Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Chapitre 4

Le poète du premier romantisme et le langage lyrique : pathème et métafigure

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le langage lyrique, ou la subversion rhétorique de la diction figurale

L’éclairage esthétique du xviiie siècle sur la mimèsis d’Aristote et la question de la voix lyrique

Lorsque dans la seconde moitié du xviiie siècle la poésie de la sensibilité fait sien le langage des passions jusqu’à s’identifier à lui, elle exhume les apories du vide théorique laissé par Aristote. Elle pose une conception du lyrisme qui rabat une rhétorique générale déstabilisée sur les potentialités mimétiques de l’élocution et déplace la béance générique du côté du poète, qu’elle livre à l’impossible objectivation d’une catégorie spécifique de langage. On peut à raison arguer que ce procès relève d’un Zeitgeist. Il est vrai que l’érudition de Gray, helléniste et latiniste, et l’intérêt précis de Collins pour la Poétique d’Aristote ne suffisent pas à théoriser l’articulation inédite à l’œuvre entre poétique et rhétorique. De ce point de vue, les modes de fertilisation de la nouvelle rhétorique par l’épistémologi...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search