Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genres & textes

 | 
Michèle Monte
, 
Gilles Philippe

Texte, discours et genres : retour sur la théorie

Les genres de textes, cadres organisateurs de la « vraie vie » des signes

Jean-Paul Bronckart

Texte intégral

Voici le sens le plus général de ce que nous avons cherché à établir : il nous est interdit en linguistique, quoique nous ne cessions de le faire, de parler « d’une chose » à différents points de vue, ou d’une chose en général, parce que c’est le point de vue qui fait la chose. (Saussure, 2002, p. 201)

1Dès l’introduction de l’édition 2011 de Les Textes : types et prototypes, Jean-Michel Adam a repris ce propos de Saussure, moultes fois cité et débattu, et il en a proposé l’interprétation selon nous la plus pertinente : toute démarche de science du langage exige que soient explicités et argumentés les principes épistémologiques auxquels s’adossent les travaux empiriques et les propositions théoriques (Adam, 2011).

2Dans la présente contribution, c’est dès lors en explicitant notre propre positionnement que nous réengagerons le débat avec Jean-Michel Adam concernant le statut des textes / discours et les modalités de leur organisation. Si notre cadre d’arrière-fond est dans l’ensemble compatible avec celui qui sous-tend l’œuvre de Jean-Michel Adam, il subsiste néanmoins, entre nos approches, une divergence non négligeable ayant trait à l’acception et aux conditions d’usage des notions de texte et de discours, et c’est cette problématique que nous réexaminerons dans un deuxième temps. Sur ces bases, nous aborderons pour clore quelques-unes des stimulantes questions que pose la multiplicité des angles d’attaque possibles de la généricité langagière.

ÉLÉMENTS D’UNE CONCEPTION DU LANGAGE

3Dans le cadre imparti à cette contribution, nous nous bornerons à l’énoncé de quelques principes généraux issus de l’œuvre de nos deux références majeures en sciences du langage, Ferdinand de Saussure et Valentin N. Volochinov.

41. Ces deux auteurs soutiennent d’abord que le langage humain est intégralement sémiotique, c’est-à-dire que toutes les unités ou structures d’une langue constituent des entités bifaces, dont les deux pôles – idéel et « sonore » – sont délimités ou constitués par le processus même de leur couplage (les modalités de ce couplage variant cependant en fonction de la taille des unités [voir Bulea, 2005]). C’est cette sémioticité fondamentale de tout fait langagier que soulignait Saussure dans une autre formule célèbre : « Sémiologie = morphologie, grammaire, syntaxe, synonymie, rhétorique, stylistique, lexicologie, etc., le tout étant inséparable. » (Saussure, 2002, p. 45) Nous ajouterons pour notre part que la mise en œuvre de ces entités sémiotiques par des sujets humains est nécessairement sous-tendue par un ensemble d’opérations psychologiques, et ce quel que soit le niveau des entités concernées. Ce premier principe conduit alors à récuser la plupart des bipartitions du domaine linguistique, notamment la distinction posée par Émile Benveniste entre ces deux « univers » que constitueraient « la langue comme système de signes » et « la langue comme instrument de communication » (Benveniste, 1966, p. 130), ou celle introduite par Alain Berrendonner et Marie-José Reichler-Béguelin entre le domaine « sémiotique des clauses » et le domaine « pragmatico-cognitif des périodes » (Berrendonner & Reichler-Béguelin, 1989, p. 114). Si les phénomènes visés par ces distinctions présentent d’évidentes différences qu’il convient de conceptualiser, leur renvoi à des sous-domaines disjoints constitue une excessive extrapolation théorique, et contribue de fait à masquer une distinction plus profonde, que nous évoquerons en 3.

