Version classiqueVersion mobile

Un langage investi

 | 
Catherine Bois

Table des matières

Principes éditoriaux

Traductions
Abréviations

Introduction

Poétique, rhétorique et langage dans le long xviiie siècle britannique

L’invention rhétorique du langage de la passion
Pathos et style : les fondements aristotéliciens et leurs impensés
Lyrique et rhétoricité avant le xviiie siècle
Le tournant linguistique du xviiie siècle
Le débat sur Ramus et la scission entre rhétorique et dialectique
Rationalisation du langage et rhétorique de communication
Questions de méthode
Limites de la période considérée
Approches rhétoriques et transdisciplinarité
Discussion du corpus
Sur la composition des chapitres

Chapitre 1

Du pathos à la sympathie : ruptures rhétoriques à l’œuvre dans le langage de la passion au xviiie siècle

Vers une déstabilisation du rapport entre èthos, pathos et logos au xviiie siècle
La place du pathos au regard de l’èthos et du logos, depuis Aristote et Cicéron jusqu’à la Réforme
Entre Francis Bacon et John Locke : passions et rhétorique face au refoulement de l’inventio par la logique
Maintien du pathos classique et rationalisation des passions rhétoriques en Grande-Bretagne
Systématisation de la sympathie dans la nouvelle rhétorique des Lumières
La sympathie chez David Hume : ouverture esthétique d’une théorie des idées
La sympathie humienne chez les nouveaux rhétoriciens : une dissociation ambivalente de l’èthos oratoire
Pathos désaffecté et valeur morale de la communication par sympathie chez Adam Smith
Èthos logicien et vivacité communicatoire par sympathie chez George Campbell
La réduction expérimentale du pathos au style chez Joseph Priestley : vers une neutralisation de l’èthos
Le rapport de la figure rhétorique au pathos : entre rejet et exaltation
Articulation des rhétoriques à l’idée d’un langage de la passion
De la figure définie comme un ornement au concept de figure de la passion

Chapitre 2

Le sublime au xviiie siècle britannique, ou la résistance rhétorique de la figure à l’esthétisation du langage par l’affect

La figure rhétorique mise à l’épreuve entre Lumières et romantisme
De Longin à Boileau, la scission entre sublime et style sublime
Pathos, sublime, figure dans le Peri hupsos
Boileau lecteur de Longin : où le sublime prétend se détacher du discours
Influence de la traduction de Boileau en Grande-Bretagne : un processus d’indétermination de la figure
Les belles-lettres françaises et les traductions anglaises du traité
Le sublime et l’agir de la figure rhétorique en Grande-Bretagne
Vers une poéticité sublime de la figure
Le sublime des mots selon Edmund Burke : (dé)figuration de l’affect et esthétisation du langage
De la querelle du sublime au problème du langage
Edmund Burke face à John Locke : langage, sublime et sympathie
Edmund Burke critique et rhétoricien : poésie, figure, sublime des mots
Hugh Blair et le sublime belle-lettriste aux abords du premier romantisme

Chapitre 3

Figure du poète et figure élocutoire dans la poésie de la sensibilité

La reconsidération ambiguë du style et le privilège des figures associées à la personne
Théories néoclassiques : la hiérarchie des styles confrontée à la problématicité de la figure
L’invention critique de la sublimité figurale : prégnance de John Milton
Joseph Addison : réception de l’ornement et affect esthétique
Lord Kames : le pouvoir affectif de la figure esthétisé dans l’espace du langage
Samuel Johnson : la vérité du langage figuré et l’aliénation esthétisante du pathos
La figure dans le lyrisme de la sensibilité : une rhétorisation savante du pathos
La personnification entre figure rhétorique de la passion et figuration esthétique
Face à la figure élocutoire, l’impossible sympathie
Dédoublement du poète et indétermination d’un affect totalisé chez Thomas Gray
Agon poétique et dissémination de l’idéal passionnel chez William Collins
Perspectives sur le pathos depuis un èthos lyrique au féminin
Primauté de la nomination de la figure et retour au soi (Anne Finch, Lady Montagu)
Détacher un soi pathématique de la figure élocutoire ?

Chapitre 4

Le poète du premier romantisme et le langage lyrique : pathème et métafigure

Le langage lyrique, ou la subversion rhétorique de la diction figurale
L’éclairage esthétique du xviiie siècle sur la mimèsis d’Aristote et la question de la voix lyrique
Les préfaces de William Wordsworth
L’engagement vis-à-vis du langage
Vers une rhétorique de la communication des affects : la sympathie maîtrisée ?
Èthos critique et pouvoir des figures
Le mot, la chose, et le dire du poète chez William Blake
Figure et syntaxe : une démultiplication du sensible
William Wordsworth : une taxinomie romantique des figures est-elle possible ?
Évitement du trope, inscription du pathos élocutoire dans l’énonciation syntaxique : la « période » wordsworthienne
Échec de la communication rhétorique dramatisée et bégaiement du langage de la passion dans les Ballades lyriques
Dramatisation du « je » et construction de la répétition pathématique
Expérimentation sur les tropes de la passion
Personnification, allégorie et pathos élocutoire dans Le Prélude
Rejet du pathos fondateur de l’énonciation syntaxique : le « style coupé » de William Blake
Pathos plein du langage, entrecroisement de voix : quelle rhétorique ?
L’allégorie ou nomination d’images : vers la figuralité totale et contre-sublime du texte

Chapitre 5

La rhétoricité lyrique : la poésie est-elle chant ou discours ?

La figure, entre défiguration et fétichisation
Samuel Taylor Coleridge contre William Wordsworth : vers la pure affection du langage
Langage, intentionnalité et affect chez Samuel Taylor Coleridge
La critique coleridgienne de William Wordsworth dans Biographia literaria
Vers la temporalité défigurante : l’exemple de « J’allais solitaire ainsi qu’un nuage »
L’impossible figure blakienne : la satire à la limite du pathos lyrique
Le cas de l’invocation : la négativité du chant lyrique, ou la difficile conception d’un hors langage
Chez William Wordsworth : pathos de l’écho et retour à l’intensité de la rhétorique argumentative
Chez William Blake : la non-invocation et le pathos du langage autoréflexif

Bibliographie raisonnée

Sources primaires
Poétique et rhétorique avant le xviiie siècle
Poétique et rhétorique du xviiie siècle jusqu’à nos jours
Esthétique
Rapports entre rhétorique et philosophie, philosophie du langage (avant le xviiie siècle)
Rapports entre rhétorique et philosophie, philosophie du langage (du xviiie siècle jusqu’à nos jours)
Œuvres poétiques
John Milton
Poétesses du xviiie siècle
William Collins et Thomas Gray
Thomas Gray
William Blake
William Wordsworth
Samuel Taylor Coleridge
Sources secondaires
Études générales sur la poétique
Études générales sur la rhétorique
Études sur la poétique et la rhétorique avant le xviiie siècle
Études sur la poétique et la rhétorique au xviiie siècle et après
Études sur l’esthétique
Études complètes ou partielles sur les rapports entre rhétorique et philosophie / philosophie du langage (avant le xviiie siècle)
Études complètes ou partielles sur les rapports entre rhétorique et philosophie / philosophie du langage (au xviiie siècle et après)
Études sur le contexte culturel au xviiie siècle
Travaux critiques sur poésie et poétique, par auteur
William Collins
Thomas Gray
William Blake
William Wordsworth
Samuel Taylor Coleridge
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search