Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Les genres : limites internes, limites externes

Aux limites de la généricité

Dominique Maingueneau

Texte intégral

1La position de Jean-Michel Adam dans le champ des études de discours francophones est singulière. Il est le seul en effet à s’être constamment situé à l’articulation de la linguistique textuelle et de l’analyse du discours :

Postulant, à la fois, une séparation et une complémentarité des tâches et des objets de la linguistique textuelle et de l’analyse du discours, nous définissons la linguistique textuelle comme un sous-domaine du champ plus vaste de l’analyse des pratiques discursives. (Adam, 2011, p. 31)

2Ce faisant, il s’est efforcé d’associer deux conceptions du texte qui le plus souvent divergent : le texte comme tout cohésif et le texte comme produit d’une pratique culturelle. Dès lors, il ne pouvait pas ne pas placer au centre de sa réflexion la catégorie du genre de discours, à l’articulation entre des lieux sociaux et des modes d’organisation textuelle. Ce qui l’a amené à accorder une attention particulière à la pensée de Mikhaïl Bakhtine, et par la suite aux perpétuelles reconfigurations de la « généricité » (Adam & Heidmann, 2004) à travers la matérialité même des textes. Une démarche illustrée de manière exemplaire par les recherches qu’il a menées avec Ute Heidmann sur les contes de Perrault.

3Je vais adopter une perspective du même ordre, mais pour réfléchir sur les conditions, historiquement contraintes, de notre appréhension même de la généricité et de la textualité. On sait que pour une masse considérable de productions langagières la notion même de genre de discours fait problème. C’est en particulier le cas avec les interactions conversationnelles « ordinaires » qui semblent réfractaires à la catégorisation en genres de discours. C’est aussi, on va le voir, le cas avec Internet qui nous oblige à prendre nos distances avec la conception en quelque sorte « classique » du genre.

LA GÉNÉRICITÉ CLASSIQUE

  • 1 Ainsi, parmi les chercheurs francophones, voir : Adam, 1999 ; Bronckart, 1997 ; Rastier, 2001 ; Ch (...)

4En analyse du discours, la conception qu’on se fait du genre de discours est marquée en particulier par les apports de Bakhtine (1984) et de l’« ethnographie de la communication » (Hymes, 1964 ; 1972). C’est en outre une des catégories dont la valeur est presque identique des deux côtés de l’océan Atlantique : les définitions de John Swales (1990) ou de Charles Bazerman (2004), par exemple, sont très proches de celles des analystes du discours européens1.

5Si l’on s’appuie sur cette conception du genre de discours comme dispositif de communication sociohistoriquement défini, des catégories comme dialogue, lettre, journal, etc., posent immédiatement problème, car elles semblent indépendantes d’une époque ou d’un lieu précis. Pour ma part, je les ai catégorisées comme des hypergenres (Maingueneau, 1998 b). Ces derniers imposent des contraintes très pauvres ; pour catégoriser un texte comme dialogue, par exemple, il suffit de mettre en scène au moins deux interlocuteurs. Au xvie siècle en Europe, le dialogue a été la forme dominante quand on voulait exposer des idées sur n’importe quel sujet. Au xviie siècle, c’est la lettre qui a joué ce rôle. Le choix d’un hypergenre n’est pas sans conséquences (le dialogue, par exemple, permet de capter certaines propriétés du théâtre, il est adapté à des buts didactiques, il donne à l’auteur la possibilité d’exprimer des points de vue hétérodoxes sans en assumer la responsabilité, etc.), mais il peut intégrer des textes extrêmement divers.

6On notera que Norman Fairclough désigne par l’étiquette « disembedded genres » (« genres déterritorialisés ») quelque chose du même ordre que ce que j’appelle hypergenre, qu’il oppose aux « situated genres » (« genres situés » : Fairclough, 2003, p. 68 ; je traduis), c’est-à-dire aux genres de discours. Il donne comme exemple prototypique de ces « genres déterritorialisés » l’entretien : il « recouvre une grande diversité de types qui sont spécialisés pour des pratiques sociales particulières (entretien d’embauche, entretien avec une star, entretien politique, etc.) » (ibid., p. 69 ; je traduis). Pour moi, les textes qui sont associés à des genres de discours impliquent des scènes d’énonciation correspondantes (Maingueneau, 1993 ; 1998 a). Le terme scène permet d’éviter des notions comme celles de situation d’énonciation, qui est utilisée en linguistique, ou de situation de communication, qui considère l’activité de parole en quelque sorte de l’extérieur. Le terme scène présente aussi l’intérêt de référer à la fois à un cadre (« la scène représente... ») et à un processus (« tout au long de la scène... », « une scène de ménage »). Enfin, il permet de souligner l’importance du travail de mise en scène de soi et de son activité auxquels se consacrent en permanence les participants d’un genre de discours.