52. Pour les deux auteurs, les textes / discours constituent le premier lieu de vie des signes. Cette affirmation est permanente chez Volochinov (1981 a ; 2010), et s’agissant de Saussure, si la notion de discours a été éludée dans le Cours de linguistique générale (1916), elle est par contre présente dans les notes et / ou publications de l’auteur. Celui-ci y soutient que la dimension première du langage est d’ordre praxéologique (il y a, d’abord, le parler humain) ; il y souligne que la valeur d’un signe n’est identifiable que dans le cadre du texte / discours dans lequel il s’insère, et il y relève encore que c’est dans le cours même de la production textuelle que s’effectuent les changements analogiques par lesquels une langue se perpétue en se transformant :

Avant tout on ne doit pas se départir de ce principe que la valeur d’une forme est tout entière dans le texte où on la puise, c’est-à-dire dans l’ensemble des circonstances morphologiques, phonétiques, orthographiques, qui l’entourent et l’éclairent. (Saussure, 1922, p. 514)

63. C’est en tenant compte de cette primauté de fait attribuée au textuel / discursif qu’il convient de réexaminer le statut que l’on peut accorder à la langue. Dans ses conférences de 1891, Saussure en fournit une première acception, fondée sur le constat de l’inéluctable continuité des pratiques verbales :

  • 1 Dans l’ensemble des citations, les soulignements en italiques sont des auteurs cités et les soulign (...)

Il vaut la peine de nous arrêter un instant devant ce principe, élémentaire ou essentiel de la continuité ou de l’ininterruption forcée1 qui est le premier caractère ou la première loi de la transmission du parler humain [...]. (Saussure, 2002, p. 151)

7L’auteur pose par là que le parler humain, objet nodal de la science du langage, est une entité ontologiquement une, qui d’un côté puise à un stock de ressources phoniques et morphosyntaxiques dont l’extension est (biologiquement ?) limitée, et qui d’un autre côté, au cours de son déploiement dans le temps et dans l’espace, mobilise une succession de sous-ensembles déterminés de ces ressources universelles.

8La notion de langue que l’auteur a ultérieurement thématisée s’adresse alors à un état du déploiement de cette entité ; état dont les propriétés sont identifiées sur la base d’un examen des pratiques verbales, et font l’objet d’une organisation conceptualisée dans l’un des registres du savoir. La notion de langue renvoie ainsi à l’ordre gnoséologique : c’est une construction seconde eu égard au niveau praxéologique premier des discours / textes, et Saussure propose de fait (sans thématiser explicitement cette différence) deux modalités de construction et deux lieux d’ancrage de ces ensembles de représentations constitutifs de la langue.

9Dans une première acception, la langue comme état, c’est un « réservoir » (ou un « trésor ») de valeurs signifiantes issues des textes, telles que celles-ci se « déposent » dans le « cerveau » du sujet parlant :

Tout ce qui est amené sur les lèvres par les besoins du discours, et par une opération particulière, c’est la parole. Tout ce qui est contenu dans le cerveau de l’individu, le dépôt des formes entendues et pratiquées et de leur sens, c’est la langue [...]. (Saussure, 1996, p. 65-66)

10Saussure ajoute que les valeurs ainsi intériorisées font l’objet de classements donnant lieu à la constitution de séries de termes entretenant des rapports d’ordre phonique ou sémantique. Ce savoir individuel constitue une première sorte d’état de langue, que nous qualifions pour notre part de langue interne.

11Mais Saussure a soutenu aussi que la langue avait son siège dans la collectivité : « La langue est l’ensemble des formes concordantes que prend [le] phénomène [de langage] chez une collectivité d’individus et à une époque déterminée » (Saussure, 2002, p. 129). Dans cette autre approche, il souligne que la langue demeure toujours sous le contrôle des accords ou conventions qui s’établissent dans une communauté. Cet état de langue est donc le niveau où s’exerce l’activité normative des générations de locuteurs, et nous le qualifierons dès lors de langue collective ou normée (sorte de langue qui est par ailleurs celle que tentent d’appréhender et de décrire les grammairiens et linguistes).

