Version classiqueVersion mobile

Nouvel état des lieux des littératures francophones

 | 
Véronique Corinus
, 
Mireille Hilsum

Introduction

Concepts et création

Véronique Corinus

Texte intégral

1Périodiquement, la littérature francophone est en crise, à moins qu’il ne faille considérer la crise comme l’état constitutif de ce champ de connaissance, turbulent parce que jeune encore, et encore à la recherche de sa légitimité et de sa spécificité. Son entrée dans l’institution universitaire, instance majeure de légitimation, aurait pu, aurait dû faire tomber la fièvre, mais il n’en a rien été. La constitution des études francophones comme discipline universitaire atteindra pourtant bientôt l’âge vénérable de cinquante ans.

  • 1 Le CELMA deviendra le Centre d’études linguistiques et littéraires francophones et africaines (CEL (...)

2C’est en 1972 que la première rencontre internationale des départements d’études françaises organisée à Québec par l’Association des universités entièrement ou partiellement de langue française-­Université des réseaux d’expression française (AUPELF-UREF) appelle de ses vœux l’insertion de l’étude des littératures en langue française dans les programmes universitaires, à l’image du Centre d’études des littératures d’expression française (CELEF) créé en 1969, à Sherbrooke, par Antoine Naaman. Quelle fut la première université en France à répondre à l’appel ? Sans doute le Centre d’études francophones mis sur pied à l’Université Paris-Nord (Paris 13) par Jeanne-Lydie Goré en 1972, puis le Centre international d’études francophones, alors nommé Chaire des études francophones, inauguré à l’Université Paris-Sorbonne (Paris 4) par un discours de Léopold Sédar Senghor en 1974. Le Centre d’étude littéraire des littératures maghrébines, africaines et antillaises (CELMA)1, créé par le professeur Guy Turbet-Delof à l’Université de Bordeaux (Université Bordeaux-Montaigne), réclame également la primauté de l’introduction des études francophones dans l’hexagone. Celles-ci seraient cependant bien antérieures si on se souvient, avec Charles Bonn, que « les recherches sur la littérature maghrébine de langue française ont com­mencé dès la fin de la guerre d’Algérie à l’École pratique des hautes études (ac­tuellement EHESS) » (2002) où, dans le sillage du séminaire d’ethnologie du Maghreb de Germaine Tillion, s’étaient réunis, autour d’Albert Memmi, Jean Déjeux, Jac­queline Arnaud, Jamal-Eddine Ben­cheikh, Arlette Roth et Ab­delkebir Khatibi.

3Quel qu’en soit le centre fondateur, il apparaît que les études francophones hexagonales connaissent dès les années 1970 un développement certain, diverses universités choisissant d’enrichir leurs enseignements traditionnels par l’introduction d’une formation à la francophonie littéraire qui apparaît comme un enseignement novateur. L’Université de Provence Aix-Marseille 1 (Aix-Marseille Université) s’ouvre à la francophonie dès 1975 à l’initiative de Raymond Jean, que rejoignent aussitôt Anne Roche et Antoine Ray­baud, puis Jean Molino. À Rennes 2, Marc Gontard crée le Centre d’études des littératures et civilisations francophones (CELICIF) qui lance bientôt la revue Plurial. Dans la région parisienne, la vogue des études francophones persiste dans la continuité des deux centres historiques. Dès les années 1990, une équipe de chercheurs en littératures francophones africaines et maghrébines se constitue à l’Université de Cergy-Pontoise, créant le Centre de recherche textes et francophonies (CRTF), animé par Bernard Mouralis, Romuald Fonkoua et Christiane Achour. À l’Université Paris 12 (Paris-Est-­Créteil-Val-de-Marne), Robert Jouanny et Jacques Chevrier fondent le Centre d’études et de recherches sur les civilisations, langues et littératures d’expression française (CERCLEF). À L’Université Paris-­Nanterre est créé l’Observatoire des écritures contemporaines françaises et francophones.