7Je rappelle que j’analyse la scène d’énonciation en trois composantes :

  • la scène englobante, qui est en correspondance avec ce que grossièrement on appelle un type de discours (politique, journalistique, littéraire...) ;
  • la scène générique qui assigne une finalité à l’activité de parole, des rôles à ses acteurs, et prescrit ses circonstances (lieu, moment...), sa longueur, son médium ;
  • la scénographie, la situation à partir de laquelle le locuteur prétend énoncer, qu’il construit à travers son énonciation. C’est un processus en boucle : dès son émergence, la parole suppose une certaine scénographie, laquelle doit se valider à travers l’énonciation même.

8On peut illustrer cette notion de scénographie en comparant deux textes qui relèvent de genres politiques associés à l’élection présidentielle française : d’une part le programme de François Mitterrand en 1988 (la « Lettre à tous les Français »), que j’ai déjà analysé (Maingueneau, 1998 b), d’autre part la profession de foi de José Bové pour l’élection de 2007. La « Lettre à tous les Français » est un programme électoral qui se présente comme une lettre d’ordre familial, où Mitterrand assume le rôle d’une sorte de père à sa famille. Ici, à la scène générique du programme se superpose une scénographie épistolaire, une scène de parole « importée », qui tranche avec la scène générique effective du texte, à savoir celle d’un programme. Quant à la profession de foi de José Bové, elle contient quatre pages, dont la première présente le texte suivant :

Madame, Mademoiselle, Monsieur

Je suis un candidat différent des autres.
Syndicaliste paysan, militant altermondialiste, citoyen engagé, je n’appartiens à aucun parti politique. Des milliers d’hommes et de femmes, militant. e. s ou non, de sensibilités diverses, m’ont demandé d’être leur candidat.
Je sollicite vos suffrages comme porte-parole d’un rassemblement de millions de citoyennes et de citoyens qui souffrent de la précarité et de l’insécurité sociale, qui contestent un système politique confisqué par quelques grands partis et qui s’inquiètent pour eux et pour les générations futures de l’avenir de la planète.
Comme vous, je ne crois pas à l’alternance sans fins entre la droite dure et la gauche molle. Vous avez entre les mains une arme pacifique pour le dire : votre bulletin de vote. Il y a deux ans les électrices et les électeurs se sont insurgé. e. s contre le projet de Constitution européenne.
Le 22 avril prochain, nous avons l’occasion de décréter l’insurrection électorale contre le libéralisme économique.
Nous pouvons vraiment changer la vie. Nous pouvons imposer, ici et maintenant, une véritable transformation sociale, féministe, démocratique et écologique.
Votre bulletin de vote est utile pour battre la droite et l’extrême-droite qui organisent la régression sociale et environnementale. Il est utile pour construire une gauche alternative qui rassemble et qui mette fin à la société du tout-marché et du tout-profit.
Votre bulletin de vote est précieux pour reconstruire l’espérance.
Le 22 avril, vous pouvez dire qu’un autre avenir est possible.

Aux urnes Citoyennes, Citoyens !

9Ce texte, à la différence de celui de François Mitterrand, n’importe pas la scène de parole d’un autre genre. L’énonciateur s’institue en « porte-parole d’un rassemblement », en homme qui « n’appartien[t] à aucun parti politique » et en « syndicaliste paysan, militant altermondialiste, citoyen engagé » ; à cela s’ajoutent diverses caractéristiques implicites, en particulier un ethos de féministe, qui se manifeste par des marques ostentatoires du féminin (« militant.e.s », « insurgé.e.s ») ou par la primauté donnée aux termes d’adresse destinés aux femmes (« Citoyennes, Citoyens »). Quant au destinataire, c’est une collectivité constituée de « millions » de gens « qui souffrent de la précarité et de l’insécurité sociale, qui contestent un système politique confisqué par quelques grands partis et qui s’inquiètent pour eux et pour les générations futures de l’avenir de la planète ».