12En résumé, Saussure propose ce qui nous paraît constituer la conception la plus pertinente des sous-domaines des sciences du langage : d’un côté, dans l’ordre praxéologique, les textes / discours, exploitant une part des ressources universelles du parler humain et se propageant / transformant en permanence ; d’un autre côté, dans l’ordre gnoséologique, la langue interne comme système d’organisation psychologique individuelle des valeurs des signes extraits des textes, et la langue normée, comme système d’organisation de ces mêmes valeurs signifiantes, mais géré cette fois par les groupes sociaux et soumis à leurs normes de fonctionnement.

134. « Le tourbillon des signes [...] est le résultat incessant de l’action sociale, imposé hors de tout choix », notait Saussure (1967, vol. 2, p. 35). Ce thème de l’interdépendance entre activité sociale et activité langagière a particulièrement été développé par Volochinov, dans ses analyses des conditions de fonctionnement des discours (littéraires tout autant que quotidiens). Cet auteur a relevé d’abord que la plupart des énoncés ne peuvent être compris que lorsque sont connues les propriétés du contexte de communication, et il a souligné que ce contexte ne constitue nullement une force qui exercerait un effet mécanique sur la teneur des énoncés, mais que « le contexte et l’énoncé sont dans un rapport de co-construction » (Volochinov, 1981 a, p. 190-191). Dans cette perspective, l’interprétation des textes concrets exige une mise en rapport des formes linguistiques observables avec les éléments du contexte. Et c’est sur cette base que Volochinov a explicité le programme méthodologique qui a orienté la plupart des courants des sciences du texte : analyser d’abord les activités d’interaction verbale dans leur cadre social concret ; analyser ensuite les genres discursifs / textuels mobilisés dans ces interactions ; procéder enfin à l’examen des propriétés linguistiques formelles de chacun des genres (Volochinov, 2010, p. 321).

145. Volochinov est ainsi le créateur de l’acception moderne de la notion de genre textuel, s’étendant à l’ensemble des « grandes masses verbales » dans leur rapport au contexte et aux activités sociales. Cette notion est longuement présentée et exploitée dans Marxisme et philosophie du langage, et clairement définie dans « La structure de l’énoncé » :

l’énoncé, considéré comme une unité de communication et totalement sémantique, se constitue et s’accomplit précisément dans une interaction verbale déterminée et engendrée par un certain rapport de communication sociale. Ainsi, chacun des types de communication sociale [...] organise, construit et achève, de façon spécifique, la forme grammaticale et stylistique de l’énoncé ainsi que la structure du type dont il relève : nous la désignerons désormais sous le terme de genre. (Volochinov, 1981 b, p. 289-290)

TEXTES OU DISCOURS ? DES RAPPORTS ENTRE PRAXÉOLOGIE ET LINGUISTIQUE

Pour des raisons techniques qui tiennent à son modèle, Bronckart choisit de nommer « genres de textes » ce que nous appelons genres de discours [...] mais ses choix terminologiques restent problématiques à plusieurs titres. Il est d’abord clair que son niveau discursif est un niveau abstrait de « conditions normées d’usage des ressources d’une langue » et pas du tout le niveau socio-discursif des systèmes de genres admis par Rastier, Schaeffer, Maingueneau ou moi. (Adam, 2011, p. 32)

15Ce passage fait écho à un paragraphe de Linguistique textuelle dans lequel, tout en soulignant les importants points d’accord entre sa démarche et la nôtre, Jean-Michel Adam relevait cependant que nous avions « tendance à appeler “texte” ce que presque tout le monde convient d’appeler “discours” et réciproquement » (Adam, 1999, p. 84). Notre accord théorique et méthodologique est bien réel, et l’on pourrait considérer dès lors que le débat terminologique ici évoqué est secondaire. Ce n’est qu’en partie le cas et, en relevant au passage que l’argument du nombre de partisans des positions en présence ne peut guère être retenu, nous réagirons à ces amicales remarques en exposant ci-après les raisons de notre entêtement.