4À l’aube du xxie siècle, de nouvelles universités marquent à leur tour leur intérêt pour les études francophones, notamment à Lyon. C’est en 1999 que l’Université Lumière Lyon 2 crée, sous l’impulsion de Bruno Gélas, alors président de l’université, la filière « littérature francophone », dirigée par le professeur Charles Bonn. Ce dernier ancre l’institution dans une tradition d’études littéraires essentiellement tournée vers le Maghreb et le Machrek, notamment avec la mise en place de l’École doctorale de français en Algérie (EDAF) ; l’arrivée de Philippe Goudet ouvre progressivement le champ d’études vers le domaine antillais. En 2001, Cécile Van den Avenne propose à l’École normale supérieure (ENS) un cours sur les corpus francophones africains et commence à former une nouvelle génération de francophonistes. La même année, l’Université Jean Moulin Lyon 3 s’ouvre à la francophonie avec la création de l’Institut pour l’étude de la francophonie et de la mondialisation (IFRAMOND), auquel a succédé l’Institut international pour la francophonie (2IF), inauguré le 19 juin 2014 par le président Abdou Diouf, alors secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

  • 2 L’accroissement des établissements ouvrant leurs formations à la francophonie littéraire est égale (...)

5Le nombre croissant d’établissements proposant des enseignements relatifs aux littératures francophones2 ne doit pas faire oublier les difficultés que connaissent celles-ci pour s’imposer comme discipline universitaire. Elles se confrontent à bien des résistances au sein de l’institution française. Demeurent des blocages tant institutionnels qu’intellectuels, qui trahissent une véritable suspicion quant à leur légitimité. La réticence à laquelle se heurtent les littératures francophones tient non seulement à la hiérarchisation des littératures selon une dichotomie mineure / majeure dont l’enjeu est la littérarité, mais aussi au fait qu’elles remettent implicitement en question le concept de « littérature nationale » qui lie étroitement création littéraire, langue et territoire. Qu’elles prétendent faire fi de la cartographie pluridisciplinaire et de la périodisation séculaire sur lesquelles est fondé le découpage universitaire est une autre impertinence qu’on ne pardonne guère aux études francophones. 

  • 3 Dominique Combe insiste sur le fait que les instances de légitimation ont elles-mêmes une posture (...)

6La déterritorialisation des savoirs qu’elles entreprennent leur fait souvent encourir le risque d’excommunication, ou plutôt d’« exlittérarisation3 », si on peut oser ce néologisme. La minoration dont elles font l’objet paraît devoir se perpétuer dans la jeune génération des chercheurs, si l’on en croit l’expertise d’Anne Douaire qui, faisant un état des lieux de la recherche doctorale en France, signale que les « littératures francophones semblent de plus en plus nettement être ressenties par les doctorants comme propices à des investigations que l’on considère comme “parallèles” ou “paralittéraires” » (2004, p. 126). C’est là l’héritage d’une pensée sclérosée qui a, de façon pernicieuse, imposé l’idée qu’« [à] l’université française, la “littérature” est “française”, ou n’est pas » (Provenzano, 2011, p. 50).

7Une telle posture critique qui exclut implicitement la francophonie du champ littéraire ou, du moins, la cantonne avec condescendance « dans le ghetto des littératures marginales » (Combe, 1995, p. 6) incite à rester vigilant. Si elle est aujourd’hui généralement plébiscitée et considérée comme un formidable laboratoire pour penser la littérature, elle peut être encore combattue localement et son intégration dans l’offre de formation universitaire fortement remise en question, à la faveur d’un simple changement de maquettes.

  • 4 Voir Riffard, 2006.
  • 5 Dominique Combe rappelle que « la “Francophonie” se distingue en théorie de la “francophonie”. Sel (...)
  • 6 L’ouvrage a connu cinq rééditions.

8Face à une telle défiance, nul n’est besoin de s’abîmer dans une déploration indignée mais inopérante. Il convient plutôt de travailler à élaborer un outillage critique solide, capable d’appréhender de façon rigoureuse les lettres francophones4. Un outillage critique qui aura de surcroît la vertu de constituer un contrepoint à certains discours lénifiants de la Francophonie5 institutionnelle qui use et abuse de formules creuses et stéréotypées. On cite fréquemment à ce propos le « Que sais-je ? » publié en 1983 par Xavier Deniau6. Le député européen et membre du Conseil d’État y déploie les clichés de l’universalisme supposé de la langue française, sa vocation à porter et à faire partager la francité, son aptitude à favoriser la solidarité entre les pays qui l’ont « en partage ». Plus de dix ans après, La Documentation française ajoute à tous ces poncifs celui du « dialogue entre les peuples », dans la définition angélique de la francophonie qu’elle propose aux professeurs de l’enseignement secondaire :

