Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Chapitre 3

Figure du poète et figure élocutoire dans la poésie de la sensibilité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le xviiie siècle ne cesse d’esthétiser l’expérience rhétorique du sublime. Les enjeux stylistiques de la poésie de la sensibilité, notamment dans les démêlés de celle-ci avec la diction poétique, procèdent pour partie du partage entre le procès discursif et le procès mental des affects mis en œuvre dans cette expérience. Figures et tropes ne constituent plus les éléments propres au decorum de tel ou tel degré de style. L’inscription du pathos, fréquemment dit sublime, dans la figure, hausse celle-ci par-dessus la linéarité du discours qu’elle imprègne d’affect, tandis que la communication par sympathie entre poète / locuteur et auditoire / allocutaire rend imprécis les modes de transfert du pathos. En retour, la figure élocutoire, privilégiant certains tropes (personnification allégorisante) et figures de pensée (prosopopée) qui souvent se confondent, infléchit l’éthos du poète et, déjà peut-être, celui de son alter ego l’hypocrite lecteur, vers la représentation figurale.

La reconsi...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search