  • 2 Pour notre part, nous ne mentionnons plus les apports de Bakhtine, l’étude que nous avons conduite (...)

16Globalement, si la conception de Jean-Michel Adam fait le plus régulièrement référence aux apports de Volochinov et de Bakhtine2, au plan terminologique l’auteur s’adosse cependant surtout aux prises de position de l’école française d’analyse du discours. Dans des travaux antérieurs (voir Adam, 1990), s’inspirant des analyses de Foucault (1969), il conçoit le discours comme la manifestation de l’activité verbale des formations socio-discursives, et le texte comme ce même discours saisi sous un angle strictement linguistique, adhérant ainsi à la célèbre formule de Denis Slakta : le discours = le texte avec ses conditions sociales de production ; le texte = le discours sans lesdites conditions. Plus récemment, il a emprunté notamment aux travaux de François Rastier, qui a proposé une autre définition, plus « positive », du discours, et qui a tenté dans la foulée de fournir une conceptualisation précise de ce qu’est un genre :

Un discours est un usage de la langue normé par une classe de pratiques sociales participant d’une même sphère d’activité. Au plan paradigmatique du lexique, un discours correspond à un domaine sémantique. (Rastier, 2003)

un discours s’articule en divers genres, qui correspondent à autant de pratiques sociales différenciées à l’intérieur d’un même champ. Si bien qu’un genre est ce qui rattache un texte à un discours [...]. L’origine des genres se trouve donc dans la différenciation des pratiques sociales. (Rastier, 1989, p. 37)

17Dans son dernier ouvrage de synthèse, Jean-Michel Adam déclare adhérer à ces positions et énonce trois choix terminologiques qui lui paraissent en découler : a) perdant la dimension désincarnée que lui attribuait la formule de Slatka, le texte est désormais défini comme « la trace langagière d’une interaction sociale, la matérialisation sémiotique d’une action sociohistorique de parole » ; b) les genres sont quant à eux « des patrons socio-communicatifs et sociohistoriques que les groupes sociaux se donnent pour organiser les formes de la langue en discours » ; c) « dès qu’il y a texte, c’est-à-dire reconnaissance du fait qu’une suite verbale ou verbo-iconique forme une unité de communication, il y a effet de généricité, c’est-à-dire inscription de cette suite d’énoncés dans une classe de discours » (Adam, 2011, p. 33).

18Si nous adhérons sans réserve à cette nouvelle définition du texte ainsi qu’à la thèse de la généricité constitutive de cette entité, d’autres aspects de ces décisions terminologiques nous paraissent cependant problématiques. On remarquera tout d’abord que dans les citations qui précèdent les deux occurrences du terme discours renvoient à des réalités bien distinctes : sous b), en tant qu’il est issu « de l’organisation des formes de la langue », le « discours » évoqué n’est autre que la production verbale dans sa matérialité ; sous c), le « discours » désigne ce principe d’un usage normé de la langue relevant de pratiques ou de sphères d’activité, conformément à la définition de Rastier.

19Ensuite et plus généralement, force est de constater que Jean-Michel Adam, aussi bien que Rastier, ont des usages des termes discours, texte ou genre qui souvent ne correspondent nullement aux définitions qu’ils en donnent. Dans Activité langagière, textes et discours, nous avions montré que, dans les écrits de Jean-Michel Adam, de nombreuses occurrences du terme texte dérogeaient à la définition slatkienne à laquelle il adhérait alors (Bronckart, 1997, p. 144-149). De manière analogue, dans notre article d’hommage à Rastier, nous avions relevé l’extrême labilité de l’usage que fait l’auteur du terme discours : si les syntagmes discours littéraire ou discours juridique semblent compatibles avec la définition qu’il se donne, les expressions du type discours ludique, privé, fictif, clinique ou romanesque ne peuvent nullement renvoyer à des « usage[s] de la langue normé[s] par une classe de pratiques sociales participant d’une même sphère d’activité », et par ailleurs certaines occurrences du terme discours désignent simplement les productions langagières concrètes (Bronckart, 2008). Enfin, alors que Jean-Michel Adam (2011) se donne la définition du genre citée plus haut, cela ne l’empêche pas de proposer, quelques pages plus loin, des listes de genres (la prière, le sermon, l’hagiographie, l’éditorial, la brève, etc.) qui ne peuvent constituer, en tant que tels, des « patrons sociohistoriques », mais qui sont plutôt les produits concrets de la mise en œuvre desdits patrons ; et cette différence est loin d’être négligeable, comme Adam le relève lui-même par ailleurs et comme nous y reviendrons.