La francophonie est à la fois un concept et un espace habité par ceux qui ont le français en partage. Mais elle est aussi une manière d’appréhender, de comprendre, d’écouter, de communiquer, d’agir ; bref, un comportement, un humanisme. Elle est plus encore un outil de communication interculturelle et le seul espace fédérateur de ceux qui veulent reconnaître, accepter et valoriser les différences. [...] La francophonie est aussi un conservatoire. C’est celui de la langue française. [...] La francophonie ne saurait manquer à l’obligation de solidarité avec les pays les plus démunis. C’est là une vieille habitude française sinon francophone. (Barrat & Moisei, 2004, p. 129)

9La critique littéraire, qui s’est fortement développée dans le domaine francophone durant les dernières décennies du xxe siècle, a voulu déconstruire les discours mystificateurs de la Francophonie institutionnelle sous-tendus par d’évidents enjeux économiques et politiques. Elle a résolument travaillé à se soustraire à son entreprise propagandiste, persuadée que la rigueur scientifique exige l’indépendance idéologique. Une telle prise de distance critique était d’autant plus nécessaire que la Francophonie institutionnelle s’est souvent servie de la francophonie littéraire, de ses auteurs et de ses œuvres pour asseoir son discours humaniste par lequel elle tente de justifier ses agissements.

10Afin que le « francophoniste » puisse s’émanciper d’un « francophonisme » (Moura, 1999, p. 34) pernicieux, il est apparu indispensable d’élaborer un cadre théorique solide et fiable pour que son objet puisse être étudié hors de toute atteinte de la « francolâtrie officielle » (Provenzano, 2005). Dès la fin des années 1970, Alain Baudot en appelle à une réflexion épistémologique approfondie (1978, p. 143-146). Quelques années plus tard, Jean-Louis Joubert relaie son appel, soulignant la nécessité d’élaborer « une archéologie des études francophones » susceptible de poser sur le cadre théorique de la francophonie littéraire un regard distancié (1981, p. 184).

11L’ouvrage de Michel Beniamino est le premier à entreprendre l’évaluation des modèles conceptuels et notions critiques dont dispose la critique francophone. Dans La Francophonie littéraire : essai pour une théorie (1999), il fait une première évaluation des outils critiques, élabore modèles conceptuels et notions critiques, définit les perspectives de recherche. Selon lui, cet effort de conceptualisation est indispensable car seul susceptible d’asseoir la légitimité des littératures francophones en leur assurant une justification institutionnelle. Quelques années plus tard, Michel Beniamino entreprend avec Lise Gauvin un recensement des notions fondamentales dans Vocabulaire des études francophones : les concepts de base (Beniamino & Gauvin, 2005). L’ouvrage se présente comme un manuel à destination des enseignants et étudiants désireux de former et / ou de se former aux littératures francophones. Il constitue un outil pédagogique précieux synthétisant les principaux savoirs théoriques sur le champ.

12Dans un ouvrage légèrement antérieur, Les Études littéraires francophones : état des lieux (2003), Jean-Marc Moura et Lieven D’Hust avaient eux aussi dressé un bilan critique. Conscients qu’« il manque en France un encadrement théorique, une école critique, voire une simple grille de lecture qui nous permette de traiter de ce vaste corpus francophone de manière conséquente » (p. 79), ils présentent les diverses orientations théoriques et historiographiques ainsi que les différentes approches méthodologiques retenues par les chercheurs en francophonie. Ce vaste état des lieux a une double ambition : offrir aux études francophones une assise épistémologique solide et donner au chercheur un habitus disciplinaire spécifique à son objet.

13Les différentes initiatives entreprises durant ces vingt dernières années signalent qu’il y a un vrai consensus dans le monde critique francophone sur la nécessité d’asseoir la légitimité de son objet en le présentant comme un champ de savoir « intellectuellement autonome, socialement nécessaire et techniquement enseignable », pour reprendre la formule de François Furet (1982, p. 125). « Autonome », car si les littératures francophones, parce qu’elles sont littératures, peuvent recourir aux notions et concepts que la critique européenne a forgés, elles ont aussi intérêt à savoir s’en distancier, car « une critique utilisant les mêmes outils de Proust à Chamoiseau » (Riffard, 2006, p. 9) en toute circonstance n’est sans doute pas souhaitable. Les concepts ne sont pas universellement applicables et ne parviennent pas toujours à rendre compte avec exactitude de la particularité et de la diversité des textes francophones. Parce qu’on ne saurait « croire pouvoir étudier des littératures émergentes en recyclant simplement d’anciens concepts et méthodes » (Moura & d’Hust, 2003, p. 9), il est déterminant pour les études francophones de marquer et d’affirmer leur spécificité disciplinaire, notamment à l’égard des études françaises. Un tel renouvellement des outils et des concepts en francophonie profite d’ailleurs pleinement à l’étude de la littérature française. Et réciproquement, comme l’a montré Michel ­Collot qui souligne les circulations fructueuses entre littératures française et francophone.