10Le lieu où prétend s’inscrire cette énonciation est un espace « confisqué par quelques grands partis ». Pour ce qui est de la temporalité, l’énonciation de José Bové se place dans la continuité de deux moments : l’un explicite (deux ans après que « les électrices et les électeurs se sont insurgé. e. s contre le projet de Constitution européenne »), l’autre implicite (la Révolution française), dont la présence se fait visible dans la captation finale du refrain de La Marseillaise (« Aux urnes Citoyennes, Citoyens ! »).

11Ainsi la scénographie endogène de José Bové se forme-t-elle à l’intérieur du cadre défini par la scène générique, alors que la scénographie exogène, par exemple celle de Mitterrand, importe une scène générique extérieure.

LE RÉGIME GÉNÉRIQUE D’INTERNET

12Parmi les cybergenres, on fait habituellement une distinction (par exemple Sheperd & Watters, 1998) entre ceux qui reprennent des genres existant dans d’autres médias (manuscrit, imprimé ou vidéo) et ceux qui ont émergé sur Internet (comme les forums ou les blogs). De fait, Internet a offert un nouvel espace de présentation et de circulation à des genres de textes qui ont été façonnés ailleurs : journaux d’information, dictionnaires, cours, romans, etc. En réalité, Internet a aussi transformé la manière même dont on peut envisager la généricité.

13La conception classique du genre, on l’a vu, est structurée par la hiérarchie des constituants de la scène d’énonciation : scène englobante > scène générique > scénographie. Dans cette configuration, l’hypergenre joue un rôle périphérique. Sur Internet la situation est bien différente. Les contraintes qu’impose la scène générique sont faibles. Les unités de communication sont en effet de même nature : il s’agit de sites web soumis à un ensemble de contraintes d’ordre technique ; cette homogénéisation est renforcée par la nécessité de pouvoir circuler par hyperliens d’un site à l’autre. En raison de ce lissage des différences génériques, on peut penser que c’est désormais la scénographie qui joue un rôle-clé : le principal problème est de mettre en scène la communication, en mobilisant massivement les ressources proprement verbales, multimodales (image fixe, mouvante, son) et les opérations hypertextuelles. Plus précisément, Internet fait interagir deux niveaux de scénographie : verbal et numérique.

14La scénographie verbale est celle qu’implique l’énonciation proprement linguistique. Dans les énoncés écrits traditionnels, cette scénographie verbale s’accompagne d’éléments visuels : la mise en page, la police, etc. Dans le cas de la « Lettre à tous les Français » de Mitterand, par exemple, la relation épistolaire se donne à voir dans la disposition typographique : le terme d’adresse est détaché, la présentation sobre en noir et blanc donne au lecteur l’impression de tenir dans ses mains une feuille de papier à lettres. Mais si l’on place cette lettre sur un site Internet, elle devient à la fois une image sur un écran, un support d’opérations (par exemple si l’on peut cliquer sur tel ou tel mot ou groupe de mots), un module dans l’architecture d’un site (elle peut se situer en des lieux très divers : le site officiel d’un parti, une base de données linguistiques, un site d’information journalistique, etc.). Autant d’éléments qui interagissent fortement avec la scénographie proprement verbale.

15La scénographie numérique comporte trois dimensions :

  • iconotextuelle (le site montre des images et constitue lui-même un ensemble d’images sur un écran) ;
  • architecturale (le site est un réseau de pages agencé d’une certaine façon) ;
  • procédurale (chaque site est un réseau d’instructions).

16Ces trois dimensions peuvent converger ou diverger : par exemple, une scénographie procédurale très didactique peut entrer en contradiction avec une scénographie iconotextuelle très « poétique » (couleurs pastel, typographie élégante).

