Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Chapitre 2

Le sublime au xviiie siècle britannique, ou la résistance rhétorique de la figure à l’esthétisation du langage par l’affect

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La figure rhétorique mise à l’épreuve entre Lumières et romantisme

La rhétorique post-moderne aux multiples visages pourrait, on l’a suggéré, être l’héritière du traitement des figures à l’ère des Lumières. Une nouvelle science du discours émerge alors, qui entre en concurrence avec l’ancien art de l’éloquence et rencontre l’inquiétude des philosophes aux prises avec l’impuissance du langage sécularisé à dire le vrai. Cette science fait des figures ou bien une évidence à rationaliser, ou bien une altérité perturbatrice. Consécutifs à la redécouverte du Peri hupsos (ier siècle apr. J.-C.) lors de la Renaissance italienne, la traduction par Boileau du traité sur le sublime du pseudo-Longin (Subl.1) et son commentaire scindant le sublime du style sublime n’ont pas seulement contribué à la promotion de cette catégorie au siècle suivant. Le traité de Longin et sa traduction française auront aussi fourni, en Grande-Bretagne, de manière plus paradoxale encore, une occasion de résistance rhé...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search