14Passée la première décennie du xxie siècle, il convient de remettre l’ouvrage sur le métier et de poursuivre l’effort réflexif entrepris par les études francophones depuis plusieurs années. « Retracer l’histoire de la critique, interroger les mots de son exercice, et [s]es enjeux scientifiques et politiques » (Fonkoua, 2005-2006, p. 4) demeure un objectif d’actualité pour les lettres francophones qui exigent qu’un inventaire des options théoriques et méthodologiques retenues par les chercheurs soit régulièrement fait.

15La réévaluation des littératures francophones encore minorées ainsi que la défense de leur inscription institutionnelle le nécessitent. La mise en perspective des avancées théoriques est d’autant plus importante que, selon Claire Riffard, « la période actuelle invite davantage qu’une autre à ce type de questionnements », en cela qu’elle est « porteuse d’initiatives intellectuelles volontairement “décentrées”, qui ne peuvent manquer de retenir notre attention » (voir infra).

16Ce sont ces innovations qui touchent les pratiques, les méthodes et les concepts de la critique francophone que veut inventorier le présent volume. Il se propose de poursuivre l’effort réflexif entrepris par les francophonistes depuis la fin du xxe siècle par une actualisation du cadre théorique qui permettra, au terme de ces deux décennies, de penser et appréhender plus finement un objet en perpétuelle évolution.

  • 7 Itinérant, le séminaire s’est installé tour à tour dans les murs des universités Lumière Lyon 2 et (...)

17L’ouvrage est en partie issu du séminaire « Concepts et création : un état des lieux des littératures francophones » qui s’est tenu durant deux années (2014-2015 et 2015-2016) à l’initiative de Véronique Corinus et Mireille Hilsum, avec la collaboration en 2014-2015 de Cyril Vettorato et de Cécile Van den Avenne7. Ses ateliers mensuels ont eu pour double objectif d’interroger le cadre théorique actuel de la francophonie littéraire et les nouvelles orientations des écritures francophones contemporaines.

18L’originalité du séminaire a consisté à faire intervenir différents acteurs de la francophonie littéraire, auteurs et chercheurs mais aussi éditeurs et directeurs de revues afin qu’ils nous renseignent plus finement sur la production, la diffusion et la réception critique des littératures francophones du xixe au xxie siècle. Ainsi les discours théoriques sont-ils entrés en résonnance avec ceux des « praticiens » qui écrivent et publient les littératures francophones et forgent en somme la matière à partir de laquelle s’élabore le discours critique.

19La richesse des échanges a tenu à ce dispositif dynamique qui a permis le croisement de diverses perspectives énoncées à partir de positions différentes dans le champ littéraire francophone. Elle a également été favorisée par la rencontre fructueuse entre les générations. Les voix d’enseignants-chercheurs confirmés se sont mêlées à celles d’étudiants en master et en doctorat qui ont présenté des communications, animé des entretiens avec les écrivains ou proposé une mise en voix de leurs textes. Se sont, de même, succédé de jeunes plumes présentant leurs premières créations et des auteurs à la production déjà bien fournie. Afin de prolonger et d’enrichir les débats qui se sont tenus durant les seize séances qu’a comptées le séminaire, d’autres chercheurs ont été sollicités. Ils ont ainsi pu apporter leur expertise à la démarche réflexive qui a été la nôtre durant ces deux années.

  • 8 La richesse des échanges n’a pu être resserrée dans les limites d’un unique volume. Aussi un secon (...)

20L’architecture de l’ouvrage8 qui émane du séminaire rend compte de cette diversité de voix sur l’objet francophone. Afin de respecter les différents modes énonciatifs empruntés par les conférenciers, il adopte une composition résolument polygraphe qui mêle articles scientifiques, essai et entretiens. L’originalité de l’ouvrage tient notamment à cette combinaison polyphonique et composite, représentative de la multiplicité des approches et du dynamisme des échanges. Il ne prétend cependant pas rendre compte du foisonnement des débats qui ont eu lieu dans le séminaire ni, à plus forte raison, de ceux qui se tiennent dans le monde de la critique francophone actuelle. Il permet cependant de mettre au jour quelques grandes questions qui travaillent aujourd’hui les littératures francophones et que l’aléatoire de la rencontre et de l’échange a fait émerger.