17L’affaiblissement de la scène générique sur Internet se manifeste également à travers la fragmentation des pages d’écran : on a affaire non à un texte, mais à une mosaïque de modules hétérogènes, ce qui interdit de mettre en correspondance simple un texte et une scène d’énonciation. On notera que cette tendance à la fragmentation s’observe également dans la presse écrite contemporaine, comme l’ont montré les travaux de Jean-Michel Adam et Gilles Lugrin (2000) sur les « hyperstructures », niveau intermédiaire entre le journal, élément supérieur, et l’article, élément inférieur de structuration.

18Sur Internet, le phénomène est porté à son paroxysme, puisque c’est la textualité même qui est subvertie. Regardons par exemple le haut de la page d’accueil du New York Times (ill. 1, page suivante).

19Au-delà de la fragmentation de l’information en modules, plusieurs traits peuvent être mis en évidence :

  • on ne peut pas saisir l’ensemble de la page : c’est en fait un écran qui s’offre au regard, c’est-à-dire une vue partielle d’une totalité qui ne se donne jamais intégralement. Il y a, dès lors, divergence essentielle entre la « pagination » d’Internet et une page imprimée ;
  • l’hétérogénéité énonciative entre modules est patente : on trouve des listes de diverses sortes, des diagrammes, des publicités, des débuts d’articles, des slogans, des titres de unes, des instructions... Mais il n’y a même pas de hiérarchie entre ce qui serait un texte principal et le paratexte : non pas des micro-textes, des textes courts (comme par exemple les maximes ou les petites annonces traditionnelles), mais une subversion généralisée de la logique du texte ;
  • les modules fonctionnent également comme des zones où l’on peut cliquer pour accéder à un autre espace (d’autres pages du même site ou d’autres sites, une vidéo ou une publicité) ;
  • les modules obéissent à des temporalités distinctes : ce qui apparaît sur l’écran n’est qu’un état transitoire dont la plupart des constituants se renouvellent.

Ill. 1. New York Times, page d’accueil du site Internet, 29 septembre 2011.

20Ces quelques caractéristiques convergent pour mettre à mal le régime classique de la textualité et le type de généricité qui en est solidaire. L’affaiblissement de la scène générique et de la scène englobante va de pair avec l’hypertrophie d’une scénographie numérique qui est sans commune mesure avec la scénographie du régime classique.

21On ne peut nier pour autant qu’il existe des genres sur Internet, des catégories telles que sites marchands, blogs, sites d’information, etc. En fait, on n’a pas affaire ici à une logique de genres de discours, mais à une catégorisation qui relève de ce que nous avons appelé hypergenres, à des formatages peu contraignants qui rendent possibles des scénographies très variées.

  • 2 http://leblogdemelanie.com (octobre 2013).
  • 3 Ces blogs n’existent plus, ce qui n’a rien de surprenant pour des activités aussi précaires.

22Considérons à titre d’illustration le cybergenre sans doute le plus étudié, le blog. On a remarqué (par exemple Herring et al., 2005) qu’il s’agit d’un « bridging genre », une catégorie qui traverse des catégories thématiques très diverses (blog personnel, institutionnel, commercial, éducationnel) et qui se caractérise par ses contraintes formelles et une relation communicationnelle minimale : une entité qui possède un nom propre parle de lui / elle-même à quelqu’un qui visite son site. C’est ce qui explique l’extraordinaire diversité des sites qui se disent « blogs ». Par exemple, Le Blog de Mélanie2, en dépit de son nom et de la petite photo d’une jeune femme dans un coin de la page d’accueil, est un blog institutionnel : la faculté de Droit de l’Université Montpellier 1 utilise le nom d’une doctorante en droit privé pour donner des informations sur ses activités (colloques, soutenances de thèses...). En revanche, Le Blog sexy de Sophie permet à une jeune prostituée d’attirer des clients, tandis que Le Blog de Françoise Vallet est le blog d’une militante du Parti socialiste3.

23Les scénographies qui se développent dans le cadre de cet hypergenre qu’est le blog ne sont pas diversifiées à l’infini : un certain nombre de routines s’installent. Dans une étude consacrée à quatre-vingts blogs de professionnels de la politique en France qui étaient en ligne pendant le mois de septembre 2007, Lotta Lehti (2011) a ainsi pu distinguer ce qu’elle appelle cinq « sub-genres » : « diary », « scrapbook », « notice-board », « essay » et « polemic ». Dans son étude, elle utilise le terme de sous-genre, mais il me semble plus pertinent de parler ici de type de scénographie à l’intérieur de l’hypergenre du blog.

