Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Texte, discours et genres : retour sur la théorie

Une problématique de la généricité

Georges Molinié

Texte intégral

1Les initiateurs de cet hommage ont eu l’heureuse idée d’inviter les contributeurs à accrocher leur réflexion à l’un des axes fondamentaux de la recherche, si vaste, de Jean-Michel Adam : l’ensemble du continent du genre. Il est donc normal qu’en retour, chacun expose sa propre vision des choses, comme point de vue complémentaire. Je vais ainsi le faire, sommairement mais en toute bonne volonté, par rapport à mes propres théorisations.

2J’avais proposé, il y a longtemps (Molinié, 1996), une tripartition qui paraissait simple et empiriquement commode : littérarité générale, littérarité générique, littérarité singulière. Ce n’est de fait ni si simple, ni si évident, et je voudrais gratter un peu, en balisant les enjeux théoriques induits par cette démarche, enjeux qui sont considérables.

3On peut dire qu’il s’agit d’une approche de la discursivité textuelle, ce qui constitue déjà une énorme pétition de principe, même si on a le sentiment obscur que l’on prétend ainsi gérer plus ou moins l’appréciation de toute production langagière. Et on se rend vite compte que l’on se situe au croisement, ou à l’emboîtement, au moins implicite, de trois continents, ou de trois plaques sémiotiques : la question de l’objectalité, dans la mesure où je pose qu’il n’y a nulle essentialité mais de pures phénoménologies mesurables à réception, dans le jeu production / réception et ses résultats toujours variables ; la considération du tout langagier, ce qui entraîne la relativisation du verbal, le linguistique, dans l’ensemble des formes sémiotiques, et donc le sentiment que l’on devrait toujours déborder du verbal, sans l’aligner, ni le réduire, ni l’hypostasier ; la cristallisation de ce que j’appelle l’artistisation (Molinié, 1998 ; 2005), qui exige beaucoup de prudence pour éviter de sombrer dans la naïveté lorsque l’on se donne pour terrain d’exploration ce que nous rangeons sous l’étiquette littérature, sans même avoir en vue la question redoutable de l’effectivité à réception de l’artistisation, qui est elle-même double, avec celle de la puissance ressentie et celle de la réussite ou du ratage, à supposer que ce ne soit pas la même chose.

4Tous ces considérants étant opportunément rappelés, on voit mieux, il me semble, les perspectives du sujet. Je vais donc prendre littérature comme si cela désignait quelque chose de stable et de clair, alors que j’en ai la conception d’une artistisation momentanée et variable, sémiotiquement descriptible, ce qui emporte évidemment la possibilité de délittérarisation.

5Installons-nous cependant dans la fausse évidence. On dira de tel discours textuel : c’est (ou ce n’est pas) de la littérature, c’est tel genre de littérature, c’est telle singularité littéraire. L’explication de ce type de jugement se fait à mon avis sur des critères essentiellement stylistiques, en comprenant et en pratiquant le stylistique au sens fondateur, large et englobant que je lui donne, du rhétorique à l’analyse de discours.

6La première tâche que l’on pourrait avoir alors à envisager serait l’essai de constitution des structures stylématiques, pour tenter la cartographie, ou des cartographies, de divers objets pris en considération. Pour affiner mes premières approches, un peu sommaires mais apparemment claires, je propose d’imaginer des emboîtements de structures stylématiques. Du plus large au plus spécifique, on aurait des marquages qui indiqueraient à la fois généralité, généricité, singularité. Il faudrait sans doute mettre singularité au pluriel, pour les mêmes apparentes objectalités, et garder la possibilité, simplement la possibilité, d’envisager aussi de la généricité plurielle. Je suis moins sûr en ce qui concerne la littérarité générale, sauf à pouvoir construire, en combinaison avec cet ur-stylème de la récriture, qui est le seul que j’aie identifié comme tel jusqu’à maintenant, des structurations d’ordre davantage purement anthropologique.

  • 1 De quelque nature que ce soit : depuis le phonème jusqu’aux dispositifs rhétorico-pragmatiques et (...)

7Ce qui me paraît sûr en revanche, c’est la composition de la caractéristique par la voie des stylèmes. À condition de sagacement pratiquer cette détection-construction des stylèmes : pour chacun d’eux, une corrélation suivie, tout au long du déploiement de l’objet, entre au moins deux éléments1 du développement langagier ; pour leurs combinaisons et leur hiérarchisation, l’intégration de composantes de plus en plus variables, et aussi, éventuellement, de moins en moins uni-élémentaires. Oppositionnellement, on comprendra mieux ce que j’essaie d’expliquer en prenant l’exemple d’un objet textuel dans lequel l’espace discursif est comme saturé par la concaténation de briques stylématiques qui tendent à la corrélation de deux éléments invariants, ou d’un élément invariant et d’une variable réduite à l’état d’infime variante. C’est la situation de la pro-littérature d’apprentissage ou de gare / aéroport. Au contraire, avec les écrits de Jean-Marie Gleize ou les productions pensées par la revue DOC(K)S, on va construire diversement, instablement, et progressivement, plutôt des constellations à dominantes variables, mais qui auront forcément l’horizon de fonctionnalités phénoménologiquement suivies.

8Dira-t-on que j’ai perdu le générique en l’isolant dans l’une des catégories de la tripartition ? Non, pour plusieurs raisons.

9D’abord, il y a le problème de l’a-généricité. On peut considérer que l’a-généricité, comme constat ou comme ressentiment, à la manière de certains textes d’Albert Cohen ou de Dominique Fourcade, est appréhendable en termes d’affichage de fonctionnement vis-à-vis de la catégorisation générique, sous la forme de la transgression, ce qui est aisément descriptible. On peut en outre, non moins aisément, isoler des formations stylématiques qui marquent du tendanciel : tendanciellement générique et / ou a-générique, le caractère corrélatif du fonctionnement des stylèmes et la plasticité de leur manifestation langagière constituant une forte affinité avec l’analyse du tendanciel.