21Les deux premières parties, interrogeant le champ littéraire francophone, présentent une problématique qui s’impose de façon cyclique aux francophonistes amenés à étudier ses contenus et ses délimitations effectives. Dans la première, la question des corpus constituant le champ littéraire francophone est examinée. Par un travail minutieux de recension, de dépouillement et d’analyse des discours produits dans la presse littéraire, les revues et les anthologies, Ferroudja Allouache souhaite établir la cartographie des auteurs dits francophones qui, de 1921 – date du prix Goncourt accordé à Batouala, de René Maran – à 1970 – année de la publication par les Éditions du Seuil de Soleils des indépendances, d’Ahmadou Kourouma –, cherchent à s’inscrire dans le champ littéraire français. L’étude de cinquante ans d’archives permet de définir les enjeux socioculturels et politiques de la réception en France des œuvres dites « francophones », en particulier les différentes façons dont la critique littéraire, intervenant dans le processus de légitimation, participe à la fabrication de la littérature.

22La génétique textuelle sur laquelle se fondent les travaux de Claire Riffard recourt également à l’archive. Cette dernière a un rôle déterminant à jouer dans le renouvellement de l’histoire littéraire africaine en cela qu’elle permet de combler ses carences. Aussi autorise-t-elle la restructuration d’un champ lacunaire. Claire Riffard montre comment les investigations permettent d’exhumer une importante production littéraire qui a été occultée par les histoires traditionnelles, faute d’avoir été éditée. Et de prendre comme exemple le travail mené par les membres de l’équipe « Manuscrit francophone » de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), qui ont mis au jour la production francophone et créolophone de Jean-Joseph Rabearivelo, les œuvres manuscrites de Sony Labou Tansi, les archives foisonnantes de Boris Gamaleya. L’approche génétique est véritablement « porteuse d’enjeux critiques et théoriques décisifs », invitant non seulement à une réévaluation de l’histoire littéraire africaine mais aussi « à une nouvelle actualité de la question du “devenir écrivain” [...] en rendant visibles les étapes du processus de création », ainsi que l’énonce Claire Riffard dans sa contribution.

23La restructuration du champ littéraire francophone demande que soient davantage mises en lumière des franges francophones à ce jour peu étudiées. C’est à ce réajustement du champ que s’adonne Jean-Pierre Longre, qui entend montrer, dans son article, « ce qu’est la singularité de la littérature roumaine d’expression française, avec ses origines, son histoire, son actualité », mais également l’intérêt littéraire et linguistique des textes franco-roumains qui tient essentiellement à leur bilinguisme, voire à leur multilinguisme. Le réaménagement du champ doit également passer, selon Nadine Decourt, par l’inclusion de la littérature orale. Longtemps « abandonné[e] aux exotismes du lointain ou confiné[e] dans des terroirs français laissés aux érudits locaux (les premiers folkloristes), puis à des ethnologues tout aussi soucieux d’homogénéité culturelle et linguistique », elle est encore trop souvent ignorée des critiques. Nadine Decourt revient sur le parcours scientifique qui lui a permis d’élaborer les outils et les méthodes nécessaires à son étude.

24L’entretien de Flora Devatine conduit par Fanny Margras entre en écho avec ces réflexions sur la nécessaire prise en compte de la diversité et de la pluralité des corpus francophones. Directrice de la revue Litterama’ohi et auteure de divers recueils poétiques, elle revient sur les spécificités des littératures polynésiennes encore si largement méconnues. Fortement imprégnées d’oralité et majoritairement portées par des voix féminines et féministes, elles ont été mises en lumière par la revue Litterama'ohi qui a pu faire émerger une « écriture [...] latente ».

25La deuxième partie invite au renouvellement historiographique par une remise en question des attendus du concept de francophonie littéraire : approches épistémologiques, contours géographiques, assignations idéologiques. Cyril Vettorato en appelle à l’émergence d’une histoire littéraire lagunaire qui, faisant fi des lieux et des langues, ouvrirait à un comparatisme neuf, capable de mettre en résonance des textes plurilingues et pluriculturels, susceptible de faire percevoir leurs circulations transnationales. Cette prise de conscience de « l’incommensurabilité des “espaces littéraires” avec les territoires politiques » et linguistiques à laquelle invite le Calendrier lagunaire de Césaire permettrait de « refonder les études littéraires à partir du paradigme de la “planète” », suivant en cela le souhait de Gayatri Spivak d’étudier les collectivités hybrides dans lesquelles la langue n’est plus un simple outil d’expression mais « un milieu à “habiter”, dans la turbulence contradictoire de l’histoire ».