20Pour notre part, dès lors que nous adhérons, comme Jean-Michel Adam, au principe énoncé en 4, nous posons d’abord l’existence d’une activité sociale-verbale, que nous qualifions simplement d’activité langagière ; activité qui se déploie dans des cadres pratiques, culturels ou économiques (dont la variété est quasi illimitée), et qui se réalise concrètement en exploitant les ressources sémiotiques d’une langue naturelle. Cette notion d’activité langagière équivaut à celle de discours au sens de Foucault, et si l’on retient ce dernier terme, les expressions du type « genres du discours religieux » (Adam, 2011, p. 36) nous paraissent recevables : on peut effectivement établir une liste des genres (au sens de produits) qui sont en usage dans la sphère des activités religieuses. Mais nous contestons par contre les expressions du type « genre de discours (religieux) » parce qu’elles impliquent, conformément à la définition de Rastier, que la généricité ressortit exclusivement au domaine des activités sociales, et donc se situe en amont de leur matérialisation verbale en langue, et donc en amont du sémiotique. Cette position nous paraît incompatible avec les principes énoncés en 1 et en 2 : dès lors en effet qu’elle constitue un objet linguistique, la généricité ne devrait pas pouvoir « échapper » au registre sémiotique, ainsi qu’à ce lieu de vie des signes que constitue le texte. On relèvera en outre que la formule genre de... est en réalité incompatible avec la formule genres du... : la première implique une correspondance bi-univoque entre sortes d’activités et sortes de textes, alors que la seconde pose que, dans une même sphère d’activité, divers genres sont en usage, ce stock des genres adaptés étant par ailleurs susceptible de se modifier au cours du temps, par emprunt, détournement ou création d’un genre nouveau.

21La généricité constitue cependant une entité mixte, dans laquelle co-interviennent des déterminations sociohistoriques et des options ou conventions d’ordre sémiotico-linguistique, et à s’en tenir à cette mixité, le choix entre les expressions « genre de discours » et « genre de texte » peut paraître relever de la simple attribution de primauté à l’un ou l’autre pôle, légitime dans les deux cas. Nous retenons cependant pour notre part la seule notion de genre de texte, pour les raisons théoriques évoquées plus haut, mais aussi pour des raisons d’ordre méthodologique : ce qui est de fait analysé de manière systématique, dans les travaux d’Adam, de Rastier, de Maingueneau, etc., comme dans les nôtres, ce sont d’abord des textes avec leurs multiples propriétés linguistiques internes, alors que les dimensions contextuelles de l’amont, si elles sont souvent évoquées, ne font qu’exceptionnellement l’objet d’études systématiques : en d’autres termes, au plan des démarches empiriques, la généricité se trouve primairement attestée dans l’analyse des textes, au travers de propriétés linguistiques qui ne renvoient que secondairement à des déterminations sociales, certes évoquées mais non analysées en tant que telles. Il convient de reconnaître cependant que notre option demeure en soi discutable, et surtout que de multiples questions subsistent quant à la nature des rapports entre les modèles sociaux de genre et les exemplaires de genre ou les textes relevant d’un genre ; nous y reviendrons.

