Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Chapitre 1

Du pathos à la sympathie : ruptures rhétoriques à l’œuvre dans le langage de la passion au xviiie siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au xviiie siècle britannique, le discours de la nouvelle scientificité refoule l’inventio, première partie de la rhétorique classique. Ce refoulement, amorcé avec la méthode de Pierre de la Ramée1, entériné par les prises de position de la Société royale et de John Locke2, fait glisser du côté des belles-lettres la rhétorique en partie restreinte aux figures. Il subsume l’opérativité de l’inventio à la logique. En résulte une déstabilisation du rapport entre les preuves rhétoriques (èthos, pathos, logos) selon Aristote, en germe dans le système du Stagirite. La prise en charge de l’elocutio se trouve vacante. La définition du statut de l’orateur et du poète, associé au genre épidictique, se voit ébranlée. Tout au long du siècle, une conception du pathos à visée persuasive, maintenue par John Ward et John Lawson dans la tradition de l’ars bene dicendi, coexiste avec une systématisation du concept de sympathie dans la nouvelle rhétorique de communication dont Adam Smith, George Campbe...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search