26La romancière et blogueuse Mélikah Abdelmoumen, également critique littéraire et directrice en chef de la revue Le Pigeon, a pleinement expérimenté ces circulations transnationales dont parle Vettorato. Encombrée pour sa part des « étiquettes géographisantes », elle renonce à revendiquer une quelconque appartenance. « [A]uteure québécoise, née de père tunisien et de mère québécoise, immigrée en France », elle peine à se définir entre québécitude, arabitude et francophonie, termes tous porteurs de représentations dépréciatives, sinon équivoques et réductrices. Dans un texte qui mêle récit de vie et réflexions critiques, elle se livre à une introspection à la fois amusée et angoissée pour cerner les raisons de sa triple relégation dans la périphérie littéraire. Elle fait néanmoins le constat que l’hexagocentrisme perd progressivement du terrain. « [P]etit à petit, dans les universités, sur le Web, dans les librairies comme dans les chaumières », les lecteurs s’ouvrent aux littératures dites francophones, ce qui pourrait annoncer leur insertion véritable dans le champ littéraire.

27C’est à une même insertion dans l’espace littéraire qu’aspire Omar Benlaala, auteur du récit autobiographique La Barbe (2015). Il déplore, dans un entretien qu’il accorde à Marine Bochaton, n’avoir « jamais été présenté comme un écrivain [...] mais toujours comme un ancien barbu, désislamisé, repenti ». Il conteste cependant toute inclusion dans la littérature francophone ou littérature beure qui correspondrait à une nouvelle exclusion. Revenant sur son parcours de jeune déscolarisé qui l’a mené du prêche religieux aux publications numériques du site internet « Raconter la vie », avant d’être publié aux Éditions du Seuil, il montre que l’écriture est avant tout pour lui « un formidable champ d’apprentissage et de recherche ». Koffi Kwahulé accepte, pour sa part, d’être considéré comme un écrivain africain et francophone, tant que ces qualificatifs sont pris dans leurs acceptions premières. Il y a cependant une nécessité pour lui, insiste-t-il dans l’entretien conduit par Boris Hainaud, de « déconstruire une identité “déjà-là” » afin d’assumer pleinement l’africanité « interne et dynamique » de l’auteur diasporique qu’il est et qui s’exprime dans ses pièces (Cette vieille magie noire, Les Recluses, ­Bintou, Misterioso – 119) et ses romans (Babyface, Monsieur Ki).

28Les questionnements sur la constitution des corpus, la délimitation du champ et l’élaboration de l’historiographie francophone, faisant souvent intervenir des critères géographiques, débouchent sur une présentation des nouveaux outils théoriques dont la critique s’est dotée pour repenser l’espace selon des paradigmes innovants. Les articles de Xavier Garnier et Jean-Marc Moura signalent combien les études francophones se sont engagées dans le spatial turn (tournant spatial, tournant géographique), ce tournant épistémologique qui a touché les sciences humaines et sociales dès les années 1980. L’espace, perçu comme un élément majeur de compréhension de l’existence humaine, individuelle comme collective, est alors devenu un objet d’étude central qui intéresse l’ensemble des sciences humaines et les arts. Les études francophones se sont emparées du concept, manifestant un intérêt croissant pour la géographie littéraire que les travaux de Franco Moretti ont notamment mis en perspective ; la géocritique théorisée par Bertrand Westphal et la géopoétique initiée par Michel Deguy et diffusée par Kenneth White sont venues également apporter leurs visées et méthodologies. 

29Xavier Garnier montre toute l’importance que ces nouvelles approches ont pour les littératures francophones, qu’elles libèrent de l’enfermement spatial. Longtemps qualifiées de périphériques, elles se sont vu « cantonnées à leur espace exigu, souvent culturalisées et prises au piège de leurs milieux ». Partant des considérations du géographe Onésime Reclus sur les dynamiques de propagation de la langue, Xavier Garnier montre que la « dimension identitaire des littératures francophones est étroitement liée à cette question territoriale » si bien que la littérature du terroir a longtemps été déterminante dans le combat anticolonialiste. Aujourd’hui, l’étude du local permet de renouveler l’approche géographique des littératures francophones, en cela qu’« [i]l y a en tout lieu quelque chose qui a lieu et qui résiste à la cartographie, à la nomination, à la territorialisation. C’est cet événement du lieu que la littérature a l’ambition de saisir ».