22Suite notamment aux analyses de Genette (1986), nous posons l’existence de niveaux de structuration infra-ordonnés eu égard aux (genres de) textes, qui sont caractérisés par des configurations spécifiques de ressources linguistiques, et que nous qualifions de types de discours (au nombre de quatre : discours interactif, discours théorique, récit interactif et narration [Bronckart, 1997, p. 137-218]). Si la notion de type ne semble pas ici poser problème, celle de discours entre effectivement en conflit avec les usages dominants, mais nous soutiendrons pourtant qu’elle est plus conforme à l’acception foucaldienne originelle du terme que ne le sont ces usages dominants. Dans les deux cas, discours désigne une mise en œuvre spécifique des ressources de la langue, sous l’effet de déterminations externes ; ce qui différencie les deux acceptions, c’est d’une part la taille de la production verbale concernée (texte dans son ensemble vs segment de texte), mais d’autre part et surtout la nature des déterminations impliquées. Dans l’usage courant, il s’agit de sphères d’activité (registre praxéologique) alors que dans notre acception, il s’agit de modalités d’organisation des connaissances (registre gnoséologique), et le propos foucaldien de L’Archéologie du savoir porte fondamentalement sur ce second registre, certes pour une sphère d’activité donnée.

MAIS ENCORE...

23S’il s’est développé sur quelques décennies, le débat qui s’est engagé avec Jean-Michel Adam et d’autres sur ces thèmes « ne fait que commencer », semble-t-il, tant les problèmes encore à résoudre semblent importants et stimulants.

24Un premier ordre de problème a été remarquablement traité par Jean-Michel Adam et Ute Heidmann (2004) : il s’agit de la nature des rapports entre les modèles ou patrons génériques et ces produits que constituent les textes exemplifiant un genre. À quoi s’ajoute la question du mode de construction et d’existence des patrons évoqués : ceux-ci relèvent-ils de normes sociales qui préexisteraient aux productions verbales et les régiraient, ou sont-ils le produit de constructions cognitives secondes fondées, à l’instar de la langue (cf. le principe 3), sur une analyse comparative des sortes de textes ?

25Un deuxième problème concerne les rapports entre les dimensions praxéologique et gnoséologique des textes. Nous posons pour notre part que la dimension praxéologique (le rapport aux déterminations des sphères d’activité) est englobante, en ce qu’elle fonde la généricité du texte, alors que la dimension gnoséologique (les modes de structuration des raisonnements) est englobée, ou se manifeste dans des segments de texte. Outre qu’il propose une autre conceptualisation de la dimension gnoséologique (distinguant narration, description, argumentation, explication, dialogue), Jean-Michel Adam ne pose pas pour sa part de relation d’emboîtement entre les deux dimensions. Ces deux positions sont fondées sur des arguments théoriques et empiriques recevables, qu’il conviendrait de confronter.

26Enfin, un énorme travail reste à accomplir pour identifier les niveaux de l’organisation des textes auxquels se manifestent les traces de la généricité, des éventuelles restrictions de sélection sur les types de discours (dans notre perspective) ou les types de séquences (dans celle de Jean-Michel Adam), aux éventuelles sélections de sous-paradigmes lexicaux, en passant par d’autres aspects encore de la complexe organisation des discours / textes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam Jean-Michel, 1990, Éléments de linguistique textuelle. Théorie et pratique de l’analyse textuelle, Liège, Mardaga, coll. « Philosophie et langage ».

Adam Jean-Michel, 1999, Linguistique textuelle. Des genres de discours aux textes, Paris, Nathan.

Adam Jean-Michel, [1992] 2011, Les Textes : types et prototypes, Paris, Armand Colin.

Adam Jean-Michel & Heidmann Ute, 2004, « Des genres à la généricité », Langages, no 153, p. 62-72.

Benveniste Émile, [1962] 1966, « Les niveaux de l’analyse linguistique », Problèmes de linguistique générale I, Paris, Gallimard, p. 119-131.