24Considérons à titre d’illustration l’un des exemples cités au-dessus, Le Blog sexy de Sophie :

Ill. 2. Le Blog sexy de Sophie, page d’accueil, 2 juin 2008.

  • 4 Ce site n’existe plus ; il a été récemment remplacé par un autre, conçu spécialement pour les club (...)

25L’organisation de cette page d’accueil est la même que dans cet autre blog, dont la finalité est pourtant très différente, puisqu’il s’agit du site d’un club de football de village4 :

Ill. 3. AS Serein football, page d’accueil, 18 avril 2009.

26L’architecture des deux pages est identique ; elles ont été conçues avec le même logiciel. On pourrait dire que la scène englobante et la scène générique jouent ici un rôle négligeable : un club de football et une prostituée recourent au même formatage. C’est à travers les scénographies que se marquent les différences :

  • dans la scénographie verbale : le blog du club de football est avant tout un agenda, dont la fonction est de délivrer un certain nombre d’informations pratiques ;
  • dans la scénographie numérique : par exemple, le choix des couleurs et des éléments iconiques (dessins, photos) est censé caractériser la source du blog ; celui de Sophie est avant tout un mode d’accès à d’autres sites, à la différence de celui du club de football qui tend à se clore sur lui-même.

27Le recours à tel ou tel hypergenre est loin d’être insignifiant. À un premier niveau, il permet de donner sens à l’activité de communication, en donnant un certain rôle aux partenaires de la communication, en instaurant une certaine relation, en définissant les circonstances de l’énonciation et ces choix sont symptomatiques d’une configuration sociale. Dans le cas du blog de Sophie, le recours à l’hypergenre du blog personnel contraste avec la démarche de la prostituée traditionnelle qui racole ses clients dans des zones déterminées de la ville, sous la protection de quelque proxénète. Il se produit un effacement imaginaire de la distinction entre prostituée professionnelle et femme ordinaire, entre clients et réseau d’amis ; scène englobante et scène générique sont reléguées à l’arrière-plan : les relations s’établissent entre individus, et non à travers des institutions. On pourrait tenir le même type de raisonnement à propos du Blog de Mélanie : la faculté de Droit de Montpellier ne veut plus se présenter comme une institution « verticale » et anonyme, elle se met en scène en adoptant le point de vue d’une étudiante désignée par son prénom, qui entretiendrait une relation familière avec les internautes.

FORMES DE TEXTUALITÉ

28Au-delà de la question des genres de discours, c’est la question même de la textualité qui est en jeu. Les trois régimes médiologiques de base (oral, imprimé, numérique) impliquent en effet des formes de textualité distinctes, en fonction de la relation qu’ils entretiennent avec la généricité :

  • dans l’oralité conversationnelle ordinaire, les partenaires ne peuvent pas appréhender comme texte, globalement et de l’extérieur, l’activité de parole dans laquelle ils sont engagés ;
  • il existe une seconde forme de textualité, planifiée, qui peut être orale ou écrite.

29L’oralité planifiée peut à son tour être divisée en deux sous-types :

  • l’oralité dialogale, où les énonciations sont plus ou moins organisées à l’avance et gérées pendant l’activité de parole par un modérateur qui cherche à se conformer à certains schèmes. Mais cette notion d’oralité planifiée est pertinente également quand il n’y a pas de modérateur, c’est-à-dire quand les participants se soumettent spontanément aux normes tacites du genre de discours dans lequel ils sont impliqués.
  • l’oralité monologale, où le locuteur planifie seul le développement de son énonciation. C’est la situation par exemple d’un prédicateur ou d’un conférencier, qui bien souvent réajustent leur propos en fonction des réactions de leur auditoire.