10Ensuite, et assez logiquement par rapport à l’esprit de ce commentaire, on est conduit, à l’intérieur du discours textuel, et même en en acceptant la réduction à de la typologie dite « littéraire », à penser globalement en termes de degré. L’appréhension graduelle me paraît en effet, dans ce domaine comme dans bien d’autres, plus efficace et plus juste.

11La littérarité générale semble parfaitement susceptible d’être envisagée comme une catégorie générique d’un type de production-réception, lié à des conditionnements anthropologiques fortement contraignants. On peut même se demander si ce point de vue n’est pas plus adapté pour les textualités d’avant-garde, comme il pourrait se révéler plus rentable pour l’approche de textualités qui nous viennent de civilisations extrêmement hétérogènes à la nôtre.

12Surtout, dans la considération de généricités extérieurement bien stables à côté de puissances de singularisation à l’intérieur de ces schémas génériques, comme dans la mesure du parallèle Racine / Pradon pour le genre de la tragédie classique, ou dans celle de la réception de la poésie écrite en alexandrins au xxie siècle, on ne voit pas comment on devrait, ou pourrait, isoler, catégoriser à part, le relevé de stylèmes de généricité et la détection de stylèmes de singularisation, du point de vue de l’acte de réception dans ses aperceptions majeures, globales et entraînantes. Si l’on se place dans le système de la théorisation sémiostylistique, avec le dispositif actantiel mettant en jeu l’actant producteur du niveau alpha, ce mystérieux, tout puissant et déceptif émetteur alpha non actorial, on lui attribue la responsabilité du programme structural et du programme anecdotique : un roman ou une pièce de théâtre, ou quelque chose qui ne ressemble à rien ; et l’ensemble des particularisations. On aurait ainsi d’un côté davantage des régularités, des itérations, des reprises-répétitions, d’ordre plutôt largement macrostructural ; on se situerait surtout dans la portée du fréquent, vers le rhétorique. Et, sur l’autre versant, on aurait des saillances davantage locales, des reprises-variations, ou des processus de rupture, d’ordre plutôt précisément microstructural ; on se situerait surtout dans la valeur du singulier, vers le dialectique (au sens aristotélicien). Généricité d’un côté, individualité de l’autre.

*

13Cette présentation est sans doute acceptable, et asymptotiquement significative. Mais je suis tenté de la penser moins essentialiste qu’il n’est facile de la prendre. J’ai écrit davantage, plutôt, surtout ; j’ai utilisé l’image du versant, qui me paraît renvoyer à un fonctionnement global plus fin et plus unifié. Si je reprends mon deuxième livre (1995), je reconnais et je revendique avoir composé un gros ouvrage de stylistique des genres, portant, en stylistique sérielle, sur une quarantaine de romans. C’est bien une approche générique, objectalement et structuralement constituée. Mais on aurait pu aussi s’attacher à l’étude des transgressions-variations de ces régularités chez Honoré d’Urfé, ou chez Jean-Pierre Camus, ou, au contraire, à la façon dont elles sont surdéterminées chez d’autres romanciers. Autres perspectives, certes ; mais il y a une forte porosité entre les ordres d’opération.

14C’est dans cet esprit que l’on pourrait revenir sur le concept de macrotexte. Les régularités construites à réception se situent à des niveaux de généralité / particularité, dans une dialectique généricité / singularité variable et adaptable en fonction de chaque décision de saisie textuelle.

15La prise en considération d’une telle dialectique permet d’appréhender autrement les paradoxes de la pensée générique, qui ne s’avèrent finalement que d’apparents paradoxes. Reprenant la problématique redoutable de l’effet et de la puissance, on peut dire que le macrotexte racinien constitue l’emblème du genre de la tragédie classique française, qu’il modélise génériquement ; simultanément, on soutiendra et on décrira que c’est à l’intérieur même de cette généricité sans faille que se love son éblouissante singularité : il doit y avoir une singularisation du générique qui lui soit consubstantielle.

16Et du côté de cette aimantation qui dynamise les opérations sémio-pragmatiques, on reconnaîtra l’impérieuse nécessité de pratiquer l’ancienne liaison entre démarche structurale et point de vue anthropologique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Molinié Georges, [1982] 1995, Du roman grec au roman baroque. Un art majeur du genre narratif en France sous Louis XIII, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Molinié Georges, [1989] 1996, La Stylistique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

Molinié Georges, 1998, Sémiostylistique. L’effet de l’art, Paris, Presses universitaires de France.

Molinié Georges, 2005, Hermès mutilé. Vers une herméneutique matérielle, Paris, Honoré Champion.

Notes

1 De quelque nature que ce soit : depuis le phonème jusqu’aux dispositifs rhétorico-pragmatiques et thématiques.

Auteur

Professeur émérite de stylistique française à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Il a dirigé pendant dix ans la revue pluridisciplinaire xviie siècle ; il s’intéresse à toutes les manifestations du sens, verbales ou non verbales, depuis les romans grecs du iie siècle, puis des domaines espagnol et français de l’ère baroque, jusqu’à la poésie et l’esthétique d’après la Shoah, toujours en relation entre l’anthropologie et la sémiotique. Il a écrit de nombreux livres et articles, dont Hermès mutilé (Honoré Champion, 2005) en herméneutique et philosophie du langage, et De la beauté (Hermann, 2012) en esthétique générale.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540