Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Chapitre 5

La rhétoricité lyrique : la poésie est-elle chant ou discours ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La préface des Ballades lyriques signe l’alliance poétique entre Wordsworth et Coleridge. La rupture de cette alliance est consommée dans Biographia literaria. Entre-temps l’occasion critique est fournie au lyrisme de légitimer et délégitimer à la fois une rhétoricité complexe, par laquelle la poésie devrait interminablement hésiter entre une double postulation vers le chant pur et vers le discours radical. La réflexion de Coleridge sur le langage était déjà engagée à l’heure de sa collaboration intellectuelle au texte de la préface1. Au seuil du premier romantisme, l’inflation du rôle argumentatif du logos est initiée par la nouvelle rhétorique du xviiie siècle, qui prend appui sur la pensée lockienne du langage. Cette nouvelle rhétorique envahit la poétique, où les débats sur la diction élocutoire témoignent sur un mode exemplaire d’un retour du refoulé de la rhétorique générale. Un symptôme de ce processus se lit dans les apories des analyses du symbole et de l’allégorie chez Col...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search