francophone » institué à partir de 1962 n’est donc pas littéraire mais politique. La critique centrale mêle continuellement, et sans doute inconsciemment, le champ littéraire et le champ politique lorsqu’il s’agit de commenter l’œuvre d’anciens colonisés. L’impensé du discours dominant reste irrigué par l’idéologie coloniale. De fait, le territoire que délimite la francophonie n’appartient ni à une « grande » ni à une « petite » nation. C’est un lieu sans lieu. Les écrivains que la critique rattache au concept se retrouvent prisonniers de cette catégorisation qui empêche que le texte devienne rhizome, qu’il s’échappe de l’espace francophone pour migrer et s’épanouir ailleurs, pour trouver, dans cet ailleurs, d’autres formes possibles d’imitation, d’altération, de contestation. Le rhizome met à mal les hiérarchies. Il crée le désordre. Or, avec la francophonie, le centre maintient la relation verticale, la hiérarchie. Aussi l’écrivain colonisé, post-colonisé ou devenu « francophone » reste-t-il perçu comme un « péril intérieur » (Foucault, 1966, p. 15), car il accule le centre à s’interroger sur lui-même, à re-lire l’histoire qu’il a construite. Il déstabilise, trouble le discours dominant qui se défend en le figeant dans une altérité menaçante. Il est à la fois produit de l’école coloniale ou postcoloniale, et ennemi issu des marges. S’il s’est émancipé, éloigné des normes linguistiques, comme Kourouma par exemple, délesté pour partie du poids de l’histoire coloniale, il persiste cependant à user du français comme langue de création. Être hybride inquiétant que le centre entend contrôler en l’accueillant / enfermant dans la famille francophone, soutenu par la connivence des critiques qui ne cessent de renvoyer l’écrivain à une irréductible différence spatiale et culturelle, a-historique. La réception n’a pas extirpé ces auteurs de leur contexte de production (la colonie, leurs territoires lointains et leurs prétendus particularismes culturels) afin de les nationaliser comme Beckett et Ionesco, de les promouvoir à l’universalité comme Kafka ou Faulkner.

20Ainsi, les figures qui jalonnent l’histoire des sans-patrie littéraire (Maran, Amrouche...) démontrent la volonté du centre de maintenir aux marges ceux qu’il frappe d’illégitimité. L’impossibilité pour un auteur francophone d’échapper au destin auquel il est assigné est à rechercher pour partie dans l’inconscient critique français qui, tout en ayant le monopole et la légitimité de rendre universel, développe un discours qui rappelle que l’universalisme est produit par le centre et s’affirme comme une référence incontestée et comme modèle originel. La catégorie francophone, porteuse d’une histoire sans réparation, enferme les déshérités littéraires. La « famille francophone », artificiellement construite, n’est, de fait, pas située sur le même plan que les littératures mondiales et ne constitue donc pas une concurrence menaçante, car elle reste liée au centre par la langue et, dans le même temps, en est tenue à la lisière.

Bibliographie

Allouache Ferroudja (2018), Archéologie du texte littéraire dit « francophone », 1921-1970, Paris, Classiques Garnier.

Bismuth Hervé (2019), « Dib », dans Nathalie Piégay & Josette ­Pintueles (dir.), Dictionnaire Aragon, Paris, Honoré Champion, p. 258.

Bourdieu Pierre (2013), Manet, une révolution symbolique : cours au Collège de France, 1998-2000, Paris, Éditions du Seuil, « Raisons d’agir ».

Bourdieu Pierre (1992, 1998), Les Règles de l’art, Paris, Éditions du Seuil, « Points ».

Casanova Pascale (1999, 2008), La République mondiale des lettres, Paris, Éditions du Seuil.

Certeau Michel de (1990), L’Invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « Folio / Essais ».

Curatolo Bruno & Poirier Jacques (dir.) (2006), La Chronique littéraire : 1920-1970, Dijon, Presses universitaires de Dijon, « Écritures ».

Deleuze Gilles & Guattari Félix (1975), Kafka : pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, « Critique ».

Foucault Michel (1971, 2009), L’Ordre du discours, Paris, Gallimard.

Foucault Michel (1969), L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines ».

