Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À travers les avatars de la figure, le pathos rhétorique se transmue en affect dans le creuset de la lyricité. Il fonde le principe d’une nouvelle épistémè poétique qui étend la perspective par-delà la période envisagée. En atteste le cas de Thomas De Quincey. Ses textes sur la rhétorique, le style, le language, suivent une tradition belle-lettriste qui pousse à la limite la capacité de tisser la pratique élocutoire dans l’activité intime de l’esprit. Ainsi, Burke parle à travers ses figures (Elements of Rhetoric, 1828). Chez De Quincey, un belle-lettrisme extrême découvre une nouvelle inventio, celle de la transparence d’une rhétorique subjective qui circule entre littérature de savoir et littérature de pouvoir1. À l’instar d’Adam Smith, De Quincey distingue la froideur rhétorique de l’éloquence passionnée. Celui qui use de la rhétorique doit cependant mettre en œuvre toute la force interne de ses facultés mentales2. La science du style selon De Quincey, à la fois organique et méca...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search