Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Introduction

Poétique, rhétorique et langage dans le long xviiie siècle britannique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À l’appui de notre étude se trouve une thèse générale sur les rapports entre poétique et rhétorique. La poétique romantique en Grande-Bretagne, en particulier dans le genre lyrique, loin de précipiter la ruine de la rhétorique classique, opère en celle-ci des transformations puissantes qui exposent l’acte d’écriture à des écueils, mais aussi lui ouvrent la possibilité d’une (auto)régénération continue. De la rhétorique, le romantisme semble signer une mort révolutionnaire. Victor Hugo, le plus oratoire des romantiques français, a coulé cette idée en des vers célèbres :

Boileau grinça des dents ; je lui dis : Ci-devant,
Silence ! et je criai dans la foudre et le vent :
Guerre à la rhétorique et paix à la syntaxe !
Et tout quatrevingt-treize éclata. Sur leur axe,
On vit trembler l’athos, l’ithos et le pathos1.

Au cours du xviiie siècle en Grande-Bretagne, la rationalité empirique des Lumières porte les prémisses de cette disparition. Celles-ci s’expriment dans le phénomène de la sensibilité...

© Presses universitaires de Lyon, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search