30Jean-Marc Moura montre combien les postulats scientifiques et propositions méthodologiques de la géocritique, alliés à ceux de la géopoétique, permettent de repenser l’historiographie francophone. Ils la libèrent d’un « paradigme théorique et méthodologique centré sur l’hexagone » qui enferme les littératures francophones dans un statut de périphérie dépendante d’un centre. En soustrayant la critique littéraire francophone au si sclérosant « nationalisme méthodologique », la démarche géocritique l’ouvre à la richesse de l’étude littéraire de l’Atlantique dont l’enjeu est « la mise en évidence des échanges entre les cultures et les littératures de l’Atlantique – africaines, européennes, américaines et amérindiennes – en vue de décrire et d’évaluer le plus précisément possible [la] remarquable floraison littéraire » qu’ont permis les circulations et rencontres transatlantiques.

31Partant du constat qu’à l’heure de la globalisation les traditionnelles périodisations fondées « sur des systèmes de polarités, des postures d’auteurs ou encore des appartenances identitaires figées qui ne font guère sens » doivent être dépassées, Christine Le Quellec Cottier exhorte la critique à prendre en compte davantage la scénographie des textes que des critères contextuels et temporels afin de donner « la préséance à la dimension esthétique des textes ». L’étude de l’ethos à l’œuvre dans le texte fictionnel, établissant l’autodétermination poétique de l’auteur, autorise une relecture de l’histoire littéraire africaine.

32L’entretien que Raharimanana a accordé à Ophélia Chevaux et Raphaël Baptiste actualise les réflexions géocritiques. L’auteur inscrit sa création dans un territoire parfaitement identifiable, Madagascar, dont il veut dire l’histoire mouvementée et la culture singulière. « Comment écrire ce que je vois ? » est une interrogation lancinante accompagnant l’écriture de ses œuvres qui cherchent à rendre compte du passé colonial révoltant, du présent inconséquent, du futur angoissant. C’est aux arts de la parole locale qu’il emprunte pour toucher au plus près le réel malgache. Mais ce choix esthétique, susceptible d’être éclairé par une approche culturelle (cultural studies), ne permet pas à la critique française actuelle, qui « n’a pas accès à [s]es références », d’entrer véritablement dans son œuvre.

33La rencontre des chercheurs et auteurs, pourtant réunis sur le mode de la sérendipité, au gré des lectures, des rencontres, des suggestions, des envies, a permis d’engager un dialogue fertile sur différentes questions qui travaillent actuellement les littératures francophones. Articles et entretiens, pris dans la circulation dynamique de leurs modalités plurielles (critiques, poétiques, narratives) se font écho pour s’illustrer, se nuancer, se contester, ouvrant à une réflexion commune sur quelques enjeux majeurs des lettres francophones.

Bibliographie

Barrat Jacques & Moisei Claudia (2004), Géopolitique de la francophonie : un nouveau souffle ?, Paris, La Documentation française, « Les études de La Documentation française ».

Baudot Alain (1978), « Les études francophones : émergence d’une nouvelle discipline », dans Le Renouveau des études françaises, ­Montréal, Association des universités partiellement ou entièrement de langue française, p. 143-146.

Beniamino Michel (1999), La Francophonie littéraire : essai pour une théorie, Paris / Montréal, L’Harmattan.

Beniamino Michel & Gauvin Lise (dir.) (2005), Vocabulaire des études francophones : les concepts de base, Limoges, Presses universitaires de Limoges, « Francophonies ».

Bonn Charles (2002), « Petit historique d’une réception mouvementée : du “postcolonial” au “post-moderne” ? », en ligne : www.limag.refer.org/Textes/Bonn/2002Trieste.htm (mai 2019).

Combe Dominique (2010), Les Littératures francophones : questions, débats, polémiques, Paris, Presses universitaires de France.

Combe Dominique (1995), Poétiques francophones, Paris, Hachette, « Contours littéraires ».

Deniau Xavier (1983), La Francophonie, Paris, Presses universitaires de France, « Que sais-je ? ».