Berrendonner Alain & Reichler-Béguelin Marie-José, 1989, « Décalages. Les niveaux de l’analyse linguistique », Langue française, no 81, p. 99-125.

Bronckart Jean-Paul, 1997, Activité langagière, textes et discours. Pour un interactionnisme socio-discursif, Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Bronckart Jean-Paul, 2008, « Genres de textes, types de discours et “degrés” de langue. Hommage à François Rastier », Texto !, revue électronique, vol. 13, no 1-2.

Bronckart Jean-Paul & Bota Cristian, 2011, Bakhtine démasqué. Histoire d’un menteur, d’une escroquerie et d’un délire collectif, Genève, Droz.

Bulea Ecaterina, 2005, « Est-ce ainsi que les signes vivent ? », Texto !, revue électronique, vol. 10, no 4.

Foucault Michel, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

Genette Gérard, [1979] 1986, « Introduction à l’architexte », dans Gérard Genette et al., Théorie des genres, Paris, Éditions du Seuil, p. 89-159.

Rastier François, 1989, Sens et textualité, Paris, Hachette.

Rastier François, 2001, Arts et sciences du texte, Paris, Presses universitaires de France.

Rastier François, 2003, « Le langage comme milieu : des pratiques aux œuvres », Texto !, revue électronique, vol. 8, no 4.

Saussure Ferdinand de, 1916, Cours de linguistique générale, Charles Bally et Albert Séchehaye (éd.), Paris, Payot.

Saussure Ferdinand de, [1894] 1922, « Sur le nominatif pluriel et le génitif singulier de la déclinaison consonantique en lituanien », dans Charles Bally et Léopold Gautier (éd.), Recueil des publications scientifiques de Ferdinand de Saussure, Genève, Sonor, p. 513-525.

Saussure Ferdinand de, [1916] 1967-1974, Cours de linguistique générale, Rudolf Engler (éd.), 4 vol., Wiesbaden, O. Harrassowitz.

Saussure Ferdinand de, [1907] 1996, Premier cours de linguistique générale (1907) d’après les cahiers d’Albert Riedlinger, Eisuke Komatsu et George Wolf (éd.), Oxford, Pergamon.

Saussure Ferdinand de, 2002, Écrits de linguistique générale, Simon Bouquet et Rudolf Engler (éd.), Paris, Gallimard.

Volochinov Valentin N., [1926] 1981 a, « Le discours dans la vie et le discours en poésie », dans Tzvetan Todorov (éd.), Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Éditions du Seuil, p. 181-215.

Volochinov Valentin N., [1930] 1981 b, « La structure de l’énoncé », dans Tzvetan Todorov (éd.), Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique, Paris, Éditions du Seuil, p. 287-316.

Volochinov Valentin N., [1929] 2010, Marxisme et philosophie du langage, Patrick Sériot et Inna Tylkowski-Ageeva (trad.), Limoges, Lambert-Lucas.

Notes

1 Dans l’ensemble des citations, les soulignements en italiques sont des auteurs cités et les soulignements en gras sont de nous.

2 Pour notre part, nous ne mentionnons plus les apports de Bakhtine, l’étude que nous avons conduite avec Cristian Bota (2011) ayant mis en évidence, outre l’importance fondatrice de l’œuvre de Volochinov, les multiples problèmes d’authenticité que posent le parcours et l’œuvre de Bakhtine.

Auteur

Jean-Paul Bronckart a été, de 1976 à 2012, professeur de didactique des langues à l’Université de Genève. L’essentiel de ses recherches et de ses enseignements portent sur la modélisation de l’architecture textuelle, sur la conception et l’expertise de programmes et de méthodes d’enseignement des langues, ainsi que sur l’analyse du rôle de la maîtrise langagière dans le développement des personnes. Il est l’auteur notamment de Théories du langage (Mardaga, 1977), Activité langagière, textes et discours (Delachaux et Niestlé, 1997) et Bakhtine démasqué (avec Cristian Bota, Droz, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site