30De son côté, la textualité planifiée écrite peut elle aussi se manifester de deux façons : linéaire et tabulaire. Certes, n’importe quel texte écrit est d’une certaine façon tabulaire puisqu’il se présente comme une image, soumise à des normes de mise en page. Mais en règle générale ces normes sont seulement censées clarifier l’articulation du texte, qui est fondamentalement linéaire. Dans la textualité tabulaire, en revanche, le texte est conçu comme le composant d’une image. La prolifération, dans la presse écrite, des hyperstructures est une manifestation particulièrement forte de ce type de textualité.

  • 5 Voir, par exemple, Lévy, 1990 ; Nielsen, 1990 ; Slatin, 1991 ; Landow, 1994 ; 2006 ; Rouet et al.,(...)

31Le troisième type de textualité est celui que rend possible Internet. Le concept d’hypertexte introduit en 1965 par Ted Nelson avait précisément pour fonction de contester le caractère séquentiel du texte. Il s’agit d’une textualité navigante, où l’hypertextualité implique de nouveaux modes de lecture. Les propriétés de l’hypertexte ont suscité une foule de réflexions5. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un texte d’un ordre supérieur mais d’un système contingent construit par l’internaute : « Un hypertexte (ou hyperdocument) est un assemblage de nœuds de textes, d’images, et de sons connectés par des liens électroniques de façon à former un système dont l’existence est contingente sur l’ordinateur. » (Slatin, 1991, p. 56 ; je traduis) C’est l’internaute qui fabrique l’hypertexte qu’il lit. Cette possibilité met en effet en cause un présupposé qui est au cœur de l’humanisme traditionnel : la relation entre un sujet et un texte, que ce sujet soit un auteur ou un lecteur.

32La textualité conversationnelle n’est pas soumise à la logique du genre de discours. La textualité planifiée est soumise à la logique du genre de discours, avec sa tripartition entre scène englobante, scène générique et scénographie, système dont la scène générique constitue le pivot. Dans la textualité navigante, en revanche, la scène générique ne joue plus un rôle central : c’est le couple hypergenre / scénographie qui domine.

33Il me semble donc préférable de souligner l’hétérogénéité de la généricité, en réservant à la généricité classique la pertinence de la notion de genre de discours, plutôt que de chercher à faire entrer dans ce moule des phénomènes qui ressortissent à une autre économie.

*

34La manière dont on appréhende les genres de discours n’a rien d’intemporel, puisque ce sont des catégorisations qui participent de configurations historiques associées à certaines technologies de la communication. On en prend d’autant mieux conscience quand il se produit une mutation dans ces technologies. Ce fut le cas lors de l’avènement de l’écrit, puis de l’imprimé, et cela ne l’est pas moins aujourd’hui avec le développement des technologies numériques et d’Internet.

35La logique d’Internet est celle d’une dé-différenciation des domaines de la parole. La généricité classique, où coexistent oralité secondaire et écriture, s’appuie sur une sorte de cartographie des activités verbales : il y a des types de discours et à l’intérieur de ceux-ci des institutions de parole bien différenciées. Internet a tendance à brouiller ces frontières en faisant passer au premier plan la scénographie et l’hypergenre. Cette évolution se fait aux dépens de l’un du texte. À la logique du lieu se substitue celle du lien. Sur l’écran apparaissent des images transitoires en recomposition perpétuelle, des mosaïques de modules typographiques, des tableaux de bord, des nœuds dans un réseau, non des textes qu’on pourrait rapporter à des lieux circonscrits dans des territoires. À la relation imaginaire qui relie un texte à son ou ses « producteurs » se substitue une mise en relation généralisée, dans un espace virtuellement infini, de sites qui sont des agencements collectifs.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, [2005] 2011, La Linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus ».

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2004, « Des genres à la généricité », Langages, no 153, p. 62-72.

Adam Jean-Michel & Lugrin Gilles, 2000, « L’hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques », Les Carnets du Cediscor, no 6, p. 133-150.

Bakhtine Mikhaïl, 1984, Esthétique de la création verbale, Alfreda Aucouturier (trad.), Paris, Gallimard.

Bazerman Charles, 2004, « Speech Acts, Genres, and Activity Systems : How Texts Organize Activity and People », dans Charles Bazerman et Paul Prior Lawrence (dir.), What Writing Does and How It Does It. An Introduction to Analyzing Texts and Textual Practices, New Jersey, Erlbaum Associates, p. 309-339.