Douaire Anne (2004), « La francophonie », dans Didier Alexandre et al. (dir.), La Traversée des thèses : bilan de la recherche doctorale en littérature française du xxe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 123-130.

Fonkoua Romuald (2005-2006), « Comment appréhender “la sagesse des barbares” ? », Notre Librairie, nº 160, « La critique littéraire », p. 4-5.

Furet François (1982), L’Atelier de l’histoire, Paris, Flammarion.

Joubert Jean-Louis (1981), « Le vaudou sans peine (ou réflexion sur l’épistémologie et la méthodologie des études francophones) », Romanica Wratislaviensia, vol. 17, nº 613, « Études françaises en Europe non-francophone », p. 182-190.

Kourouma Ahmadou (1970), Les Soleils des indépendances, Paris, ­Éditions du Seuil.

Maran René (1921), Batouala, Paris, Albin Michel.

Moura Jean-Marc (1999), Littératures francophones et théorie postcoloniale, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige / Manuels ».

Moura Jean-Marc & D’hulst Lieven (dir.) (2003), Les Études littéraires francophones : état des lieux, Villeneuve-d’Ascq, Éditions du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, « UL3 ­Travaux et recherches ».

Provenzano François (2011), Vies et mort de la francophonie : une politique de la langue et de la littérature, Bruxelles / Paris, Les ­Impressions nouvelles.

Provenzano François (2005), « Les études littéraires francophones : à partir d’un État des lieux », Textyles, nº 28, en ligne : http://journals.openedition.org/textyles/533 (mai 2019).

Riffard Claire (2006), « Francophonie littéraire : quelques réflexions autour des discours critiques », en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01064514 (mai 2019).

Notes

1 Le CELMA deviendra le Centre d’études linguistiques et littéraires francophones et africaines (CELFA) en 1993.

2 L’accroissement des établissements ouvrant leurs formations à la francophonie littéraire est également perceptible en dehors des frontières hexagonales, aussi bien dans les universités réunies dans l’AUPELF-UREF que dans celles de pays non francophones, comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande ou les États-Unis.

3 Dominique Combe insiste sur le fait que les instances de légitimation ont elles-mêmes une posture ambiguë face aux auteurs francophones auxquels elles octroient depuis plusieurs décennies de nombreux prix littéraires, moins pour célébrer leur valeur poétique que pour flatter « insidieusement le goût du public pour un exotisme facile rappelant le roman colonial » (2010, p. 13). En cela, elles renouent avec le paternalisme institutionnel.

4 Voir Riffard, 2006.

5 Dominique Combe rappelle que « la “Francophonie” se distingue en théorie de la “francophonie”. Selon une tradition politique héritée du xixe siècle, on oppose parfois la “nation”, qui désigne le pays “officiel” pour l’administration, au “peuple” qui constitue le pays “réel”. De la même façon, il existe une francophonie “réelle”, de terrain, qui ne correspond pas nécessairement à la Francophonie politique » (Combe, 2010, p. 11).

6 L’ouvrage a connu cinq rééditions.

7 Itinérant, le séminaire s’est installé tour à tour dans les murs des universités Lumière Lyon 2 et Jean Moulin Lyon 3, de l’ENS de Lyon et à la Maison internationale des langues et des cultures (MILC). Il est aussi allé à la rencontre de la cité, en s’adressant « à tous ceux que les littératures francophones intéressent », en proposant les ouvrages des auteurs invités à la curiosité des amateurs de la librairie Terre des Livres, en sortant de ses cadres pour installer ses deux tables rondes, en partenariat avec la Villa Gillet, hors les murs, aux Subsistances, dans le cadre des Assises internationales du roman.

8 La richesse des échanges n’a pu être resserrée dans les limites d’un unique volume. Aussi un second ouvrage est-il en préparation.

Auteur

Véronique Corinus est maîtresse de conférences à l’Université Lumière Lyon 2, où elle enseigne les littératures francophones et les littératures comparées. Elle a codirigé Littératures francophones : parodies, pastiches, réécritures (avec Lise ­Gauvin, Cécile Van Den Avenne et Ching Selao, ENS éditions, 2013) et a récemment publié deux biographies d’Aimé Césaire, l’une sonore (Aimé Césaire : une biographie expliquée, Presses universitaires de France / Frémeaux & Associés, 2018) et l’autre, écrite (Aimé Césaire, Presses universitaires de France, 2019).
 

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search