Foucault Michel (1966), Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, « Tel ».

Noudelmann François (2004), Pour en finir avec la généalogie, Paris, Léo Scheer, « Non et Non ».

Samoyault Tiphaine (2005), L’Intertextualité : mémoire pour la littérature, Paris, Armand Colin, « 128 / Littérature ».

Samoyault Tiphaine (2001), Littérature et mémoire du présent, Nantes, Pleins feux.

Notes

1  La recherche a donné lieu à une publication, voir Allouache, 2018.

2  Au sens de tactique et stratégie tel que les développe Michel de Certeau dans ­L’Invention du quotidien (1990, p. 313 et suiv.).

3  Pour les revues plus anciennes, la Revue des deux mondes [1921-1970], La Nouvelle Revue française [1921-1970], Les Œuvres libres [1921-1964], Europe [1923-1970], Les Cahiers du Sud [1924-1966], Esprit [1932-1970]. Pour celles parues juste avant et pendant la Seconde Guerre mondiale (clandestines) : Volontés [1937-1940], Fontaine [1939-1947], Lettres françaises [1941-1947], Les Lettres françaises [1942-1970], L’Arche [1944-1948]. Pour celles qui sont créées après 1945 : Les Temps modernes [1945-1970], Critique [1946-1970], Présence africaine [1947-1970], La Nouvelle Critique [1948-1970], Tel Quel [1960-1970] et Études françaises [1965-1970].

4  C’est dans les archives historiques coloniales et non littéraires que l’on découvre que Maran tenait un salon littéraire et qu’il a noué amitié avec Mayotte Capécia.

5  Paulette Nardal peut être considérée comme une pionnière dans l’histoire intellectuelle des Afro-antillais à Paris. Elle est une des premières femmes noires à étudier à la Sorbonne et une fervente militante pour le droit des femmes. En 1931, avec sa sœur Andrée et l’intellectuel haïtien le docteur Sajous, ils fondent un organe bilingue français-anglais, La Revue du monde noir, pour promouvoir la pensée des intellectuels noirs.

6  Des éléments de réponse ont depuis été apportés, voir Bismuth, 2019.

7L’Action française, La Croix, L’Écho d’Alger, L’Écho de Paris, Le Figaro, Le Figaro littéraire, Le Gaulois, L’Humanité, Le Petit Journal, Le Petit Parisien et Le Temps.

8  Le terme « figure » est employé au sens de personnalité marquante. Les auteurs choisis illustrent des cas exceptionnels dans l’histoire littéraire des dominés.

9  Les traces de ces luttes se retrouvent dans les articles de presse consacrés au ­Goncourt de Maran, dans le journal et la correspondance d’Amrouche, dans les écrits de l’époque de Senghor, Memmi et Fanon et dans les préfaces que leur consacre Sartre. Elles sont aussi prégnantes dans les articles de presse, de revues dédiés aux Soleils des indépendances de Kourouma où l’usage autonome d’une langue, la langue française, que l’auteur voulait rendre autonome, lui a valu le refus de son texte par des maisons d’édition parisiennes. 

10  Les pays sous mandat sont l’Égypte, la Syrie et le Liban. Les écrivains du Maroc et de Tunisie ont subi le même sort que ceux d’Algérie et d’Afrique subsaharienne.

11  Seule la revue Esprit consacre un numéro spécial en novembre 1962, « Le Français, langue vivante », dont les contributions concernent essentiellement la place du français dans le monde. N’y figurent que Senghor, Kateb et Sihanouk. Il faut aussi signaler que Présence africaine et la Revue des deux mondes publient des articles sur la politique de la francophonie et non sur la littérature.

Auteur

Ferroudja Allouache est maîtresse de conférence en littératures française et francophones à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis. Son domaine de recherche concerne la francophonie, ses rapports avec la mémoire de la littérature, la presse et les archives en période coloniale et postcoloniale, la généalogie. Elle est coauteure des manuels Littérature progressive du français (CLE international, 2004-2005) et Littérature progressive de la francophonie (CLE international, 2016). Elle a récemment publié Archéologie du texte littéraire dit francophone : 1921-1970 (Classiques Garnier, 2018). 

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search