Bronckart Jean-Paul, 1997, Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionnisme socio-discursif, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Charaudeau Patrick, 1995, « Une analyse sémiolinguistique du discours », Langages, no 117, p. 96-111.

Fairclough Norman, 2003, Analysing Discourse. Textual Analysis for Social Research, Londres / New York, Routledge.

Herring Susan C. et al., 2005, « Weblogs as a Bridging Genre », Information, Technology and People, vol. 18, no 2, p. 142-171.

Hymes Dell H., 1964, « Introduction : Towards Ethnographies of Communication », dans John Gumperz et Dell H. Hymes (dir.), The Ethnography of Communication, Washington, American Anthropological Association, p. 1-34.

Hymes Dell H., 1972, « Models of the Interaction of Language and Social Life », dans John Gumperz et Dell H. Hymes (dir.), Directions in Sociolinguistics : The Ethnography of Communication, New York, Holt, Rinehart and Winston, p. 35-71.

Landow George P., 1994, Hypertext. The Convergence of Contemporary Critical Theory and Technology, Baltimore, The John Hopkins University Press.

Landow George P., 2006, Hypertext 3.0. : Critical Theory and New Media in an Era of Globalization, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Lehti Lotta, 2011, « Blogging Politics in Various Ways : A Typology of French Politicians’ Blogs », Journal of Pragmatics, vol. 43, no 6, p. 1610-1627.

Lévy Pierre, 1990, Les Technologies de l’intelligence, Paris, La Découverte.

Maingueneau Dominique, 1993, Le Contexte de l’œuvre littéraire, Paris, Dunod.

Maingueneau Dominique, 1998 a, Analyser les textes de communication, Paris, Dunod.

Maingueneau Dominique, 1998 b, « Scénographie épistolaire et débat public », dans Jürgen Siess (dir.), La Lettre entre réel et fiction, Paris, SEDES, p. 55-71.

Nielsen Jakob, 1990, Hypertext and Hypermedia, San Diego, Academic Press.

Rastier François, 2001, Arts et sciences du texte, Paris, Presses universitaires de France.

Rouet Jean-François et al. (dir.), 1996, Hypertext and Cognition, Mahwah, Lawrence Erlbaum.

Shepherd Michael A. & Watters Carolyn R., 1998, « The Evolution of Cybergenres », Proceedings of the Thirty-First Annual Hawaii International Conference on System Sciences, vol. 2, p. 97-109.

Slatin John M., 1991, « Composing Hypertext : A Discussion for Writing Teachers », dans Emily Berk et Joseph Devlin (dir.), Hypertext / Hypermedia Handbook, New York, Intertext Publications, p. 55-64.

Swales John, 1990, Genre Analysis : English in Academic and Research Settings, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Ainsi, parmi les chercheurs francophones, voir : Adam, 1999 ; Bronckart, 1997 ; Rastier, 2001 ; Charaudeau, 1995 ; Maingueneau, 1998 a.

2 http://leblogdemelanie.com (octobre 2013).

3 Ces blogs n’existent plus, ce qui n’a rien de surprenant pour des activités aussi précaires.

4 Ce site n’existe plus ; il a été récemment remplacé par un autre, conçu spécialement pour les clubs sportifs et connecté à Facebook (http://as-serein.footeo.com).

5 Voir, par exemple, Lévy, 1990 ; Nielsen, 1990 ; Slatin, 1991 ; Landow, 1994 ; 2006 ; Rouet et al., 1996.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. New York Times, page d’accueil du site Internet, 29 septembre 2011.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Légende Ill. 2. Le Blog sexy de Sophie, page d’accueil, 2 juin 2008.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Ill. 3. AS Serein football, page d’accueil, 18 avril 2009.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/3054/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

Auteur

Professeur de linguistique dans l’unité de formation et de recherche de langue française de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Ses recherches relèvent surtout de l’analyse du discours. Il a publié de nombreux ouvrages dans cette discipline depuis son Initiation aux méthodes de l’analyse du discours (Hachette, 1976) ; il a également codirigé le Dictionnaire d’analyse du discours avec Patrick Charaudeau (Éditions du Seuil, 2002). Son dernier ouvrage paru est Les Phrases sans texte (Armand Colin, 2012).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540